2. Le travail des femmes - fao.· des femmes à la force de travail a un effet bénéfique sur la

  • View
    213

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of 2. Le travail des femmes - fao.· des femmes à la force de travail a un effet bénéfique sur la

  • L e r L e D e s F e m m e s D a N s L ' a G r i C u L t u r e 7

    Les femmes apportent des contributions essentielles lagriculture et lconomie rurale dans toutes les rgions en dveloppement.1 Leurs rles varient normment dune rgion lautre, voire au sein dune mme rgion, et voluent rapidement dans de nombreuses rgions du monde o les forces conomiques et sociales transforment le secteur agricole. Par exemple, lapparition de la culture sous contrat et des filires modernes dapprovisionnement pour les produits agricoles haute valeur marchande prsente des occasions saisir et des dfis qui sont diffrents pour les femmes et pour les hommes. Ces diffrences dcoulent des diffrents rles et responsabilits des femmes et des obstacles quelles rencontrent.

    Souvent, les femmes rurales doivent grer des mnages complexes et appliquer des stratgies multiples pour assurer leurs moyens dexistence. Dhabitude, les femmes cultivent des produits agricoles, soccupent des animaux, transforment et prparent les aliments, travaillent, contre rmunration, dans des entreprises agricoles ou rurales, vont chercher du combustible et de leau, exercent des activits commerciales, prennent soin des membres de la famille et font le mnage (voir Encadr 2 pour certaines questions que lon pose frquemment propos des rles et du statut des femmes dans lagriculture). Nombre de ces activits ne sont pas classes dans la catgorie emploi actif sur le plan conomique dans les comptes nationaux, mais elles sont toutes essentielles au bien-tre des mnages ruraux (voir Encadr 3, page 15, pour une analyse des responsabilits mnagres des femmes).

    tant donn que les femmes sont souvent en butte des difficults lorsquelles tentent de participer pleinement au march du travail, des interventions pourraient savrer

    1 Les donnes prsentes dans ce chapitre viennent du document FAO (2010a).

    ncessaires, au niveau des politiques, allant au-del de celles requises pour stimuler la croissance conomique et lefficience des marchs ruraux du travail. Il est possible, laide de politiques, dinfluencer les stimulants conomiques et les normes sociales qui dterminent laccs des femmes au travail, le type de travail qui leur est donn, linclusion de ce travail parmi les activits conomiques, le capital humain quelles peuvent accumuler et le niveau de leurs rtributions. La participation accrue des femmes la force de travail a un effet bnfique sur la croissance conomique (Klasen et Lamanna, 2009).

    Le rle des femmes dans lagriculture

    Dans le secteur agricole, les femmes travaillent comme agricultrices indpendantes, comme travailleuses non rmunres dans les exploitations familiales et comme travailleuses, rtribues ou non, dans dautres exploitations ou entreprises agricoles. Elles participent la culture des champs comme llevage, dans le cadre dune agriculture de subsistance ou dune agriculture commerciale. Elles produisent des cultures vivrires et des cultures de rapport et grent des oprations agricoles mixtes, englobant souvent lagriculture, llevage et la pisciculture. Toutes ces femmes sont considres comme tant une partie de la force de travail agricole.2

    Selon les donnes internationales les plus rcentes, se prtant une comparaison, les femmes reprsentent en moyenne 43 pour cent de la main-duvre agricole, dans les pays en dveloppement. Cette proportion peut varier de 20 pour cent en Amrique

    2 La main-duvre agricole comprend les personnes qui travaillent ou cherchent un emploi agricole, rmunr ou non, dans le secteur structur ou non structur. Cela comprend les agricultrices indpendantes, ainsi que celles travaillant dans la ferme familiale, mais exclut les tches domestiques comme la collecte de leau et du bois de feu, la prparation des repas et les soins prodigus aux enfants et dautres membres de la famille.

    2. Le travail des femmes

  • L a s i t u a t i o N m o N D i a L e D e L a L i m e N t a t i o N e t D e L a G r i C u L t u r e 2 0 1 0 - 1 18

    latine prs de 50 pour cent en Asie de lEst et du Sud-Est et en Afrique subsaharienne (voir Figure 1). Les moyennes rgionales prsentes la Figure 1 masquent de fortes variations, la fois entre les pays et lintrieur de certains pays (voir Tableaux annexes A3 et A4).

    En Afrique subsaharienne, les femmes ont, dans lensemble, un taux relativement lev de participation la main-duvre agricole, qui est le taux moyen le plus lev au monde. Dans la rgion, les traditions culturelles encouragent depuis longtemps les femmes tre autonomes sur le plan conomique

    Question 1: Quelle est la part de la main-duvre agricole assure par les femmes, dans les pays en dveloppement? rponse: Les femmes reprsentent, en moyenne, 43 pour cent de la main-duvre agricole dans les pays en dveloppement; cette proportion, qui peut varier de 20 pour cent environ dans les pays dAmrique latine, 50 pour cent dans certaines rgions dAfrique ou dAsie, ne dpasse 60 pour cent que dans quelques pays (FAO, 2010a). Daucuns font valoir que les statistiques sur la main-duvre sous-estiment la contribution des femmes aux travaux agricoles, car il est moins probable que les femmes se dcrivent comme tant employes dans le secteur agricole et elles travaillent plus dheures que les hommes (Beneria, 1981), mais il faut bien reconnatre, la lumire des enqutes ralises sur lemploi du temps, que les femmes ne ralisent pas la majeure partie des travaux agricoles dans les pays en dveloppement (voir Chapitre 2).

