Thulé - Jean MABIRE – CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome Sparte Indo Européens

Embed Size (px)

Text of Thulé - Jean MABIRE – CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin...

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    1/121

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    2/121

    THULE

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    3/121

    AVERTISSEMENT

    Le texte suivant est une version allg du texte original de Jean MABIRE, achetez son livre

    Jean Mabire - IN MEMORIAM

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    4/121

    I.Le soleil dambre

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    5/121

    Vers la mystrieuse terre du nord

    Le pouvoir que contiennent ces deux syllabes Thul est emplit de mystre. Il suffit de les prononcer,devant le feu qui brle devant la chemine, et aussitt les yeux semplissent de quelques rvessur!it du fond des "!es. #inq mille ans derrance hro$que se rduisent en un seul instant fu!itif.

    %our comprendre ce mythe il faut sembarquer, sencalminer dans les bancs de brume, ne paspouvoir franchir ce mur !ris, opaque, impntrable, o& le ciel et la mer se confond en un mmeinstant palpable et !lacial, qui barre la route et dfend ' (amais les mystres de )hul.

    *n suivant le vol des mouettes, on part (usque sur l+le sacre des hommes du ord, ' -li!oland, etdans les rues brumeuses de unich, pour revenir au point de dpart du dcouvreur antique de)hul, la patrie de %ythas.

    /ans toute l!ende, on cherche une tymolo!ie qui satisfasse au mythe. 0u dpart, les ruditsallemand ont pens a une ori!ine !ermanique, mais sans pouvoir donn une explication di!ne de cenom. 1n a pens a des mots !recs tels que Tholos, brouillard, ou Tele, loin. 2inalement uneacceptation valable du point de vue tymolo!ique, serait celle de 3amivel voya!eur et alpiniste

    chevronn, dans son livre lOr de lIslandeil propose une ori!ine celtique 4 Thual, ce qui veut direla )erre du ord.

    5e !lus le "ot Tul#, en sanscrit, signi$ie % &alance '( )elon Ren *unon, dans le Roi du "onde,la &alance au+del# du signe zodiacal voue une constellation !olaire - La *rande Ourse et la

    .etite Ourse ont t assi"iles aux deux !lateaux dune &alance( Et cest du !/le ue re!osee$$ective"ent luili&re de ce "onde( On retrouve donc le s0"&ole nordiue !ri"ordiale. 6

    )hul est donc bien le ord, ce ord dont nous vient toute lumire. #e mot celtique prouvaitltroite parent de tous les -yperborens depuis la !rande dispersion.

    )hul ce nest pas seulement l+le mystrieuse dcouverte par %ythas le assaliote. #est aussi unsymbole qui recouvre toute la ralit disparue de lantique -yperbore et en apprhende la forcetellurique.

    Le premier !rand historien !rec connu, -rodote, parlait d(' de )hul, et en termes combientran!es 4 7 #est une +le de !lace, situe dans le !rand ord, o& vcurent des hommestransparents. 8

    #e que les bibliothques ont russit ' sauver du ra9 de mare chrtien nous rensei!ne asse9 bien surle voya!e de %ythas, mais laisse encore subsister de lar!es bancs de brumes.

    Massalia le d!art de "yt#as.

    La raison 7 officielle 8 du priple entrepris par le assaliote vers : ;;< est de trouver une routemaritime directe pour rapporter dans sa patrie ltain de #ornouailles et lambre de la =altique.#eux qui diri!eaient la #it trouvaient que les transports par terre, ' travers le continent celtique,obraient vraiment par trop leur n!oce. *n ce I>me sicle avant notre re, la puissance deassalia stend de onaco ' %niscola en #atalo!ne. Lambition lucrative ron!eait assalia et la!rande cit !ardait lambition de r!ler un (our ses comptes avec #artha!e, sa rivale.

    ais lesprit de n!oce nexplique pas tout. Les 0rchontes qui !ouvernent aristocratiquement laville, se demandent sil nexiste pas , vers la mer libre et Le ord, quelque continent mystrieux,dont le contrle leur donnera la puissance matrielle et aussi spirituelle .

    ?ves transmis par la seule tradition dune terre mystrieuse et sacre, o& serait n le peuple source.Les hyperborens sont bien davanta!e ima!ins comme des anctres que comme descontemporains.

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    6/121

    0 voir revivre les assaliotes, de ce sicle de splendeur, on commence ' comprendre que l 1rientntait pas [email protected] par eux comme le berceau de leur race, mais au contraire, comme lennemi. Lasculaire rivalit avec les #artha!inois actualisait le choc de deux mondes anta!onistes. Ar"ce '%ythas et ' ses compatriotes, on peut comprendre que dans l0ntiquit, voici deux millnaires etdemi, entre le dclin d0thnes et le r!ne de ?ome ce que nous appelons au(ourdhui le ord et le3ud dlimitaient les extrmes dune mme aventure humaine. 1n peut alors supputer que cavaliers

    /oriens et marins assaliotes, devenaient alors, les descendants direct des -yperborens.La navi!ation de %ythas sinscrit ainsi, ' qui conna+t lori!ine commune des peuples d*urope,dans le cycle de l*ternel retour. #omme 0lexandre qui a renou le lien solaire unissant autrefoisles monta!nes de acdoine aux plaines de lIndus. assalia veut, ' son tour, apporter le poids deson !nie maritime ' cette redcouverte des liens du san! et de la foi.

    $ Autour de lo%an & un 'ournal de bord mutil.

    Le rcit int!ral du voya!e de %ythas et la carte qui lillustrait ont t brls lors de lincendie

    criminel de la bibliothque d0lexandrie par les chrtiens, sous la direction de lvque )hophile.#eluiBci voulait rduire par le feu les pa$ens rfu!is ' lintrieur du 7 serapeum 8, ce qui nous privede deux des documents les plus prcieux.

    /u (ournal de bord de %hythas, on ne conna+t que le titre 4 7 Autour de locan8. Cuelquesfra!ments ont t conserv par 3trabon. ais le commentaires de cet rudit, qui vivait au dbut denotre re en #appadoce et qui na (amais franchi les limites de sa cit. 0pparaissent aussi suspectsque les volumineux ouvra!es de tous ces poly!raphes qui crivent tou(ours les mmes fablesvenimeuses sur cette 7 mystrieuse et inquitante 8 3ocit de )hul de DEDE. #ar d(' dansl0ntiquit, le !ot du sensationnel et de lquivoque faussait linformation.

    /autres tmoi!na!es B mmes indirects : peuvent cependant servir de !uide. /ans sonJournal de&ord de .0thas de Marseille, un crivain, 2erdinand Lallemand, sest livr ' une vritable enqutelittraire et archolo!ique 4 il a pu alors restituer ce quil nomme, avec un bel lan 7 Fn merveilleux%ont du >ent pos sur la route des =aleines. 8 Il fait appel aux textes de #osmas Indicopleusts, de/enys le %ri!te et de %line l0ncien. Il a lu le livre publi par le 3udois 0rvedson en DGH etconserv ' la bibliothque dFpsal J il a connu le arseillais Aaston =roche, professeur 'luniversit de Anes et auteur dune thse capitale sur %ythas.

    %ythas veut un navire solide et rapide. Cuilles de chne, bords recouvert de plomb, peron debron9e. 3a pentcontore 5 navires habituels des expditions !uerrires et des traverses hauturiresdes marins !recs6 peut navi!uer ' la rame et ' la voile. #omme le feront dans un millnaires les7 draKKars 8 des >iKin!s , que lon doit, dailleurs, appeler 7 sneKKars 8 ou 7 norrs 8. La

    pentcontore est [email protected] pour navi!uer dans les mers du ord, affronter les !laces, brumes et lesbrusques rafales de vent furieux, qui creusent soudain des prcipices dans la mer. Le assalioteplace son expdition sous le patrona!e d0pollon, le dieu du soleil qui appara+t bien, comme unfrre mridionale de =alder.

    Le(traordinaire )oya*e de "yt#as

    #ommence alors le lon! voya!e vers )hul. Le navire de %ythas franchit les colonnes d-ercule etaffronte la mer libre. Il croise au lar!e des ctes dIbrie, fait voile dune seule vole de Aalice en

    0rmorique. Il arrive ' l+le d1uessant et met le cap plein ord sur la #ornouailles britannique. Ilcin!le ensuite vers les +les #assitrides, qui sont sans aucun doute les 3cilly. %ythas est arriv aucMur du pays de ltain. %uis il dcide de lon!er les ctes de la 5!rande6 =reta!ne. 0u bout de deux

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    7/121

    mois de navi!ation, il se trouvent au cap 1rcas, au(ourdhui /uncansby -ead. 0insi arrivs au paysdes %ictes lquipa!e croit quil a enfin atteint le but de leur voya!e. %ythas demande alors a ces

    barbares sils sont ' la fin du monde. Les !uerriers aux bracelets de bron9es et aux torses peints luirpondent que au del', de locan qui se prolon!e a perte de vue vers le ord, stend une +letran!e o& seul peuvent aborder ceux qui ont le cMur pur.

    %ythas poursuit donc sa route plein ord, il lon!e les +les 1rcades quil laisse ' tribord. %uis ildpasse le +les 3hetland, il les situe 7 au lar!es des terres !ermaniques 8, alors que l+le dFnst, la

    plus septentrionale des 3hetlands, se trouvent ' miBchemin de l*cosse et de la orv!e. %ythasnavi!ue ensuite vers les +les 2ro, la pentcontore les dpasse et les laisse lentement dispara+trederrire elle.

    #ela fait donc six (ours, que %ythas et ses compa!nons ont quitt le cap 1rcas, ' lextrmitseptentrionale de l*cosse. *t enfin ils [email protected] ' nouveau la terre.

    0ucun marin nest (amais revenu pour dire ce qui se trouvait sous une telle latitude. 3i les hommesveulent un (our retrouver le monde des hyperboren et devenir semblables aux dieux, cest vers le

    ord quils doivent border les voiles.

    0 la rencontre du 3eptentrion et de l1ccident, ne meurt plus le soleil.

    Lile du soleil et de la )ie.

    %ythas le massaliote reste donc le seul navi!ateur connu de l0ntiquit qui soit all (usqu' )hul.1n ima!ine mal au(ourdhui la somme de connaissances et de coura!e quil a fallu pour arriver

    (usquN' la l+le mystrieuse des hyperborens. Le mythe de )hul cest aussi, cette !rande sa!amaritime, cet affrontement de lhomme avec locan et avec la peur 4 %ythas donne ' la l!ende savritable dimension.

    #ette +le mystrieuse, beaucoup on voulut la situer avec prcision sur la carte, sans dailleurs, trsbien comprendre que l1lti"a Thulreste, mme au temps de %ythas, un symbole spirituel, bienplus que !o!raphique.

    Identifier )hul a lon!temps proccup !o!raphes et historiens. 1n peine ' comprendre leshsitations o& les erreurs de tous ceux qui ont essay de situer )hul ailleurs quen Islande. #ar

    bien que fra!mentaire, le tmoi!na!e de %ythas sur cette dcouverte est capital.

    3elon lui )hul se trouve ' six (ours de navi!ation du pays des %ictes. 0pparemment il a mis sept(ours %our couvrir les milles Kilomtres qui sparent les caps pyrnens du ?oussillon et le dtroitde Aibraltar. Le tra(et de l*cosse ' lIslande, par les Iles 2ro, reprsente environ la mmedistance de mille Kilomtres. %ythas situe par ailleurs, )hul, au nord de la ArandeB=reta!ne. 3ontra(et lamne obli!atoirement vers lIslande.

