Amأ©nagements hydro-agricoles et أ©volution de quelques ... 1 Il 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 Il

  • View
    1

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Amأ©nagements hydro-agricoles et أ©volution de quelques ... 1 Il 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1...

  • UNIVERSITE LOUIS PASTEUR U.F.R. DE GEOGRAPHIE

    C.E.R.E.G. STRASBOURG

    ORSTOM DAKAR LABORATOIRE "EAU ET SANTE"

    AMENAGEMENTS HYDRO-AGRICOLES ET EVOLUTION DE QUELQUES ASPECTS DE

    L'ENVIRONNEMENT DANS L'AXE GOROM - LAMPSAR (Delta du fleuve Sénégal)

    Mémoire de D.E.A. présenté par Carmen PHILIPPE

    Sous la direction de Monsieur Michel MIETrON et de Monsieur Pascal HANDSCHUMACHER (Maître de stage)

    Membres du jury :

    Michel MIETTON, Professeur François PESNEAUD, Maître de Conférence

    Pascal HANDSCHUMACHER, Chargé de Recherches OR5TOM

    Septembre 1993

  • 1 Il 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 ·1 ·1 Il 1 1

    AVANT-PROPOS

    Ce mémoire de D.E.A. fait suite à un stage de deux mois au sein de l'équipe

    "Eau et santé" de l'ORSTOM, à Dakar, dont les travaux sont axés sur les

    problèmes de risques sanitaires liés à l'environnement, en l'occurence la bilharziose, endémique à l'échelle du delta du fleuve Sénégal.

    Le sujet a été défini en accord avec Monsieur Michel Mietton, mon directeur de

    recherche, et Monsieur Pascal Handschumacher, mon maître de stage, dont

    les préoccupations scientifiques convergent vers l'axe du Lampsar.

    Dès le début de cette année universitaire, j'avais émis le souhait

    d'entreprendre une telle expérience afin de me familiariser avec le travail de

    terrain en milieu tropical et celui de chercheur.

    Ce dessein ayant été accompli, j'en sors enrichie tant pas l'engouement que

    m'a procuré ce travail, que par les personnes, pour la plupart chercheurs, qu'il

    m'a été permis de rencontrer.

    Cet ouvrage, qui ne vise pas à l'exhaustivité, est plutôt le résultat de

    l'application des méthodes de travail de recherche qui m'ont été enseignées au

    cours de ma formation universitaire. Il ne constitue pas une fin en soi, mais

    représente plutôt un travail préliminaire qui s'inscrit dans un programme plus

    vaste de la géographie de la santé.

    Je tiens à évoquer ici les difficultés qui ont accompagné ce travail, à

    commencer par le temps. Les deux mois passés à l'ORSTOM, consacrés

    essentiellement à la collecte des données m'ont paru évidemment trop courts

    pour mener à bien ce travail, qui nécessitait une rigueur constante afin d'éviter

    l'éparpillement. Il faut y ajouter le problème de la dissémination de la

    documentation, souvent inhérente à tout travail de recherche.

    Enfin. ce travail n'aurait jamais abouti sans l'encadrement, les conseils et le

    soutien de toutes les personnes que j'ai rencontrées durant tout ou partie de

    cette année universitaire, envers qui je tiens ici à adresser mes plus vifs

    remerciements.

  • 2

    Je commencerai par Monsieur le Professeur Michel MIETTON, mon directeur

    de recherche, qui a bien voulu encadrer ce travail. Je lui suis reconnaissante

    pour ses enseignements et ses conseils avisés. En outre, je lui dois la

    possibilité d'avoir pu effectuer un stage avec l'ORSTOM.

    A Monsieur Pascal HANDSCHUMACHER, chargé de recherches à l'ORSTOM,

    mon maître de stage qui, par ses précieux conseils a su guider mon travail de

    terrain. Au delà des considérations scientifiques, je me permets de lui

    témoigner ma plus grande sympathie eu égard à son accueil et à sa

    disponibilité.

    J'en profite pour adresser ma plus grande reconnaissance à l'ensemble des

    chercheurs du Laboratoire "Eau et Santé" qui ont bien voulu m'accueillir et qui

    ont contribué à rendre ce stage des plus agréables : Messieurs Jean-Pierre

    HERVE, Directeur du Laboratoire, Georges HEBRARD, Jean-Marc

    DUPLANTIER et Jean-Christophe ERNOUD.

    A Monsieur François PESNEAUD, Maître de Conférence, pour avoir accepté

    de participer à mon jury et pour ses enseignements qui m'ont été fort utiles

    dans mon travail de recherche.

    Ma plus grande estime envers Monsieur Jean-Luc PIERMAY, Professeur, pour

    la richesse de ses enseignements et ses conseils.

    'Messieurs André LERICOLLAIS, Charles BECKER et Jean-Yves GAC, chargés

    de recherches à l'ORSTOM, qui par leur bonne connaissance du milieu étudié,

    ont su m'informer utilement. Je rends hommage ici à leur disponibilité et les

    remercie pour leurs encouragements.

    A Oumar SALL, assistant au Laboratoire "Eau et santé", mon interprète et .

    guide, pour son efficacité et sa patience.

