ProcesBarbie[1] Copy

Embed Size (px)

Text of ProcesBarbie[1] Copy

Procs Barbie Diffusion sur France Culture Juillet Aot 2004 http://www.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/ete2004/barbie/presentation.php Le procs Barbie Le procs de Klaus Barbie s'est droul du 11 mai au 4 juillet 1987 devant la Cour d'Assises du dpartement du Rhne, au Palais de Justice de Lyon. C'tait la premire fois en France que l'on jugeait un homme accus de crime contre l'humanit. Les charges retenues contre Barbie concernaient trois faits distincts : - La rafle opre Lyon le 9 fvrier 1943 l'Union Gnrale des Isralites de France (UGIF) rue SainteCatherine - La rafle d'Izieu du 6 avril 1944 - La dportation de plus de 600 personnes dans le convoi du 11 aot 1944 Au terme de huit semaines d'audience, Barbie a t condamn le 4 juillet 1987 la rclusion criminelle perptuit.

Klaus Barbie Repres biographiques : Klaus Barbie est n le 25 octobre 1913 Bad Godesberg, une petite ville de la valle du Rhin. Membre des Jeunesses hitlriennes en 1933 et du Parti nazi en 1937, il est affect pendant la guerre dans les services de scurit (SD) Amsterdam, puis partir de 1942 Lyon, o il dirige la section charge de la lutte anticommuniste, antisabotage et antijuive . Aprs la guerre, il bnficie de la protection des services secrets amricains qui l'utilisent comme agent dans leur lutte contre la Russie sovitique. Il s'exile en Bolivie et il acquiert la nationalit bolivienne en 1957. Au dbut des annes 70 Beate et Serge Klarsfeld retrouvent sa piste. Christian Riss, juge d'instruction au tribunal de grande instance de Lyon, dlivre le 5 novembre 1982 un mandat d'arrt contre Barbie-Altmann. Le 5 fvrier 1983, Barbie est livr la justice franaise. Les procs qui l'avaient condamn mort par contumace, en 1952 et 1954, avaient numr ses exactions : tortures, excutions, dportations, pillages. Plus de vingt ans s'tant couls depuis ces jugements, ces faits ne pouvaient plus lui tre reprochs. Mais Barbie est accus de crimes contre l'humanit, par dfinition, imprescriptibles. L'imprescriptibilit des crimes contre l'humanit, inscrite dans le droit franais depuis 1964, permet donc une nouvelle inculpation. Ses dfenseurs : Me Jacques Vergs, Me Jean-Martin Mbemba, Me Nabil Bouaita. La Cour d'Assises Prsident : M. Andr CERDINI Assesseurs : M. Grard BECQUET, M. Andr PICHERIT. Assesseurs supplmentaires : M. Robert PARNEIX, M. Michel TERRIER. Reprsentants du Ministre public : M. Pierre TRUCHE (procureur), M. Jean-Olivier VIOUT (substitut gnral). Jurs : Mme Christiane LEVRAT, M. Michel PIERRE, M. Patrick TOBALDI, M. Michel DUCLOS, Mme Anne-Marie MERCANDINO, M. Herv BEAUDOUX, M. Jean CHOLOT, Mme Marie-Thrse SIMEONE, Mme Christine PREVAULT. Jurs supplmentaires : M. Jean BORNAND, Mme Florence FRANCOIS, M. Michel BURGUET, M. Guy BELTRANDA, Mme Jacqueline VEYLAND, M. Pierre CEYSSON.1

