21
L'Acropole d'Athènes Parthenon Erechteion Statue d’Athéna Promachos Propylées Pinacothèque Temple d’Athéna Nikê Le mot "Acropole" signifie ville à l’écart, et il existe de nombreuses acropoles dans toute la Grèce. Elles ont toujours été situées sur un endroit élevé, et ont souvent servi de lieu de refuge et de défense contre les divers ennemis. Celle d’Athènes est la plus connue de toutes, et est donc souvent dénommée «l'Acropole». Pour se faire une idée exacte de ce qu’étaient les sites antiques, il faut en imaginer les couleurs. En effet, tous les monuments étaient peints dans des couleurs vives que le temps n’a pas conservées. Mythologie : Le fondateur d'Athènes et de la civilisation grecque était, selon la mythologie, le roi Cécrops. Il est né de la terre et était mi-homme mi-serpent. Il a enseigné au peuple de nombreux métiers, ainsi que les coutumes funéraires, et a décidé qu’un dieu devrait protéger la ville. Il y avait deux candidats : la déesse Athéna et le dieu Poséidon. Afin de prouver leur valeur, ils se sont chacun présentés avec un cadeau pour la ville. Poséidon a frappé son trident dans le rocher de l'Acropole et un puits fut créé. Les gens coururent pour boire son eau, mais la crachèrent car elle était salée. Puis Athéna toucha le sol, et un olivier poussa. Cela s'avérait être un présent beaucoup plus utile, et Cécrops décida ainsi qu’Athéna serait la déesse protectrice de la ville, lui donnant son nom.

L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

  • Upload
    lethien

  • View
    231

  • Download
    0

Embed Size (px)

Citation preview

Page 1: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

L'Acropole d'Athènes

Parthenon

Erechteion

Statue d’Athéna Promachos

Propylées

Pinacothèque Temple

d’Athéna Nikê

Le mot "Acropole" signifie ville à l’écart, et il existe de nombreuses acropoles dans toute la Grèce. Elles ont toujours été situées sur un endroit élevé, et ont souvent servi de lieu de refuge et de défense contre les divers ennemis. Celle d’Athènes est la plus connue de toutes, et est donc souvent dénommée «l'Acropole».

Pour se faire une idée exacte de ce qu’étaient les sites antiques, il faut en imaginer les couleurs. En effet, tous les monuments étaient peints dans des couleurs vives que le temps n’a pas conservées.

Mythologie: Le fondateur d'Athènes et de la civilisation grecque était, selon la mythologie, le roi Cécrops. Il est né de la terre et était mi-homme mi-serpent. Il a enseigné au peuple de nombreux métiers, ainsi que les coutumes funéraires, et a décidé qu’un dieu devrait protéger la ville. Il y avait deux candidats : la déesse Athéna et le dieu Poséidon. Afin de prouver leur valeur, ils se sont chacun présentés avec un cadeau pour la ville. Poséidon a frappé son trident dans le rocher de l'Acropole et un puits fut créé. Les gens coururent pour boire son eau, mais la crachèrent car elle était salée. Puis Athéna toucha le sol, et un olivier poussa. Cela s'avérait être un présent beaucoup plus utile, et Cécrops décida ainsi qu’Athéna serait la déesse protectrice de la ville, lui donnant son nom.

Page 2: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

Histoire de l'Acropole : L'Acropole aurait été habitée au moins depuis le 7ème millénaire avant J-C. Au cours de la civilisation mycénienne, des murs ont été construits autour de l’Acropole et il a été prouvé qu'il y a aussi eu un palais mycénien. Au VIème siècle avant J-C, l'Acropole a tout à fait changé de rôle. Ce n'était plus un palais, mais un sanctuaire. Chaque année, une énorme procession avait lieu sur l'Acropole, et la statue en bois d'Athéna était habillée et menée en procession. Les jeux Panathéniens ont également été très importants. Les jeux incluaient à la fois des compétitions sportives et musicales, et le gagnant recevait une amphore pleine d'huile d'olive (l'olivier étant l'arbre sacré d'Athéna). Pendant les guerres médiques (contre les Perses) du Vème siècle, les Athéniens ont commencé à construire le Parthénon, mais les Perses ont brûlé l'Acropole.

