Comment la notion de mmoire volue dans les sculptures ... Untitled (paperbacks) 1997, o le spectateur est invit entrer dans la librairie et observer les moulages en ngatif des rangs de livres

  • Published on
    12-Feb-2018

  • View
    213

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li><p>Rachel Whiteread Comment la notion de mmoire volue dans les sculptures caractre monumentales de Rachel Whiteread? (src : http://www.er.uqam.ca/merlin/ge291221/textefam1501.html) Ne Londres en 1963, Rachel Whiteread est maintenant une jeune sculptrice de premier plan de la Grande-Bretagne. Suites ses tudes la Brighton Polytechnic et la Londons Slade School of Fine Art, elle dbute sa carrire en pratiquant des moulages dobjets tirs du quotidien et de parties de son corps: ear 1986. 1 Attire par les notions de mmoire et de relations que lhomme entretient avec les objets et lespace, elle effectue, en 1990, un virage important dans sa carrire. La conceptualisation dun corpus duvres de plus en plus monumentales lui permit dobtenir une reconnaissance importante au niveau international. 2 Rachel Whiteread commence sa pratique dans une poque de grands changements en art. Dans les annes 1980, lidologie du postmodernisme remet en question laspect linaire de lhistoire de lart comme il tait connu auparavant. 3 Au moment o Rachel Whiteread commence ce faire connatre, en 1990, plusieurs mouvements artistiques mergent: Bio art, Web art, Art numrique, Art en ligne. Ceux-ci tmoignent tous de la monte incroyable des avancs technologique et surtout de limpressionnant systme de communication qui sest install rcemment. Internet est un bon exemple. 4 De plus, lart se dmocratise et les tensions augmentent entre toutes les sphres de la communaut artistique crant dinnombrables dbats. Paralllement ces innovations et ces brusques changements culturels, la pratique de Whiteread reste apparemment plus traditionnelle dans le sens quil est un travail de la matire. Le corpus duvres a t slectionn par rapport au ct monumental qui mane de leur aspect mmoriel. En effet, les uvres tmoignent du pass qui cherche se matrialiser dans une uvre du prsent et ainsi simmortaliser. Ghost est un imprim du salon dune maison victorienne qui est prsent sous forme dune sculpture en pltre de couleur brut. Le mme procd est appliqu en ciment dans House, mais cette fois-ci, partir de lintrieur dune maison qui a d tre dmoli afin que loeuvre soit visible in situ. Water Tower se veut une commande publique utilisant un procd similaire. Seulement, cest de la rsine qui a t utilise comme mdium transparent afin de rappeler leau qui occupait le mme espace auparavant. Finalement, le principe est rutilis partir du ciment dans Holocaust Memorial A. K. A. nameless library. Il sagit dune commande de la ville de Vienne qui se veut un vritable monument la mmoire des juifs qui trouvrent la mort durant la Shoah. La mmoire est lun des fondements mmes de tout art. Que ce soit lacte de peindre par mimsis jusqu larchivage de vido de performance. Elle est une fonction, lcrit des faits, des ides. Elle est lhistoire. Cest parfois par une exprience esthtique qui nous marque ou par rptition quelle se cre. Cest elle qui forge les souvenirs culturels de la mmoire collective. La notion de mmoire est donc multi aspectuel. Lart est un langage qui utilise cette mmoire, personnelle et/ou collective, dans le but de communiquer un ou des sujets. Lartiste qui la manipule le fait laide de mdiums quelconque afin dlaborer ce langage, que ses ides soient purement personnelles ou pas. Dali utilisait celle-ci dans en y puisant de limagerie afin de faire ressurgir certain trs de sa personnalit. Dans le texte La Conqute de lirrationnel, il explique son importance dans les phases du rve quil voit comme une analogie du processus crateur. 