of 213 /213
Ken WILBER Les trois yeux de la connaissance La quête du nouveau paradigme l'Esprit et la Matière Le Rocher

Les trois yeux de la connaissance - astrologie …astrologie-quantique.info/Ken-Wilber_Les-Trois-Yeux-De-La-Con... · KEN WILBER LES TROIS YEUX DE LA CONNAISSANCE la quête du nouveau

Embed Size (px)

Text of Les trois yeux de la connaissance - astrologie...

  • Ken WILBER

    Les trois yeux de la

    connaissance La qute du nouveau paradigme

    l'Esprit et la Matire Le Rocher

  • KEN WILBER

    LES TROIS YEUX DE LA

    CONNAISSANCE la qute

    du nouveau paradigme

    Traduit de l'amricain par Paul Couturiau

    L'ESPRIT ET LA MATIRE

    DITIONS DU ROCHER Jean-Paul BERTRAND -

    diteur

  • Titre original:

    Eye to Eye The quest for the new paradigm

    Tous droits de reproduction et de traduction rservs pour tous pays

    Ken Wilber 1983, ditions du Rocher 1987, pour la traduction franaise

    ISBN : 2.268.00619.0

  • A Frances et Roger, Judy et Whit, Bob, Bill et Ken, pour avoir mis ma disposition un lieu o crire et les moyens de le faire et tout simplement pour les remercier d'tre ce qu'ils sont.

  • Sommaire Prface ...............................................................................................................................................7

    1. Oeil pour oeil ............................................................................................................................................................. 8

    LES TROIS YEUX DE L'AME.................................................................................................................................................. 9 LA NAISSANCE DE LA SCIENCE ........................................................................................................................................... 12 LA SCIENCE NOUVELLE .................................................................................................................................................... 15 KANT ET L'AU-DELA ....................................................................................................................................................... 18 LE NOUVEAU SCIENTISME ................................................................................................................................................ 21 LA NATURE DU SCIENTISME.............................................................................................................................................. 24 LA CONTRADICTION DU SCIENTISME .................................................................................................................................. 26 MAIS LA VERIFICATION EST-ELLE POSSIBLE?......................................................................................................................... 28 SCIENCE ET RELIGION ..................................................................................................................................................... 30

    2. Le problme de la preuve......................................................................................................................................... 32

    DONNEES ET CONNAISSANCE ........................................................................................................................................... 32 LA SIGNIFICATION D' EXPERIENCE ET D' EMPIRISME ....................................................................................................... 33 LES PROCEDURES DE VERIFICATION ................................................................................................................................... 35 INVESTIGATION EMPIRICO-ANALYTIQUE.............................................................................................................................. 36 INVESTIGATION MENTALO-PHENOMENOLOGIQUE ................................................................................................................. 37 QUELQUES EXEMPLES EN PSYCHOLOGIE.............................................................................................................................. 42 L'INVESTIGATION TRANSCENDANTALE ................................................................................................................................ 45 LA PREUVE DE L'EXISTENCE DE DIEU .................................................................................................................................. 47 MAIS PEUT-ON PARLER DE SCIENCE? .................................................................................................................................. 48 THEORIE ET HYPOTHESE ................................................................................................................................................. 50 MAIS ALORS QU'ENTENDONS-NOUS PAR SCIENCE ?............................................................................................................ 53 QUELQUES EXEMPLES..................................................................................................................................................... 54 QUE DIRE DES MESURES DANS LE CADRE DES SCIENCES NOUVELLES?......................................................................................... 57 RESUME ET CONCLUSION : LES SCIENCES GEIST ................................................................................................................ 59

    3. Une carte mandala de la conscience........................................................................................................................ 60

    LA NATURE DU DEVELOPPEMENT ....................................................................................................................................... 60 LES DOMAINES INFERIEURS .............................................................................................................................................. 62 LES DOMAINES INTERMEDIAIRES ....................................................................................................................................... 63 LES DOMAINES SUPERIEURS ............................................................................................................................................. 65 LES DOMAINES ULTIMES.................................................................................................................................................. 68

    4. Dveloppement, mditation et inconscient ............................................................................................................ 72

    LA FORME DU DEVELOPPEMENT ........................................................................................................................................ 72 LES TYPES DE L'INCONSCIENT ........................................................................................................................................... 74 MEDITATION ET INCONSCIENT ......................................................................................................................................... 81

    5. Physique, mysticisme et le nouveau paradigme holographique ............................................................................. 87

    INTRODUCTION ............................................................................................................................................................ 87 LA PHILOSOPHIE ETERNELLE............................................................................................................................................. 88 PHYSIQUE ET MYSTICISME ............................................................................................................................................... 92 L'ORDRE IMPLICITE ........................................................................................................................................................ 95 MENTAL ET MECANIQUE QUANTIQUE ................................................................................................................................. 97 LE CERVEAU HOLOGRAPHIQUE........................................................................................................................................ 102 CONCLUSIONS ET EVALUATIONS ..................................................................................................................................... 104

  • 6. Rflexions sur le paradigme du nouvel ge une interview................................................................................ 107

    7. La confusion pr/trans ........................................................................................................................................... 137

    LA NATURE GENERALE DE LA CONFUSION PRE/TRANS............................................................................................................ 137 EXEMPLES DE CPT DANS LES THEORIES PSYCHOLOGIQUES..................................................................................................... 143 CPT EN SOCIOLOGIE ET EN ANTHROPOLOGIE...................................................................................................................... 146 TRANSCENDANCE, REFOULEMENT ET REGRESSION .............................................................................................................. 148 LA MATRICE PRIMAIRE .................................................................................................................................................. 151 FREUD, ROS ET THANATOS .......................................................................................................................................... 156 UN RAFFINEMENT ........................................................................................................................................................ 162 UN MOT DE MISE EN GARDE ........................................................................................................................................... 166

    8. Lgitimit, authenticit et autorit dans les nouvelles religions .......................................................................... 169

    UNE APPROCHE STRUCTURALO-DEVELOPPEMENTALE........................................................................................................... 169 LA CONFUSION PRE/TRANS............................................................................................................................................. 171 LEGITIMITE VERSUS AUTHENTICITE.................................................................................................................................. 172 LES CRITERES ............................................................................................................................................................. 173 AUTORITE.................................................................................................................................................................. 174 QUELQUES EXEMPLES CONCRETS .................................................................................................................................... 175 UN MODELE CONFIRMATIF............................................................................................................................................. 177 LE GROUPE NON PROBLEMATIQUE ................................................................................................................................... 179

    9. Structure, phase et moi.......................................................................................................................................... 182

    INTRODUCTION .......................................................................................................................................................... 182 LES STRUCTURES FONDAMENTALES DE LA CONSCIENCE ........................................................................................................ 184 QUELQUES ASPECTS DE TRANSITION ASSOCIES AUX STRUCTURES FONDAMENTALES.................................................................... 187 LE SYSTEME DU MOI..................................................................................................................................................... 188 LES PHASES DU MOI DE LA CONSCIENCE ............................................................................................................................ 192 DISCUSSION............................................................................................................................................................... 196

    10. L'tat de conscience ultime.................................................................................................................................. 199

    UN SANS SECOND ........................................................................................................................................................ 199

    pilogue...................................................................................................................................................................... 209

    Rfrences .................................................................................................................................................................. 210

  • PRFACE

    Ce livre traite d'une qute du savoir globale ou complte qute visant non pas quelque fi-nalit en matire de savoir, mais plutt un certain quilibre au sein de la qute elle-mme. Il y sera question de science empirique, de philosophie, de psychologie et de religion transcendantale; de connaissance sensorielle, de connaissance symbolique, et de connaissance spirituelle; et nous nous efforcerons de voir comment toutes ces disciplines s'agencent de faon harmonieuse. Ce livre vo-que l'apparence que pourrait en dfinitive prsenter un paradigme complet et point aussi important sinon plus il s'efforce de mettre en vidence et d'carter certains des obstacles ma-jeurs l'mergence d'un tel paradigme.

    Chaque chapitre est conu comme une unit autonome; en fait, la plupart ont t rdigs et ont vu le jour sous forme d'articles indpendants. Il n'en demeure pas moins que chacun s'appuie sur celui qui le prcde, afin de btir un ensemble cohrent, dont les pierres angulaires seront le fait qu'un paradigme nouveau et complet est possible; voici quoi ressembleront certains de ses aspects; et voici les principaux obstacles qui empchent l'heure actuelle son mergence.

    Cambridge, Mass. t, 1982

  • Chapitre 1

    OEIL POUR OEIL Le mot la mode depuis quelque temps est paradigme , et le fin du fin consiste le faire suivre

    des pithtes nouveaux et suprieurs on parlera ainsi de super-thories incluant outre les sciences physiques, les prtentions un savoir suprieur de la philosophie-psychologie et de la reli-gion transcendantalo-mystique une sorte de vision du monde vraiment unifie. Cette conception est en soi fascinante : enfin un paradigme (ou une thorie) global fondant science, philosophie-psychologie, et religion-mysticisme! Enfin, une vritable thorie du champ unifie ; enfin, une vision complte! C'est exactement ce que nous annoncent aujourd'hui certains rudits trs habiles, trs srieux et trs dous, reprsentant toute sorte de disciplines diffrentes. C'est extraordinaire.