L'Acropole de Périclès

Entouré d'artistes, Périclès conçut le projet de réaménager l'Acropole selon un plan d'ensemble. Pour financer ce projet très coûteux, on utilisa le tribut annuel payé par les cités alliées d'Athènes ; de plus, en 454, le trésor de cette ligue fut transféré de Délos sur l'Acropole. Les travaux purent donc commencer vers 450, avec Phidias pour maître d'œuvre. Celui-ci commandait à toute une foule de maçons, d'architectes, de peintres et de sculpteurs. La construction se poursuit, la guerre du Péloponnèse (431-404 avant J.-C.) ne faisant que suspendre les travaux, à certaines périodes, sans jamais les arrêter complètement.

Après Périclès

Lorsque les Romains ont conquis la Grèce au IIème siècle avant J-C, de nombreux sanctuaires ont été pillés. Statues et autres œuvres d'art ont été prises d’Olympie et Delphes et emmenées à Rome, mais l'Acropole a été laissée à peu près intacte. Certains empereurs y ont cependant fait quelques ajouts. Au cours du Moyen Age, plusieurs des temples de l'Acropole ont été convertis en églises chrétiennes. Un des faits très caractéristiques est que le Parthénon, qui avait été un temple dédié à la déesse vierge Athéna, est alors devenue une église dédiée à la sainte vierge Marie.

Quand les Turcs sont venus vers la fin du 16ème siècle, ils ont transformé le Parthénon en mosquée. Jusqu'au 17ème siècle, le temple a été relativement épargné, mais en 1687, les Vénitiens ont bombardé l'Acropole, et un projectile a frappé le Parthénon, que les Turcs utilisaient pour stocker la poudre. Le temple a explosé et c'est pourquoi il n'a pas de toit aujourd'hui. Au début du 19ème siècle, l'Anglais Lord Elgin a été invité par le sultan à prendre avec lui divers objets de l'Acropole. Il a alors pris de nombreux marbres, qui jusqu'à aujourd'hui sont au British Museum, malgré les tentatives grecques pour les

Page 3: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

récupérer. Malgré tout ce que l'Acropole a traversé, c'est vraiment la pollution de l'Athènes moderne qui est son pire ennemi. Le problème est connu depuis plusieurs décennies maintenant, mais aucune véritable solution n'a encore été trouvée.

Plan général de l'Acropole

Page 4: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

Le Parthénon

Le premier temple en marbre consacré à la déesse Athéna (vieux Parthénon), construit à partir de 490 avant Jésus-Christ, sera détruit par les Perses dix années plus tard. Le nouveau temple d'Athéna Parthénos, qui repose sur les fondations de l'ancien, construit en marbre du Pentélique (montagne près d’Athènes) sera érigé à partir de 447 avant Jésus-Christ. Dessiné par les architectes Ictinos et Callicratès, il sera achevé en 432 avant Jésus-Christ. Phidias, ami de Périclès, exécutera le décor sculpté et supervisera la construction de l'édifice en marbre.

Page 5: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

La colonnade extérieure (péristasis) compte 8 × 17 colonnes, soit un total de 46 colonnes qui entourent l’ensemble du temple sur ses quatre côtés (temple periptère). Le Parthénon sera le premier temple doté d'un large sécos (partie intérieure du temple) de trente mètres de long. La colonnade intérieure (6 colonnes) se situe uniquement sur les deux côtés les plus courts (Amphiprostyle). Le sanctuaire (naos) abrite une statue chryséléphantine (or et ivoire) d'Athéna de douze mètres de hauteur sculptée par Phidias. Elle était précédée d'un bassin permettant de maintenir un degré d'humidité suffisant à la bonne conservation de l'ivoire et était entourée, sur trois cotés, d'une colonnade surmontée d'une deuxième colonnade. La salle du trésor, protégée par un mur transversal et dotée de quatre colonnes ioniques, occupait la partie occidentale du temple. Des frises sculptées ornaient l’ensemble des parties pleines de l’édifice. La frise dorique extérieure, exécutée par Phidias, comprend 92 métopes (rectangles sculptés) représentant : - à l'est : la Gigantomachie, le combat des dieux et des Géants - à l'ouest : une Amazonomachie : le combat des Grecs contre les Amazones - au sud : des combats contre les Centaures - au nord : des scènes de la guerre de Troie. Cette frise, encore très partiellement en place, est pour l'essentiel exposée au British Museum, et, dans une moindre mesure, au Musée du Louvre. Le fronton oriental (entrée) était orné de l'épisode de la naissance d'Athéna, sortant de la tête de Zeus, et le fronton occidental (arrière du Parthénon) celui de la dispute de Poséidon et d'Athéna. La frise intérieure de 160 mètres de long, également sculptée par Phidias, représentait la procession des Panathénées. (voir paragraphe ci-dessous consacré aux Panathénées)

Ergastines : les jeunes filles et jeunes femmes des grandes familles athéniennes qui tissaient le péplos.

