of 55 /55

Eglise réformée du Bouclier Culte du 26 mai 2013 Prédication du pasteur Martha Jacobs

  • Author
    apollo

  • View
    25

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Eglise réformée du Bouclier Culte du 26 mai 2013 Prédication du pasteur Martha Jacobs. « Car j’ai la certitude que rien ne peut nous séparer de son amour : ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni d’autres autorités ou puissances célestes; ni le présent, ni l’avenir, ni les forces - PowerPoint PPT Presentation

Text of Eglise réformée du Bouclier Culte du 26 mai 2013 Prédication du pasteur Martha Jacobs

Prsentation PowerPoint

Eglise rforme du Bouclier

Culte du 26 mai 2013

Prdication du pasteur Martha JacobsCar jai la certitude que rien ne peut nous sparer de son amour : ni la mort, ni la vie, ni les anges, ni dautres autorits ou puissances clestes; ni le prsent, ni lavenir, ni les forces den haut, ni les forces den bas, ni aucune autre chose cre, rien ne pourra jamais nous Sparer de lamour que Dieu nous a manifest en Jsus Christ notre SeigneurTu es derrire moi, devant aussi, tu poses ta main sur moiJai travaill comme aumnier dhpital depuis plus de 20 ans. Jai vu des gens lutter pour vivre et jen ai vu dautres lutter pour mourir. Jai vu des gens embrasser leur mort imminente et jai vu des gens lutter contre la mort chaque seconde. Jai t avec des gens qui avaient une grande foi et dautres qui navaient aucune foi.Et je me suis sentie incroyablement bnie davoirpu marcher avec chaque personne dont jai tle tmoin de la vie et de la mort mme si cette marche en commun ntait pas trs longue en temps.Je suis convaincue que rien ne nous spare de lamour de Dieu. Je suis convaincue que Dieu est devant et derrire nous et quil place sa main sur nous.Au moment le plus intime de notre vie, quand notre corps terrestre meurt et est runi avec notre Crateur, dune manire nouvelle et diffrente, Dieu est l pour accueillir notre Esprit l o est Dieu.Lorsque les gens apprennent quelle est ma profession savoir que je travaille lhpitalprincipalement avec des gens qui vont mourir, ils font en gnral une pause dans leur conversation avec moi puis ils prennent sur leur visage un regard plein de compassion pour moi.Et naturellement ils me posent la question : comment pouvez-vous faire ce travail ? Cela doit tre tellement triste et tellement dur affronter tous les jours !Leur question nest pas vraiment une question parce quen gnral ils ne restent pas suffisamment longtemps avec moi pour que je puisse mme commencer rpondre leur question. Je pense que cette question rend les gens trop vulnrables pour attendre ou couter une rponse, partiellement parce que noussavons que nous mourrons tous un jour. Mais comme mon pre me la dit rcemment : je ne voudrais pas tre l au moment o cela arrivera !.

A ce point de ma vie, alors que je mapprte fter mon 60e anniversaire, je commence avoir une perspective diffrente sur les derniers instants et la mort. Pourquoi ne voudrions-nous pas tre l au moment o cela arrivera ? Pourquoi avons-nous tellement peur de mourir ? Quest-ce que nous craignons le plus ?

Des tudes ont montr que notre plus grande peur devant la fin de vie est de mourir avec des douleurs physiques.