    Question 2: Quelle est la part des aliments produits par les femmes dans le monde? rponse: Il nest pas possible de rpondre cette question de faon rigoureusement empirique, en raison dambiguts conceptuelles et du manque de donnes disponibles. Si lon prend diffrentes dfinitions des termes aliments et production , on obtient diffrentes rponses cette question et, surtout, il ne faut pas oublier que la production alimentaire exige de nombreuses ressources terre, main-duvre, capital contrles par les hommes et par les femmes, qui travaillent en coopration, dans la plupart des pays

    en dveloppement, de sorte quune ventilation de la production alimentaire entre hommes et femmes nest pas vraiment justifie (Doss, 2010).

    Question 3: Les femmes ont-elles plus difficilement accs que les hommes aux ressources et aux intrants agricoles?rponse: Oui, il sagit l dune caractristique commune des femmes qui travaillent dans le secteur agricole, que lon retrouve dans tous les pays et tous les contextes: les femmes, dans toutes les rgions, ont moins de terre et de btail que les hommes, utilisent moins de semences amliores, achtent moins dintrants comme les engrais, recourent moins au crdit ou aux assurances, ont un niveau dinstruction infrieur et ont en gnral un accs moindre aux services de vulgarisation (voir Chapitre 3).

    Question 4: Les femmes et les jeunes filles reprsentent-elles la majorit des pauvres de la plante?rponse: On value dhabitude la pauvret en estimant le revenu et la consommation des mnages, et pas des individus, si bien quil nest pas possible de calculer des taux de pauvret spars pour les hommes et les femmes. Les femmes pourraient constituer la majorit des pauvres si les mnages dirigs par des femmes sont plus pauvres que ceux dirigs par des hommes (voir question 6) ou sil existe un prjug marqu contre les femmes au sein des mnages (voir question 7). On peut estimer que les femmes sont plus pauvres que les hommes si lon prend pour base des mesures plus gnrales de la pauvret, comme laccs aux ressources productives (voir question 3).

    ENCADR 2Foire aux questions concernant le rle des femmes dans lagriculture

  • L e r L e D e s F e m m e s D a N s L ' a G r i C u L t u r e 9

    et leur attribuent personnellement des responsabilits importantes dans lagriculture. Les donnes densemble pour lAfrique subsaharienne cachent de grandes diffrences entre les pays: la part des femmes dans la main-duvre agricole varie de 36 pour cent en Cte dIvoire et au

    Niger plus de 60 pour cent au Lesotho, au Mozambique et en Sierra Leone. Au cours des dernires dcennies, la part des femmes dans la main-duvre agricole a fortement augment dans certains pays, pour une srie de raisons comme les conflits, le VIH/Sida et les migrations.

    Question 5: Les femmes font-elles lobjet de discrimination sur les marchs ruraux du travail?rponse: Selon les chiffres densemble, les femmes qui vivent en milieu rural et ont un travail salari risquent, plus que les hommes, davoir un emploi saisonnier, temps partiel ou faiblement rmunr; en outre, niveau dinstruction, ge et secteur dactivit gaux, les femmes reoivent des salaires infrieurs, pour le mme travail (voir Chapitre 2).

    Question 6: Les mnages dirigs par des femmes sont-ils les plus pauvres dentre les pauvres?rponse: Selon les donnes tires de 35 enqutes reprsentatives au niveau national, analyses par la FAO pour vingt pays, les mnages dirigs par des femmes risquent davantage dtre pauvres que ceux dirigs par des hommes, dans certains pays, mais linverse est vrai dans dautres pays et il nest donc pas possible de gnraliser. Faute de donnes compltes, il est galement impossible dtablir systmatiquement une distinction entre les mnages dirigs par des femmes clibataires, veuves ou divorces (chefs de mnage de jure) et ceux o un homme adulte soutient la famille par ses envois de fonds ou par lintermdiaire de rseaux sociaux (chefs de mnage de facto). Le premier type de mnage a plus de probabilit dtre pauvre que le second (Anrquez, 2010). De plus, si lon en croit certaines donnes, les mnages dirigs par des femmes taient plus vulnrables pendant la flambe des prix des aliments de 2008, parce quils dpensaient une part plus grande de leurs revenus pour lachat daliments et quils taient moins en mesure de ragir en augmentant la production alimentaire (Zezza et divers

    collaborateurs, 2008). Il faut prciser quici aussi,