Click here to load reader

UNE ECOUTE A LÕECRIT - · PDF fileune ecoute a lÕecrit! le recours au tchat comme strat gie de pr vention et d 'accompagnement face aux vio lences faites aux femmes

  • View
    217

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of UNE ECOUTE A LÕECRIT - · PDF fileune ecoute a lÕecrit! le recours au tchat...

  • UNE ECOUTE A LECRIT

    LE RECOURS AU TCHAT COMME STRATGIE DE PRVENTION ET D'ACCOMPAGNEMENT FACE AUX VIOLENCES FAITES AUX FEMMES

    Rapport dvaluation du dispositif de tchat dEn avant toute(s) Analyse sur la priode novembre 2016 - octobre 2017

  • Cette tude a t entirement ralise grce au soutien de la Fondation Bouygues Tlcom. Nous tenons remercier spcialement Brnice Broutin pour son appui et Lucas Joly pour son parrainage, qui ont t essentiels la ralisation de ce travail.

    Nous remercions chaleureusement les partenaires qui ont permis au tchat dEn avant toute(s) daccompagner les femmes depuis 2016 : LUSH, la Fondation ELLE, la Fondation RAJA-Danile Marcovici, la Fondation des Femmes, la Rgion le-de-France, le Fonds pour les Femmes en Mditerrane ainsi que tou.te.s les adhrent.e.s, donateurs et donatrices. Votre engagement a permis de changer la vie de nombreuses jeunes femmes, en leur nom : merci.

    Merci galement Marcelo Mio et Marion Arnaud pour leur aide et leurs conseils qui ont grandement enrichi la rflexion mthodologique autour de cette tude.

    Merci Lisa Le Meur et Lydiane Uhlen pour leur contribution et lensemble des bnvoles de lassociation pour leur engagement, leur soutien, leur implication et leur impertinence quotidienne. Cest un plaisir de militer vos cts.

    Plus largement, merci lensemble de nos partenaires : la Fdration Nationale Solidarit Femmes, le Centre Hubertine Auclert, la Ligue de lEnseignement, La Direction Rgionale aux Droits des Femmes et lgalit dle-de-France, Du Ct des Femmes et les Voisines.

    Cette tude a t ralise et rdige par Natalia Briceo-Lagos, Louise Delavier et Ynae Benaben. En avant toute(s) tient les remercier personnellement pour leur force, leur dvouement, leur ingniosit et leur soin. Elles nauraient pas pu mener ce travail sans le soutien de Cleste Danos, Thomas Humbert, Amlie Durin et Anne Brts.

    Nous tenions particulirement remercier Sophie Chevrot-Bianco et Cleste Danos qui ont ralis la mise en page de cette tude : bravo pour leur talent, leur ractivit et leur coute attentive. Nous remercions galement Ins Machrouh pour son prcieux travail de soutien dans les tches accomplir autour de cette publication.

    Merci toutes celles qui luttent quotidiennement pour que lgalit se ralise, celles qui parlent, celles qui coutent et celles qui soutiennent. Et toutes celles qui nont pas la force ou pas les armes pour parler et se dfendre, sachez que nous sommes des millions et quensemble nous sommes fortes.

    REMERCIEMENTS

    3

  • INTRODUCTION

  • En avant toute(s) est une association qui lutte pour lgalit des genres et la fin des violences faites aux femmes. Elle sadresse spcifiquement aux jeunes de moins de 25 ans, sans distinction de genre, de classe sociale, dorientation sexuelle, de culture ou de croyance.

    Elle agit travers deux axes complmentaires : la prvention des comportements sexistes, et laccompagnement des jeunes femmes victimes de violences au sein du couple et/ou de la famille.

    En avant toute(s) a t cre en 2013 pour faire face un constat manant des associations de terrain : la prvalence des violences conjugales chez les jeunes, et leur isolement face aux structures daide et daccompagnement1. En e!et, aujourdhui en France, une femme sur dix vit des violences conjugales, tous ges confondus2. Plus prcisment, daprs lEnqute Nationale sur les Violences envers les Femmes en France (ENVEFF, 2000), 17% des jeunes femmes ges entre 20-24 ans sont concernes3 en le-de-France, soit presque le double de la moyenne nationale. Pourtant, elles ne reprsentaient en 2015 que 11% des femmes accueillies par les dispositifs spcialiss en le-de-France4.

    Face cette ralit, En avant toute(s) a propos une nouvelle forme daccompagnement indite, adapte aux modes de communication de la gnration concerne : un tchat dcoute, dinformation et dorientation pour toutes les jeunes femmes qui se posent des questions sur leur couple et les violences quelles peuvent y vivre. Il ne sagit pas dun dispositif durgence : en cas de danger immdiat, les victimes sont invites

    1 Observatoire Rgional des Violences faites aux Femmes dle-de-France et Centre Hubertine Auclert (2016) Recherche-Action Jeunes femmes vic-times de violences. Situations et parcours des jeunes femmes entre 18 et 25 ans victimes de violences en le-de-France, Paris.

    2 Lenqute ENVEFF (2000) a t mene auprs de 6970 femmes ges de 20 59 ans au sujet des violences verbales, psychologiques, physiques ou sexuelles subies au cours des douze derniers mois de leur vie dans lespace public, au travail, au sein du couple ou dans les relations avec la famille et les proches.