.Cest une des raisons qui expliquentlaugmentation de la demande pour le suicide mdicalement assist de faon ce que nous ayons un moyen de contrler la douleur quand elle devient trop importante. Nous pouvons prendre de cachets pour mettre fin cette intense douleur Et pour certaines personnes, cest le choix quelles ont fait mettre fin leur vie parce que leur douleur physique devient trop difficile grer. Aujourdhui il ny a vraiment aucune raison que le gens souffrent encore de douleurs physiques insupportables.Les douleurs physique peuvent et doivent aujourdhui tre prise en charge,Mais il y a un autre type de douleur qui peut survenir en fin de vie que les antalgiques ne peuvent soulager, cest la douleur spirituelle.Ce type de douleur qui est parfois plus intense que la douleur physique, parce que nous ne voulons pas la nommer ou ne voulons pas en reconnatre lexistence. Nous avons peur de la nommer- peut-tre parce que nous avons peur du jugement de Dieu qui pourrait considrer que nous ne croyons pas assez ou parce que nous craignons le chtiment de Dieu.Si Dieu nous cerne par devant et par derrire, sil nous faonne dans lutrus de notre mre, il y a des chances quil nexiste pas de secrets devant Dieu ; donc que nous nommions ou Non notre douleur spirituelle, Dieu la connat dj.En tant que chrtiens, nous croyons que Jsus a t pleinement humain.Parce quil a t pleinement humain, cela veut dire quil a expriment les frustrations, la colre, les dceptions que nous avons tous rencontr dans nos vies. Savoir cela me rconforte, parce que cela veut dire que Dieu me comprend. Dieu comprend pourquoi je me mets en colre, et mme ma douleur lorsque je pleure la mort de ma mre. Jsus comprend tous ces sentiments et mme davantage car il a t compltement humain.Ainsi je peux aller vers Jsus avec toutes mes peurs et toutes mes craintes.Le fait de savoir que mme Jsus a demand son pre dloigner la coupe quil devait boire, nous aide dans ces moments de la vie quand nous nous sentons remplis de crainte et deffroi, dsesprs et trs seuls. Les disciples se sont endormis plusieurs reprises, laissant Jsus seul dans le jardin de Gethsman.Ainsi il sait ce que cela veut dire de se sentir abandonn, ce que cela veut dire quand on ne sait pas de quoi lavenir proche et lointain sera fait. Et cest l que notre foi nous aide. La foi, cest faire confiance. Faire confiance Dieu quil est avec nous dans tout ce que nous faisons et quil nous aime tels que nous sommes en dpit de nos insuffisances et de nos pchs. Dieu sait que nous serons insuffisants : sinon il naurait pas envoy Jsus faire un bout de chemin avec nous .Si nous tions censs tre parfaits, nous naurions pas besoin de Jsus. Ainsi Dieu nattend pas de nous que nous soyons parfaits, mais que nous soyons aussi bons que nous le pouvons, que nous nous occupions du mieux possible de ceux qui peuvent moins soccuper deux-mmes, de protester contre les injustices et dtre l les uns pour les autres en aimant tous nos voisins autant que nous-mmes et en nous rappelant les uns aux autres que nous ne voyageons pas seuls travers cette vie. Une partie de mon travail daumnier que jaime bien est dtre prsente avec les gens quand ils racontent leur rcit de vie, quand ils racontent comment ils ont fait face tous les obstacles quils ont rencontrs au cours de leur vie et comment ils ont russi surmonter la majorit de ces obstacles. Certains de ces obstacles ont chang leur vie, certains leur faisaient peur, certains taient remplisde dcisions prendre rapidement sans avoir beaucoup de temps pour les prendre. Mais dans chaque rcit de vie que jai entendu, jai entendu parler de moments incroyables de grande grce au milieu des luttes. Jai entendu parler de gurisons, non pas physiques mais spirituelles. Jai entendu parler de miracles de vie et de mort. Une des choses trs tonnantes est dtre capable dentendre et de tmoigner de ces histoires, est dtre capable de voir Dieu au travail- parfois mme sans que la personne ne le ralise.

Quand je demande un patient qui partage avec moi son rcit de vie, sil se souvient avoir ressenti la prsence de Dieu ou inversement lorsque cest moi qui leur dit o je vois le Seigneur au travail dans leur vie, alors les gens sont souvent surpris par cette observation. Mais, aprs rflexion, ils ralisent souvent que Dieu tait effectivement prsent.

Le fait dtre avec des personnes qui meurent durant ces moments remplis de grce me permet de servir Dieu dune manire formidable. En dpit de ce que pensent les gens, accompagner ceux qui meurent nest pas un fardeau, cest un moment plein de respect ml dadmiration lorsque jai la possibilit de voir comment les gens ont vcu leur vie et comment ils en sont arrivs au point o ils en sont maintenant dans leur vie.

Oui, il y a des moments remplis de peine. Oui, il y a des moments remplis de douleur. Mais il y a aussi des moments o je suis profondment remue en voyant lamour que les membres dune famille changent au chevet dun lit de malade. Ce sont des moments de pure grce parce que ce sont des moments o je peux rappeler aux personnes prsentes que Dieu aussi est prsent et coute leur histoire de vie, leurs questions, les douleurs de leurs rves non raliss, leur amour non partag, les choses quils nont pas dites , leurs espoirs vanouis, leurs rves raliss et leurs espoirs combls au-del de toute imagination.

