Jean-Pierre Le Goff « Jusqu'où ira le PS dans cette ... ?· C'est malheureusement ce ... l'on puisse…

  • Published on
    10-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • VOX SOCIETEVOX SOCIETE

    Jean-Pierre Le Goff : Jusqu'o ira le PS dans cette politique de l'autruche bte, moraliste etautoritaire

    http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2015/03/20/31003-20150320ARTFIG00291-jean-pierre-le-goff-jusqu-o-ira-le-ps-dans-cette-politique-de-l-autruche-bete-moraliste-et-autoritaire.php

    FIGAROVOX/ENTRETIEN -L'crivain et le sociologue analyse l'tat de la socit franaise deux mois aprs le 11FIGAROVOX/ENTRETIEN -L'crivain et le sociologue analyse l'tat de la socit franaise deux mois aprs le 11

    janvier et la veille des lections dparmentales.janvier et la veille des lections dparmentales.

    LE FIGARO. - En deux mois la France LE FIGARO. - En deux mois la France est passe du 11 janvier la campagne des lections dpartementales. est passe du 11 janvier la campagne des lections dpartementales. Tout est redevenu comme avant?Tout est redevenu comme avant?

    Jean-Pierre LE GOFF. - Aprs les vnements de janvier, nous avons assist une prise de conscience des dangers du terrorisme islamisteet de l'islamisme radical. La mentalit anglique et pacifique en France a t branle. Les diverses mesures prises par le gouvernementet les nouvelles lois en matire de scurit discutes au Parlement en tmoignent. Mais cela ne veut pas dire pour autant que cettementalit ait disparu. Elle se redploie dans le champ intellectuel et mdiatique, sous les formes renouveles d'une fraternit universellequi plane dans les nues et d'un cumnisme mou qui vite soigneusement les questions qui fchent. La ncessit imprative decombattre les germes de guerre civile et la volont d'unifier le pays ne doivent pas conduire un nouveau consensus informe qui noie lepoisson et ne rgle rien.

    On invoque l'esprit du 11 janvier et on remet le couvercle sur le dbat d'ides par peur de diviser et de discriminer. En mmetemps, le dbat et la confrontation intellectuelle sont placs sous la surveillance d'associations communautaristes qui se sont faites lesdpositaires de la morale publique et n'hsitent pas porter plainte pour un oui ou pour un non. C'est malheureusement ce qu'encourageune nouvelle fois le gauche au pouvoir au nom de la lutte contre les discriminations, renforant ainsi l'enfermement dans une mentalitvictimaire d'une partie de nos compatriotes musulmans. La politique de l'aveuglement volontaire et l'incohrence pratiques au nom debons sentiments n'ont donc pas disparu. Elles aboutissent dnier ou minimiser tout prix les problmes qui, n'ayant pas trouv leurscanaux d'expression dans un cadre dmocratique qui les rend intelligibles et les civilise, reviennent par la fentre sous la forme dudfoulement populiste et de l'extrmisme.

    La campagne du PS s'est concentre La campagne du PS s'est concentre

    Crdits photo : CHARLY TRIBALLEAU/AFP

  • La campagne du PS s'est concentre La campagne du PS s'est concentre sur le Front national et les valeurs rpublicaines menacessur le Front national et les valeurs rpublicaines menaces tait-ce opportun?tait-ce opportun?

    Tout d'abord, ces lections dpartementales ont un caractre quelque peu surraliste: aprs avoir annonc la mort prochaine desdpartements et des conseils gnraux il y a moins d'un an, les Franais sont invits voter des lections dpartementales quiremplacent les lections cantonales pour lire un binme homme-femme dont le citoyen ignore le pouvoir exact dans le cadre dedpartements dont on n'a pas encore bien dfini les comptences Sans prtendre que ce seul facteur explique l'abstention, le moins quel'on puisse dire c'est qu'il ne cre pas forcment une forte envie d'aller voter. Contre l'abstention, le responsable du Parti socialiste et descologistes ont envisag un outil miracle: rendre le vote obligatoire qui, aurait le pouvoir de rconcilier les Franais avec la politique etferait reculer le Front national Jusqu'o ira le Parti socialiste dans cette politique de l'autruche bte, moraliste et autoritaire?