    /autres hypothses, quelque peu fantaisiste, pour situer )hul ont t ima!in, allant des Iles2ro, ' l+le dIona, situes ' lest des -brides, ' Fnst, l+le la plus septentrionales des 3hetlands,' 1uessant, au lar!e de la petite =reta!ne. -li!oland, la sentinelle des ctes de 2rise. Il ya aussi la)hul de 2ridt(of ansen, qui la situe, dans son livre2ord i Ta3ehei"en, sur la cte occidentale dela orv!e. ais il semblerait que le navi!ateur norv!ien cest quelque peu laisser !uider par lechauvinisme national, plutt que par lanalyse du parcours maritime de %ythas.

    ais il faut comprendre que )hul lFltime, nest pas )hul lFnique 4 spirituellement )hul resteune +le sacre, comme Iona pour les #eltes et -li!oland pour les Aermains. 1n ne pourra (amaisdcouvrir, la vraie localisation de )hul. #ar on peut dire que plusieurs +les mritent le nom sacr de)hul.

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    8/121

    Le $ !oumon de la mer & au-del+ du %er%le Arti,ue.

    Ao!raphiquement et si lon suit la lo!ique maritime, toutes les hypothses autres que lIslandesemble fausse.

    /aprs les rcits de %ythas, lidentification Islande O )hul est fort probable. %ersuad davoir

    navi!u plein nord, le assaliote, serait donc arriv a la pointe nordBest de l+le. La monta!ne quila [email protected], 7 si haute auBdessus de leau 8, ce serait alors l1ster PQKull, fort bien dfini par lesinstructions nautiques, dans une description semblable ' celle de %ythas 4 7 Il existe, ' quelquedistance de sommet, un mamelon noir, le AvQdnarstein, o&, par un phnomne physique inexpliqu,les nei!es et les !laces ne s(ournent (amais. %ar temps clair, on peut le voir ' plus de trente lieuesau lar!es. 8

    *nsuite %hytas aurait accomplie le tour de l+le, en utilisant les courants polaires. #est au cours dece priple septentrional quil voit les 7 poumons de la mer 8 et les brumes du bout du monde.

    Il navi!ue alors dans un lment tran!e 4 7 #e nest pas de la !lace dure, ce nest pas de lair, cenest pas de leau. 8 #ela peutBtre une dfinition, de ce que les !olo!ues donnent du 7 pacK 8 ce

    mlan!e deau et de 7 floes 8 ou !lace flottante, que lon peu rencontrer auBdel' du cercle 0rctiquequi, prcisment coupe lIslande. #est, peu tre, ce que %ythas a franchi.

    )hul dcouverte, %ythas semble avoir atteint le bout du monde. Il a franchi le cercle 0rctique. 0udel', vers le ple, ce nest que brouillard, !lace, nant. )hul restera pour lon!temps la dernireterre septentrionale reconnue.

    /o& ce nom mme d1lti"a Thul. %ythas inau!urait donc une extraordinaire voie maritime quine sera pas reprise de sitt. Il avait t marqu ' (amais du si!ne du vrai soleil.

    A la re%#er%#e du !ays de lambre rou(.

    Le but de son voya!e tait avant tout, datteindre le pays o& se rcolte lambre. La prcieuse etodorante fossile exerce sur les -ellnes une sorte de fascination, qui ne peut se comparer qu' cellede lor. Lambre conserve son caractre ma!ique. Il reste vivant et divin.

    %ythas met le cap sur la orv!e, il veut atteindre le pays des =er!ues, l' o& les monta!nesplon!ent ' pic dans la mer. *tran!e et sauva!e contre, o& les sapins et les va!ues forment le dcordes f(ords. er et )erre ' (amais confondues.

    %ythas et son quipa!e abordent un villa!e de pcheurs. L' sera lactuelle =er!en.

    %our poursuivre sa route vers le pays de lambre, %ythas cherche ' nouveau un pilote. Fn hommedu pays, aux yeux clairs et ' la barbe blonde, offre ses services au assaliote. Il le !uidera vers l+lede lambre quil appelleA&a+Alo.

    L+le de lambre sera atteinte aprs une lon!ue navi!ation dans un dcor de falaises, d+lots, dedtroits.

    L' encore, sur!it une lon!ue polmique entre tous ceux qui ont essay didentifierA&a+Alo 4

    Il y a 4ends0ssel, une des +les de larchipel danois.Bornhol"en =altique ou5ligolanden er duord.

    >endsyssel coiffe la pninsule du Putland, dont elle est spare par un troit bras de mer. #ette

    r!ion fascine par son rle capital dans lhistoire de notre monde J des centaines de spultures,entoures de pierres leves, en tmoi!nent encore. #e prodi!ieux cimetire est en ralit, levritable berceau de l *urope et le Putland a vu partir, ' la conqute des ocans et des royaumes,

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    9/121

    les plus hardis de tous les fils d-yperbore.

    La premire hypothse 4 %ythas a franchi les dtroits du 3und, qui spare le /anemarK de la3canie, et a pntr fort avant en =altique. Il aurait pu ainsi dcouvrir l+le de =ornholm, puis cellede Aotland, au cMur de la 7 diterrane du ord 8.

    La seconde hypothse semble plus sduisante 4 %ythas naurait pas franchi les dtroits du 3und et

    serait rest a croiser sur lactuel /o!!er =anK des pcheurs de la mer du ord. 0lors 0lbaB0lo,ctait -li!oland.

    0lbaB0lo appara+t d(' comme une seconde )hul. #est la vritable 7 capitale 8 de ce pays delambre, qui se situe sur la cte ouest du Putland et du 3lesvi!. Les 0llemands appellent encore=ernsteinstrand ce littoral de la mer du ord et il existe sur la cte du /anemarK une localit dunom de Alesbor!, ce qui si!nifie la ville de lambre.

    Lhistorien maritime Pacques ordal, qui a consacr un livre ' -li!oland, rappelle que l+le portasuccessivement les noms de 0lbacia 5 ce qui ressemble ' 0baB0lo6, =alcia, =asileia, 0usteravia5 del0llemand Auster, hu+tre6, puis Alessaria, o& se retrouve la racine Ales, ambre, comme dansAlesbor!.

    5 #e nom mystrieux d0lbaB0lo, ne peutBil pas se rapprocher de celui d0vallon, ou 0balon, quidsi!ne, dans le l!endaire irlandais, 7 l+le blanche 8, o& lon ne voit (amais la mort. #ertainsvoudraient voir dans ce mot 0vallon le mot ymrique 7 0fal 8 qui si!nifie pomme. L+le sacreserait donc 7 l+le des pommes 8, ce qui fait son!er aux l!endaires -esprides , o& -ercule obtintles pommes dor en !a!e dimmortalit.

    %ou dautres, l+le d0vallon nest autre que l+le d0pollon. 1n retrouve alors le symbole7 solaire 8 de ce dieu dorien dont les sMurs viennent pleurer des larmes dambre dans l+le sacre.#e qui nous ramne en mer du ord o& en =altique. Il se peut alors que 0baB0lo soit 0vallon ou0lbacia, cest ' dire -li!oland . 6

    0prs soixanteBquatre (ours de voya!e, %ythas re!a!ne sa patrie. Pamais, le lon! des quais deassalia, on naura vu navire aussi superbement lest. L Rtain et lambre, lui assurent la fortune.ais ce qui lui assure ' (amais la !loire, cest la dcouverte de )hul.

    T#ule d%rite !ar les e%ri)ains de lanti,uit.

    0ussitt va na+tre, autour de ce voya!e, une prodi!ieuse curiosit. %our soulever un tel lan de foi ,il fallait donc que le assaliote et dcouvert, avec )hul, quelque vrit essentielle S /sormais,au retour d %ythas, l+le du bout du monde est entre dans la l!ende. 3on existence tan!ible, varenforcer sin!ulirement le mythe.

    me si 3trabon dans sa *ogra!hietraite ' plusieurs reprise, le assaliote de menteur. Il ne peutsempcher de citer lessentiel de son rcit 4 7 %ythas dit que les para!es de )hul, qui est la plusseptentrionale des +les britanniques, constituent la dernire 5 des r!ions habitables6 et que l' lecercle dcrit par le soleil au solstice dt est identique au cercle arctique. 8

    /ans son5istoire naturelle, %line l0ncien, va !alement citer %ythas et voquer son voya!e ')hul 4 7 0u (our du solstice, le soleil sapprochant davanta!e du ple du monde et dcrivant uncercle plus resserr claire dun (our continu, pendant six mois, les terres qui sont sous lui, et il yainversement nuit continue lorsque le soleil, passe de lautre ct de la terre, et cest ce qui se passedans l+le de )hulT 8

    0insi ds la plus haute 0ntiquit, )hul devient l+le solsticialepar excellence. *lle ne va pluscesser, pendant plusieurs sicles, de hanter les historiens, les astronomes et les potes. Fn mythe esten train de na+tre, qui re(oint la l!ende des -yperborens et constitue la !ense mme de la

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    10/121

    profonde unit europenne, exaltant son ori!ine dans le ord ancestral.

    /enys le %ri!te nhsite pas ' clbrer en vers !recs, les mystres de l+le sacre dans saescri!tion du Monde4

    % .ar une longue route, !lus loin,

    6endant de son entrave lOcan,

    L7le de Thul, sur un &on navire,

    Tu russiras # latteindre,

    Thul, o8 du soleil ra!!roch du !/le des Ourses

    Jour et nuit, tou9ours visi&les,

    )e r!andent # torrents les $la""es( '

    Le mystre de lle du bout du monde dans la tradition oghamique

    /un point de vue mythique, on peut dire quil existe une parent, char!e de tous les effluves denos traditions hyperborennes, entre les +les sacres. LIslande, dans ce contexte simpose. aisIona ou -li!oland tiennent leur place dans ces l!endes qui recoupent les souvenirs et lesnostal!ies de nos lointains anctres. 0pollon prend place ' ct des dieux solaires des #eltes et desAermains.

    Le thme de l+le sacre revient dans notre commune mytholo!ie hyperborenne et nul ne la dcritavec plus de posie que les vieux irlandais dans la )radition 1!hamique 4

    Il est une 7le lointaine,Tout autour res!lendissent les chevaux de la "er ,:ourse &lanche autour de la vague cu"ante,;ue soutiennent uatre !ieds

    Brillant est le soleil, suite de victoires,.laines o8 9ouent les ar"es,Les &ateaux luttent avec les chars,ans la !laine du )ud du Bel Argent ivants,)ir )airn!iri, la )erre des promesses.

    La place des +les dans notre antiquit pa$enne est trs importante, car ces +les ont t, toutnaturellement le refu!e des druides face aux invasions romaines, comme plus tard seront en mer=altique Usel ou ?VhnQ dans le !olfe de #ourlande, face aux attaques chrtiennes. #e sont descentres s!irituels ou encore des centres traditionnels( Ici les morts retournent ' ltat de

    primordialit J et les sa!es par contre deviennent dtenteurs de secrets ou de mystres.

    Liniti constitueBlui aussi une sorte d+le de science et de sa!esse au milieu du flot des i!norants.

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    11/121

    M/T0E E T0LE A M/STERE E LATLANTIE

    Le symbole de se rapprochement entre )hul et l0tlantide se retrouve dans un texte du WII mesicle. -onorious 0u!ustutodunensis voque lXle %erdue 7 qui se cache ' la vue des hommes, est

    parfois dcouverte par hasard, mais devient introuvable ds quon la cherche. 8 Ici )hul lultimedevient )hul linaccessible.

    %lutarque danse $acie in Or&e lunaesitue aussi l+le, par del' lIslande, 7 #hronos, le dieu del"!e dor, sommeille sur un rocher brillant comme lor mme, o& des oiseaux lui apportentlambroisie 8. Il prcisait que se rocher se trouvait au del' des +les 2ortunes, 7 plus loin vers le

    ord 8 .

    *n sembarquant pour )hul, dans le silla!e de %ythas, on dcouvre lIslande, qui reste depuis letemps de l *dda et des sa!as, la terre sacre des -ommes du ord. Il ne reste plus qua essayer dedcouvrir lori!ine mme de la mystrieuse race aux yeux clairs et au cheveux dor.