Page 6: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

Les Propylées

Le gros œuvre du Parthénon étant achevé dès 438, le deuxième chantier du programme de Périclès put commencer. L'architecte Mnésiclès se vit chargé de la construction des Propylées, entrée monumentale de l'Acropole. Construits en marbre du Pentélique, les Propylées forment une entrée composée d'un corps central et de deux ailes en retour.

Le temple d'Athéna Nikê

Tout près des Propylées fut construit, de 427 à 424, le petit temple d'Athéna Nikê (« la Victoire personnifiée »). Cet édifice miniature, fut réalisé à partir des plans de l'architecte Callicratès. Entièrement érigé en marbre du Pentélique, au sommet d'une haute tour (pyrgos), ce temple signale l'entrée de l'Acropole. Le temple, de style ionique, se compose d'une seule chambre qui abritait la statue du culte en bois (xoanon). Ce temple est également appelé temple de la victoire aptère (sans ailes, puisque la statue n’était pas représentée avec des ailes contrairement à la statue d’origine détruite par les perses).

Page 7: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

Pinacothèque

En face du temple d’Athéna Nikè, de l’autre côté des Propylées, se trouve l’édifice destiné à abriter les tableaux de maitres, la Pinacothèque.

L'Érechthéion

Élevé en l'honneur d'Érechthée, roi légendaire d'Athènes, l'Érechthéion était le lieu de culte essentiel de l'Acropole depuis ses origines ; intimement lié à la fondation et à la pérennité de la Cité, il le restera toujours. De ce fait, c'est un assemblage complexe de plusieurs sanctuaires. Le bâtiment, de style ionique, reproduit à peu près le dispositif intérieur du vieux temple d'époque archaïque, auquel se trouvent ajoutés deux éléments annexes, le portique nord et le portique des Caryatides au sud.

Le portique des Caryatides

Ce portique constitue le motif le plus original de l'Érechthéion. Six statues de jeunes filles servent de support. Droites, vêtues de longues tuniques ioniennes, elles portent en guise de coiffure un chapiteau circulaire. Ce portique servait peut-être de tribune depuis laquelle certains personnages officiels pouvaient contempler le défilé et les cérémonies des Panathénées, en même temps qu'il masquait l'escalier reliant l'Érechthéion à la terrasse de l'Acropole.

Page 8: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

A l’extrémité Est de l’Acropole, sur sa partie la plus haute, on a retrouvé les vestiges d’un temple dédié à Zeus, ainsi qu’un temple circulaire construit par les romains, dédié à Rome et Auguste.

Les statues d’Athéna

Statue d’Athéna Promachos

La première des grandes statues colossales de Phidias, de 9 mètres de haut, lance au bras, dominait l'acropole, Athènes et le port du Pirée par lequel les étrangers venus par la mer entraient dans la capitale attique.

Statue d’Athéna Parthenos chryséléphantine

Le Parthénon abritait la statue d'Athéna Parthénos (Athéna jeune fille). Celle-ci mesurait 16 mètres, et était anamorphosée (la tête était proportionnellement plus grande que les pieds). Athéna Parthénos (en grec : Παρθένος Ἀθηνᾶ) était une sculpture chryséléphantine (faite d'or et d'ivoire) faite par Phidias. Un certain nombre de répliques et

Page 9: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

d'œuvres s'inspirent de l'original. La divinité en arme tenait une Victoire dans sa main droite.

Athéna est la déesse protectrice d'Athènes et la statue réalisée en son honneur est considérée comme l'un des plus grandes réalisations de Phidias. Phidias a commencé son travail autour de 447 av. J.-C. La statue a été endommagée par un incendie vers 165 av. J.-C., mais fut restaurée. Elle a continué de trôner dans le Parthénon jusqu'au Ve siècle après J.C. où un autre incendie l’a détruite.