Parties civiles au Procs Barbie Parties civiles constitues en cours de procdureAMICALE DES ANCIENS DEPORTES JUIFS DE FRANCE Mme PIKKEL Hermine, veuve SULKLAPER Rachmil ; Mme SULKLAPER Isabelle Dorothe ; Mme SULKLAPER Sophie Julia - Avocats : Mes ALALOF, ZIMMERMANN, GRINSPAN et ZELMATI M. ROSENSCHWEIG Salomon - Avocats : Mes ALALOF, ZIMMERMANN et ZELMATI Mme BENTITOU Jeanne, pouse BOTRINI - Avocats : Mes ANSELLEM, COLLARD et ZELMATI ASSOCIATION INDEPENDANTE DES ANCIENS DEPORTES ET INTERNES JUIFS - Avocats : Mes ASSOULINE-ABECASSIS et JAKUBOWICZ Mme ISRAEL, veuve COSTA - Avocat : Me de BEAUREPAIRE AMICALE DES ANCIENS DE DACHAU ; ASSOCIATION DES ANCIENS COMBATTANTS ISRAELIENS DE LA REGION RHONE-ALPES M. NAHMIAS Elie UNION DEPARTEMENTALE DES COMBATTANTS VOLONTAIRES DE LA RESISTANCE DU RHONE - Avocat : Me BERMANN M. PETIT Aim UNION NATIONALE DES DEPORTES, INTERNES ET VICTIMES DE GUERRE - Avocats : Me DENARD et COHENDY COMITE D'ACTION DE LA RESISTANCE - Avocats : Mes DUCREUX, DUMAS, et COHENDY Mme Lise BOGATTO, pouse LESEVRE - Avocat : Me DUMAS Mme GOMPEL Nicole - Avocats : Mes FEDER, CHARRIERE-BOURNAZEL et BAVEREZ MOUVEMENT CONTRE LE RACISME ET POUR L'AMITIE ENTRE LES PEUPLES - Avocat : Me GOURION ASSOCIATION DEPARTEMENTALE DES FAMILLES DES FUSILLES ET DISPARUS, INTERNES, RESISTANTS ET PATRIOTES DU RHONE ; ASSOCIATION NATIONALE DES ANCIENS COMBATTANTS DE LA RESISTANCE Mme BLOCH Lisette, pouse GUMPEL ; Mme GUMPEL Claudine, pouse MOOS ; M. GUMPEL Georges ; Mme GUMPEL Michle, pouse GANEM - Avocat : Me IANNUCCI AMICALE DES DEPORTES D'AUSCHWITZ ET DES CAMPS DE HAUTE SILESIE - Avocats : Mes IMERGLICK et IANNUCCI M. BLOCH Robert COMITE DE COORDINATION DES COMMUNAUTES ET ORGANISATIONS JUIVES DE FRANCE ; CONSISTOIRE CENTRAL ISRAELITE DE FRANCE ET D'ALGERIE M. LOEB Louis ; Mme SAFRAN Edith, pouse CHARBIT ; Mme WEISSMANN Sylvie, pouse KARLIN ; Mme ADELSHEIMER Ruth ; M. AMENT Alfred ; M. ARONOWITZ Kalman - Avocat : Me JAKUBOWICZ ASSOCIATION DES FILS ET FILLES DE DEPORTES JUIFS DE FRANCE Mme AVRAN Clara, pouse BASCHIS ; M. AVRAM Yehiel ; Mme BALSAM Hlne, pouse NISKIER ; M. BENASSAYAG Marc ; Mme BENGUIGUI Yvette ; M. BENTITOU Jules ; Mme BERGER Ra ; Mme BLUM Francine, veuve NAHMIAS ; Mme BLUM Nicole, veuve FRIEDMANN ; M. BITTON Elie ; Mme CHOURAKI Fortune, pouse BENGUIGUI ; M. CODOT-GOLGERG Michel ; Mme FELDBLUM La, pouse ZLAFTIN ;2

