Une Grande Guerre Romantique

  • Published on
    14-Jun-2015

  • View
    179

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Une grande guerre et un petit homme

Transcript

AUTRES NOUVELLES Une Grande guerre

Lheure du rcit Lheure privilgie du rcit, quand nous viendra-t-elle ? Si nous jetons un regard en arrire, vers le pass, nous derouvrirons que manifestement, le genre en question connait souvent un regain de vitalit et de vigueur aux grands tournants de la vie sociale, aux moment o les esprits sont anims d'un souffle nouveau, il est significatif d'utiliser le mot " rcit ", le profond esprit dmocratique de ce genre "mineur" qui explore les destines peu ordinaires des personnages les plus communs, marque pratiquement toute notre prose nationale. Si on prend le dbut de notre sicle, on constate que le rcit s'panouit justement dans les annes 20 avec leur enthousiasme et leur soif d'annoncer et d'exprimenter leurs ides, puis durant cette dcennie, date o l'on porta un jugement objectif sur l'poque du culte de la personnalit, et lorsque la vrit austre et implacable de la vie se fit entendre travers les personnages des rcits. Rien de moins certain que les ides des puristes en matire de littrature, cependant, il semblerait possible de penser que nous nous trouvons la veille d'une nouvelle " explosion " de genre " mineur " explosion qui serait conditionne pour une large part une situation sociale toute nouvelle dans le pays qu'est la restructuration.

Le monde en attente

Depuis la dclaration de certains penseurs anglais et amricains, le monde attend une religion sans rvlation, ou comme ils avaient dit : " la vision volutionniste nous permet de discerner les grandes lignes de la nouvelle religion qui, nous pouvons en tre srs, natra pour rpondre aux besoins de l're qui vient ". Aussi on se pose la question, le monde est-il entre dans un tat d'attente ? Et qu'attend-il ? Oui le monde attend, il discerne, plus ou moins clairement que l'humanit a reu une nouvelle rvlation, c'est dire que les sciences sont maintenant assez dveloppes pour que leur convergence produise une nouvelle image de l'univers, par cela, le processus d'volution, en la personne de l'homme commence tre conscient de lui-mme. D'autres eut acclr cette prise de conscience, ce sont des penseurs parmi les plus importants de notre poque, ils ont eu le sens de l'volution en tant que processus et c'est ce qui compte , trop de scientifiques se limitent des aspects fragmentaires de l'volution, leur tudes analytiques ont certes de l'intrt, mais il est ncessaire de considrer le phnomne dans son immense dure pour en tirer une leon valeur humaine gnrale, on a li volution et foi religieuse, est-ce que l'volution seule nous semble suffisante pour donner aux hommes un sens de leur vie ? La tentative de rconciliation entre la science et la foi chrtienne, l'ide du " point omga " semble fragile.

Lhyper-rationnalisme Une largeur de vue simpose qui serait saine et jeune par rapport au rationalisme franais dont certains rationalistes se sont jurer de ne jamais entrer dans une eglise ; quelle idiotie Et quelle confusion sur une synthse entre lvolutionnisme et le christianisme qui nest que relativement cohrente. Dautres penseurs prtendent que le marxisme na pas des intentions assez proches de celles de lhumanisme, ceci est d au fait que cette thorie a prit une vue scientifique des affaires humaines, mais ctait prmatur, les ides adquates nexistaient pas lpoque, et les conceptions restant sommaires concernant lvolutionnisme, et lessai sociologique et scientifique sest vite fig en systme dogmatique par rapport la science prsente, qui ignore les expriences mystiques, phnomnes humains incontestables, cest lintention dune forme suprieure de la ralit, sans absolutisme et si lon applique les connaissances modernes, la condition humaine peut tre change radicalement, dun point de vue scientifique ; lindividu est le plus haut phnomne observable, et cest par la construction de sa personnalit que lhomme peut jouer son rle cosmique, une religion humaniste na pas dautre fonction que daider, lhomme a se relier constamment lunivers, se dcouvrir Recul des religions traditionnelles On a dit que la science apportait une sorte de rvlation et on a lutter contre lide dune rvlation non humaine apporte de lextrieur, en soutenant la grande diffrence entre la religion de lre qui vient et les religions classiques est le postulat humaniste, pour certains lesprit scientifique moderne ne peut admettre