    Les implications et les significations prcises de cette attitude deviendront, je le crois, plus vi-dentes au fil des pages. Contentons-nous, pour le moment, de qualifier ce paradigme aussi exp-rimental et restreint soit-il (et en admettant qu'il ne relve pas de l'utopie) de transcendantal , entendant par l une qute du savoir globale, qui comprendrait non seulement le hardware des sciences physiques mais encore le software de la philosophie et de la psychologie, ainsi que le transcendantalware de la religion mystico-spirituelle. S'il est vrai que ce type de paradigme nou-veau, suprieur et complet merge ce que je crois le problme majeur auquel il doit faire face et qu'il n'a pas abord de manire satisfaisante ce jour est sans doute celui de sa relation avec la science empirique. Combien de fois n'entendons-nous pas le commentaire suivant : si un para-digme nouveau et suprieur , quel qu'il soit, n'est pas une science empirique, il n'est pas valable sur le plan pistmologique, car il ne dispose pas de moyens adquats d'acqurir la connaissance en consquence tout ce qu'il dit ou affirme, aussi rconfortant cela soit-il par ailleurs, est dpourvu de valeur, de sens et de signification. Il est inutile d'essayer d'valuer l'tendue, la porte ou les m-thodes de connaissance du paradigme nouveau et suprieur , dsireux d'inclure la philosophie et le mysticisme, tant que vous n'tes pas en mesure de dmontrer qu'il est capable de fournir un sa-voir authentique, quel qu'il soit. Ne vous leurrez pas :

    Nous ne nions pas a priori qu'un mystique soit capable de dcouvrir des vrits par ses pro-pres mthodes. Nous attendons qu'on nous dise quelles sont les propositions qui englo-bent ses dcouvertes pour savoir si elles sont vrifies ou rfutes par nos observations empiriques. Mais le mystique, loin d'avancer des propositions qui se vrifient empirique-ment, est incapable de produire quelque proposition intelligible que ce soit. [3]

    L'minent philosophe A.J. Ayer conclut cette dclaration en affirmant que le mystique ne pouvant

    rvler ce qu'il sait ni mme concevoir un test empirique susceptible de valider son savoir prouve que son tat d'intuition mystique n'est pas un tat de connaissance vritable . [3]

    Un nouveau paradigme transcendantal serait-il une science empirique? Sinon, pourrait-il reven-diquer une cognition et un savoir vritables? Ou et c'est le propos mme de notre discussion est-il possible de valider une vrit philosophique ou spirituelle suprieure quelle qu'elle soit? Ces sujets ont donn matire maints ouvrages et articles, mais je considre personnellement que la plupart ne font, au mieux, qu'effleurer les questions primordiales. J'aimerais examiner brive-

    8

  • ment, dans ce chapitre et dans le suivant, la nature de la science empirique, la signification de la connaissance philosophique, et l'essence du savoir transcendantal ou spirituel, ainsi que les rela-tions existant entre ces disciplines ce qui devrait nous aider mieux comprendre la nature d'un paradigme nouveau et vritablement complet, pour autant qu'un tel concept existe.

    Les trois yeux de l'me Saint Bonaventure, le grand Docteur sraphique de l'glise, philosophe apprci des mystiques oc-

    cidentaux, enseignait que les hommes et les femmes possdent au moins trois moyens d'accder la connaissance trois yeux , comme il disait (selon Hugh de Saint Victor, un autre mystique clbre) : l'il de chair, par lequel nous percevons le monde extrieur de l'espace, du temps et des objets; l'il de raison, par lequel nous acqurons une connaissance de la philosophie, de la logique et du mental* lui-mme; et l'il de contemplation, par lequel nous nous levons jusqu' une connais-sance des ralits transcendantes.

    Saint Bonaventure ajoute que toute connaissance est une sorte d'illumination. Il y a l'illumination extrieure et infrieure (lumen exterius et lumen interius), qui claire l'il de chair et nous donne ac-cs la connaissance des objets tangibles. Il y a la lumen interius, qui claire l'il de raison et nous donne accs aux vrits philosophiques. Et il y a la lumen superius, la lumire de l'Etre transcendant qui claire l'il de contemplation et rvle une vrit salutaire, une vrit qui mne la libra-tion .

    Selon Saint Bonaventure, nous trouvons dans le monde extrieur un vestigium ou vestige de Dieu l'il de chair peroit ce vestige (qui apparat sous forme d'objets spars dans l'espace et le temps). En nous-mmes, dans notre psych en particulier dans la triple activit de l'me (mmoire, raison et volont) nous trouvons une imago de Dieu, laquelle nous est rvle par l'il mental. Enfin, grce l'il de contemplation, clair par la lumen superius, nous accdons l'ensem-ble du domaine transcendant, au-del du sens et de la raison l'Ultime Divin, lui-mme.

    Tout ceci s'accorde parfaitement la vision de Hugh de Saint Victor (le premier des grands mysti-ques victorins), qui distinguait entre cogitatio, meditatio et contemplatio. La cogitatio, ou simple connaissance empirique, est une recherche des faits relatifs au monde matriel au moyen du seul il de chair. La meditatio est une recherche des vrits au sein de la psych elle-mme (l'imago de Dieu) l'aide de l'il du mental. La contemplatio est la connaissance par laquelle la psych ou me est unie de faon instantane la Divinit en une intuition transcendante (rvle par l'il de contemplation).

    Cette terminologie particulire il de chair, de raison et de contemplation est d'origine chrtienne, mais on trouvera des ides similaires dans les principales coles de psychologie, de philosophie et de religion traditionnelles. Les trois yeux d'un tre humain correspondent, en ralit, aux trois domaines majeurs de l'tre dcrits par la philosophie ternelle, qui sont le grossier (charnel et matriel), le subtil (mental et animique), et le causal (transcendant et contemplatif). Ces

    * Le traducteur se trouve souvent confront dans ce genre d'ouvrages la difficult que lui posent les termes anglais mind et spirit ; d'aucuns parlent d'esprit dans les deux cas, malheureusement il risquerait ici de s'ensuivre une confu-sion des plus regrettables. D'autres traduisent mind par esprit et spirit par me; ce qui ne me parat gure plus heureux car que dire quand nous trouvons dans la mme phrase spirit et soul ( soul signifiant me)? Je propose donc, pour des raisons de commodit, de traduire tout au long de cet ouvrage le terme mind par mental et le terme spirit par esprit ne faisant en fait que m'inspirer de l'tymologie des deux termes. Il arrivera que dans certaines citations esprit apparaisse comme traduction de mind , je le signalerai en accolant esprit, le terme mental entre parenthses. Je crois que nous viterons ainsi toute confusion et toute imprcision. (N.d.T.)

    9

  • domaines ont fait l'objet de multiples tudes dtailles, aussi me contenterai-je de signaler qu'il y a unanimit sur ce point parmi les psychologues et les philosophes traditionnels. [107, 110, 137]

    Pour largir les intuitions de Saint Bonaventure, nous, modernes, pourrions dire que l'il de chair le cogitatio, la lumen interius/exterius participe du monde de l'exprience sensorielle com-mune, qu'il cre en partie et qu'il rvle en partie. C'est le domaine grossier , celui de l'espace, du temps et de la matire (le subconscient). C'est le domaine partag par tous ceux qui possdent un il de chair semblable. Ainsi, les humains partagent-ils, dans une certaine mesure, ce domaine avec d'autres animaux suprieurs (en particulier les mammifres), parce que les yeux de chair sont iden-tiques chez tous. Si un tre humain tend un morceau de viande un chien, celui-ci ragira la situa-tion ce qui ne sera pas le cas d'un minral ou d'un vgtal. (La viande n'existe pas pour l'orga-nisme auquel fait dfaut le mode de connaissance et de perception concern : l'il de chair.) Dans le domaine grossier, un objet n'est jamais A et non-A; il est soit A soit non-A. Une pierre n'est jamais un arbre; un arbre n'est jamais une montagne, une pierre n'est pas une autre pierre, etc. C'est l'intel-ligence sensorimotrice fondamentale la constance objective l'il de chair. C'est l'il empirique, l'il de l'exprience sensorielle. (Je tiens prciser d'emble que j'emploie le terme empirique dans son sens philosophique : susceptible d'tre dcel par les cinq sens humains ou leurs exten-sions. Quand des empiristes tels que Locke en arrivent la conclusion que toute connaissance est exprimentale, ils sous-entendent que toute connaissance dans le mental passe au pralable par les cinq sens. Quand les bouddhistes disent que la mditation est exprimentale , ils n'emploient pas cette expression dans le mme sens que Locke. Pour eux le terme exprience qualifie quelque chose qui est directement conscient, sans entremise de formes ou de symboles . Nous revien-drons sur ce sujet au chapitre suivant; entre-temps, j'emploierai empirique la manire des em-piristes, dans le sens d' exprience sensorielle .)

    L'il de raison, ou de faon plus gnrale, l'il du mental la meditatio, la lumen interius par-ticipe du monde des ides, des images, de la logique et des concepts. C'est le domaine subtil (ou pour tre plus prcis, la partie infrieure du subtil, la seule que j'voquerai ici). La pense moderne a tendance ne dpendre que de l'il empirique, l'il de chair, tel point qu'il est important de se souvenir que l'il mental ne peut tre rduit l'il de chair. Le champ mental comprend mais trans-cende le champ sensoriel. L'il du mental, quoique n'excluant pas l'il de chair, s'lve bien au-dessus de lui. Par l'imagination, il est capable de se reprsenter des objets sensoriels qui ne sont pas prsents physiquement, et donc de transcender l'emprisonnement de la chair dans le monde exclu-sivement contemporain. Par la logique, il peut agir intrieurement sur des objets sensorimoteurs, et ainsi transcender les squences motrices relles. Par la volont, il peut retarder les dcharges instinctives et impulsives de la chair et donc transcender les aspects simplement animaux et sub-humains de l'organisme.

    S'il est vrai que l'il de raison dpende de l'il de chair pour une partie importante de son infor-mation, il est galement exact que tout le savoir mental n'mane pas exclusivement du savoir senso-riel, pas plus qu'il ne concerne uniquement des objets du plan charnel. Notre connaissance n'est pas entirement empirique et sensorielle. Selon les sensationnalistes [c'est--dire les empiristes] , dit Schuon, toute connaissance trouve son origine dans l'exprience sensorielle [l'il de chair]. Ils n'hsitent pas affirmer que le savoir humain ne peut avoir accs une connaissance suprasenso-rielle et ils n'ont pas conscience du fait que le suprasensible peut faire l'objet d'une perception vri-table et donc d'une exprience concrte [remarquez que Schuon refuse juste titre d'identifier em-pirique et exprimental, tant donn qu'il existe des expriences supra-empiriques ou suprasenso-rielles]. Ces penseurs fondent donc leurs systmes sur une infirmit intellectuelle, sans tre appa-remment impressionns le moins du monde par le fait qu'une multitude d'hommes aussi intelli-gents qu'eux-mmes ne partagent pas leurs conceptions. [106]

    10

  • Schumacher a rsum la situation de manire exacte : En bref, nous ne voyons pas unique-ment avec nos yeux, mais encore avec une grande partie de notre quipement mental [l'il de rai-son]... La lumire de l'intellect [la lumen interius] nous permet de distinguer des objets qui sont invi-sibles nos sens corporels... La vrit des ides ne peut tre vue par les sens. [105] Ainsi, les ma-thmatiques sont-elles une connaissance non empirique ou une connaissance supra-empirique. Elles sont dcouvertes, claires et utilises par l'il de la raison, non par l'il de chair.