    Les Te(tes de "laton.

    /ans le Ti"e%laton fait raconter par #ritias le Peune cette 7 l!ende historique 8. #ritias la tientde son !rand pre #ritias l0ncien, qui la tient luiBmme de 3olon, le philosophe itinrant. Cuant '3olon il doit cette rvlation a des prtres !yptiens. #ela fait une demiBdou9aine dintermdiaire eton ima!ine le travestissement que subit la vrit historique. 0ussi l0tlantide entrera telle dansl-istoire comme un mythe et non pas comme un fait, comme un mystre et non comme uneralit.

    3olon 7 le plus sa!e des sept sa!es 8, entend parler en *!ypte des !randes catastrophes naturelles etde la destruction de cits entire par le feu et par leau. 3elon ses interlocuteurs, les survivants deces cataclysmes ne sont souvent que des illettrs et des i!norants J leur hritiers ne savent plus cequi cest pass dans lancien temps. Les *!yptiens, qui rapportent ce choses, affirment alors auvoya!eurs hellne que les 0thniens, ont (adis ananti une puissance qui voulait conqurir l*uropel0sie et l0frique. *lle venait dune +le situe dans la mer 0tlantique.

    Lerreur de %laton est de faire remonter ce !i!antesque combat ' huit ou neuf mille ans. ais ladescription quil donne de l0tlantide reste dun sin!ulier pouvoir dvocation 4

    7 Fne +le se trouvait devant le passa!e de colonnes d-ercule.#ette +le tait plus !rande que l0sie5mineure6 et la Libye runies. /ans cette +les de l0tlantide des rois avaient form un empire !randet merveilleux. Ils tenaient la Libye (usqu' l*!ypte, et l*urope (usqu' la )yrrhnie. 1r cette

    puissance avait dcid de conqurir tout le bassin mditerranen, mais 0thnes vainquit lesenvahisseurs. ais dans le temps qui suivit, il yeut des tremblement de terre effroyables et descataclysmes. me l+le de l0tlantide fut en!loutie. 8

    Fn nouveau dialo!ue de %laton le :ritias, va lui aussi voquer le mythe de l0tlantide. Lorsque lesdieux ce sont parta!s la )erre, cest %osidon, le dieu de la mer qui [email protected] l+le de l0tlantide. Larace des 0tlantes proviendra de son union avec une fille de l+le #lito. /e ce couple na+tront [email protected], la+n, 0tlas deviendra le premier roi de l0tlantide.

    /ans ce texte %laton dcrit avec une !rande prcision l+le des 0tlantes. Il dcrit ensuiteminutieusement les installations hydrauliques de l+le, alimentes par une source deau froide etdeau chaude. %armi les ressources dont dispose le roi 0tlas, la plus extraordinaire est unmystrieux mtal, lorichalque, 7 le plus prcieux aprs lor des mtaux qui existaient en ce tempsl'. 8

    Il dcrit aussi le crmonial du serment et du (u!ement des rois. Les dix souverains fils de %osidon,qui se parta!ent l+le, se runissent tous les cinq ans dans le temple de leur pre. Ils sacrifient destaureaux au sommet dune colonne dorichalque. Fne fois les taureaux !or!s, ils remplissaient de

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    12/121

    san! un cratre et asper!eait dun caillot de ce san! chacun dentre eux. 3ur la colonne outre leslois, il y avait, !rav, le texte dun serment qui profrait les anathmes les plus terribles contre quile violerait.

    *t une fois la nuit venue, aprs avoir teint toutes les lumires autour du sanctuaire, ils (u!eaient etsubissaient le (u!ement. La (ustice rendue, ils !ravaient les sentences, sur une table dor.

    Le :ritias numre les lois de ces rois atlantes. *lles leur interdisent de prendre les armes les unscontre les autres, et leur commandent de tou(ours dlibrs en commun, et de laisser, en toutecirconstances, lh!monie ' la race d0tlas.

    ais ces dix fils de %ossidon et de #lito l0tlante vont pouser des femmes qui ne sont pas de leursan!. %laton dcrit alors la d!nrescence de cette race royale de souche divine, avec des accentsqui semblaient, soudain, annoncer les clbres prophties du comte 0rthur de Aobineau cetaristocrate normand hant par la dcadence 4 7 ais quand llment divin vint ' diminuer en eux,

    par leffet du croisement rpt avec de nombreux lments mortels, quand domina le caractrehumain, alors, incapables de supporter leur prosprit prsent ils tombrent dans lindcence. 8

    0lors Yeus, le dieu des dieux, voulut ch"tier les 0tlantes et ils runit ses pairs dans leurs demeure

    7 situe au centre de lFnivers o& on voit de haut out ce qui participe du /evenir. 8Le manuscrit du :ritias se termine par une phrase ' (amais inacheve 4 7 *t, ayant rassembl lesdieux, Yeus leur ditT 8 %ersonne ne devait conna+tre la fin de cette tra!ique histoire des 0tlantes.%ar le Ti"eon sait seulement que l+le ' t en!loutie au cours dune fantastique catastrophenaturelle.

    Jean-syl)ain 1ailly n 2ran3ais $ in)enteur & de lAtlantide #y!erborenne

    Les thses soutenues par PeanB3ylvain =ailly, dans ses Lettres # 4oltaire sur lAtlantide de .laton,

    on le double mrite de la lo!ique et de la clart. ' %aris en DZ;[, il se passionnera pour les belleslettres et lastronomie. Il entre alors en correspondance avec >oltaire. /put aux tats !nraux, ilprside la #onstituante lors de lassemble du Peu de %aume, et devient le premier maire de %aris.ais il reste un modr et sera finalement !uillotin en DZE;. 3a carrire dhomme politique, ences temps troubls de la ?volution, a, sans conteste, fait oublier le plus ori!inal de son Muvre 4cette recherche fivreuse de l0tlantide et de la race primitive de l-yperbore.

    %our =ailly il ne saurait y avoir de doute. Il rapproche le pays des 0tlantes et le (ardin des-sprides, citant 0ppollodore 4 7 Les pommes dor enleves par -ercule ne sont pas, commequelquesBuns le pensent, dans la Lybie, elles sont dans l0tlantide des -yperborens. 8. Il affirmeavec force dans une de ses lettres ' >oltaire 4 7 #e nest pas de l1rient quest venue la source desLumires, cest l1ccident qui a produit les druides et les prcepteurs du mondeT )oute les fablesnous ramne vers le ord. #elle de %haton y est li par la production de lambre (aune, par lefleuve de l*ridan qui va perdre ses eaux dans locan septentrional. )ous les travaux d-ercule,vrais ou all!oriques, y ont t excuts ou invents. Le (ardin des -esprides est prs du %le.Pavoue que cette conclusion est surprenanteT 8 0insi va na+tre en plein sicle des Lumires, cetteide nordique, dont un astrolo!ue [email protected] se trouve le premier 7 inventeur 8.

    PeanB3ylvain =ailly croit ' lunit du mythe primitif europen et rattache ainsi l+le 1!yviedFlysse ' l0tlantide. estBelle pas habite par #alypso, la fille du sa!e 0tlas \ Lastronome, amide >oltaire, rappelle aussi que cest un authentique -yperboren, 0baris, qui apporte ' Lacdmonele culte de %roserpine et b"tit son temple. Lori!ine nordique des 3partiates ne faisait donc aucundoute. =ailly conna+t bien sa mytholo!ie classique et il voque pour >oltaire lhistoire de =ore, roi

    des vents du ord, qui enleva 1rythie, dont il eut trois fils 4 0tis, >ili et ]ei.Il raconte aussi lhistoire des tables dairain apportes ' /los depuis les monta!nes-yperborennes. /los pour lui, est lima!e de =asile, la 7 ro$ale 8. 1n retrouve ' la fois la

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    13/121

    capitale des 0tlantes, dont parle %laton, et l+le sacre, dcouverte au lar!e des terres !ermaniquespar %ythas. *t ' laquelle %line donne le nom d1sericta, ce qui nest pas tellement loin du nomallemand primitif d-li!oland 4 0usteravia.

    ais la localisation matrielle de l0tlantide semble importer asse9 peu ' PeanB3ylvain =ailly, quisitue la terre sacre du ord en Islande, au Aroenland, au 3pit9ber! ou en ouvelleBYemble,indiffremment.

    LA 45TE NE TRAITION "RIMORIALE

    La thse de PeanB3ylvain =ailly, qui faisait de l0tlantide -yperborenne le centre primitif de lacivilisation, ne parvint pas totalement ' vaincre le scepticisme de ces contemporains. %lusieurs

    personne nhsite pas a prendre le contreBpied de =ailly. 0nton #adet affirme en DZG^, quel0tlantide est bien 7 atlantique 8 et que les #anaries et les [email protected] restent les dernires pavesvisibles du royaume en!louti. Cuant ' =rory de 3aintB>incent en DGorld . #et historien amateur soutient et accrdite la thse dunmystrieux continent situ en plein cMur de locan atlantique et hautement civilis.

    Lennui pour les partisans de cette thse cest la contreBattaque des ocano!raphes. Le 3udois -ans%etterson, de AQtebor!, a publi en DEG 4Atlantide et Atlantiue. %our lui il ny a aucun doute7 Fn continent 0tlantide dans locan 0tlantique est un cadavre !ophysique quaucun !olo!ue ne

    peut rappeler ' la vie. 8.

    #ette fivreuse recherche avait pourtant mobilis nombre de savants et dimposteurs. #omme leprtendu petitBfils d-enry 3chliemann, qui affirmait dans un article du [email protected] A"erican, versDEDH, avoir trouv la clef de lni!me au )ibet, ' laide dun mystrieux manuscrit.

    *n DEHH, un savant !ermanoBbohmien, du nom de .A. Yschaet9, prtendra mme dans son livreAtlantis, die 1rhei"at der Arier, que le continent disparu ne pouvait tre que la patrie primitive deces fameuxAr0ensdont parlait temps le comte de Aobineau. L0tlantide sidentifiait ' l0s!ard, lademeure des dieux nordique, et se situait en 0sie, alors considr comme le berceau des IndosB*uropens. #e Yschaet9ch avait bien mis le doi!t sur la liason vidente entre l 0tlantide etl-yperbor e, mais il se laissa emporter par une passion raciale, qui, a force de vouloir trop

    prouver, ne prouvait plus !randBchose.

    %ourtant, si l0tlantide tait mystrieuse, voir inexistante, pour certains spcialistes modernes.L-yperbore nen demeurait pas moins une certitude. -rodote, /iodore, >ir!ile, %line, ou%tolme ne la prenait pas eux, pour un pays l!endaire mais pour une ralit, asse9 bien localiseau ord du monde quils pouvaient apprhender. Ils y voyaient le pays de l"!e dor, dont la

    nostal!ie ne cessait de tourmenter les humains, tou(ours incliner ' re!retter 7 un bon vieux temps 8.Les 0nciens parlent de l0tlantide avec des larmes dans la voix, comme certains folKloristesvoquent au(ourdhui les coiffes du temps de LouisB%hilippe.

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    14/121

    4uand le r%it menson*er re!rsente la )rit8

    #ette immense nostal!ie ne sexplique pas sans une ralit historique. #es mythes de )hul, del-yperbore, de l0tlantide possdaient, un tran!e pouvoir de 7 mobilisation 8, ils incarnaient une

    force proprement reli!ieuse.La rsur!ence de ces mythes para+t donc normal ' une poque o& l*urope commencesin!ulirement ' vaciller sous le coup des ides rvolutionnaires et des dcouvertes scientifiques.Les -ommes ne peuvent se passer de mystre, au dclin du #hristianisme va correspondre ' unetran!e monte des sectes, et autres forfanteries. Le phnomne semble sacclrer de nos (ours, o&le chaos saccro+t dans l*!lise et dans toutes les structures dites ' tort 7 traditionnelles 8 dansnotre morne socit industrielle. Les piliers scroulent. %hnomne dautant plus irrsistible que lescontests sont devenu contestables et quils sont les premiers ' perdre confiance en euxBmmes.Les bonimenteurs et les ma!iciens triomphent. L0tlantide tiendra sa place dans les hantises de tousles anciens croyants dsorients par cette mort inluctable de /ieu que leur [email protected] iet9sche.

