Revue Reach Hiver 2012

  • Published on
    24-Mar-2016

  • View
    222

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Mysterieuses questions microbiennes plus incursion dans le cerveau des nouvelles-nes et changements climatiques et evolution humaine.

Transcript

<ul><li><p>MYSTRIEUSES QUESTIONS MICROBIENNES PLUS</p><p>INCURSION DANS LE CERVEAU DES NOUVEAU-NS </p><p>CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET VOLUTION HUMAINE</p><p>H I V E R 2 0 1 2</p></li><li><p>TABLE DES MATIRES</p><p>1 Une rencontre mondiale extraordinaire</p><p>2 In memoriam Vignettes </p><p>3 Des chercheurs de lICRA font parler deux </p><p>5 Mise en lumire de mystres microbiens </p><p>8 Incursion dans le cerveau des nouveau-ns : que savent les bbs sur le langage?</p><p>10 Changements climatiques et volution humaine : regard sur le pass</p><p>12 largissement des horizons pour des chercheurs prometteurs </p><p>15 Investir dans lavenir</p><p>16 Cercle lunaire de lICRA </p><p>17 Donateurs de lICRA </p><p>20 Conseil dadministration de lICRA</p><p>Crer des connaissances qui largissent les possibilits humaines.</p><p>LICRA est un institut de recherche priv sans but lucratif </p><p>qui, depuis 30 ans, change lunivers de la recherche et </p><p>accrot la capacit de recherche au Canada. Nos chercheurs </p><p>travaillent actuellement de grandes questions qui </p><p>pourraient amliorer la sant humaine et lenvironnement, </p><p>transformer la technologie, favoriser la cration de socits </p><p>plus solides, rehausser notre comprhension de la culture </p><p>humaine et mme permettre de cartographier lUnivers. </p><p>Prs de 400 chercheurs de 16 pays participent nos quipes </p><p>de recherche avances multidisciplinaires, collaboratives </p><p>et au long cours. uvrent lappui de lICRA des </p><p>personnes exceptionnelles, des fondations, des socits, le </p><p>gouvernement du Canada et les gouvernements de lAlberta, </p><p>de la Colombie-Britannique et de lOntario. </p><p>E N P A G E C O U V E R T U R E</p><p>Image dun protiste recouvert de bactries capte laide dun </p><p>microscope lectronique balayage. Il ne sagit l que lun des </p><p>nombreux microorganismes complexes et magnifiques </p><p>tudis par Patrick Keeling et ses collgues de lICRA. Les </p><p>protistes constituent le groupe le plus vaste et le plus vari de </p><p>tous les eucaryotes (cellules dotes dun noyau). Dans ce cas </p><p>prcis, le professeur Keeling vise comprendre pourquoi des </p><p>bactries enveloppent le protiste comme sil sagissait dune </p><p>boule au rhum . </p><p>Source : Kevin Carpenter et Patrick Keeling</p><p>R E T O U R N E R L E S O B J E T S N O N D I S T R I B U A B L E S : </p><p>Reach, l'Institut canadien de recherches avances</p><p>180, rue Dundas Ouest, bureau 1400, Toronto (Ontario) </p><p>M5G 1Z8</p><p>Tlphone : (416) 971-4251 Tlcopieur : (416) 971-6169</p><p>Courriel : letterstoreach@cifar.ca</p><p>Web : icra.ca</p><p>Suivez-nous @CIFAR_News</p><p>NE-Numro dinscription 11921 9251 RR0001</p><p>Hiver 2012Volume 12, Numro 1</p></li><li><p>01</p><p>Pour la premire fois en </p><p>30 ans, le Canada sera lhte </p><p>de cette extraordinaire </p><p>rencontre de chercheurs, </p><p>dcideurs, ducateurs et </p><p>journalistes qui se runissent </p><p>chaque anne pour partager </p><p>de nouveaux rsultats et </p><p>parler denjeux mondiaux. </p><p>Plusieurs groupes dexperts </p><p>comptent des chercheurs de lICRA, et ce numro de la </p><p>revue Reach met en vedette