    Mme les manuels d'initiation la philosophie adoptent une position explicite sur ce point : Que ces expressions [mathmatiques] doivent tre comprises comme se rfrant quelque chose de physique n'est pas son problme mais celui du physicien. Pour le mathmaticien, les formula-tions ne sont rien de plus que des formulations de relations logiques; il ne se soucie pas de leur si-gnification empirique ou factuelle [pour autant qu'elles en aient une]. [96] Ainsi, personne n'a ja-mais vu, avec l'il de chair, la racine carre d'un nombre ngatif. C'est une entit trans-empirique, qui ne peut tre apprhende que par l'il de raison. La majeure partie des mathmatiques, ainsi que le dit Whitehead, est trans-empirique et mme a priori (au sens pythagoricien).

    Il en va de mme de la logique. La vrit d'une dduction logique se fonde sur une cohrence in-terne et non sur sa relation aux objets sensoriels. Ainsi : Toutes les licornes sont mortelles. Tarnac est une licorne. Donc Tarnac est mortelle , serait un syllogisme logique correct. Ce raison-nement est irrprochable sur le plan de la logique pure; il est erron ou dpourvu de valeur sur le plan empirique, pour la simple raison que nul n'a jamais vu de licorne. La logique est trans-empirique. Ainsi, de nombreux philosophes notamment Whitehead ont-ils dclar que la sphre abstraite (ou mentale) est une condition ncessaire et a priori la manifestation du domaine naturel/sensoriel, et c'est sensiblement ce qu'entendent les traditions orientales quand elles disent que le grossier merge du subtil (qui lui-mme merge du causal).

    Les mathmatiques, la logique et plus encore, l'imagination, la comprhension conceptuelle, l'intuition psychologique, la crativit sont des domaines dans le cadre desquels nous voyons avec l'il de raison des objets qui ne sont pas perceptibles l'il de chair. Nous sommes donc en droit d'affirmer que le champ mental inclut mais transcende considrablement le champ sensoriel.

    L'il de contemplation est l'il de raison ce que l'il de raison est l'il de chair. De mme que la raison transcende la chair, la contemplation transcende la raison. De mme que la raison ne peut tre rduite , ni drive de la connaissance sensorielle, la contemplation ne peut tre rduite , ni drive de, la raison. Si l'il de raison est trans-empirique, l'il de contemplation est trans-rationnel, trans-logique et trans-mental. La gnose [l'il de contemplation, la lumen superius] trans-cende le domaine mental et a fortiori le domaine des sentiments [le domaine sensoriel]. Cette trans-cendance rsulte de la fonction supernaturellement naturelle de la [gnose], c'est--dire de la contemplation de l'Immuable, du Moi qui est Ralit, Conscience et Flicit. La qute des philoso-phes n'a donc rien de commun avec celle des contemplatifs, tant donn que son principe fonda-mental d'exactitude verbale exhaustive s'oppose toute finalit libratrice, toute transcendance de la sphre des mots. [106]

    Nous reviendrons tout au long de ce chapitre sur ces trois champs de connaissance diffrents. Pour l'instant, contentons-nous de supposer que tous les hommes et toutes les femmes possdent un il de chair, un il de raison et un il de contemplation; que chaque il a ses propres objets de connaissance (sensoriels, mentaux et transcendantaux); qu'un il suprieur ne peut tre rduit ni expliqu par un il infrieur; que chaque il est valable et utile dans son propre champ, mais commet une erreur ds qu'il essaie d'apprhender compltement des domaines suprieurs ou inf-rieurs.

    Je m'efforcerai de dmontrer, dans ce contexte, qu'un paradigme transcendantal et vritablement complet doit s'inspirer non seulement de l'il de chair et de l'il de raison, mais encore de l'il de

    11

  • contemplation. Ceci implique qu'un paradigme nouveau et transcendantal pour autant qu'il existe jamais se trouverait dans une position des plus favorables, du fait qu'il serait en mesure de recourir aux et d'intgrer les trois yeux grossier, subtil et causal. Je m'emploierai aussi montrer que, dans l'ensemble, la science empirico-analytique appartient l'il de chair, la philoso-phie et la psychologie phnomnologiques l'il de raison et la religion/mditation l'il de contemplation. Ainsi, un paradigme nouveau et transcendantal constituerait-il, dans l'idal et en dfinitive, une synthse et une intgration de l'empirisme, du rationalisme et du transcendanta-lisme (nous verrons au chapitre suivant si cette entreprise globale peut ou doit tre considre comme une science suprieure ; pour l'instant, le terme science dsigne la science empirico-analytique classique).

    Mais il est une difficult et un risque majeurs qu'il convient d'aborder dans un premier temps; il s'agit de la tendance l'erreur catgorielle, qui est l'usurpation par un il des rles des deux autres. Je commencerai par voquer certaines erreurs catgorielles majeures commises par la religion, par la philosophie et par la science, puis je discuterai titre d'exemple des erreurs catgorielles historiques ayant favoris l'avnement du scientisme moderne. Je n'entends pas pour autant mettre la science en accusation la religion et la philosophie sont tout aussi coupables, ainsi que nous le verrons. Cependant, sur le plan historique, l'erreur catgorielle la plus rcente et la plus rpandue concerne le rle de la science empirique, et il est important d'essayer de la comprendre de manire aussi dtaille que possible non seulement parce que de toutes les erreurs catgorielles c'est sans conteste celle qui a exerc l'influence la plus marquante, mais encore parce qu'elle s'impose tou-jours nous de maintes manires subtiles.

    Ceci tant pos, nous pouvons aborder la question de la naissance et de la signification de la science empirique.

    La naissance de la science On ignore en rgle gnrale que la science je me rfre pour l'instant aux activits de Kepler,

    Galile et Newton n'tait pas en ralit un systme rationaliste, mais bien empirique. Ainsi que nous l'avons vu, ces deux tendances ne sont pas identiques : le rationalisme met l'accent sur l'il de raison; l'empirisme, sur l'il de chair. La science fut l'origine un anti-rationalisme, qui se voulut une rvolte directe contre les systmes rationnels de l're scolastique. Ainsi que le dit Whitehead : Galile ne cessait de parler de la manire dont se produisent les choses, tandis que ses adversaires [ l'esprit rationnel] avaient labor une thorie complte sur le pourquoi des choses. Hlas, les deux thories ne donnaient pas les mmes rsultats. Galile insistait sur les faits irrductibles et obstins , et Simplicius, son rival parlait, lui, de raisons. [130]

    Remarquez que le heurt entre Galile et ses faits irrductibles et obstins , et Simplicius et ses raisons satisfaisantes , correspond trs prcisment un choc entre l'il de chair et l'il de rai-son entre l'empirisme et le rationalisme. Whitehead insiste sur ce point : Il est erron de voir dans cette rvolte historique [de la science] un appel la raison. Bien au contraire, ce fut de bout en bout un mouvement anti-intellectualiste. Ce fut un retour la contemplation du fait brut [l'il de chair; l'empirisme]; lequel se fondit sur une rpugnance l'encontre de la rationalit inflexible de la pense mdivale. [130] Whitehead revient encore sur ce point crucial : Nous n'accorderons ja-mais trop d'attention au fait que la science a dbut par l'organisation d'expriences ordinaires [sensorielles]. C'est pour cela qu'elle fut si prompte se rallier la tendance anti-rationaliste de la rvolte historique. [130] La science, comme le fait remarquer Bertrand Russel, ne fut rien de plus

    12

  • que du bon sens cohrent, ce qui signifie qu'elle s'appuya sur l'organe le plus susceptible de bon sens que nous possdons tous : l'il de chair.

    On comprend aisment pourquoi la science fut l'origine une rvolte contre le rationalisme. Sou-venez-vous que la logique, en et par soi-mme, transcende ce point l'il de chair sub-humain que par moments, elle parat presque dsincarne, totalement coupe du monde des objets sensoriels. Ceci ne constitue pas en soi une faille logique, comme tant de romantiques paraissent le croire, mais une force : raisonner au sujet d'une activit signifie que vous n'avez pas l'accomplir vrita-blement avec la chair. Le pouvoir mme de la logique rside dans sa transcendance des objets sen-soriels (ainsi que Piaget l'a dmontr la pense formelle oprationnelle ou logique rationnelle opre sur, et donc transcende, l'exprience concrte et sensorimotrice).

    Mais la logique ou de manire gnrale, l'il de raison dans son ensemble peut souffrir de graves abus. Le seul test final d'un raisonnement correct consiste vrifier si la chane de pense logique possde elle-mme une cohrence interne, ou si elle a enfreint quelque canon de logique en cours de processus. Si elle respecte ces critres, elle est parfaitement saine, dans son propre domaine. Elle commence par une prmisse initiale, et extrait par des processus subtils de raison-nement abstrait (ou opratoire formel), toutes les implications et dductions incluses dans cette prmisse.

    La prmisse elle-mme la proposition de dpart prend naissance dans n'importe lequel des trois domaines sensoriel, mental ou contemplatif. Si le point de dpart a son origine dans le do-maine de l'il de chair, et s'il est valide, nous parlons de faits indubitables (Russel) ou de faits irrductibles et obstins (Galile) ou plus simplement de faits empirico-analytiques. Si le point de dpart a son origine dans le domaine de l'il de raison, nous parlons de principes de rfrences indubitables (Russell) ou de vrits intuitivement videntes (Descartes) ou d' apprhensions phnomnologiques directes (Husserl), qui peuvent tre soit philosophiques soit psychologiques. Si la proposition est influence par l'il de contemplation suprieur, nous parlons d'une faon g-nrale de rvlation ou de raisonnement mandala (ainsi que nous l'expliquerons). Quoi qu'il en soit, les trois points de dpart d'un raisonnement sont donc : les faits irrductibles (chair), les vrits videntes ou axiomatiques (mental), et les intuitions rvlatrices (esprit).