La statue xoanon (en bois) et les Panathénées

La statue en bois d'Athéna, qui à l'origine se trouvait sur l'Acropole serait supposée être tombée du ciel. La statue d’Athéna en bois se situait dans le temple d’Athéna Nikê et était honorée lors des Panathénées. A Athènes, l’année officielle débute en juillet au mois d’Hécatombéon. Tout à la fin de ce mois, c’est la grande fête nationale d’Athéna, patronne de la cité, les Panathénées. La fête annuelle dure 3 jours, mais tous les 4 ans, elle est célébrée avec encore plus de fastes et dure au moins 6 jours (Grandes Panathénées).

Les festivités commencent par des concours musicaux. Les concours gymniques suivent, ils comportent notamment des courses aux flambeaux et de chars ainsi que des épreuves de lutte... Les athlètes reçoivent de l’huile des oliviers sacrés d’Athéna dans des amphores dites " panathénaïques ". Leur décor comporte, d’un côté, Athéna et de l’autre, la représentation du concours (par exemple la course à pied) auquel le prix a été remporté.

Puis, le dernier jour au lever du soleil a lieu la grande procession qui, partant du quartier du Céramique, suit la voie sacrée, traverse l'Agora d’Athènes pour porter solennellement sur l’Acropole le péplos brodé chaque année par des jeunes filles choisies, et destiné à habiller la vieille statue en bois d’Athéna.

Tous les corps de la cité, forment un long cortège soigneusement ordonné. Les magistrats, accompagnés par les représentants des autres cités et les prêtres sacrificateurs avec leurs animaux ouvrent la marche, suivent les jeunes filles avec le péplos. Ensuite viennent les citoyens, les métèques, puis les femmes et les enfants des citoyens et, enfin fermant la procession, les jeunes citoyens à cheval.

Une fois sur l’Acropole, devant le petit temple d’Athéna on sacrifiait d’abord 4 bœufs et 4 moutons, puis, sur le grand autel situé devant le Parthénon, on égorgeait autant de vaches qu’il en fallait pour nourrir la ville entière, et c’est sans doute cette hécatombe qui donna au mois son nom nouveau d’Hécatombéon. Les festivités se referment donc sur un immense repas en commun avec les animaux sacrifiés.

Page 10: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

Odéon d’Hérode Atticus

Ce théâtre fut construit en 161 avant J.C., commandé par un riche grec d’origine romaine, en mémoire de sa femme Regilla, morte en 162. Il a un style très romain et pouvait contenir 5000 spectateurs.

Théâtre de Dionysos

Le théâtre de Dionysos est un des premiers théâtres de la Grèce antique, considéré comme le berceau du théâtre grec antique et de la tragédie. Il est situé sur le versant sud de l'acropole d'Athènes.

Il doit son nom à Dionysos, dieu du vin. Les grandes fêtes des Dionysies s'y tenaient chaque année en son honneur. Il s'agissait initialement de chants rituels, de danses et de sacrifices rituels, qui se sont transformés peu à peu en œuvres théâtrales. C'est là que furent créées les célèbres tragédies classiques d'Eschyle, Sophocle et Euripide. Le théâtre remonte au Ve siècle av. J.-C. Au début, il comportait juste une orchestra en terre battue et une scène construite en bois, et les spectateurs prenaient place sur la pente naturelle du lieu. En 420 furent construits des gradins en bois. La construction en pierre que l'on peut admirer aujourd'hui fut aménagée au IVème siècle avant J.C. (Voir article sur Epidaure et le théâtre)

La cavea (mot romain pour désigner l’ensemble des gradins en pierre) est adossée à la paroi rocheuse de l’Acropole, idéale pour l’acoustique. Le théâtre pouvait contenir 17000 spectateurs (12000 à Epidaure). Au 1er siècle après J.C., sous le règne de Néron, est réalisée la frise du proskenion (mur de scène) dont les sculptures évoquent le mythe de Dionysos. Au milieu de la scène, se trouve l’autel consacré à Dionysos, autour duquel se répartissait le chœur. Au premier rang des gradins, un peu plus haut que les autres, on peut voir le siège du grand prêtre de Dionysos.