M. FRAJBERG Emile ; M. FRIEDLER Isidore ; Mme FRIEDMANN Sraphine, pouse HALPERN ; M. HALAUNBRENNER Alexandre ; Mme HALAUNBRENNER Monique, pouse EPSTEINAS ; M. HALPERN Julius ; M. le docteur Avraham HARTZOOK, n Adolph ZUCKERBERG ; Mme HOFFNER Itta, veuve HALAUNBRENNER ; Mme ITKINE Mireille ; M. JAPKOWICZ Michel ; M. KADOSCHE Daniel ; Mme. KADOSCHE Simy, pouse LAGRANGE ; M. KADOUSS Albert ; M. KHAN Herbert ; M. KAPLON Srul ; M. KARJEMAN Cham ; M. KROCHMAL Henry ; Mme LANZBERG Sara, veuve WOLFF ; Mme LEINER Dina, pouse STRAUSS ; M. LILENSZTEIN Anatole ; Mme LOEWRY Berta ; Mme LOEWRY Diana ; Mme LUZGART Fanny, pouse NAEROFF ; M. MERMELSTEIN Max ; Mme METZER Odette, pouse ZADOC-KAHN ; M. MOSKOWITZ Lon ; Mme NAEROFF Michle, pouse HERTMAN ; Mme REIN Raymonde ; M. ROZENBERG Henri ; M. SADOWSKI Cham ; M. SADOWSKI Joseph ; Mme SHERRY Doris ; Mme STEPPER Clara ; M. SULLAPER Victor ; Mme SZLEZYNGER Clara, pouse PALATCHI ; Mme TAITELBAUM Sarah, pouse MACHOROWSKY ; Mme VAN GUNDERBEEK Constance, veuve SEILER ; Mme WEIL Jacqueline, pouse DREYFUS ; Mme WERTHEIMER Doris, pouse KATZ ; Mme WERTHEIMER Evelyne, pouse LALOUM ; M. WOLFF Jean-Franois ; Mme WOLFF Odette, veuve BEUGNET ; M. ZALKIND Ari ; Mme ZOHAR Alice, pouse ARNAULT - Avocats : Mes KLARSFELD, LIBMAN et ZELMATI LIGUE INTERNATIONALE CONTRE LE RACISME ET L'ANTISEMITISME - Avocats : Mes KORMAN, LEVY et JAKUBOWICZ ASSOCIATION "CEUX DE LA LIBERATION" - Avocats : Mes LOMBARD, CASTELLI, AMAR et LA PHUONG LIGUE FRANAISE POUR LA DEFENSE DES DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN - Avocat : Me NOGUERES FEDERATION NATIONALE DES DEPORTES ET INTERNES, RESISTANTS ET PATRIOTES - Avocats : Mes NORDMANN, DU GRANRUT et IANNUCCI Mme CHWAST Sabina, veuve ZLATIN ; M. REIFMAN Laib Lon - Avocats : Mes RAPPAPORT et IANNUCCI CONFEDERATION NATIONALE DES COMBATTANTS DE LA RESISTANCE - Avocat : Me RIGAL M. STOURDZE Jean-Michel ; M. STOURDZE Marcel - Avocat : Me SKORNICKI FEDERATION NATIONALE DES DEPORTES ET INTERNES DE LA RESISTANCE - Avocats : Mes SOUCHAL et VUILLARD FEDERATION NATIONALE DES FILS ET MORTS POUR LA France - Avocats : Mes TEBIB et PAUL ASSOCIATION DES ANCIENS DES MOUVEMENTS UNIS DE RESISTANCE, ASSOCIATION DES DEPORTES ET INTERNES ET FAMILLES DE DISPARUS DU JURA, ASSOCIATION DES DEPORTES ET INTERNES ET FAMILLES DE L'AIN, ASSOCIATION DES RESCAPES DE MONTLUC, ASSOCIATION NATIONALE DES FAMILLES DE RESISTANTS ET OTAGES MORTS POUR LA FRANCE, MOUVEMENT D'UNION ET ACTION DES DEPORTES ET INTERNES DE LA RESISTANCE, UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE DEPORTES, INTERNES ET FAMILLES DE DISPARUS Mme VITTE Ennat, veuve LEGER - Avocat : Me VUILLARD M. EBERHARD Bernard - Avocats : Mes WELZER et IANNUCCI FEDERATION DES SOCIETES JUIVES DE France - Avocats : Mes ZAOUI et JAKUBOWICZ

3

Parties civiles constitues au cours du procs M. HIPSER Kurt - Avocat : Me BERMANN Mme MINKOWSKI Esther, pouse MAJEROWICZ - Avocat : Me COHENDY Mme CHATRE Josphine, pouse AMBRE ; Mme CORAL Angelina ; Mme VOGEL Rosa, ne EISNER Avocat : Me IANNUCCI Mme ALEXANDRE Odette, pouse CAHEN ; Mme ALHARAL Pierrette, veuve Jacques ALHARAL ; M. BALBIN Franck ; M. BITTON Claire ; M. BITTON David ; Mme BITTON Dhina, pouse GODET ; M. BITTON Jacob ; Mme BITTON Mardoche ; Mme BITTON Suzanne ; Mme FASS Charlotte, pouse WARDI ; Mme GETTLICH Arlette-La, pouse BIRES ; Mme GOTTLIEB Eva-Chava ; Mme GUNSTING Marie, veuve DEUTSCH ; Mme KADOUSCHE Juliette, pouse BERKOVIC ; Mme KADOUSS Dalila, pouse RUANO ; Mme KAMINSKI Annick, pouse BRUGER ; M. KAMINSKI Benjamin ; Mme KAMINSKI Franoise, pouse GERARD ; Mme LANZET Malvine, pouse KESSLER ; Mme SCHLEZYNGER Sophie, pouse BALBIN ; M. SULKLAPER Bernard ; Mme STEINMULLER Denise ; Mme WOLFF Marianne, pouse SAKSIK ; M. ZAJTMAN Bernard ; Mme ZASTMAN Masza, pouse WAJMAN - Avocats : Mes KLARSFELD, LIBMAN et ZELMATI Mme LEVY Gilberte, pouse JACOB - Avocat : Me NORDMANN Mme FREMION Irne, pouse CLAIR ; M. PLANQUE Vincent - Avocat : Me RIGAL M. TROUSSIER Henri - Avocats : Mes SANTET et COHENDY M. SCORIN ; Mme SKORKA Rgine, pouse JAKUBERT - Avocats : Mes WELZER, LEFORT et IANNUCCI Mme FURMANSKI Lucette - Avocat : Me ZIMMERMAN Mme LARAT Charlette, veuve BLANCHY - Avocats : Mes GRENIER et CASTELLI M. SIMONET Louis ; Mme HAIJHTON Evelyne, veuve LECHENE - Avocat : Me IANNUCCI M. COHEN Robert Nessim - Avocat : Me RAVAZ ASSOCIATION "SOUVENIR DU COMMISSAIRE JULES CROS"

