Les footballeurs algériens en France à l'épreuve des identités ...

  • Published on
    05-Jan-2017

  • View
    216

  • Download
    2

Embed Size (px)

Transcript

  • 1

    Les footballeurs algriens en France lpreuve des identits nationales

    Yvan Gastaut Universit de Nice

    Ds sa mise en place en 1932, le football

    professionnel franais a accueilli de nombreux joueurs

    venus des colonies parmi lesquels un bon nombre tait

    issu des milieux indignes. Au sein des clubs et

    davantage encore au sein de lquipe de France pour

    quelques cas rares mais significatifs, la place de ces

    joueurs avait une connotation toute particulire,

    renvoyant la problmatique de lorigine nationale

    structure autour des enjeux de la colonisation puis de

    la dcolonisation. Le regard curieux port par les

    Franais sur ces sportifs des colonies, ajout la

    complexit de leur parcours personnel, informe sur les

    ambiguts de la socit franaise lgard de ses

    sujets indignes puis de ses immigrs ou enfants

    dimmigrs. Au mme titre que les populations enrles

    dans larme franaise lors des deux conflits mondiaux,

    il sagissait de vrifier leur attachement la France

    travers leur contribution, quand leur talent le permettait,

    aux rencontres internationales. Ltude de ce petit

    nombre de footballeurs ayant eu le mrite et la chance

    daccder au rang de vedette, donne galement des

    cls de comprhension sur la charge symbolique que

    doit supporter le footballeur indigne ou issu de

    limmigration en mtropole, mis au service de discours

    identitaires divers et parfois contradictoires en fonction

    des contextes historiques.

    Le cas du Maghreb o le football sest

    dvelopp rapidement la suite de la mtropole et

    notamment de lAlgrie est particulirement significatif.

    La spcificit des joueurs algriens ou dorigine

    algrienne en France rside dans la permanence dun

    rapport compliqu aux origines qui correspond la

    construction dun foss symbolique entre la France et

    lAlgrie. Si la ralit a toujours t diffrente, dans la

    mesure o une circulation des footballeurs

    professionnels algriens entre le sud et le nord de la

    Mditerrane sorganisait sur le modle dun march du

    travail, en matire dquipe nationale une tension a

    toujours exist autour du choix des joueurs entre

    France et Algrie. Lvitement mutuel des deux pays sur

    le plan des rencontres internationales ne fait que

    confirmer une tendance laffrontement larv inscrit

    dans la longue dure, hritage des rancurs lies la

    guerre dAlgrie.

    I Une proximit mal assume

    Intimes pendant plusieurs dcennies, la France

    et lAlgrie nont jamais pu se retrouver sereinement

    opposes sur un terrain de football. Pourtant dans les

    dpartements algriens, le football tait pratiqu en

    grand nombre par les Europens qui acceptrent au

    bout de quelques temps la prsence dindigne dans

    leurs rangs de mme que les clubs en mtropole,

    notamment dans sa partie sud, ont assez vite enrl

    des footballeurs indignes. La Guerre dAlgrie allait

    stopper provisoirement la circulation de ces footballeurs

    professionnels tout en creusant durablement le foss

    entre les deux quipes nationales.

    Un difficile face face entre quipes nationales

  • 2

    Pendant la priode coloniale, sil nexistait

    videmment pas dquipe nationale algrienne jusquau

    fameux onze de lindpendance en 1958, des

    oppositions ont pu exister sur le terrain, jamais

    officielles, entre des quipe de France B et des

    slections locales : slections de la ligue dAlger,

    slections dites nord-africaines , algriennes ou

    dune localit. La plupart du temps ces quipes

    provinciales taient composes dindignes mais pas

    toujours de manire exclusive. Elles pouvaient aussi

    compter dans leurs rangs des europens : aucune

    distinction nationale ne soprait dans le cadre de ces

    rencontres ponctuelles envisages davantage comme

    des oppositions entre les meilleurs lments locaux

    sans distinction dappartenance et une slection

    nationale. Si cette mixit tait parfois accepte dans le

    football et le sport en gnral notamment lorsquil

    sagissait de rencontres amicales ou de prparation,

    elle ne ltait plus en matire de vie politique ou

    conomique.

