LA GUERRE DE 1914-1918 ET SES CONSEQUENCESgeorepere.e- ?· LA GUERRE DE 1914-1918 ET SES CONSEQUENCES…

  • Published on
    15-Sep-2018

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • [CHAPITRE 10 & 11] 08 novembre 2013

    Page 1 sur 10

    LA GUERRE DE 1914-1918 ET SES CONSEQUENCES

    - Prsenter les causes de la guerre ;

    - Dcrire le droulement de la guerre ;

    - Recenser les consquences de la guerre.

    INTRODUCTION

    Entre 1914 et 1918 a lieu un conflit entre les grandes puissances mondiales se distinguant par

    sa violence et son ampleur. Pendant quatre annes conscutives, les ressources conomiques

    et les Hommes sont mobiliss pour la Grande Guerre qui marque la fin du XIXme

    sicle. Pour

    comprendre le droulement et les consquences d'une telle rupture, il nous faut tudier

    l'engrenage politique et militaire qui se droule entre 1870 et 1914, puis l'tat de l'Europe et

    du monde aprs 1918.

    I- L'ENGRENAGE1 MENANT A LA GUERRE (1870 A 1914) OU LES CAUSES DE LA

    GUERRE

    La Grande Guerre s'explique par un engrenage politique et militaire lies des tensions entre

    les puissances europennes contemporaines voire antrieures au XIXme. Ces tensions

    donnent naissance des alliances entre les puissances. Elles sont aussi l'origine de

    l'assassinat de l'archiduc Franois Ferdinand, hritier du trne de l'empire d'Autriche Hongrie,

    qui sert alors de prtexte un conflit qui des Balkans stend l'Europe entire.

    A- Les tensions internationales

    En Europe rgne au cours de la seconde moiti du XIXme

    sicle un climat conflictuel entre

    les grandes puissances que sont les empires allemand, d'Autriche-Hongrie, de Russie,

    ottoman, la France, et le Royaume-Uni. Ce climat trouve son explication dans les

    bouleversements qui ont eu lieu partir de 1848 et qui ont engendr des tensions en 1914 sur

    le vieux continent.

    L'Autriche-Hongrie2

    L'Autriche-Hongrie voit ses vises expansionnistes en direction de la mer Ege contraries

    par la politique russe. D'autre part, son empire connat des difficults internes cause des

    pousses nationalistes des Slaves du Sud (Croates, Slovnes, Bosniaques ...).

    Oppositions avec les intrts conomiques allemands.

    L'Allemagne

    L'Europe est secoue une seconde fois entre 1870 et 1871 avec l'unit de l'Italie et de

    l'Allemagne.

    1 Enchanement inluctable de circonstances dont on ne peut sortir l'engrenage de la violence

    2 Issu du Compromis de dcembre 1867 conclu entre lempire dAutriche et le royaume de Hongrie, lEmpire

    austro-hongrois sest effondr au terme de la Premire Guerre mondiale, en novembre 1918.

  • [CHAPITRE 10 & 11] 08 novembre 2013

    Page 2 sur 10

    L'Allemagne est devenue la deuxime puissance industrielle du monde derrire les U.S.A.;

    l'Empereur veut lui assurer une position stratgique, des matires premires, des dbouchs

    commerciaux et des aires d'investissements. L'empereur Guillaume Il lance son pays dans une

    politique mondialiste.

    En 1897, le Kaiser Wilhelm II annona son intention de mener une "politique mondiale", la

    Weltpolitik, justifie par la dpendance de l'industrie allemande, de plus en plus puissante,

    vis--vis des importations de matires premires. Cette politique, agressive (contrairement la

    politique de Bismarck) et soutenue par la presse allemande et les nationalistes, consista donc

    avoir "une place au soleil", prendre possession de territoires, le plus souvent situs dans les

    eaux territoriales mondiales, dots de matires premires. La Weltpolitik, mene par Bernhard

    Von Blow et l'amiral Alfred Von Tirpitz, ncessita a fortiori une puissance navale

    consquente, dont le dveloppement sera assur avec une extraordinaire russite par Von

    Tirpitz. Les ambitions de l'Allemagne et l'accroissement de son empire colonial, crrent des

    craintes chez les Franais et les Britanniques notamment et donc des tensions qui,

    additionnes aux autres, allaient mener le monde vers une guerre sans prcdent.

