of 22/22
L’audit social : un outil d’amélioration de la qualité du pilotage social à l’heure des reformes des entreprises publiques au maroc Fatima El Kandoussi, Manal El Abboubi August 06 / N° 200608/08 CAHIER DE RECHERCHE / WORKING PAPER

Audit Social de HEC

  • View
    136

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Donne une description de ce qu'est l'audit social, ces contours pour permettre aux apprenants et professionnels d'avoir des outils pour toute fin utile.

Text of Audit Social de HEC

  • 1. CAHIER DE RECHERCHE / WORKING PAPER Laudit social : un outil damlioration de la qualit du pilotage social lheure des reformes des entreprises publiques au maroc Fatima El Kandoussi, Manal El Abboubi August 06 / N 200608/08
  • 2. LAUDIT SOCIAL : UN OUTIL DAMLIORATION DE LA QUALIT DU PILOTAGE SOCIAL LHEURE DES REFORMES DES ENTREPRISES PUBLIQUES AU MAROC Fatima EL KANDOUSSI1, Manal EL ABBOUBI2 INTRODUCTION L'audit est une discipline bien ancienne3 qui a connu une volution importante. Limit au dpart l'apprciation des informations comptables et financires, il couvre actuellement un champ de plus en plus vaste qui touche diffrents domaines de la gestion de l'entreprise, et diffrents secteurs de l'conomie qu'ils soient marchands ou non marchands. Il est en passe de devenir un outil fondamental daide la gestion et au pilotage des organisations. De manire gnrale, il peut tre dfini comme la vrification de l'information comptable et financire et/ou de gestion par une personne indpendante et comptente suivant une dmarche spcifique et par rfrence des normes prtablies. Actuellement, nous assistons une grande diversit dans la pratique de l'audit: - Au niveau des formes, une distinction peut tre faite entre audit comptable et financier, audit de management, audit de la qualit, audit social, audit global etc. - Au niveau des intervenants, nous pouvons distinguer entre auditeurs internes et 1 auditeurs externes. - Enfin, au niveau du champ d'application, nous pouvons remarquer l'extension de la pratique d'audit du secteur priv au secteur public. En effet, depuis plusieurs dcennies, de nombreuses recherches et exprimentations ont t faites aux tats-Unis et au Canada dans le but d'adapter les principes et les mthodes de l'audit aux diffrents organismes du secteur public. Ainsi, nous pouvons dire que laudit a montr ses vertus dans diffrents domaines de de lentreprise y compris le volet social. Au Maroc, le concept d'audit au sens moderne est apparu la fin des annes 80 et paradoxalement, c'est au sein des entreprises publiques qu'il a vu se raliser ses premires applications les plus significatives. Toutefois, ce secteur a connu et connat encore des problmes qui sont lis principalement, aux dysfonctionnements du systme de gestion et de pilotage des entreprises publiques. A ces diffrents problmes, s'ajoutent les restrictions budgtaires auxquelles ces entreprises doivent faire face. Dans ce contexte, des socits prives daudit et de conseil ont t associes la restructuration et la modernisation des entreprises publiques. 1 Professeure de Gestion lEcole Nationale de Commerce et de Gestion de Agadir Maroc, Universit IBN Zohr, [email protected] . 2 Chercheure : HEC Ecole de gestion de lUniversit de Lige, [email protected] 3 De nombreux auteurs ont signal cette origine ancienne de l'audit. Parmi lesquels nous pouvons citer plus particulirement RAFFEGEAU. J (1994); SIMON. P, (1987); COMBES. J. E, (1993); COLLLINS. L, (1992; STTETLER. H. F, (1979) etc.
  • 3. En effet, cette dynamique daudit a t poursuivie depuis plusieurs annes. Ainsi, outre les audits des comptes, des audits des performances, des daudits institutionnels, organisationnels et techniques, sociaux ont t raliss dans ces entreprises. Lobjectif de notre article consiste apprhender, par le biais dune enqute, la pratique de laudit social et de mettre en vidence son importance dans lamlioration de la qualit du pilotage des ressources humaines dans les entreprises publiques au Maroc dans le contexte des restructurations. Ainsi, dans le cadre notre travail, nous allons dabord, passer en revue une approche conceptuelle de laudit social dans le premier point, ensuite dans le second point, nous allons aborder le contexte des rformes des entreprises publiques et leur importance dans lconomie marocaine et enfin, dans le dernier point, nous allons prsenter les rsultats de notre tude. I- LAUDIT SOCIAL : UN OUTIL FONDAMENTAL DE PILOTAGE DES RESSOURCES HUMAINES Sans prtendre pouvoir donner une dfinition prcise du pilotage social, ce qui reste difficile lheure actuelle, nous allons essayer de clarifier un peu cette notion en nous rfrant aux contributions de certains auteurs, dans ce domaine. Pour CITEAU. J.P (1997), le systme de pilotage social consiste : - Concevoir, alimenter et maintenir un systme dinformation permettant le suivi de lactivit et de la performance des ressources humaines, ainsi que linformation des partenaires sociaux et conomiques de lentreprise ; - Analyser les facteurs qui peuvent affecter la mobilisation des ressources humaines sur une priode donne afin de prvoir des mesures correctrices court et moyen terme. Son objectif est de contribuer la gestion des ressources dans lapprciation de leur performance. Pour Martory. B et Crozet. D (2001), le pilotage social consiste assumer une vision volontariste dans laquelle la fonction sociale nest pas une activit administrative dassistance mais une fonction part entire au service des stratgies de lentreprise. Nous pouvons dduire de cette dfinition que le pilotage social sinscrit dans une vision stratgique du management des ressources humaines. Afin dintgrer cette vision stratgique, le pilotage social repose sur des outils diversifis mais qui convergent vers le mme objectif : La performance du management des ressources humaines. Parmi ces outils, il y a laudit social. Peretti, J.M ( 2001) dfinit ce dernier comme un examen professionnel, qui se base sur des rfrentiels pertinent afin dexprimer une opinion sur les diffrents