    La premire vritable rencontre ayant la saveur

    dune opposition nationale sest droule curieusement

    en 1954, quelques mois avant le dbut de linsurrection

    de la Toussaint rouge : une slection nord-africaine

    emmene par linternational en fin de carrire, Larbi Ben

    Barek portant le brassard de capitaine bat lquipe de

    France A par 3 buts 2 dans le cadre de la

    prparation de cette dernire la Coupe du monde de

    1954 se disputant en Suisse. Lquipe tricolore

    comptait dans ses rangs deux titulaires qui auraient pu

    faire partie de la slection nord-africaine : le Marocain

    Abdherramane Majhoub et lAlgrien Abdelaziz Ben

    Tifour.

    Aprs lindpendance, la frquence des

    oppositions nationales entre la France et lAlgrie

    naugmenta pas : au manque de volont partag de se

    rencontrer sur le terrain, sajouta labsence doccasion

    dtre adversaires dans les comptitions internationales,

    la France faisant partie du groupe Europe et lAlgrie

    du groupe Afrique . Les seules oppositions possibles

    auraient pu avoir lieu lors des Coupes du monde 1982

    et 1986 o les deux slections taient prsentes, mais

    le hasard ne la pas permis. Cependant en deux

    occasions, France et Algrie furent amenes se

    rencontrer dans le cadre dune comptition officielle,

    lors des Jeux mditerranens de 1967 et de 1975, non

    sans tensions.

    La premire, aux Jeux de Tunis, qui se solda

    par une victoire 3 buts 1 de lquipe de France

    amateur sur lquipe dAlgrie A en poules

    qualificatives, fut mal digre du ct algrien. Le

    slectionneur fut immdiatement renvoy aprs ce qui

    avait t vcu comme un affront quelques annes

    aprs les Accords dEvian : une dfaite, certes, mais de

    surcrot contre une quipe de France de second plan.

    La seconde aux Jeux dAlger se droula dans

    un contexte singulier. Quelques semaines aprs la visite

    officielle de Valry Giscard dEstaing, premier chef

    dEtat franais reu Alger depuis lindpendance, la

    finale du tournoi de football opposa une quipe

    dAlgrie galvanise par son public et par la prsence

    dans la tribune officielle du prsident Houari

    Boumediene une quipe de France amateur qui

    comptait dans ses rangs Michel Platini. Le scnario de

    la rencontre attisa les ractions passionnelles latentes

    des 70.000 spectateurs : aprs avoir t longtemps

    mene la marque, lAlgrie galisa en toute fin de

    rencontre et marqua un but dcisif durant la

    prolongation, lemportant ainsi 3 buts 2. Le public

    chavira et une liesse sempara de la ville dAlger :

    dfils, concerts de klaxon, scnes de joie

    accompagnrent la victoire algrienne comme aux

  • 3

    premiers jours de lIndpendance. Cet vnement tait

    peru comme une occasion de plus daffirmer

    lindpendance algrienne vis--vis de la France.

    La seule vritable rencontre officielle a t un

    gchis : le 6 octobre 2001, en guise de lancement de

    lanne de lAlgrie en France, une rencontre

    amicale France-Algrie fut programme Paris, au

    Stade de France1 : la rencontre alimenta la passion de

    part et dautre de la Mditerrane plusieurs semaines

    lavance, entre joie et inquitude dans le contexte dune

    quipe de France flamboyante aprs ses succs la

    Coupe du monde 1998 et lEuro 2000 et quelques

    semaines aprs les attentats terroristes frappant les

    Etats-Unis. Alors que la supriorit de lquipe de

    France sexprimait sur le terrain quinze minutes de la

    fin (4 buts 1), lambiance autour du match dgnra :

