Tolérance et efficacité de l'émulsion lipidique ClinOléic® chez l'enfant en nutrition parentérale exclusive

  • Published on
    05-Jul-2016

  • View
    221

  • Download
    5

Embed Size (px)

Transcript

  • Nutr. Clin. M~tabol. 1996 ; 10 : 45 S-47 S

    Tolerance et eflicacit de l' mulsion lipidique ClinOl ic chez l'enfant en nutrition parent rale exclusive

    Anne Munck, Jean Navarro

    H6pital Robert-Debr6, Paris.

    Les lipides sont utilis6s en nutrition parent6rale afin de couvrir les besoins en acides gras essentiels (AGE) et une partie des apports caloriques sous un faible volume. Les 6mulsions actuellement utilisbes sont compos6es en grande partie d'AGE (65 % des acides gras totaux). ClinO16ic est une nouvelle 6mulsion qui se caractbrise par sa faible teneur en AGE (20%) et un apport 61ev6 en acide ol6ique monoinsatur6. Cette formule permet de r6duire les risques li6s fi l'apport excessif en acides gras polyin- satur6s (peroxydation lipidique accrue, inhibition de la synth6se des homologues sup6rieurs des AGE, comp6tition entre les AG n-3 et n-6, alt6ration des structures membranaires), tout en permettant le maintien d'un apport suffisant et 6quilibr6 entre les diff6rentes classes d'AG. Cette approche est particuli~rement importante chez l'enfant, dont le mbtabolisme plus complexe est fi l'origine des besoins sp6cifiques en acides gras [1-5]. En particulier, les ~tapes d'61ongation et de d6satu- ration des acides gras des s6ries n-6 et n-3 pourraient ~tre limit6es en raison de l'immaturit6 du systbme enzymatique [2, 6]. Le but de cette 6tude est d'appr6cier chez les enfants en nutrition parent6rale exclusive (NPE) : - l a tol6rance clinique et biologique de l'6mulsion sur une p6riode de 15 jours minimum ; - la modification des profils d'acides gras plasmati- ques et 6rythrocytaires.

    Malades et methodes

    I1 s'agit d'une 6tude ouverte, randomis6e et compa- rative avec une 6mulsion de r6f6rence Intralipide 20%. Sur 18 patients inclus, ~gbs de 2 mois /t 3 ans, 16 enfants ont particip6 fi l'6tude (deux enfants ont

    6t6 retir6s de l'analyse des r6sultats ; l'un /t la suite d'un choc septique non imputable au produit, l'autre pour n'avoir pu trouver de preuve objective de ses apports lipidiques). Ainsi, 9 ont regu ClinO16ic et 7 Intralipide 20 %. Parmi ceux-ci, il y a 9 gargons, 7 filles ; le motif de la NPE indique 8 pathologies m6dicales (7 diarrh6es graves rebelles, 1 cesophagite caustique) et 8 pathologies chirurgicales. L'6mulsion lipidique /t l'6tude ou de rbfbrence est associ6e /t une nutrition parent6rale glucido-proti- dique. L'administration par cath6ter veineux central intracave dure 12 heures pour l'6mulsion lipidique avec une dose de 2,9 g/kg/j, et 14 ~i 20 heures selon l'fige pour la solution glucido- protidique. L'6nergie non prot6ique repr6sente 120 kcal/j. La durbe de la NPE est de 17 + 5 jours. Les pr616vements sont rbalis6s /t J1 avant le d6but des perfusions lipidiques et fi J15, 6 heures apr6s la fin de la perfusion lipidique. La m6thode statistique utilisbe pour l'analyse des parambtres biologiques comporte des tests de Stu- dent, si la distribution du crit6re suivait une loi normale, et des tests non param6triques dans le cas contraire.

    Rdsultats

    Avant traitement, il n'y a aucune diff6rence signifi- cative entre les deux groupes pour l'fige et le poids, ni pour les param6tres biologiques de routine, le dosage des vitamines liposolubles et la composition en AGE. Les apports parent6raux nutritionnels sous proto- cole ne sont pas significativement diff6rents entre les deux groupes. Les examens biologiques effectu6s /t J1 et J15 ne montrent pas la survenue d'anomalie dans l'un ou

    Correspondance : Dr A. Munck, Service de Gastroent6rologie, H6pital Robert-Debr6, 48, boulevard Serurier, 75019 Paris.

    45 S

  • A. MUNCK

    l'autre groupe et il n'y a pas de diff6rences significa- tives entre les deux groupes. Ainsi, on observe une baisse des plaquettes qui restent dans les normes et une normalisation des SGPT. Dans le groupe qui regoit ClinOl~ic , on constate une 616vation de l'e-tocoph6rol, isom6re actif de la vitamine E, contenu en grande quantit6 dans cette 6mulsion lipidique. Le bilan lipidique montre une 616vation significative du cholest6rol libre et des phospholipides dans le groupe de r6f6rence, et du HDL cholest6rol dans le groupe ClinO16ic , entra~nant une tendance fi la significativit~ pour ces param~tres entre les deux groupes. Les modifications majeures des acides gras des phos- pholipides, fraction lipidique circulante la plus re- pr6sentative des membranes, sont r6sum6es dans .le tableau I :

    6mulsion sont r6duits par rapport aux 6mulsions classiques. La correction des signes de carence en AGE montre qu'un apport 6quilibr6 en AG permet une meilleure utilisation des substrats et, de ce fait, favorise la d6saturation et l'61ongation des cha~nes.

