of 32 /32
Bruno Gheerbrant LE RACISME ANTIBLANC « Il est distinct d'autres formes de racisme par sa capacité de réduire ses victimes au silence, et l'interdiction de l'évoquer » « Le racisme Antiblanc » © Bruno Gheerbrant 2000 http://www.racismeantiblanc.bizland.com

(Tapez bibliothèque identitaire) gheerbrant bruno le racisme antiblanc (identitaires sparte thulé indo européens génocide clan9)

Embed Size (px)

Text of (Tapez bibliothèque identitaire) gheerbrant bruno le racisme antiblanc (identitaires sparte thulé...

  • Bruno Gheerbrant

    LE RACISME ANTIBLANC

    Il est distinct d'autres formes de racisme par sa capacit de rduire ses victimes au silence, et l'interdiction de l'voquer

    Le racisme Antiblanc Bruno Gheerbrant 2000 http://www.racismeantiblanc.bizland.com

    http://www.racismeantiblanc.bizland.com/

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    2

    Dj de retour, jannonce la couleur de mon discours Ma voix dans ta sono abuse du jeu de mot, exploite les infos, dnonce les flaux, donc aussitt, voici mes propos, les victimes sont gallo-romains et anglo-saxons Quelle chance dhabiter la France / Dommage mon petit que ta mre ne tai rien dit sur ce putain de pays / O 24 heures par jour et 7 jours par semaine / Jai envie de dgainer / Sur des f.a.c.e.s. d.e. c.r.a.i.e. / Faces de craie / bien places /qui veulent que je la boucle Pan ! dans tes dents / Je madresse toi petit blanc / Je baise ton gouvernement ./ tu me diras / pourquoi tant de Haine ? / avec la sale haleine / je te dirais / ta mre / ta sur / cette chienne / kiffe lAfrique / ma trique/ ma ziq / logique / elle veut un ngrode De sa fille il en a marre, veut la caser comme un jeu avec un con -euh- un blond aux yeux bleus Que va t-il se passer au village des visages ples ti mal ? Je les fixe dans mon zoom zoom / Boum ! Boum ! dans Pim et Pam et Poum / les Goume Goume / anantir / Groupe Rap Ministre Amer (chanteur: Stomy Bugsy)

    * * *

    L'homme blanc est ici comme le second citoyen: vous tes en numro un. Il est numro deux ou trois. C'est ce qui doit tre enseign nos enfants. Les Blancs sont des escrocs et des fraudeurs Nous ne pouvons attendre d'eux qu'ils s'amliorent, qu'ils soient d'honntes gens et une communaut honnte, somme toute Robert Mugabe, prsident du Zimbabwe

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    3

    Table des Matires Introduction 1. Les mythes et le Grand Prjug du racisme Antiblanc

    1-1) Le mythe de la cuillre en argent 1-2) Le mythe de la toute puissance Blanche 1-3) Le mythe du racisme spcifique 1-4) Le mythe de lirrationalit des Blancs 1-5) Le Grand Prjug

    2. Aspects du racisme Antiblanc

    2-1) Les attaques descriptives 2-1-1) La diabolisation 2-1-2) La gnralisation 2-1-3) Le blanchissage et la Bonne Excuse 2-1-4) La calomnie et le mensonge raciste

    2-2) Lattaque physique et prsentielle 2-2-1) La sgrgation verbale 2-2-2) Lobstruction de passage 2-2-3) Linsulte raciste 2-2-4) Le coup du coiffeur 2-2-5) Les agressions: le tandem raciste et les agressions gratuites

    2-3) Lattaque psychologique 2-3-1) Le chantage racial 2-3-2) Les inversions culpabilisantes 2-3-3) Le refus de parole 2-3-4) Le refus dcoute

    3. Le drle de livre de Tahar Ben Jelloun

    3-1) La chronologie du racisme 3-2) La diabolisation par lexemple 3-3) Les franais (Blancs) et les Noirs 3-4) Les attnuations 3-5) La mythologie raciste de Tahar Ben Jelloun 3-6) Conclusion

    4. Lesclavagisme des autres

    4-1) LAfrique 4-2) Maghrbins, Arabes et esclavagisme 4-3) Les Juifs et lesclavagisme 4-4) Les Indiens dAmriques et lesclavagisme 4-5) Les noirs, les mtisses et lesclavagisme aux Amriques

    5. La Gauche Raciste

    5-1) Pourquoi la gauche a besoin du racisme Antiblanc pour exister 5-2) De lutilisation de la barbarie Nazie 5-3) De lutilisation de la Mthode Abdou 5-4) De la racialisation du dbat social

    Conclusion Bibliographie

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    4

    Introduction Il y a quelques annes, alors que je vivais aux tats-Unis, je me promenais sur un march aux puces et, intress par une pile de 78 tours, je marrtais devant le Bric Brac dun vendeur, avec qui jengageais conversation. Lorsquil entendit mon accent tranger, et voyant devant lui un blond, aux yeux bleus, il cru dabord que jtais allemand. Je lui appris que jtais franais et il sexcusa prcipitamment avant dajouter en me lanant un clin dil Quand mme, on peut pas blmer les allemands pour ce quils ont fait aux Juifs . Je lui rpliquait aussitt: Mec, tu es un raciste . Lhomme me regarda surpris puis, pour rattraper le coup, en quelque sorte, il sempressa de me fournir sa bonne excuse: cest pas de ma faute, vous savez, mon peuple vient de lesclavage . Cet incident a sans doute t un des plus marquants qui me soit arriv car la premire fois de ma vie, et en contradiction totale avec une ducation qui mavait toujours prsent les Blancs comme le seul groupe ethnique capable de racisme envers les autres, javais dit cet homme quil tait raciste. Une fois ce pas franchi, je nallais pas tarder admettre que javais souvent t victime de racisme. A mesure que je rflchissais ce sujet, je ralisais deux faits encore plus surprenant que lexistence de ce racisme. Dune part, si javais t outr par lantismitisme de cet homme, alors que je nen tais pas la cible, je navais pas relev tout ce quil y avait dinsultant pour moi dans ses propos, car il considrait quayant un physique Blanc trs typ, jallais forcment me rjouir du massacre de 6 millions dtres humains. Dautre part, cet homme avait immdiatement avanc la bonne excuse de lesclavage pour se ddouaner, insinuant par l que la responsabilit de sa faute revenait au groupe ethnique auquel jappartenais. Jtais donc amen me poser de nouvelles questions Pourquoi tais-je si prompt identifier et lutter contre le racisme dont les membres dautres groupes ethniques, les Juifs, les Noirs, les Arabes, les Asiatiques peuvent tre victimes, et si incapable didentifier celui qui me visait ? Pourquoi tais-je toujours prt me laisser marcher sur les pieds par les individus appartenant dautres groupes ethniques par peur de passer pour raciste ? Si le racisme ne se limitait pas une agression physique ou des insultes, pourquoi mtait-il si difficile didentifier, de dnoncer et de combattre le racisme dont jtais frquemment victime, des degrs divers ? Au terme dune rflexion personnelle, jai fini par comprendre quil existait un racisme trs particulier dans ses croyances et dans ses modes opratoires: Le racisme Antiblanc. Revenu en France jai commenc constater que ce racisme tait de plus en plus prsent, de plus en plus virulent, se traduisant par des agressions, des insultes, de frquentes meutes raciales, et un climat violemment raciste lgard des Blancs stait install sans que personne ne le dnonce. Dans la France daujourdhui, les Blancs sont les principales victimes des crimes inter-ethniques, dont une bonne part sont, ou prsentent tous les signes, des crimes et des agressions racistes. Lorsque jai commenc chercher des informations sur le racisme Antiblanc, je nai trouv aucune littrature dans les bibliothques municipales ou dans les librairies grand public, quant mes recherches sur Internet, elles menaient quasi systmatiquement des sites no-nazis ou a des sites antiracistes car si concernant le racisme des Blancs, la traite des Noirs aux Amriques, le gnocide indien et lantismitisme, il y a redondance dinformations, les bibliothcaires nhsitant pas acheter dix livres sur le mme sujet, alors quun ou deux auraient suffit, sur le racisme Antiblanc, on ne trouve absolument rien. Finalement, au bout de quelques annes, je me suis rsolu crire le livre que je nai trouv nulle part. Cest cet ouvrage, fruit de plusieurs annes de rflexions, que vous avez entre les mains. Jai divis mon travail en quatre parties. Jai essay, dans un premier temps, de dcrire, de dfinir et de nommer les manifestations et les mythes du racisme Antiblanc. Je prsente ensuite une analyse du livre de Tahar Ben Jelloun Le racisme expliqu ma fille pour montrer de quelle faon, dans un ouvrage grand public destin aux enfants, sous un verni de bonnes intentions, se transmettent des strotypes du racisme, essentiellement au dtriment des Blancs. Je rappelle en troisime partie quelques faits peu connus sur lesclavage, pour dcrire ce phnomne dans toute sa complexit: les quelques vrits que jexpose, rgulirement passes sous silence, donneront au lecteur une ide plus prcise de ce que jappelle le silence slectif. Enfin, dans une quatrime partie, jai essay de comprendre qui profite du racisme Antiblanc, pourquoi les questions raciales sont devenues lobjet incontournable de la politique franaise et pourquoi une famille politique a dcid de racialiser le dbat social dans notre pays.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    5

    Avant que le lecteur nentre dans le vif du sujet, je souhaite apporter trois prcisions pour que les choses soient bien claires : Dabord, on ne trouvera pas ici une numration de faits divers sordides de la catgorie Raymond et Simone assigs dans leur HLM de banlieue par des hordes de dlinquants noirs et arabes , et cela pour trois raisons. Parce que je ne passe pas ma vie scruter les journaux la recherche dincidents de ce type. Parce que le sujet de mon livre nest pas les mchants immigrs et leurs enfants mais le racisme Antiblanc , la nuance me parat importante. Parce quaujourdhui le racisme Antiblanc est devenu si rpandu que, jen suis convaincu, les exemples illustrant les sujets que jaborde viendront deux mme lesprit des lecteurs. Ensuite, si jexpose lattitude pour le moins partisane de Monsieur Ben Jelloun a lgard du Christianisme, je ne cherche pas prendre la dfense de cette religion mais que je dnonce lhypocrisie dun crivain dont lattachement lislam est aussi manifeste. Enfin, je me suis pos la question de savoir si je devais inclure les Juifs dans le groupe ethnique des Blancs . Assurment, les Juifs sont des Blancs et peuvent tre victimes du racisme Antiblanc mais parce quils se revendiquent comme une ethnie distincte, ou ont t considrs comme tels, je les prsente comme tels. Mon livre se fait lcho de lambivalence de leur statut dans notre socit. Quoiquil en soit, jespre quen refermant ce livre, quelques lecteurs auront appris mieux comprendre, identifier et nommer les manifestations dune haine qui se cache sous les appels au respect , la tolrance et qui est devenu, pour des raisons politiques, un racisme accept, lgitim et encourag dans notre socit: le racisme Antiblanc.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    6

