The President’s Speech in Cairo: A New Beginning - French

  • View
    3.232

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

President Obama’s speech in Cairo on America’s relationship with Muslim communities around the world. June 4th, 2009. http://www.whitehouse.gov/blog/newbeginning/

Text of The President’s Speech in Cairo: A New Beginning - French

A New Beginning

Bureau du Porte-parole de la Maison Blanche (Le Caire, gypte)

Diffusion immdiate 4 juin 2009

Propos du prsident Barack Obama Un nouveau dpart Universit du Caire

Le Caire, gypte 4 juin 2009

13h10 (heure locale) Je vous remercie. Bonjour tous. Cest pour moi un honneur de me trouver dans cette ville intemporelle quest le Caire et dtre reu par deux institutions remarquables. Depuis plus de mille ans, Al-Azhar est un haut lieu de transmission du savoir dans le monde musulman et, depuis plus dun sicle, luniversit du Caire est une source de progrs pour lgypte. Ensemble, vous reprsentez lharmonie entre la tradition et le progrs. Je vous suis reconnaissant de votre hospitalit et de celle du peuple gyptien. Je suis fier aussi de vous transmettre la bonne volont du peuple amricain et une salutation de paix de la part des communauts musulmanes de mon pays : Salamm alekoum . (Applaudissements) Notre rencontre survient un moment de grande tension entre les tats-Unis et les musulmans du monde entier tension ancre dans des forces historiques qui dpassent le cadre des dbats actuels de politique gnrale. Les relations entre lislam et lOccident se caractrisent par des sicles de co-existence et de coopration, mais aussi par des conflits et des guerres de religion. Dans un pass relativement plus rcent, les tensions ont t nourries par le colonialisme qui a priv beaucoup de musulmans de droits et de chances de russir, ainsi que par une guerre froide qui sest trop souvent droule par acteurs interposs, dans des pays majorit musulmane et au mpris de leurs propres aspirations. En outre, les mutations de grande envergure qui sont nes de la modernit et de la mondialisation ont pouss beaucoup de musulmans voir dans lOccident un lment hostile aux traditions de lislam. Des extrmistes violents ont exploit ces tensions auprs dune minorit de musulmans, qui pour tre rduite nen est pas moins puissante. Les attentats du 11 septembre 2001, conjugus la poursuite des actions violentes engages par ces extrmistes contre des civils, ont amen certains dans mon pays juger lislam invitablement hostile non seulement lAmrique et aux pays occidentaux, mais aussi aux droits de lhomme. La peur et la mfiance se sont ainsi accentues. Tant que notre relation restera dfinie par nos diffrences, nous donnerons du pouvoir ceux qui sment la haine et non la paix et qui encouragent le conflit au lieu de la coopration qui peut aider nos deux peuples connatre la justice et la prosprit. Cest ce cycle de la mfiance et de la discorde qui doit tre bris.

Je suis venu ici au Caire en qute dun nouveau dpart pour les tats-Unis et les musulmans du monde entier, un dpart fond sur lintrt mutuel et le respect mutuel, et reposant sur la proposition vraie que lAmrique et lislam ne sexcluent pas et quils nont pas lieu de se faire concurrence. Bien au contraire, lAmrique et lislam se recoupent et se nourrissent de principes communs, savoir la justice et le progrs, la tolrance et la dignit de chaque tre humain. Ce faisant, je reconnais que le changement ne se produira pas du jour au lendemain. Il y a eu beaucoup de publicit propos de mon discours, mais aucun discours ne peut radiquer des annes de mfiance, et dans lespace de cet aprs-midi, je nai pas la rponse non plus aux questions complexes qui nous ont mens au point o nous sommes maintenant. Mais je suis convaincu que pour aller de lavant, nous devons dire ouvertement entre nous ce que nous recelons dans notre cur et que trop souvent nous nexprimons qu huis clos. Nous devons consentir un effort soutenu afin de nous mettre lcoute et dapprendre les uns des autres ; de nous respecter mutuellement et de rechercher un terrain dentente. Comme le dit le Saint Coran, Crains Dieu et dis toujours la vrit . (Applaudissements) Cest ce que je vais essayer de faire aujourdhui de dire la vrit de mon mieux, rendu humble par la tche qui nous attend et ferme dans ma conviction que les intrts que nous partageons parce que nous sommes des tres humains sont beaucoup plus puissants que les forces qui nous sparent. Cette conviction senracine en partie dans mon vcu. Je suis chrtien, mais mon pre tait issu dune famille knyane qui compte des gnrations de musulmans. Enfant, jai pass plusieurs annes en Indonsie o jai entendu lappel la prire (azan) laube et au crpuscule. Jeune homme, jai travaill dans des quartiers de Chicago o jai ctoy beaucoup de gens qui trouvaient la dignit et la paix dans leur foi musulmane. Fru dhistoire, je sais aussi la dette que la civilisation doit lislam. Cest lislam dans des lieux tels quAl-Azhar , qui a brandi le flambeau du savoir pendant de nombreux sicles et ouvert la voie la Renaissance et au Sicle des Lumires en Europe. Cest de linnovation au sein des communauts musulmanes (Applaudissements) - cest de linnovation au sein des communauts musulmanes que nous viennent lalgbre, le compas et les outils de navigation, notre matrise de lcriture et de limprimerie, notre comprhension des mcanismes de propagation des maladies et des moyens de les gurir. La culture islamique nous a donn la majest des arcs et llan des flches de pierre vers le ciel, limmortalit de la posie et linspiration de la musique, llgance de la calligraphie et la srnit des lieux de contemplation. Et tout au long de lhistoire, lislam a donn la preuve, en mots et en actes, des possibilits de la tolrance religieuse et de lgalit raciale. (Applaudissements) Je sais aussi que lislam a de tout temps fait partie de lhistoire de lAmrique. Cest le Maroc qui fut le premier pays reconnatre mon pays. En signant le trait de Tripoli en 1796, notre deuxime prsident, John Adams, nota ceci : Les tats-Unis nont aucun caractre hostile aux lois, la religion ou la tranquillit des musulmans.

