of 269 /269

Petit Jean-Pierre - Ovnis Et Armes Secrètes Américaines

Embed Size (px)

Text of Petit Jean-Pierre - Ovnis Et Armes Secrètes Américaines

  • Jean-Pierre Petit Directeur de recherche au CNRS

    Ovt1is ' et armes secretes ~ . .

    amer1ca1nes L'extraordinaire tmoignage d'un scientifique

    Albin Michel

  • Collection Aux marches de la science dirige par Jacques Benveniste

    ditions Albin Michel S.A., 2003 22, rue Huyghens, 75014 Paris

    www.albin-michel.fr

    ISBN 2-226-13616-9

  • Prface

    l'occasion d'une simple participation un congrs sur la propulsion avance en Angleterre, au dbut de 2001, l'auteur rencontre des spcialistes amricains de projets spciaux qui se rvlent tre aussi des acteurs importants de black pro-grams . n arrive obtenir leurs confidences grce un marchan-dage sur ce qu'il sait lui-mme. Les informations recueillies sont saisissantes : les Amricains dtiennent, depuis 1980, des torpilles MHD (magntohydrodynamiques) filant plus de 2 000 km!h ; l'un des congressistes les a conues et mises au point. Ils poss-dent aussi un hypersonique, Aurora, volant 10 000 km!h et 60 kilomtres d'altitude. Cet avion espion satellisa ble est le successeur du SR-71 Blackbird . Tout un pan d'activits amricaines est ainsi rvl, dont les Europens ignorent l' exis-tence, mais pas les Russes, qui avaient un projet semblable, Ajax . Il n'a pu aboutir faute de moyens financiers.

    Les Amricains ont vingt-cinq ans d'avance, irrattrapables, sur les Europens, dans le domaine stratgique 1 Leurs torpilles

    1 . En ce qui concerne la France, les mmes facteurs qui ont conduit l'abandon des technologies avances de dfense aux Amricains expliquent notre strilit scientifique, aisment perceptible, sauf pour les responsables politiques, par le dcompte des prix Nobels et des brevets : grosses machi-nes de recherche tatises au lieu d'universits indpendantes, carcan ido-logique du rationalisme scientiste, soumission aux lobbies et leurs caciques, actuellement le tout-nuclaire et, en biologie, la gntique dont l'impuissance rpondre aux enjeux de sant est pourtant maintenant vi-dente ... Cette dfaite de la recherche franaise (La Recherche, avril

    7

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    hypervloces , quinze fois plus rapides que celles de la marine franaise par exemple, sont capables de dtruire les sous-marins d'un adversaire potentiel en six secondes, donc de dtruire ses plates-formes de tir nuclaire avant qu'elles aient pu tre actives. Tout tourne, videmment, autour de la MHD que les Europens qnt nglige et mme abandonne au dbut des annes 1970. A l'inverse, les Amricains, par une politique trs efficace de dsinformation, dont ils conviennent d'ailleurs sans le moindre complexe, ont russi faire croire qu'ils abandonnaient ce sec-teur mais ont dvelopp, en secret, des projets d'envergure.

    Pourquoi ces spcialistes ont-ils parl Jean-Pierre Petit? Parce que les Russes connaissent, depuis des dcennies, les pro-grammes amricains puisqu'ils dveloppent les mmes chez eux. Un secret partag n'en est plus un.

    Dlire technologique, diront certains. Pourtant, en 1976, Jean-Pierre Petit a t le premier Europen voir d~ ses propres yeux les lasers de Livermore. Quand il rentre des Etats-Unis, il prononce le mot trawatt (un million de mgawatts) et les spcialistes franais des lasers, civils ou militaires, ne le comprennent pas. Il essaye vainement, cette poque, de parler d' armes nergie dirige , autrement dit de ce qui deviendra plus tard la guerre des toiles . On ne le croit ni ne l'coute. Quelques annes plus tard, au dbut des annes 1980, il parle d' hiver nuclaire , un concept invent par son ami Vladimir Alexandrov qui vient alors d'tre assassin Madrid. Les mdias l'ignorent.

    En matire de MHD, les Europens ont dormi pendant vingt-cinq ans. Le rveil sera brutal. Les chercheurs amricains ont rcupr des paves d'Ovnis la fin des annes 1940. Au-rora est simplement la transcription terrienne d'une navette hypersonique de provenance extraterrestre. Par la suite, pour tenter de rester les seuls profiter de cette manne, ils ont attir le discrdit sur le dossier Ovnis. Les Europens ont march mais pas les Russes, qui devaient disposer de leurs propres pices

    2002) menace directement l'avenir du pays, explique largement son dclin conomique donc politique, mais n'est pourtant pas un sujet de dbat public, car, comme chacun le sait, seuls les savants savent.

    8

  • Prface convtctton . Aujourd'hui les Franais commencent a deviner qu'ils ont t rouls de belle faon.

    Au cours de ce colloque, en plein hiver, dans une petite univer-sit anglaise, Jean-Pierre Petit a donc recueilli des confidences de spcialistes. Suite des accords passs avec eux, leurs vritables noms ne seront pas mentionns. Ceux qui doutent pourront se reporter aux annexes techniques en fin d'ouvrage. L'auteur attend de pied ferme les scientifiques, ingnieurs, spcialistes de mcanique des fluides, de physique des plasmas et autres avion-neurs qui accepteraient de dbattre. li est inutile, en revanche, d'esprer assister un face--face entre l'auteur et un spcialiste de MHD : il n'en existe plus en France depuis vingt-cinq ans! Le seul avoir continu de s'intresser cette discipline, o il a jou un rle de pionnier que les Amricains connaissaient d'ail-leurs parfaitement, c'est ... Jean-Pierre Petit.

    Jacques Benveniste

  • 1

    Le colloque de Brighton

    Janvier 2001. Je reois un coup de tlphone de Grande-Breta-gne. C'est mon ami Willis.

    - Je ne sais pas si cette rencontre sur la propulsion avan-ce va pouvoir avoir lieu l'universit. Un de mes collgues qui dirige un laboratoire ax sur la technologie spatiale nous avait, il y a des mois dj, offert toutes les facilits de son labo, puis, sans crier gare, hier matin il m'a envoy un mail disant qu'il annulait tout et me demandait mme de supprimer son nom de tout docu-ment se rfrant cette rencontre.

    - C'est incroyable. Vous avez pu le joindre ? - Impossible. n s'est vanoui dans la nature de mme que sa

    secrtaire, comme s'il avait fait en sorte de devenir injoignable. Pour tout vous dire j'ai t l'objet de pressions de ma hirarchie pour que cette manifestation soit purement et simplement annu-le. On m'a fait comprendre que, si j'insistais, ma carrire risquait d'en souffrir.

    - coutez Willis, nous sommes quelques-uns nous tre dj inscrits. Ce genre de terrorisme est inadmissible. Si vous tes d'accord, nous maintenons notre venue. S'il n'y a pas de cham-bres d'htes, ce ne sont pas les htels vides qui doivent manquer dans votre station balnaire anglaise en plein mois de janvier. Je pense que nous devons maintenir cette rencontre, mme si nous devons nous runir dans une salle de classe ou mme assis par terre dans votre salon. Par la suite, chacun de nous fera un compte rendu de ces sessions sur son propre site Internet.

    11

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    - Vous n'tes pas le seul ragir ainsi. Je vais essayer de trouver des chambres dans les htels ainsi qu'une autre structure d'accueil. On maintient la rencontre, d'accord.

    Pourquoi Willis a-t-il t l'objet de pressions? De toute manire il n'y a plus qu' sauter dans un train, franchir le Chan-nel par le tunnel et gagner le lieu du colloque.

    Une dizaine d'heures plus tard je vois les gares dfiler derrire la vitre du wagon constelle de gouttes de pluie. De toute manire, quand on va en Angleterre, il faut avant tout emmener un parapluie. Le reste est finalement secondaire.

    L'universit a sa propre gare, attenante au campus. Retrouver les congressistes n'est pas simple. Aucune mention du colloque ne figure sur les panneaux. Aprs une heure passe errer en cette fin de soire dans ce campus presque dsert, je finis par rejoindre Willis dans un pub. ll a une pinte de bire la main, sa chemise sort de son pantalon et il a l'air puis.

    - Alors ? - a marche. J'ai trouv une autre salle. Je vous ai mis dans

    diffrents htels de la ville. Le vtre est en bord de mer, bien situ. J'ai aussi pu faire en sorte que nous puissions prendre nos repas la caftria lie un autre ensemble de laboratoires.

    - Excellent ! Bien jou, Willis. Son visage s'assombrit. - Ceci tant, je suppose qu'aprs le colloque je serai proba-

    blement mut aux Falklands 1. - Attendons d'abord de voir comment les choses vont se

    drouler. Dans ce petit pub de l'universit je ne connais personne parmi

    la vingtaine de clients. Soudain, un homme d'une soixantaine d'annes vient moi.

    - Vous tes le professeur Petit ? -Oui. - Je suis trs heureux de faire votre connaissance. Je m'ap-

    pelle Black, J oe Black. Je travaille sur les projets spciaux pour 1 . En franais les les Malouines , dans l'Atlantique sud.

    12

  • Le colloque de Brighton

    la Nasa. Savez-vous quand j'ai entendu parler de vous pour la premire fois ?

    -Non. - En 1976, quand on m'a donn analyser vos premires

    notes aux comptes rendus l'Acadmie des sciences de Paris 2 - Fichtre, mais cela fait... un quart de sicle. Pourquoi vous

    avait-on donn ces papiers analyser? - C'est moi qui ai mis au point la torpille MHD amricaine,

    pour le compte de la Navy. Dcidment, j'ai bien fait de venir. Mon taxi arrive. Je prends

    cong.

    Willis n'a pas menti. Mon htel est situ quelques dizaines de mtres d'un quai assez color. Je dcide d'y effectuer une dernire promenade avant d'aller me coucher. Sur des centaines de mtres on peut voir, entre deux baraques vendant des hot-dogs et de la bire, des grappes de jeunes occups tirer sur des avions ou des guerriers virtuels ou descendre tombeau ouvert sur de vertigineuses pistes numriques. Je pense ce qui m'a amen ce colloque sur la propulsion avance. Tout est parti d'un article paru dans le numro du 5 janvier 2001 de la revue franaise Air et Cosmos, sous la plume d'un certain Alexandre Szams, intitul : Enqute sur une nigme : l'avion hypersoni-que Ajax.

    ll y avait beaucoup de choses dans ce papier. Les Russes sont dans un tat d'effondrement conomique complet, ce qui vaut aussi pour leur lobby militaro-industriel. Depuis l'aprs-guerre ils se sont puiss essayer de maintenir la parit contre les Amri-cains, tte nuclaire contre tte nuclaire, fuse contre fuse, sous-marin contre sous-marin. Au finish les Yankees ont gagn la pre-mire guerre conomique de l'histoire, du moins une telle chelle. Incapable d'assurer la fois sa dfense et son propre

    2 . Convertisseurs magntohydrodynamiques d'un genre nouveau. Appareils induction, 1976. Note aux comptes rendus de l'Acadmie des sciences de Paris, deJ.-P. Petit et M. Viton, prsente par le professeur Andr Lichnrowicz.

    13

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    dveloppement conomique, l'Empire a fini par s'effondrer comme un chteau de cartes.

