of 13 /13
Archéo-Nil 1990-2010. 20 ans de recherches prédynastiques 65 bis, rue Galande 75005 P ARIS A RCHÉ O - NIL Revue de la société pour l’étude des cultures ppharaoni ques de la vallée du Ni l 20 Décembre 2010 numéro

ARCHÉO NIL

  • Upload
    others

  • View
    3

  • Download
    0

Embed Size (px)

Citation preview

Archéo-Nil 1990-2010. 20 ans de recherches prédynastiques

65 bis, rue Galande 75005 PARIS

ARCHÉO-NILRevue de la société pour l’étude des cultures prépharaoniques de la vallée du Nil

20Décembre

2010

numéro

BUREAU

Président d’honneur :Jean LeclantPrésidente :Béatrix Midant-ReynesVice-président :Jean-Claude L’HerbetteSecrétaire :Evelyne Faivre-MartinSecrétaire adjoint :Dominique FaroutTrésorière :Chantal Alary

COMITÉ DE RÉDACTION

Directeur de publication :Béatrix Midant-ReynesRédacteur en chef :Yann Tristant

COMITÉ DE LECTURE

John BainesCharles BonnetNathalie BuchezIsabella CanevaÉric CrubézyMarc EtienneRenée FriedmanBrigitte GratienNicolas GrimalUlrich HartungFekhri HassanStan HendrickxChristiana KöhlerJean LeclantBernard MathieuDimitri MeeksCatherine PerlèsDominique ValbellePierre VermeerschPascal VernusFred WendorfDietrich WildungChristiane Ziegler

SIÈGE SOCIAL

Abs. Cabinet d’égyptologieCollège de FrancePlace Marcelin-Berthelot75005 Paris

ADRESSE POSTALE

Archéo-Nilc/o Mme Evelyne Faivre1bis cité des Trois Bornes75011 Paris (France)Courriel : [email protected]

COTISATIONS

Membres titulaires : 35 €Membres étudiants : 25 €Membres bienfaiteurs :40 € et plus

MAQUETTE

4 Arts

PHOTO DE COUVERTURE

Michel GurfinkelTous droits de reproduction réservés.

John BAINESUniversity of OxfordThe Oriental InstitutePusey LaneOxford, OX1 2LE (Royaume Uni)[email protected]

Gaëlle BRÉANDCentre de Recherche sur la Pré- et Protohistoire de la Méditerranée (CRPPM)UMR 5608 du CNRS - TRACES 39 allée Jules Guesde 31 000 Toulouse (France)[email protected]

François BRIOISCentre de Recherche sur la Pré- et Protohistoire de la Méditerranée (CRPPM)UMR 5608 du CNRS - TRACES 39 allée Jules Guesde 31 000 Toulouse (France)[email protected]

Marcelo CAMPAGNOUniversidad de Buenos Aires/CONICETAv. Rivadavia 5547 3°FC1424CEK Buenos Aires (Argentine)[email protected]

Éric CRUBÉZYLaboratoire AMISToulouse III/CNRS,37 allées Jules Guesde, 31000 Toulouse (France)[email protected]

Nicolas GRIMALCollège de France11, place Marcelin Berthelot72231 Paris Cedex 05 (France)

Jean GUILAINECollège de France11, place Marcelin Berthelot75231 Paris Cedex 05 (France)[email protected]

Frédéric GUYOT66, rue Championnet75018 Paris (France)[email protected]

Stan HENDRICKXSint-Jansstraat 44B-3118 Werchter (Belgium)[email protected]

Matthieu HONEGGERInstitut d’archéologieUniversité de NeuchâtelEspace Paul-VougaCH-2068 [email protected]

Anthony M. JUDD73 Mereheath ParkKnutsfordCheshire WA16 6AR (United Kingdom)[email protected]

Karin KINDERMANNUniversität zu KölnForschungsstelle AfrikaJennerstr. 8D-50823 Kö[email protected]

Jean-Loïc LE QUELLECCentre d’études des Mondes africains (CEMAf, UMR 8171)School of Geography, Archaeology and Environmental Studies, University of the WitwatersrandJohannesburg 2050 (Afrique du Sud)[email protected]

Béatrix MIDANT-REYNESInstitut Français d’Archéologie Orientale37 El Cheikh Aly Yussef StreetMunira, Qasr el AïnyBP 11562 Cairo (Égypte)[email protected]

Pierre TALLETUniversité Paris IV-SorbonneCentre de Recherches Egyptologiques de la Sorbonne (CRES)1, rue Victor Cousin75230 Paris Cedex 05 (France)[email protected]

Yann TRISTANTMacquarie UniversityDepartment of Ancient HistoryNSW2109 (Australie)[email protected]

Claes WOUTERMusées Royaux d'Art et d'HistoireParc du Cinquantenaire, 101000 Bruxelles (Belgique)Brussels (Belgium)[email protected]

LISTE DES AUTEURS

Erratum : une malencontreuse erreur s’est glissée dans l’article de J.-L. Le Quellec publié dans le précédent volume d’Archéo-Nil (19, 2009). A la page 24, à la place de « une expédition organisée de concert avec Mark Borda », il faut lire « une expédition organisée par Mark Borda ».

