Action universitaire - septembre 2009

  • Published on
    05-Jun-2015

  • View
    307

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • 1. lAction UNIversitaire Le journal de lUnion Nationale Interuniversitairen 293 - septembre 2009 - 4 euros Dans ce numroEditopp.1-2 Classes moyennesLes victimes de la politique sociale tudianteTrafic de diplmes p.3 Les victimes de laLa rentre en chiffres p.3 politique sociale tudianteRamadan p.4La pratique du ramadan se dveloppe en Par Olivier Vial Dlgu gnral de lUNIFrance, notamment chez les plus jeunes.Entretien avec CorinneTapiero p.5La vice-prsidente de la PEEP Paris revient La politique sociale tudiante, ce nelieux modestes que compte alorspour nous sur les dossiers de la rentre. sont pas ceux qui en parlent le plus luniversit. La politique sociale misequi la ralisent le mieux. en uvre lpoque leur tait exclusi- En campagne p.6 vement destine, leur permettant unCest en substance la leon que lon meilleur accs au logement, aux soins, LUNI lance une consultation na- peut tirer de lanalyse des dernires la culture et aux sports. Elle rpon- tionale sur le grand emprunt.statistiques publies par lOCDE. Si dait une situation prcise. Lensem-lon sintresse au pourcentage dtu- ble des universits accueillait alorsdiants aids, deux groupes de pays seenviron 90 000 tudiants, majoritai-Dans lHistoire de lUNI p.7distinguent. Parmi ceux qui aident rement issus de familles trs aises.Retour sur une affiche qui a marque la Pr-moins de 30 % de leurs tudiants, onsidentielle 2002.Le problme est que les grands prin-retrouve la France et son clbre mo-dle social et contre-emploi les payscipes dicts en 1936 guident encoreChroniques p.8anglo-saxons (Royaume-Uni, Etats-la politique de vie tudiante actuelle.Un livre, un site, un chiffre dcouvrirUnis, Nouvelle-Zlande) se situentparmi ceux qui accompagnent 70 90LUniversit a pourtant considrable-% de leurs tudiants.ment volu. En soixante-dix ans, le nombre dinscrits dans lenseigne-LActionCet apparent paradoxe a une explica- ment suprieur a t multipli parUNIversitaire tion historique. En France, le systmedaides sociales tudiantes remonte vingt-cinq, pour atteindre en 2009, 2 230 700 tudiants. Dans le mmeDirecteur de la publication : Jacques Rougeot dans ses grandes lignes au front po- temps, luniversit sest ouverte auxRdacteur en chef : Olivier Vialpulaire. Cest en effet Jean Zay qui, en tudiants issus de familles modestes, olivier.vial@actionuniversitaire.com 1936, propose la cration dun Co- mais aussi et plus massivement auxRdactrice en chef adjointe : Ins Charles-Lavauzelle mit Suprieur des Oeuvres, vritabletudiants issus des classes moyennes.ines.charleslavauzelle@actionuniversitaire.comanctre des CROUS. Ces derniers, oublis en 1936, le sontCPPAP 0512 G79428 - imprim par nos soins - dpt lgal Lobjectif est de mener une politiquetoujours.troisime trimestre 2009 - Mensuelgnrale duvres sociales afin daiderUNI - LA DROITE UNIVERSITAIRE - 34, rue Emile Landrin - les quelques tudiants issus des mi-92100 Boulogne - tl : 01.78.16.40.30 - fax. : 01.78.16.40.31 L Action Universitaire - page 1

2. Les classes moyennes, les grandes ou- soit prs dun million dtudiants sup-blies. Cela explique, en partie la baisse du plmentaires.taux daccession en premire anne deEn effet, depuis le plan ZAY, la mme licence des enfants des professions in- En matire de logement tudiant, ilphilosophie a guid lensemble des po-termdiaires , professions emblma-faudra tre en capacit daider autantlitiques en faveur des tudiants. Lob- tiques des classes moyennes. La baissedtudiants se loger, alors quau-jectif tant de dvelopper un systme est de trois points en dix ans, mais elle jourdhui le parc CROUS ne compteexclusivement social avec, par exemple, tend sacclrer depuis 2007. que 