    1. Les mythes et le Grand Prjug du racisme Antiblanc

    1-1) Le mythe de la cuillre en argent 1-2) Le mythe de la toute puissance Blanche 1-3) Le mythe du racisme spcifique 1.4) Le mythe de lirrationalit des Blancs 1-5) Le Grand Prjug

    1-1) Le mythe de la cuillre en argent Le premier mythe spcifique au racisme Antiblanc est le mythe de la cuillre en argent . Cest la croyance qutre n Blanc constitue un avantage inn dans tous les domaines de la vie, quils soient privs ou professionnels. Du fait mme de leur couleur de peau, les Blancs auraient le droit toutes sortes davantages qui leur garantiraient une existence aise. Il en dcoule, dans lesprit du raciste qui adhre cette croyance, quune personne de type europen ne pourra jamais prouver la pleine palette de sentiments ressentis par un tre humain appartenant un autre groupe ethnique. Ce mythe contient sa propre ngation: il prouve par son existence mme que les Blancs peuvent tre victimes de prjugs racistes. Le chmage, la maladie, la mort, la dpression, le deuil, le racisme sont autant de drames, de difficults que les Blancs ressentent de faon aussi aigu et aussi frquente que les autres tres humains. tre n Blanc nest pas une assurance ou une protection contre les difficults de la vie: tous les Blancs ne naissent pas riches, beaux et clbres. Dclarer qutre Blanc, cest jouir dun privilge inn, cest nier une pleine humanit ceux qui sont ns ainsi. 1-2) Le mythe de la toute puissance Blanche Le discours relevant du mythe de la toute puissance blanche consiste, pour dautres groupes ethniques, prendre les blancs comme boucs missaires de leurs checs. Le mythe de la toute puissance Blanche consiste attribuer aux Blancs la responsabilit de tous les problmes possibles et imaginables qui frappent un individu appartenant une minorit, une minorit ethnique au sein dune nation essentiellement compos de Blancs, une majorit ethnique dans un pays o habite une minorit blanche, voir un pays ou des continents entiers. La croyance en la toute puissance Blanche attribuera ces derniers des intentions systmatiquement malveillantes lintention dautres groupes ethniques. Inversement, tout problme non rsolu par ces peuples ou ces communauts sera considr comme le rsultat de la mauvaise volont des Blancs.

    En ralit, il ny a pas de fatalit qui veuille que tout groupe ethnique qui entre en contact avec les Blancs soit systmatiquement mis en chec et asservis par ceux ci: Aujourdhui, le Japon et la Core du Sud sont respectivement les seconde et dixime puissances conomiques mondiales, ce qui les place devant de nombreux peuples blancs. Dans ces deux cas, bien sur, nul ne songerait attribuer le mrite de la russite de ces peuples aux Blancs

    1-3) Le mythe du racisme spcifique Pour les personnes qui croient au racisme spcifique de lhomme Blanc, les Blancs seraient racistes par nature. Le racisme des Blancs serait plus important quantitativement et qualitativement que celui des autres peuples. Adhrer au mythe du racisme spcifique de lhomme Blanc, cest faire preuve de prjugs racistes lgard des individus de type europen. Le racisme manifest par certains Blancs nest ni pire, ni plus frquent que celui des individus appartenant dautres peuples. Par contre, il est beaucoup mieux document et plus souvent dnonc.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    7

    1.4) Le mythe de lirrationalit des Blancs Le mythe de lirrationalit des blancs est la croyance selon laquelle tout conflit, toute tension ou tout dsaccord qui peuvent surgir entre les blancs et les autres groupes ethniques ne peuvent trouver leur sources que dans un comportement irrationnel des populations de type europen. (par exemple: le sentiment dinscurit imputable la xnophobie des populations blanches). En ralit, le ressentiment ou lhostilit des blancs vis--vis dautres groupes ethniques ou de certains de leurs membres peut tre parfaitement justifi. En effet, de faon collective ou individuelle, les membres dautres groupes ethniques peuvent adopter un comportement, choisir des options politiques ou tenir un discours qui est - directement ou indirectement - prjudiciable aux blancs. Ces prjudices peuvent tre de nature politique, sociale, identitaire ou physique Dans des situations de conflits ou de tension inter-ethniques, la prsentation du comportement dindividus ou de populations blanches comme unilatralement racistes, xnophobes, sans fondement et purement irrationnel devrait toujours tre accueilli avec scepticisme. 1.5) Le Grand Prjug Lorsquun conflit oppose un Blanc une personne appartenant un autre groupe ethnique. Cest toujours le Blanc qui est lagresseur raciste, cest toujours la personne appartenant un autre groupe ethnique qui est victime de racisme.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    8

    2. Aspects du racisme Antiblanc

    2-1) Les attaques descriptives 2-1-1) La diabolisation 2-1-2) La gnralisation 2.1.3) Le blanchissage et la Bonne Excuse 2-1-4) La calomnie et le mensonge raciste

    2-2) Lattaque Physique et prsentielle 2-2-1) La sgrgation verbale 2-2-2) Lobstruction de passage 2-2-3) Linsulte raciste 2-2-4) Le coup du coiffeur 2-2-5) Les agressions: le tandem raciste et les agressions gratuites

    2-3) Lattaque Psychologique 2-3-1) Le chantage racial 2-3-2) Les inversions culpabilisantes 2-3-3) Le refus de parole 2-3-4) Le refus dcoute

    2-1) Les attaques descriptives Les attaques descriptives consistent donner une image dprcie des peuples, des nations ou des minorits de types europens. Elles participent au renforcement des grands mythes du racisme Antiblanc. Elles encouragent les groupes ethniques europens se dtourner de leurs origines, de leur histoire, de leurs cultures et des autres individus de leur groupe. Elles visent provoquer non pas une perte, mais un abandon volontaire didentit. Leur but est de pousser les peuples europens abdiquer de leurs souverainets, de leurs institutions et de leurs droits pour accorder une place sur-proportionne aux cultures et aux reprsentants dautres groupes ethniques. Limage dvalorise et ngative quelles imposent crent un climat propice aux crimes inter-ethniques et aux crimes racistes commis au dtriment des Blancs.

    2-1-1) La diabolisation La diabolisation est la plus frquente et la plus constante des attaques descriptives. Elle sinstalle dans la dure. Cette mthode consiste, par lutilisation du Silence Slectif, par la rptition constante de certains faits et la dformation ou lomission de certains autres, donner une impression gnrale ngative dune personne de type europen ou de groupes ethniques europens, pour en faire les objets dopprobres, pour justifier certains comportements prjudiciables leur gard. Elle inculque des strotypes racistes sur les peuples europens. Elle prpare le terrain sur lequel se dveloppe le racisme Antiblanc. La mthode de diabolisation la plus frquemment utilise au dtriment des Blancs est de prsenter constamment les racistes sous les traits dune personne de souche ethnique europenne, ce qui favorise le passage la gnralisation (souvent lide selon laquelle tous les Blancs sont racistes, et qu'eux seuls sont racistes).

    2-1-2) La gnralisation La gnralisation consiste prendre lindividu le plus mprisable dune population blanche et le dsigner comme typique de cette population, et son crime comme le rsultat dun trait de caractre inhrent son peuple.

    2.1.3) Le blanchissage et la Bonne Excuse Le blanchissage consiste dplacer la responsabilit dun problme, ou dun crime commit par le peuple dun pays non-occidental, par une minorit ethnique ou un de ses membres, au sein dun pays occidental, de ce groupe ethnique une population ou une nation de type europenne. Cette forme de manifestation du racisme Antiblanc repose sur les mythes de la toute-puissance et du racisme spcifique.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    9

    La Bonne Excuse est la mthode dinversion des culpabilits qui consiste justifier un comportement ou des propos racistes dune personne par le prjudice rel ou suppos dont son groupe ethnique aurait t victime de la part des Blancs.

    2-1-4) La calomnie et le mensonge raciste La calomnie raciste consiste prsenter un fait faux, dprciatif pour limage des ou dun Blanc, comme une vrit. 2-2) Lattaque physique et prsentielle Cette liste en cinq tapes permet de mesurer le degr de racisme Antiblanc dans une communaut. Les incidents de ltape une ltape deux doivent tre signals aux acteurs sociaux du quartier o ils se sont drouls. Ds la troisime tape, lorsque le racisme Antiblanc se manifeste ouvertement, il y a urgence et la vie des Blancs est rellement en danger; tous les incidents de ce type doivent tre signals la police et faire lobjet dun dpt de plainte.

    2-2-1) La sgrgation verbale La sgrgation verbale est une forme dexclusion couramment pratique dans les groupes au sein desquels les Blancs sont en minorit, mais dans un environnement o ils restent majoritaires. En France, cette situation est de plus en plus frquente, du fait de laccroissement des flux migratoires et de facteurs dmographiques, mais aussi parce que la diabolisation des Blancs incitent les plus jeunes dentre eux sassimiler des groupes ethniques dont lidentit et la culture sont prsentes comme plus valorisantes que celle du groupe ethnique constamment prsent comme raciste . La sgrgation verbale est aussi trs prsente sur le lieu de travail et les espaces publics. Dans de tels cas, bien que tous matrisent la langue de la culture locale, les membres de lethnie dominante du groupe sadressent les uns aux autres dans un langage que la victime ne comprend pas. Parce quun langage commun est matris par tous, ce comportement vise essentiellement dissimuler, isoler, rejeter et exclure. Il sagit ici de marquer une diffrence de statut dans le groupe. La sgrgation verbale vise tablir une hirarchie en fonction des origines ethniques et culturelles de chacun, dans un groupe o certains, par leur incapacit comprendre et matriser tout ce qui se passe, ne sont pas pleinement participants. La sgrgation verbale implique toujours, volontairement ou pas, une dvalorisation de la victime. Elle vise exclure sur la base de lappartenance culturelle ou ethnique: cest bien une forme de racisme.

    2-2-2) Lobstruction de passage Lobstruction de passage, qui stablit dans le non dit, est un des actes dintimidation les plus classiques des racistes Antiblanc. Il consiste, pour le raciste, lorsquil est certain davoir un avantage physique ou lorsquil est en groupe, se mettre dlibrment en travers de la route dun Blanc, le forant faire un dtour, sous peine de risquer des violences physiques. Il impose en rapport de force dans lequel la victime blanche est mise dans une situation dinfriorit physique et psychologique, puisquelle perd le contrle de la situation laquelle elle fait face.

    2-2-3) Linsulte raciste Linsulte ouvertement raciste est un type dagression qui peut prendre de multiples formes. On peut tre un Sale Blanc , un Sale from un jambon , un blondin , un sale Franais , un toubab , une face de craie , etc Linsulte raciste peut prendre des formes subtiles. Ainsi un Blanc se verra traiter de sale raciste pour navoir pas agit selon les volonts dune personne appartenant un autre groupe ethnique. Dans ce cas prcis, le raciste Antiblanc considre que la personne quil insulte est incapable, de par sa nature de Blanc , de rflchir comme un tre humain et de porter un jugement objectif. Parfois aussi, linsulte se manifeste par lemploi dun ton de voix agressif ou mprisant, par une attitude quon sent hostile sans que rien ne vienne expliquer le comportement de la personne quon a en face de soi, si ce nest quelle naime pas les Blancs.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    10

    Souvent, linsulte est dite de faon occasionnelle mais elle peut aussi devenir lexpression la plus visible dun vritable harclement moral, qui se poursuivra jour aprs jour.

