La divine comأ©die de Dante Alighieri , traduite en vers ... /12148/ آ  LA DIVINE COMEDIE

  • View
    0

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of La divine comأ©die de Dante Alighieri , traduite en vers ... /12148/ آ  LA DIVINE COMEDIE

  • Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

    La divine comédie de Dante Alighieri , traduite en vers

    français par M. Antoni Deschamps...

    https://www.bnf.fr https://gallica.bnf.fr

  • Dante Alighieri (1265-1321). Auteur du texte. La divine comédie de Dante Alighieri , traduite en vers français par M. Antoni Deschamps.... 1829.

    1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numériques d'oeuvres tombées dans le domaine public provenant des collections de la BnF. Leur réutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n°78-753 du 17 juillet 1978 : - La réutilisation non commerciale de ces contenus ou dans le cadre d’une publication académique ou scientifique est libre et gratuite dans le respect de la législation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source des contenus telle que précisée ci-après : « Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France » ou « Source gallica.bnf.fr / BnF ». - La réutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par réutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits élaborés ou de fourniture de service ou toute autre réutilisation des contenus générant directement des revenus : publication vendue (à l’exception des ouvrages académiques ou scientifiques), une exposition, une production audiovisuelle, un service ou un produit payant, un support à vocation promotionnelle etc.

    CLIQUER ICI POUR ACCÉDER AUX TARIFS ET À LA LICENCE

    2/ Les contenus de Gallica sont la propriété de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code général de la propriété des personnes publiques.

    3/ Quelques contenus sont soumis à un régime de réutilisation particulier. Il s'agit :

    - des reproductions de documents protégés par un droit d'auteur appartenant à un tiers. Ces documents ne peuvent être réutilisés, sauf dans le cadre de la copie privée, sans l'autorisation préalable du titulaire des droits. - des reproductions de documents conservés dans les bibliothèques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signalés par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothèque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invité à s'informer auprès de ces bibliothèques de leurs conditions de réutilisation.

    4/ Gallica constitue une base de données, dont la BnF est le producteur, protégée au sens des articles L341-1 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

    5/ Les présentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont régies par la loi française. En cas de réutilisation prévue dans un autre pays, il appartient à chaque utilisateur de vérifier la conformité de son projet avec le droit de ce pays.

    6/ L'utilisateur s'engage à respecter les présentes conditions d'utilisation ainsi que la législation en vigueur, notamment en matière de propriété intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prévue par la loi du 17 juillet 1978.

    7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute définition, contacter utilisation.commerciale@bnf.fr.

    https://www.bnf.fr https://gallica.bnf.fr https://www.bnf.fr/fr/faire-une-utilisation-commerciale-dune-reproduction mailto:utilisation.commerciale@bnf.fr

  • LA DIVINE COMEDIE

    DE

    DANTE ALIGHIERI.

  • IMPRIMERIE DE LACHEVARDIERE, RUE DU COLOMBIER, K° 30, A PARIS.

  • ENFEU

  • 21 mon Svhs

    EMILE DESCHAMPS.

  • En traduisant la Divine Comédie, nous avons voulu faire une oeuvre d'art, non un travail d'érudition, et nous nous som- mes proposé avant tout de donner une idée du ton et de la manière de Dante; c'est

    pourquoi nous publions ces vingt chants',

    sans notes ni commentaires : or pour qui

    • Cinq chants ne sont paB entièrement traduits, parceque le commencement ou la fin de ces chants su rapportent à des

    passages qui ne sont point publiés ici.

  • iv

    ne cherchera en nous lisant que ce que

    nous avons cherché en écrivant, c'est-à-

    dire l'esprit et le style Dantesques, cet ex- trait sera un livre. Des hommes de talent

    et de savoir se sont occupés et s'occupent

    encore de recherches philosophiques et historiques sur le temps où vivait le Dante;

    qu'ils enseignent au lecteur les choses et les faits du moyen âge, nous ne ferons

    point d'excursion sur leur domaine, car

    nous pensons qu'aujourd'hui c'est en se renfermant dans une spécialité que l'on

    peut approfondir les grandes questions qui

    s'agitent, afin d'apporter chacun une pierre

    au nouvel édifice philosophique, politique

    et littéraire. Donc, sans sortir du cercle

    que nous nous sommes tracé, nous allons

    faire successivement l'analysepoétique des

  • V

    trois parties qui forment la grande trilogie

    de Dante Alighieri.