Ce numéro a bénéficié d’une aide à la publication de la Fondation Hugot du Collège de France

ARCHÉO-NIL 3 ●n°20 - décembre 2010

Sommaire du n°20

5 Introduction.Les 20 ans d'Archéo-Nil par Béatrix Midant-Reynes

Dossier : Archéo-Nil 1990-2010. 20 ans de recherches prédynastiques

17 Le Prédynastique vu de la Méditerranée par Jean Guilaine

25 Le peuplement de la vallée du Nilpar Éric Crubézy

43 L’oasis de Kharga dans la Préhistoire : aux origines des cultures prédynastiques par François Briois & Béatrix Midant-Reynes

51 Le désert Oriental durant la préhistoire. Bref aperçu des travaux récents menés dans le Wâdî ‘Araba par Yann Tristant

62 Nil et Sahara: vingt ans plus tard par Jean-Loïc Le Quellec

76 La Nubie et le Soudan: un bilan des vingt dernières années de recherche sur la pré- et protohistoire par Matthieu Honneger

87 Les dynamiques d’échanges entre l’Égypte prédynastique et le Levant sud au 4e millénairepar Frédéric Guyot

97 Le roi Den et les Iountiou. Les Égyptiens au Sud-Sinaï sous la 1re dynastie par Pierre Tallet

106 L’iconographie de la chasse dans le contexte social prédynastique par Stan Hendrickx

ARCHÉO-NIL ● n°20 - décembre 20104

134 Aesthetic culture and the emergence of writing in Egypt during Naqada IIIpar John Baines

150 Vingt ans aprèspar Nicolas Grimal

Études et essais

156 Recent discoveries of rock art in the Eastern Desert of Egyptpar Tony Judd

172 Bibliography of the Prehistory and the Early Dynastic Period of Egypt and Northern Sudan. 2010 Additionpar Stan Hendrickx & Wouter Claes

Lectures

187 À propos de Robert J. Wenke, The Ancient Egyptian State. The Origins of Egyptian Culture (c. 8000-2000 BC), Cambridge University Press, Cambridge, 2009.par Gaëlle Bréand

191 À propos d’Alejandro Jiménez Serrano, Los primeros reyes y la unificación de Egipto, Universidad de Jaén, Jaén, 2007.par Marcelo Campagno

193 À propos de François Briois, Béatrix Midant-Reynes & Michel Wuttmann, Le gisement épipaléolithique de ML1 à ‘Ayn-Manâwir. Oasis de Kharga,Institut français d’archéologie orientale, Le Caire, 2008. par Karin Kindermann

196 À propos de Tony Judd, Rock Art of the Eastern Desert of Egypt. Content, comparisons, dating and significance,Oxford, 2009.par Yann Tristant

200 Remerciements

205 Appel à contribution

ARCHÉO-NIL 97 ●n°20 - décembre 2010

La reprise de travaux de prospection au sud de la péninsule du Sinaï a récemment per-mis la découverte d’une série de trois bas-reliefs datés du règne de Den, superposés sur la même paroi rocheuse, dans un affluent du ouadi el-Humur, au pied du Gebel Ras Umm Qatafa. Ces documents semblent correspondre point par point à ce que l’on trouve sur une série d’étiquettes commémo-ratives de ce roi, qui font référence à une expédition contre la population des Ioun-tiou, au cours de laquelle a été détruite une cité nommée Âa-an (litt. « la Belle Porte »), et obtenu un tribut de minerai de cuivre (seshemet). La documentation se recoupe une troisième fois car cette campagne contre les Iountiou est également enregistrée dans les annales de la pierre de Palerme, où elle précède immédiatement une fête-sed du roi. L’ensemble de ces données permet peut-être pour la première fois de reconstituer dans ses grandes lignes le déroulement d’une campagne militaire organisée au milieu de la 1ère dynastie, dont l’objectif aurait été de prendre le contrôle d’importants gisements de cuivre, d’une importance stratégique pour l’État égyptien.

Three bas-reliefs dating to the reign of Den, stacked on the same rock surface, have recently been discovered in a tribu-tary of Wadi el-Humur; located at the foot of Gebel Ras Umm Qatafa, in the Sinai Peninsula. These documents correspond to a series of commemorative labels of that king, which refer to an expedition against the Iuntiu population, during which a city named Âa-an (“the Beautiful Gate“) was destroyed, and a copper (Seshemet) toll was gained. Den’s expedition is also recorded in the annals of the Palermo Stone, where it preceded a Sed Festival of the king. This data allows us for the first time, to recons-truct the main stages of a military cam-paign oragnised in the middle of the 1st Dynasty. The objective of this campaign would have been to take control of copper fields that were of strategic importance for the Egyptian State.