aspects de la contribution des ressources humaines aux objectifs dune organisation et dmettre des recommandations damlioration de la qualit de la gestion des ressources humaines. Limportance du rfrentiel dans la pratique de laudit social a t soulign dans diffrents travaux parmi lesquels nous pouvons citer ceux de Brasseur, M ( 1996) et de Candau, P (1990). Par ailleurs, diffrents auteurs ont mis laccent sur le caractre dynamique et volutif de laudit social. Ainsi, selon P. Louart et C. Beaucourt (2005), il est en construction progressive depuis une trentaine dannes. Il est confront une grande quantit dattentes et de modles dissocis. On lui assigne des objectifs trs divers : - Le contrle dune ralit sociale (de ses risques ou de linvestissement immatriel 2 quelle reprsente) pour des actionnaires ; - La vrification daspects lgaux ou rglementaires pour des instances publiques de contrle (nationales, europennes, internationales) ;
  • 4. - Lvaluation dune GRH pour des dirigeants, pour des reprsentants du personnel ou en vue dun compromis de gouvernance (faisant intervenir les parties prenantes actives dune organisation) ; - La gestion de rgles ou de cadres de discussion relatifs la responsabilit sociale et environnementale (RSE), au dveloppement durable ou la citoyennet des entreprises. Dans tous ses tats, laudit social est aujourdhui un carrefour dopportunits. Il est aussi dans une crise de croissance, avec le danger quil soit dvoy ou contamin par des intrts partiels. Il est donc utile den repenser les fondements, de manire mieux orienter sa construction, ses objectifs ou ses mthodes. 1- Les fondements thoriques de laudit social Deux coles de penses existent pour dbattre les finalits des entreprises en relation avec laudit social. Lune est celle de Friedman (1962) qui privilgie une lecture focalise sur la dimension conomique dans laquelle sinscrivent les enjeux des propritaires dans leur fonction dinvestisseurs. Et de lautre ct, celle de Freeman (1984), qui largit le rfrentiel dvaluation de la performance toutes les dimensions dans lesquelles peuvent sinscrire des enjeux des propritaires et des autres acteurs concerns par le fonctionnement de lentreprise. Feron, M (2005). 1-1 Laudit social selon une logique de performance conomique : Feron,M. (2005) a rsum la logique de performance conomique de Friedman dans le schma suivante : Logique dominante Optimiser lallocation de ressources Mot cl Lefficience Comptitivit Avoir les prix les plus bas Productivit Rduire le cot de la main-doeuvre Rentabilit Avoir les cots les plus faibles Cration de valeur Faire mieux avec moins Postulat Les activits durent plus que les Personnes Fig. 1. Les fondements des approches focalises sur la recherche dun avantage concurrentiel par le prix Laudit social dans un tel contexte, se voit comme un outil de matrise des structures des cots, comme par exemple lvolution de la masse salariale, de labsentisme ou du turn-over. Paralllement cela, on peut identifier une deuxime cole de pense autour de la recherche de la comptitivit par la diversification. Pour la schmatiser, reprenons les mmes caractristiques que lapproche reprsente dans le paragraphe prcdant. Logique dominante Modifier la combinaison des ressources Mot cl Linnovation Comptitivit tre le premier sur le march Productivit Avoir le maximum dinnovations exploitables Rentabilit Dgager de fortes marges en dbut de cycle de vie du produit 3 Cration de valeur Faire autrement
  • 5. Postulat Les Personnes durent plus que les activits Fig. 2. Les fondements des approches focalises sur la recherche dun avantage concurrentiel par la diversification Le rle de laudit social dans ces deux cas ici est daccrotre la contribution des ressources humaines la performance de lentreprise en mettant le plus de poids sur le capital humain de lentreprise et la matrise des investissements faits pour lacquisition, la fidlisation et le dveloppement dun portefeuille de comptence avec la stratgie de lentreprise. Des exemples concrets sont la comptabilit sociale, les instruments de pilotage dun projet social et conomique la fois, ou les projets de management par les comptences. 1-2 Laudit social selon une logique de performance globale : Autre que le faire mieux ou le faire autrement , laudit social se doit logiquement de chercher faire autre chose . Il est noter quune fois que laudit social sort de ses limites dintervention dans le champ conomique, il se trouve confront des objectifs et des pratiques originaux par rapport ceux sur lesquels il se focalise habituellement, avec une extension du regard vers des acteurs partenaires chappant au lien salarial, et des primtres dimpact aux frontires trs floues. A ce titre Pesqueux (2002) considre que le passage dun concept daudit social celui daudit global semble plus judicieux par analogie avec le concept de responsabilit globale . 2- Les apports de laudit social au systme de pilotage des organisations Au-del de laspect examen de la conformit, des documents et des pratiques, aux obligations lgales, laudit social constitue un outil de pilotage indispensable au management stratgique et oprationnel des ressources humaines. Diffrents auteurs ont mis en vidence ses apports ce niveau. A ce titre nous retenons la contribution de Peretti, J. M. (1994) qui situe les apports de 4 laudit social dans les aspects suivants : La scurit : il vise identifier et rduire les risques lis au non-respect des rglements internes et externes. La qualit de linformation : il vrifie que les dcisions sont prises sur la base dune information pertinente et opportune. Lefficacit : il identifie les risques de non ralisation des objectifs dans le cadre de la politique tablie. La matrise des cots : ce niveau, lauditeur tente de cerner les sources de gaspillage des ressources, et de contrecarrer les cots cachs. Lamlioration des choix stratgiques. Dautre auteurs ont mis laccent sur lintrt de la dmarche et de la dontologie de daudit social pour assurer lefficacit du management et du systme de pilotage de lorganisation.
