ANALYSE DU DISCOURS ET SOCIOCRITIQUE || Analyse du discours et sociocritiques: Quelques points de convergence et de divergence entre des disciplines hétérogènes

  • Published on
    24-Jan-2017

  • View
    215

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Armand Colin

    Analyse du discours et sociocritiques: Quelques points de convergence et de divergence entredes disciplines htrognesAuthor(s): LAURENCE ROSIERSource: Littrature, No. 140, ANALYSE DU DISCOURS ET SOCIOCRITIQUE (DCEMBRE 2005), pp.14-29Published by: Armand ColinStable URL: http://www.jstor.org/stable/41705090 .Accessed: 15/06/2014 21:59

    Your use of the JSTOR archive indicates your acceptance of the Terms & Conditions of Use, available at .http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

    .JSTOR is a not-for-profit service that helps scholars, researchers, and students discover, use, and build upon a wide range ofcontent in a trusted digital archive. We use information technology and tools to increase productivity and facilitate new formsof scholarship. For more information about JSTOR, please contact support@jstor.org.

    .

    Armand Colin is collaborating with JSTOR to digitize, preserve and extend access to Littrature.

    http://www.jstor.org

    This content downloaded from 185.2.32.46 on Sun, 15 Jun 2014 21:59:07 PMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions

    http://www.jstor.org/action/showPublisher?publisherCode=armandcolinhttp://www.jstor.org/stable/41705090?origin=JSTOR-pdfhttp://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsphttp://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

  • 14

    LITTRATURE N 140 -DC. 2005

    LAURENCE ROSIER, UNIVERSIT LIBRE DE BRUXELLES

    Analyse du discours

    et sociocritiques

    Quelques points de convergence et de divergence entre des disciplines

    htrognes 1

    INTRODUCTION

    Analyse du discours (dsormais AD) et sociocritique (dsormais SC) seraient-elles deux facettes complmentaires d'une approche sensi- blement identique d'objets spcifiques? Sans doute la premire, comme son nom l'indique, travaille-t-elle sur des entits discursives plus ou moins clairement identifiables qui englobent la littrature, alors que la seconde privilgie un objet apparemment plus homogne et plus res- treint, le texte littraire. Mais toutes deux ne cherchent-elles pas saisir une vision du monde cache derrire les mots? Toutes deux ne pr- supposent-elles pas une philosophie de l'histoire, une thorie du sujet, une vision sociale et critique du monde? Le triptyque historicisation, contextualisation, socialisation (Duchet et Vachon 1998) ne caractrise- t- il pas tant les recherches menes en AD qu'en SC? La dimension cri- tique ne leur est-elle pas commune? N'ont-elles pas t toutes deux (le sont-elles encore?) des thories militantes? Duchet l'affirmait en 1971: S'il fallait une dfinition (de la sociocritique), elle serait mili- tante, irait dans le sens d'une smiologie critique de l'idologie. En cho, Mitterand parlait d'une sociocritique militante lors de la clture du colloque de Toronto de 1972 (publi en 1975). L'inquitude de Michel Pcheux (1981) rvlait son tour l'imbrication de l'engagement politique et de la construction thorique:

    S'agit-il finalement d'une affaire de chercheurs communistes se livrant l'analyse de discours travers le discours communiste, entendu comme ce miroir historique exceptionnel o, prcisment, la science est cense venir se condenser dans le politique? (p. 6)

    L'approche d'une socialit de la texture littraire et le dcryptage de l'idologie de pratiques discursives se rejoignent donc dans la recherche

    1. Je remercie Marie- Anne Paveau pour sa relecture attentive et ses corrections. De mme, je remercie Ruth Amossy pour ses suggestions de recadrage. Selon les formules consacres, les erreurs et errements sont donc le fait de l'auteur.

