Click here to load reader

01 chap2 comment_traiter

  • View
    228

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of 01 chap2 comment_traiter

  • 1 Chapitre 2 : Comment traiter l'Osmose

    CHAPITRE 2 : COMMENT TRAITER L'OSMOSE

    Le principe : enlever l'humidit du matriau, pour cela il faut dcaper le gelcoat, puis appliquer un nouveau "bouclier" impermable et inaltrable. Le traitement se fera toujours en trois phases : dcapage du gelcoat, schage du stratifi, application du nouveau "bouclier" tanche. 1) DECAPAGE DU GELCOAT Le dcapage a pour but d'ouvrir toutes les cloques et d'vacuer le "jus", de faire disparatre le gelcoat pour que le stratifi nu apparaisse et qu'il puisse scher. Il peut se faire selon les mthodes suivantes : 1-1) SABLAGE C'est la mthode la plus gnralement employe car elle permet un dcapage qui fait sauter en mme temps le gelcoat de surface et les chancres plus profonds que le sablage fait sauter automatiquement en passant dessus. On ne risque pas de les oublier. Voir PHOTOS 2-1 2-3. Faut-il faire disparatre tout le gelcoat ou non ? Dans les cas d'osmose trs lgre, superficielle, avec de petites bulles situes l'interface gelcoat / premier mat de stratification il est possible de laisser du gelcoat et un sablage lger peut s'admettre : il ne fait qu'clater les petites bulles et dpolir et amincir le gelcoat restant. Il peut rester jusqu' 50 70% (en surface) de gelcoat. Cela n'empchera pas le schage bien que cela le ralentira. L'norme avantage c'est que le ragrage (c'est l'tape N 3 suivante) sera facilit car le ratissage de l'enduit se fera en s'appuyant sur les surfaces restes intactes qui serviront de guides et la quantit d'enduit sera minime. Mais hormis ce cas trs limit, dans la plupart des cas cela sera insuffisant car avec cette mthode on prend le risque suivant : l'endroit o il reste du gelcoat, il y a peut-tre et mme certainement, une bulle en formation qui en est au stade de la figure N 2 du chapitre 1 et que le sablage lger aura laiss. Le schage ne va pas permettre au "jus" de s'vacuer. Quand le traitement sera fait c'est--dire que le bouclier tanche poxy aura t appliqu, le moindre passage d'eau infinitsimal (car l'poxy n'est pas tanche parfaitement et indfiniment), redonnera cette bulle de quoi poursuivre sa formation. Au lieu de revenir l'tat du neuf, d' "effacer" les annes et de repartir zro, on continue au stade o on en tait. C'est donc nettement moins bien. Donc dans 99% des cas le gelcoat sera totalement sabl. "Ne laissez pas de gelcoat car vous ne savez pas ce qui reste derrire". Si l'osmose est profonde, c'est--dire dans le stratifi, il faut que le sablage soit approfondi localement ou partout selon les cas. Il est faire avec doigt c'est--dire suffisamment appuy aux endroits qui en ont besoin, mais pas trop pour ne pas enlever trop de matire. Il est cependant invitable de faire sauter au moins le premier mat de verre en presque totalit et plus si l'osmose est profonde ou si le sableur insiste trop ou "s'endort". L'habilet du sableur a donc une importance certaine. De mme la gravit de l'osmose (superficielle, dans le premier mat ou plus profond encore) va prendre, ce stade, une importance vidente.

    Si on enlve de la matire, il en dcoule donc que la rsistance de la coque va forcment tre diminue. Heureusement, les coefficients de scurit pris pour chantillonner une coque sont capables d'absorber cette diminution. C'est d'autant plus vrai pour les bateaux anciens o les rgles de calculs d'chantillonnage taient dbutantes, hsitantes et o par consquent les coefficients de scurit taient plus gnreux. Par contre pour un bateau de rgate o la chasse au poids a amen tirer au maximum sur la matire, le problme peut tre considrer. De mme pour les coques en sandwich o la peau extrieure est mince : le problme est rel et ne peut tre occult. Pour elles, le sablage est trop violent et doit tre rejet. Il pourrait en tre de mme pour les bateaux futurs en monolithique pour lesquels les constructeurs cherchent affiner les mthodes et hypothses de calcul des bords de coque dans le but bien sr de diminuer les chantillonnages donc les paisseurs de matire. Si la protection anti- osmose ne s'amliore pas en mme temps, le problme deviendra plus dlicat traiter. Sablage humide ou sec ? Le sablage humide fait voler moins de poussire. On peut lui reprocher de ncessiter un matriel plus performant sinon on risque des bouchages frquents. Certains lui reprochent, du fait de la pression et du stratifi nu, de faire pntrer de l'humidit supplmentaire l'intrieur de la matire. Je ne le crois pas car le balayage par le sable est trs rapide et l'humidit n'a pas le temps de pntrer, ou si peu, dans la matire. Par rapport aux annes d'immersion, cela a une importance drisoire. On peut comparer cela aux tincelles : si l'on meule une pice en acier on fait voler des tincelles. Ce sont des particules d'acier chauffes au rouge vif, elles sont donc 800 C environ. C'est trs chaud, cependant si on les reoit sur le bras, elles ne brlent pas la peau parce que, mme trs chaudes, leur masse est infime donc incapable de communiquer la peau un chauffement qui ressemblerait une brlure. Le matriel de sablage est assez divers mais il doit correspondre au travail que l'on veut faire. Le matriel meilleur march se situe dans la gamme des nettoyeurs haute pression, genre "Karcher", qu'il est possible d'utiliser en sableur humide. Ce sera suffisant dans les cas de sablage lger pour une osmose trs superficielle o on ne veut pas dcaper la totalit du gelcoat. Mais nous avons vu que cela rsout une infime partie des cas. Par contre ce matriel est incapable de faire sauter un simple gelcoat l o il est intact. Ds que l'on veut dcaper tout le gelcoat et fortiori le premier mat, il faut un dcapage plus agressif et passer la sableuse classique avec un compresseur de puissance suffisante. Un compresseur de 5 m3/mn permet de faire face tous les cas classiques, il ne faut pas le considrer comme surabondant. La nature du granulat a aussi de l'importance. Il faut une granulomtrie suffisante : - moyenne en sable de scories pour sablage sec. - B4 en sable blanc pour sablage humide. Sauf dans le cas trs particulier du sablage lger o on ne fait pas disparatre tout le gelcoat, aprs sablage la surface du stratifi est dchiquete. La fibre est donc "ouverte" ce qui est favorable pour le schage qui va suivre.