  • 6. Ainsi, selon Candau, P. (1990), laudit social est une dmarche mthodique qui permet de constater des faits laide dindicateur, den tirer des carts en se basant sur un rfrentiel. Ce qui permet dvaluer les facteurs de risque et de proposer des recommandations qui seront bnfique aux politiques sociales de lentreprise. Dans le mme sens dides, Fesser. M. (1996) considre que laudit social, grce sa mthodologie structure et sa dontologie, peut apporter une aide en facilitant les choix pour les fonctionnels en RH notamment au niveau : - Du fonctionnement moyen et long terme de lentreprise - Des points sensibles concernant lhumain et son environnement. 3- Typologie daudit social Diffrentes formes daudit social peuvent tre distingues, selon que lon se rfre 5 lobjectif ou lobjet de laudit. Critre dobjectif daudit social A ce niveau, diffrentes classifications daudit social ont t retenues dont nous pouvons citer celle de Martory, B. (2003) qui distingue entre les formes suivantes : - Laudit de conformit dont lobjectif est dvaluer la concordance des informations sociales et des rsultats obtenus aux rgles et normes internes et externes ; - Laudit de la valeur et des risques dont lobjectif est dvaluer la valeur des hommes et les risques lis leur prsence et leurs mouvements (dpart, mobilit...) - Laudit de lefficacit de la gestion sociale qui vise lvaluation du degr daccomplissement des objectifs tout en respectant la contrainte defficience. Critre dobjet daudit Parmi les classifications qui se rfrent lobjet de laudit nous citons celle dIgalens, J (1994) qui a distingu entre deux niveaux daudit : lentreprise et lindividu. - Au niveau global de lentreprise, il y a laudit du climat qui consiste dans une tude des perceptions et des opinions des salaris relatives au climat social et aux conditions de travail. - Au niveau de lindividu, lauteur a soulev diffrents domaines qui peuvent tre valus dans le cadre de laudit social, notamment les performances, les potentiels, le comportement et les comptences Enfin, de part sa dmarche, ses outils et les domaines quil couvre actuellement, laudit social est devenu un vritable moyen damlioration du management non seulement dans une vision rtrospective mais galement prospective, car il peut jouer un rle prventif avec lapprciation des risques lis aux dysfonctionnements sociaux. Ce qui peut tre dune grande utilit aux organisations qui adoptent des rformes ou des changements organisationnels. Cest le cas notamment des entreprises publiques marocaines. Mais avant de pouvoir apprhender la pratique de laudit social dans ces entreprises, il convient de donner un bref aperu sur les rformes qui ont t mises en places dans le secteur des tablissements et entreprises publics. II- LE CONTEXTE DE LA RFORME DES ENTREPRISES PUBLIQUES AU MAROC
  • 7. Hritage de la priode du protectorat, le secteur des entreprises publiques au Maroc a connu une volution importante. En effet, limit au dpart aux activits stratgiques, ce secteur s'est tendu pour englober diffrentes activits conomiques du pays. La prsence des EP, dans la plus part des secteurs, s'est dveloppe dans une premire phase, non par vocation naturelle, mais par une obligation de l'Etat au lendemain de l'indpendance de prendre en charge l'appareil conomique et de promouvoir la cration de nouveaux secteurs d'activit. Dans une seconde phase, (plan 1973-1977), cette prsence s'est accentue par la filialisation et la prise de participation aboutissant la constitution d'un vaste secteur public ayant des ramifications dans pratiquement tous les secteurs dactivit conomique et sociale. Actuellement son importance, dans lconomie nationale, est incontestable. A titre illustratif, les chiffres suivants donnent des ordres de grandeur : En 2004 la valeur ajoute sest tablie 45,3 Milliards DH en hausse de 12% par rapport 2003. Cette augmentation sexplique principalement par celle de quelques Etablissements et Entreprises Publics ( EEP) dont le Groupe OCP, RAMA, CNSS et lONCF. Dix EEP ou groupes dEEP produisent plus de 80% de la valeur ajoute. Par rapport au PIB, la Valeur Ajoute a reprsent 10,2% en 2004 En 2004 leffectif total du personnel des EEP a atteint 166.456 enregistrant un recul de 2,8% par rapport 2003 du la rationalisation de la gestion des ressources humaines de ces organismes. Les charges salariales se chiffrent 21,5 Milliards DH en 2004 marquant une hausse de 10,3% par rapport 2003. Plus de la moiti de ces charges sont le fait de six organismes OCP, RAM, IAM4, ONE, CNSS et ONEP.5 Ce qui dnote de lampleur de lenjeu de la gestion de manire gnrale et de la gestion des ressources humaines de manire particulire dans ces entreprises qui ont connu beaucoup de problmes lis, en grande partie, aux dfaillances de leur gestion et de leur contrle. A ces diffrents problmes, s'ajoutent les restrictions budgtaires auxquelles, ces entreprises doivent faire face. En effet, il ne s'agit plus de limiter l'expansion de la dpense, mais d'enclencher sa rduction. Dans ce contexte, des cabinets daudit et de conseil ont t associs la restructuration et la modernisation des entreprises publiques. Le besoin de la rforme des entreprises publiques sest fait sentir depuis longtemps; les tudes menes ce niveau dans les annes 70 en tmoignent.6 Elles ont mis laccent sur les dfaillances du systme de gestion et du contrle de ces entreprises, et ont abouti des recommandations qui, mme si elles nont pas t appliques immdiatement, elles constituent, nanmoins, les jalons des rformes adoptes. Ces dernires constituent, Actuellement, le centre des proccupations des dcideurs marocains et des organismes financiers internationaux qui ont mis en place des programmes de rationalisation des entreprises publiques (PREP ou PERL) dont les grands traits sarticulent autour des points suivants ( DEPP 1988): - L'assainissement financier des entreprises publiques ( EP) et l'amlioration de leurs performances; - La restructuration des entreprises publiques et la dfinition d'une politique de dsengagement de l'Etat de certaines activits juges non stratgiques. - La clarification des relations Etat/ entreprises publiques ; 1- Assainissement financier et amlioration des performances des EP 4 Cette entreprise a t privatise 5 Source : Ministre des finances et de la privatisation. Rapport sur le secteur des tablissements publics. Projet de loi de finances pour lanne budgtaire 2006. 6 Nous pouvons citer titre dexemple ltude du cabinet Mackinsey, la mission Jouahri etc. 6