Tmoins du Procs Barbie Experts Daniel GONIN, psychiatre ayant particip l'examen psychiatrique de Klaus Barbie Jacques VEDRINNE Didier WEBER Rudolf HOLTFORT, procureur allemand, expert dans la procdure concernant la solution finale contre les juifs Alfred STREIM, procureur allemand, chef du service central de la Justice en charge de l'claircissement des crimes nazis et de la recherche des responsables Tmoins cits par le ministre public Otto ABRAMOVICI, Josphine AMBRE, Alice ARNAULT, Fortune BENGUIGUI-CHOURAKI, Mario BLARDONE, Flix BONNAT, Henri BORGEL, Henri BULAWKO, Rolande CLAIR, Robert CLOR, Michel COJOT-GOLDBERG, Angelina CORAL, Andr COURVOISIER, Ehrard DABRINGHAUS, Julien FAVET, La FELDBLUM, pouse Klaftin, Julie FRANCESCHINI, Irne FREMION, pouse CLAIR, Isidore FRIEDLER, Andr FROSSARD, Eva GOTTLIEB, Francine GUDEFIN, Fernand HAHN, Alexandre HALAUNBRENNER, Ita HALAUNBRENNER, Kurt HIPSER, Simone KADOSCHE, pouse LAGRANGE, Benjamin KAMINSKI, Lon SRUL-KAPLON, La KATZ, pouse WEISS, Edith KLEBINDER, Fortun LANFRANCHI, Issac LATHERMANN, Lise LESEVRE, Gilberte LEVY, pouse JACOB, Anatole LILIENSTEIN, Esther MAJEROWICZ, Lucien MARGAINE, Andre MEAUDRE DE SUGNY, Robert MERIAUDEAU, Elie NAHMIAS, Paul NIEDERMANN, Charles PALANT, Henri PERRET, Aim PETIT, Vincent PLANQUE, Lon LEIB-REIFMANN, Raymonde REIN, Paulette ROCHE, Gustavo SANCHEZ, Jrme SCORIN, Louis SIGOT, Louis SIMONET, Rgine SKORKA, Marcel STOURDZE, Victor SULLAPER, Siegfried SZEMENDERA, Gabrielle TARDY, Michel THOMAS, Henri TROUSSIER, Raymonde VALAT, pouse GUYON, Alice VANSTEENBERGHE, Ennat VITTE, Charlotte WARDY, Adolphe WAYSENSON, Elie WIESEL, Andr WUCHER, Ren WUCHER, Sabina ZLATIN. Tmoins d'intrt gnral, cits par le ministre public Henri BAILLY, Gert BASTIAN, Jacques CHABANDELMAS, Jacques DELARUE, Pierre DURAND, Marie-Madeleine FOURCADE, Genevive DE GAULLEANTHONIOZ, Albert JACQUARD, Andr JARROT, Yves JOUFFA, Maurice KRIEGEL-VALRIMONT, Camille LABRUX, Tony LAINE, Robert LANON, Pierre-Yves LESAGE, Pierre MEUNIER, Robert PAGES, Elie PICARD, Lazare PITKOWICZ, Lon POLIAKOV, Ren ROUSSEL, Dora SCHAUL, Wolfgang SCHEFFLER, Laurent SCHWARZ, Guy SERBAT, Andr TOURNE, Marie-Claude VAILLANT-COUTURIER, dite VOGEL. Tmoins cits par la dfense Raymond AUBRAC, Yves DANION, Jacques FASTRE, Jacques FROMENTDELAUNAY, Paul GUILLOCHON, Eddine LAKDAR-TOUMI.