    Nous avons dit que la logique risquait de souffrir de graves abus, expliquons-nous. Il est possible de commettre toute sorte d'erreurs voire d'impostures dans la slection des prmisses initiales. L'une des plus notables est I' erreur catgorielle , qui se produit lorsqu'un des trois domaines est subs-titu dans son ensemble un autre ou, en d'autres termes, quand des objets (chair) sont confon-dus avec des penses (mental) qui sont confondues avec des intuitions transcendantales (contem-plation). Lorsqu'une telle erreur se produit, les faits tendent remplacer les principes et les princi-pes, Dieu.

    Ainsi, un vrai rationaliste est une personne qui affirme que toute connaissance valable provient exclusivement de l'il de raison et qui considre que l'il de chair (sans parler de la contemplation) est totalement indigne de confiance. Descartes comptait au nombre de ces philosophes, lui qui di-sait qu'il ne faut recevoir jamais aucune chose pour vraie, que je ne la connusse videmment pour telle . Cette connaissance devait tre procure par la raison et non par les sens. Pour Descartes, la raison et rien que la raison tait susceptible de dvoiler des vrits videntes. Il parlait ce propos d'intuition (une intuition rationnelle et non spirituelle) :

    Par intuition j'entends, non point le tmoignage instable des sens, ... mais une reprsenta-tion ... si facile et si distincte qu'il ne subsiste aucun doute sur ce que l'on y comprend; ou bien, ce qui revient au mme, une reprsentation de l'intelligence pure et attentive, qui nat de la seule lumire de la raison... [96]

    13

  • Une intuition qui nat de la seule lumire de la raison... . Seule l'intuition rationnelle tait donc

    en mesure de rvler des vrits videntes. Descartes estimait qu'ayant tabli ces vrits, il nous devenait possible de dduire toute une srie de vrits secondaires. Il ajouta : Telles sont les deux voies! la vrit rationnelle initiale et la dduction! les plus certaines pour parvenir la science; du ct de l'esprit on ne doit pas en admettre davantage, et toutes les autres sont rejeter comme suspectes et exposes l'erreur. [96]

    Voici la dclaration d'un rationaliste pur, d'un homme qui ne croit en rien sinon en l'il de raison,

    et qui rejette purement et simplement l'il de chair et l'il de contemplation. Mais quelle restric-tion! Dsormais l'il de raison se voit contraint de rvler des vrits empiriques aussi bien que des vrits contemplatives, une tche pour laquelle il n'est pas quip une tche qui le mnera de faon inexorable commettre des erreurs catgorielles. Il est tout fait vident que l'il de raison ne peut apprhender de manire adquate le domaine de la contemplation; et il devint bien vite patent que l'il de raison ne pouvait dvoiler, par lui-mme, des vrits se situant dans le domaine du monde objectif et sensoriel. Nous verrons bientt que le rle de la science moderne fut de mon-trer prcisment pour quelles raisons le seul raisonnement ne pouvait rvler des faits empiriques. La vrit dans le domaine de l'il de chair ne peut tre vrifie que par l'il de chair.

    Le seul point que je dsire mettre en exergue ce stade est le suivant : quand un il essaie d'usurper le rle de l'un des deux autres, il s'ensuit une erreur catgorielle. Celle-ci peut se manifes-ter dans n'importe quelle direction : l'il de contemplation est mal quip pour dvoiler les faits de l'il de chair de mme que celui-ci est incapable d'apprhender les vrits de l'il de contempla-tion. La sensation, la raison et la contemplation divulguent leurs vrits propres dans leurs domai-nes propres, et chaque fois qu'un il tente de se substituer un autre, la vision se brouille.

    Ce type d'erreur catgorielle a t le grand problme de presque toutes les religions majeures : les grands sages de l'hindouisme, du bouddhisme, du christianisme, de l'islam, etc., ont tous ouvert, un degr plus ou moins grand, l'il de contemplation le troisime il. Mais ceci n'implique pas qu'ils devinrent automatiquement des experts dans les domaines des deux autres yeux. L'veil, par exemple, ne communique pas l'information selon laquelle l'eau est compose de deux atomes d'hy-drogne et d'un atome d'oxygne. S'il dispensait un tel enseignement, celui-ci figurerait au moins dans un texte religieux or ce n'est pas le cas.

    Hlas, la Rvlation procure par l'il de contemplation est considre comme l'arbitre suprme auquel sont soumises les vrits de l'il de chair et de l'il de raison. Le Livre de la Gense, par exemple, est une Rvlation de l'volution du domaine manifeste partir du Non-manifeste, qui se droula en sept phases majeures (sept jours). C'est une traduction d'une intuition supramentale en images potiques propres l'il de raison. Hlas, ceux dont l'il de contemplation demeure ferm, considrent la Rvlation tout la fois comme un fait empirique et une vrit rationnelle. Et il s'ensuit une erreur catgorielle. Or la science releva cette erreur et rclama vengeance.

    Ainsi, par exemple, en 535 de notre re, le moine chrtien Cos-mas crivit-il un ouvrage intitul Topographie chrtienne. Se fondant entirement sur une interprtation littrale de la Bible, Cosmas dmontra une fois pour toutes que la terre n'avait ni Ple Nord ni Ple Sud, mais tait un paralllo-gramme plat dont la longueur tait gale au double de la largeur. Ce type d'erreur flagrante est cou-rant dans la thologie dogmatique et ceci vaut tant pour les religions orientales qu'occidentales. Les hindous et les bouddhistes, par exemple, croyaient que la terre ayant besoin d'un support repo-sait sur le dos d'un lphant, lequel devant tre lui aussi soutenu tait assis sur une tortue ( la question de savoir sur quoi la tortue reposait, la rponse tait : Changeons de sujet, voulez-vous? ).

    14

  • Le point important est que le bouddhisme, le christianisme et d'autres religions authentiques procuraient leur summum, des visions fondamentales de la ralit ultime mais ces intuitions transverbales furent invariablement mles des vrits rationnelles et des faits empiriques. L'hu-manit n'avait pas encore appris pour ainsi dire, diffrencier et sparer les domaines respectifs des yeux de chair, de raison et de contemplation. La Rvlation fut confondue avec la logique et avec le fait empirique, et tous trois furent prsents comme formant une vrit unique, ce qui eut deux consquences : les philosophes intervinrent et dtruisirent le ct rationnel de la religion, puis la science prit la relve et balaya l'aspect empirique. Je considre que tout rentrait ainsi dans l'ordre. Toutefois, la thologie qui se fondait en Occident sur un il de contemplation peu assu-r dpendait dans une telle mesure de son rationalisme et de ses faits empiriques (le soleil tourne autour de la terre, affirme la Bible), que lorsque la philosophie et la science la privrent de ces deux yeux, la spiritualit occidentale fut frappe de ccit. Elle ne se tourna pas vers son il de contemplation mais se dsagrgea et se perdit en discussions futiles avec les philosophes et les scientifiques. Ds lors, la spiritualit fut dmantele en Occident, et seules la philosophie et la science eurent dsormais voix au chapitre.

    En l'espace d'un sicle, la philosophie en tant que systme rationnel se fondant sur l'il de rai-son fut son tour renverse, en l'occurrence par le nouvel empirisme scientifique. A ce stade, la connaissance humaine fut rduite au seul il de chair. Exit l'il contemplatif; exit l'il mental et les tres humains avaient une opinion tellement dplorable d'eux-mmes qu'ils acceptrent d'ac-corder le statut de mode de connaissance authentique unique l'il de chair, celui que nous parta-geons avec les animaux. L'rudition devint essentiellement sub-humaine, sur le plan de la source et du rfrent.

    La science nouvelle Il importe de comprendre que cette restriction regrettable du savoir humain ne fut pas imputable

    la science. La science empirico-analytique n'est que le corpus organis de connaissance vrifiable rvle par l'il de chair. Prtendre que nous ne devrions pas possder cette connaissance ni nous en inspirer, reviendrait dire que nous ne devrions pas avoir de chair. Nous allons maintenant nous intresser un autre phnomne presque sinistre qui convertit la science en scientisme.

    Mais voquons tout d'abord la naissance de la science elle-mme. Sur un plan historique, nous approchons de l'an 1600 de notre re.

    Avant cette poque, le savoir humain tait domin par l'glise par un dogme, qui confondait et combinait les yeux de contemplation, de raison et de chair. Si la Bible dit que la terre fut cre en six jours, qu'il en soit ainsi; si un dogme affirme qu'un objet dix fois plus lourd qu'un autre tombe dix fois plus vite que celui-ci, qu'il en soit ainsi. La confusion tait telle que personne ne se souciait de faire fonctionner l'il de chair et de regarder en toute simplicit le monde naturel. Voyons, est-il vrai qu'un objet plus lourd qu'un autre tombe plus rapidement que celui-ci, comme le prtend l'glise? Pourquoi ne pas faire l'exprience?

    Si les hommes et les femmes civiliss voluent la surface de la terre depuis, disons 10 000 ans, il faut en dduire que 10 000 ans ont t ncessaires pour qu'un individu ait cette simple ide et la mette en pratique. C'est ainsi que vers 1600, un certain Galilo Galilei monta au sommet de la tour de Pise d'o il laissa tomber deux objets un lourd et un lger. Tous deux heurtrent le sol en mme temps. A dater de ce jour, le monde n'a plus jamais t le mme.

    La mthode scientifique fut invente de faon indpendante mais simultane par Galile et par Kepler vers l'an 1600. On ne serait pas trs loign de la ralit si on disait qu'ils utilisrent tout sim-

    15

  • plement l'il de chair pour regarder le domaine de chair car c'est essentiellement ce qui se passa. L. L. Whyte dit : Avant l'poque de Kepler et de Galile, les seuls systmes de pense labors avaient t des agencements religieux [l'il de contemplation] ou philosophiques [l'il de raison] d'exprience subjective, tandis que les quelques observations objectives de la nature alors obtenues demeuraient relativement dsorganises. Le rationalisme mdival fut subjectif; il n'existait pas encore de philosophie rationnelle de la nature [pas de pense empirico-analytique] d'une complexi-t ou d'une prcision comparables. [131]

    La dmarche de Kepler et de Galile fut toutefois beaucoup plus qu'une simple utilisation prcise et minutieuse de l'il de chair. Nombre d'individus avaient observ avant eux la nature de manire approfondie et systmatique (notamment Aristote), mais aucun n'avait invent la mthode scienti-fique. J'insiste sur ce point car il est souvent nglig : si l'expression mthode scientifique a quel-que valeur historique, il est permis d'affirmer qu'elle l'acquit grce Kepler et Galile.

