La poésie à l'école primaire,

  • Published on
    28-Jan-2017

  • View
    217

  • Download
    2

Embed Size (px)

Transcript

  • I.U.F.M. de BourgogneCONCOURS DE RECRUTEMENT : Professeur des coles

    La posie l'cole primaire, ou lorsqu'un art rput difficile rencontre des lves difficiles et en difficult

    MILLEREUX MARIE-LINE

    DIRECTEUR DE MMOIRE : JACQUES Martine

    Anne civile de la soutenance : 2007 Numro de dossier : 0500779A

  • Sommaire

    1 Introduction pp. 3-6 1.1 Choix du thme d'tude p. 3 1.2 Prsentation du contexte professionnel rencontr p. 3 1.3 Choix du sujet de mmoire p. 5

    2 Construction du problme pp. 6-13 2.1 Questionnement p. 6 2.2 Elments de rponses thoriques p.7 2.3 Problmatique p. 11 2.4 Hypothses d'action p. 11 2.5 Indicateurs d'valuation p. 12

    3 Description des actions pp. 13-23 3.1 Projet d'intervention p. 13 3.2 Sances p. 15 3.3 Exemples de productions p. 18

    4 Evaluation des actions pp. 23-26 4.1 Analyse des checs et des russites p. 23 4.2 Propositions de rajustement p. 24 4.3 Prolongement p. 26

    5 Conclusion pp. 26-28 5.1 Connaissances et comptences acquises grce au mmoire p. 26 5.2 Actualisation de mon projet de formation p. 28

    Bibliographie I-II

    Annexes III-LIII

  • 1 Introduction 1.1 Choix du thme d'tude

    Pour une licencie en Lettres Modernes passionne de posie et ayant choisi de surcrot l'option Littrature de Jeunesse au concours de recrutement des professeurs des coles, il semblait dans l'ordre des choses d'opter pour un thme d'tude en accord avec son domaine de prdilection.

    Cependant, au del de ma seule orientation scolaire ou d'un engouement en dfinitive tout personnel, je trouvais relativement alarmants divers constats sociaux tels que la faible mdiatisation d'un genre dont la part de march ne reprsente dj que 4% des ventes ou encore l'excs de timidit avec lequel ces mmes mdias promeuvent les potes contemporains, franais comme trangers. Bien persuade qu'il revient au creuset de l'cole rpublicaine de fondre ce patrimoine culturel qu'est le genre potique pour l'offrir en partage tous les lves dont elle a la charge, j'avais toutefois eu la dsagrable surprise de constater, lors de divers stages d'observation, que la posie, dans la ralit des classes, tait encore trop souvent cantonne au seul exercice de la rcitation et que les rayons des B.C.D. comme des bibliothques municipales n'taient que trop peu fournis la plupart du temps en recueils.

    C'est ainsi que, consciente que les efforts des professionnels auteurs, diteurs, bibliothcaires, professeurs des coles sduits par de rcentes innovations didactiques... - s'affirment heureusement en des manifestations culturelles de plus en plus prises du public et que les instructions officielles, loin de considrer le seul aspect ludique de la posie, lui reconnaissent des apports rien moins que cruciaux dans la matrise du langage et de la langue franaise, j'avais rsolu, la faveur de l't 2006, de tcher d'illustrer dans un mmoire les vertus de la pratique potique en milieu scolaire : rebelle, en effet, la seule considration de la matrialit de la langue, je ne souhaitais pas rduire l'exprience potique de simples jeux formels mais sensibiliser mes premiers lves au rapport spcifique de connaissance et de prsence au monde qui la fonde selon...

    Stphane Mallarm : La Posie est l'expression, par le langage humain ramen son rythme essentiel, du sens mystrieux des aspects de l'existence : elle doue ainsi d'authenticit notre sjour et constitue la seule tche spirituelle.

    1.2 Prsentation du contexte professionnel rencontr

    Le choix du thme d'tude tant donc arrt a priori, j'escomptais bien que mon affectation de stage fil dfinirait avec plus de prcision le sujet de mon mmoire. Seulement, je ne m'imaginais pas l'aubaine qu'allait reprsenter le cadre professionnel que l'on m'avait destin. En effet, les ralits matrielles et humaines en prsence n'ont pas induit la rception toute passive, comme vidente, d'une inspiration certes bienvenue mais quelconque sur la posie : matrice et fruit de mon mmoire, ce stage fil, au gr des mois qui s'coulaient, en a appel mes convictions personnelles et professionnelles les plus profondes. Aussi, je suppose qu' ce stade de la rflexion, une visite s'impose.

    Dpourvu de commerces comme d'administrations, l'environnement immdiat en est exclusivement rsidentiel. Classe en Zone d'Education Prioritaire (Z.E.P.), mon cole d'affectation apparat ainsi toute recroqueville au pied de barres H.L.M. d'apparence vtuste. Sujette des actes de vandalisme incessants (parmi lesquels : incendies, effractions, dtriorations des locaux et des quipements...), cette seule reprsentation tatique du quartier est encore quelquefois soumise des vnements violents : suicides, morts suspectes, viols, trafics divers.