4

L'intention : 11 mai 1987- 4 juillet 1987. Pour la premire fois en France tait jug un criminel nazi. Aprs quarante ans de cavale entre la Bolivie et le Prou, Klaus Barbie entrait dans le box de l'accus de la Cour d'assises du Rhne au Palais de justice de Lyon. Les faits qui lui taient reprochs taient tristement clbres ; rafles de la rue Sainte-Catherine le 9 fvrier 1943 et celle d'Izieu le 6 avril 1944, dportation de plus de six cents juifs et rsistants dans le dernier convoi parti le 11 aot 1944 de Lyon destination des camps de la mort. Pour la premire fois aussi le procs tait enregistr. Pour France Culture, c'est un document extraordinaire. Au total, il compte prs de 160 heures qui correspondent trente-sept jours d'audience. Il va de soi que des coupes sont ncessaires sans faire pour autant des morceaux choisis. Il s'agit de restituer le plus fidlement possible la densit, la dure, la complexit du procs en proposant des clairages historiques, juridiques, et journalistiques tout au long de la diffusion. La construction de vingt-cinq heures d'missions (comparables la diffusion du procs Touvier en aot 2002 sur l'antenne de France Culture) repose sur le respect de la chronologie du procs, de la dsignation des jurs en passant par l'audition des tmoins ; des plaidoiries des parties civiles, du rquisitoire, des plaidoiries de la dfense jusqu'au verdict. Il n'y a pas de montage de la parole. Encore moins de voix off. Sont donns en priorit les tmoignages des victimes de Klaus Barbie qui possdent une force motionnelle intense. Pas d'effets qui brouilleraient les dbats. Sont indiqus les jours d'audience et le nom des intervenants. Toutes les prcautions sont prises pour ne pas changer le sens des dbats et permettre aux auditeurs de suivre jour aprs jour les audiences, y compris dans leur longueur. Pour accompagner la diffusion du procs, interviennent des historiens, des juristes, des chroniqueurs judiciaires, des philosophes, des crivains, qui ragissent de leur point de vue d'acteurs, de tmoins ou de chercheurs. Ils ne commentent pas le procs, ils l'clairent. La diffusion de larges extraits de ce procs, scands et dcrypts, participe du travail de mmoire accompli par la socit franaise face son pass. La forme : 25 missions d'une heure, diffuses de 11 h 12 h partir du 26 juillet 2004 durant 5 semaines du lundi au vendredi. L'quipe : - Productrice : Dominique Missika - Ralisation : Pierrette Perrono - Attache d'mission : Claire Martin du Gard

Bibliographie

Sur la Rsistance :Raymond Aron Chroniques de la guerre Gallimard (Juin 1990) Rassemble plus de soixante tudes publies Londres dans la revue La France libre et sept autres parues Paris au lendemain de la Libration, qui constituent un tmoignage sur l'tat d'esprit des Franais de Londres, non uniformment rallis au gnral de Gaulle. Lucie Aubrac Ils partiront dans l'ivresse: Lyon mai1943, Londres fvrier 1944 Le Seuil (Fvrier 1997) Le tmoignage d'une figure de la Rsistance franaise. Ce livre retrace neuf mois de la vie d'une mre de famille, enceinte d'un second enfant, professeur d'histoire et de gographie qui, ses heures perdues, mne une double vie en participant l'vasion de quatorze personnes dont son mari qui fut arrt avec Jean Moulin par Klaus Barbie, en passant les douanes avec des armes, en ravitaillant les clandestins en faux papiers. Le journal de Lucie Aubrac a t port l'cran par Claude Berri. Raymond Aubrac O la mmoire s'attarde Odile Jacob (Juillet 2000) Hros de la Rsistance, adjoint du chef de l'Arme secrte, plusieurs fois arrt, plusieurs fois vad, Raymond Aubrac est l'un des derniers survivants du rendez-vous de Caluire, au cours duquel Jean Moulin fut captur. Sur ces vnements et son parcours politique aprs-guerre, ses rencontres avec de Gaulle, ses annes auprs des communistes, son rle dans les ngociations secrtes qui ont accompagn la guerre du Vit-nam, ses travaux l'ONU, il apporte ici un tmoignage indit, essentiel pour l'histoire de notre temps. Jean-Pierre Azma, Jan-Franois Bdarida (Dir.) Jean Moulin et le Conseil national de la Rsistance CNRS Editions (Dcembre 1999) Daniel Cordier Jean Moulin - la Rpublique des catacombes Gallimard (Avril 1999) Depuis plus de vingt ans, Daniel Cordier a entrepris la rdaction d'une somme sur Jean Moulin dont les trois premiers tomes ont fait date dans l'historiographie de la Rsistance. La Rpublique des catacombes n'est pas le quatrime tome de cette biographie. Il s'agit d'un travail command par Pierre Nora pour les Editions Gallimard l'occasion du centenaire de la naissance de Jean Moulin, en vue d'offrir la fois une synthse complte des connaissances acquises sur l'inconnu du5