    2-2-4) Le coup du coiffeur Cette pratique spcifique du racisme Antiblanc consiste saisir une mche de cheveux, voir passer toute la main dans la chevelure dune blanche ou dun Blanc, sans se soucier de savoir ce quen pense la victime. Plus une Blanche ou un Blanc sont typs, cest dire plus ils ont les cheveux clairs, plus ils y sont exposs. Dapparence anodine, le coup du coiffeur marque une escalade dans la violence raciste dirige contre les Blancs. Ici la Blanche ou le Blanc sont physiquement pris parti par le raciste, du fait de leur aspect physique. La victime est rduite ltat dobjet, dpossd de son statut dtre humain et le racisme tablit un rapport de suprieur infrieur envers sa victime, quil chosifie . Le coup du coiffeur est une des pratiques les plus dgradantes - et les plus rpandues - du racisme Antiblanc. Cest la dernire tape avant le passage lacte violent envers les Blancs.

    2-2-5) Les agressions: le tandem raciste et les agressions gratuites. Lagression physique des Blancs pour des motifs racistes est extrmement commune mais trs peu documente pour plusieurs raisons. Dabord parce que les personnes qui sont nes blanches nont jamais t duques dans la croyance que leur couleur de peau peu faire delles des victimes, ensuite parce quelles ne sont pas encourages porter plainte, enfin par ce quelles font lobjet dinversions culpabilisantes. Souvent, le crime raciste Antiblanc se cache sous les traits dun autre dlit. Les crimes inter-ethniques font souvent lobjet de drapages racistes. Cest le principe du tandem raciste: lagression classique sajoute une agression raciste. Dans de tels cas, la victime est choisie non seulement comme cible dun vol, dun viol ou dune escroquerie, mais aussi parce quelle a la peau blanche ou dautres caractristiques physiques attribues aux seuls peuples europens. Lagression raciste est accompagne de signes qui ne trompent pas : La victime est blanche, ou assimilable ce groupe ethnique Le groupe agresseur est ethniquement homogne, ou excluant les Blanc(he)s. Des insultes, des commentaires ou des discours spcifiques du racisme Antiblanc sont profrs Les agresseurs utilisent des mthodes similaires au chantage racial. A ces premiers signes, dautres peuvent tre pris en compte : Dans le pass, lagresseur a exprim ouvertement de lhostilit envers les Blanc(he)s. Bien quil ait eu la possibilit de sattaquer des victimes dautres groupes ethniques, toutes les victimes

    dun agresseur sont des blanc(he)s, ou assimilables. Lagresseur possde chez lui du Rap Haineux (Ministre Amer, Sniper, La Brigade, Lunatic) ou de la

    littrature Islamiste... Lagresseur a dj commis, dans le pass, des attaques racistes contre des Blanc(he)s Lagresseur a fait preuve dune violence inhabituelle. Souvent, les agressions racistes sont dcrites comme des agressions gratuites . Dissipons ici ce mythe: une agression gratuite, cela nexiste pas. Une agression a toujours un motif; lorsquun(e) Blanc(he) se fait agresser sans raisons par des personnes qui ne sont pas de son groupe ethnique, le racisme antiblanc est, de toute vidence, le motif de lagression. Dans les situations dagressions ouvertement racistes ou de tandem raciste, lagresseur raciste va jouer sur le grand prjug pour donner un alibi son comportement. Il va donc adopter un discours selon lequel ce nest pas lui qui est raciste , mais sa victime. Dans ce contexte, une accusation comme: tu naimes pas les , profre par le raciste Antiblanc, doit se comprendre comme, je naime pas les blancs . Les racistes Antiblancs prtent souvent leurs victimes leurs sentiments personnels. Parfois, le raciste qui agresse un Blanc na pas conscience que son acte est un crime de haine raciale. Le mythe du racisme spcifique, renforc par une diabolisation constante des groupes ethniques Blancs et par le Grand Prjug, lui donne le sentiment dtre en train de se dfendre en tant que membre dun groupe opprim . Dans son esprit, le Blanc est dj coupable et mrite dtre agress. Le mythe de la cuillre en argent donne galement au raciste le sentiment que son acte nest pas vraiment prjudiciable pour sa victime blanche.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    11

    La description quotidienne des blancs comme racistes, plus particulirement vis vis de groupes ethniques spcifiques, est un facteur qui favorise le passage lacte dlictueux chez certains jeunes appartenant dautres groupes ethniques lorsque la victime est Blanche. Les agressions racistes, rptes et systmatise, aboutissent parfois des situations similaires des nettoyages ethniques: les populations Blanches locales, harceles, quittent un espace gographique donn. Dans de tels cas, par inversion des culpabilits, on les accusera davoir cr des Ghettos. 2-3) Lattaque psychologique

    2-3-1) Le chantage racial Se livrer au chantage racial, cest jouer la carte de la couleur de peau. Le chantage racial consiste dplacer sur le terrain du racisme tout conflit, tout contentieux dans lequel un membre dun groupe ethnique non-Blanc, lorsquil est confront un Blanc, na pas gain de cause. Dans ce cas prcis, le raciste Antiblanc joue sur le mythe du racisme spcifique et sur le Grand Prjug. Il cherche pousser sa victime se justifier, ou prouver quelle nest pas raciste en adoptant un comportement conforme aux souhaits du calomniateur. Cette mthode du racisme Antiblanc est lagression psychologique la plus courante dont sont victimes les Blancs, en tant que membres dun groupe ethnique spcifique. Tous les Blancs qui vivent au contact dautres groupes ethniques auront en souffrir plusieurs fois au cours de leur vie sociale et professionnelle. Le chantage racial est profondment enracin dans le mythe du racisme inn, mais il se marie aussi linversion culpabilisante et linsulte raciste. Le chantage racial tire sa force de la moralit de sa victime et, aussi paradoxal que cela puisse paratre, un Blanc sera dautant plus vulnrable au chantage racial quil sera sensible aux problmes des autres groupes ethniques. Le chantage racial consiste jouer sur la bonne volont des Blancs pour en tirer profit. Dans un tel contexte, chaque concession au raciste en appelle immanquablement une autre. Pour un Blanc, dans un contexte inter-ethnique, entendre utilises des phrases telles que tu me dis a parce que je suis il ma fait ci parce que je suis devrait toujours constituer un signal dalarme. Si on peut accorder sa confiance des amis ou des collgues de longue date, il ne faut prter aucun crdit un individu quon ne connat pas et qui, demble, joue la carte de la couleur de peau. Il est dplorable que, dans notre pays, certaines associations antiracistes aient fait du chantage racial une mthode militante.

    2-3-2) Les inversions culpabilisantes Les inversions culpabilisantes sont sans doute les raisons pour lesquelles, aujourdhui, le racisme Antiblanc est si rpandu, et si peu document. Elles consistent faire porter la responsabilit dun acte de haine Antiblanc sur les paules de la victime plutt que sur celles du raciste. Le dplacement du soupon Le dplacement du soupon est une consquence typique du mythe du racisme spcifique. Un peu comme on souponne une femme victime de viol davoir provoqu son agresseur par un comportement particulier, justifiant par l mme le comportement du criminel, on demandera demble la victime du racisme Antiblanc si elle na pas eut un comportement qui aurait provoqu ses agresseurs, quand bien mme elle naurait rien fait de particulier. Le dplacement du soupon est galement la rsultante du mythe de la cuillre en argent: pour les personnes qui le pratique, il est difficile de croire quun Blanc peut tre victime dune agression raciste du simple fait de sa couleur de peau. Il sagit ici dune consquence de la diabolisation, du silence slectif et du Grand Prjug.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    12

    Le dlit de gnralisation. Ds linstant quun Blanc va signaler quil a t victime dun incident impliquant des membres dun autre groupe ethnique (voir Le tandem raciste), on lui demandera de ne pas gnraliser, parce quen signalant que les agresseurs sont dun groupe ethnique diffrent, cette personne entre sur le terrain du racisme. Hors, dans ce domaine, le Grand Prjug veut que lagresseur soit toujours Blanc. En dautres termes, parce quelle a t victime du racisme Antiblanc, la victime est souponne de racisme; par le fait mme de narrer les dtails de lagression quelle a subie, elle confirme sa culpabilit. Lisolement accusateur Dans nos socits occidentales, il existe quelques accusations qui valent un rejet immdiat de ceux qui en sont accuss. La pdophilie en est une; pour un Blanc, le racisme en est une autre. La force du Grand Prjug, la diabolisation constante dont sont victimes les groupes ethniques Blancs sont telles que dans toutes les situations conflictuelles entre un Blanc et une personne appartenant un autre groupe ethnique, on assiste systmatiquement deux ractions diamtralement opposes, avant mme que lon sache qui a tort et qui a raison. Les membres de la minorit non-Blanche sassemblent aussitt et adopte aussitt une attitude de dfense agressive vis vis du Blanc, jug dj coupable . Les Blancs, au contraire, scartent de la scne, jugeant aussi leur congnre dj coupable , craignant de passer pour racistes et de sexposer la violence raciste des agresseurs. La raison de ce comportement, dj mentionne la rubrique chantage racial, est que la plupart des Blancs se sentent beaucoup moins laise que les autres ethnies sur le terrain du racisme. Lisolement dans lequel se trouve la personne blanche victime dun acte raciste suffit lui seul confirmer sa culpabilit. Le plus souvent, cette personne, mme si elle montre de faon vidente quelle est bien victime - on est tent, par rflexe, de dire innocente - ne sera pas tout fait disculpe sans la caution morale dun membre dun autre groupe ethnique, de prfrence celui de lagresseur. Il faut noter que pour un Blanc accus de racisme, il est extrmement difficile de se disculper. Le fait mme quil ait des amis appartenant dautres groupes ethniques sera interprt comme une preuve supplmentaire de son racisme suppos. On accusera alors ce Blanc davoir, selon les cas de figure, un ou des de service . Dans la logique pervers du raciste Antiblanc, le fait mme quun Blanc ne soit pas raciste prouve quil lest ! En fait ce qu'il faut comprendre, c'est qu'un Blanc, quoi qu'il fasse, sera toujours trop Blanc aux yeux du raciste Antiblanc. Le silence slectif Le silence slectif est une transposition du dlit de gnralisation dans la sphre sociale et politique. On impose le silence sur certains faits, historiques ou actuels, dont la rvlation est juge nuisible limage dun ou de plusieurs groupes ethniques identifis comme victime par nature . En gnral, on invoquera la possibilit que lvocation de ces faits fasse le jeu de lextrme droite et attise les flammes du racisme Blanc. Cette attitude utilise largument du racisme spcifique comme justification. Par contre, on mentionnera systmatiquement tous les incidents dans lesquels un Blanc a commis un acte raciste, au prtexte que le racisme dont sont victimes les autres groupes ethniques doit tre dnonc. Le silence slectif produit le rsultat inverse de celui quil prtend vouloir obtenir. Il ne fait quaugmenter lamertume des victimes du racisme Antiblanc ou de crimes inter-ethniques, tandis quil conforte les membres dautres groupes ethniques dans lide quils sont les cibles uniques du racisme. Cette reprsentation sens unique du racisme renforce constamment lillusion de ralit du racisme spcifique des Blancs: Le silence slectif est une des principales armes utilises pour diaboliser les Blancs.