    This content downloaded from 185.2.32.46 on Sun, 15 Jun 2014 21:59:07 PMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions

    http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

  • ANALYSE DU DISCOURS ET SOCIOCRITIQUES

    de l'articulation du rel, du monde et de la matrialit discursive des textes. Les conditions d'mergence, de production, de circulation des textes et des discours se trouvent illustres par les tudes dans les deux camps, mme si entre l'hglianisme des prcurseurs de la sociocri- tique et l'ancrage althussrien des premiers analystes de discours, le foss idologique tait grand.

    Les diffrences se font aussi sur les objets: la sociocritique s'attaque un objet classique, la littrature, en en proposant une approche radica- lement dpoussire; l'AD se constitue en empitant sur des domaines qui avaient fait du discours leur terrain de recherche.

    Notre question inaugurale, banale, sur les rapports troits entre AD et SC a dj t pose maintes reprises: en effet la posture pistmolo- gique commune de thories hybrides, conues comme des lieux de convergence, oblige priodiquement certains de ces acteurs s'interroger sur les alliances thoriques, les mthodes et les corpus, et le noyau dur thorico-pratique qui leur serait spcifique. Qui plus est, des chercheurs se sont poss comme des passeurs thoriques, prnant explicitement l'alliance entre les deux mouvements. Nous y revenons ci-dessous.

    La magie des dnominations englobantes ne doit cependant pas occulter la diversit des approches et l'clectisme thorique, comme en tmoigne par exemple le Manuel de sociocritique de Pierre Zima ou bien encore les entres du dictionnaire d'Analyse du discours dit par Maingueneau et Charaudeau. Il y a des cadres sociocritiques comme des analyses du discours.

    Ces rflexions obligent tout le moins revoir les relations entre AD et SC sous l'angle des objets (discours, texte, genre, littrature...) et de ce qu'on y cherche (idologie, socialit, doxa, vision du monde...), des mthodes (linguistiques, discursives, littraires, sociologiques, smiotiques, gntiques...) et des cadres thoriques de rfrence (struc- turaliste, marxiste, psychanalytique...).

    Nous allons donc tenter de confronter notre vision des rapports entre AD et SC, selon un modeste et fragmentaire parcours pistmocri- tique organis comme suit:

    - les lieux et des gens, c'est--dire les lieux mdiologiques des brassages thoriques (colloques) et les passeurs d'ide ou les agents de circulation de ces ides. - les concepts ou notions, qu'ils/elles soient migrateurs ou couls dans un seul moule thorique: quels sont les concepts /notions fondamentaux/fondamentales de l'AD? De la SC? - les corpus, selon l'angle particulier des genres et de la question de l'objet littrature; selon aussi les notions de discours et de texte , qui, de dfinition en opposition, deviennent des objets trs proches (Jaubert, 2002). Quant supposer pour les uns et les autres comme

    15

    LITTRATURE N 140 -Dc. 2005

    This content downloaded from 185.2.32.46 on Sun, 15 Jun 2014 21:59:07 PMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions

    http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

  • 16

    LITTRATURE N 140 - DC. 2005

    ANALYSE DU DISCOURS ET SOCIOCRITIQUE

    condition ncessaire une thorie du discours versus une thorie du texte ou de l'objet littraire, les avis sont partags. Cette vision historique est celui d'un regard extrieur, qui tente

    de comprendre les constitutions thoriques de champs disciplinaires aux bornes ouvertes sur d'autres disciplines suivant les traces que constituent les discours accessibles des agents du champ mme: interventions aux colloques, publications de collectifs, dictionnaires, manuels, bibliogra- phie, sites internets, communications personnelles... C'est en tudiant la manire dont ces disciplines s'noncent qu'on tentera de voir comment elles peuvent apparatre tantt divergentes tantt convergentes et quelles articulations bnfiques elles peuvent nouer.