Page 11: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

Les répétitions avaient lieu dans l’Odéon de Périclès, situé à gauche du théâtre.

Les sanctuaires d’Asclépios

On a retrouvé, entre l’odéon d’Hérode Atticus et le théâtre de Dionysos, les ruines de deux sanctuaires dédiés à Asclépios. Au pied de la paroi rocheuse on peut voir les restes d’une galerie, un portique : le portique d’Eumène. C’est à l’abri de ce portique que dormaient les malades qui attendaient le rêve par lequel Apollon leur indiquerait le moyen de guérir. Attenant au portique, un petit édifice circulaire contenait la source sacrée destinée à la purification des malades. Sur les lieux du sanctuaire, des fouilles ont permis de découvrir une basilique de datation plus récente, consacrée à deux saints, Damien et Cosme, deux médecins arabes. Cette découverte montre que les chrétiens avaient également consacré ce lieu à la médecine.

Page 12: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

Autour de l’Acropole

Le musée de l’Acropole

Le musée abrite 4000 pièces trouvées lors des fouilles archéologiques de l’Acropole. Il a ouvert ses portes en 2009 et son architecture a été conçue de manière à exploiter au mieux la lumière naturelle. D’immenses baies vitrées permettent de voir l’Acropole depuis la moitié des salles.

Au rez-de-chaussée, le sol est vitré, ce qui permet de « marcher » sur les vestiges des différentes époques d’Athènes et confirment l’existence de la ville depuis 3000 avant J.C. Le visiteur peut deviner les restes des rues, des maisons, des ateliers d’artisans, des sanctuaires.

Au premier étage, on trouve la galerie archaïque ainsi que les pièces correspondant aux époques qui ont suivi la construction du Parthénon.

Au deuxième étage, le centre multimédia permet de voir des documentaires sur l’Acropole et le Parthénon. Depuis la terrasse, on a vue sur le site de l’Acropole.

Au troisième étage, la Salle du Parthénon, qui respecte les dimensions et l’orientation du Parthénon présente une reconstitution de la frise du temple (procession des Panathénées). La frise, longue de 160 mètres était composée de 115 blocs juxtaposés. On pouvait y voir 378 représentations de dieux ou d’humains, 200 représentations

Page 13: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

d’animaux. Parmi eux, des chevaux tiraient des chars, suivis de personnages portant les offrandes à Athéna. La reconstitution de la frise a permis de confirmer qu’un tiers seulement des vestiges de cette œuvre d’art est à Athènes. Pour admirer le reste, il faut se rendre au British Museum de Londres puisque les anglais continuent de refuser la restitution de leur bien aux grecs.

La colline de Philopappos

Monument de Philopappos

Dans l’Antiquité, cette colline, haute de 147 mètres, était consacrée aux Muses, d’où son nom de Mouseion : colline des Muses. A l’époque, ce lieu de l’ancienne cité était densément peuplé et de nombreux axes routiers y menaient. Aujourd’hui, on retrouve les vestiges de ces anciennes habitations (troglodytes pour beaucoup) au fur et à mesure de l’escalade de la colline et au milieu des pins qui ont poussé depuis. L’un de ces vestiges est d’ailleurs désigné, selon une légende fantaisiste, comme étant le lieu où Socrate finit ses jours avant d’être empoisonné. A l’arrivée au sommet, tout Athènes se dresse au pied de la colline : les habitations, l’Acropole, l’Hymette, le port du Pirée, la plaine de l’Attique et le golfe Saronique au loin. Enfin, vers l’ouest, on peut admirer le théâtre de Philopappos, où ont lieu des spectacles de danses folkloriques en été.

Tout en haut de la colline des Muses se dresse le monument de Philopappos, monument funéraire érigé entre 114 et 116 après JC (date incertaine) en mémoire de Gaius Iulius Antiochus Epiphanes Philopappus, sénateur romain, bienfaiteur d’Athènes et petit fils d’Antiochos IV, dernier roi de Commagène.

Philopappos a vécu la plus grande partie de sa vie à Athènes (car sa famille était en exil) où il a exercé la fonction de chorège (il produisait des spectacles) et d’agonothète (il était juge des jeux).

Page 14: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

C’est sa sœur qui fit construire ce monument funéraire à sa mort. Tout en marbre, il a été très bien conservé et on peut encore l’admirer aujourd’hui au lieu où il fut érigé à l’époque. Surtout, c’est à ses pieds que l’on jouit du meilleur panorama possible sur toute l’Acropole.