    2-3-3) Le refus de parole Par le refus de parole, le raciste Antiblanc refusera un Blanc le droit de sexprimer sur le problme du racisme, ou en disqualifiera davance le point de vue, au motif que ce dernier ne saurait comprendre pleinement la gravit du sujet, nen souffrant pas autant que les autres. Trs souvent, le raciste Antiblanc croit que les diffrences physiques, religieuses ou culturelles qui le distingue dun Blanc sont lquivalent dun doctorat qui lui permettrait de dispenser des leons aux autres. Tout aussi souvent, il est persuad que sa diffrence le vaccine contre la btise humaine. Le refus de parole est une pratique raciste qui sancre dans la croyance au mythe de la cuillre en argent . Elle sous-

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    13

    entend aussi quun Blanc ne possde pas lintelligence suffisante pour comprendre certains problmes et sexprimer dans certains domaines. Le refus de parole est une faon subtile, pour le raciste Antiblanc, de ne pas remettre en question ses propres prjugs racistes. Cette pratique lui permet de continuer se percevoir comme victime de racisme dans des situations o il est - et le refus de parole le prouve - un raciste activement engag dans un processus de discrimination et de haine raciale lgard dautrui. Le refus de parole renvoie le Blanc dans le camp de lagresseur. En effet, sil y a racisme, il y a ncessairement le raciste et sa victime. Si le Blanc ne peut tre la victime, alors il est forcment lagresseur. Prisonnier de cette logique, le Blanc qui nest pas raciste, ou ne veut pas passer pour raciste, est oblig dagir et de sexprimer en conformit avec les souhaits du raciste Antiblanc, tout questionnement des positions du raciste renvoyant le Blanc dans le camp de lagresseur. On saisit tout ce que cette logique a de pervers, et le bnfice que peut en tirer le raciste. Le refus de parole scelle le processus culpabilisant. Le Blanc, identifi comme raciste, est dans limpossibilit de faire entendre sa voix et de se disculper, cest dire de remettre en questions les strotypes de lagresseur. Il na plus dautre choix de sidentifier la seule souffrance du raciste, dadhrer son point de vue, et daccder ses dsirs dans lespoir que sa bonne volont sera reconnue. Cest bien sur parfaitement inutile puisque la croyance du raciste repose sur le MENSONGE, que ce dernier HAT les Blancs et que, de ce fait, rien ne le satisfera jamais. Dans ce cadre pervers, la bonne volont du Blanc, au contraire passera pour une preuve supplmentaire de sa culpabilit. De nos jours, le refus de parole prend souvent la forme dun certain discours antiraciste. La phrase typique du refus de parole, cest le fameux tu ne peux pas comprendre parce que tu nes pas

    2-3-4) Le refus dcoute Le refus dcoute est une autre mthode des racistes Antiblancs pour refuser daborder ou de discuter le problme du racisme Antiblanc. L encore, il sagit de renvoyer le Blanc dans le camp de lagresseur. Ds linstant que sera voquer le problme du racisme Antiblanc, linterlocuteur va systmatiquement dtourner le discours en mentionnant un fait connu concernant le racisme des Blancs lgard dautres groupes ethniques. Le but vis est de pousser le Blanc se justifier, prouver quil nest pas raciste, en abandonnant le discours dans lequel il met en cause le comportement dindividus appartenant dautres groupes ethniques. Le refus dcoute est galement un bluff qui consiste faire croire quen dnonant le racisme Antiblanc, on nie lexistence du racisme de certains Blancs. Une fois de plus, on retrouve les grands mythes du racisme Antiblanc dans ces pratiques. Le racisme Antiblanc ne mriterait pas quon sy attarde parce quil est moins prjudiciable ses victimes (mythe de la cuillre en argent ), mais il serait plus important de parler du racisme des Blancs, parce que celui-ci est plus marqu que celui des autres peuples (mythe du racisme spcifique). Bien sur, le refus dcoute se marie souvent au refus de parole, son groupe verbale typique est Oui mais 'faut pas oublier .

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    14

    3. Le drle de livre de Tahar Ben Jelloun

    3-1) La chronologie du racisme 3-2) La diabolisation par lexemple 3-3) Les franais (Blancs) et les Noirs 3-4) Les attnuations 3-5) La mythologie raciste de Tahar Ben Jelloun 3-6) Conclusion

    Il y a quelques temps, Tahar Ben Jelloun publiait un ouvrage intitul: Le racisme expliqu ma fille . Lessai, dune soixantaine de page, a reu un excellent accueil du public franais, mais aussi de nombre dintellectuels. Il a donn lieu des dbats, des rencontres, a t lu dans les coles. On a vu en lui une sorte de leon de civisme et il sest impos comme le modle du genre, lorigine dune collection douvrages similaires, qui tous se proposent dveiller la conscience morale et politique des enfants. Lide de quoi plaire dans certains milieux: qui de mieux plac quun tranger pour parler de racisme, et quel symbole dintgration quil puisse dispenser une leon de morale aux enfants du pays qui laccueille. Louable intention donc mais qui se rvle ntre que a: une intention. Au fil de pages, quiconque prend le temps de lire ce livre dcouvrira toute une srie domissions, de dformations, de rptitions, de tournures de style qui, prises une par une, semblent anodines mais qui, la lumire de regroupements et de recoupements, ne peuvent manquer de faire aboutir le lecteur la conclusion suivante: sous des apparences gnreuses Le racisme expliqu ma fille est un ouvrage profondment raciste, ptrit de strotypes et de prjugs racistes lgard des Blancs. Le lecteur trouvera, dans les pages qui vont suivre, une brve analyse de louvrage de Monsieur Ben Jelloun. Il est ncessaire dapprendre identifier les mthodes dun racisme qui savance cach, pour pouvoir sen dfendre. 3-1) La chronologie du racisme Par la dformation, la calomnie raciste, le silence slectif et linversion culpabilisante, Tahar Ben Jelloun btit une trange chronologie du racisme qui reflte le ton gnral de son livre.

    1095 En l'an 1095, le pape Urbain II lana, partir de Clermont-Ferrand, une guerre contre les Musulmans, considrs comme des infidles. Des milliers de Chrtiens partent pour les pays d'orient massacrer les Musulmans

    XI - XV Sicle

    Entre le XI et le XV Sicle, les Chrtiens dEspagne ont expuls les Musulmans puis les Juifs en invoquant des raisons religieuses

    1516 Le Mot Ghetto est le nom d'une petite le en face de Venise, en Italie. En 1516, les Juifs de Venise furent envoys dans cette le spare des autres communauts XVIII - XIX

    sicle Des historiens, au XVIII et XIX sicles, ont essay de dmontrer qu'il existait une race suprieure sur le plan physique et mentale qu'une suppose race noire

    XIX Sicle Au XIX Sicle, des pays europens... ont occup militairement des pays africains et asiatiques... Le colonialiste considre qu'il est de son devoir, en temps qu'homme Blanc et civilis, d'aller Apporter la civilisation des races infrieures

    1830 Les franais ont dbarqu en Algrie en 1830 et se sont empars de tout le pays. Ceux qui ne voulaient pas de cette domination taient pourchasss, arrts et mme tus. Le colonialisme est un racisme lchelle de l'tat

    1915 En 1915, les Armniens, qui vivaient en Anatolie, ont t pourchasss et massacrs par les Turcs (plus de 1 millions de morts sur une population de 1 millions huit cent mille personnes

    1933-1945 Ds 1933, les nazis considrent les Juifs comme une race ngative , une sous-race , comme ils ont dclars les tziganes racialement infrieurs et les ont aussi massacrs (deux cent milles morts)

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    15

    1957 En 1957, Little Rock...il a fallut l'intervention du prsident Eisenhower, de la police et de l'arme pour que neufs enfants noirs puissent entrer la central High School, une cole pour Blancs

    1968 La lutte pour le droits des Noirs n'a pas cesse malgr l'assassinat, en 1968 Memphis, d'un des plus grand initiateurs de cette lutte, Martin Luther King 1992 Les Serbes, au nom de ce qu'ils ont appel la purification ethnique ont massacr par milliers des Bosniaques Musulmans

    Une chronologie trs slective Un examen rapide de la liste des vnements historiques recenss par lauteur met en lumire la pratique systmatique du silence slectif. Si on excepte le gnocide armnien, et une vocation trs particulire des massacres du Rwanda (non cite dans ce tableau parce quelle nest pas date prcisment par lauteur) qui sera cite et analyse plus loin, aucun acte de racisme commis par un non-Blanc nest recens. Dans ce domaine, on se serait pourtant attendu, de la part dun homme qui vient dune autre culture, un clairage nouveau, il nen est rien. Monsieur Ben Jelloun passe sous silence, par exemple, la politique coloniale du Japon (Annexion de Taiwan (1895), de la Core (1910), de la Mandchourie (1931-1932), massacres de Nankin, asservissement sexuel des chinoises et des corennes), linvasion et le gnocide tibtain par les Chinois (en cours), les massacres de chinois et le gnocide Timorien en Indonsie, la guerre civile en Algrie (nous y reviendrons), linvasion de la Grce par lempire ottoman au XV sicle et les massacres de Chio, ect.. Plus encore, lauteur vite savamment de sattarder aussi longtemps sur les aspects embarrassants de lhistoire de son pays dorigine que sur ceux de lhistoire europenne. Cette attitude est dautant plus surprenante quon pourrait sattendre ce que lauteur connaisse bien lhistoire du Maroc. Monsieur Ben Jelloun est capable de se souvenir de toutes les pages noires de l'histoire des europens Blancs , mais il est frapp d'amnsie concernant le reste du monde et son propre pays... Lexonration de lislamisme Le silence slectif qui domine dans Le racisme expliqu ma fille sapplique, entre autres, la religion musulmane. Un premier fait saute aux yeux la lecture de la liste chronologique tablie partir des exemples cits par Tahar Ben Jelloun. Dans tous conflits opposant des europens au monde arabe, ou en Bosnie, il nomet jamais de mentionner la religion des protagonistes et dpeint systmatiquement les chrtiens comme les initiateurs du conflit. Par contre, concernant le gnocide armnien, il oublie soudain, les gorgeurs tant musulmans, de mentionner leur religion. Dans le livre de Monsieur Ben Jelloun, il nexiste quun seul fanatisme religieux, cest lintgrisme. Ce nest donc pas par hasard quil a choisit un mot souvent associ, en France, aux fanatiques religieux chrtiens, tandis quil tait le mot Islamisme, associ aux fanatiques de la religion musulmane. Une autre mthode employe par Monsieur Ben Jelloun pour blanchir lislam, est la dformation de la vrit historique. Concernant les croisades, la caricature et le mensonge sont flagrants. Lauteur du livre donne limpression que cest sans autre motif que pour casser du Musulman que les Europens sont partis en terre sainte. Les vrais motifs des croisades sont passs sous silence, savoir que les musulmans de l'poque, extrmement intolrants, interdisaient aux chrtiens laccs des lieux saints Jrusalem, mais aussi volaient et assassinaient les plerins chrtiens. Concernant lEspagne; il oublie que la Reconquista ne chassa pas tant les musulmans et les Juifs quelle mit un point final des sicles doccupations de la pninsule ibrique par les Arabes et les Maghrbins. Linsistance de Monsieur Ben Jelloun dnigrer les chrtiens en ayant recours au mensonge ou lomission de faits est aisment comprhensible si on considre dans quel contexte il a crit son livre. Jamais lislam na autant parut aux yeux des franais comme une religion intolrante. A cette poque, les Talibans imposent en Afghanistan un rgime Islamiste si obscurantiste que mme la rpublique islamique dIran, modle de fanatisme religieux, apparat depuis comme un espace de libert. Lopinion publique est secoue par les atrocits commises chaque jour en Algrie, o sont massacrs femmes et enfants tandis que les Islamistes