    /ans ce #haos et cette dcadence, les anciens dieux reviennent en force et les vieux mythesreprennent une vi!ueur exceptionnelle. #e qui peut effectivement nous r(ouir, puisque le passnest (amais que la (eunesse.

    Les traces du royaume ori!inel disparu, taient visibles derrire tous les !rands vnementshistoriques de la trs !rande antiquit europenne. *t non pas comme le prtendait la 3ocit)hosophique de me =lavatsKy et de ?udolf 3teiner retrouvable par loccultisme.

    Les cavaliers doriens navaient pas sur!it du nant pour appara+tre soudain sur les riva!esensoleills de la mer *!e. Ils venaient du ord et des ctes de lambre. Ils appartenaient au mondede l-yperbore. L0tlantide avait t pour les anciens ce que devait devenir le Araal pour tout leoyenB0!e.

    La tradition atlantoBborenne nous apprend quel est le vritable nom de notre patrie. *lle brille detous les feux du soleil. *t pourtant elle se situait dans le ord. #ette unee reli!ion qui possde aussices mystres. ais )hul est depuis la plus haute 0ntiquit, une terre du soleil invaincu 4 Thululti"a a sole no"en ha&ens.

    $ Linter)ention & de Julius E)ola le maudit.

    1n pourrait prsenter son Muvre comme une 7 abbale fasciste 8. ais laction politique avant etpendant la dernire !uerre, importe peu, au re!ard de sa contribution ' lanalyse de notre temps et '

    la connaissance de notre pass. Cue ce !rand souffrant solitaire, paralys sur son lit depuis sablessure de DE^ (usqu' sa mort en DEZ, fut un maudit et, comme le dit lEnc0clo!die delInex!liu, 7 un aptre de la contreBculture 8 importe asse9 peu.

    /e la lecture de Rvolte contre le "onde "oderne, on ne doit pas sortir volien. ais on peututiliser le code civil sans tre =onapartiste. #e livre semble asse9 bien clairer la route del-yperbore.

    %our le !rand chercheur italien de la )radition, il ne paraissait pas impossible que ce 7 paradisperdu 8 dont rvaient les anciens, en le nommant 0tlantide ou )hul, se trouv"t au ple ord. *volantait pas le premier ' laffirmer et re(oi!nait lintuition de PeanB3ylvain =ailly 4

    7 La localisation du centre ou si!e ori!inel de la civilisation 7 olympienne 8, dans une r!ionborale ou nordicoBborale devenue inhabitable correspond ' un ensei!nement traditionnelfondamental que nous avons expos ailleurs, avec des donnes (ustificatives a lappui. Fnetradition 50!er&orenne, dans sa forme ori!inelle 7olympienne 8 ou dans ses rsur!ences de type

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    15/121

    7 hro$que 8, se trouve ' la base dactions civilisatrices accomplies par des races qui, durant lapriode stendant entre la fin de lre !laciaire et le nolithique, se propa!rent dans le continenteuroBasiatique. 8

    Auillaume %ostel, ori!inaire de =arenton, qui vcut au W>I sicle et mourut dans les prisons delInquisition, a crit dans son :o"!endieu" :os"ogra!hicu" 4 7 Le paradis se trouve sous le ple0rctique 8. *t qutait le paradis pour le clerc dori!ine nordique, si ce nest la transpositionmysticoBtholo!ique du souvenir de la patrie primordiale \

    Lexplication du 7 polaire 8 en valait une autre. Le ord devenait ainsi le centre suprme du mondeet larchtype de toute 7 domination 8 au sens suprieur du terme. /ans toutes les traditions indoBeuropennes, des souvenirs concordants parlent de cette terre, devenue mythique par la suite, enrapport avec une con!lation ou un dlu!e

    Lori*ine !olaire des 0y!erborens.

    #ertes on ne peut pas accepter les conclusions de Pulius *vola sans rserve, ni sans mfiance.%ourtant son explication par les voies du traditionalisme semble beaucoup plus cohrente, que toutce qui ' t dit sur le su(et (usquici., et qui situait invariablement lori!ine de notre civilisation dansquelque fabuleux proche orient.

    Les !laces du %le satisfont bien davanta!e que tous les sables du dsert. #e passa!e re(oint ce quiest dit dans la reli!ion nordique primitive, du moins telle quelle est dvoile en partie par les textesde l*dda et dinnombrables tmoi!na!es archolo!iques 4 7 ous ne reviendrons pas sur cettemanifestation de la loi de solidarit entre causes physiques et causes spirituelles, dans un domaineo& lon peut pressentir le lien intime unissant ce qui, au sens le plus lar!e, peut sappeler 7 chute 8_' savoir la dviation dune race absolument primordiale_ et la dclinaisonphysique de laxe de la)erre, facteur de chan!ements climatiques et de catastrophes priodiques pour les continents. ousobserverons seulement que cest depuis que la r!ion polaire est devenue dserte, que lon peutconstater cette altration et cette disparition pro!ressive de la tradition ori!inelle qui devait aboutir 'l"!e du fer ou "!e obscur, aliB`u!a, ou 7 "!e du loup 8 5*dda6, et, ' la limite, aux tempsmodernes proprement dits. 8

    0 partir de lhypothse borale quavait propos Pulius *vola, on arrive tant bien que mal 'reconstituer une chronolo!ie acceptable. #ette race borale primitive stait donc mise enmouvement. 7 %orteurs du mme esprit, du mme san!, du mme systme de symboles, de si!nesde vocables, des !roupes d-yperborens 5 venus du %le6 attei!nirent dabord l0mrique du ordet les r!ions septentrionales du continent europen. 8 %uis une seconde va!ue d-yperborens seserraient avancs, quelques milliers dannes plus tard, vers l0mrique centrale et surtout vers ce

    continent mystrieux qui devrait tre un (our en!louti. #e sont ces -yperborens 7 atlantes 8,constituant un centre de civilisation ' lima!e du berceau polaire ori!inel, qui auraient peupll0tlantide de %latonT. #ette 7 race 8 nordicoBatlantique aurait ensuite essaim en 0mriquemridionale et en *urope occidentale. #ela se passait ' la fin de lpoque !laciaire .

    Cuant ' la race purement nordique, directement issue du %le hyperboren, et tablie en *uropeseptentrionale, elle aurait alors accompli une immense mi!ration de la 3candinavie en 0sie, o& lonsitue ' tort le 7 berceau 8 des IndoBeuropens. /ans leur lon! voya!e, les -yperborens devaientmme atteindre la #hine et l0frique ainsi que lattestent des m!alithes isols.

    L0tlantide nous conduit ainsi ' la civilisation m!alithique des menhirs, des cromlechs et desdolmens. 1n dcouvrait ainsi les peuples 7 ' la hache de combat 8. Les -yperborens sont donc

    passs de l"!e dor ' l R"!e dar!ent. *t ainsi on arrive tout naturellement ' la troisime re, ' l"!edu bron9e. *vola le nomme l"!e titanique, sans cesser de le relier ' l0tlantide. /aprs cettemi!ration reconstitue, on peut peutBtre enfin mieux apprhender, pourquoi les -llnes croyaient

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    16/121

    que les dieux taient ns de la mer. Ils avaient sur!it du monde nordBatlantique. Le %le, le 3oleil etla er 4 voil' une )rinit qui vaut tous les monothismes.

    #ela peutBtre tenu pour une chronolo!ie, ou plutt un encha+nement historique 4 il ya le %le B cequi paraissait possible J l0tlantide ce qui paraissait probable J )hul B ce qui paraissait certain.

    Laventure des 7 -yperborens 8, ce peuple que les anciens croyaient suprieur et dori!ine divine,

    courait sur des di9aines de millnaires. ais il devait dsormais sincarner en une poqueprhistorique prcise, celle de l"!e du bron9e.

    e lAtlantide + l9*e du bron:e

    %aul Le #our ' travers les numros de sa revueAtlantis, sattachait ' une tradition quil nommait '(uste titre, 7 atlantoBborenne 8. Il tablissait une totale identification entre les 0tlantes et les-yperborens. Il ' crit 4 7 Il est probable que la civilisation la plus anciennement connue date de ladcouverte du bron9e, que lon attribue prcisment aux 0tlantes 8. La Cute de )hul conduit

    alors sur le peuple de l"!e du bron9e, aprs une escale dans l0tlantide. Fne 0tlantide qui para+tainsi de moins en moins mythique.

    Lalliance du cuivre et de ltain a permis la fabrication dun mtal vite devenu l!endaire. %ourlhistoire de notre monde, le bron9e a plus de valeur que lor. *t il porte encore au(ourdhui le nommystique dairain. Les hommes du ord ne devenaient :ils pas des dieux en devenant for!erons \0insi, les ibelun!en apparaissaient sin!ulirement vocateurs dune ralit ori!inelle.

    1n retrouve aussi %ythas. Il tait partit ' la recherche dune voie maritime pour rapporter ltain.Le plus !rand !isement se trouve aux +les #assitrides, qui sont sans doute, Les 3orlin!ues ou3cilly, ' lextrmit occidentale de la #ornouailles britannique. Cuant au cuivre , il nest pas rare en*urope et l+le sacre de -li!oland reste une vritable 7 mine de cuivre 8 ' ciel ouvert.

    L+le de )hul ntait pas l0tlantide, mais une 7 colonie 8 une tape, une 7 marche 8 des-yperborens. Fne autre 7 colonie 8se trouvait ' -li!oland.

    #ela accrdite les dcouvertes du pasteur PVr!en 3panuth et sa thorie de lAtlantide retrouve( Lemonde avait connu plusieurs va!ues de conqurants hyperborens. Le rcit de %laton 7 tlescopait 8laventure de la !rande race des hommes blonds aux yeux clairs. #eux que les *!yptiens appelaient7 les peuples de la mer 8 ne venaient pas de l0tlantide 7 atlantique 8, mais de l0tlantide 7scandinave 8, ou plus exactement (utlandaise.

    Les preuves existaient. )out autant que %ythas , cest dsormais 3panuth qui montrait le chemin de)hul.

    0eli*oland #aut lieu atlante

    Cuand le pasteur archolo!ue PVr!en 3panuth prtendit, peu aprs la dernire !uerre, avoir enfinlocalis dune manire certaine l0tlantide, il fut accueilli avec un scepticisme qui frisait le mpriset mme la haine. Il prtendait situer l+le des atlantes en mer du ord, il (ustifiait ainsi toutes lesthories septentrionales, plus ou moins discrdites pour avoir t utilis ' tort et ' travers par lesna9is.

    Le pasteur PVr!en 3panuth tait n en DE

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    17/121

    ais faute de moyens financier, il navait (amais russi, ' poursuivre, les fouilles sousBmarines, aular!e d-li!oland. #es fouilles sousBmarines auraient, selon lui, totalement confirm ses thses.Le problme de 3panuth, vient peutBtre du fait quil nest (amais parvenu ' or!aniserlindispensable batta!e publicitaire autour de ces dcouvertes. %ourtant, sa dmonstration restaitdune !laciale ob(ectivit.

    La ralit atlante + medinet #abou.