certains de leurs travaux. </p><p>Nous mettons en lumire les travaux de Patrick Keeling, </p><p>biologiste et Boursier de lICRA qui, laide de nouvelles </p><p>techniques puissantes visant scruter lunivers </p><p>microbien, ralise des dcouvertes sur les protistes </p><p>microscopiques principalement des organismes </p><p>unicellulaires qui jouent un rle important dans le </p><p>maintien de la vie sur Terre. </p><p>Nous mettons aussi en vedette Janet Werker, </p><p>psychologue et Boursire de lICRA dont les travaux </p><p>claircissent le mcanisme dapprentissage du langage </p><p>qui se produit beaucoup plus tt que lon ne croyait. </p><p>Les recherches de la professeure Werker dmontrent </p><p>que dans les premiers jours de vie, les nouveau-ns </p><p>ragissent dj diffremment une langue familire </p><p>et une langue non familire. </p><p>Mark Collard, archologue travaille avec des </p><p>climatologues pour mieux comprendre comment les </p><p>changements climatiques lchelle plantaire ont </p><p>influenc lvolution humaine. Comme vous le verrez </p><p> la lecture de cet article, ces connaissances pourraient </p><p>se rvler fort utiles pour mieux comprendre les </p><p>mcanismes par lesquels notre environnement pourrait </p><p>influencer les humains lavenir. </p><p>LAAAS et lICRA sengagent tous deux favoriser le </p><p>perfectionnement professionnel des chercheurs. Ce </p><p>numro de Reach fait tat des occasions de recherche </p><p>et de leadership que permet lAcadmie des Boursiers </p><p>juniors de lICRA et met en lumire trois Boursiers </p><p>juniors exceptionnels. </p><p>Mme si nous ressentons encore cruellement la perte </p><p>de Fraser Mustard, entrepreneur intellectuel et fondateur </p><p>de lICRA, nous clbrons sa vision dun institut </p><p>mondial qui prconise la recherche interuniversitaire et </p><p>interdisciplinaire et qui explore les dfis scientifiques et </p><p>sociaux dimportance pour le Canada et le monde. Il est </p><p>tout fait opportun de commencer ce numro consacr </p><p> lAAAS, par un hommage un homme qui a accueilli </p><p>le monde au Canada et qui a offert aux chercheurs de la </p><p>plante un havre intellectuel au sein de lICRA. </p><p>Chaviva M. Hoek, O.C.Prsidente et chef de la direction et </p><p>Boursire de la Fondation Lawson</p><p>UNE RENCONTRE MONDIALE EXTRAORDINAIRE Des milliers de personnes de partout au monde vont se runir Vancouver </p><p>en fvrier 2012 pour participer la runion annuelle de lAmerican Association </p><p>for the Advancement of Science (AAAS) et lICRA sera de la partie. </p></li><li><p>02</p><p>Cest avec </p><p>tristesse que les </p><p>Canadiens ont </p><p>appris le dcs de </p><p>Fraser Mustard </p><p>en novembre </p><p>dernier. Homme </p><p>remarquable, </p><p>le professeur </p><p>Mustard a fond lInstitut et en a assur </p><p>la prsidence pendant les quatorze </p><p>premires annes. Tout au long de </p><p>sa vie, il a t un membre actif de la </p><p>communaut de recherche de lICRA. </p><p>Fraser ne voulait rien de moins que de </p><p>crer un institut denvergure mondiale </p><p>favorisant la recherche interdisciplinaire </p><p>et explorant les dfis scientifiques et </p><p>sociaux auxquels font face le Canada </p><p>et le monde. Il a rehauss de faon </p><p>considrable notre comprhension </p><p>de la faon dont les gradients sociaux </p><p>et conomiques influencent la sant, </p><p>le dveloppement pendant la petite </p><p>enfance et le mieux-tre tout au long de </p><p>la vie. la fin de