Joyce Maynard / La Croix
Joyce Maynard / La Croix
Joyce Maynard / La Croix
Joyce Maynard / La Croix

Joyce Maynard / La Croix

  • View
    221

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Entretien de Joyce Maynard pour son livre "Une adolescence américaine" (Editions Philippe Rey) dans La Croix.

Text of Joyce Maynard / La Croix

  • Livres & ides

    RENCONTRE Une adolescence amricaine valut Joyce Maynard la clbrit 18ans, et sarencontreavec J. D. Salinger, lcrivain devenu une lgende vivante. Retour sur une vie hors des sentiers battus

    Une vie avant et aprs Salinger

    C

    ertains crivains m-nent une vie calme etordonne pour mieuxcoucher sur le papierla violence et le d-sordre. LexistencedeJoyceMaynard atoutdun roman plein de

    chaos et de rebondissements. Manifes-tement heureuse dtre de passageenFrance, celle que lon a surnomme laFranoise Saganamricaine, sponta-ne et chaleureuse, revient sur un par-cours hors du commun o plusieursreprises dautres se sont appropris savie.

    Ne en 1953, JoyceMaynard granditdans le minuscule tat du New Hamp-shire, dans le nord-est destats-Unis, siconservateur que lon ny prlve pasdimpts sur le revenu. Les coles sontsansmoyens,et les enseignants,commeson pre professeurdanglais luniver-sit, sont fort mal pays. Samre passeson temps courir aprslargent.Docteuren littrature anglaise,ellenapas ledroiten tant que femme marie detravailler la facult. Elle vend des encyclopdiesen faisant du porte--porte, donne descours danglais domicile, rdige deschroniquespour desmagazinesfminins.Surtout elle reporte sesambitions sur sesfilles : Rona, lane, et Joyce, la goodgirl , qui sapplique faire plaisir toutle monde. La cadette se sent la garantedu bien-tredesonprealcoolique,artisteen mal de reconnaissance: elle doit tresuffisammentdistrayantepour lempcherde boire. Pour combler samre, ellecrit

    des textesquelle lit haute voix dans lesalon sesparents, brillants intellectuelsptris de frustrations qui la conseillent,la corrigent, lencouragent. Ds 13ans,elle propose des articles au magazineSeventeenpour lequel elle ira interviewerla fille du prsident Nixon la Maison-Blancheet intgrerale jury dun concoursde beaut afin den rendre compte. 18ans, peine admise Yale, elle

    envoie sanshsitation une lettre au NewYork Timespour suggrerquon lui com-mande un article sur sa gnration. Jentaispascapable deparler un garon,maisma mremavaitdonnla confianceenmoi ncessairepour crireetme lancer.Cestun trsgrand cadeau. Larticlepa-rat le 23avril 1972dansle NewYorkTimesMagazine avecsa photo en couverture.Pleine dun aplomb tranquille, la jeunefille timide sefait avectalent lavoix desagnration, mme si son texte sachvesur cestranges lignes prophtiques :Commecertainsprparentleurvieillesse,jeprpare mesvingt ans.Une petite mai-son,un bon fauteuil, la paix et le silencela retraite parat tentante. Dans lesjours qui suivent, elle reoit des sacsen-tiers de courrier: lettres de soutien, decolre,damour, propositions pour la ra-dio, la tlvision, le cinma (dont un rledans le film LExorciste, quendosseraLinda Blair). Deux missives retiennentparticulirementsonattention: unditeurlui demandede dvelopperson articleenun livre; un correspondantlamet engardecontre la foule de sollicitations qui vontlui parvenir, recommande la mfiance lgard des diteurs, veut la persuader

    Tous droits de reproduction rservs

    Date : 13/06/2013Pays : FRANCEPage(s) : 14,15Rubrique : Livres; idesDiffusion : 96262Priodicit : QuotidienSurface : 80 %

    EDITIONS PHILIPPE REY

  • quelle est un vritable crivain et signeJ.D. Salinger.

