Les forces de Van der Waals : manifestations Etude des gaz le gaz parfait :molécules sans interaction entre elles P.V=R.T (1 mole) le gaz réel :molécules

  • Published on
    04-Apr-2015

  • View
    102

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Page 1
  • Page 2
  • Les forces de Van der Waals : manifestations Etude des gaz le gaz parfait :molcules sans interaction entre elles P.V=R.T (1 mole) le gaz rel :molcules avec interaction entre elles Terme rpulsif trs courte distance Terme attractif courte distance
  • Page 3
  • Les forces de Van der Waals : manifestations Etude des gaz le gaz parfait :molcules sans interaction entre elles P.V=R.T (1 mole) le gaz rel :molcules avec interaction entre elles
  • Page 4
  • Les forces de Van der Waals : manifestations Etude des gaz le gaz parfait :molcules sans interaction entre elles P.V=R.T (1 mole) le gaz rel :molcules avec interaction entre elles Terme rpulsif trs courte distance Terme attractif courte distance
  • Page 5
  • Les forces de Van der Waals : manifestations Etude des solides Existence de cristaux forms de la juxtaposition tridimensionnelle de molcules : faible temprature de fusion : H 2 (s) : T fus = - 259 C facilit de sublimation : I 2 (s) Il existe des forces de faible intensit entre les molcules, ltat gazeux ou condens Ce sont les interactions de Van der Waals entre les molcules
  • Page 6
  • Les forces de Van der Waals : manifestations Etude des solides Existence de cristaux forms de la juxtaposition tridimensionnelle de molcules : faible temprature de fusion : H 2 (s) : T fus = - 259 C facilit de sublimation : I 2 (s) Il existe des forces de faible intensit entre les molcules, ltat gazeux ou condens Ce sont les interactions de Van der Waals entre les molcules
  • Page 7
  • Les forces de Van der Waals : nature Interaction diple permanent / diple permanent (Keesom) Energie potentielle dinteraction moyenne : (lectrostatique + agitation thermique) Terme attractif ou rpulsif ?
  • Page 8
  • Les forces de Van der Waals : nature Interaction diple permanent / diple permanent (Keesom) Energie potentielle dinteraction moyenne : (lectrostatique + agitation thermique) Terme attractif ou rpulsif ?
  • Page 9
  • Les forces de Van der Waals : nature Interaction diple permanent / diple permanent (Keesom) Energie potentielle dinteraction moyenne : (lectrostatique + agitation thermique) Terme attractif ou rpulsif ?
  • Page 10
  • Les forces de Van der Waals : nature Interaction diple permanent / diple permanent (Keesom) Energie potentielle dinteraction moyenne : (lectrostatique + agitation thermique) Terme attractif
  • Page 11
  • Les forces de Van der Waals : nature Interaction diple permanent / diple induit (Debye)
  • Page 12
  • Les forces de Van der Waals : nature Interaction diple permanent / diple induit (Debye)
  • Page 13
  • Les forces de Van der Waals : nature Interaction diple permanent / diple induit (Debye)
  • Page 14
  • Les forces de Van der Waals : nature Interaction diple permanent / diple induit (Debye)
  • Page 15
  • Les forces de Van der Waals : nature Energie potentielle dinteraction moyenne : (lectrostatique + agitation thermique) Terme attractif Interaction diple permanent / diple induit (Debye)
  • Page 16
  • Les forces de Van der Waals : nature Interaction diple instantan / diple instantan (London) Energie potentielle dinteraction moyenne : (lectrostatique + agitation thermique) Terme attractif Deux molcules sans diple permanent peuvent interagir grce leurs moments dipolaires instantans
  • Page 17
  • Les forces de Van der Waals : nature Interaction diple instantan / diple instantan (London) Energie potentielle dinteraction moyenne : (lectrostatique + agitation thermique) Terme attractif Deux molcules sans diple permanent peuvent interagir grce leurs moments dipolaires instantans
  • Page 18
  • Les forces de Van der Waals : nature Interaction diple instantan / diple instantan (London) Energie potentielle dinteraction moyenne : (lectrostatique + agitation thermique) Terme attractif Deux molcules sans diple permanent peuvent interagir grce leurs moments dipolaires instantans
  • Page 19
  • Les forces de Van der Waals : comparaison Sauf pour les molcules trs polaires (ex : H 2 O), le terme d'attraction de London est prpondrant
  • Page 20
  • Les forces de Van der Waals : comparaison Sauf pour les molcules trs polaires (ex : H 2 O), le terme d'attraction de London est prpondrant
  • Page 21
  • Liaison de Van der Waals On modlise la rpulsion entre les nuages lectroniques externes des diffrentes entits par un terme rpulsif : On rassemble les termes de Keesom, Debye et London en un terme attractif : Energie potentielle dinteraction totale prdomine grande distance prdomine courte distance
  • Page 22
  • Liaison de Van der Waals On modlise la rpulsion entre les nuages lectroniques externes des diffrentes entits par un terme rpulsif : On rassemble les termes de Keesom, Debye et London en un terme attractif : Energie potentielle dinteraction totale prdomine grande distance prdomine courte distance