    PVr!en 3panuth sest livr ' une critique minutieuse du texte de %laton. Il a surtout eu lide deremonter ' la source et de se rendre en *!ypte, l' mme ou 3olon avait entendu, de la bouche des

    prtresBhistoriens, le rcit de linvasion des 0tlantes. Le pasteur va alors dcouvrir, dans les!ravures et sur les tablettes du temple de dinet -abou la cl de lni!me atlantenne. Le templede dinet -abou a t construit par ?amss III, qui r!na dans les annes DH

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    18/121

    *pes 8 ' lan!ue de carpes 8, casques ' cornes, bateaux ' proue et poupe 7 ' tte de cy!ne 8,boucliers ronds, chars de combat ' roue pleine, coiffure du style 7 couronne ' rayons. 8

    Les peuples de la mer qui attaquent l*!ypte et vont subir une effroyable dfaite navale sontincontestablement les 0tlantes dont parle %laton.

    #omment les 0tlantes sontBils venus (usquen *!ypte, sur les rives mridionales de la mer

    diterrane, dont veulent tant exclure certains 7 chercheurs 8 aveu!ls par une exclusive passionantinordique \

    %our PVr!en 3panuth, il ne sa!it pas dune simple expdition militaire, mais dune vritablemi!ration de population. Les 0tlantes ont mi!r du ord ori!inel par la mer, avec leurs bateaux 'tte de cy!ne, et par terre, avec leurs chariots ' roue pleine. *n descendant vers les pays du 3ud, ilsse divisent en deux !rands courants.

    Lun par la Arce, subit un !rave chec devant l0cropole d0thnes, mais russit ' occuper la#rte et ' sen servir comme 7 base militaire 8, do& les 0tlantes vont rayonner dans toute laditerrane orientale. Ils occupent ?odhes puis #hypre, mais ne cherchent pas ' semparer des+les du nord et du centre de la mer *!e.

    Fn autre courant des peuples venus du ord descend toute lItalie, aprs tre pass par le col du=rener. 1n trouve indiscutablement les traces de ces 0tlantes dans la valle de >al #amonica, o&

    plus de sept mille dessins rupestres sapparentent troitement, par la technique de !ravure et lesmotifs, ' ceux retrouvs dans la province de =ohuslan en 3ude. Les 0tlantes continuent leurlon!ue marche vers le sud. Ils arrivent en 3icile. /sormais, l*!ypte se trouve encercle par les

    ordiques qui lattaquent ' la fois par la Lybie et par la 3yrie.

    La dmonstration de 3panuth, montre que les 0tlantes, dont parlent les prtres !yptiens ' 3olon etles peuples de la mer, que dcrit ?amss III, se confondent. Ils sont 7 les peuples septentrionauxqui ont leur patrie dans la mer du onde, au nord, o& r!nent sur beaucoup d+les et partie ducontinent. 8

    A la re%#er%#e de la !atrie !rimiti)e des Atlantes

    Les 0nciens ont donn diffrents noms aux peuples que nous appelons au(ourdhui 7 0ryens 8 oumieux 7 IndoB*uropens 8. Ils sont nomms ainsi, tour ' tour 4 7 %euples du ord 8, 7 0tlantes 8,7 %euples de la er 8, 7 -yperborens 8.

    Ils semblerait mme possible didentifier, avec plus de prcision ces 7 ordiques 8. Les textes!yptiens parlent des 7 %hrs 8 que les -breux appellent 7 %helestim 8 ou %hilistins, et que certainsspcialistes identifient aux 2risons, des 7 3aKar 8 qui sont sans doute les 3axons, et des 7 /enen 8

    que lon peut identifier aux /anois.#es !uerriers venus du ord pour attaquer les *!yptiens sont donc des 7 prBvicKin! 8.

    #e qui paraissait frappant che9 les 0tlantes dont les papyrus !yptiens nous restituent les plans etles batailles, cest leur confiance en eux. Les *!yptiens croient quils rvrent un dieu de la

    (eunesse, de la 2orce et du 3oleil, qui nest autre que le futur 7 0pollon -yperborens 8 des-ellnes, et le =alder de la mytholo!ie ordique.

    ais leur lointaine patrie ne survivrait pas non plus ' une catastrophe naturelle. ?amss IIIrapporte 7 leurs villes furent en!louties dans la mer 8 et le rcit de l0tlantide dit 4 7 l+le =asileiasombra dans la mer et disparut. 8

    Lidentification des 0tlantes et des peuples de la mer, en ce W siecle avant notre re, ne constituaitque la prface de la dmonstration du pasteur 3panuth. 3on vritable but restait de localiserl0tlantide et sa capitale =asileia.

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    19/121

    3elon lui ce que les 0nciens dsi!nent par 7 en dehors des colonnes d-racls 8 veut dire aussibien au nord qu' louest du dtroit de Aibraltar. 7 Les peuples de l0ntiquit avaient une ima!e!o!raphique du monde trs diffrente de celle que nous connaissons au(ourdhui, ils pensaient quela )erre tait un disque autour duquel coulait le Arand #ercle de leau 5en !yptien 4 7 sin ur 86.#e cercle terrestre, divis en deux demiBcercles, nord et sud, se trouve parta! en neufs arcs, dont leneuvime se trouve tout ' fait au nord. L' se situe l+le des 0tlantes, ce que les Arecs nomment la

    colonne du ord 7 stele boreiros 8, ou colonne d0tlas, le porteur du monde.1n a retrouv, selon 3panuth, une reprsentation de cette colonne nordique du ciel sur une cassetteen ivoire du tombeau de )outanKhamon. *lle ressemble tran!ement ' larbre de >ie des anciens3axons, la colonne dIrminsul, qui fi!ure, !rav dans la pierre, sur le temple pa$en de plein air des*xternsteine prs de /etmold.

    L ocan 0tlantique tire son nom du dieu 0tlas qui se confond avec le roi 0tlas, le fils de %ossidonet de #lito. 1n doit donc chercher la mer 0tlantique non pas ' lemplacement de lactuel ocan maisl' o& les 0nciens [email protected] 0tlas, le porteur du ciel. )oute la tradition antique, aussi bien hellniquequ!yptienne, saccorde ' situer la colonne du ciel sous ltoile polaire. -omre situe, sans hsiter,0tlas au pays des -yperborens et le dcrit au nord du monde. 3elon le pote de l Od0sse, le (our

    et la nuit se rencontrent ' lextrme nord.%ythas racontera ' son retour de )hul, ce quil avait vu 4 7 Les =arbares mont montr o& lesoleil se couche pour dormir. 8 #ette phrase est une des rares que 3trabon a russi ' sauver du rcitori!inal du !rand voya!eur massaliote.

    L7le de lambre 'aune %a!itale du %ontinent en*louti.

    Le pays o&, selon la l!ende de %romthe encha+n, s(ournent 0tlas et les vier!es hyperborennes,appara+t, avant tout, comme le pays de lambre. %our PVr!en 3panuth, lambre hyperboren nestautre que lorichalque atlante. #est la matire qui aprs lor 7 reprsente la plus haute valeur pourles hommes de lpoque 8. Lambre (aune, que les Arecs nomment 7 eleKtron 8, se trouve sur lesctes de la =altique et de la mer du ord, surtout sur la cte occidentale du Putland au foyerdori!ine des peuples hyperborens.

    %ythas avait na!ure dcouvert l+le de lambre. 0baB0lo, *lectris, -li!oland et =asileiapouvaientBelles se confondre \ #est une +le dans la mer, avec des bancs de sablesT 3elon 3panuth,il sa!irait bien de la capitale des 0tlantes, qui fut en!loutie vers le WIII sicle avant notre re,

    pour ressur!ir vers le >III J 7 phnomne souvent observ pour des +les en!louties sur la cteoccidentale du 3chlesi!B-olstein 8.

    Le !o!raphe !rec arcellus crit, dailleurs 4 7 Les habitants des +les dans locan du ordavaient conserv le souvenir de l0tlantide transmis par leur anctres J une !rande +le qui avaitexist autrefois dans cette r!ion et avait domin pendant de nombreux sicles toutes les autres +lesde la mer extrieure J cette +le avait t consacre ' %osidon J elle avait t un (our envahie par lamer et dtruite. 8

    #ette +le sacre de lambre (aune et du cuivre ne peut se situer que dans la baie sudBest de la mer duord, ' un (our de navi!ation de lembouchure du fleuve *ridan, qui nest autre que l *ider.#omme dans le rcit de l0tlantide de %laton, la navi!ation y est rendue trs difficile par la prsencedes hautsBfonds.

    #e qui paraissait fantastique dans cette localisation, ctait lexistence dune liaison mer du ord et

    mer =altique, par l*ider, la )reene en amont et la 3chlei en aval. 0insi, coup a sa base par unvritable bras de mer, le Putland tout entier tait na!ure une +le. 0prs la disparition de =asileia,capitale des 0tlantes, sur!it le 7 mur de brisants 8 de Lunden, qui devait contraindre l*ider ' se

    (eter ' prs de cent Kilomtre plus au nord et modifier profondment la carte hydro!raphique du

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    20/121

    pays de lambre. 0prs la catastrophe de DH

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    21/121

    !rande mi!ration qui devait les emporter, au bel "!e du bron9e ' la conqute de ce continenteuropen, que nous prtendons au(ourdhui unir. 0lors que nous avons oubli ce qui a fait, voici desmillnaires, son unit profonde. )ous les conomistes (on!lant avec le charbon et lacier i!norentque le bron9e avait t (adis le plus indestructible des allia!es et le symbole mme de notre antiquealliance. )oute notre aventure avait la mme ori!ine, tous nos peuples avaient le mme san!, toutesnos nations divises ntaient que les dbris dun immense empire qui navait dautre loi que de

    savoir chaque homme ma+tre de luiBmme.La nostal!ie de l0tlantide ntaient que le souvenir dune cit harmonieuse et or!anique. #ette citntait pas une quelconque capitale, ftBelle situe sur une +le mystrieuse, mais une forteresseinvisible, que chaque peuple hyperboren portait en luiBmme, comme une ima!e radieuse. )hul setrouvait partout o& des hommes restaient fidles ' la loi indicible que personne ne pouvaittrans!resser.

    %our raconter la chevauche des -yperborens. Il fallait dabord tablir une chronolo!ie. Cuilsviennent de ce %le ori!inel, dont avait parl na!ure Pulius *vola, ou quils sur!issent du nant delinconnu, quelque six mille ans avant notre re, nempchait pas de situer leur ori!ine dans la!rande plaine nord europenne, entre la presqu+le du Putland, ' louest, et le !olfe de 2inlande, '

    lest.Fne telle localisation pouvait sembler arbitraire. ais sa lo!ique interne apparaissait absolue. 2airevenir les -yperborens du %rocheB1rient allait ' lencontre de toutes les dcouvertesarcholo!iques qui devaient tre volontairement occult par tous ceux quanime la hantise morbidedu reniement. L-omo ordicus semblait se tenir droit sur ses (ambes sans avoir besoin de sontuteur mridional.

    Laventure nordique [email protected] voici huit mille ans. La volont y tenait la premire place. %asserde la cueillette et de la chasse ' la!riculture et ' lleva!e reprsente un prodi!ieux bond en avant.*n un sens, dans cette plaine nordique si cruelle aux paysans aux prises avec un climat impitoyable,ctait un dfi qui re(oi!nait la l!ende hellne de %romthe drobant le feu aux dieux.

    Poseph /chellette, qui devait trouver la mort sur le front ' cinquante deux ans, ds les premiressemaines de la Arande Auerre, laissait une datation qui na (amais t rfute. #et rudit date dedeux millnaires et demi avant notre re les dbuts de l"!e de bron9e europen. /es centaines demilliers dob(ets tmoi!nent dune activit prodi!ieuse et mconnue.