La Pnyx

Sur l’un des flancs de la colline des Muses (ou colline de Philopappos), se trouve la Pnyx, amphithéâtre naturel, lieu où se tenait l’assemblée du peuple, du VIème au IVème siècle avant J.C., lors de la démocratie athénienne. Les citoyens athéniens y siégeaient, pouvaient prendre la parole et discutaient les projets de loi. Le quorum était de 6000 personnes assistant aux débats.

La colline de l’Aréopage

L’Aréopage

L'Aréopage (en grec Áreios págos) était à Athènes la « colline d'Arès », située à l'ouest de l'Acropole ; c'était aussi le nom du conseil qui s'y réunissait. L'Aréopage est aussi le nom porté au XXIe siècle par l'institution juridique suprême de Grèce. Du point de vue géologique, la colline de l'Aréopage est un énorme monolithe de marbre gris bleu veiné de rouge, qui domine l'agora d'Athènes. Un peu partout, sur ses flancs et en son sommet, des creusements dans la roche, formant plates-formes, sont les seuls vestiges de générations de bâtiments antiques.

Page 15: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

Selon une légende, on l'appelait ainsi parce qu'Arès y avait été jugé par les dieux et acquitté du meurtre d'Halirrhotius, fils de Poséidon, qui avait violé la fille d'Arès à cet endroit. D'autre part, encore d'après la légende, c'est là qu'Oreste fut jugé pour le meurtre de sa mère Clytemnestre, par un tribunal réuni par Athéna et maintenu par la suite. Initialement, le conseil de l'Aréopage devait conseiller le roi. Son influence grandit à mesure que la royauté diminuait, jusqu'au VIIe siècle av. J.-C., où il exerçait le pouvoir politique d'un véritable gouvernement. Après les réformes de Solon, ses membres furent recrutés parmi tous les anciens archontes, qui en devenaient membres à vie, et qui représentaient les riches par opposition aux simples aristocrates, si bien qu'il devint un organisme moins exclusif. Ses pouvoirs politiques furent peut-être redéfinis, et dans une certaine mesure limités par Clisthène, mais il resta puissant jusqu'aux guerres médiques. Avec le progrès rapide des institutions démocratiques, il perdit de son prestige et de son pouvoir politique après -487, lorsque les archontes furent tirés au sort, et que ce n'étaient plus des hommes de grandes compétences que l'on choisissait. L'Aréopage siégeait la nuit : on n'y permettait aucun artifice oratoire pour émouvoir ou attendrir les juges. Aussi l'Aréopage jouit-il longtemps d'une grande réputation d'impartialité, qu'il perdit au Ve siècle av. J.-C. En -462, Éphialtès lui retira la garde des lois et diminua sa compétence. Il conserva son rôle de tribunal pour les affaires de meurtres, mais il perdit toute son importance politique. Il existait encore au IVe siècle av. J.-C.

L’Agora

En descendant de l'Acropole, on domine l'agora. La place publique fut le centre de toute la vie de l'Athènes antique, elle était ouverte sur la ville (contrairement aux sanctuaires) et exerçait de nombreuses fonctions :

Bref historique de l'agora : Les différents plans selon les époques témoignent que l'agora n'est pas unique mais qu'elle a pris des visages différents au gré des constructions, destructions, reconstructions.

- dès le néolithique (3000 av. J.-C.) et jusqu'à l'époque géométrique (700 av. J.-C.), le lieu est habité sans discontinuité (les tombes avec un mobilier riche en témoignent). - début du VI° siècle av. J.-C (époque de Solon) : l'espace de l'agora est utilisé comme place publique, les premiers sanctuaires et bâtiments publics sont construits sur le côté ouest jusqu'au début du V° s av. J.-C. - 480-479 av. J.-C : les Perses détruisent ou endommagent fortement les édifices. - jusqu'à la fin du V° siècle av. J.-C., les édifices détruits sont reconstruits ou restaurés et de nouveaux bâtiment apparaissent sur les côtés nord et sud (le temple d'Héphaïstos est commencé en -450). - à l'époque hellénistique (II° siècle av. J.-C.), de grands changements surviennent

Page 16: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

avec la construction des Portiques (colonnades) qui donnent à l'agora une forme rectangulaire. - En 86 av. J.-C, le romain Sylla saccage Athènes, l'agora est très endommagée. - En 267 ap. J.-C : les Hérules (barbares venus du Nord) détruisent l'agora. Avec les matériaux on construit des fortifications autour de l'Acropole et de l'agora romaine (mur dit de Valérien). - A la fin du VI° siècle, le lieu est abandonné et recouvert d'alluvions. - Au XI° siècle, l'église des Saints Apôtres est construite. - en 1834, après la guerre d'indépendance, quand Athènes devient capitale, le site entier se couvre de petites maisons.