    J'ai bien connu nombre de scientifiques russes de haut niveau. Ce sont des gens extrmement imaginatifs et brillants, d'autant qu'ils ont souvent eu rsoudre des problmes par leur astuce et leur gnie plutt qu' coup d'argent. On se souvient des surprises dsagrables qu'eurent les Amricains, plusieurs reprises : pour l'arme nuclaire d'abord dans l'immdiat aprs-guerre, puis dans le domaine de la technologie spatiale quelques annes plus tard. Je me souviens, dans les annes 1950, quand je sortais peine du lyce, que l'URSS avait soudain peupl l'espace de satellites lourds, capables d'emporter d'abord une chienne, Laka, puis un homme, Gagarine. Les Sovitiques avaient, les premiers, pris la mesure de ce que pourrait tre l'aventure spatiale en concevant d'emble ce qui, en comparaison des ptards amricains nomms Vanguard et Redstone (une fuse poudre de 1,5 mtre de diamtre et de 2 500 kilomtres de porte), pouvait apparatre comme des fuses gantes. En fait,, ds le dpart, les Russes avaient ralis que, pour frapper les Etats-Unis avec des bombes nuclaires partir de leurs sites de tir, il leur fallait, par des trajectoires transpolaires, franchir 8 000 kilomtres 3 D'o le choix de fuses plus longue porte, capables d'emporter aussi des charges plus importantes. ll n'empche que Semiorka , la fuse conue par Korolev le constructeur principal , tait sacrment astucieuse et originale. Au lieu d'entasser des tages les uns au-dessus des autres, les Russes avaient flanqu un second tage de quatre boosters . C'tait plus compact, plus solide pour rsister au vent de travers au dcollage.

    Bref, les Russes sont des gens astucieux, clairvoyants et, dans certains domaines, je n'hsiterai pas dire gniaux. Mais, dans un pays s'croulant conomiquement, le gnie ne sert rien. Alors les secrets se bradent pour une poigne de dollars. Le savoir-faire russe est vendre, bas prix.

    3 . Pour la mme raison les Chinois dveloppent des fuses ayant une porte de 12 000 kilomtres, en nous faisant croire qu'ils veulent implanter des stations sur la Lune, alors que la vritable raison est que leurs sites de lancement les plus proches des tats-Unis sont une telle distance.

    14

  • Le colloque de Brighton

    Dans cette foire aux ides un personnage ne passe pas ina-peru, un certain Fraidstadt. Dans les annes 1980 il dirigeait le bureau d'tudes Neva, Leningrad. En 1993 il prsente, au 2e salon aronautique de Moscou, une maquette d'un hypersoni-que nomm Ajax. Nouvelle prsentation de ce projet en 1999, en France, au salon du Bourget. En couverture de son numro du 5 janvier 2001, Air et Cosmos a prsent une vue d'artiste de cet engin futuriste :

    Fig. 1 :Ajax: le projet d'hypersonique russe

    Ce dessin reprsente un appareil forte flche en dessous duquel semblent accrochs quatre moteurs. Tout le problme vient du fait que cette machine est prsente comme un appareil hypersonique, c'est--dire voluant un nombre de mach trs lev, largement suprieur 4, ce qui impliquerait que les Russes aient trouv un moyen de franchir le mur de la chaleur .

    Un Concorde vole mach 2, c'est--dire deux fois la vitesse du son. Dans l'immdiat aprs-guerre le mur du son a t franchi, pour la premire fois, par Chuck Y eager aux commandes de l'avion-fuse Bell X-1. On a dcouvert au passage que, pour franchir ce premier mur, il fallait amincir les ailes, affiner les fuselages pour pouvoir mieux se faufiler dans l'air. Le lecteur non initi n'est peut-tre pas familiaris avec le concept de trane . Pourtant il imagine fort bien que plus on veut aller

    15

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    vite dans l'air et plus il faut dpenser d'nergie. li y a d'abord la trane de frottement. On retrouve un phnomne comparable quand on essaye de se dplacer avec un bateau, la rame. C'est vite ... fatigant. Mme quand on remplace l'homme par des che-vaux-vapeur, plus on veut aller vite et plus il faut dpenser d'nergie, non plus cause seulement du frottement sur la coque mais cause de ces stupides vagues qu'on cre. La force vaincre est alors appele la trane d'onde, par opposition la tra-ne de frottement . Celle-ci crot si vite que pour atteindre, par exemple, 100 kmlh l'aide d'un racer il devient exclu de se dplacer dans l'eau. Un hors-bord est un trange bateau qui, en fait, ricoche la surface de l'eau comme un galet.

    Les ondes de choc qui apparaissent en supersonique sont tou,t fait analogues. La trane grimpe de faon vertigineuse. A mach 2, un Concorde dpense 40% de son nergie faire du bruit , crer des ondes de choc. Celles-ci ne constituent pas seulement une QUisance sonore, elles sont galement trs coteu-ses en nergie. A mach 3, c'est 70 80% de l'nergie qui y passe. Au-del, mieux vaut ne pas y penser. Bref, aller vite est compli-qu et coteux en nergie. A la diffrence du hors-bord, l'avion supersonique ne peut pas sortir de l'air . li se contentera de voler de plus en plus haut, l o l'air, de moins en moins dense, offre une rsistance l'avancement plus faible. C'est en particu-lier la raison pour laquelle les missiles de croisire, qui volent au ras du sol, sont tous subsoniques. En supersonique aucun ne pourrait charrier assez de krosne pour assurer sa mission.

    Au-del de mach 2 se profile aussi le mur de la chaleur . Sur les bords d'attaque des engins supersoniques l'air dboule et se trouve stopp au point d'arrt. Toute l'nergie cintique de cet air qui se trouve alors brutalement ralenti est transforme en chaleur. L encore le lecteur non initi ne comprendra pas d'emble pourquoi, en volant trs vite, un tel lvement de tem-prature se produit. Quand on prend un avion de ligne on entend : La temprature extrieure est de moins 40 degrs. En altitude l'air semble glacial. Et pourtant, aprs une brutale recompression sur le nez ou le bord d'attaque d'avions supersoni-

    qu~s, cet air gel se transforme en flux brlan!. A mach 2 l'chauffement est de 200 degrs. A mach 3 l'accrois-

    16

  • Le colloque de Brighton

    sement de temprature dpasse le double de cette valeur. mach 4 on atteint les 1 000 degrs. Au-del commence un domaine qu'on nomme l' hypersonique : le saut de tempra-ture varie comme le carr du nombre de mach, en gros. Ainsi ce phnomne d'chauffement de l'air, li sa recompression au voisinage de toutes les parties d'un appareil subissant de plein fouet le flux gazeux, impose-t-il une limitation svre sa vitesse de croisire.

    n existe pourtant des engins qui voluent obligatoirement en hypersonique, ce sont les capsules spatiales qui effectuent leur rentre dans l'atmosphre 28 000 km!h. Mais ces phases de vol, transitoires, ne durent pas longtemps : quelques minutes tout au plus. Ces objets qui plongent vers le sol comme des cailloux sjournent grande vitesse dans l'atmosphre le moins de temps possible et sont alors quips de boucliers thermiques constitus d'un pavage de tuiles en cramique. Ce matriau est capable de rsister de trs fortes tempratures. Faiblement conducteur il protge la structure sous-jacente en alliage lger, toujours pen-dant un temps limit.

    Tout le monde a vu les parties de la surface des navettes spatia-les amricaines exposes la chaleur, recouvertes par ces fameu-ses tuiles, de couleur noire. TI s'agit videmment du nez de l'engin et des bords d'attaque de ses ailes et de son empennage. Mais il serait hors de question d'envisager qu'un avion, construit la manire d'une navette, puisse assurer une croisire hypersonique de plusieurs heures, disons 10 000 km!h. L'chauffement fini-rait par volatiliser le nez et les bords d'attaque d'une voilure. De plus, en adoptant la forme mousse qui permet la navette d'taler le flux thermique sur une plus grande surface on obtien-drait une valeur de la trane parfaitement rdhibitoire. Comme nous l'avons dit plus haut, pour voler l'allure supersonique, il faut tre fin , pointu , pas mouss . De plus le flux de chaleur serait maximal sur l'avant pointu d'un appareil ou sur des bords d'attaque en lame de couteau .

    Le vol hypersonique tait donc, a priori, un casse-tte techno-logique, une vritable quadrature du cercle. Pourtant les Russes affirment avoir trouv des solutions permettant d'aborder ce domaine de vol extrme, de franchir ce mur de la chaleur .

    17

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    Les tats de service de Fraidstadt obligent le lecteur prendre ses affirmations au srieux.

    Dans ma chambre d'htel, je relis l'article d'Air et Cosmos. L'aspect le plus stupfiant concerne la motorisation. Fraidstadt prtend qu'Ajax est conu pour fonctionner avec des turborac-teurs conventionnels mach 12. Voil qui parat absurde. Un turboracteur est une machine qui comporte des aubes, fixes sur un axe. La partie antrieure du moteur se comporte comme un compresseur. On ne peut donner manger cet engin que de l'air pntrant vitesse subsonique. Dans un turboracteur quipant un avion volant vitesse supersonique, le gaz qui dboule sur l'appareil est brutalement ralenti dans une entre d'air travers une onde de choc (voir annexe 9), sinon sa recompression, travers une onde de choc, une telle vitesse et un tel nombre de mach, dirigerait vers la gueule bante du compresseur un flux gazeux port une temprature de plusieurs milliers de degrs. Aucun matriau ne serait capable d'y rsister.

    L'article contient un mot magique : MHD, abrviation pour magntohydrodynamique, une discipline dont je suis spcialiste depuis le milieu des annes 1960 (voir annexe 10). Ds le milieu des annes 1970, j'avais dvelopp une thorie selon laquelle, grce cette MHD, rendant possible la suppression des ondes de choc et vitant la recompression de l'air, donc son chauffe-ment sur les parties frontales d'une machine volante, on pouvait voler en hypersonique sans se volatiliser. n fallait toutefois dispo-ser bord d'une source d'nergie lectrique se chiffrant en cen-taines de mgawatts : la puissance d'une petite centrale nuclaire. De plus ces machines, telles que je les avais conues, avaient la forme d'assiettes, de soucoupes volantes 4 : lchons le mot. Or Ajax a, en gros, la forme d'un Concorde. C'tait n'y rien comprendre.

    TI y a, en outre, un clich que j'ai apport avec moi. Dans le dbut des annes 1990, un Amricain avait vu un objet traverser le ciel une vitesse exceptionnelle, y inscrivant ce qui semblait tre une trane de condensation. Vous avez dj vu mille fois ce

    4. Publi l'Acadmie des sciences de Paris en 1975-1976 : prcis-ment les notes consultes par J oe Black.

    18

  • Le colloque de Brighton

    genre de trane, laisse 10 000-12 000 mtres d'altitude par des jets. Ceux-ci mettent une bonne dizaine de minutes parcourir le ciel, ce qui veut dire, et c'est logique, qu' une telle altitude on peut les suivre par temps clair sur plus de 100 kilomtres. Dans le cas de ce clich, pris au Nevada, le tmoin prtend que la trane s'est inscrite en moins d'une minute.

    L'engin devait d!?nc aller dix fois plus vite, c'est--dire prs de 10 000 km!h. A cette poque, mon ami l'astronome Pierre Gurin, aujourd'hui dcd 5, m'avait harcel de questions pro-pos de ce clich. Nous savions tous les deux que cela ne pouvait tre une mtorite effectuant une trajectoire rasante comme cela fut de rares fois observ et mme film : l'objet aurait mis de la lumire. L'engin tait aussi ncessairement dans l'atmosphre sinon, en plein jour, il n'aurait pas laiss dans le ciel une trane de condensation. Nous savions tous les deux que les limites de l'atmosphre terrestre sont classiquement fixes 80 kilomtres d'altitude. Au-del, on considre que dbute le vide spatial.