159 000 logements. Si lon sela cration des allocations dtudes (sur contente de poursuivre la politique decritres sociaux), la mise sous condi-Sortir de la politique 100 % so- logement mise en uvre par lestion sociale des bourses de mobilit, ciale pour aider les classes CROUS, il faudra, au rythme actuel,ainsi que des bourses de mrite. De moyennesplus de 180 ans pour atteindre cet ob-mme, en matire de logement, le plan jectif.Anciaux (2004) sest focalis sur le lo-Si nous voulons aider ces tudiants, ilgement social tudiant. En 2008,convient de changer de logique et deCe changement dchelle des politiquesmme la cration demplois tudiantsproposer un systme daides tudiantesen faveur des tudiants ne sera possibleau sein des universits a t rserve en qui repose sur dautres principes que leet financirement soutenable que sipriorit des tudiants boursiers. 100 % social, linstar de ce qui se lon adopte une stratgie visant com-pratique dans de nombreux autresplter notre systme daides socialesCette politique a permis damliorer la pays. par un systme reposant sur le dve-situation des tudiants les plus pauvres. loppement de prts tudiants et uneAinsi, lOVE signale quil ny a pas de Si nous voulons aider les tudiants relle diversification de loffre et despauprisation tudiante et que les tu- issus des classes moyennes, cela signi- acteurs du logement tudiant.diants en situation de grande pauvretfie que nous devons viser un objectif desont moins nombreux en 2006 quen prs de 60 % des tudiants aids (25 %Le centre dtudes et de recheches de2003. Mais cette politique a maintenu dtudiants actuellement aids et aulUNI a prsent dbut septembre uneles classes moyennes lcart de toute moins 33 % dtudiants issus desnote intitule les tudiants des classesforme daide en faisant le choix idolo-classes moyennes exclus aujourdhui dumoyennes sont-ils condamns au sys-gique et exclusif du tout social . systme.) tme D pour tudier ?. Cette tude esttlchargeable gratuitement sur le siteMais les tudiants dont les familles ga-Cet objectif ne pourra pas tre atteint de lUNI.gnent plus de 2600 euros brut par par un simple largissement des sys-mois avec un enfant dans lenseigne-tmes daides existants. Cest un vri- Six propositions sont faites afin dement suprieur ne disposent ni daidestable changement dchelle quil faut tourner le dos la politique sociale ins-financires, ni daccs au parc de loge-accomplir.pire par Jean Zay et permettre enfinment tudiant, ni mme de possibilit En matire de ressources, cela signifie,daider les tudiants issus des classesde travailler dans le cadre des emplois par exemple, que lon doit tre en me-moyennes.tudiants crs au sein des campus. sure daider prs 1 290 000 tudiants, Prsentation du CERUC O a Morgane Daury-Fauveau, Matre de conf- Cr en novembre 2008, le centreN rence luniversit de Picardie dtudes et de recherches de lUNI estS a Bernard Debr, Professeur de mdecine, par- E lementaire, ancien ministre anim par une quipe dune cinquan- I taine de personnes. L a Fabrice Marchiol, Maire et conseiller rgio- nal, administrateur de lOVELa richesse et la diversit des prols et des comptences de ses S a Damien Meslot, Parlementaire, membre demembres (lus tudiants et lycens, responsables associatifs,C la commission de la dfense Ispcialistes de la formation et de linsertion professionnelle,E a Charles Prats, Magistratprofesseurs duniversit, lus locaux, parlementaires, entrepre- N a Philippe Stoel-Munck, Professeur de droitneurs, avocats, mdecins, collaborateurs dlus ) permettront T priv luniversit Paris 1dclairer dun jour nouveau les problmatique de lducation, I a Cdric Vial, Maire, cadre associatif, anciende la jeunesse et de lengagement politique et syndical. F I conseiller technique au cabinet de Gilles de Ro- Q bien et de Xavier DarcosLes