  • 2 Chapitre 2 : Comment traiter l'Osmose

    Par contre la surface obtenue est trs imparfaite, trs grossire, elle a un relief accident avec creux et bosses ce qui implique que pour la ragrer c'est--dire la re-profiler, il faudra faire un enduisage pais, donc coteux en matire (le mastic poxy est cher) et en main d'oeuvre puisque le temps passer est dpendant pour une bonne part de la quantit d'enduit taler. On peut se poser la question : comment traiter une osmose interne des fonds du bateau ? Il faudrait dcaper de la mme faon tout le gelcoat intrieur. On se rend compte facilement que, compte tenu de "l'habillage" du bateau par les cloisons, meubles etc... cela est pratiquement impossible. Il faudra vivre avec....

    ************* 1-2) RABOTAGE On peut utiliser le rabotage en employant un rabot lectrique portatif. C'est un travail physiquement difficile car on travaille "au plafond" c'est--dire que l'outil est porter bout de bras, au-dessus de soi. Ceci pour un voilier pos sur sa quille de 1 m de haut par exemple. Pour un petit bateau ou pour un bateau moteur, sans quille, on va par contre travailler bout de bras, bras vers le bas, ce qui n'est pas plus facile. La poussire gnre rend aussi ce travail pnible. Compte tenu du poids de l'outil ( 2,5 kg pour un 500W 8 kg pour un 1200W) et de la dure de l'opration, il faut un oprateur robuste. En gnral on fera l'opration en plusieurs fois pour que ce soit moins pnible : une moiti au cours de la matine et l'autre le lendemain. On choisira aussi le rabot le plus lger possible. On sera oblig de procder par petites passes courtes car la vitesse de rotation chute trs vite ds que l'on attaque la matire. Des couteaux en acier suffiront, il en faudra un jeu par bateau trait. Il existe une machine spciale appele "gelcoat peeler" (voir photo 2-4), d'origine amricaine, qui est en fait un rabot lectrique port au bout d'un bras quip de vrins hydrauliques qui maintiennent l'outil appuy contre la surface et qui se dplace automatiquement. On a videmment l'avantage d'un travail plus confortable, plus propre (aspiration de la matire dcape) mais l'investissement est consquent (de l'ordre de 200 300.000 F). Le principal intrt du rabotage est d'obtenir une surface dcape propre, nette et lisse, donc un enduisage plus facile et moins gourmand en quantit d'enduit. Voir PHOTO 2-5 D'autre part, pour les bateaux indiqus plus haut, bateaux de course ou coques sandwich, et pour les raisons qui ont t indiques, le rabotage est la solution qui s'impose. Par contre, il a deux inconvnients : - tous les "chancres" profonds ne disparaissent pas (puisqu'on les tranche en surface, sans aller les extraire en profondeur). Gnralement avec cette mthode, il faut complter le dcapage par l'utilisation de la disqueuse ou d'une meuleuse conique pour s'attaquer aux chancres plus profonds, sous rserve de ne pas en oublier, ce qui n'est pas vident car il n'ont pas tous un aspect particulier qui les fait reconnatre. - la fibre est tranche nette et non "ouverte" comme avec le sablage : le schage risque de se faire moins bien, il sera plus long. On pourrait penser ne faire que du rabotage partiel c'est--dire faire des lignes de rabotage entre lesquelles on laisse des lignes de gelcoat, dans le but de rendre l'enduisage plus

    facile, les lignes de gelcoat restantes servant de guide pour le ratissage. On risque, comme dj expliqu pour le sablage lger, de laisser des bulles en formation qui scheront peu et qui repartiront plus vite en formation d'osmose. Dans les cas les plus courants, ce n'est donc pas conseill.

    1-3) RABOTAGE PUIS SABLAGE Certains professionnels utilisent les deux mthodes