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    16

    font peser des menaces de morts sur tous les trangers qui se trouvent dans le pays, menaces qui sont rgulirement mises excution (par exemple la dcapitation de 6 moines Chrtiens par des algriens musulmans). Enfin, La France vient de connatre une srie dattentats meurtriers commis par des Islamistes algriens, vnements dramatiques que Monsieur Ben Jelloun, sil nhsite pas parler des Massacres de Musulmans par des Chrtiens , se contente dvoquer ainsi : - Lautre jour, la tlvision, quand il y a eu des attentats, un journaliste a accus lislam. Ctait un

    journaliste raciste, daprs toi ? - Non il nest pas raciste, il est ignorant et incomptent. Ce journaliste confond lislam et la politique. Ce sont

    les politiciens qui utilisent lislam dans leur luttes. On les appelle des intgristes. Il nest pas question, ici, dadmettre quun musulman ait pu assassiner dautres personnes au nom de sa religion. Lemploi du verbe accuser donne aussi une connotation particulire ce passage car une accusation, cest en quelque sorte une attaque. On retrouve alors un schma militant cher lcrivain: celui dun islam innocent, agress par les mchant occidentaux. 3-2) La diabolisation par lexemple Le livre de Monsieur Ben Jelloun est typique de lutilisation de la diabolisation. En surface, certes, Tahar Ben Jelloun dclare que tout le monde peut tre raciste, mais avec toute une srie dexemples, il fait passer lide que certains sont plus racistes que dautres. Il en rsulte une tout la fois un renforcement des mythes du racisme spcifique et de la cuillre en argent . Qui sont les racistes ?

    A B C Total Blancs 16 6 0 22 Arabes 3 0 1 2 Noirs 2 0 1 2

    Asiatiques 1 0 0 1 Autres 0 0 0 0

    A: Exemples dans lesquels le raciste est explicitement dsign comme tant. B: Exemples dans lesquels le raciste est implicitement dsign comme tant. C: Exemples dans lesquels lacte raciste fait lobjet dune attnuation Qui est victime du racisme ?

    A B Total Noirs 13 1 14

    Arabes 8 0 8 Juifs 7 0 7

    Blancs 3 1 4 Indiens 2 0 2

    Asiatiques 2 0 2 Tziganes 1 0 1

    Aborignes 1 0 1 A: Exemples dans lesquels la victime est explicitement dsigne comme tant. B: Exemples dans lesquels la victime est implicitement dsigne comme tant.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    17

    3-3) Les franais (Blancs) et les Noirs La description que Monsieur Ben Jelloun fait de la socit franaise et des quelques personnes qui la composent, en omettant le large espace quil consacre Jean-Marie Le Pen et au Front national, nest pas des plus flatteuses. Qui sont donc ces franais: Les voisins: Regarde par exemple nos voisins de limmeuble. Ils se sont longtemps mfis de nous, jusquau jour o nous les avons invits manger du couscous. On verra un peu comme le comportement peu amical des voisins franais contraste avec celui des marocains. Les employeurs: Le pre de Souad, la cousine de Maman, na pas de travail depuis deux ans. Il cherche mais ne trouve pas. Quelque fois, quand il tlphone pour un boulot, cest daccord puis quand il se prsente on lui dit que cest trop tard. Les employeurs franais sont prsents comme racistes, rgle considre comme gnrale par Tahar Ben Jelloun sans doute, puisque le pre de Souad est prsent comme cherchant un travail depuis deux ans. Un franais qui na pas de travail depuis longtemps est un chmeur longue dure; un immigr qui na pas de travail depuis longtemps, est forcement une victime du racisme. Les journalistes: - Lautre jour, la tlvision, quand il y a eu des attentats, un journaliste a accus lislam. Ctait un

    journaliste raciste, daprs toi ? - Non il nest pas raciste, il est ignorant et incomptent. Moins comptent, bien sur, que Tahar Ben Jelloun. Cline et ses parents: Sil est mentionn brivement une invitation en Normandie par une camarade de classe, cest surtout sur le cas de Cline que Le racisme expliqu ma fille sattarde: - Moi, je ne veux pas vivre avec Cline, qui est mchante, voleuse et menteuse - Tu exagres, cest trop pour une seule gamine de ton ge ! - Elle a t mchante avec Abdou. Elle ne veut pas sasseoir cot de lui en classe, et elle dit des choses

    dsagrables sur les Noirs. - Les parents de Cline ont oubli de lui faire son ducation, peut tre parce queux mme ne sont pas bien

    duqus. - Je naimerais pas avoir deux Cline dans ma classe Linstitutrice: Linstitutrice nous a encore dit lautre jour quAbdou, qui vient du Mali, tait de race noire. Si ton institutrice a vraiment dit cela, elle se trompe. Je suis dsol de te dire a, je sais que tu laimes bien, mais elle commet une erreur et je crois quelle ne le sait pas elle-mme. Abdou, le petit malien: Si un camarade de classe, disons Abdou le malien, viens dans ta chambre, se conduit bien et que tu le mets dehors pour la seule raison quil est noir, alors l, tu es raciste. Mettre des prnoms des individus identifie de faon claire les acteurs du racisme. Dans le livre de Tahar Ben Jelloun, ce sont Cline, la petite franaise raciste, et Abdou, le petit malien. On remarquera que ce dernier est toujours prsent en position dinfriorit, comme une victime, dans les exemples o il est cit. Ces occurrences sont un exemple type de la faon dont se transmet le Grand Prjug. La vision strotype que Monsieur Ben Jelloun a des Noirs est, en fin de compte, tout aussi insultante que celle quil des Blancs.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    18

    3-4) Les attnuations - Les marocains sont comme tout le monde. Parmi eux, on rencontre des gens racistes et des gens non

    racistes. - Aiment-il les trangers ? - Ils sont connus pour leurs traditions dhospitalit. Ils aiment accueillir les trangers de passage, leur

    montrer le pays, leur faire goter leur cuisine. De tous temps, les familles marocaines ont t hospitalires; cela est aussi valable pour les autres maghrbins, pour les Arabes du dsert, les bdouins, les nomades.

    Quel contraste entre les traditions dhospitalit des Marocains et la mfiance des voisins franais ! On apprciera nanmoins la petite nuance ajout par l'crivain! Le lecteur aura remarqu, dans les tableaux prcdents, une colonne C qui correspond aux exemples dans lesquels lacte raciste fait lobjet dune attnuation, mais quest ce quune attnuation ? Cest une mthode, une figure de style utilise pour minimiser la responsabilit dun acte ou dun crime raciste. Dans Le racisme expliqu ma fille , sur trois exemples dactes racistes attribus des marocains, deux font lobjet dune mthode dattnuation. Les attnuations permettent de faire laveu dun problme, mais en le minimisant le plus possible, voir en disculpant tout fait lauteur dun acte raciste, tout en renforant les prjugs racistes lgard dun autre groupe. Lattnuation par la surenchre. - Certains marocains ont eu un comportement condamnable, notamment avec les noirs. On a pris

    lhabitude dappeler les noirs Abid (esclaves). - Bien avant les marocains, des europens Blancs considraient le Noir comme un animal part, comme le

    singe (Buffon, 1707-1788). (P45-46) Dans cet exemple, Monsieur Ben Jelloun oublie que si les Noirs taient appels esclaves parce que pendant des sicles, comme les europens Blancs , ils taient les esclaves des maghrbins et des arabes. Pour minimiser laveu quil fait, du bout des lvres, en effleurant les sujets du racisme, de la discrimination religieuse et de lesclavagisme au Maroc, Monsieur Ben Jelloun utilise la surenchre dans la Haine en citant Buffon fort propos. Ce faisant, il alimente sans scrupule le mythe du racisme spcifique des Blancs quil prsente ainsi comme antrieur et plus marqu que celui des marocains, minimis par contraste. Pourtant, la littrature du monde arabe et maghrbin abonde en strotypes racistes. Il suffit de lire attentivement Le racisme expliqu ma fille pour se convaincre quun auteur originaire du Maghreb peut tre raciste lgard dautres groupes ethniques. Le lecteur apprciera maintenant une autre perle du genre : - Au Maroc, les Juifs et les musulmans ont vcu presque onze sicles ensemble. Les Juifs avaient leurs

    quartiers; quon appelle Mellah. Ils ne se mlangeaient pas avec les musulmans mais ne se disputaient pas avec eux. Entre eux, il y avait un peu de mfiance, mais aussi du respect. Le plus important, cest que lorsque les Juifs se faisaient massacrer en Europe, ils taient protgs au Maroc

    Sans commentaires Lattnuation par le blanchissage. - Au Rwanda, les Hutus ont massacr les Tutsis (minoritaires, favoriss et opposs par les Europens aux

    Hutus). Ce sont deux ethnies qui se font la guerre depuis que les Belges ont colonis la rgion des Grands Lacs de ce pays. Le colonialisme, dont nous reparlerons, souvent divis pour rgner. (P43)

    Ce court texte montre clairement non pas une, mais deux attnuations par le blanchissage. Il laisse entendre que si les Tutsis ont t massacrs par les Hutus, cest parce quils ont t favoriss et opposs par les Europens aux Hutus . La cause de la mort des Tutsis, ce nest donc pas la Haine des Hutus, mais le comportement des europens. Il reprend cet argument une seconde fois en signalant que cest larrive des Europens qui marque le dbut des violences dans la rgion des Grands lacs, donc quils sont la gense du gnocide Tutsi. En quelques lignes, Monsieur Ben Jelloun exonre les Hutus de leur crime raciste, pour en attribuer la responsabilit la toute puissance Blanche , en utilisant la mthode du blanchissage.

    http://www.racismeantiblanc.bizland.com/chapitre.htm#2.1.3. Le

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    19

    Lattnuation Canada Dry . - Cest comme ma cousine Nadia. Elle a eu un avertissement et elle a dit ses parents que les professeurs

    naimaient pas les Arabes ! Elle est gonfle, je sais que cest une mauvaise lve. - Cest de la mauvaise fois ! - Mais Nadia nest pas raciste. - Elle utilise un argument bte pour dgager sa responsabilit, et cela ressemble la mthode des racistes.