    Marseillaise siffle, ministres et officiels conspus,

    bagarres. Puis un scnario imprvu vint perturber la fin

    de la rencontre : plusieurs dizaines de spectateurs pour

    la plupart des jeunes issus de limmigration, se jourent

    du service dordre, pntrrent sur la pelouse

    provoquant linterruption dfinitive de la partie. Ce

    fiasco que le Prsident de la Fdration franaise

    Claude Simonet aura bien du mal surmonter, tait de

    taille dans la mesure o jamais un match officiel navait

    t arrt avant son terme depuis la cration de la FFF

    en 1904. La tournure vnneuse de la rencontre suscita

    une vive motion bien au-del du milieu sportif au sein

    des opinions publiques franaises et algriennes qui

    relancrent le dbat sur lintgration et lidentit

    nationale2. A Libration qui avait donn la pleine mesure

    des enjeux de la rencontre en titrant sur sa premire

    page le jour du match : France-Algrie, quarante ans

    darrts de jeu 3, Marianne rpondit sous la plume de

    Christine Clerc en voquant les enfants du divorce

    qui avaient interrompu la rencontre alors que Le Monde

    estimait que la rencontre France-Algrie de la

    rconciliation restait jouer4.

    Une intense circulation vers la France lchelle des clubs

    Malgr limpossibilit de se rencontrer sur un

    terrain de football lorsquil sagissait des quipes

    nationales, la prsence de footballeurs venus dAlgrie

    tait apprcie au niveau des clubs de mtropole ds la

    fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour les joueurs

    devenus force de travail plutt que reprsentants dune

    nation, le problme identitaire taient moins prgnant

    cette chelle.

    Aux dbuts du football professionnel, lintrt

    des clubs de mtropole stait dj port sur quelques

    talents venus dAfrique du Nord susceptible dtre

    slectionns en quipe de France. Alfred Wahl a bien

    montr le caractre spectaculaire du dveloppement du

    football en mtropole et dans les colonies par

    lintermdiaire des Europens, Franais, Espagnols,

    Italiens, Maltais. Si au dbut, les indignes taient

    totalement exclus de cette pratique, peu peu des

    lments autochtones furent introduits dans certaines

    quipes partir des annes trente et surtout quarante.

    Le premier cas dun footballeur originaire

    dAfrique du Nord en quipe nationale fut celui dun

    pied-noir, Alexandre Villaplane en 19265. Celui-ci avait

    t remarqu lors dune victoire retentissante de sa

    slection dAfrique du Nord sur lquipe de France B

    Ste en 1925. Les premiers cas de footballeurs

    indignes ne sont gure plus tardifs : Said Bennouna

    originaire dOrlansville (El Asnam), brillant meneur de

    jeu de lquipe de Ste en 1934 fut retenu en 1936 en

    quipe de France pour jouer contre la Tchcoslovaquie

    tandis Abdelkader Benbouali, dfenseur du Racing

    Universitaire dAlger (RUA) connut la slection en 1937

  • 4

    alors quil venait de signer un contrat avec lOlympique

    de Marseille. Le plus clbre est le Casablancais Larbi

    Ben Barek surnomm la perle noire , autre joueur de

    lOlympique de Marseille, puis du Stade Franais aprs

    la Libration et titulaire de lquipe de France entre

    1938 (dfaite de lquipe de France 1 0 contre lItalie

    Naples) et 1954 alors quil ftait ses 40 ans.

    Limplantation des joueurs indignes tait

    surtout importante dans les clubs du sud de la France :

    Ste, Marseille notamment alignaient parfois jusqu

    sept joueurs originaires dAfrique du Nord. Alfred Wahl

    et Pierre Lanfranchi ont dnombr 40 joueurs venus de

    lUnion franaise ou des dpartements franais

    dAlgrie recruts entre 1945 et 1955 dont 23

    Algriens6. Parmi les plus clbres, Khader Firoud,

    originaire dOran fut un grand joueur puis lentraneur

    aux comptences reconnues du Nmes Olympique7.

    Il existait donc, ds les annes trente, une

    circulation des footballeurs professionnels de part et

    dautre de la Mditerrane, faite de va-et-vient

    incessants lis aux contrats et aux opportunits

    offertes8. La contribution des indignes ou des

    europens dAlgrie au football franais de haut niveau

    a t demble trs importante. Cet apport ne sembla

    pas jusquaux indpendances causer de prjudice

    moral, la question de lappartenance nationale ntant

    pas encore pose avec acuit.