Le roi Den et les Iountiou. Les Égyptiens au Sud-Sinaï sous la 1re dynastie1

Pierre Tallet, Université Paris IV-Sorbonne, Paris

1 Je voudrais tout particulièrement remercier ici Béatrix Midant-Reynes et Nicolas Grimal de me donner l’occasion de présenter le résultat de recherches, qui ont en partie été subventionnées, en 2004, par le prix Louis de Clercq de l’Académie des inscriptions et belles lettres. Ce projet avait pour objectif de faire le tableau de la présence égyptienne dans une zone limitée au sud-ouest de la péninsule du Sinaï, où des ressources importantes en cuivre et en turquoise ont sans doute eu dès les origines, pour l’État pharaonique, un intérêt crucial. L’exploitation directe de cette zone minière, qui se trouve à l’est des villes côtières d’Abou Rodeis et d’Abou Zenima, a manifestement connu son apogée au cours de l’Ancien Empire, entre la 5e et la 6e dynastie ( c. 2600-2200 av. J.-C.), mais, en raison du contexte spécifique dans lequel s’inscrivent ces journées d’Archéo-Nil, je centrerai essentiellement mon propos sur les plus anciennes traces de la présence des Égyptiens dans cette région, au cours de la 1ère dynastie.

ARCHÉO-NIL ● n°20 - décembre 201098

Pierre Tallet

Dès l’époque de la formation de l’État pharaonique, il a été depuis longtemps reconnu que la civilisation égyptienne rayonne assez loin en direction du Proche-Orient. Les dernières recherches en la matière – notamment les restitutions de Pierre de Miroschedji (2002) – dressent aujourd’hui le tableau d’une zone assez vaste, où l’influence de l’Égypte s’exerce à la fois le long d’une route commerciale terrestre, et par un cheminement mari-time atteignant, dès cette période la ville de Byblos. Trois grands centres coloniaux (En Besor, Tel Erani, Meggido) servent au cours de la 1ère dynastie de points d’ancrages à

cette présence égyptienne. Certains auteurs vont plus loin encore dans cette évalua-tion de l’influence pharaonique. Un article récent de Peter Kaplony identifie ainsi avec Qatna (Qedem), très au nord dans la trouée de Homs, une ville dont la prise est com-mémorée au milieu de la 1ère dynastie par une série d’étiquettes du roi Den (Kaplony 2002). Dans ces conditions, il était un peu surprenant de n’avoir, pour le sud de la péninsule du Sinai, aucun témoignage d’une fréquentation égyptienne directe avant la 3e dynastie, d’autant que l’abondante bijou-terie découverte dans la tombe du roi Djer (3e souverain de la 1ère dynastie) à Abydos fait un abondant usage de la turquoise du Sinaï et montre que les Égyptiens étaient déjà à cette période, et probablement depuis bien longtemps, en contact avec cette région (Petrie 1901 : pl. I).

Les inscriptions du ouadi el-Humur (Gebel Ras Umm Qatafa)

La récente découverte de plusieurs bas-reliefs de la 1ère dynastie au nord de la zone minière (sur l’un des affluents du ouadi el-Humur, au pied du Gebel Ras Umm Qatafa) vient maintenant combler cette lacune. Ces documents ont déjà été publiés (Resk Ibrahim & Tallet, 2008 ; 2009), mais je vou-drais ici, après en avoir poursuivi l’étude, suivre de nouvelles pistes permettant de les interpréter d’une façon très différente. Ces trois bas-reliefs sont superposés sur la même paroi, orientée à l’est, d’une grosse butte de grès (fig. 1). Ils ont malheureuse-ment été vandalisés avant notre reconnais-sance des lieux, mais la combinaison de l’étude de ce qui subsiste sur le rocher et des informations livrées par quelques photos prises avant cette destruction permet néan-moins d’avoir aujourd’hui une idée assez précise du contenu de cette documentation.Les trois bas-reliefs ont des dimensions comparables (tous trois mesurent environ 40 cm de haut), et développent des théma-tiques très semblables. Leur homogénéité

A.

B.

C.

40 cm

Fig. 1Position sur la même paroi des trois bas-reliefs du roi Den au ouadi el-Humur (Gebel Ras Umm Qatafa).

ARCHÉO-NIL 99 ●n°20 - décembre 2010

Le roi Den et les lountiou. Les Égyptiens au Sud-Sinaï sous la 1re dynastie

stylistique comme leur disposition sur le rocher montrent clairement qu’il s’agit des trois éléments d’une seule et même compo-sition remontant au règne du roi Den, le 5e souverain de la 1ère dynastie, dont les deux premiers bas-reliefs conservent le serekh sans ambiguïté. On observe tour à tour :

1) Bas-relief supérieur (60 x 40 cm) [fig. 1-A]. Le roi Den coiffé de la couronne blanche, est en train de massacrer un Bédouin qu’il maintient par sa chevelure. Il est suivi d’un personnage (probablement un militaire, identifié par une légende que nous n’arrivons pas à déchiffrer), équipé d’un bâton de commandement et d’une massue. Le roi est précédé par un étendard supportant l’effigie du canidé Oupouaout-Sed. Il fait face à une divinité coiffée de deux hautes plumes, tenant dans une main une massue, et dans l’autre un harpon dont la pointe est fichée dans le sol devant elle. Des légendes hiéroglyphiques identifient vrai-semblablement ce personnage au dieu Ash, et mentionnent peut-être pour la première fois la turquoise (fekat), produit caractéris-tique de la région.