  • 8. A ce niveau, l'objectif poursuivi consiste principalement rduire la dpendance des EP vis vis du budget de l'Etat grce une amlioration de la gestion de leurs ressources financires. Dans cette perspective, certaines mesures ont t prconises. Il sagit plus particulirement de: - L'amlioration de la structure financire des EP; - La rationalisation de la programmation des investissements et de l'valuation des 7 projets des EP; - L'amlioration de la gestion des EP. 1-1- L'amlioration de la structure du financement des EP Le dsquilibre qui caractrise la structure financire des EP ncessite un redressement de leur situation grce une rvision de la politique des transferts et l'adoption de politiques tarifaires appropries. 1-2- La rationalisation des programmes d'investissement L'absence d'une planification rigoureuse et d'une coordination des investissements a contribu l'aggravation des problmes des EP en particulier dans le secteur de l'nergie, de l'eau potable et de transport. Pour y remdier, un systme de revue annuelle des programmes d'investissement des principales EP a t mis en place, en vue d'un meilleur suivi des investissements et des moyens de leur financement. Dans cette mme perspective, le PERL fournit une aide aux EP diffrents niveaux: dabord en matire de fixation du degr de responsabilit des EP et des ministres de tutelle en matire de planification, de programmation de slection, de suivi et d'valuation des investissements, ensuite au niveau de la mise au point d'un systme de supervision et de suivi de l'excution des projets et enfin, au niveau de la formation du personnel des organismes intresss. Les deux premiers objectifs pourront tre raliss par la mise en place d'un systme d'information et de gestion appropri au sein de la Directions des tablissements publics et de privatisation (DEPP) et dans les ministres de tutelle, ainsi que par la ractivation du Cimit Interministriel Permanent des Entreprise Publiques (CIPEP) pour permettre une supervision plus adquate des programmes d'investissement. 1-3- L'amlioration de la gestion des EP A ce niveau, un programme de rvision des structures, des mthodes de gestion et du systme d'information de certaines EP a t entam et vise un double objectif: D'une part, doter les gestionnaires de ces entreprises d'outils performants ; D'autre part, assurer une certaine transparence de la gestion des EP vis vis des diffrents partenaires. A ce niveau, il devient ncessaire d'instaurer des techniques modernes de gestion tels que le systme d'information et de gestion ( SIG), le contrle de gestion, l'audit interne, le recours l'audit externe etc. Ainsi, au cours de la phase prparatoire du PERL I, le ministre des finances a fait valuer, par des cabinets conseils, les SIG de 13 EP ( ONCE,ONEP, ONAREP, ONE, ONPT, ODEP, ONICL, BRPM, SAMIR, SNPP, SCP, COMANAV, et la Rgie des Tabacs). Sur la base des recommandations formules par les consultants, la plupart de ces entreprises ont lanc des actions qui ont permis de rehausser substantiellement la qualit de leur SIG et de dvelopper par voie de consquence, leurs systmes d'audit interne et externe. 2- La restructuration des EP et la dfinition d'une stratgie de dsengagement de l'Etat Un certain nombre d'tudes ont t menes ce niveau. Elles concernent: la restructuration sectorielle et l'valuation du portefeuille de l'Etat. Leurs objectifs communs tant:
  • 9. - D'assurer une meilleure cohrence de l'intervention de l'Etat au niveau conomique. Dans ce cadre, le CIPEP se charge de la dfinition de la doctrine de l'Etat en matire d'intervention conomique et de la dtermination des orientations gnrales suivre en matire de privatisation ou de restructuration des EP. - D'allger les contraintes qui psent sur les finances publiques par l'amlioration de la gestion et la matrise de dveloppement des EP. Ainsi, dans le cadre du PERL I, plusieurs oprations de restructuration ont t ralises. Elles concernent le secteur minier, sucrier et de transport, dans le but d'amliorer leurs performances. La restructuration peut toucher diffrents domaines (Financier, Technique, Organisationnel ou la Politique Gnrale de lentreprise. Le tableau suivant illustre quelques exemples doprations de restructuration dans les entreprises publiques (Rachadi, A 1989) : Tableau : Exemple doprations de restructuration Entreprises publiques Types dactions OCE ONAREP COTEF CADETAF SUCRERIES BRPM COMAGRI CDG RAM 8 T, O et PG T et O F F,T et O T, F et O T, F et O T, F et O T, F et O F et T 3- La clarification des relations Etat/EP: Lambigut caractrisant les relations de l'Etat avec les EP se rpercute de faon ngative sur la gestion de ces dernires; Pour remdier ce problme, des mesures ont t entreprises. Parmi celles notes par BAYALI. A (1989) nous retenons les plus importantes notamment: - Le renforcement de la politique de contractualisation. - Le ramnagement du contrle financier; La formule des contrats programmes ou contrats de dveloppement est l'un des moyens qui a t propos, dans le cadre de la rforme des entreprises publiques, pour mieux organiser les relations entre l'Etat et ces entreprises. Ils consistent dans des conventions tablies entre ces deux parties. Ces conventions leur fixent les engagements en terme d'objectifs de performance et les moyens pour les atteindre. Le contrat programme type comporte en prambule, la mission de l'entreprise, l'objet du contrat, ainsi que les objectifs gnraux assigns l'entreprise et la dure du contrat. Les points essentiels que peut contenir un contrat programme, concernent les engagements de l'Etat et de l'entreprise publique (Berrada, R. 1992). De sa part, l'Etat s'engage au niveau: - Du renforcement de l'autonomie de gestion des entreprises ; - De l'apurement des arrirs pour un assainissement financier des entreprises ; - De l'apport en capital ; - De la subvention des services publics ;
  • 10. - De la garantie d'une politique adquate des ressources par la participation de l'Etat au financement du programme d'investissement et par la libralisation des tarifs. Quant l'entreprise, elle s'engage au niveau: - Des objectifs physiques de production et de vente ; - De la ralisation du programme d'investissement ; - Des objectifs de politique sociale ; - Des objectifs lis la qualit des produits et services. Enfin, le contrat fait apparatre les modalits d'excution et de suivi par le biais du contrle de gestion, en mentionnant certains indicateurs de gestion qui lui sont annexs, ainsi que l'audit externe. Toutefois, ces contrats peuvent diffrer d'une entreprise l'autre surtout au niveau des objectifs spcifiques sur lesquels se mettent d'accord l'Etat et l'entreprise lors des ngociations. La politique de contractualisation des relations Etat/EP, engage depuis quelques annes, dnote un changement qualitatif dans l'approche de ces relations. Ainsi, une certaine marge de libert doit tre assure ces entreprises dans le cadre des contrats programmes, afin de garantir une modernisation du fonctionnement et l'volution de la gestion dans le sens du management moderne appliqu dans les grandes entreprises prives. Le renforcement de cette politique permettra de mieux clarifier les engagements de l'Etat actionnaire ou puissance publique et les engagements des gestionnaires en ce qui concerne les objectifs