    #es ob(ets navaient pas t fabriqus par nimporte quels hommes. Les archolo!ues accourraienten renfort et constataient lidentit entre une culture et une ethnie que lon nomme hyperborenne.Fn dbris de poterie ou un fra!ment de hache ressuscitait ainsi lartisan ou le !uerrier qui avaitna!ure mer! dans lhistoire, pour modeler le monde selon son !ot et selon sa force. #es cr"nestrouvs dans la terre d1ccident ntaient pas, le si!ne de la mort, mais au contraire le si!ne de lavie ternelle. #es hyperborens ntaient pas anantis puisquils nous avaient fait ce que nous

    sommes. #es cimetires pars restaient de prodi!ieux tmoins de la !rande cration.

    La lon*ue Mar%#e des 0y!erborens )ers le Soleil.

    Les hommes de )hul restaient des >isiteurs de laube, et il est prfrable de les nommer7 hyperborens 8, plutt que 7 aryens 8 ou 7 IndoBeuropens 8. Le premier terme !arde des relentsde propa!ande belliqueuse et le second voque la classification ardue des philolo!ues.

    >ers : H^

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    22/121

    Cuand ils se mettent en marche vers des contres moins rudes, les -yperborens sont peunombreux. /ix ' dou9e millions dhommes, tout au plus. La population des %aysB=as actuels. Leidi, le Arand idi, soudain les attire comme un aimant. 3oif de terres et de batailles . =esoinirsistible de dcouvrir et de dominer. /sir instinctif que rend bien lexpression populaire 4 7 setailler une place au soleil. 8

    %artis dun foyer ori!inel que les spcialistes moderne situaient, sans hsiter, du ct de la Lituanie,les -yperborens vont dferler en va!ues successives. #es va!ues conqurantes venues du ord,7 matrice des nations 8 comme disaient les 0nciens, devait schelonner sur plusieurs sicles.#ertaines vont dispara+tre en route ou re(oindre dautres rameaux, certaines vont marcher sans trve

    (usquau bout et atteindre la #hine et l0frique, certaines vont s(ourner lon!temps dans les sitesintermdiaires avant de reprendre la Lon!ue arche.

    Les -yperborens ont imposs irrsistiblement la loi de leur armes ' ces populations sub(u!uesque les rudits appellent parfois en *urope les 0sianniques, sans pouvoir dissiper la brume qui lesentoure.

    Les anthropolo!ues saccordent pour classer les -yperborens comme 7 ordiques 8 et les0sianiques comme 7 0lpins 8, 7 /inarique 8 ou 7 ditranens 8. importe quel manuel sur la

    population de notre continent situe ces peuples conquis sur une carte et leurs noms sont restsfamiliers 4 =asques, Li!ures, Ibres, 3icules, *trusques, %las!es ou #rtois. Ils nappartiennent pasau 3eptentrion, mais ce sont aussi des occidentaux.

    Le monde $ barbare & et le monde $ %lassi,ue $ ne 2ont ,uun.

    Cuand ils vont arriver en Inde et imposer leur loi, ils ne sont plus quune poi!ne, voue 'dispara+tre, aprs avoir marqu leur conqute dune empreinte spirituelle et sociale indlbile. aistandis quils svanouissent au cMur de l0sie profonde, dans le dcor !randiose des plaines que

    parcourent les fleuves immenses, quelquesBuns parviennent ' !a!ner les hautes valles et vontterminer leur aventure sur le )oit du onde. Ils ont voulut mourir plus prs du soleil, retournant ' la!lace ori!inelle, o& leurs "mes peuvent retrouver leur plnitude.

    %ourtant ceux qui ont prfr la route du 3ud ' la route de l*st, vont faire retentir toute l*urope dupiaffement des sabots et du hennissement des chevaux. La chevalerie mdivale apparaissait, alorscomme la dernire char!e de la cavalerie hyperborenne. 0 trois millnaires de distance, onretrouvais les centaures qui devaient un (our mourir ' =alaKlava et ' ?eichshoffen, dans nos !uerresfratricides du dernier sicle. os anctres avaient t les plus !rands 7 re+tres 8 de l-istoire et nousrestions les hritiers de ce !i!antesque #adre oir qui avait na!ure conquis la moiti du monde.

    Laventure des lointains -yperborens avaient t mconnue et occulte. 3ur les bancs des coles,on na (amais appris ce qui unissait les peuples dont les enfants d*urope napprennent que lesnoms quen b"illants 4 7 Les )hoKariens, les )hraces et les %hry!iens, les 3cythes, les #immriens,les -ittites, les -yKsos dont PVr!en 3panuth compare au %hilistinsT

    Lhistoire entre la Arce et ?ome est plus connue, mais nombreux sont victimes de cette oppositioncardinale ord contre 3ud. Les hautes falaises de -li!oland appartenaient au mme monde que les

    pentes escarpes du mont 1lympe. Il nexistait plus dopposition profonde entre le monde7 classique 8 et le monde 7 barbare 8. )ous deux avaient t fconds par le mme !nie audacieuxdes -yperborens. #e que illustre bien cette phrase de /ieu la ?ochelle 4 7 Fn peu d-istoire diviseles *uropens, mais beaucoup d-istoire les unit. 8

    1n retrouvait au pays des 3axons, des Putes et des 2risons, les noms de ces peuples frres quiavaient na!ure fond la !randeur hellnique 4 les Ionens, les 0chens, et les /oriens, qui venaientselon -rodote, des 7 terres au:del' des nei!es 8.

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    23/121

    Le couragespartiate et lasagesseathnienne, sont deux vertus essentielles des -yperborenstroitement complmentaires, qui traverseront les sicles. 1n les retrouve dailleurs inscrites enlaine rutilante sur la toile bise de la =roderie de =ayeux, clbrant la victoire des ormands '-astin!s en D

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    24/121

    #ertains ont voulu privil!ier la vision du !uerrier conqurant, tandis que dautres ma!nifiaient lepaysan sdentaire. La vrit est quils auraient pu tre lun et lautre, tour ' tour selon le rythme dessaisons et les pressions des famines. Le clich du soldatBlaboureur est rest clbre et #incinnatusoffre une asse9 belle ima!e, ' la rude poque romaine, de lternel -yperboren qui cultive son bienet dfend son fait.

    %aysans, les hyperborens ltaient sans aucun doute. Ils ont apport, au cours de leurs mi!rations,des !raines dori!ine nordique totalement inconnues avant eux dans les contres mridionales.*leveur encore plus que cultivateurs, ils rassemblent dimmenses troupeaux de moutons et surtoutde bovins, ils portent aux chevaux un intrt qui se transforme vite en culte. Lanimal de trait et deselle prend un vritable caractre reli!ieux et se trouve consacr au soleil.

    #es paysans, le moment venu, savent se battre. Ils (alonnent l*urope de spultures, dans lesquelsils reposent avec leurs bi(oux dor et leur pes de bron9e. Ils mprisent les arcs, 7 armes desl"ches 8 et prfrent dfier lennemi au corps ' corps. La mtallur!ie se dveloppe rapidement.#harpentiers, tisserands, potiers travaillent dans de vritables ateliers spcialiss. L' encore, on peutsuivre les conqurants ' la trace. #omme les pes 7 ' lan!ue de carpe 8, les cramiques 7 ' dcorscord 8 tmoi!nent de leur passa!e et de leur tablissement.

    La famille reste la cellule de base de cette socit. *lle appara+t rsolument patriarcale et tendueaux parents les plus loi!ns. Il se forme ainsi de vritable clans, qui iront en slar!issant (usqu'constituer des tribus et des peuples. /ans cette famille, stablit une sorte dquilibre entre lespoux. 3i le pre reste le protecteur des siens, la mre appara+t comme une !ardienne. *lle obit ason mari mais elle commande la famille et surtout elle duque les enfants. La mono!amie appara+tcomme une r!le ncessaire, la femme se trouve l!ale de lhomme. 3a moindre importancesociale est proportionnelle ' sa surimportance familiale. #e mpris de la !ent fminine ne viendraquavec le christianisme et linfluence occidentale.

    La #antise !assionne de lindi)idualisme et de la libert.

    Lunivers des -yperborens tournait autour de la famille, du clans, de la tribu, du peuple. ais leursocit tait telle quon parvenait mal ' ima!iner des royaumes ou mme des empires.

    Les -yperborens sont trop attachs ' leur libert pour susciter le moindre pouvoir absolu. Lesouverain doit sentourer de conseils et mme dassembles. Le souverain reste surtout responsable.#e systme peut para+tre insolite pour qui sest habitu ' lalternative strile de la dictature ou delanarchie. Le r!ime des -yperborens ni une monarchie ni une dmocratie. Le seul nom qui

    puisse lui convenir reste celui daristocratie populaire, car tout repose sur la sa!esse et le coura!e,dans la !rande assemble des hommes libres.

    #e 7 roi 8 trs particulier existe dans toute laire de dispersion des peuples issus de lantique mondede )hul. 1n peut en trouver la preuve dans la racine dsi!nant le mot roi che9 les IndoB*uropens.#ette racine identique prouve une !nralisation du systme dans toute laire de dispersion . Laracine commune se trouve dans le sanscrit ra9an, dans le !aulois rixet le latin rex, dans laryenrada5devenu lindien moderne ra9a6. La mme ori!ine se retrouve dans la dsi!nation de la royautet de l*mpire 4 reich!ermanique, rigindoBaryen ou ri3eet rigscandinave. /ans une communauthomo!ne, comme ltait celle du ord primitif, le libralisme correspond ' une mentalit

    profonde J elle sera, peu ' peu, noye par les brassa!es de population rsultant des mi!rationslointaines, o& les conqurants, en faible importance numrique, se verront lentement conquis parleurs conqutes. Les dictatures restent tou(ours des phnomnes de dcadence.

    0 lintrieur de la communaut hyperborenne, les droits de lindividu restent, par contre, tou(ourslibrement reconnus. Lautorit ne ressemble en rien au despotisme thocratique du %rocheB1rient.#haque homme trouve sa place naturelle, selon ses dons plus que son ran!.

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    25/121

    %ourtant cette socit libertaire et relativement !alitaire se trouve rpartie en trois classe quiforment ce que le spcialiste Aeor!es /um9il a nomm la 7 tripartition 8. 1n distin!ue ainsi les

    prtres, les !uerriers et les paysans. al!r la prminence de la fonction sacerdotale et souveraine,on peut voir dans ce systme immuable une diffrenciation plus quune hirarchie. La couronne, lacharrue et lpe ne sopposent pas mais assurent, ensemble, la survie de la communaut.

    La morale de la lumi=re et la 2oi du soleil.

    Les deux mots qui reviennent sans doute le plus souvent dans les vieilles chroniques europennes,ce sont ceux de volont et dhonneur. Lespoir, par contre na pas de sens. #e qui compte cestdaccomplir ce qui doit tre accompli et non pas ce qui doit aboutir ' un succs.

    1n retrouve dans toute cette 7 morale 8 de lantique -yperbore un certains !ot pour les causesdsespres, une attitude de perptuel dfi, o& le !ot du risque sexaltait (usqu' dpasser toutes leslimites du possible. Les !uerriers spartiates de Lonidas aux )hermopyles restent, en ce sens, de

    purs hyperborens. #e qui compte ce nest pas le plaisir mais le devoir. on pas la soumission ' un

    autre que soiBmme mais la libert de simposer une conduite conforme ' limprescriptible honneurde sa li!ne et de son clan.

    1n retrouve ce mme esprit che9 le noble arya, lhomoios dorien, ou le yarl norv!ien. /epuis l"!edu bron9e (usqu' la conversion de lIslande au christianisme, pendant quatre mille ans rien nesemblait avoir chan! dans la morale et la foi de nos anctres. /evant les dieux, ils restaient libre etfiers, i!norant lhumilit comme la terreur. Ils i!norent les do!mes troits et les rites fi!s. 0ffronterle destin devient une r!le de vie absolue, qui se prolon!e mme auBdel' de la mort. Le seul7 salut 8 reste de combattre, sans trve et sans peur. Le ]alhalla naccueille que des !uerriers.