- en 1931, les fouilles, par l'Ecole Américaine, commencent.

1) la fonction politique : Dans une cité démocratique administrée par le peuple, comme à Athènes, l'agora est le lieu des activités politiques. Les bouleutes et les stratèges siègent sur l'agora. Le prytanée abrite l'autel du foyer de la cité où l'on honore la déesse Hestia. Les prytanes ("les premiers", représentants de chaque tribu) y prennent leurs repas en compagnie des invités officiels. Le monument des Héros éponymes des dix tribus

Page 17: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

représente la cité dans ses composantes essentielles. Là sont affichés, au pied des 10 statues, les textes de lois, les ordres de mobilisation, les annonces des procès... (Toutefois, toute la vie politique ne se déroule pas sur l'agora, puisque l'ecclésia se réunit sur la colline de la Pnyx). 2) la fonction judiciaire : L'Héliée et les Tribunaux (voir ci-dessous)

3) la fonction économique : L'agora est aussi le centre de la vie commerciale, le marché s'y tient, les portiques abritent de nombreuses boutiques. 4) la fonction religieuse : Sur l'agora, on trouve le temple d'Héphaïstos, l'autel des douze dieux (point zéro pour le calcul des distances) et la voie sacrée des Panathénées. 5) la fonction sociale : l’agora, dans toutes les cités grecques était le lieu principal de rencontre entre les habitants, un lieu de promenade.

Le monument des héros Éponymes :

De forme allongée (16,64m x1,87m), le monument soutenait les statues des héros qui donnèrent leurs noms aux dix tribus pour répartir les citoyens (réforme de Clisthène). De chaque côté du monument, se trouvait un trépied de bronze. Le monument avait aussi une fonction pratique : sur ses côtés, on affichait les projets de lois, les catalogues d’éphèbes, de conscrits, les annonces de procès, etc. Ces documents étaient affichés par les tribus et figuraient au-dessous de la statue correspondante.

La Tholos (le Prytanée) :

Ce bâtiment, construit en -465, était destiné aux Prytanes qui y pratiquaient des sacrifices et des libations et y prenaient leur repas aux frais de l'État pendant la durée de leur mandat (un mois). La Tholos était donc munie d'une cuisine et d'une salle à manger. Les Prytanes étaient des magistrats qui exerçaient le pouvoir exécutif : le chef des Prytanes et une quinzaine d’entre eux environ étaient de garde, à l’intérieur du bâtiment, 24 heures sur 24, prêts à intervenir en cas de danger ou de problème, à l’intérieur ou à l’extérieur de la cité. On conservait aussi dans la Tholos les étalons des mesures utilisées pour contrôler les marchands de l'agora. La Tholos fut détruite par les Hérules, en 267 ap. J.-C.

Page 18: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

Le Bouleutérion (la Boulé) :

Il fut construit au début du Ve siècle av. J.-C., après la réforme de Clisthène, pour abriter la Boulè. C’est là que se réunissait chaque jour, sauf en période de fête, la Boulè des 500 afin de préparer les projets de loi qui étaient soumis à l’approbation de l’Assemblée du peuple. C’est là également qu’étaient conservées les archives de l’Etat, les décrets et autres documents publics, écrits sur des papyrus ou sur des tablettes en bois blanchies, comme nous l’apprennent des auteurs anciens.

Boulè: c'est une assemblée de 500 citoyens (tirés au sort, 50 par tribu) qui prépare les séances de l'ecclésia (ex : préparation des textes de loi). Les Bouleutes surveillent aussi le bon fonctionnement de la démocratie : la trésorerie, les magistrats. Le conseil de la Boulé siège sur l'agora. Le tirage au sort pour certaines fonctions politiques est la meilleure preuve de la volonté démocratique des Athéniens; ainsi tout citoyen en vaut un autre.

