of 10/10
BIOPROTECT - B Avril 2014

Bioprotect-B

  • View
    890

  • Download
    1

Embed Size (px)

DESCRIPTION

BIOPROTECT – B à été créé en 2011 et son siège social est au Burkina-Faso. BIOPROTECT – B propose des intrants d'origine organiques non polluants permettant une revitalisation de la vie microbienne des sols et une valorisation optimale des ressources locales afin de fertiliser et protéger des végétaux à fortes valeur ajoutée.

Text of Bioprotect-B

  • 1. BIOPROTECT - B Avril 2014

2. 2 Rencontre entre deux entits uvrant depuis 15 ans dans le domaine de l'agro-cologie : - Biophytech Montpellier, qui slectionne, produit par fermentations et vulgarise l'emploi de micro-organismes fongiques afin de fertiliser et protger les plantes , - Arfa Fada N'Gourma, qui forme les paysans des techniques et mthodes biologiques pour fertiliser et rgnrer les sols, protger les cultures contre les maladies et les insectes afin d'augmenter les rendements tout en vitant les pollutions. Cration d'un Groupement d'Intrt Economique dnomm BIOPROTECT - B permettant de faciliter le transfert de technologies, par la mise en commun de moyens des deux socits fondatrices, mais aussi venir. Coordinateur d'un consortium de plusieurs autres acteurs de la filire que sont : - deux ONG en France : Agriculteurs et Vtrinaires sans Frontire (AVSF)/ Microfel - de 2 centres publics de recherche agronomiques INERA et IRD - deux unions de producteurs Burkinab (Neerbuli - Maasom) 3. 3 BIOPROTECT B t cr en 2011 et son sige social est au Burkina-Faso. Il regroupe les activits des dpartements R&D des membres dont le capital est rpartis 50/50 entre les fondateurs qui sont : - Biophytech base Agropolis Montpellier depuis 15 ans, dont le crateur est Docteur, valorise des brevets par des travaux de R&D avec l'INRA-Supagro, le CIRAD et l'IRD, qui emplois 4 collaborateurs pour un CA de 300 K en ventes produits. - Arfa ONG Burkinab base Fada N'Gourma, dont le crateur est ingnieur agronome promeut lagro-cologie par un encadrement et un appui technique des agriculteurs, pour lemploi de produits biologiques, pralablement tests dans des fermes exprimentales. Elle emploi 18 salaris, pour un budget annuel de 235 K. Reconnue des organismes internationaux comme COLEACP, Commission de lUE, Coopration allemande, ect. Elle emploi des mthodes de R&D valides par l'INERA. BIOPROTECT B est gre par Arsne Savadogo, agro-conomiste spcialiste en stratgie des entreprises agro-alimentaires et en management de projet Diplm de Montpellier I, il a t stagiaire Biophytech et Arfa. Porteur du projet il a mont le plan d'affaires et les documents administratifs, prsent les projets d'aide qui ont t prims par le PNUD, la GIZ, PIP, le PAEPARD. 4. 4 BIOPROTECT B propose des intrants d'origine organiques non polluants permettant une revitalisation de la vie microbienne des sols et une valorisation optimale des ressources locales afin de fertiliser et protger des vgtaux fortes valeur ajoute. Les produits sont des micro-organismes positifs (Trichoderma) et leurs extraits, issus des sols locaux afin d'tre adapts leur : - multiplication par fermentation sur rsidus vgtaux, - implantation dans diffrents types de sols, Afin de stimuler, nourrir et dfendre les plantes. Une gamme de ferticaments est propose base de spores vivantes (probiotique), extraits antibiotiques (fluidifiant) et enzymatiques (liciteur) Une activit de service de diagnostic permet par des mesures en laboratoires : - d'analyser la vie microbienne en dtectant les phytopathognes et les ferments positifs, - doser l'tat physiologique de dfense des plantes, - quantifier les rductions des pesticides des eaux, des plantes et des sols. 5. 5 En terme de march nos produits sinsrent dans celui desfertilisants et fongicides. Dans la niche marachre laisse vacante par les firmes agrochimiques internationales, surtout intresss par les insecticides sur cultures de rentes et d'exportation, ces formulations produites localement permettent d'viter des sorties de devises. Elle rpond des problmes : - d'inefficacit agronomiques des solutions chimiques (rsistances), - de pollutions chimiques de moyens et longs termes dans des cosystmes fragiles, - de sant humaine des applicateurs par des profils toxicologiques doux , - de consommation, par de faibles teneurs en rsidus dans les vgtaux. Technologiquement l'opportunit rside dans : - la valorisation de sous-produits biologiques locaux, - un besoin d'investissements en matriels peu sophistiqus et peu complexes, - une production locale bilan carbone faible, - un fort besoin de main-duvre. 6. 