Depuis notre fondation, les musulmans amricains enrichissent les tats-Unis. Ils ont combattu dans nos guerres, servi le gouvernement, pris la dfense des droits civils, cr des entreprises, enseign dans nos universits, brill dans le domaine des sports, remport des prix Nobel, construit notre plus haut immeuble et allum le flambeau olympique. Et, rcemment, le premier Amricain musulman qui a t lu au Congrs a fait le serment de dfendre notre Constitution sur le Coran que lun de nos Pres fondateurs, Thomas Jefferson, conservait dans sa bibliothque personnelle. (Applaudissements) Jai donc connu lislam sur trois continents avant de venir dans la rgion o il a t rvl pour la premire fois. Cette exprience guide ma conviction que le partenariat entre lAmrique et lislam doit se fonder sur ce quest lislam, et non sur ce quil nest pas, et jestime quil est de mon devoir de prsident des tats-Unis de combattre les strotypes ngatifs de lislam o quils se manifestent. (Applaudissements) Or ce mme principe doit sappliquer la faon dont lAmrique est perue par les musulmans. Tout comme les musulmans ne se rsument pas un strotype grossier, lAmrique nest pas le strotype grossier dun empire qui na dautre intrt que le sien. Les tats-Unis reprsentent lune des plus grandes sources de progrs que le monde ait connues. Nous sommes ns dune rvolution contre un empire ; nous sommes fonds sur lidal de lgalit de tous et nous avons vers de notre sang et combattu pendant des sicles pour donner un sens ces mots sur notre territoire et travers le monde. Nous sommes faonns par chaque culture, issus des quatre coins du monde et acquis un concept simple : E pluribus unum: De plusieurs peuples, un seul . Eh bien, quun Amricain dorigine africaine et ayant pour nom Barack Hussein Obama ait pu tre lu prsident a fait couler beaucoup dencre. (Applaudissements) Mais mon parcours nest pas unique. Le rve des chances de russir ne sest pas concrtis pour tous en Amrique, mais cette promesse demeure pour tous ceux qui dbarquent sur nos rivages y compris les prs de sept millions de musulmans amricains qui vivent aujourdhui dans notre pays et dont le revenu et le niveau dducation, disons-le, sont suprieurs la moyenne. (Applaudissements) En outre, la libert en Amrique est indissociable de celle de pratiquer sa religion. Cest pour cette raison que chaque tat de notre union compte au moins une mosque et quon en dnombre plus de mille deux cents sur notre territoire. Cest pour cette raison que le gouvernement des tats-Unis a recours aux tribunaux pour protger le droit des femmes et des filles porter le hijab et pour punir ceux qui leur contesteraient ce droit. (Applaudissements) Le doute nest pas permis : lislam fait bel et bien partie de lAmrique. Et je suis convaincu que lAmrique contient en elle la proposition vraie quindpendamment de notre race, de notre religion ou de notre condition sociale nous aspirons tous la mme chose vivre dans la paix et la scurit ; faire des tudes et travailler dans la dignit ;

aimer notre famille, notre communaut et notre Dieu. Cest cela que nous avons en commun. Cest lespoir de lhumanit tout entire. Certes, notre tche commence seulement quand nous avons pris conscience de notre humanit commune. Ce nest pas par des paroles que nous pouvons rpondre aux besoins de nos peuples. Nous ne pourrons les satisfaire qu condition dagir avec audace dans les annes venir et de comprendre que nous nous heurtons des dfis communs et quen nous abstenant dy faire face cest nous tous que nous faisons tort. Car nous en avons fait rcemment lexprience : quand le systme financier dun pays particulier saffaiblit, la prosprit est mise mal partout. Quand une nouvelle grippe infecte un seul tre humain, nous courons tous un risque. Quand un pays particulier tente de se doter dune arme nuclaire, le risque dattaque nuclaire augmente dans toutes les nations. Quand des extrmistes violents svissent dans une certaine rgion de montagnes, les populations situes par-del locan sont mises en danger. Et quand des innocents en Bosnie et au Darfour sont massacrs, cest notre conscience collective qui est souille. (Appl