    (P38-39) On a ici un exemple classique dattnuation. Ce que Monsieur Ben Jelloun appelle un argument Bte , cest en fait un argument raciste: la petite Nadia prtend que, du fait, de leur appartenance un autre groupe ethnique (quon devine probablement Blanc), ses professeurs sont incapables de porter un jugement intelligent sur certains lves. Un peu comme le Canada dry ressemble de lalcool, mais a nest pas de lalcool , largument raciste de la petite Nadia, ressemble la mthode des racistes , mais a nest pas du racisme. Il en va de mme pour le Mellah o habitaient les Juifs marocains; il a lair dun ghetto mais ce nest pas un ghetto ; cest un Mellah ! Pourtant, la cration des Mellah est une spcifi marocaine dans le monde musulman. Sa cration remonte au XVI sicle. Il fut institutionnalis par le sultan du Maroc de lpoque pour protger les Juifs des violences de leurs concitoyens maghrbins. Il semble que les Europens naient pas eut le monopole des pogroms. Bizarrement, lcrivain marocain semble l encore frapp damnsie sur ce sujet.. 3-5) La mythologie raciste de Tahar Ben Jelloun A mesure quon analyse le livre de Tahar Ben Jelloun, on voit apparatre les grandes lignes dune mythologie raciste qui nest pas particulire lauteur, dailleurs, mais trs largement partage par les racistes Antiblancs. Leuropen Blanc y joue, le plus souvent, le rle de la Fe Carabosse. 1. On distingue dabord la priode paradisiaque , un tat dinnocence symbolise par le Maroc: Pendant

    plus de mille ans, Juifs et musulmans ont vcu dans la paix. Il existe des chants et des pomes qui ont t composs en arabe par des Juifs et des Musulmans. Cest la preuve de la bonne entente entre les deux communauts

    2. Vient ensuite La perte de linnocence , cest la priode coloniale. Lattention de Tahar Ben Jelloun se

    tourne alors vers un autre pays du Maghreb, lAlgrie. Il sattarde longuement sur la priode coloniale dans ce pays, y consacrant trois pages, pour montrer comment les Blancs, plus exactement les Franais, ont introduit la notion de sgrgation raciale, en traitant diffremment les Juifs, les Europens et les Algriens.

    3. Enfin arrive Le temps de la haine . Monsieur Ben Jelloun sloigne encore plus du Maroc, du Maghreb,

    pour tourner son regard vers lAfrique noire et plus particulirement, le Rwanda. Le gnocide du Rwanda, tel quil est prsent dans le livre, est le Legs des Europens Blancs, qui auraient substitu leur hritage de haine aux traditions locales.

    La grille de lecture de lhistoire que propose lcrivain est bien sure trs rvlatrice du Mythe de la toute puissance Blanche et son schma est frquemment propos pour expliquer les troubles qui secouent les nations non-occidentales. A la puissance coloniale, on substituera aussi parfois, la multinationale, symbole des pays riches . La ralit, bien sur, est toute autre que celle que propose cette mythologie raciste. Pour le comprendre, il convient de revenir au Maroc, en se penchant sur les exemples que nous donne lcrivain marocain. On dcouvre alors que la socit marocaine qui prcde la priode coloniale europenne est dj frappe de tous les maux quon pourrait croire, en lisant Le racisme expliqu ma fille , tre des tares spcifiques aux socits occidentales. La sgrgation raciale, lesclavagisme, lintolrance religieuse taient les fondements de la socit marocaine. Si je vais mattarder dans les pages qui suivront sur lesclavage dans lislam, et bien sur au Maghreb, il nest pas inutile dapporter un clairage sur la tolrance religieuse au Maroc et au Maghreb avant la priode coloniale. En matire de religion, les personnes qui ne pratiquaient pas lislam avaient le statut de dhimmi , cest dire de protgs, sils appartenaient aux religions du livre: le Christianisme et le Judasme. Ce statut impliquait le paiement dun impt supplmentaire, mais aussi toute une srie dautres obligations. Dans tous les pays du

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    20

    Maghreb, les Juifs devaient porter un vtement spcial auquel ne pouvaient tre associes les couleurs de lislam, ce qui nest pas sans rappeler, en dautres temps, lobligation faite de porter une toile jaune. Au Maroc, ils navaient pas le droit de possder de terre. Il tait aussi interdit aux Juifs dutiliser lcriture arabe, considre langue sacre; ils lcrivaient donc en caractres hbreux. Aux abords des mosques, les Juifs devaient se dchausser. Enfin, Juifs et Chrtiens ne pouvaient porter darmes ou monter cheval. Dans le domaine du mariage, un musulman pouvait pouser une femme de confession chrtienne, ou dorigine et de confession juive. Un Juif ou un Chrtien, par contre navait pas le droit dpouser une musulmane. 3-6) Conclusion Comme on a pu le constater, le livre de Tahar Ben Jelloun est loin dtre neutre. Son racisme, noy dans un discours qui se veut bien-pensant, nest pas directement perceptible. Il est pourtant bien prsent, au dtour dune phrase ou dune autre, cachs entre deux leons de tolrance. Il utilise tours tour la diabolisation, le silence slectif, lomission, le mensonge et la dformation, lattnuation par le contraste, par la ngation ou lattnuation Canada dry . Sournoisement, il enseigne une vision du monde, de lhistoire, de la socit, qui constitue le terrain fertile sur lequel prolifrera le racisme Antiblanc pour les uns, la haine de soi pour les autres. Est-il sain de faire lire cet ouvrage dans les coles, des enfants ? Chacun se ferra une opinion, cette fois ci en toute connaissance de cause. Lors de la rdition du racisme expliqu ma fille , louvrage sest enrichit des commentaires des enfants ainsi que de quelques lettres dadultes; lanalyse de ces ajouts nest pas prsente ici. On y retrouve, grosso-modo, les mthodes qui viennent dtre dcrites. Je ne peux quinviter le lecteur dsireux dapprendre dcrypter les formes discrtes du racisme Antiblanc se faire la main sur ces passages.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    21

    4. Lesclavagisme des autres Roberto, douze ans: Daprs votre livre, le racisme est plus diffus chez les Blancs que chez les Noirs. Comment faire pour quil ne soit ni chez les uns, ni chez les autres ? Je lui rappelle que les victimes de lesclavage ont toujours t des gens de couleur, des africains noirs de peau, des indiens dAmrique appels Peaux-Rouges . Tahar Ben Jelloun Dans Le racisme expliqu ma fille - les commentaires des enfants

    4-1) LAfrique 4-2) Maghrbins, Arabes et esclavagisme 4-3) Les Juifs et lesclavagisme 4-4) Les Indiens dAmrique et lesclavagisme 4-5) Les noirs, les mtisses et lesclavagisme aux Amriques

    La prsentation contemporaine de lesclavage, dans les socits occidentales, illustre autant quelle alimente lexistence de ce que jai nomm le Grand Prjug. Il faut dire que, dans ce domaine, les socits occidentales sont quasiment les seules qui aient men un travail de mmoire, de documentation et dexposition de cet pisode particulier de leur histoire. Alors quaujourdhui, la socit franaise est devenue multi-ethnique, il apparat plus important que jamais de donner de cette pratique une vision globale et honnte; ce nest, hlas, pas le cas. Si on ne manque jamais, en effet, de dnoncer lesclavagisme que pratiqurent les pays europens, il est pour le moins hypocrite que des groupes ethniques, tout en revendiquant leur droit la diffrence et cultiver leurs racines, aient systmatiquement recours au silence slectif ds que certains faits du pass ne les prsentent plus comme dternelles victimes. Lorsquon se penche sur le phnomne de lesclavage, il est pourtant clair que les Europens Blancs nont pas eut le monopole de la pratique esclavagiste, et que les noirs nen ont pas t que les victimes. 4-1) LAfrique Une image dEpinal que nous avons hrit de la colonisation voudrait que lAfrique ait t un continent vierge, peupl de bons sauvages la mode de Jean-Jacques Rousseau, sur lequel les Blancs se seraient abattus avec la voracit dune nue de criquets plerins. Bien sur, Il nen est rien: lAfrique Sub-Saharienne tait dj un continent divis lorsque les Europens arrivrent sur ses rivages et que dbutrent le commerce triangulaire, puis la colonisation. La paix toute relative qua connu ce continent pendant la priode coloniale nest pas diffrente de celle qui a exist en URSS, en ex-Yougoslavie ou en Indonsie tant que se sont maintenus au pouvoir des tats forts: la disparition de la tutelle coloniale na pas fait natre de nouveaux conflits entre les diffrents peuples dafricains, elle a t marque par la rapparition de ceux-ci, demeurs latents pendant une centaine dannes. De mme, lAfrique noire nest pas devenue un continent pourvoyeur desclaves sous linfluence nfaste de lEurope, mais parce que lensemble des socits africaines taient des socits esclavagistes. Les peuples africains navaient aucun scrupule asservir leurs voisins pour leur faire accomplir les tches les plus pnibles de la vie quotidienne ou pour les vendre un tiers parti: les Europens, les Arabes ou dautres Noirs. Sur les cots de lAfrique de lOuest existaient des royaumes puissants et structurs qui furent les principaux fournisseurs desclaves des ngriers europens: par exemple la confdration Ashanti (Actuel Ghana) qui, au dbut du XIX sicle, envahit ses voisins du Nord, les Dagombas, et leurs imposa un tribut desclaves tandis qu la mme poque, au royaume du Dahomey (actuel bnin), le roi Ghezo asservit les Yorubas du Nigeria. Sur une zone gographique qui va du Sngal jusque en Angola, les peuples africains participrent activement la traite des Noirs et en profitrent largement, au point quils dlaissrent parfois leurs industries traditionnelles pour y substituer ce commerce, jug plus simple et plus lucratif. Les tats esclavagistes africains nhsitaient pas mener des guerres sans merci contre leurs voisins pour les asservir, employant une brutalit gale celle que les Blancs ou les Arabes allaient manifester par la suite: une fois les captifs dun village pills rassembls, il ntait pas rare quon laisse mourir les vieillards grabataires et quon massacre les enfants trop jeunes pour quon pu en tirer quelques profits. Si on estime, aujourdhui, que le

