Vénérable Marie d'Agreda La Cité Mystique de .La Cité Mystique de Dieu Introduction ... doit

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Vénérable Marie d'Agreda La Cité Mystique de .La Cité Mystique de Dieu Introduction ... doit

  • Source :

    http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/marieagreda/ soutenir l'Abbaye saint Benoit de Port Valais qui a numris ce livre

    Vnrable Marie d'Agreda

    La Cit Mystique de Dieu

    Introduction

    MARIE D'AGRDA est ne dans la ville de Castille dont elle porte le nom, le 2 avril

    1602.

    1. La religieuse extatique. - A l'veil de sa raison elle entend une voix intrieure qui

    lui dit : Revenez moi, quittez les choses terrestres; huit ans, elle a l'inspiration

    d'offrir Dieu sa virginit: douze ans, elle fait connatre ses parents sa vocation

    religieuse. Sa mre reoit la mission de fonder dans sa maison un monastre o elle

    entre le 16 aot 1618 avec Marie et une autre fille; le pre est reu avec son fils chez

    les franciscains. On fait profession de religieuses dchausses de la Conception

    immacule de la Mre de Dieu, le 2 fvrier 1620, devant le pre devenu le Frre du

    trs Saint-Sacrement. Alors commence pour Marie une existence de visions presque

    continuelles : d'abord, la Reine des anges lui apparat tenant son Fils sous la forme

    d'un trs bel enfant; la Pentecte suivante, une colombe toute rayonnante se montre

    elle; Notre-Seigneur est vu d'elle dans l'appareil de sa Passion. Le dmon lui livre

    des assauts continuels; mais, quand elle communie, elle sent sur la langue une saveur

    exquise, elle voit le Saint-Sacrement environn d'une splendeur miraculeuse. A partir

    de Page de dix-huit ans, les extases et les ravissements sont si frquents qu'elle ne

    peut plus les dissimuler; souvent, aprs la communion, elle tombe en extase : Notre-

    http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/marieagreda/http://jesusmarie.free.fr/soutenir_l_abbaye_saint_benoit_de_port_valais.html

  • Seigneur la ravit, attire son me et laisse son corps insensible soulev de terre, si lger

    que par un souille on le remuait mme de loin comme une plume; cela dure souvent

    deux ou trois heures.

    2. La Cit mystique de Dieu. - Elle dit avoir reu en 1627 l'ordre du Trs-Haut d'crire

    ce grand ouvrage qui est en ralit une vie de la trs sainte Vierge, depuis le moment

    o la future Mre du Verbe incarn est conue dans le plan divin jusqu' son

    couronnement dans le ciel. Elle appelle elle-mme son livre Histoire divine et semble

    vouloir exprimer par l qu'il est inspir et rvl de Dieu clans toutes ses pages. C'est

    Dieu lui-mme et la sainte Vierge par son ordre qui sont censs parler : Cette vie, dit-

    elle, est manifeste dans ces derniers sicles pour tre une nouvelle lumire du monde,

    une joie nouvelle l'Eglise catholique. Elle expose trs bien la thorie scotiste de

    l'incarnation : L'union hypostatique... fut le premier objet par lequel l'entendement et

    la volont divine se manifestrent au dehors.

    L'ouvrage eut la destine la plus extraordinaire : d'abord un confesseur ordonna

    Marie de le briller, elle le recomposa en 1651. peu prs semblable la copie qu'avait

    conserve Philippe IV; il parut Madrid en 1670 avec de nombreuses approbations:

    en 1681, l'Index le censura, mais, sur la demande du roi d'Espagne, le dcret ne fut pas

    insr. Quand le livre eut t traduit en franais, en 1691, Bossuet le critiqua vivement

    : La prtention d'une nouvelle rvlation de tant de sujets inconnus doit faire tenir le

    livre pour suspect... Tous les contes qui sont ramasss dans les livres les plus

    apocryphes sont ici proposs comme divins et on y en ajoute une infinit d'autres avec

    une affirmation et une tmrit tonnantes. La Facult de Paris censura plusieurs

    propositions en 1697; par contre. en 1715, l'Universit de Louvain y trouve ce qu'il y

    a de plus sublime clans la thologie .

    Marie d'Agrda mourut le 21 mai 1665; en 1718, le pape Benot XIV ordonna

    l'examen de son livre en vue de la reprise du procs de batification commenc en

    1668 qui n'a pas abouti.

    La Cit mystique de Dieu, par Marie de Jsus d'Agrda, traduite de l'espagnol par le

    P. Croset, 7 vol., Paris, 1862; Bossuet. Remarques sur le livre intitul : La mystique

    cit de Dieu. Controverse.

    Article tir du Dictionnaire pratique des connaissances religieuses, Paris 1926.

    Pour le complter, on se rfrera au Dictionnaire de Spiritualit, un article est

    consacr Marie d'Agrda. Mentionnons que le procs de batification est

    actuellement relanc. On trouvera cette adresse le site de son 400me centenaire :

    http://www.mariadeagreda.org

    1/30

  • INTRODUCTION A LA VIE DE LA REINE DU CIEL. Des raisons qu'on a eues de

    l'crire, et de plusieurs autres avis sur ce sujet.