    - Pourquoi cette trane en pointill ? m'avait demand Gu-rin. Pourrait-il s'agir d'une combustion pulse?

    - Ma foi, je n'en sais rien. , - Nos informateurs aux Etats-Unis parlent sans cesse de

    MHD. - coute, Pierre, la MHD est grande dvoreuse de puissance

    lectrique. Or l'lectricit, cela pse trs lourd. Je vois mal un tel systme embarqu bord d'une machine volante fabrique de la main de l'homme.

    - En tout cas les gens disent que cette machine a un nom. -Lequel? -Aurora. Je reprends l'article d'Air et Cosmos. Bien sr, Ajax n'a jamais

    vol et ne volera sans doute jamais, mais les tudes ont, semble-t-il, t pousses fort loin. On dispose de photos prises en souf-flerie.

    Celle-ci tait cense reprsenter une maquette d'Ajax aux essais. Apparemment, le dessus tait pratiquement plat. Ce qui faisait saillie, en dessous, tait son groupe motopropulseur. Je

    5. Voir Pierre Gurin, Ovnz; les mcanismes d'une dsinformation, Albin Michel, 2000.

    19

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    Fig. 2 : Photo de la trane d'Aurora

    comprenais mal que l'appareil reoive un flux d'air hypersonique venant de la gauche. Les tranes blanchtres sont des ondes en choc. Plus l'coulement est rapide (ou, si l'on veut, plus l'avion vole vite) et plus celles-ci sont couches. Cette photo tait cense se rfrer un vol quatre fois la vitesse du son, mais alors pourquoi l'onde de gauche, celle situe sur la partie la plus ant-rieure de l'engin, et qu'on savait - l'article le disait - effile comme un rasoir, semblait-elle au contraire s'en dtacher lgre-ment et mme avoir une forme un peu arrondie, au lieu de partir bien droit, dans l'optique d'une arodynamique convention-nelle?

    Il y avait un autre clich o on voyait, en fausses couleurs , l'allure de l'coulement interne, l'intrieur d'un moteur.

    Les couleurs indiquaient la temprature du gaz. De toute vi-dence, il ne pouvait s'agir d'un turboracteur. Primo, celui-ci ne pourrait pas fonctionner une telle vitesse, secundo on verrait les aubes des turbines. tait-ce un statoracteur (voir annexe 9) ? Cela ne rsolvait pas le problme de l'chauffement l'entre d'air. J'avais l'impression de tourner en rond.

    20

  • Le colloque de Brighton

    Fig. 3 : A;ax : soufflerie 1

    Fig. 4 : A;ax : soufflerie, image montrant l'coulement interne

    Je me rveille le lendemain ralisant que j'ai dormi tout habill sur le lit de ma chambre d'htel, au milieu d'un fatras de papiers, de notes et de photocopies d'articles de journaux !

    L'avantage de l'Angleterre ce sont les petits djeuners. Aprs m'tre bien cal, un taxi me conduit la salle du colloque. Nous ne sommes pas nombreux, une cinquantaine. Il me faut identifier les prsents. J'aperois Black, dans un coin de la salle. Willis me tire par la manche.

    - Il faut que je vous prsente sir Willow. C'est le concepteur de nos V-bombers.

    - Ah oui, les bombardiers en V anglais, des annes 1950, les Valiant ou les Vulcan 6

    6. On voit un Vulcan dans un James Bond : Opration Tonnerre, qui se trouve kidnapp par le Spectre et coul sur un haut-fond, aux Bahamas.

    21

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    - TI a t aussi le concepteur de ce qui devait devenir le mis-sile de croisire britannique, le Blue Steel 7

    - Le premier missile de croisire de l'histoire qui quipa un temps, au dbut des annes 1960, les V-bombers anglais comme le Vulcan. Je sais.

    Nous n'avons pas le temps de procder ces prsentations. Sir Willow, d'une lgance raffine, dbute son discours d'intro-duction. Pendant qu'il parle de cette histoire de bombardiers en V anglais, je me rappelle une anecdote datant du, dbut des annes 1960. Jeune tudiant, je me rendais alors aux Etats-Unis en utili-sant ce qu'on pourrait considrer comme l'anctre des charters. Les lignes rgulires transatlantiques, assures par des quadrimo-

    t~urs hlices Constellation , n'taient pas dans mes moyens. A l'poque, voyager en avion tait un luxe. Une petite compagnie, Lofteidir, s'tait installe au Luxembourg pour bnficier de tarifs plus bas sur les taxes d'aroport. L'appareil tait un Douglas dot de quatre moteurs pistons dont le rayon d'action ne permettait pas un vol transatlantique direct. On procdait en trois temps. Pre-mier saut de puce : Luxembourg-Glasgow (au nord de l'Angle-terre), puis Glasgow-Reyjkavik (capitale de l'Islande) et enfin, en principe, Reyjkavik-New York, but du voyage.

    Le vol commena par une escale de cinq ou six heures Glas-gow, visiblement plus qu'il n'en fallait pour refaire les pleins. Lors du second tronon Glasgow-Reyjkavik je me rendis aux toi-lettes. Le robinet d'eau chaude me resta dans la main. Fichtre, si tout l'avion est dans cet tat ...

    La seconde tape Reyjkavik fut encore plus longue. Rcem-ment issu de l'cole nationale suprieure de l'aronautique, je savais pertinemment que l'quipage devait rencontrer des difficul-ts techniques et j'aurais difficilement pu croire que la compagnie Lofteidir, qui ne possdait que ce seul avion, ait pu disposer d'un service technique sur place. Mes apprhensions se confirmrent lorsque nous survolmes le Labrador. Deux moteurs partirent en rideau. Les gens, bord, commencrent prier. L'avion tait en

    7 . Acier bleu. li s'agissait d'un avion sans pilote qui, porteur d'une bombe atomique et embarqu sous le ventre des bombardiers en V, devait notablement accrotre leur rayon d'action

    22

  • Le colloque de Brighton

    majorit empli d'isralites rendant visite des parents de Brooklyn. lls avaient sorti leur Torah et psalmodiaient en balanant la tte.

    Nous nous posmes Goose Bay8, en plein territoire canadien sur une base du Strategie Air Command amricain. Par la fentre du hublot je pus apercevoir une douzaine de bombardiers en V anglais. Je reconnus des Vulcan peints de couleur kaki, frapps de l'toile blanche amricaine, aligns en bordure de piste. Les B-52 9 existaient dj cette poque. L'avantage des Vulcan tait de pou-voir emporter chacun un missile de croisire Blue Steel portant la charge nuclaire. Ce que j'avais vu tait donc top secret.

    Ds que l'avion toucha le sol, nous fmes entours par des GI arms jusqu'aux dents. Notre groupe fut enferm, sous bonne garde, dans un hangar sans fentres o nous passmes pratique-ment vingt-ql_latre heures, dormant sur des lits de camp fournis par l'arme. A la fin le commandant de bord vint nous proposer un choix : Comme vous avez pu vous en rendre compte, nous avons connu quelques problmes techniques. Les Amricains nous ont aids rparer l'appareil. Maintenant nous pouvons vous proposer soit de gagner New York avec l'avion, soit de prendre place bord d' auto~us fournis par l'arme, qui vous conduiront l-bas par route. A vous de choisir. Le groupe se scinda en deux. Certains choisirent les bus, les autres l'avion. J'avoue que ce qui me dtermina fut la crainte des moustiques. L't, le Labrador, constell de petits lacs, en est bourr.

    Sir Willow a fini son expos introductif. Je n'ai pas t surpris de l'entendre voquer sans complexe le thme qui avait provoqu les ennuis de Willis avec l'universit, le vritable sujet de ce collo-que sur la propulsion avance: les Ovnis. Avec un autre cher-cheur anglais prnomm Ron, il a cr une association nomme Green Glow 10, qu'il a prsente.

    Le colloque prend ses marques, progressivement. Les sances sont menes par un jeune barbu anglais dont j'ai oubli le nom,

    8 . La Baie de l'oie. 9 . Qu'on voit dans le clbre film Docteur Folamour. 10. Lueur verte.

    23

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    prsident de la Socit britannique d'astrophysique. Lors du cof-fee-break je m'affale dans un fauteuil club, ressortant pour la nime fois le dossier Ajax.

    - Vous aussi, vous tes sur ce coup-l? Je me retourne. Face moi, un homme assez grand, vtu de

    noir et portant lunettes, se prsente : - Excusez-moi, Wludarchik. Nicolas Wludarchik, journa-

    liste. - Enchant. Que faites-vous ce colloque ? -Je me suis fait envoyer par mon journal, mais on m'a bien

    fait comprendre que ce seront des vacances. Je rdigerai un papier mon retour mais mon rdacteur en chef ne jugera pas opportun de le publier. n trouvera bien un prtexte.

    - Comment est-ce possible? - Dans le monde de la recherche, vous avez vos lois. Nous,

    dans le journalisme, c'est pareil. n y a des sujets qui sont jour-nalistiquement corrects et d'autres qui ne le sont pas.

    TI avise la couverture du numro d'Air et Cosmos que j'ai en main.

    - Alors Ajax vous intresse ? - Bien sr. Cette machine n'a jamais vol, sinon sur le papier

    ou en soufflerie, mais j'ai la faiblesse de prendre les dclarations de Fraidstadt au srieux.

    - Votre avis ? - La plage de vitesse des statoracteurs s'arrte mach 5.

    Or, Fraidstadt dit qu'Ajax tait conu pour voler mach 12, douze fois la vitesse du son, en tant de plus propuls par des turboracteurs conventionnels. Je ne vois vraiment pas comment cela peut fonctionner.

    - Dans l'article on parle de MHD longueur de page. En matire de MHD vous tes notre meilleur spcialiste. Dans cette affaire, Sherlock Holmes c'est vous, pas moi. A vous d'claircir ce mystre.

    - Entendu, docteur Watson, je vais essayer.

    Je suis le colloque d'une oreille distraite, le contenu des inter-ventions tant trs ingal. Un jeune Amricain prsente le rsultat

    24

  • Le colloque de Brighton

    de simulations numriques effectues sur ordinateur concernant une ide de dclenchement du processus de fusion thermonu-claire l'aide d'ultrasons. C'est intressant. n part d'un montage o le matriau fusible forme une sphre la surface de laquelle il envisage de disposer des sources ultrasoniques trs puissantes. Ces ondes, en se concentrant et en se conjuguant au centre de la sphre, devraient permettre, selon ses calculs, de crer en ce point une temprature de plusieurs centaines de mil-lions de degrs., La fusion au cur d'une boule de ptanque, en quelque sorte. A classer au rayon nouvelles sources d'nergie ou plutt nouvelles faons de librer de l'nergie par fusion .

    L'expos suivant est celui d'un Allemand que je ne connais que trop bien. J'ai particip une mission de tlvision avec ce monsieur Ovni d'outre-Rhin, en compagnie d'un autre monsieur Ovni, belge celui-l. Je m'tais tellement ennuy sur ce plateau, o les arguments scientifiques se tranaient au ras des pquerettes, que j'avais failli m'endormir.

    Plutt que de perdre mon temps, je me plonge dans mes notes. Black a parl de torpille MHD, lors de notre courte entrevue de la veille. Personnellement, je me suis occup de propulsion sous-marine ds 1977. J'avais alors conu un montage que j'avais appel l' acclrateur MHD parital , que j'ai expriment en milieu aqueux avec de l'eau sature de sel ou acidule (voir annexe 10). J'avais prsent ce travail en 1983 au VIlle colloque international de MHD de Moscou, en mme temps que d'autres contributions. J'avais diffus ces ides sous la forme d'une bande dessine des Aventures d'Anselme Lanturlu ,intitule Le Mur du silence.