Panthon et un grand nombre de documents indits concernant le pan d'Histoire dont il fut l'un des acteurs essentiels. La mission de Jean Moulin dura dix-huit mois, entre sa nomination et sa mort : dix-huit mois au coeur des cinquante mois d'Occupation. l'intrt et l'originalit du prsent volume rsident dans la mise en perspective de cette mission, rattache pour la premire fois tout ce qui la prcde et la fonde, et surtout ce qui la prolonge, depuis le drame de Caluire jusqu' la Libration - et bien au-del. La premire partie du livre analyse la nature et le droulement de la mission du dlgu personnel du gnral De Gaulle en France. Charg d'unifier une rsistance intrieure encore clate et balbutiante, il lui faudra aussi tenir compte de tout ce qui spare ces mouvements disparates de la France Libre constitue en force politique et militaire Londres. Dissensions idologiques, luttes d'influence, conflits personnels : dj l'aprs-guerre se prpare. Daniel Cordier, acteur devenu historien, claire cette priode de faon indite, faisant ressortir des figures lgendaires comme celles de Pierre Brossolette ou du colonel Passy dans leur conflit avec Moulin, ou celle, obscure, de Ren Hardy, dont le procs, minutieusement analys ici, rvle a posteriori les enjeux de la Rsistance. Une large place est rserve la tragdie de Caluire.La seconde partie est consacre l'hritage de Jean Moulin, pour la premire fois rvl travers les violentes querelles qu'il suscita au sein de l'tat-major de la Rsistance et de la France Libre. Pourquoi Brossolette, par exemple, fut-il limin de la succession de Moulin ? Cette nigme trouve ici sa rponse. D'autres figures essentielles mais moins connues apparaissent dans toute leur grandeur : celle d'Andr Philip, ou encore celle de Jacques Bingen, qui illustre par son action et son martyre les dchirements de l'aprs-Moulin. Enfin, un long post-scriptum apporte une rponse vigoureuse et sans doute dfinitive aux rcentes polmiques que la presse et l'dition ont amplifies de faon parfois peu scrupuleuse : Moulin agent sovitique, Moulin agent amricain, Moulin infidle De Gaulle, etc. Nul n'tait mieux plac que Daniel Cordier, acteur et tmoin, pour faire le tableau en grand et en dtail des drames et des rivalits qui ont dict les enjeux de la Libration. - Quatrime page de couverture Daniel Cordier Jean Moulin : l'inconnu du Panthon ( Vol 1 : juin 1899-juin 1936) ( Vol 2 :juin 1936- nov 1940 ) ( Vol 3 : nov 40 - dc 41 ) Latts (1989 1993) Volume 1, Une Ambition pour la Rpublique : juin 1899-juin 1936 L'ducation civique d'un pre patriote rpublicain prpare Jean Moulin son attitude politique future. L'auteur fut secrtaire du chef de la Rsistance jusqu' son arrestation. Volume 2, Le Choix d'un destin : juin 1936-novembre 1940 Chef de cabinet au ministre de l'Air sous Lon Blum en juin 1936, J. Moulin est nomm prfet Rodez puis Chartres o se dcide son engagement dans la Rsistance. Volume 3, De Gaulle, capitale de la Rsistance : novembre 1940-dcembre 1941 Avec documents l'appui, l'auteur, secrtaire de Jean Moulin, claire d'un jour nouveau l'histoire des relations que le gnral de Gaulle entretint avec les chefs de la Rsistance, et partir de 1942, avec les partis politiques, en particulier les socialistes et les communistes Jean-Louis Crmieux-Brilhac La France libre : de l'appel du 18 juin la Libration Vol.1 Gallimard (Novembre 2001) Aprs une carrire de haut fonctionnaire et de conseiller d'Etat, l'auteur revient sur ce qui a t la grande affaire de sa vie. Secrtaire du comit de propagande de la France libre, cinquante ans auparavant, il tentera d'apporter une vision dpassionne du vcu. Jean-Louis Crmieux-Brilhac La France libre : de l'appel du 18 juin la Libration Vol.2 Gallimard (Novembre 2001) Aprs une carrire de haut fonctionnaire et de conseiller d'Etat, l'auteur revient sur ce qui a t la grande affaire de sa vie. Secrtaire du comit de propagande de la France libre, cinquante ans auparavant, il tentera d'apporter une vision dpassionne du vcu. Marie-Madeleine Fourcade L'Arche de No: rseau Alliance 1940-1945 Plon (Septembre 1999) le 29 mai 1998 Parce que ses membres portaient des noms d'animaux, le rseau Alliance avait t surnomm l'Arche de No. Cr par le commandant Loustaunau-Lacau, dirig partir de 1941 par Marie-Madeleine Fourcade, ce rseau de renseignements s'est vite impos comme l'un des plus importants. L'histoire de cette organisation secrte a t relate par Marie-Madeleine Fourcade elle-mme dans un livre judicieusement rdit. Hrisson - puisque tel tait son nom de code - y rend hommage aux quelque 3000 agents qui ont pu fournir aux Allis une foule d'informations de premire importance. Le Figaro Magazine - Jean-Ren Van der Plaetsen Maurice Kriegel-Valrimont Mmoires rebelles Odile Jacob (Janvier 1999) le 5 fevrier 1999 Ce pass recompos, cette cohrence reconstruite 'a posteriori', ces trous et glissements de mmoire nous apprennent beaucoup, de l'intrieur, souvent l'insu de l'auteur, sur les phases d'laboration de l'identit politique de toute une gnration communiste : celle de la Rsistance. Le Monde - Robert Frank6