    Kepler et Galile n'utilisrent pas l'il de chair pour regarder la nature sans plus, mais pour la re-garder d'une manire particulire et c'est cette manire particulire qui constitue une dcouverte en soi : la mthode scientifique, la science moderne, la science empirique relle. On entend souvent dire aujourd'hui que la science ne dsigne rien de plus que la connaissance , ou qu'elle se fonde essentiellement sur une bonne observation , mais ce n'est pas vrai. Ainsi que le dit Whyte : L'homme s'tait efforc pendant deux mille ans d'observer, de comparer et de classer ses observa-tions, mais il ne disposait encore d'aucun systme de pense relatif la nature, qui livrait une m-thode quelconque susceptible d'tre employe de faon systmatique pour faciliter le processus de dcouverte... [131] La science n'tait pas uniquement une bonne observation, car cette dernire tait pratique depuis plusieurs milliers d'annes; la science tait un type particulier d'observation.

    Permettez-moi, avant de dcrire ce type d'observation particulier, d'exposer quelques-unes de ses caractristiques auxiliaires. Tout d'abord, la nouvelle mthode scientifique tait empirico-exprimentale. Supposons que nous devions rpondre la question suivante : Un objet deux fois plus lourd qu'un autre tombe-t-il deux fois plus vite que ce dernier? Un rationaliste mdival aurait pu raisonner ainsi : Nous savons que lorsqu'un objet naturel voit augmenter une de ses quantits physiques, il voit augmenter toutes les autres dans une mesure proportionnelle. Ainsi, un bton deux fois plus grand qu'un autre est deux fois plus lourd que celui-ci. Le poids est une quantit phy-sique au mme titre que la vitesse. En consquence, tout objet deux fois plus lourd qu'un autre doit tomber deux fois plus vite que celui-ci. Galile, lui, fit l'exprience.

    Remarquons que la logique du rationaliste tait valable. Partant de prmisses initiales, elle d-duisait correctement un ensemble de conclusions. Le problme est que les prmisses initiales taient errones. La dduction est un mode de connaissance acceptable pour autant que les pr-misses initiales soient correctes. D'aucunes sont videntes et exactes, ainsi que l'a dmontr l'his-toire de la philosophie, mais d'autres sont videntes et errones. Ce qui faisait dfaut Galile et Kepler, c'tait un moyen de dcider, par rapport au domaine sensoriel, si une proposition de dpart tait vraie ou fausse. Il ne pouvait s'agir d'un moyen rationnel, car il n'en existe pas, mais d'un moyen sensoriel, empirique. Et ce fut, en bref, l'exprience empirique : organisez une situation de manire telle que toutes les variables demeurent constantes l'exception d'une. Rptez l'exprience plu-sieurs reprises, en modifiant chaque fois cette variable; ensuite, tudiez les rsultats ainsi obte-nus.

    Pour Galile ceci impliquait de prendre plusieurs objets tous de mme taille, lchs au mme moment d'une mme hauteur, mais ayant chacun un poids diffrent. Si les objets tombaient des vitesses diffrentes, la raison ne pouvait en tre que leur poids. S'ils tombaient tous la mme vi-tesse (suivant la mme acclration), le poids n'exerait aucune influence sur leur chute. Il s'avra qu'ils tombaient tous la mme vitesse; la proposition selon laquelle des objets plus lourds tom-

    16

  • bent plus vite tait infirme. Tous les objets (dans un vide) tombent un taux d'acclration iden-tique voici une prmisse initiale que vous pouvez maintenant employer en logique dductive.

    Cette preuve scientifique est empirique et inductive; elle n'est pas rationnelle et dductive (bien que la science utilise clairement la logique et la dduction; celles-ci sont assujetties l'induction empirique). L'induction prne de faon systmatique par Francis Bacon est l'laboration de lois gnrales sur base de cas spcifiques multiples (l'inverse de la dduction). Ainsi, Galile ayant ralis son exprience l'aide d'objets mtalliques, aurait pu la renouveler avec d'autres en bois, puis en argile, puis en papier, etc., afin de s'assurer qu'il obtenait toujours les mmes rsultats. C'est cela l'induction : la proposition suggre est teste dans toute sorte de circonstances nouvelles; si elle n'est pas infirme dans ces circonstances, elle est confirme dans cette mesure. La proposition elle-mme est en rgle gnrale nomme hypothse. Une hypothse qui n'a pas encore t infirme (sans circonstances attnuantes) est en gnral baptise thorie. Et une thorie qui donne l'impres-sion de ne jamais pouvoir tre infirme (ventuellement complte, mais en aucun cas dmentie dans son domaine propre) est quant elle dnomme loi. Galile a dcouvert deux lois relatives au mouvement terrestre; Kepler a dcouvert trois lois relatives au mouvement plantaire; et le gnie Newton a runi ces lois pour joindre les forces du ciel et celles de la terre : il a ainsi dmontr qu'une pomme tombe vers la terre (Galile) pour la mme raison que les plantes tournent autour du soleil (Kepler) savoir, la gravit.

    L'argument capital est que la mthode scientifique classique tait empirique et inductive, et non rationnelle et dductive. Bacon, Kepler et Galile entendaient simplement soumettre l'il de raison l'il de chair, alors que la proposition en question ne concerne que le domaine sensoriel. Aussi trange que cela paraisse aujourd'hui, ce fut un trait de gnie : que l'il de chair lui-mme appr-hende les faits se situant dans le domaine sensoriel et vite ainsi les erreurs catgorielles consistant confondre la chair avec la raison et la contemplation. J'entends montrer que ce fut non seulement un grand atout pour la science, mais encore potentiellement pour la religion, car cette ma-nire d'agir dpouillait celle-ci des scories non essentielles et pseudo-scientifiques qui ont conta-min toutes les religions majeures sans exception.

    Il est un autre point capital relatif Galile et Kepler que nous ne pouvons passer sous silence car il constitue le cur mme de la question. Nous avons vu que d'autres avant eux avaient utilis de faon minutieuse l'il de chair, et que d'autres encore avaient procd, de manire grossire, un type d'induction, s'efforant de valider leurs thories dans plusieurs circonstances. Mais Galile et Kepler ont perc le secret rel et essentiel de la preuve empirico-inductive : dans une exprience scientifique on dsire vrifier si un vnement particulier est advenu; si tel est le cas, quelque chose a chang. Dans le monde physique, un changement implique ncessairement quelque dplacement dans l'espace-temps; or un dplacement peut se mesurer. Par ailleurs, si un vnement ne peut tre mesur, il ne peut faire l'objet d'une exprience empirico-scientifique; et, dans le cadre de cette science, il n'existe pas.

    Ainsi, il n'est gure exagr d'affirmer que la science empirico-analytique est une affaire de mesu-res. Les mesures, et l'on est presque en droit de dire : et rien que les mesures, fournissent les don-nes des expriences scientifiques. Galile procdait des mesures. Kepler procdait des mesu-res. Newton procdait des mesures. L se situait le vritable gnie de ces hommes. La raison pour laquelle la science moderne ne vit pas le jour avant Kepler et Galile tient au fait que personne n'avait jamais procd avant eux des mesures systmatiques. L. L. Whyte dit : Nous nous trou-vons confronts, ici, un moment d'une importance considrable. Vers 1600 Kepler et Galile ont formul simultanment mais indpendamment le principe selon lequel les lois de la nature devaient tre dcouvertes au moyen de mesures, et ils l'ont appliqu leurs propres travaux. Aristote clas-sait, Kepler et Galile mesuraient. [131] Whyte se plat insister : Le processus de mesure tait la

    17

  • seule approche objectivement fiable de la structure de la nature, et les nombres ainsi obtenus cons-titurent la cl de l'ordre naturel. Aprs 1600 l'humanit se trouva donc en possession d'une m-thode d'tude systmatique des aspects de la nature accessibles aux mesures. 1600 marque la nais-sance de l'ge de la quantit. Jamais auparavant une telle technique n'avait t disponible... [131]

    Whitehead est tout aussi catgorique : Aristote, dit-il, a induit le physicien en erreur : En effet, ses doctrines [lui] enjoignaient de classer alors qu'elles auraient d lui conseiller de mesurer. Car, dit Whitehead : Si seulement les professeurs avaient mesur au lieu de classer, combien leur en-seignement et t plus riche! [130] Whitehead rsume en ces termes l'essence de la nouvelle m-thode empirico-analytique : Recherchez des lments mesurables parmi vos phnomnes, puis recherchez des relations entre ces mesures de quantits physiques. C'est, dit-il, la rgle de la science . [130]

    Je ne vais pas entreprendre une discussion prolonge de cette question, je considrerai comme vident le fait que : Le critre scientifique est la quantit : l'espace, la taille et l'amplitude des for-ces peuvent tous tre exprims en nombres... Un nombre est un nombre, et les nombres consti-tuent le langage de la science. [110] La psychologie n'est considre comme une science empiri-que que si elle offre des schmes mesurables, c'est la raison pour laquelle le behaviorisme est une science empirique et non la psychanalyse. (Remarquez que je n'en dduis pas que le behaviorisme est valable et non la psychanalyse; il s'agit de deux ensembles de donnes rassembles par deux yeux diffrents, tous deux sont valables mais l'un est empirique et l'autre mentalo-phnomnologique.) La psychanalyse a d'emble pris conscience de cette distinction. Ainsi que le dit Mlanie Klein, une pionnire en matire d'analyse :

    Il importe de garder prsent l'esprit cette vrit que les lments que prsente l'analyste diffrent essentiellement de ceux qui sont requis dans les sciences physiques; parce que toute la nature de la psychanalyse est en ralit diffrente. Selon mon opinion, les tentati-ves visant produire des donnes exactes comparables dbouchent sur une approche pseudo-scientifique, parle que le fonctionnement de l'esprit (mental) inconscient et la r-ponse du psychanalyste celui-ci, ne peuvent faire l'objet de mesures... [73]

    Rsumons-nous : La contribution ingnieuse et durable de Galile et de Kepler consiste dmon-

    trer que, dans le monde physique ou sensorimoteur, l'il de raison peut et doit tre rattach et soumis l'il de chair au moyen d'une exprimentation inductive, dont le cur mme est une me-sure renouvelable (nombre). Que l'il de chair parle pour l'il de chair c'est dans cette intention que fut invente la science empirique.

