#temps #espace #mouvement #société - livre livre-rose.hyper-media.eu/wp-content/uploads/2014/03/Cours_5... ·…

  • Published on
    12-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Thorie de Communication et Culture

  • #temps #espace #mouvement #socit

  • La Mobilit ?

  • La Communication?

    En football, il faut voiler ses desseins certains, les dvoiler dautres. Cest dans ce fouillis communicationnel que chaque footballeur doit prendre ses dcisions motrices. Linterprtation est au coeur de la prise de dcision.

    (Oboeuf et al. 2009, 244)https://www.youtube.com/watch?v=0tJQUpXDwUU

  • Notions : Le Flux

    L'information

    La Distance

    La Co-Mobilit

    La Synchronsation

    Toujours au croisement, il se construit un paradigme des nouvelles mobilits (Chistian Licoppe 2009, p.77), avec d'un ct le transport et de l'autre la communication pour subvenir l'absence (Weissberg 1999) - couplage entre mobilit et socialit. Cette intersection, cet entrelacement est spectaculaire (Boisseau and Gattioni 2011, p.106). D'aprs Louise Lecavalie : Cest lintensit du mouvement et comment on lhabite qui peut [...] changer notre perception ou notre rapport au temps et notre propre corps

    (Boisseau and Gattioni 2011, 106)

  • L'espace ? Appropriation (structure vs. parcours)

    - les consommateurs produisent quelque chose qui a la figure des lignes derre dont parle Deligny. Ils tracent des trajectoires indtermines, apparemment insenses parce qu'elles ne sont pas cohrentes avec lespace bti, crit et prfabriqu o elles se dplacent. / ces traverses demeurent htrognes aux systmes. / De cette eau rgule en principe par des quadrillages institutionnels quen fait elle rode peu peu et dplace, les statistiques ne connaissent presque rien. Il ne sagit pas en effet dun liquide, circulant dans les dispositifs du solide, mais de mouvements autres, utilisant les lments du terrain. (De Certeau 1980, 57)

    - GoWeb?

    - Calme Technology ?

    - Augmented?

  • Pratiques : Espace Pratiqu

    Parcours ?

    Ingress

    Htrotopies :

    L'htrotopie a le pouvoir de juxtaposer en un seul lieu rel plusieurs espaces, plusieurs emplacements qui sont en eux-mmes incompatibles [...]Le jardin, c'est un tapis o le monde tout entier vient accomplir sa perfection symbolique, et le tapis, c'est une sorte de jardin mobile travers l'espace...

    (Foucault 1967)

    https://www.youtube.com/watch?v=NX7QNWEGcNI

    https://www.youtube.com/watch?v=92rYjlxqypM

  • Trajectoires ? Pour rendre compte de ces pratiques, jai eu recours la catgorie de trajectoire. (Daniel Paul Schreber, Mmoires dun nvropathe, Paris, Seuil, 1975, p.60). Elle devait voquer un mouvement temporel dans lespace, cest--dire lunit dune succession diachronique de points parcours, et non pas la figure que ces points forment sur un lieu suppos synchronique ou achronique. En effet cette reprsentation est insuffisante, puisque prcisment la trajectoire se dessine et que le temps ou le mouvement se trouve aussi rduit une ligne totalisable par loeil, lisible un instant : on projette sur un plan le parcours dun marcheur dans la ville. Si utile que soit cette mise plat, elle mtamorphose larticulation temporelle des lieux en une suite spatiale de points. Un graphe est mis la place dune opration. Un signe rversible (a se lit dans les deux sens, une fois projet sur une carte) est substitu une pratique indissociable de moments singuliers et doccasions, donc irrversible (on ne remonte pas le temps, on ne revient pas sur les occasions manques). Cest donc une trace au lieu des actes, une relique au lieu des performances. Cette projection postule quil est possible de prendre lun (ce trac) pour lautre (des oprations articules sur des occasions). Cest un quiproquo (lun la place de lautre), typique des rductions que doit effectuer, pour tre efficace, une gestion fonctionnaliste de lespace.Il faut recourir un autre modle.

    (De Certeau 1980, 58)

  • Les Flux ? Mobilit Flux : Une socit des mobilits / socit des flux.