atteindre. Par ailleurs, la modernisation de la gestion des entreprises publiques ne peut se faire sans une remise en question du systme de contrle de ces entreprises. dans cette perspective la loi 69-00 a pour principal objectif de fournir aux tablissements et entreprises publiques, un dispositif de contrle moderne permettant une large autonomie des organes dadministration et de direction, une transparence de la gestion et une grande matrise des risques. Ainsi, le contrle financier de lEtat permet : - Dassurer le suivi rgulier de la gestion des organismes soumis au contrle 9 financier ; - De veiller la rgularit de leurs oprations conomiques et financires au regard des dispositions lgales, rglementaires et statutaires qui leur sont applicables ; - Dapprcier la qualit de leur gestion, leurs performances conomiques et financires ainsi que la conformit de leur gestion aux missions et aux objectifs qui leur sont assigns ; - Doeuvrer lamlioration de leurs systmes dinformation et de gestion ; - De centraliser et analyser les informations relatives au portefeuille de lEtat et ses performances conomiques et financires. La loi prvoit trois types de contrle qui dpendent de la forme juridique et des modalits de gestion propres chaque organisme. Les organismes soumis au contrle daccompagnement doivent se doter des instruments de gestion suivants : - Un statut du personnel fixant en particulier les conditions de recrutement, de rmunration et de lvolution de carrire du personnel de ltablissement ; - Un organigramme fixant les structures organisationnelles de gestion et daudit interne de ltablissement ainsi que leurs fonctions et attributions ; - Un manuel dcrivant les procdures de fonctionnement des structures et de contrle interne de ltablissement ;
  • 11. - Un rglement fixant les conditions et formes de passation des marchs ainsi que les modalits relatives leur gestion et leur contrle ; - Une comptabilit permettant ltablissement dtats de synthse rguliers, sincres et certifis, sans rserves significatives, par un ou plusieurs auditeurs externes habilits exercer la profession de commissaire aux comptes ; - Un plan pluriannuel couvrant une priode dau moins trois ans, actualis annuellement, devant comporter, notamment, par activit et sous forme consolide, les programmes physiques et les projections conomiques et financires ; - Un rapport annuel de gestion tabli par le directeur de ltablissement. Enfin, dans ce contexte une dynamique daudit a t poursuivie. Ainsi, outre les audits des comptes, qui ont un caractre rcurrent et annuel, des audits des performances ont t raliss dans certaines entreprises (exp : Rgies communales de distribution, transport et frigorifique, Sucreries, COTEF, ONTS et ORMVAs). En plus des daudits institutionnels, organisationnels et techniques dans dautres entreprises (exp : organismes dhabitat, COMANAV, ODEP, SODEA, SOGETA). Quen est il de la pratique de laudit social ? Et quelle est la place elle occupe dans le contexte des restructurations des entreprises publiques ? Cest ce que nous avons essay de mettre en vidence travers notre enqute. III- TUDE EMPIRIQUE DE LA PRATIQUE DE LAUDIT SOCIAL DANS LES ENTREPRISES PUBLIQUES 10 1- MTHODOLOGIE DE LTUDE 1-1- OBJECTIF Lobjectif de notre enqute consiste faire un tat des lieux de la pratique de laudit social et mettre en vidence son importance dans lamlioration de la qualit du pilotage des ressources humaines dans les entreprises publiques au Maroc 1-2- OUTIL DE COLLECTE DES INFORMATIONS Loutil que nous avons utilis pour le recueil des informations est le questionnaire. Pour rpondre notre objectif, nous avons abord les points suivants: - Le pilotage social - Laudit interne - Laudit social 1-3- CIBLE Lenqute a t mene auprs de 21 entreprises constituant le coeur du secteur public au Maroc (voir annexe). Nous avons choisi ce secteur pour trois raisons : - Cest un secteur o laudit se pratique depuis plus de vingt ans; - Il emploie des milliers de personnes; - Il fait lobjet de plusieurs restructurations durant ces deux dernires dcennies. 62% des entreprises interviewes ont rpondus notre questionnaire. Les non rponses sexpliquent par le problme de la procdure suivre pour pouvoir rencontrer les
  • 12. responsables concerns ou par leur manque de disponibilit en raison du chantier des restructurations dont font lobjet les entreprises publiques au Maroc. En raison de la diversit des activits du secteur public, nous en avons choisi les plus importantes : le transport, la finance, les mines, linfrastructure, lagroalimentaire, lnergie 11 2- RSULTAT DE LTUDE 2-1- Pilotage social 50% des entreprises enqutes pratiquent le pilotage social. Les outils les plus utiliss ce niveau sont : La gestion budgtaire (17,4%) ; Le systme dinformation sociale (17,4%) ; Le bilan social (17,4%). Les tableaux de bord sociaux 13% Et enfin laudit social 8.7% 2-2- Laudit interne Toutes les entreprises disposent dune entit daudit interne, dnomme ainsi dans 47% des entreprises, 16% lappellent audit et contrle de gestion ; dautres utilisent dautres appellations (cellule daudit, camp daudit). Toute fois, nous avons constat, dans certaines entreprises, lexistence dune confusion avec dautres fonctions notamment linspection ou le contrle interne. Ces structures daudit ont une dure dexistence qui varie dun mois vingt cinq ans. Mais, en gnral la majorit a t cre vers la fin des annes 90. Ceci, sexplique par la ncessit de mettre niveau le systme de gestion pour prparer la mise en place dun contrle daccompagnement et de changement de statut pour certaines dentre elles. Au niveau de lindpendance des auditeurs, nous avons constat lexistence dune volont de donner une plus grande marge de manoeuvre lauditeur dans ces entreprises (tout est auditable !). En effet, la quasi-totalit des entits daudit relve directement du directeur gnral. En matire de comptence des auditeurs, une nette volution a t note ce niveau, dans la mesure o la quasi-totalit a un diplme Bac+4, et la majorit est issue des grandes Ecoles de Gestion ou dIngnieurs. Toute fois, il convient de signaler quau niveau de la spcialit la comptabilit et finance saccaparent la part de lion, suivies des aspects techniques alors que les comptences en management des ressources humaines sont relgues au dernier rang. Ce qui sexplique par la priorit accorde au domaine comptable et financier et au domaine techniques. En effet 26% des audits raliss sont dordre comptable et financier, suivis de laudit de production (15%), laudit commercial (13%), laudit informatique (10%), laudit qualit (8%) et enfin laudit social et laudit de la communication globale occupent la dernire place (5%). 2-3- Laudit social 43% des entreprises pratiquent laudit social, ce qui montre que cest une pratique relativement faible au sein des entreprises publiques eu gard aux enjeux du pilotage des ressources humaines dans ces entreprises.