5 Certains artistes, comme Rachel Whiteread, utilisent la notion de mmoire en avant-plan. Cette dire que son travail parle directement de celle-ci. tant donn que dans une approche de lart des notions prcises ressurgissent et voluent durant la carrire dun artiste, la question suivante se pose : comment la notion de mmoire volue dans les sculptures caractre monumentales de Rachel Whiteread ? Visible du coin West Broadway et Grand Street New York, Water Tower est la premire sculpture publique de Rachel Whiteread en Amrique. Dcrite par lartiste comme tant un Joyau dans lhorizon de Manhattan 9, cette uvre fut inaugure en juin 1998 et aura t visible jusquen 2000. Inspir par le flux constant du mouvement urbain de la ville de New York, lartiste part la recherche dun lieu dintgration plus appropri allant au-del des endroits communs aux uvres publiques. Malgr les contraintes physiques de cet environnement citadin, elle trouve quelques rservoirs deau dposs sur une haute structure mtallique situs prs du Manhattan Bridge, au ct de Brooklyn. Intress par le ct anonyme de ces structures industrielles, lartiste entreprend la rdaction de plans techniques pour mouler lintrieur de lun de ces rservoirs. Sculpture commmorative une certaine architecture, elle laisse voir le contenu du contenant, faisant ainsi rfrence sa fonction antrieure. D son apparence translucide, luvre finale, ralise en rsine, donne limpression que leau est reste fige malgr labsence de structure. 10 Ce projet fait maintenant parti de la collection permanente du muse dart moderne de New York. 11 </p></li><li><p> Amorc en 1996 et ralenti sur quatre ans dattente, Holocaust Memorial A.K.A. (Nameless Library) de Rachel Whiteread voit finalement le jour en 2000. Spcialement conue pour la Judenplatz de Vienne, cette oeuvre publique est ddie la mmoire des milliers de juifs qui sont dcds durant lHolocaust nazi. Dans le mme esprit que ses projets antrieurs, Ghost 1990 et House 1993, lartiste procde par remplissage dun vide pour crer du sens. Seulement, ce nest pas par empreinte que la notion de mmoire se manifeste. </p></li><li><p>Contrairement Untitled (paperbacks) 1997, o le spectateur est invit entrer dans la librairie et observer les moulages en ngatif des rangs de livres, laissant voir que lespace entre ceux-ci, le visiteur se heurte aux portes inverses, ne pouvant que contempler le btiment et les livres mouls en positif sortant des murs, cachant la reliure de ces derniers et gardant ainsi leur anonymat. Lobservateur est donc systmatiquement gard en dehors de la librairie, en dehors de lvnement quil mmorise. 12 En gnral, les travaux de Rachel Whiteread rappellent, par leur forme et leur couleur neutre, certaines uvres minimales des annes 1960. Par exemple, Ghost, par sa matrialit et sa forme, se rapproche beaucoup de Sans titre 1975 de Donald Judd. Par contre, les uvres de Whiteread oprent toute une relation avec leur rfrent (Objet moul) et sajoutent aux aspects thoriques des minimalistes. 13 Raction au dbordement subjectif de lexpressionnisme abstrait et de la figuration du pop art, ce courant porte sur la perception des objets et leur rapport lespace. Les uvres minimales sont rvlatrices de lenvironnement du spectateur 14. Comme lartiste Eva Hesse, les travaux de Rachel Whiteread sont plus quune rflexion lespace de luvre et du spectateur. Ils sont une empreinte commmorant lhistoire de son rfrent. Hesse questionne aussi lespace, mais elle apporte une autre dimension son travail en fabriquant ses sculptures la main. Ceci tmoigne donc dun rapport anthropologique face luvre. 