    DES LIEUX ET DES GENS

    Un constat premier: si la sociocritique ne cesse de rfrer aux figures tutlaires de l'AD - sans toutefois mentionner toujours celle-ci comme un mouvement constitu - , l'inverse n'est pas vrai. Henri Mitterand, Rgine Robin, Marc Angenot illustrent, par des rflexions pistmologi- ques, les liens tisss entre SC et AD. Actuellement, les rflexions de Amossy visent rapprocher l'AD (telle qu'elle est prsente par le dic- tionnaire) de la SC, par le biais de la littrature.

    Il faudrait pouvoir retracer de faon plus institutionnelle le par- cours intellectuel de ces acteurs pour saisir de faon fine les positions thoriques mais, d'aprs nos lectures, nous avons relev le fait suivant: entre 1966 et 1975, de nombreux colloques fondateurs ont eu lieu, o l'on retrouve des acteurs de l'AD et de la SC. Disons d'abord que pour un observateur contemporain, les annes 60 semblent tmoigner d'un bel cumnisme thorique entre les sciences du langage en essor et le champ littraire. Si ce bouillonnement n'aboutit pas systmatiquement un vritable syncrtisme thorique, il se concrtise sous des projets di- toriaux divers: pour la SC, en 1971, parat le numro 1 de Littrature et l'article programmatique de Claude Duchet: Pour une sociocritique. Numro historique et janusien: on y relve un hommage (rdig par Jacques Leenhard) Lucien Godlmann qui vient de mourir et deux arti- cles consacrs Bakthine dont le Rabelais et le Dostoieviski viennent d'tre traduits en franais.

    Parmi les colloques de ces annes-l (voir Rosier, 2004, pour dtails), nous en avons retenu deux, organiss de l'autre ct de l'Atlan- tique, qui prsentent la particularit de runir des acteurs des deux mou- vements et de s'interroger sur la constitution des disciplines SC et AD.

    En 1972, l'universit de Toronto a lieu le colloque: La lecture sociocritique du texte romanesque , organis par G. Falconer et H. Mitte- rand. Fredric Jameson, Pierre Barbris, Paul Zumthor, Franoise Gaillard

    This content downloaded from 185.2.32.46 on Sun, 15 Jun 2014 21:59:07 PMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions

    http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

  • ANALYSE DU DISCOURS ET SOCIOCRITIQUES

    et d'autres explorent diffrentes facettes de la sociologie de la littrature, de la sociocritique sur des auteurs ou des genres majoritairement du XIXe sicle (Flaubert, Balzac, Hugo, Chateaubriand, Sue) mais d'autres terrains sont abords: le roman courtois, Nathalie Sarraute, Valry Larbaud, Octave Mirbeau ou encore le roman africain contemporain.

    La parution des actes en 1975, outre la diversit et la richesse des communications, est intressante pour les paratextes constitus par l'introduction, la clture et les dbats transcrits. En effet, il semble que les discussions aient t animes et aient rvl des antagonismes thoriques sur la question du sens (jusqu' quel niveau prexiste-t-il au texte? Comment prserver des sens au texte auquel on impose une lecture?...) et de l'idologie. Les conclusions de Mitterand sont sans dtour:

    Nous n'avons pas russi (...) dgager une dfinition de la sociocritique ni mme une claire conscience de ses objectifs, de ses perspectives, de ses lan- gages. (p. 311)

    Deux ans plus tard (1974), toujours Tonronto, tenue d'un nou- veau colloque organis par P. Lon et toujours Henri Mitterand, dont les actes ont t publis sous le titre L'analyse du discours. Rgine Robin est prsente, elle qui n'a cess depuis ses dbuts dans l'AD d'interroger les frontires disciplinaires et les poss pistmologiques (voir le fameux Histoire et linguistique paru en 1973): s'appuyant la fois sur des corpus d'histoire mais aussi littraires, elle exporte sans doute au Qubec, des rfrences propres l'AD la franaise comme Althusser ou Pcheux, comme en tmoigne son intervention au colloque.