  • 13. Il est ralis par des auditeurs internes (67%) ou par des auditeurs externes (33%). La direction gnrale est le principal commanditaire de laudit social (56%), suivie de lEtat (22%) et des syndicats (11%). Les raisons du recours laudit social sont notamment lvaluation du climat social (43%) et les restructurations 14%. Dautres raisons ont t cites notamment : Les problmes de gestion des RH Dans le cadre du plan daction approuv par le Directeur Gnral Dans le cadre du plan triennal daudit Concernant la frquence de laudit social, 14% seulement des entreprises le pratiquent de faon priodique (2 ans), alors que 86% le font selon le besoin. Les objectifs qui lui sont assigns sont principalement, la conformit au code de travail (30%), la conformit aux procdures et au rglement interne (30%), lefficacit (20%), lefficience et la scurit (10%). Une importante dfaillance est souleve au niveau du rfrentiel des auditeurs dans le domaine social, dans la mesure o 82% ne se rfrent pas aux normes ni nationales ni internationales. Ceci, sexplique par la caractre non rpressif et non contraignant de ces normes. Contrairement laudit comptable et financier et laudit qualit o les normes sont imposes par des instances nationales et/ou internationales. Ainsi, si dans ces deux types daudit, il y a des obligations de moyens, dans laudit social il ny a ni obligation de moyens ni de rsultats. Ce qui laisse aux auditeurs une grande libert au niveau des outils et des techniques utiliss dont nous pouvons citer : Les questionnaires, lexamen des dossiers et de la documentation les entrevues sont les outils de rfrence et les grilles daudit. Au niveau de la dmarche la majorit des auditeurs utilise celle de lIFACI. Concernant le contenu, laudit social couvre, ladministration du personnel (40%), la gestion des ressources humaines (40%) et le dveloppement social (20%). De faon dtaille, les lments qui font le plus lobjet de laudit social sont: - La gestion des fichiers du personnel - La rupture du contrat de travail - La GPEC - Le recrutement - La rmunration - La formation - Les conditions de travail - La motivation - Les institutions reprsentatives du personnel - La communication - La gestion des carrires Toute fois il convient de signaler que malgr le fait que laudit social est ax beaucoup plus que sur les aspects conformit aux rglements internes et externes, que sur les aspects efficacit, il nen reste pas moins que les responsables interrogs affirment que les apports de laudit social se situent principalement au niveau de lamlioration de la performance du management des ressources humaines (80%) et lamlioration du climat social (60%). Enfin, toutes les entreprises sont unanimes sur la contribution de laudit social la performance globale de lentreprise mais des degrs diffrents ; dans 60% des cas, elle est importante et dans 40% des cas, elle est trs importante. 12
  • 14. 13 Conclusion LAudit Social rcemment introduit dans la culture des certaines entreprises publiques reste limit malgr limportance du rle des ressources humaines dans le dveloppement et la croissance de lentreprise et de lconomie nationale. Ce qui permet de dduire quil nest pas considr comme un outil de pilotage social qui peut contribuer lamlioration du management des ressources humaines notamment dans le contexte des restructurations de ces entreprises. BIBLIOGRAPHIE - Antona, J.P (1993). Laudit social de conformit Editions DALLOZ - Bayali, A. (1989). Relation Etat/entreprises publiques: tutelle technique sminaire 9-10 juin. - Becour, J.C & Bouquin, H. (1996). Audit oprationnel, Efficacit, Efficience ou scurit, Economica. - Benali, D. (1992). La privatisation des entreprises publiques : une rforme multiples consquences, Collectif sur la privatisation, cas du Qubec et du Maroc. - Berrada, R. (1992). La politique de dsengagement progressif de lEtat envers les entreprises publiques au Maroc travers les contrats programme. Collectif - Brasseur, M. (1996). Laudit social dans le contexte de changement organisationnel, Cahiers du CEROG IAE Aix Marseille. - Candau, P. (1985). Audit social mthodes et pratiques pour un management efficace, Vuibert. - Candau, P. (1990). Les audits defficacit, Cahier franais Audit et Management n 248 Octobre -Dcembre 28-33. - Citeau, J.P. (1997). Gestion des ressources humaines, Armand Collin. - D.E.P.P, (1988). La rforme des entreprises publiques, Sminaire 9-10 Juin - EL Bouayachi, K. (1996). Audit interne dans les entreprises publiques au Maroc Cas de lONEP et de lODEP, Mmoire de DES, FES - Fesser. M. (1996). Transfert des mthodes de laudit dans le pilotage de la Gestion des Ressources Humaines, Personnel N 371 Juillet. - Feron, M. ( 2005). Comment passer un audit social de troisime gnration ? Actes de lUniversit dEt dAudit Social , Lille. - Grazier. B, (1993). Les stratgies de ressources humaines, La dcouverte. - Harakat (M), (1992) Le droit du contrle suprieur des finances publiques au Maroc: essai sur les techniques d'audit l'heure de l'ajustement structurel. BABIL - Igalens. J (1994). Audit des Ressources Humaines, Liaison. - ISEOR. (1994). Laudit social au service du Management des Ressources Humaines Economica. - Louart, P & Beaucourt, C (2005). Logiques daudit et rationalits sous-jacentes, Actes de
  • 15. lUniversit dEt dAudit Social , Lille. - Martory, B. (2003). Laudit social pratiques et principes, RFG n 147, 235-246 - Martory. B & Crozet, D, (2001). Gestion des ressources humaines : Pilotage social et performances, Dunod. - Mouaffak, M. (2002). Rforme des tablissements et des entreprises publics Contrle plusieurs vitesses, Maroc Hebdo International - N507- Du 19 au 25 avril - Ministre des finances et de la privatisation. Rapport sur le secteur des tablissements publics. Projet de loi de finances pour lanne budgtaire 2006. - Peretti, J. M. ( 1994). Laudit social dans le cadre du management stratgique des RH, in LAudit Social au Service du Management des Ressources Humaines, Economica. - Peretti, J. M. ( 2001). Ressources humaines et gestion des personnes, 3me dition Vuibert. - Pesqueux Y, (2002), Lthique des affaires, management des affaires par les valeurs et responsabilit sociale, Editions dOrganisation, Paris - Rachadi. A, (1989) Restructuration des entreprises publiques, Sminaire DEPP - Talbi, A. (1993). L'audit dans le secteur public, sminaire de l'AMACI sur l'audit et le changement le 16et 17 Dcembre 1993 ANNEXE : Liste des entreprises publiques contactes 1. Office National de lEau Potable (ONEP) 2. Office National des Chemins de Fer (ONCF) 3. Office DExploitation des Ports (ODEP) 4. Office National Des Aroports ... (ONDA) 5. Compagnie Marocaine de Navigation (COMANAV) 6. Socit Marocaine de Th et de Sucre (SOMATHES) 7. Office Chrifien des Phosphates (OCP) 8. Caisse Nationale de Crdit Agricole 9. Office National des Pches (ONP) 10. Caisse Nationale de Scurit Sociale (CNSS) 11. Royal Air Maroc (RAM) 12. Office Marocain de Protection Industrielle et Commerciale (OMPIC) 13. Caisse de Dpt et de Gestion (CDG) 14. Barid Almaghrib 15. Office National de Transport (ONT) 16. SODEA 17. Office National dElectricit (ONE) 18. Rgie Autonome Multi Services dAgadir (RAMSA) 19. Office Rgional de Mise en Valeur Agricole (ORMVA) 20. La SAMIR 21. Etablissement Rgional dAmnagement et de Construction (ERAC Sud) Candau Laudit ne se prsente plus comme une opration pure et simple de vrification, mais comme une aide au management et de dtection des facteurs cls de succs et defficacit 14