2) Bas-relief médian (80 x 40 cm) [fig. 1-B]. Le roi Den est représenté à deux reprises, pré-cédé d’une enseigne du canidé Oupouaout-sed, dans la même scène de massacre d’un ennemi à terre. À droite, il est coiffé de la couronne blanche, et suivi d’un personnage qu’une légende permet d’identifier comme « le chancelier Ankh-Ka, vizir ». Ce person-nage est bien connu de la documentation contemporaine du règne de Den : il s’agit d’un haut responsable de l’administration dont la tombe a été retrouvée à Saqqara. À gauche, il est coiffé de la couronne rouge, et accompagné de personnages représentés derrière lui sur deux registres : au registre supérieur, deux militaires, identifiés par les noms de Kaef et Kaou, au registre infé-rieur un porteur de sandales nommé Seper. La présentation des différents personnages autour du souverain, notamment le vizir et le porteur de sandales qui l’encadrent, rappelle fortement l’iconographie présente sur les documents contemporains du roi

Narmer, fondateur de la dynastie, dont on s’est très vraisemblablement inspiré ici.

3) Bas-relief inférieur (40 x 40 cm) [fig. 1-C]. Le roi – dont le serekh n’est pas clai-rement lisible sur les documents qui nous permettent de l’étudier – est une quatrième fois présenté dans l’attitude du massacre, coiffé de la couronne rouge. Il est suivi de deux personnages, de taille décroissante : un militaire portant un arc, probablement nommé Tja, et à nouveau un porteur de sandales nommé Seper. La réapparition de ce personnage permet sans doute d’établir le lien entre ce document et celui qui précède. Notons que ce 3e bas-relief était déjà incom-plet sur la série de photos dont nous dispo-sons, qui montre des traces de découpage à droite et à gauche de la partie préservée. À droite, il est très vraisemblable qu’apparais-sait une nouvelle fois l’étendard supportant l’effigie d’Oupouaout-Sed, présent devant les trois autres représentations royales.

Ces bas-reliefs sont le premier témoignage d’une présence effective des Égyptiens au sud de la péninsule du Sinaï, présence dont les modalités peuvent sans doute être encore précisées par plusieurs documents qui entrent en résonance avec cette nouvelle documentation. Les sources se complétant mutuellement, le tableau de l’activité de Den dans la région s’en trouve profondé-ment renouvelé.

Les bas-reliefs du ouadi el-Humur entre-tiennent tout d’abord d’étroites relations avec une série d’étiquettes commémora-tives découvertes à Abydos. Trois d’entre elles, conservées respectivement au British Museum (Godron 1990 : pl. I-III), au musée du Louvre (Godron 1990 : pl. IV-V) et à l’Oriental Institute de Chicago (Godron 1990 : pl. VI) font apparaître, dans la par-tie droite du champ décoratif, la même série d’événements ayant marqué une année de règne du souverain (fig. 2). On relève au premier registre une cérémonie royale (peut-être une fête-sed), où le roi est pré-senté alternativement dans une attitude statique puis dynamique), et au deuxième

ARCHÉO-NIL ● n°20 - décembre 2010100

Pierre Tallet

registre une série d’événements qui sont, de droite à gauche : a) La prise d’une cité nommé Âa-An (litt. « la Belle Porte ») et le massacre d’une population nommée les Iountiou.b) La présentation d’un personnage debout, coiffé de deux longues plumes, et tenant un harpon la pointe dirigée vers le sol, accom-pagné de la légende « rapporter la mala-chite » (inet seshemet).

La dernière partie de ce registre correspond manifestement à ce que l’on trouve sur les bas-reliefs du ouadi el-Humur: la seule mention de la malachite (seshemet) sug-gère fortement le Sud-Sinaï, qui en est un important gisement, comme théâtre des opérations. Mais la récurrence de ce mysté-rieux personnage au harpon, qui ne semble apparaître nulle part ailleurs que sur ces éti-quettes et la documentation sinaïtique du même roi, donne à cette correspondance encore plus de poids. Cette divinité a par-fois été identifiée à Soped en raison des deux plumes qui la coiffent et rappellent l’iconographie de ce dieu classique du pan-théon égyptien. Le bas-relief n°1 la nomme cependant Ash, et lui associe peut-être le mot « turquoise » (fekat). On note d’ailleurs une forte réminiscence de cette scène dans la documentation postérieure du Sinaï : au ouadi Maghara, le roi Snéfrou revêt une coiffure supportant la même double plume pour massacrer à son tour les populations bédouines. Le dieu Soped semble par la suite