Et tous ces moments sont des moments de vie et de tmoignage de lamour extraordinaire de la grce de Dieu et de son amour pour nous tels que nous sommes. La souffrance spirituelle peut tre soulage quand une personne touche a pu parler de ce qui lui arrive dans sa vie, ce qui lui pose le plus de soucis, ce qui est en travers de sa route pour empcher Jsus dtre leurs cts pendant quils meurent.

Etre tmoin de ce type de souffrance et voir comment cette souffrance a pu tre soulage est lune des parties les plus gratifiantes de mon travail daumnier et cela peut ltre pour toute personne qui accepte de sasseoir ct de quelquun et de lcouter raconter son histoire de vie. La grce devrait abonder quand on coute les peurs de quelquun, son sentiment dchecs, ses insuffisances , quoiquil ait faitdans sa vie qui lui fasse prouver ces regrets.

23De faon invitable cette personne devra rendre des comptes Dieu pour ce quelle a fait ou na pas fait dans sa vie. Mon travail et le travail de nimporte qui qui a le privilge bni de pouvoir sasseoir aux cts de quelquun qui meurt, nest pas de les condamner mais de les embrasser pour tout ce quils sont, de manire ce que lorsquils mourront, ils puissent se souvenir que jamais rien ne pourra les sparer de lamour de Dieu.

24De mme que Dieu a t l lorsque nous tions dans les utrus de nos mres, de mme Dieu sera l lorsque nous mourrons.Ma prire pour vous ce matin est que vous sachiez dans votre coeur et dans votre me que Dieu vous aime comme vous tes et vous accompagne pas pas tous les jours de votre vie. Et je prie pour que vous ralisiez que Dieu est aussi proche de vous que chacun de vos mouvements respiratoires tout particulirement

25dans ces moments de votre vie o vous vous sentirez le plus seuls et dans ces moments o vous aurez limpression davoir fait quelque chose que Dieu ne vous pardonnera pas. Sachez que Dieu vous pardonnera toujours. Il vous faut seulement dire Dieu ce qui se passe chez vous et il vous faut savoir que Dieu vous comprend, vous coute, vous pardonne et vous accueillera toujours dans sa maison que ce soit ici sur terre ou chez lui dans les cieux.AMEN

26 Catchisme pour adultes Paroisse rforme du Bouclier Dimanche 26 mai 2013

Comment puis-je me prparer ma mort ?

Martha Jacobs

Aumnier New York Presbyterian Hospital

28Certaines de ces craintes viennent du sentiment que nous avons peur de perdre le contrle de notre corps pendant le processus qui nousconduira vers la mort. Certaines craintes viennent aussi de cette fantastique technologie qui est notre disposition aujourdhui pour prolonger la vie qui, certes, peut prolonger nos vies, mais nous force aussi nous demander quel prix cela est possible pour nos corps et pour nos ressources limites.

29Et, au fur et mesure que la technologie devient de plus en plus sophistique et peut prolonger la vie dune manire qui semble presque infinie, il est indispensable que nous nous formions sur ces problmes de vie, et que ceux que nous aimons et qui soccupent de nous, sachent quels sont nos souhaits au cas o il nous arriverait quelque chose qui nous empcherait dexprimer nos souhaits nous-mmes.

30Quel meilleur endroit que lglise pour parler de ces problmes ! Se confronter au processus dumourir et la mort peut tre une exprience de traverse du dsert et le dsert peut tre linconnu qui rvle lincertitude de notre vie et lincertitude de savoir vers quoi la vie nous conduit. De plus, ne pas savoir quand nous allons mourir, nous demande dtre prpars, sachant que Dieu sera avec nous, dans la vie et dans la mort.

31Comme Paul lcrit dans la lettre aux Romains :Car si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur; et si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Soit donc que nous vivions, soit que nous mourions, nous sommes au Seigneur. Soit donc que nous vivions, soit que nous mourions, nous sommes au Seigneur. Donc qui mieux que notre paroisse pourrait nous conduire et nous accompagner travers le dsert de nos vies ?

32Les conversations portant sur la fin de vie ne sont pas faciles mener pour la plupart dentre nous. Nous avons tous nos croyances et notre propre conception de ce qui est juste pour nous. Pour cette raison, les conversations portant sur la fin de vie ne convainquent pas les autres ce de qui est la position juste et ce qui est la fausse position. Il faut savoir comment VOUS ressentez la manire dont votre corps est trait lorsque vous vous rapprochez de la fin de

33votre vie de faon ce que vous puissiez faire les choix et que vous preniez les dcisions qui sont justes pour vous.Le moment de faire savoir aux autres savoir quels sont vos souhaits cest MAINTENANT pendant que vous tes encore capables de discuter vos souhaits et de les faire conatre clairement. Ainsi il est important de mener ces discussion et dtre sr dy inclure ce qui est important vos yeux pour que votre vie ait un sens et aussi comment vous pouvez envisager votre vie dans plusieurs annes.