travaux du CERU sont placs sous lautorit dun conseil U a Henry Zattara, Professeur dodontologie,scientique prsent ci-contre.E membre de lordre des mdecinsL Action Universitaire - page 2 3. Education > 21,6 % des jeunes ont deTrafic de diplmes Toulongraves difficults de lec- ture.Le 15 avril 2009, Valrie Pcresse mi-La ministre a ainsi demand au recteurnistre de lEnseignement Suprieur et de lacadmie de Nice de saisir la sec-En 2008, loccasion de la journede la Recherche diligentait une mission tion disciplinaire du conseil dadminis- dappel la prparation la dfensedinspection, cone lInspection G- tration de luniversit, et a transmis le( JAPD), 800 000 jeunes de 17 ans etnrale de lAdministration de lEduca-rapport au procureur de la Rpublique. plus ont pass une preuve de lecturetion Nationale et de la Rechercheet de comprhension de texte. Les r- sultats de ce test, prsents dans une(IGAENR) pour conduire une enquteLes regards se tournent dsormais en note ralise par la direction desadministrative et faire lumire sur les direction de lenqute judiciaire. La sec- tudes, de lvaluation et de la prospec-conditions de dlivrance des diplmes tion disciplinaire nest pas en mesure detive du ministre de lducation natio-aux tudiants trangers de luniversit punir la hauteur des troubles occa-nale, confirment les mauvais rsultatsde Toulon.sionns. Les fraudes et leurs responsa-des annes 2006 et 2007.Cette enqute a t demande la suite blesdoivent trelourdementdune dnonciation dun professeur de sanctionns, car il en va de la valeur et21,6 % des jeunes franais rencontrentluniversit, qui armait que plusieurs de la renomme des diplmes franais.des difficults importantes pour lire etdizaines dtudiants chinois auraientcomprendre un texte. Pour 12 % den-obtenu leurs diplmes contre desUn tudiant chinois a dailleurs t tre eux, le manque de connaissance lexicale et la mauvaise assimilation desommes dargent.crou pour tentative de corruption la technique de lecture rend celle-ci to-aprs avoir propos la somme de 100 talement inefficace. Certains (2,6 %)La clture de lenqute administrative000 euros pour lobtention dun ou plu-ne parviennent mme pas dchiffrerde lIGAENR, le 8 septembre dernier, asieurs diplmes. Dans une aaire dele texte. Dautres (7 %) sen sortent unrvl de graves irrgularits dans lap- corruption, on est forcment deux, unpeu mieux grce des stratgies deplication des textes rglementaires r- corrupteur et un corrompu. compensation . Disposant de plus degissant la procdure dadmission des connaissances lexicales, ces dernierstudiants trangers et de validation de Nous esprons que lenqute dtermi- tentent de deviner les mots afin deleurs tudes luniversit Sud Toulonnera aussi qui sont les corrompus. compenser leur mauvaise matrise de laVar, dans lesquelles la responsabilit dulecture. Dcidment, lapprentissage de la lecture par la mthode globale ou as-prsident de luniversit est engage . simile continue faire de nombreux dgts. La rentre en chiffres Les lus UMP se pronon-Cette anne encore, les tudiants boudent le premier cycle universitaire. La chute cent contre le SMICdes inscriptions en Licence de 2.3% reste importante dans un contexte o les Jeunestrs bons rsultats du bac 2009 ont amen de plus nombreux bacheliers sins-crire dans lenseignement suprieur. Ces derniers prfrent, comme lont conrm Lextension du Revenu de Solidarit Active (RSA) aux jeunes de 18 25 ansles chires du systme Postbac, les lires slectives. ne fait pas lunanimit dans les rangs de lUMP. Plusieurs parlementaires ont mis des rserves, craignant comme Christian Jacob que lon revienne un SMIC jeunes et lassistanat. Le secrtaire gnral de lUMP, Xavier Bertrand a lui aussi dclar les jeunes nont pas besoin dun RSA jeunes, comme ils navaient pas besoin hier dun RMI jeunes ou dun SMIC