avoir repris à ce dieu des premiers temps à la fois ses accessoires, et sa responsabilité sur le Sinaï, le lien avec le sud de la Péninsule étant, à toutes les périodes, clairement affi-ché. Mais la documentation permet peut-être de pousser encore un peu plus loin cette analyse.En effet, la Pierre de Palerme nous offre une autre correspondance avec la documenta-tion du Sinaï. Compilées sous la 5e dynastie, sans doute à partir de documents d’archives, ces annales royales offrent un très large aperçu sur le règne du roi Den, qui appa-raît sur deux fragments connus du monu-ment. Le fragment de Palerme conserve en effet un ensemble de 14 cases enregistrant les événements de la deuxième moitié du règne (Wilkinson 2000 : 103-119 ; 240-247). Celles-ci sont encore complétées par un petit fragment (Caire n°5), plus récem-ment découvert et donné au musée égyp-tien du Caire par Jean-Louis de Cenival, qui fait apparaître cinq années supplémen-taires clairement attribuables à ce roi, dont le début de la titulature est encore conservé (Cenival 1965). Les différentes propositions de restitution du monument permettent de penser que le règne a duré à peu près 50 ans. Le caractère guerrier du roi transparaît de nombreux monuments contemporains, de la tablette MacGregor, qui le montre en train de massacrer un ennemi (avec la légende « première fois de frapper l’Orient »), à son deuxième nom de « Khasety » (Celui du Désert), qui pourrait commémorer des victoires sur les populations étrangères. On

Fig. 2Série d’étiquettes commémoratives

du roi Den. British Museum,

Londres (BM 32.650)

Musée du Louvre, Paris (E 25.268)Oriental Institute, Chicago (6.126)

ARCHÉO-NIL 101 ●n°20 - décembre 2010

Le roi Den et les lountiou. Les Égyptiens au Sud-Sinaï sous la 1re dynastie

relève également sur la Pierre de Palerme, la mention de trois campagnes militaires, qui semblent avoir pris place au cours de la 3e décennie du règne, avec l’enregistrement de victoires contre trois populations diffé-rentes : les Asiatiques-Setjetiou en l’an 19), un mystérieux « Peuple chien » (Ioutiou) en l’an 21, et enfin les Iountiou en l’an 29. Il a pu y avoir, à ce tournant du règne, d’autres victoires dont la mention n’est pas conser-vée en raison d’une lacune de 5 cases du monument, à un moment où les campagnes militaires semblent avoir lieu de façon bian-nuelle (fig. 3). La nomenclature précise des peuples étrangers, qui n’est sans doute pas employée au hasard ici, est d’autant plus intéressante que l’on voit précisément réap-paraître sur le document les Iountiou qui sont nommés sur les étiquettes du souverain que nous avons évoquées plus haut. Autre élément frappant, cette campagne contre les Iountiou est, sur la pierre de Palerme comme sur les étiquettes, étroitement associée à un jubilé royal, la seule différence étant que, sur le premier document, ces deux événements sont enregistrés dans deux cases correspon-dant à deux années successives, alors que, sur les tablettes, ils sont supposés être stric-tement contemporains. Ceci pourrait en soi constituer une indication intéressante sur le mode d’élaboration de la Pierre de Palerme, mais qui nous entraînerait sans doute trop loin dans le cadre de ce débat. Toujours est-il que nous avons probablement trois sources détaillant la même série d’événements, qui associent étroitement une campagne mili-taire, et une cérémonie royale. En effet, les bas-reliefs du ouadi el-Humur effectuent

eux aussi ce rapprochement en associant systématiquement l’action violente et vic-torieuse du souverain avec des références aux célébrations monarchiques telles l’al-ternance des couronnes, et la récurrence de l’enseigne du canidé Oupouaout-Sed. Cette iconographie ne nous paraît pas innovante à première vue, car nous avons en tête la répétition inlassable de ces motifs pendant tout l’Ancien Empire. Cependant, ces bas-reliefs sont probablement les premiers de ce genre à avoir été mis en place, et leur valeur pourrait être plus originale que celle de leurs copies…La question qui se pose est en fait celle de l’identité des populations Iountiou, que deux séries documentaires sur trois nom-ment clairement, et que la troisième pour-rait simplement représenter. Les documents qui les mentionnent ne sont pas si nom-breux : si l’on s’en tient à la documentation de l’Ancien Empire, on ne relève en tout et pour tout qu’une dizaine d’occurrences de ce terme : outre les trois étiquettes de Den (1), et la pierre de Palerme (2), qui font probablement référence aux mêmes événe-ments, on relève encore dans l’ordre chro-nologique :3) Un bas-relief de Chéops au ouadi Maghara (Gardiner et al. 1952 : n° 7, pl. II), dans le Sinai, où la population bédouine massacrée porte le nom de Iountiou. On note cependant qu’à partir de la 5e dynas-tie, les bas-reliefs du site donnent le nom de Mentjiou aux peuples vaincus (cf. les stèles de Sahourê, Niouserrê et Pepi Ier ; Gardiner et al. 1952 : n° 8 pl. V ; n° 10, pl. VI ; n° 16, pl. VIII).

