Guide la prise de parole en public

  • Published on
    29-Nov-2014

  • View
    323

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

Transcript

  • 1. service de lInformation et de la Communication Guide de la prise de parole en public se prparer capter lattention couter octobre 2003 les outils
  • 2. Sommaire Comprendre la communication Pourquoi communique-t-on ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 5 Comment se transforme un message ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 6 Prparer sa prise de parole Se poser les bonnes questions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 9 Dfinir un objectif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 10 Choisir et organiser ses ides. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 11 Structurer son intervention. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 12 Russir sa prise de parole Argumenter solidement son discours. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 19 Choisir une expression vivante. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 19 Illustrer ses propos par des supports visuels. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 20 Adapter son comportement lauditoire. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 21 Savoir couter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 22 Annexes Exercices de diction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 25 Grille dvaluation dune prise de parole. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 26 Fiche d'valuation du guide La prise de parole en public . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p 28 1
  • 3. Comprendre la communication
  • 4. Pourquoi communique-t-on ? Pour transmettre Pour changer Pour faire faire Pour partager Pour convaincre Pour prouver qu'on existe Schma global de la communication 5
  • 5. Comment se transforme un message ? Chaque lment des messages que nous communiquons un interlocuteur subit, entre nous et notre interlocuteur, une dis- torsion croissante illustre par l'chelle de dformation suivante. (100 %) Ce que j'ai dire (90 %) Ce que je pense dire (80 %) Ce que je sais dire (70 %) Ce que je dis effectivement (60 %) Ce qu'il entend (50 %) Ce qu'il coute (40 %) Ce qu'il comprend effectivement (30 %) Ce qu'il admet (20 %) Ce qu'il retient (10 %) Ce qu'il dira ou rptera Entre chaque tape, environ 10 % de perte de message. 6
  • 6. Prparer sa prise de parole
  • 7. Se poser les bonnes questions Ce qui se conoit bien s'nonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisment (Nicolas Boileau, l'Art po- tique ) Pour russir sa prise de parole, la matrise du contenu est essen- tielle, mais pas suffisante. Une communication efficace ne repose pas seulement sur une bonne connaissance du sujetcomme le pensent beaucoup ! Qui n'a pas subi, une fois au moins, la douloureuse preuve du discours d'un orateur assommant, pourtant brillant spcialiste en la matire traite ? Bien se prparer pour une prise de parole demande du temps et impose d'avoir au pralable rpondu certaines questions : dans quel environnement j'interviens ? Connatre le contexte ; pourquoi ? Dfinir l'objectif ; pour dire quoi ? Dgager les ides essentielles ; comment le dire ? Organiser ses ides, concevoir les supports. 9
  • 8. Dfinir un objectif Avant toute intervention, mme de courte dure, vous devez savoir trs clairement ce que vous visez. Pourquoi prendre la parole ? Pour : informer, justifier, convaincre, introduire un dbat, un questionnement, expliquer ; dclencher une action, distraire, expliquer Autant d'intentions qui doivent tre claires pour vous et que le public doit pouvoir percevoir. Dfinir un objectif revient se poser une srie de questions : qu'est-ce que j'attends de l'auditoire ? qu'est-ce que je veux qu'il fasse ? la fin de mon expos, quel sera le rsultat ? si mon public ne devait retenir qu'une ide, quelle serait-elle ? Autant de questions qui vous permettront de mieux cibler votre intervention. 10
  • 9. Choisir et organiser ses ides Fondamentalement gnreux, nous voulons souvent tout dire. Pourtant, en tant qu'auditeur, il nous est difficile de tout retenir. Le travail de prparation s'effectuera en 3 phases. Le dballage d'ides . En vrac, notez ce qui vous vient l'es- prit dans le cadre de l'objectif vis. Le choix et la hirarchie des ides : moment difficile, ce choix se fera par limination en fonction du public, de l'objectif, du temps disponible. Se limiter deux ou trois ides-force facili- te la mmorisation. La hirarchisation de ces ides permet l'au- ditoire de recevoir et de retenir plus efficacement encore le message. L'organisation des ides consiste faire un plan qui sera le point de repre tant pour vous que pour votre auditoire, auquel vous l'aurez clairement annonc. 11
  • 10. Structurer son intervention Feriez-vous confiance un guide qui hsite ou ne semble pas savoir o il va ? Un point commun l'organisation de tout type de discours sera la rgle de trois : introduction, dveloppement, conclusion. Introduction : voil ce que je vais vous dire Dveloppement : voil ce que je vous dis Conclusion : voil ce que je vous ai dit Commencer et conclure une intervention sont des phases impor- tantes et indispensables. L'introduction Indispensable entre en matire, sorte de bonjour , l'intro- duction est un moment cl de l'intervention. Votre objectif est de vous faire entendre et comprendre. La russite de votre inter- vention dpend en grande partie de votre dpart. Vous devez intresser les auditeurs en les forant , ventuellement, par la vigueur mais le plus souvent par le charme, l'inattendu, la perti- nence des paroles initiales Une introduction peut tre mise au point la fin, lorsque le sujet est structur, que l'on connat les diffrentes parties que l'on va traiter. Deux objectifs Accrocher l'auditoire : il s'agit ds les premires minutes de retenir l'attention de votre public, de l'inviter tre l'coute en utilisant une image frappante, une question, une citation, des faits le concernant le tout en donnant de vous une image adapte. 12
