Td Monnaie

  • View
    27

  • Download
    2

Embed Size (px)

Transcript

Facult de Sciences Economiques et de Gestion 2010-2011 Travaux dirigs Parcours Licence 2 Semestre 1 Macroconomie et mcanismes montaires

Responsables du cours : Jean-Franois Goux Chargs des TD : Ranoua Bouchouicha, Jorge Cabrera Delgado, Rebeca Gomez Betancourt.

Fonctionnement * 1 premire sance de prsentation et de constitution des groupes de travail (groupes de 2 3 personnes selon leffectif des TD) pour chaque thme du fascicule. * 10 sances de travail sur les thmes et textes du fascicule. * Un examen, la semaine du 15 au 19 novembre et un QCM lors de la dernire sance de cours Evaluation Lvaluation repose : 1) sur la prestation orale (expos, deux tudiants par question) 20% 2) sur la note de la synthse individuelle 20% 3) sur la note de linterrogatoire 10% Rappel : la prsence aux TD est obligatoire Notation de lUE 50% : Contrle sur les TD 50% : Contrle sur le cours Macroconomie et mcanismes montaires (Examen S1 QCM)

1

Travaux dirigs de Macroconomie et mcanismes montaires Licence Sciences conomiques et de gestion L2 - 2010-2011 Planning des travaux dirigs

Sance 1. Prsentation et organisation des sances de travaux dirigs (Sem. 20-24 sept)

Sance 2. Chapitre 1 : La monnaie, nature et histoire. Exercices (Sem. 27 sept-01 oct.) Sance 3. Chapitre 1 : Expos et dissertation individuelle (Sem. 04 -08 oct.) Sance 4. Chapitre 2 : La cration montaire. Exercices (Sem. 11 -15 oct.) Sance 5. Chapitre 2 : Expos et dissertation individuelle (Sem. 18 -22 oct.) Vacances Toussaint Sance 6. Chapitre 3 : Le systme de crdit franais. Exercices (Sem. 02 -06 nov.) Sance 7. Chapitre 3 : Expos et dissertation individuelle (Sem. 08 -12 nov.) Sance 8. Interrogation crite (Sem. 15 -19 nov.) Sance 9. Chapitre 4 : Les marchs franais de capitaux. Exercices (Sem. 22 -26 nov.) Sance 10. Chapitre 4 : Expos et dissertation individuelle (Sem. 29 nov -3 dc.) Sance 11. Chapitre 5 : Les thories montaires. Exercices (Sem. 06 -10 dc.) Sance 12. Chapitre 5 : Expos et dissertation individuelle (Sem. 13 -17 dc.)

2

Travaux dirigs de Macroconomie et mcanismes montaires Licence Sciences conomiques et de gestion L2 - 2010-2011 Chapitre 1 : La monnaie, nature et histoire Sance 2. Chapitre 1 : La monnaie, nature et histoire. Exercices (Sem. 27 sept-01 oct.) Document commenter N.1: Lorigine de la monnaie. Largent, la monnaie. Un bien sans qualits. Par : Paul Soriano. Irepp. Banque & finance. Argent, monnaie : avec le latin (moneta, pecunia), le franais est une des rares langues qui possdent deux mots pour dire ce que la plupart des autres langues confondent (money, Geld, dinero, denaro...). La distinction couvre un jugement moral : la monnaie est vraie ou fausse tandis que largent est bien ou mal gagn. On dit que les pays latins ou catholiques seraient spontanment plus mfiants envers largent que les pays protestants, anglo-saxons et nordiques. La coloration culturelle de la monnaie apparat dj dans ses diffrentes appellations. La monnaie est, sans doute avec le sexe, lun des domaines o la crativit linguistique est la plus fconde. Lorigine des innombrables termes par lesquels largot dsigne largent est souvent mystrieuse. On croit savoir que fric viendrait de fricot (une espce de ragot) ou fricandeau (do fricoter et fricotage ?). En revanche, pour pognon , on hsite entre poigner (saisir avec la main) et le franco-provenal pougnon (un petit pain qui fait aussi penser la ... galette). Mme pour monnaie, on balance entre nomisma qui voque la norme, la loi et monere qui voque lannonce, lavertissement. Pour plus de dtails, voir le Dictionnaire Larousse de largot franais et de ses origines. Largent inspire par ailleurs une multitude de proverbes : largent na pas dodeur ; on verra quil na pas non plus de couleur. Quant au nom donn la monnaie unique europenne, il tmoigne dune volont dancrage culturel et politique mais, notre connaissance, leuro attend toujours la conscration dune dnomination argotique. Lhistoire conomique peut tre lue comme une histoire des progrs de la circulation des richesses, dans lespace, dans le temps et aussi dans le champ des valeurs. La monnaie est lun des instruments qui ont permis cette triple conqute. Elle permet en effet de mesurer la valeur des biens, de les changer dans un espace montaire donn et aussi de conserver de la valeur dans le temps. Dans cette dernire fonction, elle est plus efficacement relaye par la finance. Un bien sans qualits Le Dictionnaire conomique et financier de Bernard & Colli (dition 1996) propose la dfinition suivante : Monnaie. Originellement : Pice de mtal servant dinstrument de rglement des changes ; puis instrument de rglement en gnral. Corollairement : Unit servant de mesure des valeurs dchange. Par extension : Ensemble des moyens de rglement. En tant quinstrument dchange, la monnaie permet de dpasser le troc : lchange marchandise contre marchandise se substitue un change intermdi : marchandise-argentmarchandise. Argent-marchandise-argent La spculation, sur laquelle nous reviendrons plus longuement, transformerait la squence marchandise-argent-marchandise en squence argent-marchandise-argent, la marchandise pouvant tre alors nimporte quel actif . Si lchange normal permet de se procurer une marchandise en change dargent, la spculation viserait se procurer de largent, plus dargent. 3