Fragment de Palerme Fragment Caire 5

An 19Frapper lesAsiatiques(Setjetiou)

An 21Frapper le

"peuple chien"(Ioutiou)

An 29Frapper les

Iountiou

An 30Fête-sed

Fig. 3Les campagnes

militaires de Den sur la pierre de

Palerme.

ARCHÉO-NIL ● n°20 - décembre 2010102

Pierre Tallet

4) Un bas-relief d’Ouserkaf dans son temple funéraire à Saqqara. Mention conjointe des Iountiou et des Mentjiou (Labrousse & Lauer 2000 : fig. 231) ;5-7) Trois bas-reliefs du temple d’accueil de Sahourê à Abousir ; deux d’entre eux men-tionnent conjointement les Mentjiou et les Iountiou (Borchardt 1913 : taf. 5, 19) ;8) Une mention des Iountiou sur un bas-relief très fragmentaire du temple haut d’Ounas à Saqqara (Labrousse et al. 1977).9-10) Deux mentions des Iountiou dans le complexe funéraire de Pépi II ; un bas-relief est très fragmentaire (Jéquier 1938 : pl. 35), l’autre associe encore une fois Iountiou et Mentjiou (Jéquier 1940 : pl. 13, en remon-tant deux fragments de l’inscription figu-rant sur la même planche).

On ne peut formellement exclure qu’Ioun-tiou et Mentjiou soient des termes géné-riques désignant des populations orientales, ce qu’ils deviennent indiscutablement à des époques postérieures de l’histoire égyp-tienne. L’ensemble des sources correspon-dant à cette période ancienne semblent cependant très cohérentes entre elles, et suggérent que ces deux anthroponymes, visiblement interchangeables, sont plus spécifiquement une façon de nommer les populations du Sud-Sinaï, région où les seules attestations hors vallée du Nil de ces peuples ont été découvertes. Notre idée est donc que le deuxième registre des étiquettes de Den − qui peut être décomposé en deux séquences − désigne en réalité un seul et

même événement : une campagne militaire probablement dirigée par le roi en per-sonne, en direction du Sud-Sinaï, et dont les bas-reliefs du ouadi el-Humur sont peut-être une commémoration très concrète.Un premier élément peut être déduit de la localisation même des bas-reliefs de Den au Sinaï (fig. 4): à la différence des autres ins-criptions de l’Ancien Empire découvertes dans cette région (ouadi Maghara, ouadi Kharig), elles ne semblent pas correspondre à une zone d’exploitation minière directe, selon les observations que nous avons faites sur le terrain. La minéralisation n’est certes pas très éloignée, et nous avons récemment découvert, au pied du Gebel Musaba (à quelque 8 km au sud-ouest de ces représen-tations), des fours métallurgiques anciens qui pourraient remonter au début de l’his-toire égyptienne. Cependant, par sa position, le rocher de Den semble plutôt marquer un point d’entrée, ou une voie d’accès, au nord de l’ensemble. Plus précisément, ce point semble être placé sur des pistes qui permet-tent de gagner, au nord, la bordure occiden-tale du Gebel Tih, où dès le néolithique de nombreux sites ont été densément occupés, notamment en raison d’abondantes res-sources en eau, et du contrôle qu’ils per-mettaient d’effectuer sur des itinéraires transitant par le centre de la Péninsule. Cette région est aujourd’hui assez bien connue, en raison du survey systématique qui avait été effectué dans les années 1970 par les équipes israéliennes, sous la direction de Beno Rothenberg, et de la reprise d’une prospection à grande échelle dans cette par-tie du Sinaï par les soins de l’Ifao et de l’Ird, dans les années 2000 (étude de François Paris). Les deux programmes aboutissent à des conclusions similaires : un site unique se détache tout particulièrement des centaines d’implantations qui ont été recensées dans cette zone immense du Gebel Tih-Gebel Bodeya. Il s’agit d’Ayn Fogeya, découvert en 1973 par Beno Rothenberg, qui n’hésitait pas à en faire « la plus ancienne ville connue au Sinaï » (Rothenberg 1979 : 117-119). Il est vrai que cette implantation est massive, dans son plan grossièrement circulaire de 120 m de diamètre environ, sa superficie

Fig. 4Carte de la zone minière du Sud-Sinaï et de la périphérie du Gebel Tih.

