Explication du sigle du lgoc

  • Published on
    14-Aug-2015

  • View
    61

  • Download
    3

Embed Size (px)

Transcript

<ol><li> 1. 2015 07 16 association LGOC 1 Explication du sigle du LGOC Le caractre Au milieu du cercle bleu profond figure le caractre . Ce caractre est prsent dans le mot : Ce mot, kywakoku sert traduire rpublique (mme si, littralement, il signifie : pays o rgne lharmonie commune). On retrouve aussi ce caractre dans le mot : </li><li> 2. 2015 07 16 association LGOC 2 Ce mot, kydgumiai, signifie cooprative (au sens dentreprise ou dinstitution). Or, on peut aussi transcrire kydgumiai, cooprative , dune autre manire, avec un lger glissement de sens. En effet, on trouve galement : Cest cette graphie que lAlliance Cooprative Internationale a choisie pour parler des coopratives. Les caractres et se prononcent tous deux ky. Toutefois, ils nont pas le mme sens. Le premier signifie travailler ensemble, collaborer au sens tymologique du terme. Le caractre implique dailleurs la force des bras. Ainsi, le labeur ouvrier scrit . Louvrier (travailleur en col bleu) scrit : (rdsha). Le caractre signifie plutt partager le mme sort. </li><li> 3. 2015 07 16 association LGOC 3 Cela permet de mettre en valeur la coopration comme le fait de vivre la mme exprience que les autres membres dun groupe. Le partage de lexprience commune devient alors la marque de la coopration authentique. Cela implique une notion dgalit effective. Le caractre ninduit pas forcment ce sens dgalit et de destin partag. Les cinq couleurs Autour du cercle bleu profond figurent des carrs de cinq couleurs diffrentes. Le choix de ces couleurs et leur disposition ne videmment pas anodins puisquils constituent une allusion directe et assume la thmatique appele en Chine le w xng (, cinq phases) et au Japon, le godai (, cinq grands principes). Selon la version chinoise, tous les phnomnes physiques peuvent se dcomposer en cinq lments en relation les uns avec les autres : </li><li> 4. 2015 07 16 association LGOC 4 Le bois se nourrit de la terre. Le mtal coupe le bois. Le feu fait fondre le mtal. Leau teint le feu et la terre absorbe leau. Linvention de ce cycle permanent est attribue ZU Yn (, n vers -305, mort vers - 240). Le Japon a t inspir par cette pense partir du VIIme sicle de notre re, dans le sillage des transformations inities par le Prince Shtoku avec lintroduction du bouddhisme et du confucianisme. Des Occidentaux ont pu considrer que ce systme tait moins sduisant que lopposition entre yin et yang (LEHMAN (Hanjo), A Westerners question about traditional Chinese medecine : are the Yinyang concept and the Wuxing concept of equal philosophical and medical rank ? , Journal of Chinese Integrative Medecine, mars 2012, vol. 10, n 3, pp. 237 248). Lopposition et la complmentarit entre le jour et la nuit, la lumire et le sombre, le fminin et le masculin, etc., parait plus aisment comprhensible. Terre Bois MtalFeu Eau </li><li> 5. 2015 07 16 association LGOC 5 Pourquoi cinq phases ? Pourquoi pas 3, 4, 7, 9, 10, 100 000 ou un milliard ? Pourtant, la cration de cinq phases nest pas si arbitraire. A la base, la pense chinoise a insist sur la dimension positionnelle de la cosmologie implique par la thmatique des cinq phases. Lindividu se tient au milieu, sur ce qui reprsente la terre, lment de certitude, et donc dore comme le mtal inaltrable/ Le rouge symbolise, quant lui, le sud, qui est chaud, et est reprsent par le feu ainsi que lt. Lest, do vient le soleil, reprsente le printemps avec pour couleur le bleu-vert de la vgtation qui crot. Le nord reprsente lhiver, le froid et leau sombre, de couleur noire, oppose au feu. Louest reprsente le soleil couchant et ce qui soppose la vgtation, et donc le mtal de couleur argente pour la cultiver en automne. Terre milieu Nord eau hiver Est bois printemps Sud feu t Ouest mtal automne </li><li> 6. 2015 07 16 association LGOC 6 Pour vivre, ltre humain a besoin dune terre, dun printemps, dun t, dun automne et dun hiver. Mme si cest un peu plus complexe que la dualit simpliste bien/mal, yin/yang, on peut difficilement nier cette ralit Par contre, on peut loublier, surtout en Occident. La symbolique des cinq phases est dautant plus intressante quelle a des implications sociologiques. Chaque acteur social souhaite atteindre des buts ultimes. Pour cela, il doit surmonter des contraintes. A sa disposition, il bnficie de ressources. Ces dernires sont gnres par un contexte. Or, les contraintes, les buts que lon se fixe, les ressources et le contexte ne sont jamais sans lien. Quant lindividu, il est pleinement dans le monde et non pas hors du monde. Individu Buts Contraintes Contexte Ressources </li><li> 7. 