    La socit sest donn entre autres pour horizon de grer au mieux des flux. .. Cest une rupture socitale et culturelle. On ne peut comprendre ni la gense ni la porte de cette socit de flux si lon ne garde pas lesprit la socit en rseaux qui en contient tous les mouvements en puissance. Manuel Castells lannonait la fin du sicle pass. Ces rseaux, nous en sommes bnficiaires et tributaires. Leurs puissants rhizomes et leurs trames de noeuds innombrables et en perptuelle recomposition nous proposent une figure de la socit qui multiplie les connexions. Ils permettent la socit de flux de spanouir et librent des perspectives inattendues. Ces rseauxinduisent une pratique originale de la ville, suggrent des rencontres impossibles hier et dsagrgent les modles conomiques traditionnels. Si la socit de flux met laccent sur lindividu, la socit en rseaux rappelle les exigences dune vie collective.

    (Marzloff 2005, 91)

  • Multi-Mouvement?

    Untrain[]c'estquelquechosetraversquoionpasse,cestquelquechosegalementparquoionpeutpasserd'unointunautreetpuisc'estquelquechosegalementquipasse.

    -Ahlala!ditlasouris,lemondertrcitdejourenjouretmevoildjdansladernirepice,etl,danslecoin,sedresselepigeverslequeljecours.-Tunasquchangerdedirection,ditlechat,etilladvora.

    (Lechteau,FranzKafka)

  • Le dplacement individualis?

    Le tlphone mobile, souligne Patrick Vautier, fait merger un paradigme tonnant. Hier, nous tions confronts un voyageur qui se dplaait sur son rseau physique. Aujourdhui, cest le rseau de transport physique qui se dplace avec lui. Nous sommes face un homme-araigne qui se dplace toujours au centre de sa toile (physique et virtuelle). Notre spiderman revendique une connectivit permanente. Il contrle son temps et ses rseaux. Le temps du transport nest pas un temps mort, puisque cest un temps o je suis toujours branch. La densification de lquipement et des pratiques du tlphone mobile a chang radicalement la donne du temps voyageur.

    (Marzloff 2005, 66)

  • La Culture ? Milles faons de jouer/djouer le jeu de lautre, cest--dire lespace institu par dautres, caractrisent lactivit, subtile, tenace, rsistante, de groupes qui, faute davoir un propre, doivent se dbrouiller dans un rseau de forces et de reprsentations tablies. Il faut faire avec.

    (De Certeau 1980, 35)

    Lacquisition : cest la mdiation recherche entre les structures qui lorganisent et les dispositions quelle produit. Cette gense implique une intriorisation des structures (par lacquisition) et une extriorisation de lacquis (ou habitus) en pratiques. Une dimension temporelle se trouve ainsi introduite ; les pratiques (exprimant lacquis) rpondent adquatement aux situations (manifestent la structure) si, et seulement si, pendant la dure de lintriorisation-extriorisation, la structure est demeure stable; sinon, les pratiques se trouvent dcales, correspondant encore ce qutait la structure lors de son intriorisation par lhabitus.

    (De Certeau 1980, 92)

  • La Marche ?

    Lacte de marcher est au systme urbain ce qui lnonciation (le speech act) est la langue ou aux noncs profrs. une triple fonction nonciative appropriation, ralisation, relation. des contrats pragmatiques sous la forme de mouvements (de mme que lnonciation verbale est allocution, implante lautre en face du locuteur et met en jeu des contrats entre colocuteurs). La marche semble donc trouver une premire dfinition comme espace dnonciation.

    (De Certeau 1980, 148)

  • L'autre ?

    Problme pour le christianisme d accepter des images car on ne peut pas reproduire Dieu; mais peut on reproduire ce qui la cre [...]; Limage triomphe.

    (Bailly 2009)

    Le voyage (comme la marche) est le substitut des lgendes qui ouvraient lespace de lautre.

    - A envisager le rle du rcit dans la dlimitation, on peut y reconnatre tout dabord la fonction premire dautoriser ltablissement, le dplacement ou le dpassement des limites, et, par voie de consquence, fonctionnant dans le champ clos du discours, lopposition de deux mouvements qui se croisent (poser et passer la limite) de manire faire du rcit une sorte de grille de mots croiss (un quadrillage dynamique de lespace) et dans la frontire et le pont semblent les figures narratives essentielles.