6 Pas des molcules de synthses, mais des agents biologiques fertilisants et protecteurs. Par des actions douces et progressives, leurs durabilits peuvent tre de plusieurs annes. Aucune phytotoxicit ou pollution en cas de mauvais emplois, puisque biodgradables Pour obtenir ces formules, des travaux pralables de R&D ont t ncessaire par des : - isolement des clones dans la nature, caractrisation et slection des proprits, - tude des conditions de fermentations solides les plus performantes, contrles qualits - validations de leurs proprits agronomiques en parcelles exprimentales, - formulation des complments et conditionnements pour maintient des qualits. Les rsultats sont obtenus par les savoirs-faire scientifiques des membres. Mise en collection des clones. Dpts brevets sur leurs proprits, et mode d'obtention. Les partenariats externaliss avec les instituts de R&D publics permettent de : - rduire les cots d'accs aux matriels sophistiqus, - obtenir des conseils d'adaptation aux conditions locales auprs des chercheurs, - publier, faire connatre et certifier la validit des rsultats. 7. 7 Le POTENTIEL: - Marachage : 6 000 ha soit un potentiel de 1000 k - Coton et ssame biologique: 7 000 ha soit un potentiel de 140 k - Prestation de service: 45 k - Nos ATOUTS : - Absence de producteur et de distributeur spcialiss dans les bio-pesticides. - Bioprotect dtient des droits (brevets et marques) et des matrises de savoir-faire du processus dobtention des produits base du Trichoderma. - Gamme de produits homologus et conforme aux normes en vigueurs dans lAO. - Double action de fertilisation du sol et de protection des plantes. - Produit innovant, peu complexe produire et facile dutilisation. - Essais de dmonstration dj conduits depuis 2 ans avec succs -Bonne connaissance du milieu rural Burkinab et forte confiance des agriculteurs -envers ARFA (15 ans), organisme de formation et de vulgarisation de ces innovations. - Consortium tablis reconnus par PNUD depuis 2 ans avec prsence dunions de producteur (SEED). 8. 8 NOTRE APPROCHE : - Suivi personnalis du producteur utilisateur et forte implication des unions de producteurs dans les dmonstrations defficacit et de vulgarisation des produits - Relations avec des institutions ou groupes leaders dopinion capables de favoriser lutilisation des produits (ONG, associations, presse spcialise, etc..) - Relation de partenariat avec les instituts publics : l'INERA afin de dmontrer le preuve du concept agronomique, l'IRD pour valider scientifiquement les modes d'actionier -et ainsi se dmarquer des concurrents. -- Appuis la commercialisation des produits agricoles biologiques. MODELE ECONOMIQUE : - La vente direct sur culture forte valeur ajoute et la distribution pour les autres - Les prestations de service : encadrement et formation dagriculteurs ou groupe dagriculteurs dans ladoption de pratiques agro-cologiques et biologiques, - La production-formulation autonome de bio-stimulants issus du Trichoderma ; - Mises en place et suivis dexprimentations agricoles, analyses de laboratoire. 9. 9 PLAN dACTIONS SCIENTIFIQUES COLLABORATIVES : - Multiplier les dmonstrations defficacit agronomique des produits en milieu paysan, en collaboration avec lINERA pour la validation auprs des autorits. - Analyser avec les laboratoires de l'IRD : - les mesures microbiennes de revitalisation des sols (IRD Sngal), - la quantification chimique des apports en fertilisants et protection (IRD Ouagadougou ), - la dcouverte de clones et supports de fermentation adapts localement (IRD Marseille). OBJECTIFS et CALENDRIER DE DEVELOPPEMENT : - 2014: Conqute du march local (Mise en place dune plateforme locale de production de bio-stimulants ;Conqute de 10% des agriculteurs membres des unions Nerbli et Maasom, 5% des producteurs biologiques encadrs par des organismes et de 1% des autres 35 889 marachers utilisant le plus de produits phytosanitaires.) - 2015: Phase dexpansion (Diversification de loffre ; Diversification du portefeuille clients ;Expansion gographique dans la sous-rgion) 10. 10 FORCES : - quipe managriale ptrit dexprience, - Des associs fondateurs qui connaissent trs bien le monde agricole, - Dj associs aux laboratoires IRD et slectionns la ppinire Bond'innov, - Forme juridique du GIE qui permet l'entre de nouveaux membres publics ou privs, - Un investissement de 15 000 dj ralis, - Le GIE avec lappui du PAEPARD a cr en Fvrier 2012 un consortium scientifique multi- acteurs pour la recherche et le dveloppement agricole en Afrique. FAIBLESSES : - Produits nouveaux, - Jeunesse de lentreprise, - Faible surface financire de lentreprise. QUELS BESOINS : - Proximit avec la recherche publique avec accs privilgis aux laboratoires (O,D,M), - Point de rencontre centralis visibilit internationale (Bondy), - Reconnaissance dans lco-systeme de linnovation, leffet rseau, - Rejoindre une communaut dentrepreneurs, tre accompagn et form l'administration.