Click here to load reader

Tibet imaginaire, Tibet réél Annales GHM · PDF fileoù un certain nombre d’acteurs s’interrogent sur l’éthique du voyage, et admettent que l’acte de grimper n’est pas

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Tibet imaginaire, Tibet réél Annales GHM · PDF fileoù un certain nombre...

  • Tibet imaginaire,Tibet rl

    Annales GHM 2001

    Pierre Chapoutot 2005

  • 78

    Pierre Chapoutot / Tibet imaginaire, Tibet rel

    Aire culturelle tibtaine (Tibet ethnique)Lad. = Ladakh BH = Bhoutan

    TADJ. = Tadjikistan (ex-URSS)- AFG. = Afghanistan - VN = VitnamC = Cachemire - C1 = sous contrle pakistanais (Karakoram, etc...)C2 = sous contrle indien (Jammu & Cachemire) - C3 = sous contrle chinois

    Zone daffrontements indo-pakistanais

    Position approximative du K2

    TADJ.

    AFG.Wakhan

    C1

    C2

    C3Aksai Chin

    Lad.

    PAKISTAN

    Xinjiang (Turkestan)

    Tibet (Xizang)

    LhassaSIKKIM

    BH

    NEPALAru

    nachal

    Pr.

    C H I N EQinghai

    Sichuan

    Gansu

    Yunnan

    MYANMAR(Birmanie) LAOS V.N.

    BANGLADESH

    I N D E

    Dharamsala*

    Laire gopolitique tibtaine en 2001

  • Pierre Chapoutot

    Tibet imaginaire, Tibet rel

    Le Tibet : une question lordre du jour, sinon la mode, qui sinvite, parfoisde faon vhmente, dans les dbats de nos associations. Il y a peu, ctait leprojet dexpdition franco-chinoise dans le versant tibtain de lEverest quidchanait la tempte sur lAssemble Gnrale du G.H.M. Aujourdhui, cest lacration de lcole de guides de Lhassa, avec lactive participation de la F.F.M.E.,qui mobilise des nergies contraires. Il y a ceux qui y voient loccasion dunedmarche humanitaire ; mais les autres dnoncent une collaboration infme (et peut-tre bassement intresse) avec un pouvoir criminel. Et il se trouve que le G.H.M.compte en son sein des tnors de chacun des deux camps.

    Il va de soi que nous nallons pas ici rsoudre le problme. Mais le fait mme quele dbat existe et passionne est un bon signe : nous sommes donc parvenus un stadeo un certain nombre dacteurs sinterrogent sur lthique du voyage, et admettentque lacte de grimper nest pas totalement innocent. Reste pourtant un motifdinterrogation : pourquoi cette sensibilit se manifeste-t-elle de faon aussiexclusive propos du Tibet ?

    Certes, le drame que traverse actuellement ce pays est dune dimensionparticulire, dans son tendue comme dans son intensit. Depuis cinquante ans, lepouvoir communiste chinois fait rgner au Tibet une impitoyable rpressionfrappant aussi bien les hommes (il y aurait dj eu 1,5 million de victimes, toutesraisons confondues, alors que le chiffre officiel de la population est de 2,4 millions)que les formes et les signes de la vieille culture bouddhiste (95 % des monastresdtruits) ; paralllement, il dveloppe une colonisation conomique et humaine quisubmerge peu peu la population de souche tibtaine sous le poids dmographiquedes Han, tandis que les ressources naturelles du haut plateau sont exploites sansmnagements. Et comme diffrentes formes de rsistance se sont dveloppes, onest entr dans lengrenage classique dans lequel la rpression trouve sa justificationdans la rbellion, et rciproquement. En mme temps, quelque 200 000 Tibtains(soit au moins 8 % de la population locale, si lon se rfre aux chiffres officiels) ontpris le chemin de lexil, regroups pour beaucoup en Inde, Dharamsala, autour deleur autorit politico-religieuse traditionnelle, le Dala Lama XIV Tendzin Gyamtso(titulaire depuis 1989 du Prix Nobel de la Paix). Ajoutons que, aux yeux debeaucoup, la prsence de la Chine au Tibet est historiquement et juridiquementillgitime, et que par consquent il doit tre considr comme un pays agress,occup et colonis, sinon soumis un vritable ethnocide (certains parlent mme degnocide).

    79

    Dossier Tibet

  • Une exception tibtaine ?Pourtant, si lon examine le

    monde dans son ensemble, force estdadmettre que ce type de situationnest malheureusement pas unique.Si les choses se sont spectacu-lairement amliores depuis 15 ou 20ans en Amrique latine ( quelquesexceptions prs, comme en Colom-bie), lAncien Monde fait bienmauvaise figure. Du Golfe de Guine la Nouvelle-Guine, cest de faonpresque continue que senchanentles contres (trs souvent monta-gneuses) o svissent des situationshumainement intolrables : rgimesdoppression, perscutions ethniquesou religieuses, guerres civiles,conflits frontaliers, quand il ne sagitpas de massacres organiss plus oumoins grande chelle. En Afrique, lessublimes montagnes du Ruwenzorisont actuellement le thtre deconflits imbriqus dune effrayantebarbarie. En Asie, il nest pratiquement aucune rgion de haute montagne qui soitexempte de motifs (divers) dindignations militantes : Kurdistan, Caucase, Pamir,Wakhan, Hindou-Kouch, Himalaya, montagnes de Birmanie (Myanmar), delarchipel indonsien ou de lIrian Jaya (Papouasie occidentale) Ici et l,nombreux sont les peuples privs de leurs droits les plus lmentaires (Kurdes,Palestiniens, Tchtchnes, Kashmiris, Papous), nombreux aussi les systmesintolrants, brutaux, cyniques et/ou criminels, de la Syrie et de lIrak lAfghanistanet au Pakistan, ou encore au Myanmar liste naturellement non exhaustive.