    L'essor de sa marine de guerre est un sujet d'inquitude pour la Grande-Bretagne, souveraine

    sur les mers.

    Les intrts allemands se heurtent ceux de la France tant en Europe qu'en Asie et en

    Afrique.

    L'Italie

    Le jeune imprialisme italien tend prendre pied, lui aussi, dans les Balkans (littoral dalmate,

    Albanie). Rveil des revendications concernant le Trentin et Trieste demeurs sous

    domination autrichienne.

    La Russie

    Vaincue en Extrme-Orient et secoue par la rvolution de 1905, la Russie cherche

    remporter un succs. Pour cette raison, elle renoue avec sa politique des Slaves des Balkans;

    elle espre qu'un jour lui donneront accs aux "mers chaudes".

    Les Balkans, une situation explosive

    1908-1909: l'Autriche-Hongrie a dcid d'annexer la province ottomane de Bosnie-

    Herzgovine et, de ce fait, se heurte la Serbie qui est soutenue par la Russie.

    La France refuse de faire jouer son alliance avec la Russie et conseille la modration la

    Serbie.

    oct. 1912: la guerre clate entre l'Empire ottoman et les petits Etats du Sud des Balkans

    (Bulgarie, Grce, Montngro, Serbie) groups en ligue balkanique.

    La ligue, victorieuse des Turcs, doit accepter l'arbitrage des grandes puissances.

    La Macdoine et la Thrace sont partages; la Serbie doit renoncer l'Albanie qui devient une

    principaut indpendante.

    1913: nouvelle guerre balkanique. La Bulgarie soutenue par l'Autriche s'oppose aux autres

    vainqueurs, associs la Roumanie, pour le partage des dpouilles. La Bulgarie est dfaite.

  • [CHAPITRE 10 & 11] 08 novembre 2013

    Page 3 sur 10

    Le trait de Bucarest partage la Macdoine entre la Grce et la Serbie, la Roumanie s'agrandit

    vers le Sud et la Bulgarie garde une troite faade sur la mer Ege.

    B- La naissance des alliances (1882-1893)

    Ces multiples tensions aboutissent la constitution de deux blocs antagonistes. En 1882, la

    Triple Alliance ou Triplice est forme entre l'Allemagne, l'Autriche-Hongrie et l'Italie. Face

    une ventuelle menace de leur part, la France forme avec la Russie une premire alliance en

    1893, puis cre avec le Royaume-Uni en 1904 la Triple Entente.

    C- La course aux armements

    La rivalit conomique avec l'Allemagne n'inquite pas beaucoup nos gens, et ils admirent

    son industrie puissante et son gnie de l'organisation. Mais ils n'aiment pas les trouble-fte. Ils

    souponnent l'empereur de Weltpolitik et ils voient que l'Allemagne acclre le rythme de

    ses armements pour dominer l'Europe, et impose ainsi une charge horrible de dpenses

    inutiles toutes les autres puissances. En deux mots comme en cent, pour garantir la paix,

    nous devons maintenir notre entente avec la France.

    D- L'entre en guerre (1914): d'une crise balkanique une guerre europenne

    La crise clate le 28 Juin 1914 avec l'assassinat de l'archiduc Franois Ferdinand, hritier de

    l'empire d'Autriche-Hongrie, peu apprci des autres dirigeants europens, Sarajevo par le

    nationaliste Serbe Gravilo Princip. Le 23 Juillet, l'Autriche-Hongrie adresse un ultimatum la

    Serbie. Le 1er Aot, tous les pays europens entrent dans un engrenage conduisant une

    guerre dont on ne connat pas encore l'issue. Le 30 Juillet, la Russie soutenant la Serbie

    mobilise et se prpare la guerre. L'Allemagne, par le jeu des alliances, est alors dans

    l'obligation de dclarer la guerre la Russie le 1er Aot. Le lendemain, c'est au tour de la

    France de dclarer la guerre l'Allemagne. Cette dernire lui dclare elle aussi la guerre et

    commet le premier manquement au rglement international en envahissant la Belgique,

    jusque-l pays neutre. Le 4 Aot, le Royaume-Uni dclare la guerre l'Allemagne.

