L'ordre implicite de david bohm

  • View
    138

  • Download
    19

Embed Size (px)

Transcript

aa1

123


Une thorie alternative la physique des particules & Prof. David Bohm L'ordre implicite de David Bohm Ancien professeur du Birkbeck College de l'Universit de Londres, David Bohm fut l'un des plus minents physiciens thoriciens de notre temps et comptait son actif plusieurs lois, dont la "diffusion Bohm" (plasma) et l'effet "Bohm-Ahranov"[1] (EDQ). Bien qu'il ait travaill sur la physique quantique et relativiste, s'intressant de prs aux proprits de la matire, il s'est surtout passionn par les implications philosophiques de ces thories. Son oeuvre suscite un grand intrt, tant par les solutions qu'il proposa propos du statut de la ralit que par les polmiques qu'il souleva dans son non-conformisme vouloir redfinir notre faon de penser. Physicien et philosophe, David Bohm avait trouv le point d'articulation d'une nouvelle comprhension de l'univers : le holomouvement ou ordre implicite, une thorie alternative celle des particules lmentaires que nous venons dtudier. Il nous quitta en 1992. Auteur d'une bonne dizaine d'ouvrages de vulgarisation, David Bohm parle de "plnitude" de l'univers comme s'il s'agissait d'une oeuvre traitant de la totalit des choses. Ce terme a quasiment une inspiration mtaphysique car son ide est incommensurable. Pourtant, aprs rflexions, sa thorie semble pouvoir modliser l'univers, mais elle reste controverse. Sa conception du Monde, "en harmonie l'intrieur de l'individu ainsi qu' l'intrieur de la socit comme tout" est trs avant-gardiste et choc l'esprit mcaniste des chercheurs occidentaux. Ses positions non-conformistes ont t critiques dans maints ouvrages. Son point de vue est intressant car il permet de s'extraire du paradigme actuel qui domine la Science. Peut-tre ses ides sont-elles en train de donner naissance une nouvelle vision du Monde. Peut-tre ne sontelles que des lucubrations, mais dans ce cas il faudra que les physiciens parviennent un jour unir toutes les interactions de la nature dans une seule thorie, formule universelle qui devrait galement luder tous les paradoxes de la physique dont le problme de la dualit de la lumire. A consulter : La philosophie des sciences Pour Bohm la Science a perdu sa crativit[3] dans la mesure o les chercheurs sont rticents franchir les limites de leur ordinaire. Bohm est l'inventeur de la thorie de l'"ordre implicite" (invelopped order, hidden order)[4]. Cette hypothse originale lui offre l'occasion de librer Einstein et Bohr de leur invitable confrontation. Mathmatiquement exprim, son concept impose que les particules sont entirement dtermines chaque instant par une description d'un ordre suprieur, bref des variables caches. Cela permet d'apprcier tout moment l'tat du phnomne, la position et l'nergie des particules, levant toute ambigut sur d'ventuelles proprits dualistes du rayonnement. Sans ultimatum, Bohm rejette les mots comme "particule" et "systme" qui ne font qu'accentuer cette fragmentation et isole les thories les unes des autres. Bohm choisit trois analogies prcises pour expliquer sa philosophie, des exemples qui sont seulement des analogies fait-il remarquer, leur correspondance avec l'ordre implicite tant limite : - L'hologramme, pour expliquer que toute thorie fondamentale est sans signification car on ne peut jamais compltement rduire les phnomnes, tout point de l'image refltant toute la ralit, - La goutte insoluble d'encre dilue dans la glycrine, pour prouver que la non-sparabilit ou la