    Si les alpinistes devaient solennellement sengager boycotter les pays osvissent des systmes indignes, ce nest pas seulement la Chine quil faudraitstigmatiser, mais il faudrait sans doute aussi tirer un trait sur le Pakistan, aussi bienpour le traitement inflig la moiti de sa population (les femmes) que pour lesoutien (euphmisme !) apport aux bourreaux de lAfghanistan, les talibans, ou auxorganisations plus ou moins terroristes qui mnent la djihad dans le Cachemireindien1. Il nest pas certain quon y soit prts

    80

    Pierre Chapoutot / Tibet imaginaire, Tibet rel

    1 Les dpenses militaires dvorent 1/3 des ressources budgtaires du Pakistan. Sachantquune expdition au K2 rapporte actuellement 12 000 $ de royalties, on peut estimer

  • Alors, pourquoi le Tibet ? Lune des raisons tient sans doute au fait que, de toutesles tragdies asiatiques, le drame tibtain est aujourdhui le mieux mis en scne par ses propres acteurs et ses sympathisants. Au sicle de la communication, le faitde pouvoir incarner une cause dans une personnalit aussi forte et aussi habile quecelle du Dala Lama est un atout formidable. On peut aussi penser au rle delimage, par exemple propos de films rcents dots dune efficacit incontestable(mme si ce ne sont pourtant pas ncessairement des chefs-duvre) comme LittleBouddha, Sept ans au Tibet ou lEnfance dun chef. Mais cela nexplique pas tout,et cest dans lordre du symbolique quil faut chercher les explications profondes :touchant aux plus hautes montagnes de la terre, abritant une civilisation pleinedtranget, protg des approches rationnelles par son aura de pays interdit , leTibet joue pour nombre dOccidentaux le rle du Paradis terrestre - et cela ne datepas dhier.Enqute sur un mythe himalayen

    On a longtemps cherch le Paradis terrestre du ct de lOrient proche (laMsopotamie faisait assez bien laffaire), jusqu la dcouverte des Indes auxXVIIme-XVIIIme sicles, do est rsulte une indomanie qui a revtu les formesles plus diverses, allant de la fantasmagorie des Indes galantes de Jean-Philippe Rameauaux premires tudes sur le bouddhisme2. Lun des premiers dcouvreurs du Tibet estun Hongrois de Transylvanie, Alexandre Csoma de Krs, parti la recherche desorigines de sa langue, et donc de son peuple. Il trouve asile dans un monastre duZanskar, o il rdige un dictionnaire de langue tibtaine. Si cette dmarche estscientifique, elle peut tre instrumentalise dans un sens nettement plus militant : ilsagit de prouver, par le biais la philologie, que cest lHimalaya qui est le berceau descivilisations europennes. Il faut donc tablir la parent entre les langues et les races :le sanskrit est alors promu au statut de langue-mre (aprs que William Jones ait tablisa parent avec le grec) et lHimalaya devient le berceau de la race aryenne.

    Ces thmes sont abondamment diffuss par des auteurs rationalistes etmodernistes, galement obsds par la question des origines. Edgar Quinet, historienanticlrical et grand rpublicain, dcrit en 1833 les tribus humaines rassembles ausommet de lHimalaya ( cette poque, on simagine encore que les hautesaltitudes sont des lieux temprs, agrables vivre). De l, les races humaines

    81

    Dossier Tibet

    que ce sont chaque fois 4 000 $ qui vont satisfaire ces besoins, que ce soit au profitdes talibans, sur le front du glacier Siachen, ou pour lentranement desmoudjahidin vous aux actions clandestines anti-indiennes, sous le contrle de lISI(services secrets pakistanais)2 Je fais ici de larges emprunts un article non publi de Sylvain Jouty, Naissance dumythe himalayen, avec sa pleine autorisation - quil en soit remerci. On trouvera sur Internet une tude en anglais extrmement dtaille du phnomne,due un chercheur australien, Harry Oldmeadow, sous le titre The western quest forSecret Tibet. http://www.esoteric.msu.edu/VolumeIII/HTML/Oldmeadow.html

  • auraient essaim vers les diffrents bassins de peuplement. Ernest Renan crit en1850 : Tout nous porte placer lEden des Smites au point de sparation des eauxde lAsie, cet ombilic du monde que toutes les races semblent nous montrer dudoigt comme le point o se rencontrent leurs plus anciens souvenirs. Saluons cessommets sacrs, o les grandes races qui portaient dans leur sein lavenir delhumanit contemplrent pour la premire fois linfini, et inaugurrent les deuxfaits qui ont chang la face du monde, la morale et la raison.

    Pour Renan, comme pour Michelet ou Nietzsche, le bouddhisme est peru danssa dimension rationnelle et totalement athe, comme un antidote lobscurantismechrtien, ce qui na videmment rien voir avec les approches actuelles, ni avec lescaractristiques du bouddhisme tibtain. Par ailleurs, le mythe a une cohrencegographique : le berceau de la race ne peut se trouver que dans un haut-lieuparfait, un Toit du monde (mais on peut penser aussi un Grand Orient )qui irrigue lunivers de ses bienfaits en nourrissant des fleuves qui sont les sourcesde la Terre. De la Gens

Search related