ARCHÉO-NIL 103 ●n°20 - décembre 2010

Le roi Den et les lountiou. Les Égyptiens au Sud-Sinaï sous la 1re dynastie

couvrant plus d’un hectare. Elle semble, de surcroît avoir été en contact régulier avec les Égyptiens, comme en témoigne l’abondant matériel céramique correspondant à la 1ère dynastie qui y a été retrouvé, actuellement étudié par Sylvie Marchand. La présence de nombreux artéfacts de cuivre, ainsi que d’un matériel métallurgique (fragments de creusets, scories) contribuent encore à associer le site à la zone minière, dont il est distant d’une cinquantaine de km. Ce site est, selon nous, un excellent candidat pour l’identification de la cité de Âa-An (la « Belle Porte » – peut-être justement sur une piste marquant l’entrée de la zone minière), dont la prise est évoquée par les étiquettes de Den. Et il nous semble très vraisemblable que dans le contexte des très nombreuses expéditions militaires lancées vers l’Orient, qui marquent une phase importante de son règne, ce souverain guerrier ait aussi cherché à prendre le contrôle direct d’une zone pour lui stratégique, au détriment d’un relais commercial qui en conditionnait jusque-là l’accès.Selon quelles modalités une telle expédi-tion a-t-elle pu se dérouler ? Un élément important nous est fourni par la documen-tation, qui enregistre le nom du chancelier Ankh-Ka, administrateur de haut rang du pays, dont la sphère d’activité ordinaire était la ville de Memphis, près de laquelle sa tombe a été identifiée (Emery 1949 : 71-75). C’est vraisem-blablement de cette capitale que l’expédition fut lancée, pour se rendre au Sinaï, soit par une voie terrestre contournant le golfe de Suez, soit par une voie maritime, en embarquant depuis la rade d’Ayn Soukhna pour accéder sur la côte occi-dentale du Sinaï à la hauteur de la zone minière (fig. 5). La récente découverte de tout un réseau de points portuaires sur la côte de la mer Rouge, qui ont fonctionné durant l’Ancien Empire (Ayn Soukhna, ouadi el-Jarf, el-Markha) rend très probable l’usage d’un tel itiné-

raire dès le début de l’histoire pharaonique, ce que les fouilles sur ces différentes implan-tations démontreront peut-être un jour. D’ores et déjà, des fragments de vaisselle de pierre remontant aux premières dynasties ont été découverts sur le site d’Ayn Soukhna, ce qui rend un tel scénario crédible. Une fois l’expédition débarquée sur la côte orientale du golfe de Suez, elle aurait facilement pu emprunter les itinéraires permettant de prendre pied sur le plateau de Tih, pour se diriger vers Ayn Fogeya. Ayn Higiya, sur le parcours du ouadi Abou Gada, pourrait avoir été un point de transit – une inscrip-tion beaucoup plus tardive, mais d’époque pharaonique, montre que ce site se trouve bien sur d’anciens itinéraires. Il est impos-sible d’en savoir plus sur les circonstances exactes de cette mission, mais le recoupe-ment des informations nous permet sans doute, chose rarissime, de restituer des évé-nements qui ont dû se dérouler autour de 2900 av. J.-C., au cours desquels une cité bien identifiable aurait été conquise, ouvrant la porte de la zone minière du Sud-Sinaï aux Égyptiens. La bataille de Âa-An aurait donc pu avoir lieu, selon les nouvelles indications dont nous disposons maintenant, quelque 800 km au sud-ouest de la ville de Qatna, proposée comme théâtre des opérations par Peter Kaplony (2002).

Fig. 5Reconstitution

hypothétique du cheminement de

l’expédition de Den au Sinaï.

ARCHÉO-NIL ● n°20 - décembre 2010104

Pierre Tallet

Les inscriptions de Den au ouadi el-Humur : un prototype ?Comme nous le signalions plus haut, les bas-reliefs de Den au ouadi el-Humur déve-loppent à nos yeux une imagerie qui peut sembler banale, tant elle a été par la suite utilisée au cours de la civilisation égyp-tienne. Le thème du pharaon massacreur – mis en oeuvre pour sa valeur prophy-lactique − apparaît ainsi jusqu’à l’époque gréco-romaine sur la plupart des monu-ments officiels égyptiens. Mais, à l’époque ancienne où ces représentations furent gra-vées, leur signification était peut-être très différente. Il est indiscutable que l’on a ici suivi le modèle qui était représenté par les objets cérémoniels de Narmer, le fonda-teur de la dynastie : c’est à ce dernier que revient la paternité du motif du massacre, mis en jeu sur sa fameuse palette conservée au musée du Caire. Une autre réminiscence des monuments de cette période peut être reconnue dans la mise en scène de l’entou-rage du roi – notamment sur le bas-relief médian où le souverain est accompagné à la fois du vizir et du porteur de sandales, deux personnages canoniques des monuments de Narmer. Cependant, ces bas-reliefs projet-tent l’action du roi à une tout autre échelle – reproduisant à quatre reprises la scène de massacre, et l’incorporant dans un jeu d’alternance des représentations royales qui énonce une définition de la monarchie même. Comme nous l’avons vu, la raison d’être de ces monuments pourrait être à l’origine liée à une véritable victoire sur le terrain, obtenue par le roi en personne, l’année même du jubilé consacrant ses 30 années de règne. Mais ces représenta-tions, disposées sur un axe de passage, ont sans doute à leur tour fortement influencé