    1n dcouvre ainsi lopposition entre la reli!ion des -yperborens et celle des 0sianiques qui restede type matriarcal. #ontre les desses de la nuit et de la lune, les dieux du ord saffirment ' lalumire du (our et du soleil. Le sacr sexprime dans le culte du feu et sexalte aux !randes ftes

    pa$ennes du solstice dhiver et du solstice dt. Les temples ne sont pas des cavernes sombres o&r!nent les tnbres, mais des enceintes sacres, b"ties sur des hauts lieux, en plein vent !ifles parla pluie et brles par le soleil.

    Le !rodi*ieu( tem!le du soleil nordi,ue

    Le site de 3tonehen!e se trouve dans la plaine de 3alisbury, sur cette vieille terre du ]essex. #ettecathdrale pa$enne nous crase de toute sa puissance muette. =ien sr il fallait traduire ce lan!a!edu silence, au dbut du WW sicle, il nexistait pas moins de neuf cent quaranteBsept thories pourexpliquer le mystre de 3tonehen!e.

    >ers DDII sicle, fit enfinintervenir les invitables druides. Les archolo!ues, depuis lors, nont cess de remonter dans le

    temps pour dater 3tonehen!e.

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    26/121

    Le %er%le sa%r dlimite une en%einte dun demi-#e%tare

    0u(ourdhui, enfin, on commence ' se rendre ' lvidence 4 3tonehen!e na pas t b"ti en un (our,ni mme en un sicle. #ommenc ' lpoque nolithique, ce temple solaire a t modifi a plusieurs

    reprises (usqu' l"!e du bron9e.)out commence sans doute vers HG

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    27/121

    Le cercle extrieur se trouve form de trente pierres leves laissant entre elles un troit passa!e, demoins dun mtre. #hacun de ces !i!antesques piliers pse environ vin!tBcinq tonnes. 0 six mtreauBdessus du sol, ils supportent lenceinte circulaire, forme de pierres chancres et rives bout '

    bout. %lusieurs de ces m!alithes, pesant plus de six tonnes, sont tombs et !isent maintenant danslherbe rase, au pieds des piliers. ais lensemble de cette enceinte !arde encore uneimpressionnante ma(est.

    Le centre du temple solaire voque un !i!antesque fer ' cheval de cinq portique, encore plus hautque lenceinte circulaire qui les prot!e. Les deux piliers centraux, lourds de cinquante tonnes,

    pro(ettent vers le ciel un linteau de pierre ' plus de sept mtre de haut.

    )out entier plac sous le si!ne du soleil triomphant, 3tonehen!e reste ' la fois un observatoire et untemple. Il tmoi!ne ' (amais des connaissances astronomiques de ses constructeurs, mais il demeureaussi un prodi!ieux lieu de culte. L' se sont droules, dans ce pass lointain, les crmonies defidlit au rythme des saisons.

    4uand se l=)e lastre de 2eu au solsti%e dt.

    *ni!me de l-istoire, sans cesse interro!e par les archolo!ues et les astronomes, ce haut lieu nacess dintri!uer et de passionner ceux qui se veulent fidles ' leurs ' leur anctres et ' leur destin./ans ce temple ' ciel ouvert, qui navait pas connu dautre dieu que le soleil, on retrouve encorequelques personnes, venus des vertes collines du %ays de Aalle et des rochers roux de la presqu+lede #ornouailles, qui clbrent le !rand maria!e de la terre et du feu, le !rand culte tellurique de laseule force qui ne mente pas et de la seule vie qui soit ternelle.

    La vie semble mourir au solstice dhiver, mais elle rena+t au solstice dt. 3tonehen!e, nest pas le

    tmoi!na!e dun culte disparu, mais le point prcis o& pouvaient dsormais sancrer la certitude etlesprance, pour tous ceux qui recherchent lesprit inaccessible de )hul.

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    28/121

    II.Le soleil de 6er

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    29/121

    Lorsque lon parle de )hul, beaucoup voque cette mystrieuse 3ocit de )hul fonde en DEDG, 'unich, et qui avait, assuraitBon, manipul un caporal inconnu du nom d0dolf -iler. Il n Rest pasune tude sur le national socialisme qui ne fasse la part belle ' la Thul *eselscha$tet ' son !randma+tre ?udolf von 3ebottendorff. Les amateurs de ma!ie y trouvent leur compte, puisque lhommetait astrolo!ue et fort vers, para+tBil, en sciences occultes.

    1n retrouvait dans cette histoire la vieille l!ende de lapprenti sorcier J le 2Vrhrer naurait tquune sorte de mdium entre les mains de puissances si obscures, quelles apparaissaient mme, 'certains, extraBterrestres. )outes les histoires de vampirisme de l*urope centrale y trouvaient unenouvelle (eunesse et laventure qui devait bouleverser le monde devenait une histoire de tabletournante qui aurait (ustement mal tourn.

    Le plus dur ici, est de ne pas faire confiance, et surtout de ne pas croire, les ressorts sotriques del-istoire

    Cue des hommes et des femmes aient dcid de rester fidles ' lesprit de )hul, en plein WW sicle, semble asse9 extraordinaire, pour quon sintresse, un tant soit peu, ' leur combat simconnu et calomni. #es quelques inconnus, qui se voulaient si tran!ement fidles ' lhrita!elointain des -yperborens, avaientBils dcouvert le secret de )hul \

    #e qui importe, avant tout, cest que leur aventure, ne doit pas tre rduit ' une simple quipepolitique.

    Sur les tra%es de la mysterieuse $ So%it de T#ul &.

    Les hommes et les femmes de la 3ocit de )hul voulaient renouer avec leurs a$eux. #ar lavritable reli!ion du ord, cest dabord ce lien imprescriptible, dans l Respace et dans le temps.#eux de la 3ocit de )hul voulaient saffirmer comme diffrents. 0insi, avaientBils form unevritable noblesse. /ans un monde qui renie ses ori!ines et se soumet aux modes tran!res, lesfils, fidles ' leurs pres lointains, devaient obli!atoirement faire fi!ure de lunatiques et derprouvs. Ils devenaient, ' proprement parler, dans tous les sens du terme, des Lucifriens. #est 'dire des porteurs de la torche de la lumire et du dfi.

    Ils refusaient, aux heures les plus sombres de lhistoire de leur patrie, les idoles ' la mode, ils sedressaient contre la rvolution !alitariste, contre la dmocratie indiffrencie, contre le mtissa!e

    universel, au nom des vieux dieux du ord.#e qui devait ensuite sur!ir de leur combat nest !ure intressant. -itler ne devait appara+tre qu'la fin de leur histoire. ?especter la stricte chronolo!ie devenait une loi absolue pour restituer levritable sens de cette quipe.

    L-omme qui devait devenir, en DE;;, le ma+tre du III ?eich, napprciait !ure de navoir pas tle premier ' lever dans unich ltendard de san! du dfi allemand. Les sbires de sa police avaientsaisi, ' sa seconde dition, les M"oires publies par ?udolf von 3ebottendorf ds larriv au

    pouvoir de son tran!e 7 lve 8.

    Il faut dire que le fondateur de la 3ocit de )hul avait donn ' son livre un titre qui sonnaitcomme une provocation 4Bevor 5itler 3a"T, cestB'BdireAvant ue 5itler ne vienneT

    )ous ceux qui ont crit sur cette priode parlent de cet ouvra!e comme dun texte introuvable etnen font que des citations tronques, ' laide de documents de seconde main. %ourtant il existe unexemplaire dans les rserves de la Ba0erische )taats&i&liothe3 ' unich. /ans ce livre

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    30/121

    3ebottendorff ' tendance ' embellir son personna!e et ' fort amplifier son rle. ais on nen tientpas moins le document essentiel, celui o& le principal acteur de cette quipe se met en scne etvoque ses compa!nons. 1n bnficie, avec ce document, dun tmoi!na!e direct et int!ral.

    Ltran*e 2i*ure dun $ #ors - la -loi & sa(on.

    3ebottendorff est de ceux qui rsistent quand tous abandonnent, de ceux qui refusent quand tousacceptent, de ceux qui restent fidles quand tous trahissent. Il est de ceux qui se retirent quandsannonce la victoire et disparaissent dans lombre, plutt que de voir transfi!urBleur rves ' cemoment prcis o&, comme le disait na!ure %!uy, 7 La mystique se transforme en politique. 8

    #et homme ntait pas seulement le !rand ma+tre dune socit sotrique qui devait manipuler uncertain 0dolf -itler. Il se situait dlibrment hors de lactualit. Il ntait pas, comme le raconteles pseudoBhistoriens dau(ourdhui, une sorte de ma!e qui allait dclencher, par quelques passesma!ntiques, laventure du III ?eich. Il tait lhomme dun autre combat. Il ne luttait ni pour unenation, ni mme pour une race, mais pour un esprit.

    1n a lon!temps crt quil tait enferm dans un combat politicoBmilitaire, mais il faut comprendrequil ntait pas lhomme dune idolo!ie mais dune reli!ion.

    Il ne faut pas voir la 3ocit de )hul, comme appartenant ' la 7 prhistoire 8 du na9isme. *lle serattachait ' une ori!ine infiniment plus lointaine que le pan!ermanisme du dbut de ce sicle, etdevait sauter parBdessus la parenthse que fut la tra!die hitlrienne, pour retrouver, avec son sens

    profond son actualit.

    M unich entre le monde nordique et le monde mridional.

    unich, fonde au WII sicle par -enri le Lion, duc de 3axe et de =avire, fut un des hauts lieuxde notre pass europen. Il reste dans cette ville quelque nostal!ie du fondateur, cousin du fameuxempereur =arberousse. L"me de cette cit ne se rsume pas aux quelques flonflons de l1Ktoberfest, quand la bire coule ' flots dans la -ofbraVsKeller et dans toutes les brasserie en folie.

    Le plus tonnant , est que laventure, qui devait bouleverser le monde, se soit droule dans le cadretroit dune province paysanne, asse9 rsolument rebelle aux !rands desseins politiques. La =avirenest pas la %russe, et le royaume de ]ittelsbach a !ard ' travers les sicles une rputation de

    bonhomie, qui se marie asse9 mal avec la vocation dun empire. *t pourtant de unich allaitrena+tre )hulT

    Le destin de unich semble d(' inscrit sur une carte de l*urope. La capitale bavaroise se situe aucarrefour du monde nordique et du monde mridional, elle appartient ' cette *urope centrale, quinest ni tout ' fait de l 1uest ni tout ' fait de l*st. /ans une 0llema!ne qui chappe au cancer dela centralisation, unich peut s Raffirmer sans rivale. unich possde, sans aucun doute, uncertain 7 pouvoir 8 et attire comme un aimant les rprouvs et les ori!inaux. #ela sera sensible

    aux lendemains chaotiques de la %remire Auerre mondiale. ais le phnomne appara+t plusancien, comme si la cit des rois de =avire avait sauve!ard un caractre vritablement ma!ique,auquel la prsence de ?ichard ]a!ner navait, certes, pas t tran!re. unich la catholique seveut aussi unich la )eutonique. al!r toutes les !lises baroques et leurs dorures tourmentes,on y respire un air asse9 pa$en que vivifient les vents du ]alhalla et de l1lympe. /errire lesourire des marbres !recs, conservs pieusement dans la Alyptothque, ce nest pas le visa!e du#hrist qui sannonce, mais le visa!e de Lucifer, le 7 porteur de lumire 8 qui se perptue.