    Ainsi, l'Europe passe d'une simple crise balkanique un conflit entre Europens.

    II- LE DEROULEMENT DE LA GUERRE

    A- D'une guerre de mouvement une guerre de position

    Dans cette guerre, deux camps s'affrontent avec, tous deux, de bons atouts. La Triple Entente

    matrise les mers, dispose de nombreuses colonies, et encerclent dj l'ennemi de par ses

    positions gographiques. La Triplice a, quant elle, une forte capacit militaire, et est dj

    prte pour la guerre car l'avait souhaite. Selon un tmoignage de la romancire tats-unienne

    Edith Wharton, dans Voyage au front, les Franais, comme la plupart des peuples concerns

    par la guerre, ne voulaient pas la guerre mais partaient pour ce qu'ils croyaient juste.

    L'historien franais Marc Bloch parlait de rsignation patriotique. Les armes taient

  • [CHAPITRE 10 & 11] 08 novembre 2013

    Page 4 sur 10

    nanmoins persuades qu'elles rentreraient pour Nol. Ds le mois d'aot en France, 4 622

    000 rservistes et conscrits sont envoys sur le front. En 1914, la France subit l'attaque du

    plan Schiffen. Les Franais, qui s'taient posts l'Est, n'ont pu empcher l'attaque de

    l'Allemagne porte au Nord-Est. Du fait de ce problme tactique, les soldats allemands

    arrivent aux portes de la capitale le 2 Septembre. Entre le 6 et le 13 septembre, les armes du

    gnral franais Joffre organisent une contre-offensive lors de la bataille de la Marne et

    cherchent amener l'ennemi l'Ouest o il sera encercl par le Royaume-Uni et la France.

    Cette mme anne, la course la mer est lance mais aucune victoire significative n'en est

    ressortie. Fin 1914-dbut 1915, les deux armes sont face face. Le front est immobile sur

    700 kilomtres avec aucun obstacle naturel pour se protger. On commence alors s'enterrer

    dans des tranches: la guerre de mouvement devient une guerre de position. Ce nouveau type

    d'affrontement entrane d'importants changements: ct franais, on opte pour l'uniforme bleu

    horizon, plus discret, une utilisation plus frquente de l'artillerie, et tout particulirement du

    char, ou tank, invent pour la premire fois par les Britanniques.

    Les soldats, ct Triplice comme Triple Entente, dcouvrent les horreurs de la guerre enlise.

    Les conditions de vie dans les tranches sont extrmes: on manque d'eau, de nouvelles de

    l'arrire, d'hygine du fait des parasites et des cadavres l'air libre. A cela s'ajoute la peur des

    attaques ennemies, la fatigue, et le stress, les armes ne pouvant gagner que quelques mtres

    de tranches vers l'ennemi qui peut, la nuit suivante, les reprendre. Du fait de l'omniprsence

    de la mort, les soldats sont rsigns mais esprent que la guerre se terminera. Ces conditions

    obligent l'tat-major changer de stratgie: on cherche dsormais sortir de la guerre de

    position en provoquant l'offensive. En France, Joffre prend cette initiative et le rsultat est

    dsastreux: 350 000 morts dans les deux camps pour quatre kilomtres de gagns et un retour

    aux tranches. La Russie est de son ct presque anantie: les problmes linguistiques

    survenus au cours des batailles, la population tant en grande partie allogne*, en sont une des

    causes.

    En 1915, l'Italie abandonne la Triplice pour l'Entente qui lui avait promis de lui rendre le

    territoire italien occup par l'Autriche-Hongrie et attaque l'empire autrichien sur le flanc

    mridional. La mme anne, la Bulgarie et l'Empire ottoman s'engagent du ct de la Triplice.

    En 1916, la France livre deux batailles inutiles et sanglantes: la bataille de Verdun et de la

    Somme. Verdun est une cit fortifie franaise servant de repre aux armes. Les Allemands

    souhaitaient la prendre pour empcher tout ventuel repli franais. La bataille dure de fvrier

    dcembre et se solde par une victoire franaise. Victoire psychologique, tant donn que

    l'attaque est repousse de cinq kilomtres et aboutit de nouvelles tranches. La bataille de la

    Somme, pure diversion, qui a dur de juillet novembre, s'est solde, elle, par une victoire

    psychologique allemande. Face ce blocage, les alliances entrent dans une guerre d'usure: on

    attend que l'adversaire abandonne.