    Kant et l'Au-del L'pitom de la vrit sensorielle est le fait empirique; l'pitom de la vrit mentale est l'intui-

    tion philosophique et psychologique; et l'pitom de la vrit contemplative est la sagesse spiri-tuelle. Nous avons vu qu'avant l're moderne les hommes et les femmes n'avaient pas suffisamment diffrenci les yeux de chair, de raison et de contemplation, et qu'ils avaient donc eu tendance les confondre. La religion essayait d'tre scientifique, la philosophie tentait d'tre religieuse, et la science s'efforait d'tre philosophique et toutes faisaient en consquence fausse route. Elles se rendaient coupables d'erreurs catgorielles.

    Ainsi, Galile et Kepler rendirent-ils un grand service la religion et la philosophie en dlimitant la vraie nature de la vrit empirico-scientifique. Ils dissiprent en ralit la confusion existant en-

    18

  • tre l'il de chair et les yeux de raison et de contemplation. La science, en faisant son devoir fidle-ment et honntement, permettait la philosophie et la religion de ne plus devoir viser tre de pseudosciences. Le moine Cosmas n'aurait plus d perdre son temps essayer de dterminer la forme de la terre; la science de la gologie tait dsormais en mesure de se pencher sur de telles questions et Cosmas aurait pu se consacrer tout entier la contemplation. En nous montrant de faon prcise ce qu'est la vrit dans le domaine de l'il de chair, la science nous permettra en dfi-nitive par soustraction de redcouvrir les champs de l'il de raison et de celui de contempla-tion.

    Ce que Galile et Kepler firent pour l'il de chair, vis--vis de la religion, Kant le fit pour l'il de raison. C'est--dire qu'il aida dpouiller la religion de sa rationalisation non-essentielle, tout comme Galile et Kepler contriburent la librer de ses scories scientifiques non-essentielles. Cette dmarche devait avoir des rpercussions extraordinaires, quoique dans une large mesure incomprises.

    Avant Kant, les philosophes s'efforaient non seulement de dduire des faits scientifiques ce qui relve de l'utopie, ainsi que nous l'avons vu mais encore de dduire des vrits contemporai-nes ou spirituelles, ce qui est tout aussi impossible mais deux fois plus dangereux. Les philosophes tant sculiers que religieux faisaient toute sorte de dclarations, lesquelles, affirmaient-ils, concer-naient des ralits et des vrits ultimes. Ainsi, saint Thomas d'Aquin avait-il avanc des preuves rationnelles de l'existence de Dieu; Descartes avait fait de mme et Aristote et Anselme et d'au-tres. Leur erreur commune consista vouloir prouver avec l'il de raison ce que seul peut voir l'il de contemplation. Et quelqu'un devait tt ou tard dcouvrir cette vrit.

    Ce fut le trait de gnie de Kant. En fait, lui-mme croyait en Dieu, dans un Ultime Transcendant, dans le noumne. Et il croyait juste titre que celui-ci tait trans-empirique et trans-sensoriel. Mais il dmontra que chaque fois que nous essayons de raisonner sur cette ralit trans-empirique, nous constatons que nous pouvons tayer l'aide d'arguments tout aussi plausibles deux points de vue tout fait contradictoires ce qui prouve clairement qu'un tel raisonnement est futile (ou, tout au moins, qu'il ne tient pas les promesses qu'il avait si gnreusement faites sous le nom de mtaphysique ). Or tous les philosophes et thologiens exposaient leurs conceptions rationnelles relatives Dieu (ou Bouddha ou Tao) et la ralit ultime comme s'ils parlaient directement et vritablement du Rel lui-mme, alors qu'en fait, ainsi que Kant l'a dmontr, ils draisonnaient. La raison pure est tout simplement incapable d'apprhender des ralits transcendantes et quand elle s'y emploie, elle constate que la proposition inverse de celle avance peut tre dfendue de faon tout aussi plausi-ble. (Cette intuition n'tait nullement limite l'Occident. Prs de quinze cents ans avant Kant, le gnie bouddhiste Nagarjuna fondateur du bouddhisme Mdhyamika en tait arriv sensible-ment la mme conclusion une conclusion laquelle firent cho toutes les coles majeures de la philosophie et de la psychologie orientales : la Raison ne peut apprhender l'essence de la ralit absolue, et quand elle s'y emploie, elle n'engendre que des incompatibilits dualistes.)

    L'une des raisons de cet tat de fait est si je puis recourir un langage potique que l'Ul-time, ainsi que rvl par la contemplation, est une concidence d'opposs (Nicholas de Cusa) ou selon la terminologie hindouiste et bouddhiste advaita ou advaya, ce qui signifie non-dual ou non-deux , un fait qu'il est impossible de reprsenter au moyen de la logique. Vous ne pouvez, par exemple, vous reprsenter quelque chose qui est et qui n'est pas au mme moment. Vous ne pouvez pas voir pleuvoir et ne pas pleuvoir au mme instant au mme endroit. Il est impossible de se reprsen-ter de manire prcise ni de raisonner sur la non-dualit, ou la ralit ultime. Si vous essayez de traduire une Ralit non-duale en une raison dualiste, vous crerez une opposition l o en fait il n'y en a pas, en consquence de quoi chaque terme de la contradiction pourra tre dfendu ration-nellement avec une plausibilit absolument gale et ceci, pour en revenir Kant, rvle pourquoi

    19

  • la raison n'engendre que paradoxe quand elle essaie d'apprhender Dieu ou l'Absolu. S'adonner une spculation mtaphysique (exclusivement avec l'il de raison) revient donc verser dans l'ab-surde. Affirmer que la Ralit est sujet absolu n'est pas faux, mais absurde, insens; ce n'est ni vrai ni faux mais vide de sens parce que la proposition oppose est tout aussi valable : la Ralit est objet absolu . On rencontrait, en Orient, la mme absurdit ( la Ralit est Atman versus la Ralit est Anatman ) jusqu' ce qu'elle soit totalement dmantele par Nagarjuna d'une manire parfaitement identique celle employe par Kant.

    En fait, Kant dmontra ainsi que l'exprima Wittgenstein que la plupart des problmes m-taphysiques n'taient pas errons mais dpourvus de sens. Ce n'tait pas la rponse qui tait mau-vaise, c'tait la question qui tait absurde... Elle se fondait sur une erreur catgorielle : l'il de rai-son essaie de sonder les Cieux. Je n'entends pas affirmer que Kant tait veill (c'est--dire que son il de contemplation tait tout fait ouvert). Il est clair que ce ne fut pas le cas. Tout semble indi-quer qu'il ne possdait pas une comprhension relle de la contemplation, ainsi pensait-il que sa Critique de la raison pure prouve que la Divinit ne peut jamais tre connue de manire directe ou perue de faon absolue, alors qu'elle ne dmontre en ralit rien de plus sinon que Dieu ne peut tre connu par les sens ni par la raison. Un excellent moyen de comprendre la position de Kant consiste tudier le gnie bouddhiste voqu ci-dessus, Nagarjuna, car celui-ci applique la mme philosophie critique la raison, mais il agit ainsi non seulement pour mettre en vidence les limita-tions de celle-ci mais encore pour aller plus loin et aider ouvrir l'il de contemplation (prajna), qui connat l'Ultime de manire directe, non-conceptuelle et immdiate. Kant ne connat pas vraiment le prajna ou la contemplation, mais tant donn qu'il sait que Dieu se situe au-del des sens et de la raison, il suppose qu'Il est jamais dissimul la conscience directe. Schopenhauer ne tarderait pas relever cette faille chez Kant.

    Le seul point qui m'intresse ici est que Kant avait dmontr de manire satisfaisante que l'il de raison ne peut pas, du fait mme de sa nature, voir dans le domaine de l'esprit. En d'autres termes, la philosophie ne peut accder Dieu tout au plus peut-elle concevoir Dieu moralement (prati-quement) et il est donc prfrable qu'elle se cantonne aux domaines sensoriel et mental. Cette dmonstration a permis la religion de ne plus devoir se soucier de rationaliser Dieu, tout comme Galile et Kepler l'avaient dispense de se proccuper des molcules. Ainsi que l'a exprim McPher-son :

    La philosophie positiviste a peut-tre rendu un service la religion. En faisant apparatre, leur manire, l'absurdit des efforts des thologiens, les positivistes ont favoris la prise de conscience du fait que la religion appartient la sphre de l'indicible. ... Les positivistes sont peut-tre ennemis de la thologie, mais ils sont certes amis de la religion. [85]

    Ainsi, le fait scientifique et la philosophie rationnelle qui constituaient par ailleurs des utilisa-

    tions correctes et mme excellentes de l'il de chair, pour l'une, et de l'il de raison, pour l'autre rendirent un service inestimable la religion en ce sens qu'ils contriburent dpouiller la spiri-tualit de ses scories non-essentielles, et clarifier son rle dans le cadre du savoir et de l'veil hu-mains. Si nous runissons Galile, Kepler, Kant et le Christ, nous apprenons que l'intelligence sen-sorimotrice n'est pas l'intuition philosophique qui n'est pas la sagesse spirituelle ni l'une ni l'au-tre ne peut tre assimile aux autres, ni l'une ni l'autre ne peut tre nglige.

    Mais en l'espace de quelques dcennies (aprs le travail de Kant) l'il de chair, aveugl par la lu-mire de Newton, en vint s'imaginer que son seul domaine tait digne de connaissance. La science empirique devint ainsi, sous l'influence d'Auguste Comte et de ses semblables, le scientisme. Celui-ci ne se contenta plus de parler au nom de l'il de chair mais fit entendre sa voix au nom de l'il de

    20

  • raison et de l'il de contemplation. Ce faisant, il commit les mmes erreurs catgorielles qu'il avait dnonces dans la thologie dogmatique, et qu'il avait chrement fait payer la religion. Les scien-tistes s'efforcrent de soumettre les trois yeux aux procdures propres la science empirique avec son il de chair. Ceci constitue une erreur catgorielle. C'est le monde, et pas seulement la science, qui en fit les frais.