    (De Certeau 1980, 182)

  • La Perception ?

    Le plus haut point de la raison est-il de constater ce glissement du sol sous nos pas, de nommer pompeusement interrogation un tat de stupeur continue, recherche un cheminement en cercle, tre ce qui n'est jamais tout fait?

    (Merleau-Ponty 2006, 62)

    > Drive ?

  • Faits Sociaux?

    -FAITSSOCIAUX:Voildoncunordredefaitsquiprsententdescaractrestrsspciaux:ilsconsistentendesmaniresd'agir,depenseretdesentir,extrieuresl'individu,etquisontdouesd'unpouvoirdecoercitionenvertuduquelilss'imposentlui.Parsuite,ilsnesauraientseconfondreaveclesphnomnesorganiques,puisqu'ilsconsistentenreprsentationsetenactions;niaveclesphnomnespsychiques,lesquelsn'ontd'existencequedanslaconscienceindividuelleetparelle.Ilsconstituentdoncuneespcenouvelleetc'esteuxquedoittredonneetrservelaqualificationdesociaux.

    (Durkheim 1894, 19)

  • Rseaux ?

    On avait beau s'abstenir de toute reprsentation image de l'atom, du corpuscule, de l'lment ultime quel qu'il ft : c'tait pourtant une chose servant de support des mouvemetns et des changements, et par consquent en elle-mme ne se mouvant pas. Tt ou tard, pensions-nous, il faudrait renoncer l'ide de support. Nous en dmes un mot dans notre premier livre : c'est des mouvements de mouvements que nous aboutissons, sans pouvoir d'ailleurs prciser davantage notre pense. (Essai sur les donnes immdiates de la conscience, Paris, 1889, p.156.)

    (Bergson 2014, 114)

  • BIBLIOGRPHIE :

    Bailly, Jean-Christophe. 2009. LeTempsFix :PetiteConfrenceSurLesImages . Montrouge: Bayard Editions.

    Barboza, Pierre, and Jean-Louis Weissberg. 2006. LimageActeScnarisationsNumriques,ParcoursDuSminaire.LactionSurLimageColloque. Paris: LHermattan.

    Baude, Boris. 2012. Internet :ChangerLespace,ChangerLaSocit. Paris: FYP ditions.

    Bergson, Henri. 1900. LeRire. on-line version Wikisource. http://fr.wikisource.org/wiki/La_Pens%C3%A9e_et_le_mouvant.

    . 2014. LaPenseetLeMouvant. Paris: Flammarion.

    Berners-Lee, Tim, and Robert Cailliau. 1990. WorldWideWeb: Proposal for a HyperText Project. November 12. http://info.cern.ch/hypertext/WWW/Proposal.html.

    Boisseau, Rosita, and Christian Gattioni. 2011. DanseetArtContemporain. Les Sentiers Dart. Paris: Nouvelles ditions Scala.

    De Certeau, Michel. 1980. LinventionDuQuotidien :ArtsdeFaire . Paris: Gallimard.

    Durkheim, Emile. 1894. LesRglesdeLaMthodeSociologique. Les Classiques Des Sciences Sociales. dition lectronique. http://classiques.uqac.ca/classiques/Durkheim_emile/regles_methode/durkheim_regles_methode.pdf.

    Engelhard, Plilippe. 2012. InternetChange-T-IlVraimentNosSocits ?(Tome1)LInternetetSesProblmes. Paris: LHermattan.

    Figeac, Julien. 2009. Lappropriation de La Tlvision Mobile Personnelle Autour Des Rseaux de Communication. Rseaux 4 (156): 81111.

    Foucault, Michel. 1967. Htrotopies, Des Espaces Autres Des Espaces Autres. In , 5:4649. Architecture, Mouvement, Continuit.

    Greenfield, Adam. 2006. Everyware :TheDawningAgeofUbiquitousComputing . Berkeley, CA: New Riders.

    Slide 1Slide 2Slide 3Slide 4Slide 5Slide 6Slide 7Slide 8Slide 9Slide 10Slide 11Slide 12Slide 13Slide 14Slide 15Slide 16Slide 17Slide 18Slide 19