Click here to load reader

MARTIN HEIDEGGER - · PDF fileMARTIN HEIDEGGER Être et temps traduction par Emmanuel Martineau ÉDITION NUMÉRIQUE HORS-COMMERCE

  • View
    217

  • Download
    1

Embed Size (px)

Text of MARTIN HEIDEGGER - · PDF fileMARTIN HEIDEGGER Être et temps traduction par Emmanuel...

  • MARTIN HEIDEGGER

    tre et temps

    traductionpar

    Emmanuel Martineau

    DITION NUMRIQUE HORS-COMMERCE

  • 2

  • 3

    AVANT-PROPOS DU TRADUCTEUR

    Les Franais arrivent toutles derniers, mais enfin ils arrivent.

    VOLTAIRE.

    Cette dition hors commerce dtre et Temps a t ralise au compte du traducteur ,qui a souhait en offrir le nombre rduit dexemplaires ses amis. Entreprise en juillet 1984,la traduction a t acheve le 3 fvrier 1985, et dite au cours des mois suivants.

    Elle est intgrale, et, faut-il le prciser, totalement nouvelle, ne devant rien, parconsquent, aux deux tentatives partielles dj existantes : la traduction des 46-53 et 72-76par Henry Corbin, parue en 1937 dans son anthologie heideggrienne intitule Quest-ce quela Mtaphysique ? et celle, par Rudolf Boehm et Alphonse de Waelhens, (BW), des 1-44(introduction et section 1), galement publie par les ditions Gallimard, en 1964, sous le titreltre et le Temps. De ces deux prcdents, quil soit permis de ne dire ici que lessentiel : 1/Si lloge du philosophe Henry Corbin nest plus faire, lauteur de ces lignes a eu nagureloccasion dexprimer, par parole et par action la vive admiration quil prouve pour RudolfBoehm en dfendant et illustrant sa pense propre. 2/ Il na cependant jamais rencontr, entoute sa vie, un seul lecteur qui ft parvenu, sur la seule base des traductions partielles enquestion, comprendre et encore moins tudier tre et Temps1.

    Paru en fvrier 1927, comme tome VIII du Jahrbuch de Husserl, et, simultanment, envolume spar (que nous possdons et avons souvent consult). Sein und Zeit a connu duvivant de son auteur, treize ditions chez Max Niemeyer, Tbingen (N1-N13) ; puis, justeaprs la mort du penseur, il en a paru une nouvelle (KA) chez Klostermann, Francfort,comme tome II de la Gesamtausgabe (ldition Complte de dernire main entreprise en1975), bientt suivie, en 1977 dune 14me dition Niemeyer (N14) soi-disant identique elle.De ces diverses ditions, dont on trouvera maintenant une description dtaille et un relev devariantes dans le Handbuch de R. A. Bast et H.P. Delfosse2, laquelle devions-nous choisircomme base de notre travail de traduction ? cette dlicate question, il nous a sembl que lebon sens fortifi par les informations que lui apportaient les deux savants cits nepouvait que rpondre : la meilleure des ditions publies par lauteur lui-mme. Or, soit ditsans adresser la moindre critique aux diteurs de la G.A., KA ne satisfaisait point un tel critre un peu vague, on lavoue , si du moins Bast et Delfosse ont raison dcrire son propos :

    KA et N14 sont les premires ditions, dans lhistoire littraire de S.u.Z., dont letexte ait t tabli par un diteur ; par suite, la question reste ouverte de savoirdans quelle mesure les modifications quon y constate (presque 300 par rapport N13) sont le fait de Heidegger lui-mme, et il est sr tout le moins que ce nestpas lui qui les y a introduites une une. Bref ces changements, en tout tat decause et mme si on se rfre aux indications de lditeur Fr.-W. von Hermann.

    1 On fait des sondages sur tous les sujets, il est dommage quon nen fasse pas sur celui-la.2 R. A. BAST et H. P. DELFOSSE, Handbuch zum Textstudium von M. Heideggers Sein und Zeit , t.1, d.Frommann-Holzboog, Stuttgart, 1979. Nous navons pas pu utiliser le t. II, promis pour 1985 par le catalogue delditeur, mais non encore paru, que nous sachions, au moment o nous terminons notre travail.

  • 4

    G.A., t. II p. 579 , nont t que passivement autoriss (passiv autorisiert). []De plus, KA et N14 nen divergent pas moins entre elles de faon notable dansbien des cas 3.

    Restait donc N1-N13, ce qui faisait encore beaucoup. Heureusement, lembarras duchoix ntait plus alors si grand quil y paraissait. En effet toujours daprs les indicationsdu Handbuch , ce groupe de treize ditions se divise en deux blocs assez htrognesN1-6, dune part, N 7-13, dautre part. Et, de lun lautre, voici ce qui a chang :

    N7 contient une note liminaire, disant que le texte de la prsenterimpression na subi aucun changement, mais que les citations et laponctuation ont fait lobjet dune rvision. Nanmoins. N7 contient maintesinterventions dans le texte. Globalement, le texte de N7 scarte de celui de N6dans plus de 480 cas (!). [...] Ces modifications du texte sont de nature trsdiverse : elles vont de corrections de coquilles, via des suppressions de fautesdorthographe, des changements qui ne laissent pas intact le sens du texte. Parmielles, se trouvent galement des dplacements syntaxiques, beaucoup desoulignements nouveaux (de noms propres, notamment), dajouts de tirets, et, en5, resp. 3 cas, des suppressions des particules daccentuation doch et ja .Des changements divers concernent certains usages linguistiques propres Heidegger. En quelques endroits, le texte a t actualis, certains renvois auxparties indites de S.u.Z. ayant mme t limins (tandis que dautres, aucontraire, taient maintenus) 4.