    En 1987le directeur d'un laboratoire de mcanique des fluides de Berkeley, mon vieil ami Antonio Oppenheim, m'avait invit ~ donner un sminaire sur l'ensemble de mes travaux de MHD. A la fin de ma confrence, Oppenheim s'est adress soudain un des prsents :

    - Cher professeur Kunkle, vous tes directeur du laboratoire de physique des plasmas de l'universit de Berkeley. Nous nous connaissons depuis prs de quarante annes. C'est la premire fois que je vous vois vous tenir de cette faon dans un sminaire. Que se passe-t-il? Vous n'arrtez pas de vous contorsionner au fond de cette salle.

    25

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    -J'entends depuis une heure ce Franais exposer des tas d'ides de MHD. Or il se trouve que nombre d'entre elles sont actuellement en cours de dveloppement, de manire trs inten-sive, dans diffrents laboratoires du pays, en particulier celui de Livermore, mais c'est si secret que je ne suis mme pas autoris vous dire de quoi il retourne.

    J'ai dbut en ~D en 1965 l'Institut de mcanique des fluides de Marseille. A l'poque, il ne s'agissait pas de propulsion (en agissant sur le fluide ambiant l'aide de forces lectromagn-tiques) mais de produire de l'lectricit l'aide de ce qu'on appe-lait des gnrateurs MHD (voir annexe 10). L'ide gnrale tait de tenter de convertir l'nergie cintique d'un fluide en mouve-ment en lectricit. Dans mon labo, nous utilisions comme ner-gie primaire l'explosion d'un mlange gazeux et nous avions pu produire, en utilisant un gnrateur de la taille d'une canette de bire, des mgawatts lectriques, pendant la dure de l'explosion videmment. Nous avions aussi explor la possibilit d'acclrer un gaz avec des forces lectromagntiques. Ainsi, en faisant pn-trer dans une tuyre MHD une rafale gazeuse porte 10 000 degrs, la vitesse de 2 700 mis et en agissant sur ce gaz en combinant l'action d'un puissant champ magntique et d'une dcharge lectrique produite par un condensateur, nous russissions lui communiquer, sur peine 10 centimtres de distance, un gain de vitesse de plus de 4 000 ml s.

    A cette poque personne ne pensait la propulsion MHD. Les gens avaient l'il riv sur les excellents rendements que pouvait donner cette conversion directe (d'nergie cintique en ner-gie lectrique), proche de 60 %, au lieu de 40 dans les centrales thermiques classiques.

    Des problmes technico-scientifiques dlicats ont fait que cette filire s'est rvle, aprs quinze annes d'efforts infructueux, tre une impasse. Tous les pays industrialiss avaient englouti des sommes importantes dans ces projets, y compris en France 11 En 1970, crise ptrolire. Le prsident Georges Pompidou dclara :

    11. Au CEA le gnrateur Typhe . Autres projets similaire EDF (Centre des Renardires), la CGE (Compagnie gnrale d'lectricit), l'IFP (Institut franais du ptrole).

    26

  • Le colloque de Brighton

    En matire de recherche, la France marque une pause. La MHD fut abandonne dans tous les pays. Les Russes ont conti-nu encore quelques annes avec un gnrateur appel U-25 ins-tall prs de Moscou. Officiellement, les Amricains comme les Europens sont censs avoir abandonn en 1972. Aussi, l'voca-tion de la mise au point d'une torpille MHD par eux constitue une nouvelle qui a de quoi surprendre.

    Dans les mois prcdents, les journaux ont soulev le pro-blme de la vitesse des torpilles au moment de l'accident 12 ayant entran la perte du submersible russe Koursk, au cours de manuvres. Un journaliste a publi, dans Science et Avenir, un article parlant de torpilles bulles . Quand on veut se dplacer vite dans l'eau, on se heurte au problme du frottement. Pour s'en convaincre il suffit de prendre une canne et de fouetter l'air avec. On sent peine la rsistance de l'air. Faites la mme chose dans l'eau, vous verrez la diffrence.

    Selon ce journaliste, la solution, pour atteindre des vitesses leves dans l'eau, tait d'isoler la torpille de l'eau de mer avec un film gazeux. li suggrait que ce film soit cr par cavitation. C'est un phnomne qui se produit quand l'eau de mer est sou-mise de trs basses pressions. Alors cette eau bout tout simplement, des bulles de vapeur apparaissent. Tous les marins connaissent ce phnomne de longue date et cherchent en gn-ral l'viter. Selon l'auteur de l'article on avait l'impression qu'il suffisait de projeter la torpille trs grande vitesse dans l'eau pour que ce phnomne se produise mais, personnellement, je ne voyais pas en quoi le problme tait rsolu :l'impact de l'eau sur l'extrmit avant de la torpille aurait t comparable ce qui se serait pass si celle-ci avait frapp un mur de bton.

    En fait, les Russes avaient, de longue date, mis au point la solution consistant isoler la torpille par un film gazeux, celui-ci tant produit par un gnrateur situ l'intrieur de la torpille, et non en transformant l'eau de mer en vapeur. Quelque temps aprs la sortie de son article apparurent les premires photogra-phies de ces torpilles russes, appeles Sqwal (Squale).

    12. Dont on sait aujourd'hui qu'il fut imputable l'instabilit du carbu-rant chimique utilis pour propulser de vieilles torpilles russes (dotes d'hlices mues par une turbine gaz).

    27

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    Fig. 5 : Torpille russe Sqwal (Squale)

    Cet engin n'est pas propuls par une hlice mais par une fuse. Les tubes qui entourent la tuyre centrale servent vacuer l'ex-cdent de gaz qui est produit par un autre systme et qui, inject l'avant de l'engin et travers un systme de pores, sert, en l'isolant de la masse liquide, rduire le frottement. n s'agit d'un modle assez ancien que les Russes vendent aujourd'hui aux ... Chinois ! C'est cette occasion que nous avons appris son exis-tence. Inutile de dire que les Franais, qui sont toujours en retard d'une guerre, non seulement ne possdent pas ce genre d'engin mais, jusqu' l'anne 2000, en ignoraient l'existence.

    Vitesse de cette torpille russe : 400 500 km/h, sous l'eau videmment. Vitesse des torpilles franaises propulses par des hlices, quipant nos sous-marins de chasse et nos hlicopt-res)argueurs : 100 120 km/h.

    A ce stade on peut se dire plusieurs choses. Primo : si les Russes se permettent de vendre de tels engins aux Chinois, c'est qu'ils doi-vent possder des torpilles encore plus rapides. Secundo : si c'est le cas pour eux, cela doit aussi valoir pour les Amricains.

    Pour dpasser de telles vitesses, la seule solution consiste aspirer l'eau de mer sur les flancs de la torpille et sur sa partie avant l'aide de forces lectromagntiques, en utilisant la MHD. Comment ? En combinant plusieurs solutions. L'nergie de base devrait tre fournie par un propulseur fuse. Sur celui-ci pourrait

    28

  • Le colloque de Brighton

    alors tre adapt un gnrateur MHD, convertissant une partie de l'nergie cintique du gaz crach par la tuyre en lectricit. Cette puissance lectrique serait alors utilise pour alimenter un acclrateur parital , systme combinant un dispositif de magntisation et des lectrodes courant tout le long de la torpille, le rsultat tant d'aspirer puissamment l'eau de mer dans l'envi-ronnement. n reste une question : quelle vitesse pourrait-on atteindre avec un tel dispositif ?

    Je me dbrouille pour djeuner avec Black, qui semble appa-remment prt se montrer loquace sur une question qui relve quand mme de la dfense. Avec le recul, je me demande pour-quoi j'ai t le bnficiaire de ses confidences. Je pense que toutes ces choses tant connues de longue date des Russes, et peut-tre mme des Chinois, il n'y avait plus de raison de maintenir une contrainte de fer sur le sujet.

    En 197 6 13, j'ai t un des premiers scientifiques europens percevoir les grands traits et l'ampleur de ce qu'on allait, plus tard, nommer la guerre des ,toiles, la guerre spatiale. n m'a t donn, mon retour des Etats-Unis, de rencontrer un gn-ral, porte-parole de l'arme, l'occasion d'une mission de radio. Ce militaire m'attaqua d'entre de jeu en dclarant :

    - Je suis trs heureux de rencontrer Jean-Pierre Petit car ce qu'il dit peut tre considr comme un modle de dsinformation.

    L'mission rvla son ignorance totale des lasers de trs grande puissance et de la signification du mot trawatt . Le fait de pouvoir toucher une cible d'un mtre 1 000 kilomtres avec une arme nergie dirige lui paraissait relever de la plus haute fantaisie. n ignorait que le premier tlescope terrestre venu poss-dait de longue date une prcision de pointage de cet ordre. Les militaires ne sont pas astronomes 14 TI s'est rattrap trs rapide-

    13. Lire Les Enfants du Diable, Albin Michel, 1995. 14. Quand ils se rveillrent, ils sponsorisrent fortement le dveloppe-

    ment civil de ce qu'on appelle l' optique adaptative , clef de l' astro-nomie moderne, c'est--dire des dispositifs permettant de modifier la gomtrie de miroirs, de manire infime, afin d'accrotre en temps rel la prcision de la vise (ce que fait l'il en permanence l'aide des muscles

    29

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    ment en se mettant d'abord au courant puis en publiant un an plus tard un ouvrage sur la guerre des cent secondes 15 !

    Au cours de mon djeuner avec Black, ce dernier me confirme que la torpille amricaine est bien remorque par un acclra-teur MHD parital courant sur toute sa surface, aliment par un gnrateur coupl un systme de propulsion poudre. Le tiers de la propulsion est assur par la fuse, le reste tant dirig vers le systme MHD assurant la traction de l'engin, prenant appui sur l'eau de mer par succion. Black sort un crayon et fait un croquis:

    - Je n'ai, bien sr, pas vos talents de dessinateur, mais cela a, peu prs, l'allure suivante.

    Fig. 6 : Croquis fait par foe Black

    - Quelle vitesse peut atteindre un tel engin ? 600, 700 km!h?

    TI a un grand sourire. - Oh ! beaucoup plus ? -Combien? - En 1980, l'engin filait 2000 km!h. - Parce qu'il marche depuis 1980 ! - Yep ... -Le champ magntique? - Cr par des supraconducteurs.

    oculaires : le cristallin adapte sa forme en permanence pour amliorer la prcision de la vision).

    15. Passant d'un extrme l'autre il recommandait, dans cet ouvrage, la mise en place de batteries de lasers anti-missiles sur les sommets des Alpes, lesquelles se transformaient ainsi en ligne Maginot du XXIe sicle .

    30

  • Le colloque de Brighton

    TORPILLE MHD HYPERVLOCE 2 000-3 000 kmJh

    Fig. 7 : La torpille MHD hypervloce amricaine

    - Valeur du champ ? - En 1980, 10 teslas. - Et maintenant ? - Maintenant ... c'est confidentiel. La forme de la tuyre, plate, me surprend. Black m'en explique

    la raison: - C'est un engin qui doit pouvoir fonctionner diffrentes

    profondeurs : de la surface jusqu' 1 000 mtres 16 n faut une tuyre gomtrie variable (voir annexe 12) qui puisse adapter sa forme de manire jecter du gaz la pression ambiante, qui varie donc entre 1 et 100 atmosphres 17

    - Et le gnrateur MHD ? - La fuse est poudre. En adjoignant un peu de csium on

    rend le gaz, qui sort 3 000 degrs, assez bon conducteur de

    16. Les services techniques de l'arme donnent la profondeur de 600 mtres pour les sous-marins nuclaires, mais 1 000 mtres est peut-tre plus proche de la vrit pour certaines units.

