Enque‚te LIMITE N©pal

  • View
    933

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of Enque‚te LIMITE N©pal

  1. 1. Enqute LIMITE La communication des associations face lurgence Juin 2015
  2. 2. PRAMBULE Selon le dernier tableau de bord politique Paris Match / Sud Radio Ifop/Fiducial, le sisme au Npal a t le premier sujet de conversation des Franais au mois de mai (79%). Ds les premires heures de la catastrophe, lagence LIMITE a mis en place un suivi des communications dappel aux dons de 19 grandes ONG franaises, qui ont t croises avec les rsultats de trois vagues de sondages menes 3 jours, 10 jours puis 30 jours aprs le sisme.Pour la premire fois peuvent ainsi tre valus les effets des communications durgence et lvolution des donateurs classiques ou occasionnels au moment dune catastrophe et aprs. 2
  3. 3. Grands Enseignements5
  4. 4. #1 Une communication ultra ractive
  5. 5. 5 #1 - UNE COMMUNICATION RACTIVE lannonce du sisme au Npal, les premires communications des ONG se mettent en place trs rapidement : newsletters, campagnes de mots cls, ls dactualits sur les sites." Cependant, la communication sur les rseaux sociaux prend plusieurs jours se mettre en route et ne prend de sens que lorsque les quipes sont envoyes sur place. ce titre, les urgentistes comme Mdecins du Monde, Mdecins sans Frontires et la Croix- Rouge sont les premiers prendre la parole.
  6. 6. 6 #1 - UNE COMMUNICATION RACTIVE Si seulement quelques associations appellent aux dons ds le premier jour de la catastrophe, elles sont dj 11 le faire ds le lendemain. Les urgentistes ont moins besoin de faire des appels dons pour tre les plus soutenus. Il leur suft dexposer le programme mis en place pour lintervention.
  7. 7. 7 #1 - UNE COMMUNICATION RACTIVE Les ONG urgentistes dploient trs vite leur stratgie dintervention et communiquent dessus avec prcision et transparence : on parle dapports techniques, matriels, humains. Les urgentistes rendent laide concrte, les potentiels donateurs savent ds le lancement de laction o vont les fonds, ils sont rassurs.
  8. 8. 8 #1 - UNE COMMUNICATION RACTIVE UNE COMMUNICATION DE LURGENCE QUI SEST DONC FAITE EN TROIS TEMPS Annonce du sisme Appels aux dons Rcit de lintervention H +4J +1J +3
  9. 9. #1 - UNE COMMUNICATION RACTIVE 6% 10%10% 26% 17%16% 68% 73%74% Une ractivit dautant plus importante que les associations ont 10 jours pour collecter des fonds aprs une catastrophe, ensuite le momentum est pass et le nombre de donateurs ne progresse plus. 10 Intention de donner pour le Npal Sondage LIMITE - IFOP 9
  10. 10. #2 mais une communication Peu engageante
  11. 11. 11 #2 - UNE COMMUNICATION peu engageante Dix jours aprs la catastrophe, on constate que lengouement sessoufe considrablement alors mme quune rplique du sisme sest produite. Les survivants franais ont t rapatris et les mdias voquent moins frquemment la situation. Cest aux ONG de prserver lintrt des potentiels donateurs. Et pourtant, on ne voit que peu de success stories, comptes rendus de terrain, de newsletters spciales pour ceux qui ont dj donn, de rsultats des appels aux dons, dinformations sur les matriels disponibles ou encore ncessaires, dinfographies, de cartes, etc. qui permettraient de conforter les donateurs ou den motiver de nouveaux.
  12. 12. 12 #2 - UNE COMMUNICATION peu engageante Les 10 premiers jours suite la catastrophe, la communication des ONG est paradoxalement peu tourne vers laction. Ainsi, parmi les 26 % des Franais qui envisageaient de faire un don suite la catastrophe J+3, seuls 4% dclarent tre passs lacte 10 jours aprs. 10% dclarent avoir donn pour le Npal Beaucoup de donateurs potentiels ne semblent donc pas avoir t convaincus. Lanalyse des messages des associations partir de J+3 permet de penser que, sauf dans le cas de deux ou trois ONG, ces donateurs ont pu tre perturbs.
  13. 13. 13 #2 - UNE COMMUNICATION peu engageante On constate galement que la plupart des ONG nont pas fait rfrence au sentiment damiti que portent les Franais au Npal. Ils sont pourtant 19% dclarer que leur proximit avec le Npal et sa population a t un facteur les incitant donner.
  14. 14. #3 Une communication transparente
  15. 15. 15 #3 une communication transparente Les principales ONG semblent en revanche avoir appris des dernires catastrophes en privilgiant la transparence sur leur intervention et sur laffectation des dons. Des comptes-rendus visuels, clairs mais tout de mme techniques et prcis permettent de gagner la conance des donateurs et de leur dmontrer lexpertise de lassociation. Alors quen 2010, lors du tremblement de terre en Hati, on se concentrait sur lmotion du public avec des rcits et des photos poignantes, les ONG ont compris que la donne a chang et que les gens veulent simpliquer mais aussi savoir ce qui se fait sur le terrain.
  16. 16. #4 AVOIR une Stratgie de laprs