    )erre profondment 7 reli!ieuse 8 dans tous les sens du terme, la =avire reste ouverte ' toutes les

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    31/121

    aventures spirituelles. Le san! bouillonne facilement, fouett par les effluves de la bire forte, deschansons, de la bonne humeur. Le sens de la communaut, plus vifs que dans le ord, incite leshommes ' se !rouper, ' faire front, ' lutter coude ' coude. *t puis lO&erlandest proche, avec sonesprit ba!arreur. /ans ce pays, rude et na$f, de monta!nards et de frontaliers, les 0llemandsressentent le besoin instinctif daffirmer une !ermanit, dautant plus firement revendique quelleest racialement moins vidente.

    ans les annes les !lus noires de la

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    32/121

    ]ilson6, sont avant tout, des idolo!ues. Lnine et ]ilson apparaissent cramponns ' leur doctrinecomme ' une vritable reli!ion. La dmocratie capitaliste et la rvolution communiste prtendentr!ir le monde avec la mme foi messianique. *n face, les *mpires centraux nont comme idalquun pan!ermanisme remontant ' =ismarK. Auillaume II a mobilis l"me !ermanique et il

    bnficie du romantisme !uerrier attach ' la dynastie des -ohen9ollern. /epuis la revanche de la%russe sur apolon Ier, son pouvoir repose sur une idolo!ie politique, qui appartient au sicle

    dernier et se rclame du fameux principe des nationalits. Le ythe prussien , for! par 2ichte etpar -umboldt, cent ans auparavant, a!onise dans les tranches.

    3ebottendorff appara+t demble comme un homme tran!e. Il porte une lourde quarantaine./ori!ine allemande, il a lon!temps vcut en )urquie et bnficie mme de la nationalit ottomane.Il se rclame davanta!e des tribus !ermaniques que de l*mpire allemand. Il remonte mme a un

    pass encore plus ancien, qui voque lunit du monde nordique et la nostal!ie hyperborenne.

    3ous la direction de 3ebottendorff, et avec son ar!ent, deux publications vont tre cres ds DEDG.La premire,Allge"einen Ordensnachrichten, Les nouvelles !nrales de l1rdre, sadresse auxinitis et constitue une sorte de bulletin intrieur. La seconde va bien auBdel', elle touche tous ceuxque lon nommerait ailleurs des sympathisants et qui se parent ici dun titre infiniment plus

    potique 4 le !rade damiti 5 6reundscha$tsgrad 6. #e second priodique, domin par la politiqueplus que par la philosophie, va sintituler,Runen, les ?unes.

    #elui qui va fonder la 3ocit de )hul, croit quil faut mettre ses ides noir sur blanc avant de selancer dans laction. 3on rve nest pas de fonder un parti politique, mais dabord un socit de

    pense. #es deux publications inconnues,Allge"einen OrdensnachrichtenetRunen, ne sont que desbrlots, imprims pauvrement sur du mauvais papier de !uerre. ais elles vont mettre le feu aupoudre.

    L0OTEL ES 4ATRE SAISONS.

    *n pleine !uerre, celui qui se fait appeler le 7 =aron 8, parcourt la =avire pour rassembler lesfidles. *n quelques mois, il saffirme comme le meilleur or!anisateur du *er"anenordenrenaissant. Les diri!eant berlinois de L1rdre dcident de lui confier la plus importante 7 province 8de leur association 4 la =avire.

    Fne fois ' unich, le ma+tre de la province de =avire du *er"anenordenva recourir ' un moyeninsolite 4 les petites annonces S Il fait para+tre dans les (ournaux de vritables offres demploi, o& laseule rmunration propose est bien entendu la reconnaissance de la patrie, en !nral, et del1rdre en particulier.

    Le premier ' se prsenter sera un certain ]alter auhaus, un sculpteur ancien lve du %r.]acKerle. Arivement bless sur le front, cest un [email protected] dynamique. ?udolf von 3ebottendorf lui

    propose un arran!ement 4auhaus prendra en mains les or!anisations de (eunesse et duquera lescadets dans lesprit de l1rdre., et le =aron re!roupera les personnes plus "!es.

    Or*anisation de la !ro)in%e ba)aroise du $

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    33/121

    semble le plus averti des doctrines secrtes de l1rdre.

    /autres fidle ne tarde pas ' re(oindre le petit !roupe. %our pouvoir accueillir le public, il amna!eun appartement de la Yei!strasse. Les diffrents (ournaux bavarois apprennent aussi au public, parle biais des petites annonces, la tenue des assembles de la 7 Lo!e 8 dont la premire r!le est lafidlit au vieil esprit !ermanique.

    Il ny a, ' cette poque rien de clandestin, dans le recrutement du *er"anenorden en =avire. 0tous ceux qui manifestent quelque curiosit pour son !roupement, 3ebottendorff adresse une feuillede recrutement nD 5>er&e&latt6. Il y fait clairement entendre que doit se constituer en 0llema!neune association qui soit aussi une vritable fraternit de san!. )ous ceux qui postulent leuradmission doivent en comprendre les principes, inspirs par idolo!ie 7 nationaleBpopulaire 8, etremplir une tran!e demande dadhsion 47 Pe soussi!n dclare, en connaissance et en conscience, que moi et mes anctres, ainsi quemon pouse et les anctres de mon pouse, nont pas dans les veines du san! dune racetran!reT 8

    0insi, c Rest chaque postulant qui dcide de luiBmme sil appartient ou non ' la !rande famille deshritiers de )hul. Il remplit sa propre dclaration de puret du san! 5Blut&e3enntnis6. Il [email protected] la ]erbeblatt H, la seconde feuille de recrutement o& il dcouvre une ima!e symbolique dudieu ]otan, ainsi que linsi!ne secret de lordre 4 la roue solaire.

    Il reste encore au futur 2rre ' minutieusement remplir un lon! questionnaire et ' ladresser '3ebottedorff, accompa!n dune photo!raphie.

    Fne fois le postulant accept, le =aron leur accorde le !rade damiti 5 6reundscha$tgrad 6 enpersonne. ais ce nest que le premier, au sein de la hirarchie secrte de l1rdre.Le postulant prtealors serment de fidlit au a+tre de la province bavaroise du *er"anenorden, 2idlit ' sa

    personne, ' un !roupe et plus encore ' sa /octrine.

    Fne crmonie marque son entre dans la nouvelle communaut, et 3ebottendorff ne manque

    (amais dadresser au nouvel imptrant et aux tmoins qui laccueillent, quelques parolessymboliques 47 0insi, vous revene9 parmi nous. >ous faites votre retour parmi votre communaut. >ous retrouve9)hul. 0vec nous, vous re(oi!ne9 l*mpire invisible et ternel de nos anctres du ord. 8

    Rende:-)ous dans les salons de l#otel des ,uatres saisons.

    /e nouveaux adhrents ne cessent de re(oindre le petit !roupe et les locaux de la Yei!strassedeviennent trop petit. Le =aron dcide de louer une salle plus vaste. Il trouvera ce quil cherche,

    dans la aximiliamstrasse, une des principales rues de unich, dans lhtel des Cuatre saisons 54ier Jahreszeiten6,qui est de rputation internationale, son nom para+t aussi comme une vritablerencontre symbolique 4 toute la reli!ion des -yperborens tait na!ure fonde sur le rythme dessaisons.

    %our 3ebottendorff il vaut mieux rpandre des ides que des runions publiques, car latmosphresalourdit en =avire comme dans toute l0llema!ne. )andis que les soldats se battent durement surle front, des meneurs essayent de provoquer des !rves et des troubles. *n raison de la pnurie de

    papier, le !ouvernement interdit toute cration de nouvel or!ane de presse. 0lors le =aron reprendraun (ournal qui existera d('. #e sera leMnchener Beo&achter. Il a t fond au dbut de lanneDGGZ et son directeur, 2ran9 *her, est, depuis, dcd. 3a veuve reste propritaire mais se

    dsintresse de cette entreprise de presse. 2inalement il traitera laffaire pour ^

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    34/121

    Il prsente donc dabord son (ournal comme une feuille dinformations sportives, ainsi il aura pourlui la (eunesse, et nattirera pas tous de suite lattention de ses ennemis. 0ussitt, il se met ' crireson premier ditorial qui na aucun rapport avec le sport 4

    7 ous devons nous souvenir de ce qua dit /israeli 4 La question raciale est la clef de lhistoire dumonde. g /eux conceptions saffrontent dsormais, celle de la race !ermanique et celle de la race

    parasite. 0u del' des biens matriels, les Aermains aspirent ' un idal qui nest pas celui duchristianisme. 1n a aboli notre reli!ion, on a dtruit notre droit, on sest moqu de notre lan!ue,mais on na pas encore dtruit notre peuple. )ou(ours se sont dress des chefs qui lui ont permisdchapper ' lanantissement. 3ans cesse, de nouvelles va!ues !ermaniques se sont rpandues surl R *urope et le monde. *t, avec elles, la civilisation. #ar la civilisation est venue du ord. 8

    0vant que 3ebottendorff ne se lance ainsi dans le (ournalisme, de tels propos navaient sans doute(amais t tenus avec une telle conviction et une telle violence. %ourtant, leMnchener Beo&achterne tire qu' cinq cents exemplaires.

    Calter Nau#aus !ro!ose le nom de $ T#ul &

    Il faut trouver un nouveau vocable pour appeler la Lo!e bavaroise du *er"anenorden ( #e sera]alter ahaus, le chef du !roupe des (eunes, qui va su!!rer le nom de )hul. )hul implique lemystre, le secret mme. 3euls ceux qui en sont di!nes doivent savoir ce que recouvrent ces deuxsyllabes. 0insi na+t la 3ocit de )hul 5 Thule *esellscha$t6

    La crmonie de 2ondation va avoir lieu le DZ aot DEDG, dans une ambiance quasi reli!ieuse./eux 2rres sont venus de =erlin et apportent ' leurs amis de unich le salut de la capitale du?eich. ?udolf von 3ebottendorff est alors officiellement intronis comme a+tre pour toute la

    province de =avire.

    %eu ' peu, au cours des runions, va simposer le style propre ' la 3ocit de )hul. Fne section dechant est constitue. )andis que des (eunes filles vocalisent sur de vieux lieder !ermaniques, desvirtuoses les accompa!nent au piano. Fn harmonium fait entendre ses plaintes. /ans toutes les

    pices ont peint le symbole de )hul 4 la roue solaire victorieuse.

    #haque membre porte un insi!ne de bron9e 4 deux pieux sy croisent sur une croix !amme,inspire par la !ravure dune hache dcouverte na!ure en 3ilsie. La Thul *esellscha$tressembletout autant ' une socit savante qu' une secte reli!ieuse. 1n sy soucie darcholo!ie, dhistoire,de mytholo!ie, bien plus que de politique.

    La politique, en ces mois terribles pour l0llema!ne et pour l*urope, cest la !uerre. *t tous sontpntrs des slo!ans diffuss par le priodique Runenet par le (ournalMnchener Beo&achter4

    7 )oute culture nexiste que dans le combat et ne se dveloppe que par le combat, le combat pourlexistence le combat pour la vie S 8 3ans cesse revient, en ces (ours de dfaite, le mme mot dea"!$comme un leitmotiv a!nrien.

    Les ditoriaux semblent annoncer lapocalypse, mais aussi la renaissance 4 7 )out ce qui vit doitdispara+tre pour laisser place ' une vie nouvelle. ous, nous mourrons. ais nos enfants et lesenfants de nos enfants vivront. La dtresse actuelle des Aermains nest que le seuil dune vienouvelle du !ermanisme. 8 3uit une tran!e supplique dune inspiration toute pa$enne 4 7 3ei!neur,donneBnous la dtresse pour que nous devenions 0llemandsT 8

    La r)olution de no)embre et le serment sans retour.

    Le Z novembre, lindpendant de !auche urt *isner et le socialBdmocrate *rhard 0uer unissent

  • 7/25/2019 Thul - Jean MABIRE CLAN9 Identitaire Evola Guenon Document Paien Paganisme de Benoist Odin Wotan Rome

    35/121

    leurs efforts pour renverse lordre tabli en =avire. Fn !rand