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    22

    royaume de Dahomey livra un million desclaves aux ngriers europens, il faudrait ajouter ce chiffre le nombre de personnes massacres dans des guerres ou pendant les razzias Quen conclure ? Quune personne originaire du Sngal, de la Guine, du Cameroun, du Gabon, du Congo, du Bnin, du Togo, du Nigeria, De Cte dIvoire, a autant de chance dtre le descendant dun esclavagiste quune autre, originaire, par exemple, de Bordeaux. Cette liste, bien sur, pourrait stendre au Soudan et Madagascar, deux pays qui ne furent pas en reste pour fournir des contingents desclaves aux planteurs de la Runion et des Comores. 4-2) Maghrbins, Arabes et esclavagisme Les pays dAfrique du Nord et du proche et orient, cest dire lensemble des pays musulmans, au mme titre que les socits dAfrique noire, taient des socits esclavagistes. La pratique de lesclavage y tait dautant plus rpandue quelle tait reconnue lgale par la Charria, et que le prophte Mahomet tait un esclavagiste. Pendant des sicles ont exist deux sources de ravitaillement en esclaves pour les pays musulmans: dune part lAfrique noire, dautre part lEurope. Durant le haut moyen ge, trois routes principales permettaient lacheminement des esclaves Blancs: par la France et lEspagne, par la Crime et par la Mditerrane. Avec lapparition dtats puissants en Europe de louest, et larrt de lexpansion musulmane aux Pyrnes, la traite des Blancs par lEurope de lOuest se tarit rapidement, mais les populations mditerranennes de ces tats restrent longtemps exposes aux razzias des maghrbins. A la menace des Sarrasins, dans le midi de la France, vers le IX sicle, succda la course des barbaresques. Les barbaresques taient des corsaires maghrbins qui, jusquau XIX sicle, pillaient les navires europens en Mditerrane, menaient des raids sur la terre ferme en Corse, en Sardaigne, sur les cotes dEspagne, de France, dItalie et de Grce, capturaient des europens et les rendaient leurs familles contre ranon, o les rduisaient en servitude. La course tait essentiellement pratique par les pays du Maghreb. Il faut dire que, si on en parle peu, lesclavagisme fut longtemps pratiqu par tous les peuples mditerranens, dune rive comme de lautre. et cela jusque longtemps aprs la chute de lempire romain. Ce fait historique est rarement mentionn, et pour cause: le mrite davoir mis fin cette pratique dans le bassin mditerranen revient essentiellement aux europens.. Au 14 sicle, lexpansion de lempire Ottoman fournit nouveau de larges contingents desclaves Blancs. Les Turcs imposrent aux populations de Grce et des Balkans un impt particulier. Si, dans tous les pays o lislam domine, les personnes appartenant dautres religions se voient attribu le statut de protgs (dhimmi) et donc lobligation de payer un impt spcifique, les Turcs en avaient une vision particulire. Ils imposrent le Devsirme, un impt qui se payait en vies humaines: les villages chrtiens devaient livrer un tribut de garons. Le devsirme ne fut abandonn quau dbut du XVII sicle, mesure que les Ottomans furent refouls hors dEurope. Le trafic desclaves Blancs, la fin du XVII sicle, en fut considrablement amoindri, mais il subsistait encore une moindre chelle dans tout le monde arabe: Slaves, Ukrainiens, Circassiens et Gorgiens continurent tre capturs puis vendus sur les marchs aux esclaves du monde musulman jusquau dbut du XIX sicle, lorsque trois facteurs dterminants mirent fin la traite des Blancs: 1. La Russie, en soumettant les Tatars et en contrlant la Crime, empcha la poursuite de la traite. 2. Les Europens, par la force, en colonisant le monde musulman, luttrent activement contre lesclavagisme. 3. La Turquie, sous la pression des europens, abandonna la traite des Blancs. Les difficults rencontres par les Turcs, les Arabes et les Maghrbins pour sapprovisionner en esclaves Blancs partir du 17 sicle fut rapidement compense par un approvisionnement accru en esclaves noirs. La servitude des Noirs dans le monde musulman tait telle que, graduellement, le terme utilis pour dsign un Noir et le terme utilis pour dsigner un esclave ne firent plus quun: Abid . En thorie, lislam ne permettait pas lasservissement dun autre musulman mais souvent, lorsquil sagissait dun musulman noir de peau, ses coreligionnaires arabes ou maghrbins ne sembarrassaient pas de scrupules pour le rduire quand mme en servitude. La traite des Noirs, qui taient achemins par des rseaux quavaient tablis les ngriers musulmans en Afrique noire, tait effroyable et ne le cdait en rien la traverse de latlantique en bateau, comme le montre ce tmoignage dun anglais, en 1875. la caravane tait arrive cinq jours avant moi jen ai vu plus quassez pour me convaincre de limportance et de latrocit du trafic desclave cet endroit

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    23

    Deux heures avant dentrer dans loasis, nous avons rencontr quatre esclaves mens par un arabe en route vers Ozla, et, en entrant dans la palmeraie, nous avons rencontr un autre arabe tranant une esclave par une corde attache autour de sa taille. Ces esclaves taient arrivs avec la caravane. Un peu plus loin, il y en avait dix ou douze accroupis autour dun puits ? Jallais vers eux pour les examiner Ils taient rduits ltat de squelettes et leurs membres longs et minces, avec la taille apparemment anormale et prominente de leurs genoux, de leurs coudes, de leurs mains et de leurs pieds leur donnait lapparence la plus affreuse et la plus repoussante qui soit. Je nai vu, de ma vie, spectacle si rvoltant... Les pauvres cratures quon amne Djalo de lintrieur ne rapportent pas plus de dix douze livres, et si une sur trois arrive en vie Djalo, le propritaire fait encore un profit qui le paie largement de tous les risques encourus, car, Ouadda, le prix dun esclave commence trois pices de Calicot. Ces tres pitoyables parcourent 23 degrs de latitude pieds, nus, sous un soleil brlant, avec une tasse deau et une poigne de mas toutes les douze heures pour leur entretien. Sur le trajet de quatorze jours ncessaires pour aller de Tukkru Djahuda, on ne trouve pas une goutte deau, et la caravane poursuit son puisant voyage en dpendant, pour sa survie des gourdes remplies aux puits de Tukkru. Cest en vain que la faim et la soif diminue le nombre des Noirs puiss, en vain quils se laissent tomber, lors de ce lugubre voyage, fourbus et perdant connaissance, pour mourir dune mort affreuse dans le dsert. Le march de Djalo doit tre approvisionn, et approvisionn il est, mais quel cot en vies humaines... Le trajet dcrit prcdemment ne couvre que 14 jours dun voyage qui pouvait durer trois quatre mois avant que lesclave ne parvienne sa destination finale. Une pratique courante, chez les musulmans qui se rendaient la Mecque, tait de se pourvoir de plusieurs esclaves qui taient vendus au cours des diffrentes tapes du voyage pour pourvoir aux besoins pcuniaires du plerin - esclavagiste. La faim et la soif, ntaient pas les seules souffrances infliges par les esclavagistes du monde musulman leurs captifs. Dautres venaient sy ajouter, communes la traite des Blancs et des Noirs. La mutilation gnitale, en vue de fabriquer des eunuques, tait courante. Les victimes de cette sordide pratique commerciale taient des enfants de huit dix ans. On imagine sans difficult les souffrances atroces infliges aux petites victimes des esclavagistes. Les femmes, pour leur part, taient systmatiquement violes sur le parcours, dessein dailleurs, car il sagissait de les briser moralement et psychologiquement avant de les mettre en vente. Elles taient ensuite rduites un tat de dpendance et de soumission totale vis vis de leur propritaire. Lattribution du statut de concubine des esclaves par lislam ntait rien moins, somme toute, que la caution religieuse du viol et de lasservissement sexuel de ces femmes. Outre quelles taient soumises ce droit de cuissage, les malheureuses taient galement la proie sans dfense du ressentiment des pouses lgitimes, dont elles devenaient parfois les souffre douleurs. Souvent, elles finissaient leurs existences confines dans des harems, affectes diverses taches mnagres. Ce fait nest pas sans soulever quelques questions intressantes. En effet, lorsquon sait que le prophte Mahomet ne se privait pas de coucher avec ses esclaves, on peut se demander juste titre si ces femmes se livraient de bon grs et librement aux avances sexuelles du prophte . Il convient enfin de sinterroger sur la qualit de vie des esclaves une fois devenus la proprit dun matre. En effet, si ceux-ci sont souvent dcrit comme trait humainement, comme des membres de la famille (mais des membres de la famille quon aurait pu battre, violer, accabler des tches les plus dures ou masculer) il faut nanmoins mentionner que lesprance de vie dun esclave Noir, en gypte par exemple, tombait cinq ou six annes aprs leur dracinement de leur pays dorigine. Il y eut des rvoltes desclaves en terre dislam et certains tmoignages rapportent quen dehors des milieux urbains, la condition des esclaves pouvaient tre particulirement dures. 4-3) Les Juifs et lesclavagisme Si tout le monde connat les fameux passages de la bible consacrs lesclavage du peuple Juif en gypte, on voque moins souvent le fait qu plusieurs reprises au cours de son histoire, des membres du peuple Juif ont pratiqu lesclavagisme. On aurait tort de croire que ces pratiques esclavagistes nauraient vu le jour que sous linfluence des peuples au sein desquels des communauts juives staient install, car il nen est rien. A toutes les poques, et sous toutes les latitudes o lesclavage tait une pratique courante et o ils taient prsents, des Juifs ont vendu, achet et possd des esclaves quand ils en avaient la possibilit.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    24