  • 16. HEC-ULg Working Paper Series August 06 / N 200608/15 Le processus dapprentissage des entrepreneurs naissants Zineb Aouni August 06 / N 200608/14 The Impact of Corporate Derivative Usage on Foreign Exchange Risk Exposure Aline Muller and W.F.C. Verschoor August 06 / N 200608/13 Foreign Trade and Exchange Risk Exposure: A Firm and Industry Analysis of Eastern European Multinationals Aline Muller and W.F.C. Verschoor August 06 / N 200608/12 La cration d'activits par les femmes : freins et leviers Christine Delhaye , Christina Constantinidis , Manal El Abboubi , Anne-Marie Dieu , Caroline Pques , Stphanie Gerkens and Annie Cornet August 06 / N 200608/11 Brand Concept Maps: A New Way of Segmenting the Market Cline Brandt and Charles Pahud de Mortanges August 06 / N 200608/10 Growth, longevity and public policy Gregory Ponthire August 06 / N 200608/09 Une classification de fonctions analytique : une condition pour une politique d'quit salariale Jacques Hodeige , Katrien Baert , Mieke Van Haegendoren and Annie Cornet August 06 / N 200608/08 Laudit social : un outil damlioration de la qualit du pilotage social lheure des reformes des entreprises publiques au maroc Fatima El Kandoussi and Manal El Abboubi August 06 / N 200608/07Deregulation and supplier relations in automotive distribution : A cross-national study Veronica Liljander , Janjaap Semeijn , Allard C.R. van Riel and Pia Polsa August 06 / N 200608/06 Optional and Conditional Components in Hedge Fund Returns Georges Hbner and Nicolas Papageorgiou August 06 / N 200608/05 Une vision positiviste de nombres hyperrels au moyen dangles Jacques Bair and Valrie Henry August 06 / N 200608/04 Les femmes repreneuses dune entreprise familiale : difficults et stratgies Christina Constantinidis and Annie Cornet August 06 / N 200608/03 Limpact dune formation distance sur le sentiment d'efficacit personnelle: tude dun cas concret Christina Constantinidis August 06 / N 200608/02 Measuring operational risk in financial institutions:Contribution of credit risk modelling Georges Hbner , Jean-Philippe Peters and Sverine Plunus August 06 / N 200608/01 Fondements et implications de la diversit organisationnelle au sein du commerce quitable Benjamin Huybrechts July 06 / N 200607/02 Dveloppement d'un modle de microsimulation pour analyser l'efficience globale de stratgies rcentes de prise en charge de l'ostoporose Mickal Hiligsmann July 06 / N 200607/01 Propiedad y contagio en el comparatismo y traduccin jurdica Bernard Thiry
  • 17. HEC-ULg Working Paper Series June 06 / N 200606/04 How do performance measures perform ? Georges Hbner June 06 / N 200606/03 Counting Aggregate Classifers Jan Adem , Yves Crama , Willy Gochetz and Frits C.R. Spieksma June 06 / N 200606/02 Simulation and optimization of a shipbuilding workshop Frdric Bair , Yves Langer , Thomas Richir and Philippe Rigo June 06 / N 200606/01 Analyse socio-conomique compare des acteurs du commerce quitable Benjamin Huybrechts May 06 / N 200605/02 Au-del des labels : Du management de la RSE au management par la RSE Christine Delhaye , Manal El Abboubi and Virginie Xhauflair May 06 / N 200605/01 Corporate International Diversification and the Cos t of Equity: European Evidence Robert Joliet and Georges Hbner April 06 / N 200604/01 Les enjeux du management responsable dans le secteur agroalimentaire au Maroc : cas de la rgion Sous Massa Manal El Abboubi and Fatima El Kandoussi March 06 / N 200603/02 Polynomial Regression with Censored Data Based on Preliminary Nonparametric Estimation Cdric Heuchenne and Ingrid Van Keilegom March 06 / N 200603/01 Lanalyse quilibre des symptmes de dsquilibre de la PME reprendre, facteur-cl du succs du processus de reprise : lgitimation thorique et premire validation empirique Didier Van Caillie , Sarah Santin , Nathalie Crutzen and Charles Kabwigiri February 06 / N 200602/02 Penalties and Optimality in Financial Contracts : Taking Stock Michel Robe , Eva-Maria Steiger and Pierre Armand Michel February 06 / N 200602/01 Managing the Waiting Experience at Checkout Allard C.R. van Riel , Janjaap Semeijn , Dina Ribbink and Yvette Peters January 06 / N 200601/04 Les entreprises de survie et le dveloppement de certains pays africains : Le cas de la Rpublique Dmocratique du Congo Kk Edgar Makunza January 06 / N 200601/03 Impact of the collection threshold on the determination of the capital charge for operational risk Yves Crama , Georges Hbner and Jean-Philippe Peters January 06 / N 200601/02 Ombre et cne asymptotique dune courbe algbrique plane Andr Antibi , Jacques Bair and Valrie Henry January 06 / N 200601/01 Social Responsibility among Fair Trade Actors : Extent and Prospects Benjamin Huybrechts December 05 / N 200512/06 Foreign Exchange Risk Exposure: Survey and Suggestions Aline Muller and W.F.C. Verschoor December 05 / N 200512/05 Mean Preservation in Nonparametric Regression with Censored Data Cdric Heuchenne and Ingrid Van Keilegom