    Peut-on penser que le FN tire bnfice de ce cl imat?Peut-on penser que le FN tire bnfice de ce cl imat?

    sa grande satisfaction, le FN est dsormais plac au centre des dbats politiques, mdiatiques et des dners en ville. La rhtorique del'antifascisme pour tenter de remobiliser une gauche divise et faire apparatre la droite comme l'allie naturelle du FN fonctionne contre-emploi en renforant le vote protestataire chez les lecteurs. De son ct, le prsident de la Rpublique consulte tour de braspour tablir une nouvelle synthse entre courants et allis potentiels promettant des places ministrielles, comme au bon vieux tempsde la IVe Rpublique et du Parti socialiste. Comment voulez-vous que les Franais reprennent confiance dans la politique avec cette formede mitterrandisme petits pieds? Un tel dlitement brouille les enjeux lectoraux, instrumentalise le suffrage universel et le Frontnational des fins troitement politiciennes, sur fond de chmage de masse, de crainte de nouveaux attentats terroristes islamistes etd'exacerbation des tensions au sein de la socit.

    La droite en profite?La droite en profite?

    La droite aurait tort de renvoyer simplement la balle dans l'autre camp avec des formules chocs l'emporte-pice, du genre FNPS quirjouit peut-tre l'entre-soi des militants et alimente les grands mdias, mais qui donne une pitre image de la politique. Le FN estdevenu le trou noir d'une dliquescence de la politique, absorbant une bonne partie du ras-le-bol, des rancurs, des ressentiments,des logiques de bouc missaire qui se sont installs dans la socit, tandis que les partis traditionnels en font un point de fixationparalysant qui les entrane dans une spirale dont il n'est pas sr qu'ils se relveront.

    De drapages en polmiques, la survei l lance de la parole s'est-el le renforce?De drapages en polmiques, la survei l lance de la parole s'est-el le renforce?

    Avec la crainte du terrorisme et de l'extrmisme islamiste d'un ct, et la monte du Front national de l'autre, la crispation et la tensionse sont accentues. Un climat de confusion, de stress et de mfiance, au plus prs des affects, est palpable. Dans cette situation, sur leplan politique, mais aussi sur le plan intellectuel, il peut paratre aujourd'hui plus difficile de dire les choses clairement et de rendreintelligible ce qui se passe. Beaucoup peut-tre n'en pensent pas moins, mais ils craignent encore de passer publiquement pour desislamophobes ou des partisans du FN, des ractionnaires ou des pessimistes aux yeux des conformistes qui refusent de regarder laralit en face ou prfrent l'dulcorer. Contre ces lchets qui s'accompagnent souvent de confusion intellectuelle, il s'agit de ne pasnoyer le poisson sans pour autant verser dans une ractivit motionnelle qui glisse vite dans la logique du bouc missaire. Il peutparatre difficile d'occuper une telle position dans le climat actuel, mais il me semble que la politique en sortirait grandie si elle faisaitvaloir clairement un tel positionnement.

    C'est l'inverse qui s'est pass avec les dclarations du premier ministre au lendemain des attentats de Charlie Hebdo sur la France, quin'est pas celle de Michel Houellebecq et plus rcemment avec ses propos sur Michel Onfray. Ces dclarations imbciles auxquelless'ajoute l'usage de notions telles que apartheid, politique de peuplement ou encore fascisme islamique en disent long sur un tatde confusion et de dculturation d'un discours politique qui s'exprime dsormais dans une logique ractive de communication qui fait fide l'importance symbolique du langage et de ses effets dans l'espace public. Cette dstructuration des significations est d'autant plusgrave qu'elle s'exerce dsormais aux plus hauts sommets de l'tat.

    Vous disiez au moment de l 'affaire Leonarda que nous assistions Vous disiez au moment de l 'affaire Leonarda que nous assistions l 'autodestruction de la pol it ique. l 'autodestruction de la pol it ique. Qu'en est- i l?Qu'en est- i l?

    L'motion et la compassion victimaire sont devenues des modes privilgis d'expression dans l'espace public et mdiatique. Laproximit motionnelle et sentimentale, la volont d'apparatre tout prix comme tout le monde nuisent gravement la spcificit et la crdibilit de la politique. Elles ne rapprochent pas des citoyens mais rduisent le responsable politique une normalitpsychologique qui le dpouille de toute dimension institutionnelle, position favorable au harclement et au lynchage dans les mdias etsur les rseaux sociaux o les nouveaux sans-culottes postmodernes sont lgion.