    Bien que le nombre 480 ne doive point nous mouvoir lexcs il inclut desvariantes absolument infimes, orthographiques ou mme purement graphiques , nul nesaurait sous-estimer le prix de ces renseignements, ainsi que des relevs qui lesaccompagnent, ni mconnatre la double moralit qui sen dgage aussitt : 1/ Dabord, ilconvient dy insister, quiconque se proposerait lavenir dargumenter avec prcision au sujetde S.u.Z., cest--dire dtayer une interprtation philosophique sur des exgses tant soit peulittrales, ne pourra plus se dispenser dindiquer sa source, voire den produire et dencomparer plusieurs. 2/ Ensuite, et en ce qui concerne notre problme du choix de loriginal traduire, on voit quil prenait, grce au Handbuch, la forme du clair dilemme suivant : les blocs N1-N6 dun ct, N7-N13, de lautre, tant donc supposs bien distincts, et chacunsans faille notable (bien quils en contiennent quelques-unes), fallait-il traduire lditionoriginale, ou bien une dition certes postrieure de vingt-six ans (N7 date de 1953), maismanifestement amliore, et cela par Martin Heidegger lui-mme ? Cest la deuxime partiede lalternative que nous nous sommes ralli, pour deux raisons : 1/ par gard pour la volontde Heidegger ; 2/ pour avoir constat, en examinant attentivement le relev III, 1 de Bast etDelfosse5, que abstraction faite des coquilles au sens strict du terme les modificationsintroduites par lauteur partir de N7 nobissaient point tant la logique dune rinterprtation tardive, voire abusive , quelles ne procdaient que du dsir dobtenir,tout simplement, un texte moins fautif. Comme une dmonstration dtaille de ce pointalourdirait inutilement cet avant-propos, mais quil convient tout de mme den donner uncommencement de preuve, nous illustrerons le phnomne en indiquant simplement quelquesleons de N6, et la transformation opre par N7 (le lecteur peut et doit sinon se faire uneopinion personnelle sur ces problmes, en se rfrant directement au Handbuch) :

    3 Id., p. 390. Les auteurs renvoient sinon leur article Philologisches zu den beiden Neuausgaben von S.u.Z. ,dans Philosophisches Jahrbuch, 1979, p. 184-192. On sait enfin que cest dans KA quont galement t publispour la premire fois les marginalia de lexemplaire de Totnauberg. Mais quelle quet t ldition retenue,nous ne les eussions point traduits ici, pensant quils ne font de toute faon pas partie du texte.4 Id., p. 388-389.5 Id., p. 413-420.

  • 5

    Page, ligne N6 (fautivement) N7 rectifie en :36 11 Etkenntnis Unkenntnis53 26 Ausweisung Aufweisung76 21 Zuhandenheit Vorhandenheit122 37 zeitigt zeigt125 10s. sich nicht undurchsichtig sich durchsichtig gemacht

    gemacht und verstellt hat und nicht verstellt hat155 08 Entschrnkung Einschrnkung390 27 sich nicht so, sich so etc.

    Bien sr, quoique nous considrions ces changements comme des corrections, nous nenions pas que quelques autres (ainsi 04201, 32502) sentent leur rinterprtation. Mais lemoins quon puisse dire est que celle-ci na rien de draconien ; elle ne va jamais, en tout tatde cause, jusqu importer dans S.u.Z. un concept tranger sa langue originelle.

    Aussi, cest de la dixime dition de S.u.Z. (N10, 1963) que nous proposons ici latraduction au lecteur franais. Que ce choix ne ft point mauvais, nous pouvons dailleurs enapporter une confirmation supplmentaire, subjective sans doute, mais non ngligeable : aucun moment, lusager exigeant qutait son traducteur na t amen la suspecter ; sidifficile ou lourde que soit souvent notamment dans la section 2 la syntaxe deHeidegger, jamais il na prouv la tentation de rapporter ces phnomnes un texte incertainou erron.

    *

    Pour ce qui touche maintenant la prsentation de ce volume, le ncessaire sera vite dit,et pour cause :

    1/ Sein und Zeit est le chef-duvre de ce sicle, et, comme tel, un objet, terme parlequel nous entendons quelque chose de rsolument autonome. Or comme un objet, celarequiert dtre primairement dvoil, et que nous navions pas ici dautre but, nous noussommes uniquement attach en assurer la lisibilit ce qui ne veut pas dire, choseimpossible et absurde : en faciliter la lecture , soit, ngativement, ne lui point ajouterde surcharge, commentaire, note ou rfrence daucune sorte. Voil pourquoi on netrouvera ici en particulier ni mots allemands entre parenthses, ni notes du traducteur caractre exgtique, ni prface doctrinale, ni, surtout, de renvois aux volumeschronologiquement voisins de ldition Complte, pour ne rien dire des ouvrages postrieursde Heidegger, auxquels il arrive souvent, et cela jusqu Temps et tre et aux ultimessminaires, de se rfrer Sein und Zeit. Le livre de 1927, en effet, tant la sourcejaillissante et primordiale laquelle se doive de puiser toute approche de la penseheideggrienne, ce ntait dcidment pas le moment de l clairer par des cours qui, quellequen soit parfois la splendeur, nen demeurent pas moins subordonns ce lieu majeur o,pour la premire fois

Search related