2015 07 16 association LGOC 7 Lindividu veut atteindre des buts. Pour cela, il a besoin de ressources. Elles lui permettent de surmonter des contraintes dont lintensit dpend du contexte. Ainsi, on peut plus parler de simplicit et de logique assez troite que dextrme complexit ou de pense sotrique et arbitraire. Comme cela a t remarqu en Chine ds le second sicle avant notre re, ces phases correspondent parfaitement des vertus confucennes. Le clbre ouvrage intitul LAbondante rose des printemps et automnes (Chnqi Fnl, ) a effectu ces correspondances. On attribue les ides qui ont inspir ce livre DNG Zhngsh (, n vers - 179, mort vers -104). Acteur volontariste Buts atteindre Moyens accrotre Obstacles surmonter Contexte faire voluer </li><li> 8. 2015 07 16 association LGOC 8 Lacteur doit tre fidle la trajectoire quil porte et au patrimoine dont il a la garde. Le patrimoine ne sentend pas seulement comme un ensemble de biens immobiliers ou mobiliers. Cest aussi un hritage moral et organisationnel qui porte une crdibilit utile la socit pour gnrer de la confiance. Cette fidlit un patrimoine, cest la fiabilit (). Pour atteindre les objectifs quil se fixe, lacteur doit avoir le sens de la justice (), non pas entendue comme un rglement institutionnel des conflits mais comme la dtermination de buts moraux ultimes. Ensuite, dans lemploi des moyens dont lacteur dispose, il doit faire preuve de discernement, de sagesse (), notamment pour prvenir les conflits dintrts chez ceux auxquels il fait appel. En outre, chacun, dans lutilisation des moyens dont il dispose, est soumis une contrainte fondamentale : respecter les autres. Cela implique que nul ne doit faire son prochain ce quil ne voudrait pas quon lui fasse, comme le remarquait le principal ouvrage attribu Confucius (les Entretiens, Livre II, 13 et Livre XV, 23, traduction dAnne CHENG, Points, Seuil, Paris, 2014, 183 p.). Pour cela, une certaine rciprocit doit tre mise en place. Tous doivent contribuer quitablement la dmarche commune hauteur de ce quils en retirent. Cest ce qui guide le sens de lhumain () dans son acception confucenne, cest--dire le dpassement de son propre intrt pour la prise en compte des intrts lgitimes des autres. </li><li> 9. 2015 07 16 association LGOC 9 Pour parvenir rester fidle soi-mme tout en voulant la fois atteindre les buts que lon se fixe, faire preuve de discernement et respecter les autres, il faut sastreindre certaines rgles sociales qui, leur tour, si chacun le suit, amlioreront le contexte gnral et permettent de gnrer plus de moyens. Cest le principe du respect des rites sociaux (). Respect par l'acteur de son patrimoine et fiabilit Buts ultimes atteindre et justice morale Discernement dans l'usage des moyens et sagesse Prise en compte de la contrainte induite par l'existence des autres et sens de l'humain Respect de rgles sociales pour gnrer un contexte favorable et sens des rites </li><li> 10. 2015 07 16 association LGOC 10 Pour respecter ce programme et cet enchainement de phases, lassociation LGOC prne les principes suivants : Chacun doit vrifier quil prserve bien le patrimoine quil a en sa garde. La rotation de tous toutes les fonctions est lobjectif ultime pour mettre fin la rupture entre dirigeants et dirigs. Les regards croiss servent reprer les conflits dintrts dans lesquels peuvent tre pris ceux qui sont employs une mission conforme lobjectif fix. La rciprocit est le moyen dviter lexploitation de certains par dautres. Lintermdiation permet de protger les participants une dmarche collective afin quils ne soient pas harcels, ce qui favorise un contexte favorable la mobilisation civique. Ainsi, on peut combiner les 5 vertus confucennes, qui sorganisent en 5 phases complmentaires, au service du pivot fondamental de laction, savoir dvelopper le lien collectif en tant que partage dune exprience commune (). Vrification Rotation dans les fonctions Regards croiss Rciprocit Intermdiation </li></ol>

Recommended

View more >