  • 18. HEC-ULg Working Paper Series December 05 / N 200512/04 Working or schooling: what determine childrens time allocation in Senegal? Eric Bonsang and Ousmane Faye December 05 / N 200512/03 On the generation of a regular multi-input multi-output technology using parametric output distance functions Sergio Perelman and Daniel Santin December 05 / N 200512/02 Product specialization, efficiency and productivity change in the Spanish insurance industry Hugo Fuentes , Emili Griffel-Tatj and Sergio Perelman December 05 / N 200512/01 CAP reforms and total factor productivity growth in Belgian agriculture: a Malmquist index approach Tim Coelli , Sergio Perelman and Dirk Van Lierde November 05 / N 200511/03 Projet EVA - Equit salariale : aperu de la littrature Annie Cornet , Anne-Marie Dieu , Christine Delhaye and Anne-Sophie Crahay November 05 / N 200511/02 Measuring educational efficiency at student level with parametric stochastic distance functions: An application to Spanish PISA results Sergio Perelman and Daniel Santin November 05 / N 200511/01 Multiplicity and complexity issues in contemporary production scheduling Nadia Brauner , Yves Cama , Alexander Grigoriev and Joris Van de Klundert October 05 / N 200510/03 La Terminologa a la luz de una investigacin en Derecho Bernard Thiry October 05 / N 200510/02 Presentacin del Diccionario jurdico : Terminologa de la Responsabilidad civil (espaol-francs y francs-espaol) Bernard Thiry October 05 / N 200510/01 Tool Switching Problem Revisited Yves Crama , Linda Moonen , Friets Spieksma and Ellen Talloen September 05 / N 200509/07 Asian Foreign Exchange Risk Exposure Aline Muller and W.F.C. Verschoor September 05 / N 200509/06 Foreign Exchange Risk Exposure: evidence from U.S. multinationals Aline Muller and W.F.C. Verschoor September 05 / N 200509/05 Gestion des comptences, impratifs conomiques et proccupations sociales: un mariage forc ? Mlanie Antoine , Dimitri Deflandre and Franois Pichault September 05 / N 200509/04 Construire lEurope sociale dans lentreprise : conditions et enjeux de la Flexicurit Isabelle Donnay and Virginie Xhauflair September 05 / N 200509/03 Enjeux de la Socit de la Communication Michel Hermans September 05 / N 200509/02 Une tude didactique sur les quartiles d'une sriestatistique univarie Valrie Henry September 05 / N 200509/01 Grafting Information in Scenario Trees: Application to Option Prices Michael Schyns , Yves Crama and Georges Hbner
  • 19. HEC-ULg Working Paper Series August 05 / N 200508/02 Strong Uniform Consistency Results of the Weighted Average of Conditional Artificial Data Points Cdric Heuchenne August 05 / N 200508/01 Limpact economique des intrts notionnels. Premire partie: Rfrences la thorie financire classique Bruno Colmant and Georges Hbner July 05 / N 200507/03 A multiple criteria performance dynamic analysis oftelecommunications operators in the Maghreb countries Karim Sabri , Grard Colson and Mapapa Mbangala July 05 / N 200507/02 A multiple criteria analysis for household solidwaste management in the Urban Community of Dakar Ka-Mbayu Kapepula , Grard Colson , Karim Sabri and Philippe Thonard July 05 / N 200507/01 Radiographie du langage de l'conomie Bernard Thiry June 05 / N 200506/04 Financing of women-owned ventures:the impact of gender and other owner- and firm-related variables Christina Constantinidis and Annie Cornet June 05 / N 200506/03 Faut-il un ou plusieurs indicateurs d'exclusion sociale? Bernadette Biatour , Sergio Perelman and Pierre Pestieau June 05 / N 200506/02 Dpart la retraite et taxation optimale Helmuth Cremer , Jean-Marie Lozachmeur and Pierre Pestieau June 05 / N 200506/01 La chane de valeur integre: le profil du nouveau cadre en logistique et quelques recommendations pour sa formation Allard C.R. van Riel May 05 / N 200505/03 Estimation in Nonparametric Location-Scale Regression Models with Censored Data Cdric Heuchenne and Ingrid Van Keilegom May 05 / N 200505/02 Space allocation optimization using heuristic approaches Yves Langer May 05 / N 200505/01 Contrevrits sur le dpart la retraite Pierre Pestieau April 05 / N 200504/01 Enqute sur les pratiques de gestion du temps de travail dans lesemployeurs de la Province du Luxembourg Annie Cornet , Christine Delhaye and Isabelle Cardol March 05 / N 200503/02 Asian Crisis Exchange Risk Exposure of U.S. Multinationals Aline Muller and W.F.C. Verschoor March 05 / N 200503/01 Funds of hedge funds: bias and persistence in returns Daniel Capocci and Georges Hbner January 05 / N 200501/04 European Foreign Exchange Risk Exposure Aline Muller and W.F.C. Verschoor January 05 / N 200501/03 The Latin American Exchange Rate Exposure of U.S. Multinationals Aline Muller and W.F.C. Verschoor
  • 20. HEC-ULg Working Paper Series January 05 / N 200501/02 Dcalage interdisciplinaire dans l'enseignement universitaire en physique : un modle Valrie Henry January 05 / N 200501/01 Les stocks options en priode de dcroissance boursire une rflexion sur les conflits dagence Andre DIGHAYE 2004 /10 Analyse classique et analyse non standard : deux contextes pour dfinir la notion de limite Valrie Henry 2004 /09 Control and voting power in corporate networks:Concepts and computational aspects Yves CRAMA and Luc LERUTH 2004 /08 Une application de la Gestion des Risques aux risques environnementaux lis aux missions de CO2 Grard COLSON and Isabelle HENNEN 2004 /07 The inconsistencies between the traditional structures of social dialogue and the network organizations reality Virginie Xhauflair 2004 /06 The Generalized Treynor Ratio Georges HBNER 2004 /05 Concentrated Announcements on Clustered Data: An Event Study on Biotechnology Stocks Vronique BASTIN and Georges HBNER 2004 /04 Comparaison multicritre entre trois sites dinter emulti-modalit : Lige Duisburg Montral Grard COLSON and Isabelle HENNEN 2004 /03 Corporate International Diversification and StockReturns: European Evidence Robert JOLIET and Georges HBNER 2004 /02 Les facteurs cls du succs des entreprises africaines :Le cas des facteurs de la performance des entreprises manufacturires de la Rpublique Dmocratique du Congo Kk Edgar Makunza 2004 /01 Venture Capital Financing in Biotechnologies : A Prospective Assessment Vronique BASTIN, Michel BERGERON, Georges HBNER, Pierre-Armand MICHEL and Mlanie SERVAIS 2003 /07 L'analyse sexue des budgets des politiques publiques Annie Cornet, Isabelle Cecchini and Nathalie Holvoet 2003 /06 Restructurations et nouveaux primtres organisationnels : effets induits sur le travailleur Virginie Xhauflair 2003 /05 Supply and Demand of Venture Capital for Biotech Firms: The Case of Wallonia and Brussels Vronique BASTIN, Georges HBNER, Pierre-Armand MICHEL and Mlanie SERVAIS 2003 /04 Hedge Fund Performance and Persistence in Bull and BearMarkets Daniel CAPOCCI, Albert CORHAY and Georges HBNER
  • 21. HEC-ULg Working Paper Series 2003 /03 Grafting Information in Scenario Trees - Application to Option Prices Michael SCHYNS, Yves CRAMA and Georges HBNER 2003 /02 L'intervention en organisation : Revue critique des principaux facteurs de succs Franois PICHAULT 2003 /01 Reconsidering the Question of Coordination in a Process of Organizational Change: from Managerial Toolkits towards Social Constructions Franois PICHAULT and ric ALSNE