Les animaux sur le front franais de la Grande ??Les animaux sur le front franais de la Grande Guerre Ils s’appelaient Vaillant ou Rintintin. Ils ont omattu sur les fronts de la Grande Guerre.

  • Published on
    06-Feb-2018

  • View
    214

  • Download
    2

Embed Size (px)

Transcript

  • Les animaux sur le front franais de la Grande Guerre

    Ils sappelaient Vaillant ou Rintintin. Ils ont combattu sur les fronts de la Grande Guerre. Quils soient poils ou plumes, les animaux ont rempli des missions de guerre, en soutien des combattants, souvent sous le feu ennemi. Tout au long du conflit, ils sont devenus des compagnons dinfortune.

    Le 2 aot 1914, si la mobilisation permet de multiplier par quatre le format de larme franaise, prs de 14 millions danimaux sont enrls. Malgr le dveloppement du chemin de fer et de lautomobile, le cheval reste indispensable. Plus de 8 millions auraient particip la guerre. Si larme de la cavalerie est larme offensive par excellence, elle se rvle peu efficace face aux canons et aux mitrailleuses. Sur le champ de bataille, la mission du cheval volue. Animal fort, agile, rapide et maniable, il est missionn la logistique ou affect aux compagnies de mitrailleuses de linfanterie et aux batteries dartilleries. Une batterie de 4 canons ncessite environ 200 chevaux. Il transporte matriel, armement et approvisionnement vers le front, faisant fi des chemins accidents, de la boue et des intempries. Il tracte galement les ambulances, les trains et les vhicules. Face au besoin grandissant, les chevaux de fermes sont rquisitionns. En 1917, le cheval est dcim par lartillerie, les gaz et les maladies. Prs de 300 chevaux tombent chaque jour. Il est de plus en plus difficile de les remplacer. Il faut aller les acheter au Canada, aux Etats-Unis ou en Argentine. On les amne par bateaux lors dinterminables traverse de lAtlantique , explique Eric Baraty, professeur luniversit de Lyon 3 et historien. Cette baisse deffectif a un impact ngatif sur la tactique militaire. Dautres quids participent leffort de guerre. Environ 275 000 nes et mulets, dernier maillon de la chane de transport, sont utiliss par les armes partir de 1916. Majoritairement originaires dAlgrie, animaux robustes - pouvant transporter le poids de 4 hommes - et agiles, ils deviennent un lment indispensable lartillerie de montagne.

    Malgr le dveloppement du chemin de fer et de lautomobile, le cheval reste indispensable. Animal fort, agile, rapide et maniable, il est missionn la logistique ou affect aux compagnies de mitrailleuses de lInfanterie et aux batteries de lArtillerie. Il transporte matriel et approvisionnements vers le front, faisant fi des chemins accidents, de la boue et des intempries.

    Larme franaise utilise prs de 60 000 pigeons voyageurs comme moyen de communication pour faire face aux bombardements qui coupent rgulirement la communication entre units. Si des centres dinstruction colombophiles militaires fournissent la majorit des pigeons, dautres sont rquisitionns dans les colombiers des grandes villes. En 1917, 250 colombiers-remorques seront oprationnels contre 48, en 1916. La fume, les bombardements, le brouillard nempchent pas le vol du pigeon qui doit livrer son message. Leurs devises : franchir ou mourir . Le pigeon Vaillant, matricule 787.15, a port le dernier message Verdun lors du sige du fort de Vaux, en 1916 : 4-06-16 - 11h30 Nous tenons toujours mais nous subissons une attaque par les gaz et les fumes trs dangereuses. Il y a urgence nous dgager. Faites nous donner suite communication optique par Souville qui ne rpond pas nos appels. Cest mon dernier pigeon. Raynal.

    Les chiens ne sont pas en reste. En aot 1914, le 19me bataillon de chasseur part au front avec ses 6 chiens de liaison. Neuf mille sont rquisitionns chez les particuliers et dans les refuges. Un chenil militaire est

  • cr au 12e bataillon de chasseurs alpins puis au sein de la VIIe arme. En 1915, le ministre de la Guerre reconnait lemploi du chien dans larme. Deux ans plus tard, le Service des chiens de guerre est cr. Lanimal prsente de nombreux avantages : une oue fine, un odorat dvelopp et une fidlit toute preuve. Il est capable deffectuer diverses missions : aide sanitaire et ambulancier, liaison, attelage et attaque, recherche, patrouilleurs et sentinelles Comme le chat, il est utilis comme dratiseur dans les tranches mais galement comme dtecteur de gaz. En novembre 1918, prs de 5 500 ont t tus ou ports disparus.

    En 1917, le cheval est dcim par lArtillerie, les gaz, lusure et les maladies. Prs de 300 chevaux tombent chaque jour. Il est de plus en plus difficile de les

    remplacer.

    Partageant le quotidien des soldats dans les combats, la boue des tranches, le froid et la faim, les animaux deviennent rapidement des compagnons dinfortune. Ils apportent rconfort et soutien moral aux soldats : cest la naissance des mascottes. Dautres animaux, comme les puces et les totos (poux), sinvitent galement cette guerre, sans avoir t rquisitionns