    Ce dshonneur et cette autodestruction de la politique accompagnent une rosion de la dontologie journalistique et des nouveaux modesde fonctionnement des mdias. Les grands mdias audiovisuels et les rseaux sociaux s'emballent la moindre petite phrase dans unecourse effrne l'audience. Il y a un ct drisoire et pathtique dans tous ces pseudo-vnements qui, avec les faits divers en srie,ramnent le dbat public et politique son plus bas niveau. Les politiques qui entendent faire valoir leurs arguments et leurspropositions ont du mal les faire entendre face des journalistes qui coupent sans arrt la parole, zappent grande vitesse d'un sujet un autre sans souci de cohrence et d'ordonnancement. Il en va de mme dans des missions de dbat entre journalistes ou entreintellectuels, quand ils sont anims par des animateurs vedettes qui font valoir sans plus de retenue ce qui leur passe par la tte.

    Cette drive ne date pas d'hier?Cette drive ne date pas d'hier?

    Il me semble que depuis les attentats terroristes du mois de janvier et la polarisation autour du Front national, les dbats publics etmdiatiques ont pris une allure plus stresse. Des journalistes comme leurs invits se mettent parler de plus en plus vite, se coupentconstamment la parole dans une lutte o se mlent la valorisation des ego et l'affirmation premptoire d'opinions. Il n'y a nulle fatalit ce que ce genre de discussion de bistrot continue, pour autant que des hommes politiques, des journalistes et des intellectuels refusent cegenre de fonctionnement, en montrant par leur attitude qu'il est possible de mener des dbats calmes, arguments et clairants, commecela arrive encore dans certains dbats la radio et la tlvision. Dans ce cas, la dontologie professionnelle et la culture de l'animateurou de l'interviewer comptent beaucoup. Je suis inquiet du dveloppement de l'inculture, de l'-peu-prs et du parti pris dans la diffusionde l'information. Le modle du journaliste justicier dmasquant les mensonges du pouvoir et des puissants s'est rpandu dans les mdias,y compris au sein des services publics, qui en ont fait un nouveau hros de la modernit.

    Les pol it iques devraient refuser certaines missions?Les pol it iques devraient refuser certaines missions?

  • Les pol it iques devraient refuser certaines missions?Les pol it iques devraient refuser certaines missions?

    Si l'usage de ces moyens d'information et de communication, la connaissance de la personnalit des responsables politiques et descandidats me paraissent faire partie des conditions de l'exercice politique dans les dmocraties modernes, encore s'agit-il de ne pass'aplatir devant des animateurs vedettes qui cherchent systmatiquement piger l'interlocuteur ou le dstabiliser par la drision enmlangeant indment les genres entre vie prive et vie publique. On assiste encore chaque semaine ce triste spectacle o des politiquesen plateau sont les proies d'une drision adolescente ou de journalistes militants. Ce phnomne me parat renvoyer, l aussi, audveloppement d'un individualisme egocentr qui, selon moi, n'est pas sans rapport avec le nouveau terreau ducatif et la pdagogiemoderniste qui svit depuis des annes l'cole.

    Votre propos ne r isque-t- i l pas Votre propos ne r isque-t- i l pas une nouvel le fois d'apparatre une nouvel le fois d'apparatre comme pessimiste?comme pessimiste?

    Mon propos n'est pas si pessimiste qu'il y parat, car je suis persuad que nous arrivons la fin d'un cycle historique, mme si nous nevoyons pas encore merger clairement un renouveau. En 2005, j'avais caractris la campagne prsidentielle comme une catharsis pourun changement d'poque (La France morcele, Folio, 2008). Nous n'avons pas encore chang d'poque et la catharsis a toujours lieu avecune liquidation chaotique et un rglement de comptes des problmes accumuls depuis des annes. J'espre que les dbats politiques enliaison avec les lections prsidentielles seront l'occasion de prendre de la hauteur et de rarticuler la politique l'histoire autour deprojets qui ne soient pas purement gestionnaires et comptables. Je crois qu'il est vraiment temps de changer d'poque en menant unvritable travail de reconstruction, faute de quoi la France sera de plus en plus ingouvernable, livre au chaos des ides et tous lesextrmismes avec une Europe coupe des peuples et impuissante.

    Vincent Tremolet de Villers