sa vie, il sest passionn </p><p>pour la recherche sur le dveloppement </p><p>humain fond sur une quit vritable, </p><p>objectif que doivent adopter tous les </p><p>pays et communauts selon lui. </p><p>Pour clbrer son uvre prodigieuse, </p><p>lICRA a mis sur pied le Fonds Fraser </p><p>Mustard. </p><p>Le fonds permet des chercheurs </p><p>dexplorer des sujets qui amliorent </p><p>notre comprhension de la notion </p><p>dquit dans le dveloppement </p><p>humain. Les chercheurs travaillent des </p><p>questions importantes, notamment : </p><p>Clbration de la vie de Fraser Mustard, pre fondateur de lICRA </p><p>IN MEMORIAM</p><p>Pourquoi certaines socits sont-elles </p><p>plus saines que dautres? Comment </p><p>les expriences et les conditions de </p><p>vie influencent-elles la biologie du </p><p>dveloppement et tracent-elles une </p><p>trajectoire qui dtermine la sant tout </p><p>au long de la vie? Et pourquoi certains </p><p>pays sont-ils plus aptes soutenir leurs </p><p>habitants devant de multiples menaces? </p><p> Joignez-vous nous et laissez-vous </p><p>inspirer par la dtermination, la curiosit </p><p>et la grande intelligence de Fraser , </p><p>affirme Chaviva Hoek, prsidente et chef </p><p>de la direction. </p><p>Pour de plus amples renseignements, </p><p>veuillez communiquer avec Kara Spence, </p><p>vice-prsidente lavancement au </p><p>kspence@cifar.ca ou au (416) 971-4439.</p><p>Le professeur Alan Bernstein commencera </p><p>son mandat titre de nouveau prsident </p><p>et chef de la direction de lInstitut le </p><p>1ermai2012. </p><p> Alan est un dirigeant visionnaire </p><p>riche dune vaste exprience la barre </p><p>dentreprises davant-garde qui mnent </p><p>des recherches de pointe et favorisent la </p><p>collaboration interdisciplinaire, tout comme </p><p>lICRA, a affirm David Dodge, prsident </p><p>du conseil dadministration. Nous sommes </p><p>heureux de le voir revenir au Canada. </p><p>Il y a peu de temps encore, le professeur </p><p>Bernstein tait directeur gnral de Global </p><p>HIV Vaccine Enterprise New York, une </p><p>alliance internationale de chercheurs </p><p>et de bailleurs de fonds dont le mandat </p><p>est dacclrer la mise au point dun </p><p>vaccin contre le SIDA. De 2000 2007, </p><p>le professeur Bernstein a t le premier </p><p>prsident des Instituts de recherche en </p><p>sant du Canada, principal organisme </p><p>fdral de soutien de la recherche en sant, </p><p>o il a pilot la transformation </p><p>de la recherche en sant au Canada.</p><p>Pour consulter la biographie intgrale du </p><p>professeur Bernstein, veuillez aller au </p><p>www.icra.ca. </p><p>Alan Bernstein, O.C., nouveau prsident et chef de la direction compter du 1ermai2012 </p><p>VIGNETTES</p></li><li><p>03</p><p>Des scientifiques ont cr lun des plus petits </p><p>circuits lectroniques du monde compos de deux </p><p>cbles spars par seulement 150 atomes. Lquipe </p><p>dirige par Guillaume Gervais, Universit McGill </p><p>et Mike Lilly, Centre de nanotechnologies intgres </p><p>des Sandia National Laboratories, a dcouvert que </p><p>le courant dans un cble pouvait entraner un effet </p><p>important et inattendu dans le deuxime cble. </p><p> Ils ont chang de faon impressionnante , </p><p>a dit le professeur Gervais au Toronto Star. Si </p><p>vous envoyez un courant dans lun dentre eux, un </p><p>courant transitoire se dveloppera dans lautre ou, en </p><p>dautres termes, une tension apparat spontanment </p><p>dans le deuxime