Henry Nogueres Histoire de la rsistance (5 Volumes) Robert Laffont (1981) L'histoire au complet de la Rsistance franaise pendant lea seconde guerre mondiale retraant les pisodes les plus marquants de ces hommes et femmes qui se sont sacrifis et battus pour la libert. Cinq volets qui s'attachent reconstituer minutieusement l'histoire de la Rsistance en France. Dominique Veillon Le Franc-Tireur, un journal clandestin, un mouvement de rsistance Flammarion (1977) La Rsistance n'a pas fini de faire parler d'elle, trente cinq ans aprs, elle suscite toujours autant de passions et de polmiques. Est-il possible un chercheur d'crire l'histoire de cette poque trouble? A l'aide d'archives, de documents et de tmoignages, une historienne, Dominique Veillonb, qui n'a pas vcu directement la priode, reconstitue, avec recul et mesure, l'itinraire d'un mouvement de Rsistance. Dans cet ouvrage, consacr FrancTireur et son journal, l'auteur montre comment, en zone Sud soumise au rgime de Vichy et au culte du Marchal, un petit groupe d'hommes pris de libert et de dmocratie continue la lutte contre l'Allemand et contre le gouvernement lgal. -Extrait de la 4e page de couvertureOlivier Wieviorka Une certaine ide de la Rsistance Le Seuil (Janvier 1998) Sous l'Occupation, tous les Franais n'ont pas bascul dans la collaboration ou attendu passivement leur libration. Ds l'"trange dfaite", quelques citoyens ont forg un instrument de lutte original contre l'occupant : le mouvement de Rsistance. Cr en 1940, "Dfense de la France" prsente les caractres classiques d'une organisation cherchant, par la diffusion d'un journal, la fabrication de faux papiers ou la cration de maquis, protger et mobiliser les Franais contre le nazisme. Mais cette stratgie commune tous les mouvements ne doit pas voiler l'originalit d'une formation tour tour marchaliste, giraudiste puis gaulliste qui, aux lendemains de la guerre, tente, en lanant France-Soir et en participant la cration d'un grand parti de la Rsistance, d'inscrire dans la cit les idaux dfendus pendant la clandestinit. Loin de se cantonner la stricte tude d'un mouvement, aussi honorable soit-il, l'ouvrage, rsolument problmatique, entend rflchir sur l'histoire de la Rsistance franaise. Comment s'engage-t-on ? Quel type d'action devait-on mener ? Quel avenir attendait la Libration les combattants de l'ombre ? Autant d'interrogations auxquelles l'tude consacre "Dfense de la France" s'efforce de rpondre - tout en essayant de comprendre le tour passionnel que les relations entre de Gaulle et les rsistants de l'intrieur ont souvent emprunt. -Extrait de la 4e page de couverture-