    Il est intressant de voir ce qui pouvait tre rassembl sous cette bannire l'poque. Le recueil est divis en quatre parties: l'analyse linguistique des discours , les formes du discours littraire , discours et idologie , discours et smiologie. On y trouve ple-mle des interventions de O. Ducrot et J.-C. Anscombres, de T. Todorov, de M. Riffaterre, de J.-C. Chevalier, de G. Genette, de J. Kristeva, de R. Robin, d'H. Mes- chonnic pour ne citer qu'eux...

    Les corpus sont trs divers et les problmatiques aussi: tudes plu- rilingues, langage sociolinguistique de la communaut religieuse glossola- liste, discours psychotique, corpus de langue type structures argumen- tatives (i aussi que , moins que ), large part la posie (d'Horace Mallarm, selon le rythme, la mtrique), au nouveau thtre qubcois, au statut des exemples en linguistique...; la section consacre discours et ido- logie s'appuie sur Camus et Cline. Seule Robin fait rfrence l'analy- se du discours la franaise (qui n'est pas nomme comme telle) symbolis nominativement par M. Pcheux, P. Henry et L. Althusser puisqu'elle se sert des notions althussriennes (reprises en partie Gramsci) d'appareil hgmonique et appareil idologique d'tat

    17

    LITTRATURE N 140 -DC. 2005

    This content downloaded from 185.2.32.46 on Sun, 15 Jun 2014 21:59:07 PMAll use subject to JSTOR Terms and Conditions

    http://www.jstor.org/page/info/about/policies/terms.jsp

  • 18

    LITTRATURE N 140 -DC. 2005

    ANALYSE DU DISCOURS ET SOCIOCRITIQUE

    comme notions opratoires. Elle travaille sur un corpus d'histoire (le dis- cours de Turgot et parlementaires en 1776).

    Quelle unit thorique dans cette disparit? L'mergence d'un objet est une chose, le dveloppement de problmatiques en est une autre. Reste le sentiment, qu'exprimera d'ailleurs Mitterand ( nouveau) dans la clture du colloque, que:

    (...) l'analyse du discours en est encore chercher comment dterminer ses objectifs, ses mthodes, son langage (...) Visiblement, l'adhsion la plus nette s'est porte vers les communications qui, d'un ct proposaient les lments d'une grammaire du discours, quel que soit le producteur du discours-cible, et, d'un autre ct, cherchaient mettre en situation le discours par rapport ses dterminations, ses conditions de production, ou de gense, c'est--dire en fin de compte cherchaient valuer le plus lucidement possible l'enjeu du dis- cours. . . dsir gnral de dmystification des discours hgmoniques (p. 242).

    Les chercheurs l'poque ne pratiquent pas la langue de bois et avouent les mandres thoriques, les difficults de constitution de disci- plines carrefours.

    Mais lorsque Henri Mitterand, prsent aux deux colloques, publiera en 1980 Le discours du roman , il va tisser troitement les liens entre approche sociocritique du texte et socle de l'analyse du discours.

    Quelles sont les nouvelles perspectives ouvertes? Le dplacement terminologique, du texte au discours est relay par des dplacements thoriques, pour sortir, dit Mitterand, d'une sociocritique troite: il plaide pour des rapprochements thoriques entre analyse littraire et du dis- cours et fait rfrence des concepts de l'AD comme le prconstruit, citant R. Robin: Le prconstruit renvoie ce que chacun sait, aux con- tenus de la pense du "sujet universel" (p. 89). Cette notion devrait permettre d'valuer, poursuit Mitterand, le rapport entre les structures discursives et la conjoncture idologique et de mettre sur pied une thorie matrialiste du discours. Il entend s'acheminer vers une sociocritique des totalits (signifiant une sociocritique des intertextualits), o se mlent tude de la polyphonie, de l'interdiscursivit (au sens proche d'intertex- tualit) pour comprendre comment s'engendre et se distribue le sens d'un texte sur un certain palier de sa lecture q...

Recommended

View more >