    17. Tous les 10 mtres d'eau, la pression crot d'une atmosphre.

    31

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    l'lectricit. C'est chaud mais l'ensemble n'est pas conu pour fonctionner plus de quelques secondes.

    - Quel type de gnrateur MHD ? - Le classique gnrateur parital. Chez nous, votre BD

    trane sur tous les bureaux. J'ai vraiment l'impression de recevoir un coup dans l'estomac

    et j'essaye de n'en rien laisser paratre. Un convertisseur MHD est une machine lectrique sans pices mobiles, qui, comme une sim-ple dynamo, peut fonctionner dans les deux sens. Si on tourne une manivelle fi~e sur l'axe d'une dynamo, on produit de l'nergie lectrique. A l'inverse, si on injecte de la puissance lectrique, le systme se transforme instantanment en moteur. Dans l'an-nexe 10, on trouvera le principe de fonctionn~ment de l'acclra-teur parital que j'avais imagin ds 1977. A partir de ce schma, mon ami Maurice et moi nous nous tions livrs des tas d' exp-riences intressantes, allant jusqu' la mise en uvre, en bassin, d'un vritable sous-marin (ayant la forme et la taille d'un uf). L'intrt de l'acclrateur parital est qu'on est totalement libre de choisir la distance sparant les lectrodes. Or, le grand pro-blme de la MHD dans un fluide consiste faire passer le courant. Les gaz en particulier sont de trs mauvais conducteurs de l'lectri-cit. Si, en disposant d'un champ lectrique donn, on peut rap-procher les lectrodes autant que l'on veut, c'est trs apprciable.

    Cela tant, ni Maurice ni moi n'avons pens une seule seconde que le convertisseur parital pourrait se transformer de lui-mme en gnrateur d'lectricit. Je ralise que je suis pass vingt-cinq ans ct de cette ide qui bouleverse toutes mes rflexions pen-dant ces trois jours.

    Black me regarde attentivement. TI y a un long silence. TI sait trs bien quoi je pense. TI doit rire sous cape. Pe,ut-tre se dit-il qu' il me devait bien cela. Effectivement, aux Etats-Unis des gens comme lui ont d'emble bnfici de gros moyens alors que je me suis vainement chin essayer de dvelopper une activit de MHD en France pendant presque vingt ans, jusqu' mon abandon par KO en 1987 18 J'essaye d'imaginer le fantastique

    18. Voir le rcit de cette lamentable saga dans Enqute sur les OVNIS, Albin Michel, 1987.

    32

  • Le colloque de Brighton

    tour que ces Yankees nous ont jou en nous faisant croire, au dbut des annes 1970, qu'ils abandonnaient la MHD. Les contrats portant sur la MHD et dont bnficiaient les universits et les laboratoires privs avaient disparu, les thses et les ensei-gnements galement 19 Tout avait sombr comme dans une fon-drire. Une discipline part entire, un champ de recherche immense s'taient tout simplement volatiliss. Les Europens n'ont rien vu. lis n'ont pas suspect une seconde que ces recher-ches s'taient comme ... enfonces dans le sol, grande profon-deur, sans rien d'apparent, de visible. Pendant que les Europens se convainquaient que la MHD n'avait aucun intrt ou que la recherche d'applications concrtes dans ce domaine relevait de l'utopie, les Amricains dveloppaient dans le plus grand secret toute une gamme de projets dont l'ampleur est de l'ordre des programmes Manhattan ou Apollo.

    Ce savoir, chez nous, s'est perdu comme une rivire qui finit par disparatre dans le sable d'un dsert, celui de l'indiffrence franaise pour l'innovation. Je m'en suis rendu compte en partici-pant, en 1992, un colloque international de MHD au centre du CEA de Cadarache. Ni les Amricains ni les Russes n'avaient jug bon de se dplacer. J'ai pu voir de mes yeux que le savoir europen en la matire avait rgress au niveau des annes 1950.

    Mettre au point cette torpille avait d tre un sacr job. Sur le papier cela a l'air simple mais dans le concret c'est une autre paire de manches.

    Stratgiquement, cette nouvelle donne bouleverse notre poli-tique de dissuasion nuclaire. De Gaulle a toujours voulu que la France joue dans la cour des grands. Nous avons construit le complexe du plateau d'Albion : une douzaine de silos protgs par d'pais murs de bton et des portes blindes, actionns distance par des officiers enterrs 500 mtres de profondeur,

    19. En 1967 deux chercheurs amricains, Sutton et Sherman, publirent un ouvrage remarquable aux ditions MacGraw Hill : Engineering Magne-tohydrodynamics (Techniques de MHD appliques l'ingnierie). TI est aujourd'hui difficilement trouvable, mme dans des bibliothques universi-taires. Je pense qu'en France, et mme en Europe, personne ne serait aujourd'hui capable d'crire un trait de ce genre.

    33

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    assis dans un PC de tir mont sur ressorts (pour rsister aux impacts), lui-mme log au centre d'une vaste grotte. Mais cette moderne ligne Maginot n'a jamais t inaugure. Pourquoi? Parce qu'elle s'est trouve prime avant que le ministre de la Dfense ne coupe le ruban. La nouvelle donne, c'taient les mis-siles amricains Pershing II quips de ttes nuclaires pilota-bles en phase de rentre. Jusque-l les missiles couraient selon des trajectoires purement balistiques . Dans leur course dans 1' espace ils pouvaient faire l'objet de corrections de trajectoire bases sur des donnes issues d'une centrale inertie, la mme qui pilote actuellement les avions de ligne que vou,s empruntez pour faire le trajet Paris-New York par exemple. A l'poque le GPS 20 n'tait pas encore invent.

    Si vous avez eu l'opportunit de pntrer dans la cabine d'un jet avant que ne se gnralise le recours au GPS, vous avez pu voir les pilotes consulter, avant recalage de leur position sur des radiobalises locales, au voisinage de leur point de destination, leur systme de guidage par centrale inertielle. La prcision tait alors de l'ordre du mile (1 850 mtres). C'tait la prcision d'im-pact des ttes nuclaires lorsque le premier coup de pioche du site d'Albion fut donn. Mais on n'arrte pas le progrs. Les ttes furent dotes d'yeux capables de capter des images dans la gamme des ondes radar . li suffisait alors la tte nuclaire de comparer l'image reue une image radar de la cible mise en mmoire, obtenue soit par satellite soit, mieux, par un avion espion, pour rduire l'erreur maximale d'impact 80 mtres.

    Aucun missile protg dans son silo par un cylindre de bton ne saurait rsister l'impact d'une charge nuclaire 80 mtres de distance.

    De plus les Amricains (et bien videmment aussi les Russes) en taient dj au systme des missiles ttes multiples. Ainsi, une seule fuse pouvait, en dirigeant ses diffrentes ttes sur cha-cun des silos d'Albion, mettre notre dispositif de dissuasion nationale hors de combat en une fraction de seconde.

    20. GPS : Ground Positioning System ; rcepteur situ au sol, de la taille d'un tlphone portable, permettant n'importe qui de connatre sa position 20 mtres prs (pour les appareils actuellement disponibles dans le commerce) et quelques mtres prs pour ceux quipant les militaires.

    34

  • Le colloque de Brighton

    TI reste aux Franais la flotte des sous-marins nuclaires, ind-tectables, nous dit-on. Oui et non. Dans cet univers-l, tout le monde suit tout le monde. Les sous-marins nuclaires du pays A suivent quelques miles de distance ceux du pays B, lesquels, etc. La destruction des plates-formes sous-marines d'un adversaire l'aide de torpilles hlices, d'une porte de 20 kilomtres, se chiffre au mieux en minutes. Ajoutons en outre que pas mal d'units russes, dont le clbre Koursk, en mettant toute la gomme, pouvaient atteindre des vitesses gales celle des meil-leures torpilles franaises, ce qui aurait rendu leur destruction problmatique, dans le genre : Si tu ne bougeais pas tout le temps, je pourrais peut-tre te descendre.

    Avec la torpille MHD, dessine par Black sur la nappe en papier de la caftria de l'universit, le temps d'interception tom-bait ... quelques secondes.

    Black prend cong aprs avoir aval un caf, pour aller rejoin-dre les membres de son groupe. Wludarchik vient s'asseoir ma table.

    - Alors, professeur Petit, vous avez l'air tout chose. Je lui explique en quelques mots et croquis ce que je viens

    d'apprendre. - C'est joli, pas dire. Vous avez au moins la satisfaction de

    constater que les ides que vous aviez mises il y a un quart de sicle taient potentiellement fcondes.

    - TI y a une chose qui s'impose comme le corollaire de cette histoire de torpille MHD. Bien sr, celle-ci est hyper-rapide et est conue, si elle file 2 000 ou 3 000 km!h, pour ne fonctionner que quelques secondes. C'est le temps que met la tuyre de la fuse pour tre bouffe par des gaz 3 000 degrs, celui au bout duquel la petite rserve d'hlium liquide servant refroidir les supraconducteurs est puise. Mais, en visant des performances moins extrmes, on peut envisager des sous-marins MHD o l'nergie lectrique serait produite par un racteur nuclaire.

    Le systme de positionnement s'effectue par rapport un ensemble de satellites en orbite gostationnaire autour de la Terre.

    35

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    Sans atteindre les vitesses des torpilles, ils pourraient nanmoins tre quatre cinq fois plus rapides que les actuels sous-marins de chasse.

    - Cela ressemble au thme du film Octobre rouge avec Sean Connery.

    - C'est le thme du film. En fait, on a l'impression que les Amricains se dbrouillent toujours pour nous informer en temps rel de choses qui sont l'uvre ch~z eux. Dans le film, Sean Connery est un Russe qui livre aux Etats-Unis, au terme d'une course-poursuite rebondissements, un sous-marin sovitique quip d'un mode de propulsion tout fait rvolutionnaire. Beaucoup de gens ont pens l'poque, commencer par moi, qu'il s'agissait d'un mode de propulsion par MHD.

    - ll y a une hypothse intressante. Si on dcode ce film comme vous le faites, cela signifierait que les Russes auraient t les premiers envisager ce mode de propulsion, mais qu' cette

    poqu~ les Amricains leur seraient passs devant. - A cause de leur matrise mondiale en matire de supracon-

    ducteurs 21 Les Russes n'ont jamais t fichus d'en fabriquer qui soient simplement convenables. C'taient pourtant des pionniers en matire de MHD, mais leurs solnodes ont touiours t construits en bon cuivre rouge.

    - En sortant un tel film les Amricains se seraient hts de folkloriser le sujet. Comme a, si d'aventure la moindre infor-mation filtrait, les responsables pourraient dire aussitt que a sort du film .

    - a s'appelle dsinformer, mon cher Watson. On colle une tiquette imaginaire sur ce que l'on ne souhaite pas voir dbouler un jour dans le rel . De la mme manire, on ne sait pas si les Amricains ont pu ou non rcuprer des paves d'Ovnis en 1947. Ce sujet a t totalement folkloris travers des films comme Independance Day o on nous montre les tr-fonds de l'aire 51 22, peupls de scientifiques qui travaillent sur

    21. Des matriaux qui, en dessous d'une certaine temprature, condui-sent l'lectricit sans le moindre dgagement de chaleur, avec un effet joule nul .