  • 11. Informer sur ce qui va suivre, ce qui consiste rpondre aux questions : quoi ? Le sujet, le thme ; pourquoi ? L'intrt du sujet ; comment ? La gestion du temps ; l'implication du public. Que dire dans l'introduction ? La structure noncer la question que vous allez traiter. Il faut que le sujet soit clair ds le dbut. Rservez cependant le suspens, en vi- tant de donner d'emble la rponse la question que vous posez. Vous pouvez, situer le sujet une fois lavoir nonc par rapport son contexte : pourquoi ce problme ? le prciser, le limiter, le dfinir Enfin, vous allez indiquer les points traits : c'est l'annonce du plan, qui doit se faire adroitement. Le destinataire a besoin d'tre averti par avance des diffrentes tapes de l'expos. Il doit disposer de repres afin de ne pas s'- garer. Ainsi vous prparez vos auditeurs cheminer avec vous et leur donnez envie d'aller plus loin. Le dveloppement Le plan est une structure organique, indispensable dans un texte qui prsente un mouvement et une unit. Il existe diffrents types de plan pour agencer un discours (ou un texte crit) : le plan chronologique. Articulation autour du temps (hier, aujourd'hui, demain avant, maintenant, aprs) ; le plan dialectique et ses variantes. Thse-antithse-synthse / pour ou contre / avantages-inconvnients. 13
  • 12. Le modle du diagnostic mdical Qu'est-ce qui ne va pas ? Que pourrait-on faire pour que cela aille mieux ? Quelles seraient les consquences de ces actions ? Quelle dcision prend-on ? Le modle SOSRA Situation : situer le thme (temps, lieu), prciser les aspects qui seront envisags, dfinir le contexte Observation : donner des informations, dcrire, comparer, dis- tinguer. Sentiments : exprimer ce que l'on pense. Rflexion : expliquer pourquoi on pense cela. Action : conclure en voquant le futur (modifications qui seront apportes, actions dcides). Le modle de Laswell Qui ? Dit quoi ? qui ? Pourquoi ? O ? Quand ? Comment ? Avec quel rsultat ? Aspects et critres partir d'un thme X, voquer et analyser les diffrents aspects ou critres : financier, scientifique, commercial, historique, socio- logique, mdical Cette liste n'est pas exhaustive. Il ne s'agit pas de suivre la lettre les modles de plan, mais de les adapter au sujet, l'auditoire et sa personnalit. La conclusion Rappel : le dpart d'une intervention ne peut tre convenable- ment orient que si nous savons o nous allons. Sauf dans le cas de l'improvisation, l'ouverture d'un discours ne peut tre compose srieusement qu'aprs une mise au point de l'en- 14
  • 13. semble. En rgle gnrale, la conclusion et la structure de l'in- tervention se prparent donc avant de prparer l'introduction. Comment conclure ? C'est la conclusion qui va entraner l'approbation ou la critique, dclencher ou inflchir la dcision, achever tout le travail de dmonstration ou de persuasion, en laissant l'auditeur une vue claire de la question et une dernire impression. Une premire ncessit est donc de marquer nettement la conclusion. Quelques exemples de moyens : marquer une pause, un silence, avant d'aborder la conclusion ; jeter un regard panoramique sur les auditeurs pour les reprendre et les avertir ; souligner par une diction diffrente le passage du dveloppe- ment la conclusion (ralentissement, rupture de ton) ; remercier l'auditoire de son attention. Annoncer la fin par une transition originale ou par une dclara- tion franche que l'oral tolre mieux que l'crit. Bien conclure c'est laisser une trace, un rappel de ce que vous avez dit, dans la mesure o l'on retient mieux ce qui est le plus rcent, une dernire bonne image de vous. Une bonne conclusion doit tre prcise et donc prpare. Elle doit rsumer synthtiquement les ides principales dveloppes (deux trois phrases). Elle peut ouvrir sur une interrogation, une prise de position personnelle, une invitation au dbat ou au questionnement. Toute formule maladroite est proscrire ( Et bien, voil, j'ai fini ). 15
  • 14. Russir sa prise de parole
  • 15. Prparer son argumentation, soigner son vocabulaire et sappuyer sur des visuels pour illustrer ses propos aident russir sa prise de parole. Argumenter solidement son discours N'affirmez rien que vous ne puissiez justifier. Structurez votre message pour finir sur un temps fort. Choisissez vos arguments en fonction du public. Devancez certaines oppositions ou contre-argumentations. Choisir une expression vivante Un vocabulaire riche, imag, vocateur. Des situations concrtes, des anecdotes, du vcu. L'appel l'imaginaire, au rve, l'irrationnel. Les fausses interrogations, les vraies questions. L'anticipation des ractions. L'appel la curiosit, l'humour, l'motion. L'implication de l'auditoire dans la dmarche : le prendre tmoin, parler en son nom. 19
  • 16. Illustrer ses propos par des supports visuels Les supports visuels ont un intrt pdagogique indniable s'ils sont bien construits et bien utiliss. Ils doivent illustrer le discours de faon synthtique et image, sans redondance, afin de facili- ter la mmorisation des points cls. L'orateur utilisera les moyens techniques actuels : les diapositives en Powerpoint sont prf- rables aux transparents quelque peu dmods . Ils doivent tre peu nombreux. Cinq douze diapos en Powerpoint (selon la dure du discours). Ils doivent tre brefs. Pas plus de trente mots par diapositive. Ils doivent tre lisibles. Les rdiger en minuscules, dans des lettres en corps 14 au minimum, sans abus de couleurs. Ils doivent tre clairs. Un thme par diapositive, pas plus de trois ides, un style concis. Ils doivent tre illustrs. Par une alternance de textes avec des graphiques, des schmas, des dessins. Le...

Recommended

View more >