    La guerre se prolonge et devient une guerre dusure qui met lpreuve tant les forces

    morales que matrielles des combattants. Les tats-majors veulent saigner blanc les

    armes adverses. Les Russes lancent une attaque dans les Carpates, mais doivent faire face

    une grande offensive des puissances centrales, les Turcs tant galement passs lattaque au

    Caucase pour prendre les armes russes revers. Pour tenter de soulager la pression sur les

    Russes en attirant le maximum de troupes allemandes vers l'ouest, Franais et Britanniques

    lancent assaut sur assaut en Artois, puis en Champagne, le 16 fvrier. Le 20 fvrier, Reims est

    bombarde par les Allemands. La tentative de perce franaise est un chec et la bataille de

    Champagne se termine le 20 mars. Ces offensives de 1915 ont russit bousculer quelque peu

    les dispositifs allemands, mais c'est au prix de pertes allies effroyables. Le haut-

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Caucasehttp://fr.wikipedia.org/wiki/20_f%C3%A9vrierhttp://fr.wikipedia.org/wiki/Reimshttp://fr.wikipedia.org/wiki/Premi%C3%A8re_bataille_de_Champagnehttp://fr.wikipedia.org/wiki/Premi%C3%A8re_bataille_de_Champagnehttp://fr.wikipedia.org/wiki/20_mars

  • [CHAPITRE 10 & 11] 08 novembre 2013

    Page 5 sur 10

    commandement alli doit constater linsuffisance des moyens dattaque, particulirement en

    artillerie lourde, domaine dans lequel lAllemagne possde une supriorit incontestable

    depuis le dbut de la guerre.

    B- La mondialisation du conflit

    Depuis aot 1914, les Franais pauls par des troupes coloniales belges venues du Congo

    combattent les Allemands et finissent par les battre au Togo, faisant entrer ce pays d'Afrique

    occidentale dans le giron franais ds 1915. En Afrique orientale allemande, les Anglais et les

    Belges combattent les troupes coloniales du colonel Von Lettow Vorbeck.

    A partir de 1916, la guerre s'ouvre sur de nouveaux fronts et devient vritablement mondiale:

    l'Entente fait appel ses colonies, dbarque dans le dtroit des Dardanelles et porte le conflit

    en Orient. En Asie, le Japon, engag ds le mois d'aot 1914 aux cts de l'Entente, multiplie

    les offensives contre les possessions allemandes en Chine et dans le Pacifique. En 1916, le

    Portugal et la Roumanie s'engagent du ct de l'Entente. En Europe de l'Ouest, la guerre

    d'usure engendre une profonde dmoralisation l'arrire comme au front. Ds avril 1917, des

    grves se multiplient dans les industries d'armement et des mutineries. En Russie, la situation

    est dramatique. En 1914, la Russie est une grande puissance de 170 millions d'habitants, mais

    dont un quart est allogne et rclame un pays. En outre, l'industrialisation y est trs localise.

    Le tzar Nicolas II fait face, quant lui, deux forces d'opposition: les libraux souhaitant un

    rgime parlementaire et la libert conomique, et les bolcheviques*, souhaitant instaurer un

    rgime inspir du marxisme et dirig par Lnine. Ce dernier est exil car considr comme un

    agitateur mais il russit diffuser clandestinement ses ides. Les manifestations et les

    mutineries font rage en Russie en cette anne 1917. Le 26 fvrier, toutes les classes sociales

    manifestent Petrograd, l'actuelle Saint-Ptersbourg, en rclamant plus de dmocratie et la fin

    de la guerre. C'est la Rvolution de Fvrier. Le 2 mars, le tzar abdique et est fusill en avril

    avec sa famille. Se met alors en place un gouvernement provisoire. Dirig principalement par

    les libraux, il devient trs vite impopulaire du fait qu'il continue la guerre. Lnine, qui a

    russi revenir en Russie, dcrte alors qu'une seconde rvolution est ncessaire. En octobre

    1...

Recommended

View more >