    22. Une vaste zone du territoire amricain, en bordure d'un lac sal (piste idale pour essayer des prototypes ultra-secrets), tout fait visible

    36

  • Le colloque de Brighton

    une pave d'Ovni rcupre, dont les corps des pilotes, d'affreu-ses cratures, taient conservs dans d'immenses bocaux de for-mol. Des tres qui, d'ailleurs, seraient venus sur Terre pour liminer les Terriens et s'emparer de leur plante.

    -Je me pose souvent une question: comment se fait-il qu'en dpit de l'avalanche de publications scientifiques que vous avez pu produire pendant un quart de sicle et des rsultats expri-mentaux que vous avez obtenus, les militaires ne semblent pas vous avoir pris au srieux ?

    - Je crois qu'hlas les militaires franais ont toujours manqu d'imagination, c'est--dire en particulier de la facult d'imaginer les choses, de s'en construire une vision. Vous vous souvenez du problme de la mitrailleuse, en 14-18?

    - Excusez-moi, j'tais trop jeune l'poque. - Elle fut invente en 1900 la fois par les Allemands et les

    Franais. Et savez-vous vous quelle fut la raction de l'tat-major franais ?

    -Dites ... - Quand ils virent la consommation effarante de cartouches

    ils pensrent que cette machine n'avait aucun avenir. Les Alle-mands ne commirent pas cette erreur.

    -Je suppose que cela a d nous coter du monde. - Ce fut le cas, jusqu' ce que les Franais se mettent eux-

    mmes produire ce genre de hachoir pour tres humains. Dans le cas de la MHD je crois qu'aucun responsable franais n'a pu faire le lien entre les petites manips de laboratoire que nous avions effectues dans le milieu des annes 1970, Maurice et moi, avec trois fois rien et ce qu'auraient pu reprsenter de tels monta-ges en vraie grandeur. La propulsion MHD, ils l'ont vue l'uvre sur un esquif de 30 centimtres de long, naviguant dans une baignoire. Avec des aimants permanents dveloppant 900 gauss l'engin avait 1 gramme de pousse, en consommant 600 watts. Tous les montages de MHD que nous avons tests taient conus l'aide d'aimants permanents produisant des champs infrieurs 1 000 gauss. Faute de soufflerie supersoni-

    depuis l'espace, mais dont les tats-Unis ne reconnaissent mme pas l'exis-tence et qui ne figure sur aucune carte.

    37

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    que, nous avons d nous limiter des simulations hydrauli-ques . Vous savez que les vagues qui se forment l'trave et la poupe d'un navire sont les analogues des ondes de choc. On leur a fait une dmonstration de suppression de ces ondes, en faisant agir des forces lectromagntiques.

    - C'tait grand comment, ce montage ? - Minuscule. il fallait un champ magntique de 2 teslas 23 Le

    systme dont nous disposions, qui pesait 250 kilos, pouvait crer ce champ dans peine quelques centimtres cubes. La maquette d'essai aurait tenu sur une pice de 20 centimes. il fallait car-quiller les yeux et se pencher pour voir que les ondes la surface liquide avaient t annihiles.

    - Cela fait penser aux cirques puces . - C'tait peu prs a. Seul un authentique scientifique pou-

    vait extrapoler ces rsultats, les concevoir en vraie grandeur , imaginer une machine volante mettant en uvre des milliers de mgawatts, dveloppant des dizaines de teslas, pesant des dizai-nes de tonnes : totalement hors de porte d'un simple polytechni-cien ingnieur militaire, simple fonctionnaire en mort violente. De plus le concept de vol supersonique ou mme hypersonique tait trop nouveau. Cela ne figurait dans aucun livre, aucun trait, aucun cours. ils n'y ont pas cru. La raction a t le scepticisme prudent, l'attentisme bien franais.

    - Vous connaissez la dfinition du sceptique telle que la pro-pose Rmy Chauvin ?

    -Non. - C'est celui qui ne se doute de rien. - il y a quand mme eu une exception, qui constitue une

    histoire assez amusante. En 1983, un officier de la Marine qui travaillait dans un centre de recherche militaire Toulon, spcia-lis dans les sous-marins, a lu Le Mur du silence. il est tomb, page 30, sur la manip d'annihilation de sillage turbulent derrire un cylindre. n a alors pens que cela pourrait peut-tre rduire le bruit fait par les priscopes, en semi-immersion. n m'a fait contacter, par l'intermdiaire d'Elie Flesia qui, dans la rgion,

    23. Un tesla quivaut 10 000 gauss. Un aimant de couturire dve-loppe 200 gauss.

    38

  • Le colloque de Brighton

    Fig. 8 : Annihilation de sillage turbulent derrire un obstacle cylindrique. Exprience ralise en France en 1976

    s'occupait des contacts entre le CNRS et tout ce qui n' apparte-nait pas la maison , y compris l'arme. Elio tait un vieil ami. Nous nous sommes donc retrouvs un jour tous les trois Toulon dans le b!Jreau de cet officier de marine, ingnieur militaire de son tat. A l'nonc de sa question : Pensez-vous qu'on pourrait supprimer la turbulence derrire un priscope ? j'ai rpondu par l'affirmative. L'officier a eu l'air satisfait. Elio aussi, qui se disait: Jean-Pierre va peut-tre avoir enfin des moyens dcents pour travailler. L'officier a continu alors : Nous avons une seconde source de bruit, dans les sous-marins. Ce sont les hlices. Verriez-vous un moyen pour le diminuer? -Trs simple, vous les enlevez. J'ai expliqu alors, BD en main, le principe de l'ac-clrateur parital et celui du sous-marin MHD, en forme de sphre ou d'uf24 L'homme s'est tass sur son sige : C'est que ... nos projets sont dj arrts pour les dix vingt annes venir. Aprs avoir ressembl une solution je devenais pour lui

    24. Correspondant d'ailleurs des observations effectues sur des ob-jets navigants non identifis , en diffrents points du monde, dont les Bahamas.

    39

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    un problme ingrable. Flesia tait catastroph. En deux phrases j'avais tout plant. L'affaire s'est arrte l.

    - Et pendant ce temps-l on vous a laiss vous chiner dans une cave avec du matriel de rcupration, jusqu' votre aban-don, en 1987.

    - La MHD intressait potentiellement les militaires et les politiques franais, mais ils savaient que derrire venait la ques-tion Ovni.

    - Et, comme disent les Anglo-Saxons, ils voulaient tout prix viter de sortir le chat du sac .

    - Je vois que vous connaissez cette image. TI est plus facile de sortir un chat d'un sac que de l'y faire rentrer. Pendant douze ans j'ai essay d'amener ces recherches jusqu' une manip cl, jusqu' la suppression d'une onde de choc devant un objet immerg dans un courant supersonique gazeux dboulant vitesse supersonique. Cette exprience fascinait les militaires. Mais autant ils voyaient cet effort de recherche comme pouvant ventuellement dboucher sur un missile de croisire supersoni-que, autant ils avaient une peur bleue que je me serve de cette exprience, dans un contexte civil, pour apporter de l'eau au moulit:t de la thse de l'hypothse extraterrestre 25

    - A cause du dplacement la fois trs rapide et silencieux des Ovnis.

    - Exactement. Trois fois, quatre fois, cinq fois les militaires, agissant partout en sous-main, ont pens qu'ils pourraient se dbrouiller sans moi, en clonant mes recherches.

    - Et chaque fois ils se sont plants. Convenez que votre talent de vulgarisateur a jou contre vous dans cette affaire. Quand on a lu votre bande dessine Le Mur du silence, on en sort persuad que la MHD est un jeu d'enfant. Je l'ai lue quand j'tais gamin.

    - J'avais conu cette BD pour qu'elle soit comprhensible mme par un ministre . C'est la quadrature du cercle : soit on reste hard science et personne ne comprend, soit on vulgarise et les gens, croyant que c'est enfantin, essayent pe monter les manips dans leur coin. Cela a commenc en 1979. A cette poque

    25. Voir Enqute sur les OVNIS, op. cit.

    40

  • Le colloque de Brighton

    la recherche militaire, aujourd'hui DGA (Dlgation gnrale l'armement), s'appelait la DRET (Direction des recherches et tudes techniques). J'avais rdig un rapport de deux cents pages l'intention du GEPAN 26, qui avait atterri l-bas. Un type avec qui j'avais fait Suparo, un ingnieur militaire de l'air, avait rcu-pr ce rapport intitul Perspectives en magntohydrodynami-que . TI est entr dans le bureau du directeur de la DRET en disant : Maintenant que nous avons les ides de Petit, pourquoi nous embarrasser de lui ?

    - Cela vous rend amer ? - Je ne sais pas si j'aurais accept de travailler sur la mise au

    point 'une torpille MHD. Je ne crois pas. - A votre avis, o en est la MHD militaire franaise ? -Je pense qu'elle n'existe simplement pas. TI y a deux indi-

    ces. En 1992 je me suis rendu, par curiosit, un congrs interna-tional de MHD qu'un certain Marbach, ingnieur au CEA et responsable d'un groupe PAMIR (Ple des applications de la MHD l'industrie et la recherche), avait organis. Celui-l utili-sait la MHD pour essayer de pomper du sodium fondu dans ses racteurs nuclaires, en tant que rfrigrant 27 TI y avait aussi une petite quipe de Grenoble qui travaillait sur un contrat pass avec la Marine nationale. Ils tudiaient le pompage de l'eau de mer dans une boucle. Tout cela allait avec un projet de sous-marin qui nous faisait rgresser aux ides amricaines des annes 1950. L'eau de mer tait pompe dans un canal central.

    - Pas trs commode pour loger un racteur nuclaire, des missiles.

    - J'ai lev la main et j'ai demand au confrencier pourquoi il n'avait pas song mettre le moteur l'extrieur, c'est--dire en oprant l'acclration MHD de l'eau de mer sur la paroi externe du sous-marin. TI a eu l'air interloqu. Je suis mont au tableau et j'ai expliqu en quelques rapides croquis le principe de l'acclrateur parital. Il ne le connaissait pas, de mme que les autres congressistes.

    26. Groupe d'tudes des phnomnes arospatiaux non identifis, cr en 1977 au sein du CNES pour tudier le phnomne Ovni.

    27. Le terme exact serait fluide caloporteur .

    41

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    - Ce colloque tait une foutaise ! - Cela montrait simplement quel niveau avaient rgress

    les Europens, seuls prsents, en vingt-cinq ans. Le gars m'a demand o ce travail avait t publi. J'ai rpondu que j'avais imagin cela en 1977, que des travaux avaient t prsents au colloque de MHD de Moscou en 1983.

    - Vous avez dit qu'il y a deux arguments qui vous amnent penser que la MHD militaire franaise est inexistante. Quel est le second?

    - Des passages du rapport Cometa, un rapport publi en 1999, manant d'une association Comit d'tudes techniques avances, intitul Les OVNI et la Dfense : quoi devons-nous nous prparer ? On a, apparemment, aujourd'hui les plus grandes difficults se le procurer. J'avoue que j'ai eu du mal arriver au bout de ces quatre-vingt-dix pages assez indigestes. Autant que je me rappelle, le prsident de l'association est un gnral la retraite, ancien pilote de chasse. La plaquette est prface par un autre gnral, autre pilote de chasse qui a ter-min sa carrire en dirigeant l'Institut des hautes tudes de la Dfense nationale, l'IHEDN. On ne trouve d'ailleurs parmi les gens qui ont collabor cette publication que des retraits. Deux passages sont rvlateurs. L'un se situe page 36 : Le fait que les objets observs de prs n'aient pas laiss apparatre (ou enten-dre) de systme de refroidissement peut s'expliquer tant que la dure des vols des engins ne dpasse pas quelques dizaines de minutes.