    Des dmnagements rguliers voire des entorses la carte scolaire entranant suppressions

    3

  • de postes sur fermetures de classe depuis une dizaine d'annes, l'cole ne compte plus dsormais que quatre professeurs, pour une soixantaine d'lves environ. Le directeur, dont j'assure la dcharge tous les lundis, fait classe quinze lves de C.M.2. Issus de familles immigres dfavorises, les enfants inscrits dans cette cole primaire peuvent tre confronts des contextes personnels difficiles, parfois marqus par l'illettrisme parental, le chmage, la pauvret matrielle culturelle voire la maltraitance. Dans la classe, trois lves accusent un retard scolaire, cependant qu'un autre, orphelin de pre, a vu son orientation en enseignement spcialis refuse par sa mre l'anne prcdente. De plus, de l'opposition tacite ou affiche par certains l'gard de leurs professeurs aux violences physiques et morales perptres ou subies par d'autres, en passant par des lments profitant du chahut ambiant, les conditions de travail - pour les lves comme pour leurs professeurs sont fluctuantes mais toujours prouvantes.

    Les difficults qu'voque le mot Zep ne sont pas imaginaires. (...) La classe doit souvent tre construite jour aprs jour, parfois heure aprs heure. (...) de longs mois d'efforts peuvent se trouver anantis de matire inattendue par des flambes rgressives, des incidents survenus dans la classe ou dans l'environnement, par des ressauts dans les vies souvent difficiles des lves. 1

    Quoique leurs rsultats ne s'en ressentent pas ncessairement, la grande majorit des lves est donc sujette des difficults d'ordre scolaire et/ou comportemental.

    Relativement aux difficults d'ordre psycho-socio-affectif, il est tout d'abord notable que l'agressivit, entre pairs, l'emporte de loin sur l'entente et l'coute indice, s'il en est, d'une socialisation malaise. Les mmes ou d'autres lves manifestent galement leur instabilit motionnelle par le fait de sucer leur pouce ou encore par la recherche d'une relation duelle privilgie avec l'adulte : Pourquoi y a pas quinze matresses ? m'a demand cet gard un lve impatient, alors que j'tais assaillie par les sollicitations, en dbut d'anne. L'on sent aussi qu'une mauvaise reprsentation de soi, souvent assortie d'un manque de confiance ou au contraire de crises d'autorit, est l'oeuvre chez la plupart d'entre eux. C'est ainsi que, le premier jour, aprs que j'avais demand chacun de trouver un adjectif ou une expression pour se prsenter, un lve a annonc dans un premier temps d'un ton morne : Pas de cerveau ! , pour ensuite assortir ses mots d'attitudes destins faire rire ses camarades. Et de fait, mme si l'mulation dans de nombreuses situations est un des leviers d'apprentissage qui restent disposition de l'enseignant dans cette classe, il n'est pas toujours souhaitable de l'abaisser : les lves semblent vivre toute confrontation au groupe-classe comme une telle mise en danger identitaire que la prise de parole individuelle ou l'expos plusieurs tourne frquemment l'exercice comique ou la douloureuse exprience du pugilat.

    En ce qui concerne les difficults cognitives et langagires, il apparat que les lves se trouvent rapidement en situation de surcharge vis--vis des oprations mentales effectuer, ce qui occasionne des rsistances l'effort, de la lassitude, de l'agitation... Si la gestion des tches complexes leur est en effet dlicate dans l'ensemble, la comprhension des consignes orales comme crites donc, la matrise transversale du langage et de la langue franaise constitue souvent un obstacle majeur et premier, qu'un professeur dbutant souponne difficilement : lors d'un travail crit, je note ainsi ds la deuxime semaine la dyslexie de deux lves, cependant, que je suis, par exemple, surprise d'entendre un jour qu'une enfant de la classe, lorsqu'elle lit haute voix, n'estime pas ncessaire de prononcer les mots grammaticaux qu'elle rencontre au cours de sa lecture. Par ailleurs, du fait qu'une mthode leur est inconnue ou leur semble vide de sens, les lves, comme bon nombre d'enfants en difficult, sont aussi gnralement sduits par des procdures qui tirent vers l'automatisme mais limitent l'investissement individuel, rsultant, lui, d'une ncessit comprise,

    1. D. Bucheton et J.C. Chabanne. Ecrire en Z.E.P.. Un autre regard sur les crits des lves. Delagrave dition - CRDP de l'acadmie de Versailles, Paris, 2002. p. 7

    4

  • donc intgre. Enfin, plusieurs de leurs remarques de dbut d'anne (dont la malheureusement clbre question : C'est not ? ) ne laissent que trop penser que leur curiosit naturelle est plus teinte qu'on ne le voudrait en matire de savoir, que leur motivation, en un mot, tend tre extrinsque.

    Ainsi donc, l'ampleur de ces difficults psycho-socio-affectives et/ou cognitives est telle chez ces enfants en souffrance qu'elle ne pouvait qu'influer sur le resserrement de mon sujet de mmoire.