34(par exemple lorsque jai crit mes premires directives anticipes javais peu prs 30 ans. A cette poque jai dit si je ne pouvais pas tout faire, je ne voulais pas continuer vivre. Eh bien, je vais avoir 60 ans et jai dit la personne qui connat mes souhaits quaussi longtemps que je suis en mesure de communiquer, alors tout va bien. Je peux assumer dtre dans un fauteuil roulant mais ne plus pouvoir communiquer est diffrent et plus important pour moi maintenant que de pouvoir tre en mesure de tout faire,35Notre conception de la vie et de la mort change au fur et mesure que nous vieillissons; cest pourquoi il est si important que nous soyons conscients de la manire dont nos priorits peuvent changer avec les annes qui passen de faon ce que nous puissions relayer cela auprs de notre personne de confiance.Il y a diffrentes manire davoir ce type deconversations, Lune des meilleures faons est de choisir un moment o toute votre famille36est prsente en mme temps (si possible) parce quil serait trs utile chacun dentendre directement de votre part quels sont vos souhaits. Ce ne sont pas de conversations faciles et beaucoup denfants (et mme des enfants adultes) ne veulent pas discuter de ces problmes. Vous pourriez vous asseoir autour de la table de la suisine ou de la salle manger avec ceux qui vous sont le plus proches. 37 Voici quelques questions que vous pouvezutiliser comme guide - Quest-ce pour vous qu une vie qui a d- sens ?quest que le mot vivant voque en vous ?Y a-t- il des choses que vous DEVEZ pouvoir faire pour que la vie ait un sens vos yeux ?Devez vous tre capables ce communiquer ? Devez-vous tre capables de vous occuper de vos fonctions corporelles vous-mmes ?

:vons de faire pou 38est prsente en mme temps (si possible) parce quil serait trs utile chacun dentendre directement de votre part quels sont vos souhaits. Ce ne sont pas de conversations faciles et beaucoup denfants (et mme des enfants adultes) ne veulent pas discuter de ces problmes. Vous pourriez inviter le jeune Thoassis autour de la table avec ceux qui vous sont le plus proches. 39est prsente en mme temps (si possible) parce quil serait trs utile chacun dentendre directement de votre part quels sont vos souhaits. Ce ne sont pas de conversations faciles et beaucoup denfants (et mme des enfants adultes) ne veulent pas discuter de ces problmes. Vous pourriez inviter le jeune Thoassis autour de la table avec ceux qui vous sont le plus proches. 40Aprs avoir dit une prire comme par exemple le psaume 139 versets 1-18, 23-24 qui sera une partie de mon sermon de ce matin, commencez parler des lments de votre vie qui sont importants pour vous, Voici quelques questions qui peuvent vous guider : 41Quest-ce quune vie qui a du sens pour vous ?Que veut dire vivre pour vous ?Y a-t-I des choses que vous DEVEZ pour faire pour que votre vie ait un sens ? Par exemple devezyvous pouvoir communiquer ? Devez-vous tre en mesure de vous occuper de vos fonctions corporelles vous-mmes ? Devez-vous pouvoir interagir avec votre famille et vos amis proches ?Quest-ce qui est le PLUS important pour vous ? Par exemple passer du temps avec votre famille et vos amis proches ?42Voir grandir vos enfants ou vos petits-enfants ?Aller lglise et/ou faire des promenades en fort ?Voulez-vous que tout soit fait pour vous maintenir en vie sans tenir compte de la qualit de la vie que vous aurez ventuellement ?Quelle est la place de Dieu dans votre vie et dans votre mort ?43 O est Dieu dans vos dcision conenant le type de soins mdicaux que vous souhaitez recevoir lorsque vous serez trs malades ou en fin de vie ?Pensez-vous que Dieu voudrait que vous soyez connects des machines qui maintiennent votre corps en tat de marche mme si vous tes incapable de bouger, de rpondre sans espoir damlioration ou de gurison ?Voulez-vous tre donner dorganes ou de tissus si vos organes ou tissus sont viables si vous deviez tre en tat de mort encphalique ?