La marchandise deviendrait le moyen dun change dont la fin est largent. Dordinaire, la condamnation suit presque immdiatement la dfinition, alors mme que cette dfinition est contestable. En fait, la spculation, cest tout simplement la finance en tant quelle porte sur la comparaison permanente des prix actuels et anticips de tous les actifs, monnaie comprise. Et, du coup, nous sommes tous peu ou prou devenus des spculateurs. Le rglement est facilit par trois caractristiques de la monnaie : liquidit, fongibilit et universalit, dans les limites dune socit montaire dtermine. Comme instrument de mesure sa valeur dchange contre chaque bien sert mesurer la valeur relative des biens les uns par rapport aux autres, cest--dire les prix. Comme instrument de rserve enfin, elle rpond des motivations dpargne trs diverses : prcaution contre les risques de la vie, ou prvoyance de dpenses futures programmes. La monnaie peut enfin revtir trois formes. Mtallique : une forme particulire de la monnaie-marchandise (denres, outils...). Fiduciaire : le billet de banque, lorigine totalement gag sur par un dpt de mtal mais qui a progressivement pris son autonomie par rapport au mtal, jusquau cours forc et linconvertibilit de la monnaiepapier en mtal. Et enfin scripturale : quand les changes de monnaie se font par un jeu dcritures. Les trois monnaies La monnaie est sujet de controverses entre conomistes : simple mdium des changes sans effet sur les quilibres ou bien public des plus prcieux ? Sans doute a-t-elle une double nature, celle dun bien soumis comme les autres la loi de loffre et de la demande et celle dun droit ou une crance sur les biens. La plupart des conomistes saccordent pourtant sur le fait que ses trois fonctions correspondent trois notions diffrentes de la monnaie. Linstrument de mesure est un nombre pur la diffrence, par exemple, dune unit de longueur qui mesure une qualit. Dans sa Philosophie de largent (1903), le sociologue allemand Georg Simmel qualifie largent de bien sans qualit - plus prcisment de bien sans autre qualit que sa quantit. Cest justement parce quil est sans qualit que largent peut quivaloir objectivement (valeur dchange) nimporte quel autre bien. Car tout autre bien que largent possde ncessairement des qualits, une valeur dusage qui le rend relatif un besoin, ici et maintenant, des prfrences subjectives, etc. Largent, lui, est dautant plus puissant quil nest rien de particulier, toujours en puissance de . Par ailleurs, la monnaie dtenue par un individu est comme un droit de proprit sur une partie de la production de la priode considre, droit gnralement acquis sous forme de revenus par une contribution en travail ou autre cette production. Nous exerons ce droit chaque fois que nous rglons nos dpenses de consommation. Dans ces conditions, la quantit de monnaie disponible dans une collectivit montaire donne reprsente la somme des droits de ses membres sur la production conomique de la collectivit. Sans entrer dans les dtails dune discipline particulirement ardue , disons que la monnaie permet de rendre commensurables non seulement les biens htrognes qui constituent la production nationale, mais galement les contributions de chacun la production avec ce qui lui revient de cette mme production (son revenu ). Qui a invent la monnaie ? Les manuels spcialiss voquent lapparition des pices mtalliques en Lydie vers le VIIe ou le VIe sicle avant Jsus-Christ. Un instrument banal et familier mais qui pose des problmes insolubles lhistorien, au philosophe, lconomiste et au juriste : voil qui fait souponner que la monnaie nest pas une invention assignable, mais plutt le produit de lexprience, des usages 4

et de la slection sociale. Certes, ltat sintresse trs tt et de trs prs la monnaie invente par la collectivit des marchands et les anctres des banquiers. Mais la capture monopolistique de la monnaie par lappareil dtat (la Banque centrale surplombant hirarchiquement les banques de second rang) ne date somme toute que du XIXe sicle. Bien public et monnaie prive : nous verrons que la globalisation et la technologie montaire raniment le dbat. Chaque fois quune banque remet de la monnaie un agent conomique en change dune crance et dune rmunration du service ainsi rendu, elle cre de la monnaie. Par la cration montaire, le systme bancaire assure lajustement dans le temps des rythmes du processus de production-consommation luvre dans lconomie relle, dans un jeu incessant de crances et de dettes. En principe, la banque ne cre de monnaie que durant un cycle de production, au moment o elle inscrit le montant dun sal