Atteinte des voies aeriennes et mort tardive a la suite dune tentative d'injection veineuse centrale de propylhexedrine

  • Published on
    03-Jan-2017

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Les R&sum& 885

    A la suite dun arrCt cardiaque, un homme age de 58 ans souffrant de dysrythmie refractaire et darteriosclerose severe manifesta une paraplegic flasque, une depression des reflexes tendineux profonds et ne manifesta aucune reaction thermo-algtsique en-decu de D7, malgre une sen- sibilite proprioceptive et vibratoire intacte. Une echocardi- ographie ne demontra ni caillot, ni vegetation au niveau de la valve prothetique et aucun thrombus dans lauricule gauche ou le ventricule gauche. La parapltgie du malade fut permanente, du moins pendant la ptriode de suivie de deux ans. Ces constatations suggbent que letiologie ttait une ischemie de la moelle Cpinitre du a une diminution de lapport sanguin dans la region de lartere spinale anttrieure (ASA); cependant , limagerie par resonance magnetique demontra des anomalies au niveau des signaux a travers la substance grise et au niveau de la substance blanche cen- trale adjacente. Les potentiels hoquts somesthtsiques (PES) mesurent la transmission neurale, dans la voie affer- ente de la moelle Cpiniere, qui est situee dans les cordons lateral et posterieur de la substance blanche; ceux-ci demontrerent un temps de latence entre D6 et D7. La moelle Cpinitre est aussi vulnerable a lischtmie transitoire que le cerveau. Lischemie de la moelle epinitre a la suite dun arret cardiaque decoule dune lesion importante au niveau de la come anterieure de la substance grise, appelee syndrome des art&es spinales anterieures; cependant, les voies des PES et la pathogen&se de lischtmie de la moelle Cpiniere necessitent des etudes plus poussees.

    0 INTOXICATION AUX BBTA-BLQQUANTS: QUAND LES SYMPTbH!lS APPARAISSENT-ILS CHEZ LA- DULTE? Love JN, pp 799-802.

    Une revue retrospective de rapports publies sur linges- tion de b&a-bloquants chez ladulte est presentte afin de determiner a quel moment les symptomes post-ingestion apparaissent. Trente-neuf ingestions symptomatiques de b&a-bloquants furent identifiees. Li?ge des malades variait entre 14 et 65 ans. Chez trente-et-un des malades (80%), les symptomes apparurent deux heures apres Iingestion. Aprb quatre heures, le nombre de malades symptoma- tiques eelevait a trente-huit (91%). Settlement un malade devint symptomatique aprks plus de quatre heures. Lap- parition au tours de la periode dobservation de bradycar- die et dun bloc auriculo-ventriculaire du premier degre semblait predire la toxicite chez ce malade qui devint hypo- tendu six heures post-ingestion. Pour les malades qui de- meurerent asymptomatiques au tours dune periode dobservation de 4 heures post-ingestion et dont lelectro- cardiogramme emit normal, aucun traitement pour depres- sion cardio-vasculaire tardive ne fut necessaire. Des etudes additionnelles simposent afin de determiner si le risque dapparition tardive de la toxicite apres six heures dobser- vation asymptomatique est suffisamment faible pour justi- fier un conge.

    0 ATTBINTE DES VOIES AERIENNES ET MORT TARDIVE A LA SUITE DUNE TENTATIVE DINJEC- TION VEINEUSE CENTRALE DE PROPYLHEXB- DRINE. Perez J, Burton BT, McGirr JG, pp 795-797.

    Le propylhextdrine est un medicament alpha- adrtnergique puissant qui est disponible sous forme de de- congestionnant nasal et que les toxicomanes utilisent par- fois comme injection veineuse centrale. Un homme de race blanche age de 25 ans fut amen& au departement durgence dun hopital local 32 heures aprts avoir tent6 de sinjecter du crack artisanal dans la veine jugulaire interne droite. A la suite de linjection, il constata une douleur du c&C droit du cou, suivie de fievre et de frissons. Au moment de ladmission a lurgence, il presentait un stridor a linspira- tion et une detresse respiratoire. Un oedtme massif du c&e droit du cou setendait de la partie anterieure du thorax jusqua la parotide droite. Les radiographies du cou revel- Crent un oedeme paracervical important accompagnt dun deplacement de la trachee. Le malade fut conduit en chirur- gie pour une intubation nasotracheale fibroscopique et une exploration chirurgicale. Le cou prtsentait une grande quantite de tissu r&rose qui fut debride chirurgicalement. Malgrt une antibiotherapie, une insuffisance r&ale et une hypotension rtfractaire a la therapie liquidienne firent leur apparition, suivies dun arr& cardio-respiratoire et le de&s du malade.

    0 PERFUSIONS INTRAVEINEUSRS EN MILIEU PRIkHOSPITALIER: SOLUTBS CRISTALLOIDES VERSUS DEXTROSE, Y-A-T-IL UNE DIFFkRBNCE? Sand IC, Jagoda A, Vukich D, pp 803-809.

    En situation prt-hospital&e, lors du transport de ma- lades atteints de problemes cardiaques ou neurologiques, la perfusion de maintien souvent utilist5e est une solution intraveineuse de 5% de dextrose dans leau. Cependant, il existe des indications voulant que les solutions de dextrose soient potentiellement dangereuses et que Ies solutes isoton- iques cristalloides soient le liquide de maintien de choix pour le traitement des malades peu importe leur atteinte sous-jacente. Les solutions de dextrose peuvent exacerber les dommages cellulaires ischemiques et ne peuvent &tre utiIiJes pour reanimer Ies malades hypotendus. Les solutes cristalloides ne causent pas de surcharge liquidienne lors- quils sont utilisees a des niveaux de maintien et sont des agents de reanimation efficaces pour le traitement de lhy- potension. Lutilisation dun seul solute cristalloide en situ- ation pre-hospital&e simplifierait la gestion de linventaire et les protocoles de soins, diminuerait les co&s et naurait aucun effet negatif sur les soins administres au malade.

    0 ETAT DE PRRPARATION EN CAS DE DBSASTRE DES AGENCES DE SOINS A DQMHTLE DANS LE SAN DIEGO COUNTY. Phreaner D, Jacoby I, Dreier S, McCoy N, pp 811-818.

    Cinquante-trois agences de soins Q domicile de San

Recommended

View more >