Le Stratègéion (siège des stratèges) :

On pense que l'édifice appelé Stratègéion servait de lieu de réunion pour les stratèges. Plusieurs inscriptions en l'honneur de combattants ont été trouvées au sud-ouest de l'Agora.

Vue de l’Agora

Page 19: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

Les Tribunaux :

Il y avait de nombreux tribunaux dans toute la cité d'Athènes. En plus de la fonction de juger, ils contrôlaient et interprétaient les lois. Ils étaient de différentes tailles : de 201 à 2001 membres (Socrate fut jugé par un tribunal de 501 membres, l'Héliée). Les tribunaux les plus importants devaient se trouver sur l'agora.

- L'Héliée, érigée vers le milieu du VI° siècle, était le plus important de tous les tribunaux, elle était composée de 6000 citoyens âgés de plus de 30 ans, tous tirés au sort chaque année, comme tous les juges. Les membres qui siégeaient à chaque séance étaient plus ou moins nombreux (201 à 2001). Juridiction d'appel à l'origine, l'Héliée devint peu à peu compétente pour toutes les affaires, y compris criminelles. Il n'y avait pas d'appel du jugement de l'héliée. Dans ses débuts, le tribunal se réunissait en plein air, au lever du soleil (hélios), d'où son nom.

Les portiques

Portique : (ou stoa), galerie à colonnes s'ouvrant sur un espace découvert, les portiques bordent souvent les agoras et sont garnis de boutiques.

Le Portique des Géants, construit en 400 ap. J.-C., est une sorte de gymnase ou de palais.

Stoa d’Attale

Typique de l'art hellénistique, la stoa est un bâtiment de grande envergure, long de 116,50 m et large de 20,05 m, construit sur deux niveaux, un rez-de-chaussée d'ordre dorique et un étage d'ordre ionique. L'ensemble pouvait accueillir, dans l'Antiquité, deux fois vingt et une boutiques. Les locaux étaient loués par l’État athénien. Il s'agissait donc d'un centre commercial, mais aussi d'un lieu de sociabilité où les citoyens pouvaient se retrouver et discuter tout en s'abritant du soleil pendant l'été et du froid pendant l'hiver. Le monument fut construit par Attale II Philadelphe, roi de

Page 20: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

Pergame, vers 150 av. J.-C., en remerciement de l'éducation qu'il avait reçue dans la cité. La stoa a été reconstruite à l'identique de 1953 à 1956 par l'École américaine d'archéologie, grâce au financement de John D. Rockefeller. Elle abrite désormais le musée de l'Agora antique d'Athènes.

Les édifices religieux

L'Autel des douze dieux : Il ne reste quasiment rien de cet autel aujourd'hui, la ligne de chemin de fer menant au Pirée l'ayant détruit presque en totalité (il n'en reste qu'un angle). Il fut consacré au VI° siècle av. J.C par les Pisistrates mais les Athéniens l'agrandirent par la suite pour en effacer l'inscription des tyrans. C'est à partir de cet autel que l'on calculait toutes les distances, l'autel figurant comme « point zéro ». Pendant la période romaine, cet autel fut connu sous le nom "d'autel de la pitié" : ce lieu servait d'asile sacré où se réfugiaient les nécessiteux, les suppliants, les étrangers sollicitant le droit d'asile.

Le temple d'Héphaïstos, parfois appelé Theseion, est le temple le mieux conservé de Grèce, il possède encore sa charpente de marbre. Sur sa butte de 66 m, il domine l'agora.

.

Page 21: L'Acropole d'Athènes - lewebpedagogique.comlewebpedagogique.com/parlonsen/files/2012/05/acropole.pdf · cérémonies des Panathénées, ... d’Athéna, patronne de la cité, les

A l'origine, le temple était entouré d'un jardin sans doute planté de grenadiers, de myrtes et de vigne disposés dans des pots en terre. Les plantations actuelles sont l'œuvre de l'Ecole américaine d'Archéologie qui a conduit les fouilles de l'agora. A l'époque byzantine, le temple avait été transformé en église sous le nom de St Georges. Le dernier office religieux fut célébré en 1834 et le temple accueillit les premières collections du musée archéologique national.