    3 Jaspard, M. et al. (2000) Les violences envers les femmes en le-de-France, ENVEFF. Paris : Institut de dmographie de luniversit Paris 1 (IDUP).

    4 Recherche-Action Jeunes femmes victimes de violences. Situations et parcours des jeunes femmes entre 18 et 25 ans victimes de violences en le-de-France, op. cit., p. 24.

    contacter directement les services de police ou de gendarmerie. Ce dispositif est le premier et le seul du genre en France.

    A loccasion de la Journe Internationale de Lutte contre les Violences faites aux Femmes du 25 novembre 2017, ainsi que de la clture de la premire anne de mise en ligne du tchat denavanttoutes.fr, cette tude propose une analyse du dispositif et de ses utilisatrices pour une meilleure connaissance et comprhension de la ralit des violences vcues par les femmes aujourdhui en France, ainsi que des moyens den sortir et de sen protger choisis et prouvs par cette nouvelle gnration.

    Cette tude cherche systmatiser les expriences de terrain dEn avant toute(s) et faire un cadrage descriptif des situations de violences vcues par les femmes stant connectes sur le tchat entre novembre 2016 et octobre 2017. Les rsultats de la dmarche quantitative constatent en partie ce que lon sait dj sur ltat de lieux des violences au sein du couple en France. Pour cette raison, une analyse des expriences vcues des utilisatrices du tchat viendra galement clairer ces chi!res et donner des cls de comprhension notamment sur ce qui se joue avant ou pendant les faits de violences. La parole de ces femmes constitue une source et un outil indit pour mieux saisir la complexit qui relve du phnomne social des violences de genre. Cette tude est la premire en France o!rir une analyse sur laccompagnement des femmes victimes de violences conjugales par lcrit.

    5

  • 25 NOVEMBRE 2017, O SOMMES-NOUS PAR RAPPORT AUX SITUATIONS DES VIOLENCES ENVERS LES FEMMES?

    Selon une tude Odoxa pour Le Figaro et France Inter sur le Regard des franais sur les violences sexuelles et le harclement publie en octobre 2017, plus dune femme sur deux (53%) et plus de six jeunes femmes de moins de 35 ans sur dix (63%) ont dj t victimes de harclement ou dagression sexuelle au moins une fois dans leur vie.

    Depuis les rvlations du New York Times et du New Yorker autour du harclement sexuel, des agressions sexuelles et des viols commis par le producteur de cinma amricain Harvey Weinstein, de nombreuses victimes ont pris la parole pour dnoncer les violences sexuelles leur encontre, dabord dans le milieu du cinma, puis dans le milieu de la politique et des mdias et rapidement dans toutes les sphres de la socit. Plus de 17000 tmoignages comportant le hashtag #BalanceTonPorc, symbole de cette volont de tmoigner, ont merg. Ces tmoignages rentrent dans le cadre de la dfinition juridique de lagression et/ou du harclement sexuel. Selon des donnes du ministre de lIntrieur, par rapport octobre 2016, le nombre de plaintes dposes pour des violences sexuelles a augment de 23% en octobre 2017 en zone gre par la police et de 30% en zone gre par la gendarmerie. Dans un contexte o la parole des victimes se libre enfin, montrant la puissance du tabou autour des violences et ltendue de cette ralit, o!rir des lieux dcoute et daide est plus important que jamais.

    Il est intressant de noter que cette libration de la parole a lieu principalement sur Internet, notamment sur les rseaux sociaux, comme le montre le succs des hashtags #moiaussi et #metoo, qui ont conduit de trs nombreuses femmes tmoigner des cas de harclement sexuel, viols, et/ou violences quelles avaient subis. Des forums consacrs des thmatiques

    de sant, ou encore des groupes Facebook se prsentent aussi volontiers comme des lieux de confidence. Si une telle utilisation de lespace numrique peut permettre de trouver du soutien et des solutions, les consquences peuvent tre di!iciles vivre pour les victimes. Comme le prcise la psychologue clinicienne Nayla Chidiac, La publication de ces tmoignages peut tre pour certaines personnes dangereuse. On ouvre une plaie et ensuite ? Les personnes attendent du soutien, de la reconnaissance. Si cela n'arrive pas, cette preuve supplmentaire peut tre di!icile.51Il est donc particulirement opportun dutiliser internet comme un outil daccompagnement, afin de proposer une coute et un suivi pour les personnes qui prennent conscience des violences quelles subissent.

    Toutes les femmes sont ou seront concernes par les violences sexistes au cours de leur vie, pourtant la connaissance de leur ralit reste encore extrmement partielle en France. Lenqute ENVEFF, qui correspond la dernire tude nationale sur les violences faites aux femmes remonte lan 2000 et nous sommes continuellement dans lattente dune meilleure connaissance de la ralit des femmes : il a fallu attendre quinze ans pour quune autre initiative voit le jour, en 2015. Dans cette optique, le tchat et le site dEn avant toute(s) se sont, depuis leur cration, attels devenir des outils de diagnostic des violences vcues par les jeunes femmes sur lensemble du territoire national - mtropolitain et doutre-mer.

    Les violences au sein du couple sont le symptme dune socit ingalitair