Automne / Hiver 2015

  • View
    228

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Text of Automne / Hiver 2015

  • Avancer sansFARDEAUX

    Dshydratation libre de performance courir saintement

    Le monde tait tellement attirant. Il y a quelques jours de cela...Il aspirait toutes mes proccupations. Tellement, quil ma fait oublier Toi.

    tre libre de la performance, cest aussi faire ce que lEsprit nous met cur, mme sIl est le seul le voir. Son joug est doux et lger...

    Le vrai repos, cest tre libre, sans idole. Parce que je veux travailler pour lui, avec les bons motifs.

    ruth

  • 2R

    UT

    H | M

    agaz

    ine

    2R

    UT

    H | M

    agaz

    ine

    RUta

    ble

    des

    mat

    ire

    s

    courir saintement

    test MBti

    rappels quotidiens

    LIBRE DE PERFORMANCE

    citations

    DESHYDRATATION

    mission en Haiti

    04

    14

    08

    06

    20

    10

    12

    par Rachel Bergeron-Labelle

    par Sheila Gaudreau Aubut

    par Catherine Ct

    par Camille Hbert

    par milie Brub

    Magazine

    par Andra Turcotte

  • 3R

    UT

    H | M

    agaz

    ine

    3R

    UT

    H | M

    agaz

    ine

    RU

    th

    Graphiste

    Rdactrices en chef

    Andra Turcotte

    Sheila Gaudreau Aubut

    Laury Haines

  • 4R

    UT

    H | M

    agaz

    ine

    Le vrai repos, cest tre libre, sans

    idole. Parce que je veux travailler pour lui, avec les

    bons motifs.

    COURIR SAINTEMENT

    Tout va toujours trop vite. La vie nous pousse plus vite que nos jambes ne peuvent courir. Et tout est toujours pressant. En 2010, Statistiques Canada a dmontr quun Canadien sur quatre tait grandement stress.

    Pourtant, cest maintenant bien connu. Tout le monde est daccord! Lloge la lenteur fait bien du sens. Alors pourquoi suis-je encore prise dans un lan de vitesse, malgr moi?

    Je pose donc la question suivante : y a-t-il quelque chose de mal tre rapide? Dieu ne nous demande pas daccomplir quoi que ce soit dans un dlai prdtermin. Une chose quil nous demande, par contre, cest de pratiquer le repos.

    Ouf! Le repos. Juste lire le mot est une thra-pie en soi.

    videmment, il faut des Marthe dans ce monde pour servir les repas, faire le lavage, ramasser les dgts. Mais, mme les Marthe doivent tre des Marie, parfois. Jsus a dit cette servante de cur qui se plaignait du comportement inactif de sa sur : Marthe, Marthe, tu tinquites et tu tagites pour beau-coup de choses, mais une seule est nces-saire. Marie a choisi la bonne part, elle ne lui sera pas enleve. (Luc 10.41-42) Une chose intressante que je remarque dans ce verset, cest que Jsus na pas demand Marthe de se joindre Marie. Marie a choisi la bonne part, qui nest pas linactivit, mais plutt la proximit avec Jsus. Le problme de Marthe ntait pas son service. Le problme de ces mains travaillantes tait quelles servaient loin de Jsus.

    Oui, la lenteur peut savrer un remde ef-ficace lorsque la vie fait rage. Sarrter et apprcier chaque moment est excellent et ncessaire. Mais que faire lorsque la vie tour-noie et ne sarrte pas? Que faire lorsque no-tre nouveau-n pleure de faim? Que faire lor-sque notre enfant de 7 ans revient de lcole avec des devoirs pleins le sac, que le souper attend dtre brass, que le mari est en retard, que la soeur de 4 ans crie parce que le chien vient de manger son dessin? Sarrter nest pas toujours une option. Regarder au ciel les bras tendus est souvent plus une image (et un espoir) quune ralit. Une vie de moine nest pas possible, la plupart du temps. Et bien que je sois parfaitement daccord avec lide davoir des temps planifis de tranquillit, le vrai repos na rien voir avec ltat de notre corps. Mais, il a tout voir avec ltat de notre Esprit.

    Venez moi vous tous qui tes fatigus... et je vous donnerai du repos. (Matthieu 11.28) Jsus ne dit pas de sarrter, de plani-fier une fin de semaine de cong sans tche ou dignorer les cris de nos enfants pour ob-tenir la paix. (Quoique je ne sois pas contre une fin de semaine de cong en amoureux!) Jsus dit seulement de venir lui. Tout entier. Crier Lui. Pleurer nos luttes. Partager nos peines. Lui dmontrer nos angoisses. Gmir nos doutes. Supplier la paix.

    Venez moi, vous tous qui tes fatigus et courbs sous un fardeau, et je vous donnerai du repos. Acceptez mes exigences et laissez-vous instruire par moi, car je suis doux et humble de cur, et vous trouverez le repos pour votre me. En effet, mes exigences sont bonnes et mon fardeau lger. Matthieu 11.28-30

    Cest en changeant une couche que tu peux prier pour que ton nouveau-n dorme un peu plus ce-tte nuit; cest en ramassant un dixime dgt que tu peux rclamer de la patience; cest en rcon-ciliant une chicane que tu peux implorer que tes enfants comprennent le sacrifice de Jsus pour eux; cest dans les dettes que tu peux crier et d-poser chaque sou aux pieds de Celui qui taime plus que tout. Au pieds de Celui qui est mort pour que tu puisses changer une couche avec amour; Celui qui a t la patience ultime avec des disci-ples embtants pour que tu sois patiente avec tes enfants; Celui qui a pay la plus grande dette pour que tu puisses raliser quaucune dette nest trop grande pour Lui.