le surnaturel ; on ne peut considrer deux royaume, par contre, on conoit fort bien lextraordinaire, le transnaturel ; le rle humaniste serait de faire participer la masse des humains des tats de conscience hautement satisfaisant qui sont pour le moment limites quelques tres exceptionnels. On juge, une nouvelle religion est indispensable parce que les religions traditionnelles reculent ; on ne voit pas comment on peut nier ce fait dobservation, la conscience dun recul des religions classiques, cela provoque linnombrables controverses et des tentatives dsespres pour sauver des religions ce qui peut ltre. Des theologiens, essayent de construire une neotheologie sans employer le mot dieu ; le drame est que ce recul des religions laisse une place vide au scepticisme gnralis. Depuis surtout un sicle, la science a beaucoup lutt contre la religion ; car la religion, par la rvlation immuable ; par ses dogmes entrevoit les progrs de la connaissance ; mais cette action, de destruction de la science doit maintenant cesser, il faut que les hommes de science assument leur responsabilit pour fonder une pense humaniste constructive ; avec la participation aussi bien des scientifiques que des philosophes et d cclisiastiques. La forme transitoire l'immense se trouve en effet au seuil d'immenses possibilits qu'elle devine peine, nous devons encore dcouvrir comment vivre dans la noosphre, comment entrer dans les domaines inconnus des potentialits humaines, on cherche ce qui manque notre vie pour qu'elle ait un sens manifeste, la sant physique, bien sr, mais surtout la sant spirituelle, l'intgration de la personnalit, les tats suprieurs de conscience, les

grands mystiques ont atteint des tats de vie qui sont encore inaccessibles pour l'norme majorit des humains, mais que sont certainement d'une grande importance, nous avons tout dcouvrir, la science du XIX sicle considrait l'homme comme achev...curieux, n'est ce pas ? Alors que nous sommes des tres si neufs et si imparfaits. Par contre de nombreux philosophes et scientifiques contemporains imaginent que l'humanit actuelle est une forme transitoire, comme l'homme primitifs qui nous ont prcds, une ide moderne d'une mutation crant une humanit nouvelle ? Structure sociale

Toute socit cre l'intrieur de la socit est un danger dans la mesure o sa tendance naturelle est de se former pour accrotre ses pouvoirs, et, finalement usurper le pouvoir, toute culture qui se ferme sur ses possesseurs cesse d'tre une culture pour pour n'tre qu'une srie de signes de reconnaissance entre affils, elle ne prsente plus au-dehors qu'un mur de dfendre, orn de figurer propres dcourager, dcourager, voil le mot, quand on demandait Gide quelle conduite tenir envers un jeune crivain, le decouger. Dresser des barrires, notre enseignement mme n'y est appliqu, aujourd'hui encore, dans les sciences combien de matres tentent d'abord d'tendre en leur lever l'esprance ? Pas d'illusion, tout homme de grand savoir qui se fait vulgarisateur est bientt

dconsidr chez ses pairs, toute communication avec l'extrieur est vue comme trahison, il n'est d'accusation dont on n'accable celui qui tente de faire passer audehors les biens de la citadelle, que l'on songe au discrdit du journalisme, si gnralement impos dans ce pays, qui doit pour beaucoup sa grande rvolution des journalistes et des vulgarisation. Une socit qui est parvenue rendre injurieux le mot primaire, dans un monde o les notions fondamentales et le langage mme sont rexaminer et introduire comme neufs dans la conscience populaire est une socit parasite par ses lites. Une nouvelle civilisation nat avec sa morale ses modes de vie et de penser, des sciences et de techniques nouvelle, une vision renouvele des forces de la vie, des structures de la matire, des rapports du temps et de l'espace. Moralit et conscience sociale de lcrivain

Comme on sait, la littraire ne produit pas de valeurs matrielles la diffrence de la science, elle opre par catgories artistiques, notions thiques, sentiments raisonnables, mais ne produit pas moins de valeur que la technique la plus fconde, de sorte que si nous disons de lconomie la chair, lart peut-tre nomm lesprit de toute activit de lhomme, sa moralit, ainsi la chair et lesprit, lconomie et lartsont le fruit des efforts dploys par les esprits crateurs, celui qui crer des choses et celui qui cre des images vivent

dans la socit avec le sens de leur responsabilit devant lavenir, la cration de la valeur spirituelle quest le livre nest nullement un oisif plaisir, ni le jeu dune imagination capricieuse, ni le fruit dun lger engouement burlesque il sagit dun acte exigeant une grande tension de toutes les forces humaines, dune lente et jusqu la dernire heure obsdante confession dresse lhomme au sujet de lhomme, la vie des grands gnies, matres insurpasss , tout leur labeur de forat doivent nous inciter non pas limitation de leur style de leurs systme esthtique dimages mais une constante aspiration vers notre propre perfectionnement dans la ralisation de lide, ils doivent nous inspirer aussi un sentiment denthousiasme sublime pour la dvotion au verbe, tre passionnment dvou au verbe, cet instrument de haute sensibilit, signifie croire en sa predistination sur terre et en la communaut de la rpublique littraire des confrres de la plume, il ny a pas de meilleurs louanges pour notre littrature qui vit dans la ralit prsente et y prend sa pleine mesure de beaut, sa plein puissance de sage moralit. Moralit et passion