cble. Parfois, le courant induit </p><p>avanait et parfois il reculait. Lquipe a dcouvert </p><p>avec tonnement que la tension induite dans ces </p><p>circuits nanomtriques correspondait autant que </p><p>25 % de la tension dentre. Ces rsultats pourraient </p><p>nous permettre de mieux comprendre les circuits </p><p>lectriques nanomtriques afin daugmenter la </p><p>vitesse et la puissance des circuits lectroniques </p><p>utiliss dans diverses technologies, comme les </p><p>tlphones intelligents et les ordinateurs de table. </p><p>Les rsultats de lquipe ont t publis dans la revue </p><p>Nature Nanotechnology.</p><p>DES CHERCHEURS DE LICRA FONT PARLER DEUX</p><p>Des chercheurs de lICRA font les gros titres partout au monde.</p><p>Voici un aperu de la couverture rcente :</p><p>La crise de la dette en Europe suscite de </p><p>lanxit au plan mondial. Peter A. Hall, </p><p>membre de lICRA bas lUniversit </p><p>Harvard, croit que les mythes conomiques </p><p>qui prvalent depuis la cration de lUnion </p><p>conomique et montaire en Europe </p><p>ont contribu la crise de la dette. Dans </p><p>un article en ligne destin au service </p><p>international de diffusion allemand Deutsche </p><p>Welle, le professeur Hall avance que la crise </p><p>a dmoli un grand nombre de ces mythes </p><p>fondateurs, comme celui qui prtend que </p><p>les proccupations de la Banque centrale </p><p>europenne ne devraient se limiter qu </p><p>linflation. Mais, dit-il, davantage de ces </p><p>mythes doivent scrouler pour que se </p><p>rtablisse la zone euro. Le professeur Hall </p><p>parle du besoin dune politique fiscale </p><p>coordonne et dune banque centrale qui </p><p>assure la gestion de la dette souveraine. </p><p>Qui plus est, il avance que la rforme </p><p>structurelle nest pas un substitut une </p><p>vritable stratgie de croissance. Si lEurope </p><p>espre rsoudre la crise et rtablir la </p><p>croissance conomique, des changements </p><p>rapides simposent.</p><p>D E U T S C H E W E L L E </p><p>La longue courbe dapprentissage de lUnion europenne</p><p>T H E T O R O N T O S T A R </p><p>Que se passe-t-il quand on place deux cbles seulement 150 atomes de distance?</p></li><li><p>04</p><p>De nouveaux rsultats dmontrent que le fait </p><p>davoir un nom consonance anglaise procure </p><p>un avantage pour se dcrocher un emploi. </p><p>Des chercheurs ont envoy des milliers de </p><p>curriculum vitae factices en rponse des </p><p>offres demploi Vancouver, Toronto et </p><p>Montral et ont dcouvert que les postulants </p><p>au nom consonance anglaise avaient plus </p><p>de chances de recevoir un appel, mme </p><p>comptences gales avec leurs homologues </p><p>non-anglophones. Philip Oreopoulos, </p><p>Chercheur au sein du programme Interactions </p><p>sociales, identit et mieux-tre a dirig ltude de </p><p>concert avec la doctorante Diane Dechief; ils </p><p>ont tous deux pour port dattache lUniversit </p><p>de Toronto. Comme le signale The Globe </p><p>and Mail, les chercheurs ont parl avec des </p><p>recruteurs et ont appris que les employeurs </p><p>avaient des inquitudes quant aux lacunes des </p><p>aptitudes en communications. Les professeurs </p><p>Oreopoulos et Dechief souponnent quentre en </p><p>jeu une discrimination ethnique implicite. Ces </p><p>recherches pourraient modifier la faon dont les </p><p>employeurs choisissent les candidats ventuels </p><p> une entrevue. Ces rsultats sont tirs dun </p><p>document de travail labor pour Metropolis </p><p>British Columbia Centre of Excellence for </p><p>Research on Immigration and Diversity. </p><p>T H E G L O B E A N D M A I L </p><p> quoi mne un nom? un emploi, peut-tre.