    Contrairement laplupart destudiantsdeson ge,JoyceMaynard napaslu LAt-trape-curs , mais elle ne peut ignorerqueson mythique auteur achoisi devivreisol, loin de sescontemporains. Elleestimmdiatement frappepar limpressionquil laconnat. Cenestpas sonnom quima touche (John Lennon maurait faitplus grande impression), mais sesmots,explique JoyceMaynard. Jecherchaisunguide, presque une religion. Sengageune correspondance. Jerry, comme illengage lappeler,dit deux quils sontdes landsmen, un mot yiddish quisignifie pays, des personnes dela mme rgion. La jeune fille seconfie, avecpour lapremire fois lesentiment de ne pas avoir dissi-muler son identit. Salinger luidonne beaucoup de conseils, touten lui recommandant de ne pascouter les autres,de ne suivre quesa voie. Aux lettres quotidiennes,sajoutent les appels tlphoniqueset lesvisites lamaison deCornishdans le New Hampshire o il vit enquasi-reclus. Le premier jour de larentre Yale, ltudiante aban-donne tout pour allersinstallerchezSalinger.

    La good girl se coule dans la viede lcrivain gde 53ans, ne voitplus personne, se plie de dras-tiques rglesalimentaires,sesoignepar lestraitements homopathiquesquil lui prescrit, passedes heures regarder la tl sescts.Plusquamoureuse,jtaisenadoration.Jevoulais lui faire plaisir, mais ctaitimpossible.Lescritiques pleuvent,dautant quelle rdige le manuscritcommand par lditeur. la de-mande de Salinger,elle tait tout cequi le concerne. Il ne cessaitdednigrer ceque jcrivais et rejetaitlide quejepuissepublier celivre.En mars1973, trois semainesavant

    laparution, lors devacancesen Flo-ride, il la congdiebrutalement sansexplication. JoyceMaynard annuleles interviews la tlvision et latourne des libraires, achte avecsesdroits dauteur une maison iso-le dans le New Hampshire pour yvivreseuleloignede tous.Jtaisbrise,sesouvient-elle. De sath-bade, toujours estampille voixde sa gnration, elle enregistrepour la radio des chroniques sur lemonde

    Aprs trois ans de cette retraite,ellesinstalleNewYorket dcrocheun job de reporter au New YorkTimes. Mais sonhistoire bgaie: ellequitte tout pour revenirdans samai-son du New Hampshire avecSteve,un artiste dont elle sestprise.Ma-riage, enfant, tout va trs vite. Maisle jeune pouxchouefaire recon-natre son talent. Joyce Maynardsescrimesubvenir aux besoinsdeson mnage avecsesarticles. Mredune fille, elle rvedun autre en-

    fant. Steve nen veut pas : ils sont tropfauchs,elle doit travailler. Alors elle d-cide de gagner ( to earn) ce bbavecun livre. Endeux semaines,en 1981,ellecrit son premier roman, Baby love, pourlequel elle trouve sansdifficult un di-teur.Aprs ce deuxime enfant, viendraun troisime. Ce rle de mre lpanouitau point de faire de sa vie de famille lesujet de chroniques qui sont publiesdansune quarantainedejournaux pppppp travers lestats-Unis. Desmil-lions delecteurslisent lespetiteshistoireset lesanecdotesde son quotidien quellelivre avechumour et talent, en attnuanttoutefois lesconflits conjugaux. En1990,lecouple voleenclats.Plusieurssupportsne la jugent ds lors plus comptentepour crire sesarticles. Aprs la spara-tion, elle sattelleen 1992un nouveauroman, Prte tout , adapt au cinmapar Gus Van Sant avecNicole Kidman laffiche. Suivent dautres fictions, dontles derniers, Long week-endet LesFillesde louragan , paraissent en France aux