    La guerre dAlgrie, moment dcisif

    La libre circulation des footballeurs de haut

    niveau a t contrarie par le conflit de dcolonisation

    et ses consquences. La question du choix de la patrie

    et donc de lquipe nationale a commenc se poser

    chez les Algriens voluant dans des clubs franais

    avec la radicalisation du mouvement de Libration.

    Ds le dbut de linsurrection, le football servit

    dinstrument de propagande pour le Front de Libration

    nationale (FLN). Par exemple, en mai 1956, deux clubs

    de Sidi Bel Abbs devaient se retrouver en finale de la

    coupe dAfrique du Nord. Le premier tait une quipe

    de pieds-noirs , le Sporting, alors que la seconde

    tait une quipe de musulmans , lUnion musulmane.

    Mais la rencontre neut pas lieu cause dune

    polmique lance autour du capitaine du Sporting,

    Henri Calatayut, sous le coup dune suspension mais

    qualifi malgr tout par la Ligue de football de lOuest,

    seule comptente pour les affaires concernant le

    football dans les dpartements algriens. LUnion

    musulmane criant linjustice, dclara forfait. Le

    FLN exploita cette affaire, ordonnant tous les clubs

    musulmans de se retirer des comptitions en signe

    de protestation.

    Dans un contexte daffrontement durci

    conscutif la Bataille dAlger en 1957, le FLN dcida,

    sous la houlette de lun des chefs de sa Fdration de

    France Mohammed Boumezag, de btir une quipe

    nationale algrienne compose de joueurs

    professionnels voluant dans les clubs franais. Le 13

    avril 1958, neuf des meilleurs joueurs algriens du

    championnat de France sensibiliss la cause

    rvolutionnaire, quittrent discrtement et

    clandestinement leur club et traversrent la

    Mditerrane pour rejoindre Tunis afin de constituer une

    quipe nationale algrienne. Cette affaire, une fois

    rvle, provoqua une vive motion dans les milieux du

    football franais et dans lopinion. Parmi ces joueurs se

    trouvaient Abdelaziz Ben Tifour, lment de lAS

    Monaco et titulaire de lquipe de France depuis 1954

    ainsi que Rachid Mekloufi qui avait port le maillot

    tricolore en quipe de France militaire9 et Mustapha

    Zitouni tous deux de lAS Saint-Etienne et inscrits sur

  • 5

    les tablettes du slectionneur Albert Batteux en vue de

    la Coupe du monde de 1958 qui allait se drouler en

    Sude.

    Pierre Lanfranchi a bien montr le rle important

    jou par Rachid Mekloufi qui avait le statut de vedette et

    qui est devenu lun des symboles du mouvement de

    Libration nationale, alors que quelques mois plus tt

    en juillet 1957, il remportait avec lquipe de France

    militaire le championnat du monde en Argentine.

    Toutefois Mekloufi a essentiellement vcu la guerre sur

    les terrains de football trangers et dans les htels

    internationaux. Dans son roman Le vainqueur de coupe,

    Rachid Boudjedra rendant hommage cette quipe,

    salua Mekloufi comme le footballeur de la

    Rvolution 10. Cette quipe nationale qui ne mit jamais

    les pieds en Algrie et ne joua jamais sur son sol

    jusqu lIndpendance disputa 91 matches

    internationaux de 1958 1962. Considre comme

    historique par lEtat algrien, elle est rgulirement

    honore et fte comme un lieu de mmoire par la

    Fdration Algrienne de Football11.

    Pass le moment dlicat de la guerre, la

    circulation des footballeurs algriens de haut niveau

    pouvait reprendre entre Algrie et France. Mais un

    problme nouveau se posa en matire dappartenance

    nationale et du choix de celle-ci. La dualit franco-

    algrienne fortement ressentie par ces footballeurs ne

    pouvait pas sexprimer dans toute sa complexit

    lorsquil fallait rpondre aux slections nationales : il

    fallait...