  17. 17. 17 #4 - stratgie de laprs Une fois lurgence passe, certaines associations se tournent immdiatement sur laprs et sur la reconstruction : les besoins restent entiers et lintervention sur place va durer encore longtemps. Mais il ne suft pas seulement dvoquer le besoin de reconstruction, il faut relater prcisment les rels besoins matriels et humains, parler du temps que cela prendra. Il faut imprativement et incessamment souligner la ralit du besoin des dons.
  18. 18. 18 #4 - stratgie de laprs Un rcit de laprs primordial pour les associations non urgentistes qui ont une place prendre dans la dure auprs des franais -10 +1 -7 +6 -1 = +2 = -1 -6 - - = - +1 - = = - ONG juges les plus comptentes pour intervenir au Npal J+30 Sondage LIMITE - IFOP volution par rapport J+3
  19. 19. 19 Si 60% des Franais dclarant avoir donn pour le Npal sont des donateurs rguliers, 21% ne donnent que dans le cadre de catastrophes et 19% ne donnent jamais ou trs occasionnellement. 40% #4 - stratgie de laprs Plus dun tiers des donateurs pour le Npal (40%) ont besoin dtre accompagns dans la dure pour se transformer en donateurs rguliers. Comme le montre galement la 5me dition du baromtre edonateurs LIMITE - IFOP de 2015, lerreur de beaucoup dassociations et fondations est de traiter les visiteurs spontans, ou donateurs occasionnels suscits par lactualit ou la communication, comme les autres donateurs, alors quil est essentiel dapporter immdiatement aprs le premier contact des lments qui conrment lutilit du don pour quils acceptent ensuite dtre traits comme prospects. Cest ce que LIMITE nomme la e-conversion.
  20. 20. 20 UNE NCSSIT DE METTRE EN PLACE UNE STRATGIE DE CONVERSION DE CES PUBLICS URGENTISTES EN SYMPATHISANTS PUIS EN DONATEURS RGULIERS #4 - stratgie de laprs 1 2 3 4 Jai fait un don pour le Npal Je veux savoir ce que mon don a permisJe veux relayer laction de lONG Je veux soutenir rgulirement lONG
  21. 21. #5 Limpact des mdias traditionnels
  22. 22. 22 #5 impact des mdias traditionnels Trs rapidement, les mdias traditionnels commencent parler des ONG qui uvrent au Npal en proposant des guides pour les dons et des explications sur les actions menes par les structures. Cette exposition mdiatique trouve un fort cho dans lopinion puisque le sisme au Npal est le sujet le plus discut par les Franais en mai 2015* (79%) devant les naufrages des migrants en Mditerrane (69%). Contrairement Hati, on constate que les mdias donnent la parole un large panel dassociations tandis quen 2010, seules quelques grandes associations (notamment la Fondation de France) taient sollicites. *Sondage IFOP Paris Match (Le tableau de bord politique) Mai 2015
  23. 23. 23 #5 impact des mdias traditionnels 53% Limpact des mdias est dautant plus important prendre en compte pour les ONG que 53% des Franais dclarant donner ou avoir lintention de donner pour le Npal ont t incits par les images, les photos et les reportages montrant lampleur des dgts et des besoins sur place.Il est donc capital pour les ONG, pas seulement urgentistes, de travailler la relation mdias tout au long de lanne et dtre ractives auprs des grands mdias au moment de la catastrophe pour tre vues et identies par le grand public.
  24. 24. 24 #5 impact des mdias traditionnels Les mdias couvrent lurgence Les mdias relaient les appels dons Les mdias passent autre choses : migrants en Mditerrane, etc. J+1 J+3 J+10 Les premires images diffuses impactent les donateurs Les appels dons permettent de convertir certains donateurs urgentistes 6% dclarent avoir donn 10% dclarent avoir donn J+30 10% dclarent avoir donn Le Npal est pass au second plan des mdias mais aussi du grand public
  25. 25. Enseignements pour lavenir3
  26. 26. #1 ANTICIPER La CATASTROPHE DE DEMAIN
  27. 27. 27 # recommandations Anticiper la catastrophe de demain Prparer ds aujourdhui les lments de communication de la prochaine catastrophe humanitaire : campagne de mots cls landing page annonce presse car cest dans les premiers jours que tout se joue
  28. 28. 28 # recommandations Anticiper la catastrophe de demain Prparer le terrain auprs des grands mdias, monter des partenariats lanne car ce sont eux qui dmultiplieront limpact des appels dons
  29. 29. #2 Avoir une stratgie du rcit
  30. 30. 30 # recommandations Avoir une stratgie du rcit Du fait de la volatilit de linformation, le grand public se dmobilise trs vite si on ne lui donne pas assez dinformation. Il faut donc mettre en place un rcit qui soit : transparent : expliquer concrtement ce que les dons produisent sur le terrain durable : avoir une relle stratgie de communication sur les mdias sociaux et sy tenir tout le long de la campagne dappel dons (homognit de prsentation des informations, rgularit des interventions, etc.) car cest ce moment cl que se joue la transformation en donateurs rguliers
  31. 31. #3 Avoir une rflexion sur les lments dimage
  32. 32. 32 # recommandations Avoir une rflexion sur les lments dimage Le fait de communiquer pendant une catastrophe m