jeunes. Ils ont besoin dun emploi re- joignant ainsi la position que lUNI a dfendue au sein de la commission Hirsch.L Action Universitaire - page 3 4. Politique > Le ramadan35 % dimpts enplus dans les rgionset ses trs jeunes proslytesLUMP vient de publier une nou-velle dition du livre noir des r-gions socialistes. Ce livre , La pratique du ramadan est depuis le dbutmires sont massivement sollicites pendantcoordonn par le prsident du des annes 1990 en forte augmentation cette priode.groupe UMP au conseil rgionalparmi les franais de confession musulmane.dIle-de-France, Roger Karout-Cest la pratique collective par excellence. Le mois de carme musulman est loccasionchi, rvle que depuis 2004, lesMme ceux qui se dclarent juste doriginedun proslytisme intense au sein des tablisse-prsidents des conseils rgionauxmusulmane, assurent le suivre 40 %, rap- ments. Dans certains collges par exemple, il estdtenus par la gauche ont aug-ment en moyenne de 35 % lespelle-t-on lIfop o lanalyse de plusieurs devenu impossible pour les lves dont les fa-impts locaux. Cela reprsente un enqutes situe plutt 70 % la proportionmilles sont originaires de pays dits musulmansprlvement supplmentaire de 2 de jeneurs parmi les 5 millions de musul-de ne pas se conformer au rite y compris dansmillards dEuros par an.mans en 2007. le cas o les parents demandent explicitement ladministration que leur enfant continue deLes lus socialistes ne sont ce- Tradition ancre chez les immigrs, le ra-manger la cantine. Sous ce type de pression,pendant pas suicidaires, comme le madan a dabord dclin parmi la secondeou plus simplement pour se conformer auxremarque Roger Karoutchi les gnration. Mais la tendance sinverse dans normes du groupe, certains lves dorigine eu-trois premires annes ont tles annes 1990 avec les rislamisations desropenne observent aussi le jene sans que leurmarques par une explosion de lajeunes notamment dans les banlieues , note famille en soit forcment informe. scalit. A lapproche des lec-tions, cest prsent la multipli-Ccilia Gabizon. Au-cation des dpenses clientlistes jourdhui, ce sont enLes personnels aussi, ende saupoudrage (cit dans Le Fi- eet les plus jeunes qui particulier sils sontgaro, 25 septembre 2009). deviennent les avocats dorigine maghrbine,les plus fervents de cette sont de plus en pluspratique. Les petits souvent interpells par48 000 adhrents so-veulent imiter les des lves sur leur ob-cialistes radisgrands et cest de cetteservance du jene etfaon que le ramadan parfois, pour les surveil-Martine Aubry a dcid de pas-sest invit dans les ta- lants et assistants ddu-ser au peigne n le chier desblissements scolaires, cation, mis lcart enadhrents socialistes. Tous lesprimaire compris.cas contraire.adhrents qui navaient pas re-nouvel leur cotisation depuisdeux ans ont ainsi t radis. CesEn juin 2004, un rap-Lislam que ces jeunesadhrents faisaient souvent partieport de linspection g- dcouvrent et prati-des adhrents 20 euros quinrale de lEducationquent dans les tablisse-avaient cotis au PS durant lanationale sinqui-ments scolaires estcampagne prsidentielle pourtait de nombreuses Le rapport Obin dnonait des 2004 les drives lis souvent trs di-soutenir Sgolne Royal. En ra- drives : une certaine pratique du ramadan dans les coles rent de celui de leursdiant 48 000 adhrents inactifsparents. Ds 1994,selon lexpression consacre rue Massivement suivie, pratique par des enfants Hanifa Chrifi, dans un rapport quelle avaitde Solfrino, Martine fait dunede plus en plus jeunes (depuis le cours prpara- rdig pour le compte de lacadmie de Ver-pierre, deux coups.toire), lobservance du jene est manifestement sailles, constate que la religion telle que lesFaitesconomiserlobjet de surenchre entre organisations reli- jeunes la vivent ne les rapproche pas...