    1.3 Choix du sujet de mmoire

    Si je n'ai jamais song changer de thme d'tude, j'avoue n'avoir pas entrevu immdiatement comment le concilier au contexte professionnel rencontr. Si d'aucuns pensaient, compte tenu des conditions d'exercice de mon stage fil, qu'il tait prfrable que je m'oriente vers la seule matrise du langage et de la langue franaise, je demeurais convaincue, en accord notamment avec la politique de relance des Zones d'Education Prioritaire (Z.E.P.), que je n'avais pas revoir la baisse mes objectifs initiaux.

    Quinze ans d'existence ont permis aux ZEP de s'affirmer et de conqurir une lgitimit. Elles ont rsist aux silences, aux abandons, aux critiques et au scepticisme. Cette rsistance, positive, peut cependant receler un danger, celui de la marginalisation. En travaillant pour les ZEP, je veux que nous travaillions pour l'ensemble du systme ducatif : les lves des ZEP ne sont pas diffrents des autres, mais ils connaissent des conditions de vie plus difficiles. L'cole, comme partout, doit leur apporter l'acquisition des savoirs, la construction d'une culture commune, l'ducation la citoyennet et la formation qui permet l'insertion sociale. L'cole doit tre aussi ambitieuse pour eux que pour les autres : l'objectif en ZEP, comme ailleurs, est celui de la russite scolaire. 2

    Exprience langagire et, au-del, exprience ontologique, la posie est dfinie comme un art visant exprimer ou suggrer par le rythme l'harmonie et l'image 3. A la croise des axes syntagmatique et paradigmatique de la langue, elle est encore une qualit d'motion esthtique (que peut veiller un spectacle, un lieu, une situation) voire l'aptitude (d'une personne) prouver l'tat, l'motion potique . Ainsi, s'il me semblait naturel de placer la posie, rpute d'un abord difficile, au centre du triptyque dire, lire, crire propre aux objectifs de matrise de la langue crite et orale, je souhaitais galement que mes lves accdent un patrimoine culturel potique trop souvent mconnu ou sous-exploit en classe. Et, de fait, je n'envisageais pas la posie sous le seul angle de la traditionnelle rcitation, souvent perue comme une pratique purement scolaire et ludique. Il me semblait essentiel d'inciter mes lves de CM2 rflchir sur la posie non seulement pour dvelopper leur conscience mtalittraire mais encore pour rconcilier ces enfants avec l'cole. Dans un tel contexte en effet, il est douloureux de constater que la motivation intrinsque d'lves si jeunes est dj prouve dclinante. Par ailleurs, compte tenu des difficults socio-affectives manifestes par mes lves, j'escomptais qu'un tel travail sur la posie agirait galement comme un outil de rgulation des comportements, en ce que cela me semblait mme d'apaiser les relations entre pairs par l'tablissement ou la restauration d'un rapport intime au savoir.

    2. Education Nationale, Recherche et Technologie, Circulaire no 97-233 du 31 octobre 1997, Bulletin officiel de l'Education Nationale (N40 du 13 novembre 1997).

    3. Le Nouveau Petit Robert, dictionnaire alphabtique et analogique de la langue franaise. Nouv. d. mise jour. Dictionnaires Le Robert, 2002. Posie p. 1988.

    5

  • Au terme de longues rflexions nourries de lectures comme d'entretiens avec mon directeur de mmoire, je rsolus, enfin, d'abandonner la mention Z.E.P. , qui, dans sa spcificit, ne me semblait pas rendre compte de la vocation gnrale de mon projet d'action. Toutes convictions que mes lectures thoriques sur la question relayaient d'ailleurs :

    Nous ne sommes pas srs qu'il y ait une pdagogie spciale Zep , ni mme qu'au fond les lves Zep soient d'une autre nature que les lves... ordinaires. Ce dont nous voulons rendre compte vaut pour tous. 4

    Le problme est que [cela] laisse penser que ce chantier ne concerne que les enseignants qui travaillent avec un certain type d'lve dans un certain type d'tablissement. Nous pensons que les observations faites dans les classes difficiles permettent de comprendre les difficults qui sont celles de n'importe quelle classe ; et que les dmarches valables dans les classes les plus difficiles le sont a fortiori dans des classes plus ordinaires. 5

    L'intitul de mon sujet, n de l'union entre un thme d'tude pointu et un contexte professionnel sensible, devint donc ainsi : La posie l'cole primaire, ou lorsqu'un art rput difficile rencontre des lves difficiles et en difficult .

    2 Construction du problme

    Aprs avoir motiv, en introduction, le choix d'un tel sujet de mmoire, il convient d'exposer, dans cette deuxime partie, la problmatique professionnelle adopte, dterminante pour la conception et la mise en oeuvre de tout projet d'action.

    2.1 QuestionnementSi l'on est en droit de supposer que l'enseignement d'un genre littraire spcifique ne

    constitue pas un obstacle majeur pour une licencie en Lettres, l'ont peut craindre que les comptences professionnelles lies aux situations d'apprentissage, la conduite de la classe et la prise en compte de la diversit des lves soient en revanche plus problmatiques pour un professeur-stagiaire, de surcrot confront pour la premire fois un contexte difficile. Mon projet...

Recommended

View more >