    LA CIT MYSTIQUE DE DIEU

    PREMIRE PARTIE. DE LA VIE ET DES MYSTRES DE LA SAINTS VIERGE,

    REINE DU CIEL. CE QUE LE TRS-SAUT OPRA EN CETTE PURE

    CRATURE DEPUIS SON IMMACULE CONCEPTION JUSQU' CE QUE LE

    VERBE PRIT CHAIR HUMAINE DANS SON SEIN VIRGINAL. LES

    FAVEURS QU'IL LUI FIT PENDANT LES QUINZE PREMIRES ANNES DE

    SA VIE, ET LES GRANDES VERTUS QUELLE ACQUIT AVEC LE SECOURS

    DE LA GRACE.

    LIVRE PREMIER. OU IL EST TRAIT DE CE QUI PRCDA LA VENUE DE

    LA TRS-SAINTE VIERGE MARIE EN CE MONDE. DE SON IMMACULE

    CONCEPTION ET DE SA SACRE NAISSANCE. DES EXERCICES

    AUXQUELS ELLE S'OCCUPA JUSQU' LAGE DE TROIS ANS.

    CHAPITRE I . De deux visions particulires que le Seigneur dcouvrit mon me, et

    d'autres connaissances et mystres qui me foraient de m'loigner des penses de la

    terre, levant mon esprit et larrtant aux choses du ciel.

    CHAPITRE II. O il est dclar de quelle faon le Seigneur manifeste ces mystres et

    la vie de la Reine du ciel mon me, dans l'tat o sa divine bont m'a mise.

    CHAPITRE III. De la connaissance que j'eus de la Divinit, et du dcret que Dieu fit

    de crer toutes choses

    CHAPITRE IV. Les dcrets divins y sont distribus par instants, dclarant ce que

    Dieu dtermina en chacun, touchant sa communication au dehors.

    CHAPITRE V. De linterprtation que le Trs-Haut me donna du chapitre huitime

    des Proverbes, en confirmation du prcdent.

    CHAPITRE VI. Du doute que je proposai au Seigneur sur la doctrine des chapitres

    prcdents, et la rponse que j'en eus.

  • CHAPITRE VII. De quelle manire le Trs-Haut commena. ses ouvres, et comme il

    cra les choses matrielles pour l'homme et les anges et les hommes, afin qu'ils fissent

    un peuple dont le Verbe humanis ft le chef.

    CHAPITRE VIII. O le discours du chapitre prcdent est continu par lapplication

    du chapitre douzime de l'Apocalypse.

    CHAPITRE IX. Qui poursuit l'explication du chapitre douzime de l'Apocalypse.

    CHAPITRE X. Qui continue l'explication du chapitre douzime de lApocalype.

    CHAPITRE XI. Que le Tout-Puissant en la cration de toutes choses eut notre

    Seigneur Jsus-Christ et sa trs-sainte Mre prsents, et qu'il lut et favorisa son

    peuple figurant ces mystres.

    CHAPITRE XII. Comme le genre humain s'tant multipli, les clameurs des justes

    s'augmentrent pour demander la venue du Messie, et les pchs s'accrurent aussi, et

    Dieu envoya au monde deux flambeaux dans la nuit de la loi ancienne pour annoncer

    la loi de grce.

    CHAPITRE XIII. Comme la conception de la trs-sainte Marie fut annonce par le

    saint archange Gabriel, et comme pour cela Dieu prvint sainte Anne d'une faveur

    singulire.

    CHAPITRE XIV. Comme le Trs-Haut manifesta aux saints anges le temps dtermin

    et convenable de la conception de la trs-sainte Vierge, et de ceux qu'il destina pour sa

    garde.

    INTRODUCTION A LA VIE DE LA REINE DU CIEL. Des raisons qu'on a eues de

    l'crire, et de plusieurs autres avis sur ce sujet.

    1. Si dans ces derniers sicles quelqu'un entend dire qu'une simple fille, qui n'est par

    son sexe qu'ignorance et que faiblesse, et par ses pchs que la plus indigne de toutes

    les cratures, se soit hasarde et dtermine d'crire des choses divines et

    surnaturelles, je ne serai pas surprise qu'il me traite de tmraire, de prsomptueuse et

    de lgre : singulirement dans un temps auquel notre mre la sainte glise est

    remplie de docteurs, d'hommes trs-savants, et clairs de la doctrine des sainte Pres,

    qui ont dvelopp tout ce qu'il y a de plus cach et de plus obscur dans les mystres de

    la religion. Il y a pourtant des personnes prudentes, savantes et pieuses, qui, ne

  • pntrant pas les voies spirituelles et surnaturelles, par lesquelles Dieu conduit

    extraordinairement les mes, fatiguent leurs consciences, et les mettent dans le trouble

    et dans la perplexit, suivant en cela le sentiment du commun du monde, qui croit que

    ces voies, qu'il ne comprend pas, (304) sont dans le christianisme des voies incertaines

    et dangereuses; mais si ces personnes considrent sans proccupation les motifs

    surnaturels qui m'ont ncessite d'crire sur des matires si sublimes et infiniment au-

    dessus de ma faiblesse et de ma capacit, elles trouveront la justification de ma

    tmrit dans mon obissance aveugle aux ordres si souvent ritrs du Ciel, et dans

    les douces violences qu'il m'a faites pour vaincre mes rpugnances intrieures. Mais

    ce qui peut beaucoup mieux servir de garant tout ce que je viens de dire, pour

    excuser mon entreprise, c'est la matire dont je traite dans cette divine histoire, qui

    tant au-dessus de l'esprit humain, doit faire conclure qu'une cause suprieure en est le

    principe, et qu'il n'y a que l'Esprit divin qui. en ait dict les conceptions et les vrits

    sublimes qu'elle renferme.

    2. Les vritables enfants de la sainte glise doivent avouer que to