    Le nouveau scientisme La science empirico-analytique est un aspect de la connaissance qui se fonde sur le domaine de

    l'il de chair (toute connaissance sensorielle n'est pas scientifique : je songe notamment l'impul-sion esthtique). Il va de soi que la science empirico-analytique fait appel l'il de raison, et je crois mme qu'elle recourt l'il de contemplation pour l'intuition crative, mais tous deux sont soumis l'il de chair et ses donnes. Ceci tant, les scientistes en vinrent revendiquer le monopole des trois yeux. Qu'advint-il?

    Il existe de multiples manires de formuler le sophisme du scientisme. Au lieu de dire : Ce qui ne peut tre vu par l'il de chair ne peut tre vrifi de manire empirique , le scientiste dcrta : Ce qui ne peut tre vu par l'il de chair n'existe pas. Nous disposons d'une excellente mthode d'accder la connaissance dans le domaine des cinq sens devint la connaissance obtenue par le mental et la contemplation est donc dpourvue de valeur . Ainsi que l'exprima Smith : Aucun re-proche ne peut tre adress la science. Il en va tout autrement du scientisme. Alors que la science est positive et se contente d'exposer ce qu'elle dcouvre, le scientisme est ngatif. Il va au-del des dcouvertes relles de la science pour affirmer que les autres approches du savoir sont sans valeur et les autres vrits sans fondement . [110] Ou, pour tre plus prcis encore : Les triomphes de la science moderne enivrrent l'homme comme le rhum et lui firent perdre tout sens logique. Il en vint penser que ce que la science dcouvre permet de douter de tout ce qu'elle ne dcouvre pas; que les succs qu'elle remporte dans son domaine propre remettent en question la ralit des domaines que ses outils ne peuvent apprhender. [110]

    Souvenez-vous que l'importance extraordinaire de Kepler et Galile tient la dcouverte d'une mthode visant dmontrer une fois pour toutes la vrit et la valeur d'une proposition sensori-empirique. Un objet lourd tombe-t-il plus rapidement qu'un objet lger? n'est pas une question qu'il convient d'apprhender avec la lumens interius de la raison, pas plus qu'avec la lumens superius de la contemplatio elle doit tre rsolue avec l'il de chair. Avant cette poque, aucune procdure ne permettait de statuer sur de tels dbats, il n'existait aucune mthode permettant de dmontrer empiriquement que les ides d'un adversaire taient errones. Avec Galile et Kepler apparaissait un moyen de rgler de tels conflits empiriques on pouvait enfin vrifier l'exactitude ou la fausse-t de propositions, de manire convaincante pour tout homme et toute femme raisonnables.

    Les scientifiques commencrent ds lors imposer le silence aux thologiens et aux philosophes (Dieu n'est pas une proposition vrifiable mais le fondement de toute proposition, donc Dieu ne peut tre soumis l'preuve scientifique). Le test existait dsormais, et les philosophes, les reli-gieux, les thologiens, les mystiques et les potes succombrent par milliers. En fait, ils auraient d refuser de s'y soumettre ils auraient d s'apercevoir que les valeurs transcendantes ne sont pas des faits empiriques rvls par l'il de chair, mais des intuitions contemplatives et non-verbales rvles par la lumen superius dans les trfonds du Cur. Au lieu de cela, ils entreprirent de longues retraites honteuses, s'efforant d'imaginer des moyens de prouver que Dieu tait un objet la ma-nire d'une pierre, ou une proposition comparable F = ma. Les travaux de Galile et de Kepler culminrent dans les Principia de Newton, qui ce jour reprsentent, bien des gards, le summum

    21

  • de la mthode empirico-scientifique. Les Principia abondent en faits obstins et irrductibles , et en lois logiques conformes ces faits. Ce fut une russite majeure pour l'il de chair.

    L'influence de Newton sur la philosophie fut bien entendu immense. Les philosophes lui firent mme bon accueil. Compte tenu des annes dsastreuses de rationalisme dbrid et de contempla-tion inutilise, les philosophes s'empressrent de faire allgeance l'il de chair et son principal reprsentant, Newton. Kant lui-mme, en dpit de tout son gnie, succomba cette religion new-tonienne. Il est bien connu que Kant aurait souhait tre physicien, n'et-il t philosophe, et sa philosophie critique, dont la russite consista dlimiter la sphre de la raison pure, est par ailleurs entache par son physicalisme . Ainsi que Gilson l'a si justement dit : Kant ne passa pas des ma-thmatiques la philosophie, mais des mathmatiques la physique. Kant lui-mme conclut que : La vraie mthode en mtaphysique est fondamentalement identique celle que Newton a intro-duite dans la science naturelle, et qui a produit des rsultats fort intressants dans ce domaine. ... Gilson conclut quant lui que : La Critique de la raison pure de Kant est une description magistrale de ce que devrait tre la structure de l'esprit (mental) humain, pour justifier l'existence d'une conception newtonienne de la Nature. [53]

    En d'autres termes, les trois yeux de la connaissance firent petit petit l'objet d'un nivellement par le bas : tous se trouvrent models en fonction de, et rduits , l'il de chair newtonien. D'une part les philosophes enviaient le succs de Newton : Adam eut la chance de baptiser les toiles, Py-thagore russit les compter, mais ce fut Newton qui parvint en valuer le poids la livre prs. D'autre part, plus la science progressait, plus les individus exeraient l'il de chair, et plus les yeux mental et contemplatif perdaient de leur importance. La science concevait le monde en termes es-sentiellement quantitatifs et objectifs, ce qui ne permettait gure d'interventions contemplatives ou ne ft-ce que vritablement mentales. Whyte fit observer que la vision empirico-scientifique de la nature tant quantitative et objective : Elle dtourna l'attention des aspects organisateurs de la personnalit qu'on ne peut connatre que subjectivement (c'est--dire, via la lumen interius ou il mental), ce qui engendra une perte de confiance dans les pouvoirs de l'esprit subjectif... Dsormais, le sujet ne dominait plus l'objet, les rles taient inverss, quoique dans la nouvelle conception de la nature objective, il n'existt aucun lment correspondant aux processus mentaux constructifs du sujet. [131] En langage clair, l'il de raison s'tait ferm, comme avant lui l'il de contempla-tion. Le scientisme non seulement librait l'humanit de Dieu, mais encore il la soulageait de la res-ponsabilit de penser.

    Ainsi, le seul critre de vrit devint-il le critre empirique c'est--dire un test sensorimoteur pratiqu par l'il de chair (ou par ses extensions) et se fondant en gnral sur la mesure. Le principe de vrification empirique ne fut bientt plus appliqu de manire exclusive l'il de chair, ce qui et t valable, mais galement l'il de raison et l'il de contemplation, ce qui constituait une btise sans nom, comme le suggre William James. Thomas McPherson dit : Les dclarations rela-tives l'observation ralise par les scientifiques tant vrifiables empiriquement, le test permet-tant d'tablir si quelque rflexion avait un sens devint la possibilit de vrification par l'exprience sensorielle , et tout ce qui ne s'y prtait pas fut considr comme relevant de l'absurde. [85] Com-prenez bien que ceci ne signifie pas : vrifiable par l'exprience directe en gnral; mais : vrifiable par l'ex-prience sensorielle. C'est--dire vrifiable de faon empirique. Les philosophes scientifiques ne re-connaissent pas la valeur des expriences directes du mystique/mditatif, celles-ci ne pouvant tre dceles par les cinq sens en dpit du caractre direct que le mystique revendique leur endroit. (Nous aurons l'occasion de revenir sur ce point.)

    Pour l'instant contentons-nous de noter que tout ce qui n'tait pas sensoriel devint irrel, tel fut le credo des nouveaux philosophes scientifiques. Quiconque enfreignait la rgle, en pratique ou en thorie, tait dnonc avec une vigueur impitoyable , [130] dit Whitehead. Or : Cette position

    22

  • des scientifiques relevait du bluff pur et simple, si tant est qu'ils croyaient eux-mmes en leurs propres dclarations. [130] La science devint donc le scientisme, connu aussi sous le nom de posi-tivisme ou de matrialisme scientifique, et c'est l que rside le bluff celui d'une partie jouant le rle du tout. Whitehead conclut : De cette faon la philosophie moderne se retrouva ruine. [130]

    Elle fut ruine pour avoir t nivele, au mme titre que la spiritualit avant elle. L'il de contemplation fut ferm, mais aussi, hlas, l'il de spculation, de synthse et de critique philoso-phiques propres. Whitehead est trs explicite sur ce point, ainsi d'ailleurs que J. J. Van der Leeuw : Le mpris mutuel de la philosophie et de la science est aussi nuisible que dpourvu de fondement, mais nous devons nous garder de poser l'une une question relevant du domaine de l'autre (erreur catgorielle). Une rponse scientifique une question philosophique sera forcment insatisfaisante et hors de propos, de mme qu'une solution philosophique un problme scientifique sera vide de sens et sans aucune valeur scientifique. Le meilleur moyen d'honorer ces deux disciplines consiste reconnatre leurs sphres de connaissance respectives, les coordonner pour leur plus grand bn-fice, et ne jamais confondre leurs tches respectives. [121]

    Mais l'il de chair refusa trs prcisment de procder cette coordination. Il affirma au contraire que tout ce qu'il ne voyait pas n'existait pas; alors qu'il aurait d se montrer plus humble et admettre qu'il ne pouvait voir ce qu'il ne pouvait voir. Kant n'a pas prtendu que Dieu n'existait pas il a dit que les sens et la raison taient incapables d'apprhender l'Absolu. Reprenons la formula-tion de Wittgenstein : Il convient de garder le silence sur ce dont on ne peut parler ; les scientis-tes quant eux tronquaient cette vrit en affirmant : Ce dont on ne peut parler n'existe pas.

    Prenons un exemple : souvenez-vous qu'une des contributions majeures de Kant fut de dmon-trer clairement qu' chaque fois que vous essayez de raisonner sur l'Absolu, vous pouvez dfendre deux positions contradictoires mais galement plausibles. Ceci n'est pas, comme les positivistes le croiront, une preuve suffisante de la non-existence de la Divinit, mais une dmonstration du fait qu'Elle transcende la raison.