    - Cela ne peut avoir t crit que par un type qui ne connat rien la physique. Pourquoi un Ovni devrait-il possder automa-tiquement un radiateur? C'est comme rechercher un bac cen-dre en dessous d'une formule 1, non? -Je le pense aussi. Or ce type de rapport, dont la manchette

    d'accompagnement disait qu' il avait t dpos sur les tables du Premier ministre et du prsident de la Rpublique , est forc-ment lu et relu par un groupe avant d'tre envoy. Cela signifie simplement que le niveau du type le plus cal en physique qui figure dans ce groupe est celui du gars qui a crit ces lignes, sinon quelqu'un l'aurait bloqu immdiatement. Par ailleurs il y a un passage, assez bref, consacr la propulsion MHD. Appa-

    42

  • Le colloque de Brighton

    remment, le rdacteur n'a gure l'air l'aise avec ce sujet. ll n'y a en fin de rapport aucune rfrence bibliographique mes propres travaux, si ce n'est la mention de la bande dessine Le Mur du silence. Le texte dit : Des tudes prsentes au chapi-tre 8, on peut conclure que s'impose une veille technologique, au moins passive et de prfrence active, dans les domaines de la propulsion de pointe, comme par exemple la magntohydrody-namique. Et, un peu plus loin : ll est vraiment essentiel de savoir ce que font les autres nations ce sujet.

    - En clair, la MHD militaire n'existe pas et n'a mme sans doute jamais exist.

    - C'est ce que je pense. Comme des organismes tels que l'Institut des hautes tudes de la Dfense nationale ont particip l'laboration de ce rapport, cela signifie que les militaires fran-ais ignorent tout de ce que pourrait tre une MHD militaire, que cela soit pour la propulsion sous-marine, l'tude de machines volantes, les sources d'nergie pour la guerre des toiles, etc.

    - ll est incroyable que la France puisse tre totalement absente sur un tel crneau.

    - Vous savez, un pays de moyenne envergur~ comme le ntre ne saurait rivaliser avec un gant comme les Etats-Unis. Nous avons une astronautique tout fait convenable mais notre pre-mier missile de croisire vient d'tre test sur une distance d' peine 250 kilomtres.

    - Les Anglais en ont de plus performants, parat-il. - Fournis par les Amricains. - Bon, il faut que j'y aille. J'ai fait la connaissance d'un Am-

    ricain qui ne risque pas de passer inaperu, vu sa taille, c'est Harold Penninger.

    - Le type aux cheveux blancs, avec la chemise texane ? - Oui. Il m'a refil sa carte. Grce lui, j'ai su des trucs sur

    Ajax. Il a l'air d'en connatre un bout. Vous devriez le brancher. n pense par exemple que les deux moteurs centraux du projet russe correspondaient des turbos et que les deux latraux seraient des statos. Les deux entres d'air centrales des turbos seraient fermes au-dessus de mach 3. a ne nous explique pas comment Ajax pourrait fonctionner 10 000 kmlh. Au-dessus de mach 5, les entres d'air des statoracteurs fondraient.

  • 2

    Le projet Ajax

    Au programme du colloque figure un expos de Hal Clancy, physicien thoricien, directeur de l'Institut des sciences avances d'Austin, aux tats-Unis, consacr au warp driving , ce qui

    ~ignifie littralement se dplacer en tordant l'espace . Aux Etats-Unis, des chercheurs essayent de raliser des voyages inter-stellaires en trouvant une parade la limitation rsultant du fait qu'en principe, selon les lois de la relativit restreinte, il est impossible de se dplacer en dpassant la vitesse de la lumire. Certains ont eu une ide : pourquoi ne pas modifier localement cette vitesse, en l'accroissant, de manire naviguer dans une b~e d'espace-temps plus de 300 000 km/s.

    A premire vue le projet peut paratre absurde, mais, en science, c'est un mot dont il faut se mfier. Quand une navette spatiale opre sa rentre atmosphrique 28 000 km!h le bout de son nez voyage en subsonique .

    On sait que quand l'avant de l'objet est mouss, comme le nez d'une navette, le choc est dtach . En aval de l'onde de choc, l'air est recomprim, la temprature est accrue et puisque la vitesse du son varie comme la racine carre de la temprature absolue, celle-ci aussi est augmente. De toute faon lorsque l'air percute le nez de l'objet, il existe des molcules d'air dont la vitesse, par rapport la navette, tombe zro, au point d'ar-rt . L'air est ensuite racclr, le long du nez de l'engin. TI existe toute une rgion (grise) o le fluide s'coule une vitesse infrieure la valeur locale de la vitesse du son. Donc on peut

    45

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    rgion o l 'coulement est

    subsonique est redevenu supersonique

    ligne sonique

    Fig. 1 : Zone subsonique derrire un choc dtach

    dire que le bout du nez de la navette s'est fabriqu un environ-nement gazeux pour y voluer vitesse subsonique .

    Cet environnement ne concerne toutefois qu'une partie de l'appareil. Hal Clancy et Alcubiere envisagent d'injecter de l'nergie autour d'un engin, l'aide d'un rayonnement lectroma-gntique par exemple, au point de modifier, localement, la valeur de la vitesse de la lumire.

    Wludarchik, qui s'est assis ct de moi au fond de la salle, est un peu dpass.

    - Pourquoi, me demande-t-il, en concentrant de l'nergie dans une partie de l'espace cela changerait-ilia valeur de c?

    - C'est une de mes ides en 1988 1 J'ai t le premier suggrer que la vitesse de la lumire ait pu varier au fil de l'his-

    1 . J.-P. Petit, Modle cosmologique vitesse de la lumire variable, Modern Physics Letters A, 1988, vol. 3, no 18, p. 1733-1744, etc.

    46

  • Le projet Ajax

    toire cosmique, prcisment parce que, dans le pass, la densit d'nergie par unit de volume tait plus importante.

    Pendant que je fournis Wludarchik cette explication, Clancy enchane ses diapositives.

    - Comment se fait-il que Clancy ne vous cite pas? - a ne marche pas comme a. ll n'a cit ni Moffat ni

    Magueijo, deux autres prcurseurs . Moffat a introduit le concept de vitesse de la lumire variable en 199.3 et Magueijo en 1999. -Je ne comprends pas. ll y a les dates: vous en 1988, Moffat

    en 1993, Magueijo en 1999. C'est clair, non? - En mars 2001, Magueijo a crit dans Pour la science un

    article o il se prsente comme l'initiateur de la dmarche. n explique qu' il continue dvelopper cette ide avec son qui-pe. Ce faisant il passe dlibrment sous silence les travaux de Moffat, lequel feint d'ignorer les miens. J'ai dcouvert les travaux de Moffat en 1998. Quant lui, il ignorait mon existence ainsi que celle des papiers que j'avais publis sur le sujet. Je lui ai crit, plusieurs fois.

    - n vous a rpondu ? - Pas du tout. - Ce phnomne est devenu, pour moi, hlas habituel. Dans

    son numro de mai 2002, la revue Ciel et Espace se dcide, par exemple, mentionner mon nom et mes travaux d'astrophysique et de cosmologie dans un dossier consacr la matire sombre. ils y sont prsents comme une extension des ides de Foot et Volkas. En fait l'auteur du dossier a chercp quels taient les scientifiques qui faisaient du gmellaire . A part moi, actuelle-ment, il n'y a que ces deux-l. Seulement leurs travaux ne don-nent rien. Aucune confrontation avec l'observation. Et la revue s'abstient de citer mon ouvrage On a perdu la moiti de l'uni-vers2. C'est l'expression de mon excommunication irrversible pour cause d'intrt pour le dossier Ovni.

    - Qu'allez-vous faire pour que votre primaut soit recon-nue ? insiste Wludarchik.

    - Je pense que je retournerai dfinitivement vers la vulgarisa-2. Albin Michel, 1997.

    47

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    tion scientifique. Mes bandes dessines de Lanturlu ont un avan-tage apprciable : elles sont incopiables. Je suis le seul savoir mler le dessin, la science et l'humour, comme des mtaux dans un alliage. De plus l'dition sur CD m'affranchit de toute tutelle ditoriale. Pour l'astrophysique et la cosmologie gmellaires, c'est comme pour la MHD, j'arrive trop tt.

    - Tout cela est absurde. En plus ce n'est pas fair-play. - Qui a dit que le monde de la science tait domin par la

    logique et le fair-play ? - Alors, en fin de compte, qui va s'imposer comme le pion-

    nier de cette approche des constantes variables ? - Peut-tre un quatrime larron. Witten par exemple,

    mdaille Field, champion toutes catgories des supercordes, ou Hawking. Si Witten invente des cordes constantes variables ou si Hawking dclare que les constantes de la physique varient au voisinage des trous noirs, nous pourrons tous aller nous rha-biller. Mais laissons tomber ces chicaneries sans intrt. L'ide d' Alcubiere et de Clancy consiste donc crer autour d'un engin une sorte de bulle d'espace o la vitesse de la lumire serait deux, cinq ou dix fois plus leve pour que les voyages interstel-laires deviennent possibles. Leur dmarche est encore trs embryonnaire et ne dbouche sur aucune suggestion de concrti-satton technologique.

    A mes cts Wludarchik demeure songeur. - C'est curieux, me glisse-t-il tqut trac, ce colloque en plein

    hiver, dans cette station balnaire. A quel jeu joue-t-on? On peut videmment se dire que ces gens sont venus comme a et qu'il n'y a pas de raison particulire, pas de grand dessein derrire ces rencontres. Mais... quand mme. TI y a dans ce groupe des clowns, des gens qui ne tiennent pas la route, mais aussi des pointures.

    - Joe Black, par exemple. - Qu'est-ce qu'on fout l? Vous pouvez me le dire? - Ne vous plaignez pas. On a dj appris que les Amricains

    n'avaient pas abandonn la MHD mais l'avaient, au contraire, dveloppe en secret avec un grand luxe de moyens. La preuve en est cette torpille MHD.

    - Une preuve? Vous ne l'avez pas touche.

    48

  • Le projet A;ax - Non, mais les arguments techniques sont convaincants, en

    tout cas suffisent me convaincre, personnellement. C'tait la logique mme, en fait.

    - Cela ne me dit pas ce que nous fichons tous, ici. On dirait que les gens s'observent. n y a des exposs bien sr, mais surtout des conciliabules, des petits changes dans les coins de la caftria.

    - Comme dans tous les colloques. - De quoi ces gens parlent-ils, entre eux? - Joe Black et moi avons parl de MHD. ll y a peut-tre

    d'autres choses apprendre. Wludarchik consulte le programme. - Vous savez quel est le confrencier suivant ? C'est Penninger. Penninger commence par voquer des travaux antrieurs o

    lui et son quipe avaient cr des dcharges HF, en haute ten-sion, le long du bord d'attaque et du bord de fuite d'un profil d'aile mince lenticulaire .