    La meiUeure utilisation de ClinO16ic se traduit 6galement par le maintien des concentrations des acides gras/t longues chaines (somme des C18:2, n-6), observ6 dans les diff6rentes fractions, en particulier les phospholipides qui sont la fraction des lipides circulants la plus repr6sentative des membranes cel- lulaires.

    A l'inverse, la baisse des d6riv6s sup6rieurs de l'acide linol6ique avec l'6mulsion /t base d'huile de soja, confirme qu'un exc+s d'apport en AGE inhibe leur transformation en d6riv6s sup6rieurs. De ce fait, certains m6tabolismes pourraient en ~tre alt6r6s [7- 111.

    Tableau I ." Modification du profil des acides gras des phospholipides

    ClinO16ic (CO) Intralipide (IL) CO vs IL

    Acides gras J0 J15 J0 J15 C20:3, n -9 4,7 % 0,9 % * 4,9 % 0,5 % * NS Z > C18:2, n-6 18,3% 18,1% NS 20,4% 13,8% * (*) Z > C18:3, n-3 3,6% 6,2% ** 5,3% 9,3% ** NS

    NS = non s ign i f i ca t i f ; p : * < 0,05 ; ** < 0,01 ; (*) < 0,1.

    Dans les deux groupes, on observe une correction des signes de carences en AGE (C20:3 n-9). La somme des d6riv6s fi cha~ne longue de la s6rie n-3 augmente de fagon identique avec les deux 6mul- sions, tandis que ceux de la s6rie n-6 sont pr6serv6s uniquement avec ClinO16ic . Quant aux variations des profils membranaires (6ry- throcytes), elles sont moins nettes, la courte dur6e du protocole pouvant 6tre une explication.

    Conclusion

    ClinO16ic a 6t6 bien tol~r6 au cours de cette 6tude effectuae en p6diatrie. Les r6sultats confirment l'hypothase selon laquelle un apport r6duit en AGE (20 % des AG totaux de ClinOl~ic ) am~liore le m6tabolisme des AGE vers leurs d~riv6s sup6rieurs, pr6curseurs des eicosanoi- des.

    Discussion

    L'~mulsion ClinO16ic a 6t6 parfaitement tol~r6e au cours de cette 6tude tant sur le plan clinique (un enfant a present6 un choc septique en cours de perfusion lipidique sans qu'aucun lien ne puisse ~tre imputable /t la perfusion en cours) que biologique. L'6mulsion ClinO16ic a permis la correction des signes de carence en AGE observ6s dans la popula- tion ~tudi6e alors que les apports en AGE de cette

    Bibliographie

    1. Koletzko B, Braun M. Arachidonic acid and early human growth: Is there a relation ? Ann Nutr Metab 1991 ; 35 : 128-31.

    2. Koletzko B, Whitelaw A, Takeda J, Filler R, Heim T. Linoleic acid metabolism in parenterally-fed infants. Pediatr Res 1987 ; 22 (r6sum6) : 232.

    3. Neuringer M, Connor W, Vanpetten C, Barstad L. Dietary omega 3 fatty acid deficiency and visual loss in infant rhesus monkeys. J Clin Res 1984 ; 73 : 272- 6.

    46 S

  • TOL I~RANCE ET EFF ICACIT I~ DE L ' I~MULSION L IP ID IQUE ClinOl~ic CHEZ L 'ENFANT

    4. Yamamoto N, Saitoh M, Moriuchi A, Nomura M, Okuyama H. Effect of dietary alpha-linolenate/ linoleate balance on brain lipid compositions and learning ability of rats. J Lipid Res 1987 ; 28 : 144-51.

    5. Yamamoto N, Hashimoto A, Takemoto Y, Okuyama H, Nomura M, Kitaj ima R et al. Effect of the dietary alpha-linolenate/linoleate balance on lipid compositions and learning ability of rats. II Discri- mination process, extinction process, and glycolipid compositions. J Lipid Res 1988 ; 29 : 1 013-21.

    6. Koletzko B, Schmidt E, Bremer H, Haug M, Harzer G. Effects of dietary long chain polyunsaturated fatty acids on the essential fatty acid status of pre- mature infants. Eur J Pediatr 1989 ; 148 : 669-75.

    7. Slotman G J, Yellin SA, Handy JR, Hulstyn M, Husain SE, Gann DS. Thromboxane A2 mediates hemody-

    namic and respiratory dysfunction in graded bacte- remia. Surgery 1986 ; 100 : 214-21.

    8. Levitt M, Lefer A. Beneficial effects of prostaglandin E1 infusion in experimental traumatic shock. Crit Care Med 1987 ; 15 : 769-73.

    9. Suchner U, Senftleben U. Immune modulation by polyunsaturated fatty acids during nutritional the- rapy : interactions with synthesis and effects of eico- sanoids. Infusionsther Transfusionsmed 1994 ; 21 : 167-82.

    10. Kinsella JE, Lokesh B, Broughtons et al. Dietary poly- unsaturated fatty acids and eicosanoids : potential effects on the modulation of inflammatory and immune cells : an overview. Nutrition 1990 ; 6 : 24-44.

    11. Jarstrand C, Berghem L, Lahnborg G. Human granu- locyte and reticuloendothelial system function dur- ing Intralipid infusion. JPEN 1978 ; 2 : 663-70.

    47 S

Recommended

View more >