    Tous droits de reproduction rservs

    Date : 13/06/2013Pays : FRANCEPage(s) : 14,15Rubrique : Livres; idesDiffusion : 96262Priodicit : QuotidienSurface : 80 %

    EDITIONS PHILIPPE REY

  • ditions Philippe Reyet chez10/18. Re-viennent sous sa plume des thmescomme ladolescence, la rclusion, lessecrets

    Entre-temps, en 1998,elle apubli uneuvre cl: sesMmoires. Quand mafille a eu18ans, je nallais pas bien. Uncopain ma demand cequi staitpassquand javais18ans. Salingermavait faitjurer denepas jamais parler denotre re-lation; pendant vingt-cinqans jai tenuparole. Mais il fallait queje revisite cettepriodede ma vie.Jeneme suisplus sen-tie lie par ma promessedeprotger sessecrets.Mon sensdela protection estpassdu grandhomme la jeunefille que javaist. Plus que le rcit de sesamours etdboires avec Salinger, At home in theworld estune autobiographie captivante.Pourtant les critiques se dchanent :comment cette bad girl ose-t-ellesenprendre lafigure mythique deSalinger?Un adjectif revient:shameless,honte,sans vergogne alors qu lire la tra-duction publie en France en 2010, Etdevantmoi, lemonde,on estfrapp,mmesi elle ne cache rien, par la pudeur decetteexplorationsanspathosni rglementde compte. Auxtats-Unis, louvrage faitscandaleau point que lesagentsrefusentdetravailler avecJoyceMaynard etquunditeur lui proposedepublier sonromansuivantsouspseudo.Sidvastequelleait t par ce dchanement contre sonlivre,JoyceMaynardcommente: Lcrirefut librateur.

    Dsormaispluscrivainquejournaliste,ellepartage son temps entre la Californieet le Guatemala o elle organise desate-liers dcriture autobiographique. Depuis2009,leseauxdu superbelac Atitlan auprsduquelelle vit sont montes desixmtres. cerythme,ma maison serasubmer-ge dici deux ou troisans , explique-t-elleavant de balayer la tris-tessedun sourire: Cestune bonne leon de vie:perdrefait partie de lex-

    priencedevieillir. Sou-vent dans ses romans,JoyceMaynard a dcrit des repas en fa-mille dans la douceur du foyer observsparunepersonnedanslarue. Cettescneexprimait la qute du bonheur et dunefamille. Maintenant jesuis lintrieur dela maison et non plus dehors.Lcrivainva bientt semarier. Cette fois, cestpro-mis, elle nabandonnera pas tout poursinstaller avec son amoureux dans uncoin perdu du New Hampshire.

    CORINNERENOU-NATIVEL

    Je ntais pascapable de parler un garon, maisma mre mavaitdonn la conanceen moi ncessairepour crireet me lancer.

    BABYLOVEdeJoyceMaynardTraduit de langlaistats-Unis par Mimi Perrin,d.Philippe Rey,240 p., 18 DDans une petite ville du New Hampshire, quatre jeunes lles, plusadolescentes quadultes, sont confrontes une grossesse non dsire,fruit damours durables ou fugitives. Sandy rve de Mark en mari attentionnet pre combl, mais il stiole dans une vie de couple laquelle il nest pasprt. Sans illusion sur le pre de sa lle, Tara lve son bb dans le bonheur dece lien qui lpanouit et la fait grandir, tandis que Wanda est tout encombrede son enfant quelle comprend mal. Jill, convaincue dtre enceinte,essaie den persuader son petit ami tout en cachant sa grossesse ses parents.Deux femmes peine plus ges sinstallent dans la mme ville. Carla,une journaliste new-yorkaise, veut se ressourcer au calme quelques moisavec son mari artiste. Ann vit dans une maison isole pour tenter doublier sarupture avec un professeur de fac. Les scnes se suivent comme des vignettes,