    Venir Lui est bien simple : cest par la prire que nous pouvons nous approcher de notre papa c-leste. Apprendre prier ne nous offre pas une vie moins charge, mais un coeur moins charg. Une vie de prire, Paul E. Miller, page 24.

    par Rachel Bergeron-Labelle

  • 5R

    UT

    H | M

    agaz

    ine

    5R

    UT

    H | M

    agaz

    ine

    Mais le verset 29 est plus difficile accepter : Acceptez mes exigences et laissez-vous instru-ire par moi. Il est l le problme.

    Pourquoi avons-nous tant de difficult trouver la paix? Pourquoi le repos semble-t-il bien en-terr sous les couvertures de la vie? Pourquoi le calme et le silence sont-ils tellement tranquilles que, justement, on ne les entend pas!?

    Parce que je ne suis pas prte accepter de laisser mes fardeaux ses pieds. Je tiens mes problmes si fort que les marques sur mes mains prouvent le dsarroi de mon me.

    Laisser mes fardeaux, mes peurs, mes angoisses, mes succs, mes tentations, mes pchs, mes plus grands tourments ne plus avoir le contrle est tellement difficile que cest ce qui mloigne du repos.

    Le vrai repos, cest faire confiance. Cest croire que Dieu a un meilleur plan. Cest accepter [les] exigences de Jsus. Cest permettre au crateur de me changer. Cest accepter le joug de Jsus - qui est doux et lger. Cest tre prs du cur de Dieu. Cest dsirer tellement sa volont que la mi-enne nest plus importante. Cest vouloir aimer, plus que tout, ce que Dieu aime. Le moi nest plus important. Jsus est tout ce qui compte. Jsus, et tre ses pieds.

    Le joug de Jsus, je pense, cest daimer. Aimer parce que jai t aime. Aimer Dieu, aimer Jsus, aimer son mari, aimer ses enfants, aim-er ses parents, aimer ses amis, aimer ses vois-ins, aimer la Bible, aimer la prunelle de Dieu - lglise. Aimer.

    Si nous aimons les gens et si nous avons le pouvoir de les aider, nous serons donc oc-

    Est-il possible de briller sans spuiser?

    cups. Apprendre prier ne nous offre pas une vie moins charge, mais un cur moins charg. Au milieu des occupations ext-rieures, nous pouvons crer une tranquillit intrieure, nous avons une plus grande ca-pacit daimer et donc dtre occups. Une vie de prire, Paul E. Miller, page 24.

    Le vrai repos, cest tre ses pieds - chaque instant, tout en travaillant. Le vrai repos, cest vrifier ltat de notre cur. Le vrai repos, cest tre libre, sans idole. Parce que je veux travail-ler pour lui, avec les bons motifs. Le vrai repos, cest labandon de tout. Le sacrifice de tout. Cest seulement lorsque je mabandonne que je suis vraiment libre. Rend Collective.

    Parfois, je dois aller vite. Parfois, je peux tre plus zen. Mais en tout temps, je dois tre prs de Dieu pour courir saintement et en paix.

  • 6R

    UT

    H | M

    agaz

    ine

    N ous vivons dans une so-cit axe sur la perfor-mance. Elle se manifeste partout. Mme dans lglise. Pendant plus-ieurs annes, jai cherch performer dans la vie chrtienne. Je sentais que je devais prouver mon attachement Jsus en faisant toujours plus. Je d-sirais plaire Dieu, aux autres, au pas-teur, aux responsables. Je voulais tre la hauteur de mon idal chrtien. Plus je mimpliquais, plus je me sentais val-orise. Jtais apprcie pour ce que je faisais et on vantait mon zle. Pour con-tinuer davoir lapprobation des autres et de Dieu, je cherchais me surpasser.

    Parfois, ce qui nous pousse en faire plus, cest la culpabilit de dire non ou le sens du devoir. On se dit fac-ilement : si je ne le fais pas, qui va le faire? La pression quon simpose con-duit souvent lanxit, lpuisement, linsatisfaction ou la dmotivation.

    Puis, jai eu une prise de conscience. Pourquoi y avait-il si peu de puissance dans ma vie? Je sentais quil me man-quait quelque chose. Mes efforts hu-mains nobtenaient que des rsultats humains. Jai compris que je devais arrter dtre une Marthe qui sagite servir le Seigneur et devenir une Marie qui sassoit aux pieds de Jsus pour re-cevoir. Oui, vous avez bien lu : recevoir.

    Libre de performancepar Catherine Ct

  • 7R

    UT

    H | M

    agaz

    ine

    Pendant longtemps, jai cru que recevoir tait goste. Il me semblait que donner, aider, se sacrifier tait tellement plus spirituel !

    Jai donc fait quelque chose de totale-ment contraire ma nature : je me suis libre de tous mes ministres, et pen-dant plusieurs mois, je nai eu comme mission que de chercher lintimit avec Dieu. Jai arrt davoir les wow! des autres devant mes accomplissements. Jai appris me satisfaire du wow de Dieu. Lorsquon devient indiffrent aux compliments et aux criti