    J'explique Wludarchik comment de tels arcs s'tablissent en de tels endroits, par effet de pointe . J'ai obtenu un rsultat semblable en alimentant une maquette discodale avec de la HF sous 1 mgahertz et 30 000 volts 3

    Penninger nous explique que cette puissance HF a sensible-ment modifi la valeur de la temprature dans les zones de dcharge et, par-del, la valeur locale de la vitesse du son. En quelque sorte son expos complte et illustre celui de Clancy. ll reprend le modle que celui-ci a propos et montre des images correspondant une injection de puissance, de nature lectrique, susceptible de modifier la valeur locale de la vitesse de la lumire. Des configurations o elle se trouve double ou mme triple sont prsentes. Bien sr, les valeurs du champ lectrique n'ont plus rien voir avec ce qui peut tre mis en uvre exprimentale-ment, et Penninger, en souriant, convient que ce travail est plus proche de la srie tlvise Star Trek que d'une physique raisonnable.

    3 . Je suis d'ailleurs tomb sur ce phnomne fortuitement. Au dpart je cherchais simplement ioniser l'air autour d'une maquette discodale en mtal, mais l'effet des pointes entrana l'apparition d'arcs lectriques au voisinage de la partie aigu de la maquette : son bord quatorial.

    49

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    Lors de la pause caf, Wludarchik part l'aventure tandis que je dcide de m'attaquer Hal Clancy. Je sais qu'il fait partie du groupe anim par l'pouse de Galbraith, ancien ambassadeur des tats-Unis en France. Elle a entrepris une sorte de croisade, avec l'appui d'un des membres de la famille Rockefeller, pour sensibiliser l'opinion au dossier Ovni et tenter d'amener les scien-tifiques s'intresser au sujet. Elle avait pris contact avec moi en me disant qu'elle se proposait de publier un livre (ce qu'elle a fait du reste). Je lui avais propos d'y inclure un chapitre consacr au parallle entre le comportement des Ovnis et celui des arody-nes MHD discodaux dont j'avais donn le principe dans des Pt!blications l'Acadmie des sciences de Paris en 1975-1976. Etrangement, elle avait dclin mon offre en me rpondant qu' en l'tat ceci lui semblait prmatur .

    Elle a organis un colloque sur le thme Ovni Pocantico qui, contrairement ce qu'on pourrait croire, ne se situe pas au Mexique mais au nord de Manhattan. Le physicien des plasmas Peter Sturrock tait prsent. Une vieille connaissance. En 1976, il tait un des collaborateurs d'Allen Hynek. Avec le Franais Jacques Valle, vivant aux tats-Unis, il a cr il y a une quin-zaine d'annes la revue The Journal /or Scienti/ic Exploration qui se voulait ouverte toute forme de science un peu marginale et en particulier au sujet Ovni. Mais, lorsque j'ai soumis le texte d'un article traitant de la propulsion ~HD et de son ventuel lien avec les Ovnis, ils l'ont refus. A l'poque cette attitude m'avait tonn dans la mesure o le refus n'tait accompagn d'aucun argument scientifique. J'avais eu l'impression d'un cer-tain blocage.

    Hal Clancy est de petite taille. Ce qui se remarque le plus, chez lui, est une bague d'universit orne d'un norme diamant. Je suppose qu'il doit s'agir d'une pierre authentique, sinon ce serait ridicule. Si je devais rsumer, je dirais que Clancy est coinc de tous les cts. Intellectuellement, il semble sur ses gardes et se contente, face mes tentatives d'ouverture, de me montrer ses dents en or. Je ne peux rien en tirer.

    Je lance donc mes filets vers Penninger. Les contacts se rv-lent plus aiss que prvu. J'ai apport la version anglaise du Mur

    50

  • Le proj'et Aj'ax

    du silence, intitule The Silence Barrier. En la feuilletant, Pennin-ger tombe sur le convertisseur MHD parital. il s'exclame:

    - But, this is Aj'ax ! Je dcide aussitt de renvoyer la balle. - J'ai une proposition vous faire. - Laquelle? - Nous dnons ensemble.

    Fig. 2: Gomtrie magntique lie l'acclrateur parital (Le Mur du silence, 1983, dtail de la page 36)

    La phrase de Penninger rvlant Wludarchik qu' haut nom-bre de mach les entres d'air des turboracteurs d'Ajax taient occultes a fait tilt chez moi. Un ensemble d'ides mijotent dans ma tte depuis la rponse de Black concernant le convertisseur parital. Tout s'claire progressivement, comme si ce schma sor-tait de la brume. Je repasse galement dans ma tte les phrases du journaliste Alexandre Szams, dans l'article d'Air et Cosmos qui m'a dtermin venir.

    Un gnrateur MHD convertit l'nergie cintique d'un fluide, liquide ou gaz, en lectricit. Ce faisant, il le ralentit mais sans beaucoup l'chauffer. n devient donc possible de freiner de l'air

    51

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    dboulant 10 000 km!h, l'aide d'un convertisseur MHD parital fonctionnant en gnrateur d'lectricit et ce sans l'chauffer ou en tout cas en l'chauffant infiniment moins qu' travers la classique onde de choc qui s'tablirait devant l'entre d'air d'un racteur et qui entranerait aussitt la transformation de celle-ci en chaleur et lumire . n devient mme vident, en y rflchissant, que l'on peut ralentir ce gaz au point de permettre son entre dans le moteur vitesse subsonique. Alors la phrase de Fraidstadt, reproduite par Szams dans son article sur l'avion hypersonique Ajax, fait sens. C'est fabuleusement astucieux. J'au-rais pu y penser il y a bien des annes dj mais bon, cela ne m'est pas venu l'esprit. n arrive qu'on ait des vidences sous les yeux pendant des dcennies sans les voir.

    Je commence tracer des croquis. La meilleure solution sem-ble tre de placer le systme de ralentissement MHD sur le des-sus de l'appareil, sur la partie plate, et de modifier en hypersonique le chemin d'accs de l'air vers les entres des turbo-racteurs.

    VOLUTION HYPERSONIQUE M>4

    B

    AVANT

    Fig. 3 : Configuration d'Ajax en hypersonique 52

  • Le projet Ajax

    Le ralentisseur MHD comporte la gomtrie magntique lie au convertisseur parital et un ensemble d'lectrodes.

    Avec ~n peu d'imagination le dessin voque une palme sous-marine. A partir de mach 4 ou 5 les entres d'air des statorac-teurs latraux doivent tre galement occultes, sinon l'chauffe-ment les volatiliserait. On peut ventuellement envisager de les relier l'entre d'air suprieure, en aval du ralentisseur MHD . Les quatre systmes de propulsion de l'appareil : les deux turboracteurs centraux et les deux statoracteurs latraux peuvent alors bnficier du mme systme d'admission d'air. On appelle ce systme mixte de propulsion, mis en uvre dans les annes 1950 par le Franais Ren Leduc, un turbo-stato (voir annexe 9).

    Inversement, en subsonique la circulation d'air se fait comme dans la maquette prsente par Fraidstadt Moscou ou au Bourget.

    Maintenant que j'ai la cl assurant le dcodage, le dossier Ajax commence s'claircir. Je feuillete nouveau l'article d'Air et

    entre d'air suprieure (mach>4), hypersonique

    MHD, occulte

    ARRIRE

    VOLUTION NOMBRE DE MACH INFRIEUR 4

    Fig. 4 : AJax en subsonique ou en supersonique modr

    53

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    Cosmos. Tout y tait, mais il fallait avoir les connaissances ad hoc pour pouvoir interprter son contenu. Szams, en dpit de sa remarquable perspicacit, n'avait visiblement pas ce qu'il fallait pour pouvoir dcrypter ce rbus volant et on ne saurait lui en tenir rigueur.

    En ayant recours ce systme de gnrateur MHD parital , dont le concept m'a btement chapp pendant vingt-cinq ans je l'avoue, j'ai trouv comment le Russe Fraidstadt se dbrouille, en hypersonique, pour que l'air pntre dans les turboracteurs de son engin Ajax vitesse subsonique, bref pour pouvoir continuer les utiliser en hypersonique, ce qui m'avait sembl au dpart aberrant.

    Szams disait dans son article que l'nergie lectrique produite au passage tait rutilise pour acclrer les gaz brls en sortie de tuyre. Comment ? Mais avec un nouveau convertisseur MHD parital , fonctionnant cette fois en acclrateur.

    Cela concrtisait, cit par Szams, le concept de MHD bypass qu'il traduisait par pontage MHD , c'est--dire un

    gnrateur-ralentisseur MHD

    Fig. 5 : Pontage MHD

    54

    acclrateur MHD

  • Le projet Ajax

    transfert d'nergie par procd MHD, de l'avant vers l'arrire de l'appareil 4

    Reste un problme non rsolu : comment protger l'avant d'Ajax et les bords d'attaque de ses ailes, mme avec une aussi forte flche, du puissant apport de chaleur li l'tablissement d'ondes de choc sur ces parties et la recompression, donc l'chauffement qui en rsultait. Szams parle de deux choses : d'une puissante dcharge lectrique et de ... l'effet HalP. Tout devient alors vi-dent. L'effet Hall est un concept sans doute un peu trop subtil pour que je puisse l'aborder dans un tel ouvrage. Disons que, dans certaines conditions, un convertisseur MHD peut produire une tension lectrique transversale dix fois plus leve que c~lle tendant faire circuler du courant d'une lectrode l'autre. A la vitesse V, laquelle Ajax tait cens voler: 10 000 km!h, c'est--dire 2 800 m/s et en retenant une valeur (minimale) de 10 teslas pour le champ magntique B, on obtient un champ lectrique de 30 000 volts par mtre, c'est--dire 300 volts par centimtre. De quoi assurer aisment le passage du courant dans de l'air suffisam-ment rarfi (donc plus conducteur de l'lectricit), entre des lec-trodes distantes de 1 centimtre, moins si ncessaire.

    Je calcule que l'effet Hall doit permettre de rcuprer une ten-sion de 3 millions de volts. En l'envoyant au bord d'attaque cela doit crer une sacre dcharge.

    4 . Si on considre un simple turboracteur, celui-ci est aussi le sige d'un transfert d'nergie. Juste aprs la chambre de combustion, une partie de la puissance du jet sert actionner une turbine, laquelle sert mouvoir le compresseur axial situ l'entre, sans lequel le turboracteur ne fonctionne-rait pas. L'air serait trop peu dense pour que la combustion ait le temps de s'effectuer dans le moteur et le krosne servirait chauffer les petits oiseaux. La transmission d'nergie s'effectue alors mcaniquement, de l'ar-rire vers l'avant, travers l'arbre commun. C'est tellement vident qu'on ne pense mme pas ce mechanical bypass.

    5 . J'avais initialement pens voquer cette question de l'effet Hall dans une annexe. Mais, la rflexion, c'est trop complexe. Le lecteur intress et disposant d'un certain bagage scientifique pourra trouver des informa-tions sur mon site Internet http ://www.jp-petit.com. Disons qu'un gnra-teur MHD fonctionnant en rgime d'effet Hall fort produit des hautes tensions. Le problme est extrmement dlicat cause des instabilits qui svissent dans ces plasmas bitempratures .

    55

  • Ovnis et armes secrtes amricaines

    En fait, c'est ce point que ce vieux renard de Penninger nous a montr lors de son expos li au warp driving : la production d'une intense dcharge lectrique, en particulier au bord d' atta-que d'une aile mince. La dcharge ionise le gaz, le transforme en un coussin de plasma protecteur. C'est sur celui-ci que s'ta-blit l'onde de choc. Dans son papier, Szams parlait de plasma 6 n y tait aussi question d' lectre-arodynamique et de furti-vit obtenue en entourant les nouvelles machines volantes d'un plasma, d'un cocon de gaz ionis. Dans ce cas, ce phnomne se produit tout seul. La dcharge lectrique cre ce gaz