  • Page 23
  • Liaison de Van der Waals On modlise la rpulsion entre les nuages lectroniques externes des diffrentes entits par un terme rpulsif : On rassemble les termes de Keesom, Debye et London en un terme attractif : Energie potentielle dinteraction totale Quel terme prdomine courte distance ?
  • Page 24
  • Liaison de Van der Waals On modlise la rpulsion entre les nuages lectroniques externes des diffrentes entits par un terme rpulsif : On rassemble les termes de Keesom, Debye et London en un terme attractif : Energie potentielle dinteraction totale prdomine courte distance
  • Page 25
  • Liaison de Van der Waals On modlise la rpulsion entre les nuages lectroniques externes des diffrentes entits par un terme rpulsif : On rassemble les termes de Keesom, Debye et London en un terme attractif : Energie potentielle dinteraction totale prdomine grande distance prdomine courte distance
  • Page 26
  • Cration dune liaison de Van der Waals
  • Page 27
  • 1. d e est de l'ordre de 3 5 (300 500 pm), (nettement plus long que la longueur d'une liaison covalente : 140 pm) 2.Puits de stabilisation, , est de l'ordre de 1 10 kJ.mol -1. (nettement plus faible que l'nergie de dissociation des liaisons covalentes ( 300 kJ.mol -1 ) On a interprt l'existence d'une liaison de faible nergie entre des molcules ou atomes
  • Page 28
  • 1. d e est de l'ordre de 3 5 (300 500 pm), (nettement plus long que la longueur d'une liaison covalente : 140 pm) 2.Puits de stabilisation, , est de l'ordre de 1 10 kJ.mol -1. (nettement plus faible que l'nergie de dissociation des liaisons covalentes ( 300 kJ.mol -1 ) On a interprt l'existence d'une liaison de faible nergie entre des molcules ou atomes
  • Page 29
  • 1. d e est de l'ordre de 3 5 (300 500 pm), (nettement plus long que la longueur d'une liaison covalente : 140 pm) 2.Puits de stabilisation, , est de l'ordre de 1 10 kJ.mol -1. (nettement plus faible que l'nergie de dissociation des liaisons covalentes ( 300 kJ.mol -1 ) On a interprt l'existence d'une liaison de faible nergie entre des molcules ou atomes
  • Page 30
  • La liaison hydrogne T fus (X 2 ) pour X : F, Cl, Br, I T fus (H 2 X) pour X = O, S, Se, Te
  • Page 31
  • La liaison hydrogne T fus (X 2 ) pour X : F, Cl, Br, I T fus (H 2 X) pour X = O, S, Se, Te
  • Page 32
  • La liaison hydrogne T fus (X 2 ) pour X : F, Cl, Br, I T fus (H 2 X) pour X = O, S, Se, Te n polarisabilit de X terme attractif de London (majoritaire) Liaisons VdW T fus
  • Page 33
  • La liaison hydrogne T fus (X 2 ) pour X : F, Cl, Br, I T fus (H 2 X) pour X = O, S, Se, Te
  • Page 34
  • La liaison hydrogne T fus (X 2 ) pour X : F, Cl, Br, I T fus (H 2 X) pour X = O, S, Se, Te Exceptions dues la liaison hydrogne
  • Page 35
  • La liaison hydrogne On a une liaison hydrogne si un atome d'hydrogne est li de faon covalente un atome A trs lectrongatif, et s'il est proximit d'un autre atome B lectrongatif, porteur de un ou plusieurs doublets non liants, et impliqu dans un moment dipolaire permanent.
  • Page 36
  • La liaison hydrogne On a une liaison hydrogne si un atome d'hydrogne est li de faon covalente un atome A trs lectrongatif, et s'il est proximit d'un autre atome B lectrongatif, porteur de un ou plusieurs doublets non liants, et impliqu dans un moment dipolaire permanent.
  • Page 37
  • La liaison hydrogne Il s'agit d'une interaction entre deux moments dipolaires permanents levs ( terme de Keesom prdominant devant le terme de London).
  • Page 38
  • La liaison hydrogne 1.Il s'agit d'une interaction entre deux moments dipolaires permanents levs ( terme de Keesom prdominant devant le terme de London). 2.H tant un petit atome, il peut s'approcher prs de B. L'interaction est d'autant plus attractive. Liaison hydrogne = liaison de Van der Waals particulire, et plus forte que les liaisons de Van der Waals habituelles : d e 2 de 10 30 kJ.mol -1
  • Page 39
  • La liaison hydrogne 1.Il s'agit d'une interaction entre deux moments dipolaires permanents levs ( terme de Keesom prdominant devant le terme de London). 2.H tant un petit atome, il peut s'approcher prs de B. L'interaction est d'autant plus attractive. Liaison hydrogne = liaison de Van der Waals particulire, et plus forte que les liaisons de Van der Waals habituelles : d e 2 de 10 30 kJ.mol -1
  • Page 40
  • Les cristaux molculaires Par dfinition, le motif des cristaux molculaires est form de molcules simples dans lesquels les atomes sont lis par covalence. La stabilit du cristal, est assure par des interactions de Van der Waals ou des liaisons hydrogne. non conducteurs. faibles tempratures de fusion. faibles nergies de sublimation
  • Page 41
  • Environnement ttradrique dune molcule de H 2 O AX 2 E 2
  • Page 42
  • Environnement ttradrique dune molcule de H 2 O AX 2 E 2
  • Page 43
  • Chaque O est au centre dun ttradre gnr par 4 autres O
  • Page 44
  • Liaisons hydrogne intra ou intermolculaires
  • Page 45
  • Exercices
  • Page 46
  • Page 47