notion d'ordre implicite est continue, - Le poisson d'aquarium film sous deux angles diffrents, pour dmontrer que les particules sont les projections d'une ralit multidimensionnelle. Bohm et ses collgues s'attaquent tous les paradoxes, qu'ils surviennent en relativit, en physique quantique, en cosmologie ou qu'ils dbattent de l'volution, du langage ou de la conscience. Pour chaque phnomne l'ordre implicite apporte une rponse, ce qui est dj un succs en soi. Prenons quelques exemples. L'ordre de nature suprieure "Le holomouvement [l'ordre implicite] dit Bohm, indfinissable et inmesurable implique que cela n'a pas de sens de parler d'une thorie fondamentale sur laquelle tout ce qui appartient la physique pourrait trouver une base permanente, laquelle tous les phnomnes de la physique pourraient tre dfinitivement rduits"[5]. A partir de ces trois analogies mcanistes, Bohm dmontre que la perception immdiate d'un phnomne n'est qu'une approximation. Dans le cadre d'une description totale de la ralit, pour donner un sens l'ordre implicite "nous devons dit-il, manifester conceptuellement certains ordres de mouvements plus vastes ". Tout est dans tout dit Bohm, la masse, l'nergie contiennent des informations sur l'univers tout entier (on retrouve le principe de Mach et le positivisme du Cercle de Vienne). Quand un son ou une lumire parvient jusqu' nous, que la conscience les reconnat, nos organes sensoriels sont confronts tout l'Univers. Nous devenons le sujet de notre tude, l'observateur s'observe. Pour Bohm, l'observateur et son objet d'tude sont les perceptions explicites d'un ordre implicite, "une subtotalit relativement autonome", comme le courant du Gulf Stream fait partie de l'ocan. Cette thorie conduit au solipsisme, cette philosophie selon laquelle le Monde est dans l'esprit de celui qui l'observe. Y aurait-il une relation particulire entre le sujet et l'objet de son tude, le moi et autrui cher Hegel ? L'ordre implicite se retrouverait dans les structures loignes de l'quilibre, les structures dissipatives de Prigogine. En abordant la thermodynamique, Bohm considre que le chaos et la turbulence ont galement une structure fractale. Comme Mandelbrot l'a dmontr, la complexit se ramne utiliser de simples rgles. Le complexe et le simple sont infiniment entremls. Leurs interfrences crent la ralit, comme l'hologramme dans lequel le plus petit clat contient toute l'image. Dans un phnomne dissipatif, les zones en rgimes plus stables contiennent des bifurcations qui sont autant d'instabilits chaotiques. Ce phnomne de bifurcations est rcurrent et prend la forme d'une arborescence sans cesse renouvele. A consulter : La thorie du chaos Bohm prend d'autres exemples pour asseoir sa thorie. Le phnomne de Big Bang par exemple. Bohm nous rappelle que ds l'Antiquit, l'cole de Parmnide et de Znon considraient dj l'espace comme un plnum, un espace plein plutt que vide, point de vue que contestera Dmocrite[6]. Selon Bohm, au "point zro" d'nergie d'une thorie quantifie de la gravitation (Bohm applique en fait la thorie des quanta la relativit gnrale), un centimtre cube d'univers contiendrait autant d'nergie que toute celle contenue dans la matire de l'univers connu. C'est l'mergence d'une petite "ride" la surface de cette mer d'nergie qui aurait provoqu le phnomne de Big Bang. Bohm inventa en 1957 le concept de "potentiel quantique" que l'on peut rapprocher de celui "d'nergie du vide" qui permet aujourd'hui - tiens, tiens ! - aux cosmologistes d'imaginer des thories de symtries locales ou globales qui expliqueraient les mcanismes de formation de l'univers partir de fluctuations quantiques, thme sur lequel nous reviendrons largement.

Bohm prend d'autres analogies. Il cite l'exemple du soliton, galement appel "l'quation KdV". Il s'agit d'une onde solitaire qui, telle une ride la surface de l'eau, peut voyager longtemps avant de se dgrader. Ce mascaret qui se forme notamment sur la Gironde en France (qu'on appelle bore sur la Severn en Angleterre, pororoca sur les affluents de l'Amazone au Brsil ou le Dragon Noir ou Argent sur la Qiantang en Chine) se forme tant dans les cours d'eau haut dbit qu'en plein ocan lorsque le rapport de la longueur d'onde sur la profondeur d'eau est appropri. C'est un effet qui se manifeste surtout durant les grandes mares. Nous pouvons galement citer l'exemple des raz-de-mare ou des tsunamis. La description de ce type de phnomne est complexe car l'volution d'ondes sinusodales de frquences diffrentes cre des harmoniques, dont la crte rsultante est complexe mathmatiquement parlant. Mais celle-ci est temporaire car les perturbations du courant et d'autres facteurs finissent par la briser. Il doit donc exister une rtroaction sur les ondes sinusodales successives. Il s'agit de phnomnes non linaires, o, pass un seuil critique les ondes sont en interactions les unes avec les autres. Pour expliquer la dualit onde-corpuscule ou le paradoxe EPR, Bohm considre ces descriptions non pas comme des paradoxes mais comme l'mergence d'une plnitude indivise. Cette ncessit globale, qu'il appelle "holonomie" reprsente l'ordre cach. Voici un exemple. Si deux images d'un poisson prises sous deux angles diffrents semblent reprsenter deux poissons diffrents, il existe nanmoins entre les deux images certaines corrlations. Quand l'un des poissons vire gauche, l'autre vire droite. Un observateur subtil dcouvrirait bientt une ralit implicite : les deux images reproduisent un objet tridimensionnel. Cet ordre implicite permet galement Bohm d'expliquer le hasard et la ncessit de la vie. Ce qui semble alatoire notre niveau de perception est une ralit ordonne un niveau suprieur. Le hasard dit-il, comme le mouvement brownien cache un ordre de degrs illimit, fortuit, que la mcanique classique considre comme non dtermin par les conditions initiales. Si l'homme de la rue s'accommode de cette dfinition, Bohm considre qu'elle tend vers la mme ambigut que la thorie quantique, pour renouveler sa proposition : nous devons "dvelopper une nouvelle thorie qui impliquerait un nouvel ordre et une nouvelle mesure [..] cela nous mnerait de nouvelles structures". Cette conception va trs loin. Il imagine ainsi que le fait qu'une plante s'acclimate dans un nouveau site cre un ensemble d'tats particuliers qui renforcent cette espce, facilitant l'mergence des nouveaux germes. Ce renforcement implicite expliquerait non seulement la prolifration des espces mais galement les dons de certains d'entre nous pour la musique, l