La moralit dans les conditions actuelles d'une civilisation dveloppe n'est pas un code de prescription didactiques bien qu'il y ait en elles un lment rationnel, mais la conscience vivante de chacun, le sens du beau et du bon dans dans la ralit,

la rsistance a ce qui se colore de tons sinistres de l'indiffrence de la froideur, de la cruaut, de l'antihumanisme. En posant le signe d'galit entre la moralit et la conscience sociale, je veux dire que cette catgorie de l'esprit humain s'est manifest, dans toute sa force irrsistible au sein de la constellation d'crivains qui vinrent la littrature aprs la guerre, l'ide de moralit devient conviction et la conviction...ide. Le beau est toujours mystrieux, il nous sduit toujours par ce charme intrigant de la beaut pas encore dvoile jusqu'au bout, comme la posie, la prose. Nous devons admettre que l'on avait connu l'homme par la catgorie du beau, qui est la vrit des sentiments, la vrit littraire rside dans la catgorie du tragique ou du cosmique, et il est impossible de la connaitre profondment travers ce ' quelque chose' cet " on ne sait quoi' ce milieu d'indiffrence tranquilles o ne rgne point l'ardeur des passions a cette exception prs, bien entendu, quand le milieu est le ct oppos de la passion.

Penses et mots

La pense n'existe et n'agit qu'exprime et formule, certes dans le langage parl le mot est pens, mais le mot a pour ainsi dire sa faade et son revtement intrieur, son avers et son revers, ses nuances de sens,

de sons et de couleurs, ses nuances olfactives le mot amasse et reflte toute l'nergie de nos sentiments, mais,hors de la forme, le mot est un incertain et ternel vagabond, il a besoin d'une maison commode et confortable si non il meurt strile, le langage littraire est le mouvement, la roue de la pense. la recherche de la forme commande et se trouve approprie, n'est-ce point l la perfection, de l'crivain exempt de soucis vulgaire et de vaine agitation, le suprme amour de la pense, enchane dans la forme, engendre les chefs-d'oeuvres, chacun n'est pas visit par cet amour, de mme que l'homme ou la femme par l'amour vritable, l'crivain cre son style, le style cre l'ecrivcain, plus les moyens d'expression sont naturels plus l'artiste est naturel, plus est fortement tendu, le ressort motionnel du sens dans la forme, et moins il est besoin de forcer la conscience pour passer de la raison aux sentiments, l'artiste agit en premier lieu sur les sentiments, dans l'ide qu'ils transmettent sans retard leur signal la raison, la raison n'a pas le droit de faire violence aux motions, ceci est pour moi la loi de la cration.

Arrivisme

De ces livres s'exhalaient l'acre odeur des capotes de soldats, la senteur de la poudre, l'odeur spcifique des salles de dessins et des amphithtres au matin, le

retentit des bottes macules de la boue rurale, celui du fumier et du lait frais, et de l'cre odeur et grossier tabac dans l'air compagnard sur la lisire d'un champ labour, et l'touffante chaleur de l'asphalte urbain surchauff, de la profondeur des livres surgissait la vaillance et tendresse des brefs instants avec une femme, et de furieux efforts pour rompre les barrires de fer de l'arrivisme, du conformisme et l'esprit petit bourgeois et bien que nous eussions dj rencontr auparavant dans beaucoup de romans des hros semblables par leur profession et leur condition, nous nous sentmes envelopps par l'odeur de quelque chose de trs neuf, de limpide, d'implacable et de bon, et il convient sans doute de se rappeler ici le clbre "tout petit peu" qui distingue le grand du petit, un rayon de lumire et l'analyse visuelle en tout petit peu modifie, un regard un peu plus perant dans l'me des hros, une analyse un peu plus audacieuse et hardie des contradictions de la vie,une infraction, ne serait-ce qu'un tout peu aux rgles canoniques, un tout petit peu d'aversion pour la logique superficielle des caractres, et la somme de ces "un tout petit peu" grandit, et constitue cette vrit artistique, qui n'est autre chose que le synonyme de la dcouverte, cette dcouverte a une valeur permanente, elle reste et s'imprime fortement dans la mmoire des gens Littrature et dcouvertes

Les dcouvertes collectives ne sont probablement possibles de nos jours que dans les sciences, alors

quon se fait une ide de lart de nimporte quel pays daprs s les artistes hors pair qui surent crer leur propre systme dimages nul autre pareil, leur propre perception de la ralit. Lultime slection est luvre du temps qui par monts et par vaux, visite les cimes illumins par le talent, et cest lui qui les lit. Dune faon ou dun autre, lart est crer par les individualits capables dimprimer nettement leur cachet personnel dans linterprtation des phnomnes de vie et de la nature humaine, le talent, cest le vent cause par la diffrence de pression, qui soulve une houle frache sur la grande mer de la littrature, le brusque appel dair dune excitation esthtique inconnue, cest enfin la dcouverte de quelque chose dencore irrel , aprs quoi commence une priode nouvelle dans lart, de mme qui dans la conscience des hommes apparut, dessous, un critre de comparaison encore inhabitu...