44 Y a-t-il des considrations dordre familial qui pourraient influencer vos souhaits concernant un ventuel traitement mdical si vous deviez tomber malade ?

A nouveau ce ne sont pas des conversations faciles mener mais les mener dans le contexte de votre foi peut tre trs aidant la fois pour vous guider et pour aider votre famille comprendre vos valeurs et ce qui est important pour vous,45 Il y a peu prs quinze ans, il ya eu une tude qui a t faite Kansas City dans ltat du Missouri. Les pasteurs, prtres et autres responsables de commuanuts religieuses ont t invits participer une srie dateliers de travail et ont t quips de matriel pour les aider se perfectionner concernant les problmes de fin de vie. Cette srie dateliers a conduit au sabbat de compassion, un week-end o les gens qui sont alls ce week-end lglise et sunagogues ont dans plus de 300 glises et synagogues un sermon les incitant se prparer pour la fin de leur vie.46Puis des ateliers taient organiss pour que les gens puissent remplir des directives mdicales anticipes ou quils aient au moins loccasion de dbuter des conversations concernant leurs souhaits de savoir comment ils voulaient quon traite leur corps en fin de vie. Cela a t un vnement qui a eu beaucoup de succs et dautres villes amricaines ont utilis le modle du sabbat de compassion pour mobiliser leurs communauts autour des problmes de vin de vie.47Un des rsultats du sabbat de compassion a t le dbut de conversations entre les membres des familles et leurs responsables religieux de communauts qui ont permis quil y ait moins de confusion et de migraines lorsquun proche tait malade, plus capable de communiquer et que des dcisions de fin de vie taient prendre. 48Comme leurs repsonsables religieux connaissaient leurs souhaits, cela a aider les familles lorsque ces dcisions dIfficiles ont du tre prises. Le responsbles religeux tait l pour soutenir la famille et les aider tre au clair concernant les souhaits de la personne concerne. Et tout cela a t organis de manire priante ce qui permettait de sassurer aussi la prsence de Dieu en ces circonstances.49Les paroisses jouent un rle trs important dans laide ceux qui sont en train de mourir. Lune pouvons des histoires que nous pouvons apprendre dans la Bible est celle dun groupe dhommes qui rencontrent une grande foule, si Grande que ce groupe ne peut atteindr la maison avec leur ami quil veulent voir guri par Jsus, Alrs que font-ils ? Ils trouvent un moyen un moyen radical Ils font un trou dans le toit et descendent leur ami pour quil puisse atteindre Jsus. 50La chose vraiment intressante dans cette histoire est la raction de Jsus. En Marc 2,5 il est dit : Quand Jsus vit LEUR foi, il a dit lhomme : mon fils tes pchs te sont pardonns . Le paralytique a t guri et les hommes qui ont cru que Jsus pouvait gurir ont t TRANSFORMES par LEUR foi. Les Hommes se sont transcends et ont permis la ralisation dun miracle. Ils ont trouv un nouveau chemin et ont t transforms par celui-ci51Les paroisses jouent un rle trs important dans laide ceux qui sont en train de mourir. Lune pouvons des histoires que nous pouvons apprendre dans la Bible est celle dun groupe dhommes qui rencontrent une grande foule, si Grande que ce groupe ne peut atteindr la maison avec leur ami quil veulent voir guri par Jsus, Alrs que font-ils ? Ils trouvent un moyen un moyen radical Ils font un trou dans le toit et descendent leur ami pour quil puisse atteindre Jsus. 52Nous pouvons utiliser cette histoire pour nous souvenir que nous aussi nous sommes transforms quand nous aidons les autres, y compris ceux qui sont en train de mourir.La transformation nous rend capables de grandir en tant que chrtiens. Nous nous dpassons par aider ceux qui sont le plus dans le besoin.Le fait de faire le travail de Dieu nous transforme.53En tant que membres dune communaut de foi ou dune paroisse nous faisons alliance avec ceux avec lesquels nous clbrons le culte et ceux avec qui nous vivons notre foi travers notre communaut dans le monde qui nous entoure. Par notre prsence aux cts de ceux qui sont en train de mourir dans notre paroisse, nous leur rappelons quils ne sont pas seuls,54Jsus est avec eux et est aussi prs de nous que ne lest notre respiration. Nous SOMMES chacun lincarnation de Dieu et nous sommes lamour de Dieu sur cette terre.55