    Abdoulaye FAYE, étudiant en doctorat, et Khalibou BA assistant au

    Laboratoire "Eau et Santé" et originaire du village de Lampsar, grâce à leur

    pratique du terrain dans le Gorom-Lampsar, ont su m'apporter des

    renseignements fort intéressants.

    1 1 I- I 1 1 1 l' 1. f 1. 1

    ...

    1 J 1 1· 1· I- I· 1 1

  • 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 1 i:, ·1., 1 1

    3

    A tous les organismes et instituts pour leur contribution scientifique ou

    matérielle:

    - L'administration de l'ORSTOM, pour l'allocation de recherche dont j'ai pu

    bénéficier.

    - La S.AE.D. : Messieurs Massogui GUEYE (hydrologue), Dirk RAISS

    (pédologue), Amadou SOW et Madia NDIAYE.

    - L'O.M.V.S. : Monsieur Aviron VIOLET, Conseiller technique au Département

    des infrastructures régionales.

    - L'I.S.R.A : Monsieur Ibrahima DIA, sociologue.

    - La S.O.C.AS.: Monsieur FINNOIS, Directeur.

    - L'Institut de Géographie de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar

    Messieurs NDIAYE et DIOP.

    Les chefs des villages et la population enquêtés dans l'axe Gorom-Lampsar,

    pour leur disponibilité sans égale et leur accueil convivial.

    Les notables et les techniciens de Ross-Béthio.

    A Aminata NIANG et André KONE, mes compères stagiaires au Laboratoire

    "Eau et Santé".

    A Christiane SAWADOGO et Rivo RAMBOARISON, mes amis et mes

    complices de tous les moments, qui m'ont soutE~nu jusqu'à la dernière page de

    ce mémoire.

    Enfin, à Mylène et Sandra SCHWARTZ et à ma maman, envers qUI Je suis

    infiniment reconnaissante pour l'aide qu'elles m'ont apportée et leurs

    encouragements.

  • -1

    INTRODUCTION

    Problématique et intérêts du sujet

    La vallée du ·1:leuve Sénégal est le siège d'importants aménagements hydro-

    agricoles depuis la période coloniale. Ce processus ancien s'est affirmé par la

    suite à l'initiative des Etats indépendants guidés par le souci d'assurer l'auto-

    suffisance alimentaire des populations de la vallée par le biais de la culture

    irriguée.

    Le développement étatique de l'irrigation sous l'égide d'une société nationale,

    la S.A.E.D. (Société d'Aménagement et d'Exploitation des terres du Delta et

    des vallées du fleuve Sénégal et de la Falémé), a conduit à une multiplication

    des aménagements hydro-agricoles et à une extension corollaire des

    périmètres irrigués à partir de 1965, date de création de cette société. Ce

    mouvement s'est amplifié récemment avec la mise en service, d'une part du

    barrage de Diama dans le delta (1986) qui empêche l'intrusion d'eau salée en

    amont, d'autre part du barrage de Manantali au Mali (1988) destiné à réguler le

    débit du fleuve afin d'assurer un approvisionnement en eau toute l'année.

    Le delta du fleuve Sénégal, qui s'étend sur 5000 km2 de Saint Louis à

    Dagana, concentre à lui seul environ la moitié des superficies aménagées dans

    la vallée sous des formes diverses allant des grands périmètres aux petits

    périmètres privés. Cette situation témoigne de la volonté d'aménagement de

    cette zone.

    Avec la mise en fonction des barrages et l'actuel désengagement de l'Etat,

    entrahant une responsabilisation des producteurs, certains périmètres sont

    réhabilités, d'autres, privés, s'étendent rapidement dans le delta.

    Cependant, cette course aux aménagements a .entraÎné de profonds

    bouleversements de l'environnement et posé avec acuité le problème des

    risques sanitaires sous jacents.

    Ce constat a été établi par le Département "Eau et Santé" de l'ORSTOM, à

    Dakar, dans le cadre de recherches menées à propos de l'explosion de la

    bilharziose intestinale à Richard-TolI, à 160 de latitude nord, au delà de sa

    zone habituelle d'endémicité.

    1 1 1 1 1 1 1 1 1 1: 1 1 1 Il 1 a 1 1· i

    ..

    1 f

  • 1 :1 1 1 1 1 1 1 1 1 ~I

    1 1 1 1 1 ·1 ·1 Î Î 1

    5

    Plusieurs foyers de bilharziose ont été recensés le long de l'axe constitué par

    les marigots du Gorom et du Lampsar, au centre du delta, lesquels sont

    encadrés sur tout leur cours par des périmètres rizicoles.

    Certains de ces foyers sont anciens comme le village de Lampsar, d'autres

    sont plus récents comme à Mbodiène où la maladie parasitaire est apparue

    après 1986. Ce village, dont les activités sont largement dominées par la

    riziculture irriguée, révèle la gravité de la situation, puisque des études menées

    dans le cadre du projet ESPOIR ont montré une prévalence de la bilharziose

    urinaire chez les habitants d'environ 90 % ! Enfin, les enquêtes malacologiques mettent en évidence une augmentation de

    la densité des mollusques hôtes-intermédiaires de la bilharziose

Recommended

View more >