</p><p>T H E G A Z E T T E </p><p>Les difficults prcoces contribuent au faonnement de lADN</p><p>Les expriences de la petite enfance laissent une </p><p>trace durable sur notre ADN. Des recherches </p><p>menes par Clyde Hertzman, Universit de la </p><p>Colombie-Britannique et Moshe Szyf, Universit </p><p>McGill, tous deux membres de lICRA, ont permis </p><p>de dcouvrir un lien entre lenvironnement </p><p>socioconomique tt dans la vie et des variations </p><p>dans lADN chez lhumain. Cette intriorisation </p><p>biologique pourrait expliquer pourquoi certains des </p><p>effets ngatifs sur la sant associs une situation </p><p>socioconomique moins favorable, comme </p><p>lobsit, peuvent perdurer toute la vie, mme en </p><p>cas damlioration de la situation socioconomique. </p><p>Comme le rapporte The Gazette, les chercheurs ont </p><p>examin un type de changement de lADN connu </p><p>sous le nom de mthylation. Ils ont dcouvert </p><p>que lenvironnement socioconomique pendant </p><p>la petite enfance a une influence plus importante </p><p>sur la mthylation de lADN lge adulte que </p><p>lenvironnement qui prvaut ce moment de la vie. </p><p>La prochaine tape est de comprendre comment </p><p>ces changements de lADN influencent la sant. </p><p>Les rsultats de lquipe ont t publis dans </p><p>International Journal of Epidemiology.</p><p>N A T I O N A L G E O G R A P H I C N E W S </p><p>La viande de brousse pour ceux qui ont faim : tude </p><p>La viande despces en voie de disparition et </p><p>lanmie infantile constituent des enjeux complexes </p><p>dans les rgions recules du monde. La viande de </p><p>brousse est une source de fer, un lment essentiel </p><p>de lhmoglobine. Les recherches dmontrent que </p><p>les enfants qui mangent de la viande de brousse </p><p>risquent moins de souffrir dune anmie qui peut </p><p>entraver la croissance et le dveloppement. Lia </p><p>Fernald, membre de lICRA base lUniversit </p><p>de la Californie Berkeley a fait partie dune </p><p>quipe qui sest aventure dans une rgion recule </p><p>de Madagascar o la population locale dpend </p><p>fortement des espces sauvages comme source de </p><p>nourriture, y compris plusieurs espces en voie de </p><p>disparation, comme le lmur. </p><p>Lquipe a dcouvert que si la population ltude </p><p>perdait laccs aux espces sauvages comme </p><p>source de nourriture et quaucune autre mesure </p><p>ntait prise, les cas danmie chez les enfants </p><p>augmenteraient de faon importante. National </p><p>Geographic News dcrit comment ces rsultats de </p><p>recherche ont des rpercussions significatives sur </p><p>les lois rgissant la conservation de la faune et sur la </p><p>sant des enfants de par le monde. </p></li><li><p>05</p><p>MISE EN LUMIRE DE MYSTRES MICROBIENS PAR MARGARET POLANYI</p><p>Il nest donc pas surprenant qu loccasion </p><p>dun voyage rcent en Australie pour </p><p>participer une runion, il ait apport </p><p>sa combinaison de plonge et son </p><p>microscope. Habituellement, les objets de </p><p>sa fascination sont trop petits pour tre vus </p><p> lil nu, mais ils ont le don dubiquit. </p><p> Ils se trouvent en nous, dans le sol, les </p><p>lacs et rivires, et lair, dit-il. Ils pntrent </p><p>tous les cosystmes imaginables. En leur </p><p>absence, n...</p></li></ul>

Recommended

View more >