15 Leur travail sinscrit plus particulirement dans un courant postminimaliste, plus communment appel process art. Ce nom est attribu par limportance accorde au processus qui reste palpable dans luvre une fois ralise. Cest ce processus qui apporte la dimension symbolique en plus des rapports lespace. Bibliographie Priodiques -RICHARD, Paul, The Washington Post: In the Anti-Room, No Ones Home, Washington, Lundi, 8 Novembre, 2004 -LUKE, Ben, KETELAAR, Sioban, Tate press office: Tate acquires major Rachel Whiteread works, Londre, 17 Fvrier, 2003 -VISSAULT, Mat, Etc.: Rachel Whiteread : Vue de lintrieur, Montral, Volume XV, Numro 57, p. 74, Printemps 2002 http://www.encyclopedia.com/doc/1G1-30332720.html -COGARD, Karl, Les cahiers du Muse National dArt Moderne: Rachel Whiteread: Le moulage comme sculpture, numro 96, t 2006, p. 4 25 -CASH, Stepanie, Art in America : Vienna finally gets Holocaust memorial - Rachel Whitereads Holocaust memorial, Janvier, 2001 Monographies -CRIQUI, Jean-Pierre, Double Mixte, ditions Jeux de Paume, Paris, 1995 -VILDER, Anthony, Warped Space, Massachusetts Institute of Technology, Londre, 2000, p. 143 149 -GROSS, Jennifer R., YOUNG, James E., HORNSTEIN, Shelley, TOWNSEND, Chris, The Art of Rachel Whiteread, Townsend and Hudson, Londre, 2004 -NDOYE-DIOUF, Khady Sandra, SEGUIN, Jean-Claude, Les cahiers du GRIMH no 3 : Image et Mmoire, Publication du GRIMH-LCE GRIMIA, Lyon, 2003 -CAUQUELIN, Anne, Que sais-je? : Lart contemporain, Presse universitaire de France, Paris, 1992 Sites Internet National Gallery of Art -http://www.nga.gov/press/2004/releases/fall/whiteread.shtm </p></li><li><p>Centre Internationale de Sculpture -http://www.sculpture.org/documents/scmag04/april04/WebSpecials/whiteread.shtml Muse Guggenheim -http://www.guggenheim.org/exhibitions/singular_forms/highlights_15a.html -http://www.guggenheim.org/exhibitions/past_exhibitions/whiteread/biography.html -http://www.guggenheim.org/exhibitions/singular_forms/highlights_15a.html Public Art Fund -http://www.publicartfund.org/pafweb/projects/98/whiteread_98.html -http://www.publicartfund.org/pafweb/projects/whiteread.htm -http://www.aleksandramir.info/texts/larsen_90s.html A weekly dose of architecture -http://www.archidose.org/Nov00/112000c.html Centre George Pompidou -http://www.pompidou-center.biz/education/ressources/ENS-minimalisme/ENS-minimalisme.htm Esthtique de la postmodernit -http://nosophi.univ-paris1.fr/docs/cgl_art.pdf 1 VISSAULT, Mat, Etc.: Rachel Whiteread : Vue de lintrieur, Montral, Volume XV, Numro 57, p. 74, Printemps 2002 2 CRIQUI, Jean-Pierre, Double Mixte, ditions Jeux de Paume, Paris, 1995, p. 14 et 15 3 CAUQUELIN, Anne, Que sais-je? : Lart contemporain, Presse universitaire de France, Paris, 1992,p.96 4 Ibid., p.41 5 NDOYE-DIOUF, Khady Sandra, SEGUIN, Jean-Claude, Les cahiers du GRIMH no 3 : Image et Mmoire, Publication du GRIMH-LCE GRIMIA, Lyon, 2003, p. 313 6 Ibid, p. 14 7 RICHARD, Paul, In the Anti-Room, No Ones Home, The Washington Post, Lundi, 8 Novembre, 2004 8 Union des artistes de lEst de Londres, http://www.artistsineastlondon.org/08_house/01text.htm 9 Public Art Fund, http://www.publicartfund.org/pafweb/projects/whiteread.htm 10 http://www.archidose.org/Nov00/112000c.html 11 Public Art Fund, http://www.publicartfund.org/pafweb/projects/98/whiteread_98.html 12 GROSS, Jennifer R., YOUNG, James E., HORSTEIN, Shelley, TOWNSEND, Chris, The Art of Rachel Whiteread, Townsend and Hudson, Londre, 2004, p. 162 172 13 Esthtique de la postmodernit, http://nosophi.univ-paris1.fr/docs/cgl_art.pdf, p. 20 et 21 </p></li><li><p> 14 Centre George Pompidou, http://www.pompidou-center.biz/education/ressources/ENS-minimalisme/ENS-minimalisme.htm 15 Esthtique de la postmodernit, http://nosophi.univ-paris1.fr/docs/cgl_art.pdf, p. 20 et 21 </p></li></ul>

Recommended

View more >