    Dans le monde musulman, rien ninterdisait un Juif dtre propritaire desclaves, ce que beaucoup furent. Au Maghreb, certains dentre eux servirent dintermdiaires dans le paiement des ranons des esclaves Blancs, transactions sur lesquelles ils touchaient un bnfice. En Europe, concernant la priode contemporaine de la traite des Noirs, on limite gnralement lhistoire des Juifs leur expulsion dEspagne, aux ghettos et aux pogroms. On parle moins (ou plus exactement, on ne parle jamais) de la part non ngligeable prise par certaines communauts juives dans le trafic desclave au nouveau monde. Ds leurs rinstallations dans de nouveaux pays, certaines communauts juives devinrent parties prenantes de la vie conomique locale. A Amsterdam, la communaut juive pesait un poids important dans la vie conomique de la cit; elle contribua financirement larmement de navires faisant commerce avec les colonies, dont les navires ngriers, qui servaient au commerce triangulaire entre lEurope, lAfrique et les Amriques. A Hambourg, o stait rinstalle une autre communaut juive, il y eut galement des Juifs qui participrent larmement des navires esclavagistes et se livrrent la traite des Noirs. Il est probable que dans toutes les villes qui pratiquaient le commerce triangulaire et o se trouvaient des communauts juives, certains de leurs membres ont t impliqus dans le commerce des esclaves. Dans les colonies du nouveau monde, la prsence desclavagistes Juifs est atteste. On en trouvait au Brsil, au Surinam, en Guyane franaise, aux tats-Unis - notamment dans le sud - mais aussi dans les carabes, en Martinique, Saint Domingue (Hati). Il est probable que les Juifs esclavagistes appliqurent le Code Noir au mme titre que les Europens. Bien sur, comme la majorit des Europens, la plupart des Juifs ne furent pas propritaires dun grand nombre desclaves, sils en possdrent jamais. Quant la pratique de lesclavagisme par certains Juifs, si elle fut, dans une certaine mesure, moindre que dans dautres communauts, cest moins la consquence dune grandeur dme qui leur aurait t particulire que celle de lantismitisme de lpoque. Thoriquement, les Juifs navaient pas le droit de sinstaller dans certaines colonies portugaises, espagnoles ou franaises, mais ces derniers utilisrent souvent des hommes de paille ou de faux noms pour contourner les lois antismites. En Jamaque et la Barbade, la prosprit des Juifs doit avoir t vidente et suscite bien des jalousies puisquon adopta une loi limitant le nombre desclaves quun Juif pouvait possder. La traite des Noirs au nouveau monde tant dsormais considre, notamment par la loi franaise, comme un crime contre lhumanit, on peut conclure quau mme titre que dautres europens et africains, certaines priodes de lhistoire, des Juifs ont commis des crimes contre lhumanit.. 4-4) Les Indiens dAmrique et lesclavagisme Lorsque Christophe Colomb redcouvrit lAmrique, il ny importa pas lesclavage. Cette pratique existait dj, dailleurs, lorsque les vikings Erik le rouge, puis Lief Erikson mirent pied sur le continent Nord amricain, aux alentours de lan mille. Comme pour lAfrique, nous avons hrit dune vision idalise et incroyablement nave des nombreux peuples des Amriques, car on loublie trop souvent: les civilisations des indiens des plaines, des carabes ou dAmazonie, des Incas ou des Aztques taient extrmement diffrentes. Les peuples natifs de ces continents, comme partout ailleurs, taient racistes, pratiquaient la guerre et l'esclavagisme et, dans certains cas, ont fait disparatre certaines espces animales. Lexemple le plus connu de la pratique de lesclavage chez les peuples sud-amricains est celui de Hans Staden. Cet allemand qui vivait au XVI sicle, captur par des indiens Tupinembas du Brsil, devint lesclave de leur cacique pendant plusieurs mois. Ayant survcut sa captivit chez ces anthropophages, Il crivit un livre Vritable histoire et description dun pays habit par des hommes sauvages, nus, froces et anthropophages qui est toujours imprim de nos jours. En Amrique du Nord, lesclavage fut pratiqu une large chelle par les Aztques, qui rservaient souvent un sort peu enviable leurs captifs, quils sacrifiaient par centaines leurs dieux, en leur arrachant le cur. Les mayas, plus proche de lAmrique centrale, taient galement des esclavagistes et la Malinche , linterprte qui assista Corts dans sa conqute du Mexique, tait une de leurs esclaves.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    25

    4-5) Les noirs, les mtisses et lesclavagisme aux Amriques Sous le soleil des Amriques, la main qui tenait le fouet ntait pas toujours celle dun Blanc. Dans toutes les colonies du nouveau monde o lesclavage exista, les noirs ne furent pas seulement esclaves mais certains furent aussi esclavagistes. Ils nimitaient pas les Europens en sadonnant cette pratique, mais ne faisaient que reprendre leurs coutumes africaines. Aux Antilles franaises, anglaises et espagnoles se trouvaient de larges populations de noirs libres ainsi que de mtisses. Un grand nombre dentre eux devinrent leur tour possesseurs desclaves, et ces esclavagistes noirs ntaient pas plus tendres leur gard que les Europens chrtiens ou Juifs. Ces noirs libres et ces mtisses ne furent pas les derniers protester contre labolition de lesclavage. Cette situation ntait pas spcifique aux Antilles. Sur le territoire nord-amricain, dans les tats du sud des tats-Unis dAmrique, comme la Louisiane, les esclavagistes ntaient pas tous Blancs ou Juifs: de nombreux noirs possdaient des esclaves. Certains en avaient plusieurs dizaines quils utilisaient, eux aussi, des fins lucratives, et non pas, comme ce fut plus frquemment le cas, pour les soustraire leur condition. Lesclavagisme de certains noirs, au nouveau monde, ne peut tre considr comme une aberration. Ces derniers le considraient comme faisant partie de lordre des choses, et sy adonnaient lorsquils en avaient la possibilit, renouant avec leurs mode de vie africain.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    26

    5. La gauche Raciste

    5-1) Pourquoi la gauche a besoin du racisme Antiblanc pour exister 5-2) De lutilisation de la Barbarie Nazie 5-3) De lutilisation de la Mthode Abdou 5-4) De la racialisation du dbat social

    5.1) Pourquoi la gauche a besoin du racisme Antiblanc pour exister

    Depuis deux dcennies, une transition et un recentrage soprent dans la pense idologique et le discours politique de gauche, dune comprhension de la socit en terme de lutte des classes, dans laquelle les bourgeois tenaient le rle de bouc missaire, une lecture raciste, en terme de lutte des races. Dans cette nouvelle vision des rapports humains, le Blanc nanti a remplac le bourgeois dautrefois; la personne de couleur, ou juive, pris la place du proltaire dantan. Pour comprendre les raisons qui ont conduit cette drive raciste de la gauche Franaise, il faut prendre en compte les vnements historiques, dmographiques et politiques qui ont marqu la fin du 20 sicle et le dbut du second millnaire. Au dbut des annes 90, les bilans du communisme et du socialisme apparaissent dans toute leur horreur. Partout o ils sont parvenus au pouvoir, les communistes ont instaures comme mthodes politiques la dictature, la torture, la censure, le goulag et la corruption. Ils ont ananti la vie conomique de tous les pays o leur dlire planificateur a eu libre cours. Ils ont fait des tres humains placs sous leur gouvernance des esclaves soumis aux famines organises et aux gnocides sociaux programms. Sous les applaudissements des militants des partis frres dEurope de lOuest, ils ont assassin - au minimum - 80 millions dtres humains. Lidologie Marxiste est en faillite morale aux yeux de la population et pour la premire fois, le concept de lutte des classes nest plus fdrateur mais, au contraire, devient un repoussoir, cause du cortge de massacres et de gnocides sociaux quil a provoqus. Le communisme est largement dconsidr: on sait dsormais quil a chou, dans tous les pays o il sest hiss au pouvoir, apporter la moindre amlioration au sort de lhumanit. Simultanment cette grande reculade du communisme, le Parti Socialiste, en adoptant une orientation politique pro-europenne cesse dexister autrement que dans le virtuel. Ladhsion dun pays lEurope implique en effet, quel que soit le parti politique qui dirige ce pays, quil se conforme des rgles communes. Avec la mise en place de lEuro, les critres de convergences imposes aux conomies des pays de la zone Euro limite la marges de manuvres conomiques et politiques des quipes dirigeantes , ce qui explique la similitude flagrante des politiques de la gauche plurielle et de la droite modre. En fait, cest la mme politique, celle des critres de convergence imposs par lEurope, ce qui explique pourquoi la cohabitation de la gauche socialiste et du RPR est possible: il sagit en fait des deux ttes du nouvel aigle bicphale de la politique franaise, quon pourrait nommer le Parti Unique Europen. Menace de disparition moyen terme, la gauche franaise ne pouvant prtendre offrir une vritable alternative sociale et conomique ses Alter-ego des droites pro-europennes, elle va recentrer son discours autour de la question raciale, ce qui lui permettra de retrouver le schma simpliste Opprims/Oppresseurs de lidologie marxiste et de recycler tous ses vieux slogans. Larrive au sommet des appareils politiques des soixante-huitards de la gauche plurielle explique la facilit avec lequel sest opr cette transition. Les membres de cette gnration, en effet, nont pas grandi au temps des grandes luttes sociales des annes trente, menes par leurs concitoyens, mais pendant la priode de prosprit de laprs guerre. levs, contrairement aux gnrations qui les prcdent et les suivent, sans connatre les privations de la guerre ou la crainte du chmage, entrs dans la vie professionnelle une poque o il tait relativement facile de trouver un emploi, issus de milieux universitaires et pourvus de ce fait dun bagage qui, par la suite, les protgera plus que dautres des rigueurs de la crise conomique, enfin se mnageant au dpend des gnrations futures une sortie prcoce de la vie active, ils forme une population privilgie, et considrent lensemble de la socit franaise leur image. Pour eux, linjustice sest toujours trouve ailleurs que dans leur assiette: leurs hros sont des figures du tiers monde: Mao Tse Toung, Fidel Castro, Che Guevara ou Gandhi. Lesprit moul par le simplisme de la pense marxiste, ils sont incapables de remettre en question une vision dsormais obsolte du monde, mais aussi daborder la complexit de laprs-mur. Politiquement, on peut dire quils fonctionnent, au propre comme au figur, selon un schma Proltaires/Bourgeois, Bons/Mchants, Noirs/Blancs.

  • Le racisme Antiblanc - Bruno Gheerbrant

    27

    A cette gnration qui devra faire face deux crises didentits successives (labandon dune politique conomique de gauche puis la fin du communisme), qui se rvlera incapable dapporter la moindre solution au chmage, lapparition de deux autres problmes, linscurit et limmigration, va permettre dviter les remises en question douloureuses. Pour se dmarquer de la droite pro-europenne avec laquelle elle a plus de points communs que de points de divergences, et pour compenser la perte dinfluence dun parti communiste discrdit par la prise de conscience dans lopinion de lescroquerie morale laquelle il sest livr, la gauche va inventer un nouveau clivage. Elle se dclare antiraciste face la droite raciste . Le rcent succs des verts illustre parfaitement ce point: stagnants depuis des annes cause de leurs ides qui nentraient pas dans le clivage traditionnel gauche/droite, ils nont effectu une vritable perce lectorale que le jour o, relguant au second plan leurs discours cologistes et donnant la priorit aux problmes des immigrs sans-papiers, ils ont su habilement tirer parti de limmigration pour se rendre identifiables aux yeux des lecteurs. Les Verts incarnent parfaitement la situation de la gauche franaise: sans la dfense jusquau-boutiste de limmigration sous toutes ses formes, ils nexistent pas. Pour imposer le clivage gauche antiraciste contre droite raciste , la gauche franaise va utiliser principalement deux stratgies : Dabord, elle pose sur le problme de limmigration une grille de lecture hrite de la dcolonisation. Elle adopte une lecture raciale des conflits sociaux. Un dessin de Cabu, pour la couverture dun ouvrage intitul Pour en finir avec le travail illustre parfaitement la nouvelle vision sociale, raciale et historique de la gauche. Sur une premire image, qui dpeint le pass de lhumanit, on voit un de ses personnages ftiches, le gros Beauf franais, en tenue coloniale, fouettant un asiatique, un noir et un amrindien (tous trois dpeints avec les strotypes racistes les plus culs). Sous cette vignette, une seconde: les quatre personnages sont reprsents en costume dhommes daffaires et le Beauf semble effray par les trois autres hommes (toujours caricaturs en utilisant des strotypes racistes) avec lesquels il est dsormais en comptition. Il nest plus question, dans cette nouvelle histoire du travail, dune lutte de classe mais bien dune lutte des races. Aprs avoir racialiser le dbat social, la gauche va se livrer une savante instrumentalisation du gnocide Juif par les nazis. Ceci lui permettra de recycler sans effort le discours antifasciste, typique de la gauche et utilis pendant des annes au sein du parti communiste franais par le