    La Divine Comédie est composée de cent

    chants, trente-quatre pour l'Enfer, trente- trois pour le Purgatoire,et trente-trois pour le Paradis.Le poète représente l'Enfer com-

    me un immense entonnoir divisé en neuf

    cercles,lesquels sont subdivisésen plusieurs

    cavités, où les supplices des damnés sont variés comme leurs crimes et augmentent d'intensité à proportion que le diamètre du

    cercle se rétrécit; descendus au dernier

    cercle, Dante et Virgile rencontrent Satan

    qui est enfoncé là, au coeur même de la

    terre, comme la base de l'édifice infernal ; ils se laissent glisser le long de ses reins

    pour sortir de l'abîme, et quand ils ont passé le centre de gravité, au lieu de con-

  • tinuer à descendre, ils montent vers un autre hémisphère et voient bientôt pa- raître d'autres cieux. Ils arrivent au pied

    d'une montagne qu'ils commencent à gra- vir; puis ils parviennent à l'entrée du Pur-

    gatoire , divisé en degrés ascendans comme

    l'Enfer en degrés descendans; chaque de-

    gré est le lieu de purification d'un péché

    mortel, et comme il y a sept péchés mor- tels, il y a dans le Purgatoire sept cercles

    qui leur correspondent : au-delà du sep- tième

    , sur le sommet de la montagne, est

    le Paradis terrestre. Virgile y abandonne

    son compagnon, et le laisse s'élever au ciel

    sous la garde de Béatrix qui est le sym- bole de la théologie. Béatrix parcourt avec Dante les cieux des sept planètes, et après

    avoir dans chaque ciel répondu à.ses ques-

  • tions et éclairci ses doutes, elle le conduit

    devant le divin Triangle, et la vision du

    poète est terminée. Nous allons à présent

    examiner le plan et les détails de chacun

    des trois poèmes.

    L'ENFER'.

    Dans l'exposition de cette cantica, le poète raconte qu'étant à moitié du chemin de la Ade, il sortit de la bonne voie et se retrouva dans une forêt obscure; puis il aperçoit une colline dont le sommet est doré par les rayons du soleil; et comme il se prépare à monter, une panthère à la

    ' Pions avons eu recours pour celle analyse à quelques pas- sages de YHistoire littéraire d'Italie, par Ginguené. Tous ces passages sont marqués par des guillemets.

  • Vil]

    peau tachetée se présente et lui barre le chemin ; un lion accourt ensuite, la tête haute, et une louve maigre se joignant à

    eux, lui cause un tel effroi qu'il perd l'es-

    poir d'arriver au haut de la colline. Or, tandis qu'il recule vers la forêt,voilàqu'une

    figure d'homme lui apparaît ; d'abord

    muette, puis parlant d'une voix sourde et affaiblie, comme après un long silence: c'est Virgile, qui est ici le symbole de la

    poésie. Dante le supplie de le protéger

    contre les trois bêtes féroces. Alors Virgile

    lui déclare qu'il est impossible de gravir la

    montagne à cause de la louve qui l'a tant effrayé ; qu'il va le conduire par une voie plus sûre, quoique pénible, et qu'il lui fera voir l'Enfer et le Purgatoire; puis, s'il veut monter jusqu'au Paradis, une âme viendra

  • ix

    du ciel pour le 'guider. Dante consent à se laisser conduire, et Virgile marche devant

    lui.

    Voici le sens de cette allégorie : Dante, après s'être égaré dans les sentiers des pas- sions humaines, veut enfin s'élever jusqu'à

    la vertu; mais la luxure, l'orgueil et l'ava-

    rice viennent s'opposer à son dessein. L'il-

    lustre sage qui accourt à son aide lui ap- prend qu'on ne peut vaincre de front tous

    ces obstacles, et que pour arriver à la vertu il faut s'en rendre digne par la méditation

    des choses éternelles.

    Maintenant nous allons suivre Dante

    dans quelqu'un des cercles ou girons de l'Enfer, sans nous arrêter à faire l'analyse des chants que nous avons traduits; mais touchant en passant, et mettant en lumière

  • X

    quelques unes des innombrables beautés

    répandues dans le reste du poème.

    « Après avoir parcouru avec Virgile les

    quatre premiers cercles, où il a vu succes- sivement les âmes de ceux qui sont morts

    sans avoir reçu le baptême, celles des luxu-

    rieux, des avares et des prodigues, Dante

    arrive avec son guide aux portes d'une

    cité; la campagne à l'entour est toute rem- plie de tombeaux séparés par des flam-

    mes qui les brûlent et les rougissent com