    A chaque fois que des dimensions suprieures sont reprsentes sur des plans infrieurs, elles perdent de leur valeur en cours de traduction. Prenons un exemple simple. Rduisez une sphre tri-dimensionnelle une surface bi-dimensionnelle et vous obtenez un cercle. La sphre est en quelque sorte coupe en deux afin de s'adapter la feuille de papier. Remarquez que la sphre peut tre coupe selon deux directions totalement diffrentes disons, d'est en ouest ou d'ouest en est pourtant, le cercle obtenu semblera toujours tre le mme. Nous pourrions donc avancer la conclusion suivante : chaque fois qu'un cercle essaie d'imaginer une sphre, il est susceptible de produire deux formulations tout fait contradictoires et nanmoins galement plausibles, car pour le cercle toutes deux sont en fait correctes. Il en va de mme pour la raison et l'esprit.

    Les positivistes considrent en consquence que la sphre n'existe pas or cette dmonstration ne signifie rien sinon que des sphres ne peuvent tre apprhendes par des cercles.

    Kant croyait fermement au Transcendant, bien qu'il st qu'il tait impossible de le saisir par les sens ou par la raison pure. Mais ses semi-disciples Comte, Mach et jusqu' Ayer, Flew, Quine, etc. n'eurent mme pas ce bon sens. Troubls par le rle de la philosophie spculative pure, et totalement ferms l'il de contemplation, les scientistes ramenrent tout savoir l'il de chair infrieur, et de ce fait refusrent de considrer comme respectable toute autre forme de savoir.

    Le nouveau scientisme empirique tait n et affirmait, comme il le fait toujours, que seul l'il de chair et ses quantits numriques sont rels. L'il de raison, l'il de contemplation, Dieu, Boudd-ha, Brahman et Tao bref, tout le reste est considr comme dpourvu de sens parce que n'appa-raissant pas comme un objet concret. Le scientisme, ne parvenant pas matriser Dieu, proclama

    23

  • l'Esprit dpourvu de sens et de signification. Le Christ fut donc dup, Bouddha schizophrne, Krish-na victime d'hallucinations et Lao-Tseu psychotique.

    Et ceci est l'hritage perverti que Galile et Kepler transmirent Newton, Newton Kant, Kant Comte, Mach, Ayer et jusqu' Willard Quine. La meilleure faon de caractriser la vision du monde de Quine consiste dire qu'... il n'existe fondamentalement qu'une sorte d'entit dans le monde : celle tudie par les scientifiques naturels savoir, les objets physiques; et deuxime-ment, qu'il n'existe qu'une sorte de connaissance dans le monde, celle que possdent les scientifi-ques naturels. [110]

    Or : Willar Quine est le philosophe amricain le plus influent des vingt dernires annes. [110]

    La nature du scientisme Whitehead dit : Quelle que soit la manire dont vous prsentiez les choses, tel est le rsultat

    pratique de la philosophie scientifique caractristique de la fin du XVIIe sicle. Vu travers l'il scientifique, poursuit-il, la nature est inodore, incolore et insipide; une simple agitation infinie et insense de matriau. [130] Il n'y a rien de plus, et rien de plus savoir.

    Pourtant, il y a pire :

    Nous devons reconnatre son efficacit tonnante en tant que systme conceptuel pour l'organisation des donnes scientifiques. A cet gard, elle est parfaitement digne du gnie du sicle qui l'a engendre. Elle a maintenu sans faillir sa position de principe directeur des tudes scientifiques. Elle rgne toujours. Toutes les universits du monde s'organisent en fonction d'elle. Nul systme alternatif d'organisation de la qute de la vrit scientifique n'a t propos. Non seulement elle rgne, mais encore elle est sans rivale. Pourtant, elle est parfaitement incroyable. [130]

    Tel est le clbre jugement que porte Whitehead sur la vision scientifique du monde. D'autres se

    sont montrs encore moins charitables : Le problme n'est pas tant la structure consciente de la science que la strate inconsciente de l'ego scientifique, dans la structure caractrielle scientifique. Whitehead qualifie le point de vue scientifique moderne de parfaitement incroyable . La psycha-nalyse ajoute une prcision cruciale : il relve de la dmence. [26] Ainsi que l'exprima le psychiatre Karl Stern : Une telle vision est folle. Et je n'emploie pas ce terme dans son sens d'invective argoti-que, mais plutt dans le sens technique de psychotique. En vrit, une telle vision prsente de mul-tiples aspects communs avec la pense schizophrnique. [105]

    Les scientifiques ne sont pas tout fait fous, mais uniquement parce qu'ils ne croient pas tout fait la vision empirico-scientifique. Ou, s'ils y croient, ils estiment sincrement la science; ou ils en sont juste titre fiers; ou ils la jugent significative, satisfaisante, utile. Or tous ces mots en italiques sont des entits non-empiriques, du fait qu'ils correspondent des valeurs et des intentions sub-jectives. En consquence, un scientifique honnte n'est pas scientifique sur un plan personnel.

    Nous laisserons toutefois aux psychiatres le soin de disserter sur la folie de la vision scientifique du monde et nous nous concentrerons quant nous sur son caractre incroyable mis en exergue par Whitehead. Il est vrai que la vision du monde empirico-scientifique est incroyable parce qu'elle est partielle, et en prtendant tre totale, elle perd toute crdibilit. En effet, la mthode empirico-scientifique est, notamment, incapable de traiter de la qualit. La science est avant tout quantita-tive , dit Whitehead et une rflexion qualitative et non quantitative n'est pas scientifique. La science est bel et bien une qute de quantits . [130] C'est--dire de nombres.

    24

  • Cette position prsente un inconvnient : une qualit peut tre meilleure qu'une autre, un nom-bre pas. L'amour est intrinsquement meilleur que la haine, mais trois n'est pas intrinsquement meil-leur que cinq. Donc peine avez-vous traduit le monde en mesures et en nombres empiriques, que vous obtenez un monde dpourvu de qualit ce qui revient dire : un monde dpourvu de valeur ou de signification. Tout ce qu'il reste, dit Whitehead, est un manque de valeur brut qui a dirig l'attention vers les objets plutt que vers les valeurs . [130] Bertrand Russell, qui savait de quoi il parlait, partage cet avis : La sphre des valeurs est extrieure la science . [103] Selon Huston Smith, la science a tendance ngliger les valeurs parce que : La qualit est en soi immensurable... L'incapacit apprhender le qualitativement immensurable a amen la science travailler sur ce que Lewis Mumford nomme un univers disqualifi . Bref, dit Smith : Les valeurs, le sens de la vie, la raison d'tre et les qualits passent travers la science comme la mer travers les mailles des filets des pcheurs. [119]

    La science empirico-analytique ne peut oprer aisment sans mesure; une mesure est essentiel-lement une quantit; une quantit est un nombre; un nombre se situe per se en dehors de la sphre des valeurs. La qualit n'a jamais accs cet univers et ne peut y avoir accs. L. L. Whyte dit : Tou-tes les amplitudes ont un statut gal devant les lois de l'arithmtique lmentaire, les oprateurs n'tablissent aucune diffrence entre une valeur et une autre. [131]

    Remarquez que je ne condamne pas pour autant la science empirico-analytique; je m'efforce tout simplement de dfinir son rle, ainsi lorsqu'il lui arrivera encore de quitter sa sphre propre et de se poser en vision du monde complte, nous nous trouverons dans une meilleure position pour criti-quer cette infraction cette erreur catgorielle, connue sous le nom de positivisme empirique ou de vrification exclusivement empirique.

    La vision traditionnelle de la ralit prtendait que l'existence est ordonne de manire hirar-chique, que le domaine contemplatif est plus rel et plus estimable que le domaine mental, qui son tour est plus rel et plus estimable que le domaine sensoriel. Les trois domaines devaient tre apprcis et utiliss, mais il fallait se garder de confondre leurs valeurs relatives : le causal est sup-rieur au subtil, lequel est suprieur au grossier et, comme le dit Smith, le suprieur est plus rel que l'infrieur parce qu'il est plus satur d'tre.

    Ds lors que la connaissance se trouva rduite un savoir sensoriel, empirique, que l'arbitre de la connaissance sensorielle devint le nombre un nombre dpourvu par dfinition de qualit et de valeur il se produisit une translation extraordinaire peut-tre la plus importante de l'His-toire lorsque la science entreprit une qute minutieuse de la grande Chane d'tre. Tout ce que la science pouvait voir tait peru de faon numrique, or aucun nombre n'tant intrinsquement meilleur qu'un autre, l'ensemble de la hirarchie de valeur s'effondra elle fut rduite de simples indicateurs de places sans valeur, chaque chose devant prendre la place qui lui revient dans le texte de la nature pour y devenir un lment de ce quelque chose d'inodore, d'incolore et d'insipide; (de cette) simple agitation infinie et insense de matriau.

    L'ancienne hirarchie de valeur et d'tre fut donc rejete au profit d'une hirarchie de nombre. Il n'tait dsormais plus possible d'affirmer que certains domaines taient suprieurs , ou plus rels ou meilleurs que, d'autres tout au plus pouvaient-ils tre plus grands ou plus petits. Disons que les niveaux d'importance furent remplacs par des niveaux de grandeur. Il n'tait plus question de domai-nes suprieurs, plus importants et plus rels que l'ordinaire notamment les cieux contemplatifs mais de domaines plus grands que l'ordinaire notamment les distances astronomiques. Les domaines infrieurs, moins importants et moins rels que l'ordinaire le sub-humain, le sensoriel, le matrialiste cdaient le pas aux domaines plus petits que l'ordinaire notamment le sub-atomique. Meilleur et pire furent convertis en plus grand et plus petit, et disparurent purement et simplement de la scne.

    25

  • Mais qu'tions-nous en droit d'attendre de la part d'un animal qui avait renonc l'il de raison et l'il de la contemplation? Le seul il qui nous restait tait de nature sensorielle et physique, et quand il observait le monde environnant, il ne pouvait y dceler que des diffrences de tailles. L'il de raison et l'il de contemplation tant ferms, l'il de chair posait sans sciller son regard sur le monde matriel, et commenait rciter sa litanie de prtentions : 1, 2, 3, 4, 5, ...

    La contradiction du scientisme Si le scientisme n'tait qu'incroyable, nous serions tous tents de lui tourner le dos. Mais il n'est

    pas qu'incroyable pas plus qu'il n'est que dment dans sa folie quantificatrice il constitue, en tant que vision du monde, une contradiction formelle.

    Il existe d'innombrables faons d'aborder ce sujet. Peut-tre devrions-nous, pour commencer, faire remarquer que le scientisme affirme que la connaissance cont