les équipes qui ont été, aux époques sui-vantes, envoyées règne après règne en mis-sion au Sinaï. Dès la 3e dynastie, on observe sur les deux bas-reliefs datés du règne de Sekhemkhet au ouadi Maghara la reprise, plus formelle, des deux idées que transmet-taient les monuments de Den : le thème du roi massacreur d’une part, puis l’idée de la célébration royale, avec la représentation de deux portraits du souverain, qui se suivent en alternant les couronnes (Gardiner et al. 1952 : n° 1, pl. I). On retrouve cette théma-tique inchangée – mais il est vrai sans doute à l’occasion d’une véritable fête-sed – sur les bas-reliefs de Pepi Ier du ouadi Maghara (Gardiner et al. 1952 : n° 16, pl. VIII).Les monuments de Den au ouadi el-Humur ont pu jouer un rôle fondamental dans la diffusion à grande échelle d’une iconogra-phie royale beaucoup plus « confidentielle » avant cette date. Célébration d’une vraie vic-toire, contemporains d’une vraie cérémonie jubilaire, ils ont pu devenir, grâce à leur position d’affichage, un modèle dont se sont inspirés, de façon symbolique, la plupart des successeurs de ce roi. C’est peut-être, à l’origine, un simple hasard de calendrier qui a associé à la victoire au Sinaï des céré-monies de confirmation du pouvoir royal. Mais cette combinaison des deux théma-tiques semble avoir été par la suite, théori-sée et systématiquement mise en œuvre par les souverains de l’Ancien Empire. Encore au Moyen Empire, le fonctionnement du temple d’Hathor à Sérabit el-Khadim, au cœur de la zone minière du Sinaï, et de sa chapelle des Rois, semble, selon des moda-lités légèrement différentes, très largement dicté par les mêmes principes qui imbri-quent étroitement le succès de la mission et la légitimation du souverain sur son trône (Valbelle & Bonnet 1996 ; Tallet 2009).

ARCHÉO-NIL 105 ●n°20 - décembre 2010

Le roi Den et les lountiou. Les Égyptiens au Sud-Sinaï sous la 1re dynastie

BORCHARDT, L., 1913. Das Grabdenkmal des Königs Sahure, vol. II. Berlin.

CENIVAL, J.-L. DE, 1965. Un nouveau fragment de la Pierre de Palerme, BSFE, 44 : 13-17.

EMERY, W.B., 1949. Great Tombs of the First Dynasty I. Londres.

GARDINER, A.H., PEET, T.E. & CERNY, J., 1952. Inscriptions of Sinai I,2. Oxford.

GODRON, G., 1990. Études sur l’Horus Den et quelques problèmes de l’Égypte archaïque. Cahiers d’orientalisme 19. Genève.

JÉQUIER, G., 1938. Le monument funéraire de Pepi II, vol. II. Le Caire.

JÉQUIER, G. ,1940. Le monument funéraire de Pepi II, vol. III. Le Caire.

KAPLONY, P., 2002. The Bet Yerah Jar Inscription and the Annals of King Dewen – Dewen as ‘King Narmer redivivus’ [in:] VAN DEN BRINK, E.C.M. & LEVY, T.E. (eds.), Egypt and the Levant. Interrelations from the 4th through the Early 3rd Millenium BCE. Londres - New York : 464-486.

LABROUSSE, A., LAUER, J.-PH. & LECLANT, J., 1977. Le temple haut du complexe funéraire du roi Ounas. BdE 73. Le Caire.

LABROUSSE, A. & LAUER, J.-PH., 2000. Les com-plexes funéraires d’Ouserkaf et de Néferhétépès. BdE 130. Le Caire.

MIROSCHEDJI, P. DE, 2002. The Socio-political Dynamics of Egyptian-Canaanite Interaction in the Early Bronze Age [in:] VAN DEN BRINK, E.C.M. & LEVY, T.E. (eds.), Egypt and the Levant. Interrelations from the 4th through the Early 3rd Millenium BCE. Londres - New York : 39-57.

PETRIE, W.M.F., 1901. Royal Tombs of the Earliest Dynasties II. Londres.

RESK IBRAHIM, M. & TALLET, P., 2008. Trois bas-reliefs de l’époque thinite au ouadi el-Humur : aux origines de l’exploitation du Sud-Sinaï par les Égyptiens, Revue d’Égyptologie, 59 : 155-179.

RESK IBRAHIM, M. & TALLET, P., 2009. King Den in South-Sinai : the Earliest Monumental Rock Inscriptions of the Pharaonic Period. Archéo-Nil, 19 : 179-184.

ROTHENBERG, B., 1979. Sinai. Pharaohs, Miners, Pilgrims and Soldiers. Berne.

TALLET, P., 2009. Amenemhat II et la chapelle des rois ; à propos d’une stèle rupestre redécouverte à Sérabit el-Khadim. BIFAO, 109 : 453-473.

VALBELLE, D. & BONNET, CH., 1996. Le sanctuaire d’Hathor maîtresse de la turquoise à Sérabit el-Khadim. Paris.

WILKINSON, T.A.H., 2000. Royal Annals of Ancient Egypt. The Palermo Stone and its associ-ated fragments. Londres - New York.

Bibliographie