Sur la justice et le cirme contre l'humanit :Arendt Hanna Les origines du totalitarisme, Eichmann Jrusalem Gallimard (02/05/02) Les Origines du totalitarisme, qui se compose de trois parties : L'Antismitisme, L'Imprialisme et Le Totalitarisme, l'origine en un seul volume, a fait l'objet en France d'une publication en trois volumes spars, chez trois diteurs diffrents, avec intervention de cinq traducteurs diffrents. Une rvision gnrale s'imposait donc, afin de rtablir la cohrence de l'uvre. Elle a t effectue partir de la dernire dition en langue anglaise revue et corrige par Hannah Arendt. Ce volume rassemble Les Origines du totalitarisme et Eichmann Jrusalem. Chaque uvre est suivie et complte par un dossier (textes complmentaires, correspondance, dossier critique). Les notes et la bibliographie ont galement t entirement revues et mises jour. L'ouvrage est complt en particulier par un "Vie et oeuvre" trs illustr et un index des noms propres. A noter : la parution, chez Gallimard galement, de Lettres de 1925 1975, la correspondance entre Hannah Arendt et Martin Heidegger. Rony Brauman, Eyal Sivan Eloge de la dsobissance Editions le Pommier (1999) Propos et rflexions autour du film "Un spcialiste :Adolf Eichmann", d'Eyal Sivan. Sorj Chalandon, Pascale Nivelle Crimes contre l'humanit : Barbie, Touvier, Bousquet, Papon Plon (Septembre 1999) Klaus Barbie, Paul Touvier, Ren Bousquet, Maurice Papon. Quatre hommes, quatre destins, un mme crime.Face aux juges, le premier s'est refus admettre jusqu' son identit. Confront aux tmoins directs, aux femmes et aux hommes supplicis en sa prsence, Klaus Barbie a prtendu s'appeler Klaus Altmann. Portrait d'un soldat vaincu. Paul Touvier, lui, a ni. Jusqu'au bout, psychopathe antismite, maladroit et haineux, il a tent de se dissimuler dans les replis du temps pass, appelant son aide ceux qui estiment cette page d'histoire dfinitivement tourne. Portrait d'un homme traqu. Maurice Papon, lui, s'est battu. Fatigu, malade, il a contest point par point chacun des mots de l'accusation, chacune des vrits de l'histoire. Portrait d'un fonctionnaire plein de zle. Ren7

Bousquet, enfin, a crois la mort avant la justice. Christian Didier, assassin illumin, a dcid de frapper en solitaire, nous privant de la vrit.Quatre hommes. Echapps des procs de l'puration, des justices expditives. Quatre hommes rattraps par le temps, par l'Histoire, par leurs victimes. Quatre procs des annes 1980 et 1990 pour juger de l'accusation la plus grave qui soit : le crime contre l'humanit. -Extrait de la 4e page de couvertureAlain Finkielkraut La mmoire vaine du crime contre l'humanit Gallimard (Novembre 1992) Contre l'oubli de ce qui fut, il est toujours possible de faire appel, et de rveiller la mmoire. Contre une mmoire qui, au lieu d'acquitter notre dette envers les morts, met le pass la disposition des vivants, leur sert de supplment d'me, flatte leur bonne conscience, conforte leurs certitudes idologiques, entretient l'poque dans son mlange si caractristique de cynisme et de sentimentalit, contre une telle mmoire, il n'y a plus aucun recours. Avec le procs de Klaus Barbie, la mmoire des survivants a bien retard le moment o les victimes du nazisme, de relles, deviendront historiques. Mais si c'tait pour les livrer l'actua-lit futile ou pour redonner vigueur et lgitimit une reprsentation de l'Homme que rcuse prcisment la vertigineuse notion de crime contre l'humanit, alors quoi bon ? La mmoire a certes triomph de l'oubli, mais c'est une mmoire vaine. -Extrait de la 4e page de couvertureAndr Frossard Le crime contre l'humanit Robert Laffont (Septembre 1999) En 1987, Andr Frossard tmoigne au procs de Lyon. De ce boulversant tmoignage est n ce livre dans lequel on retrouve l'essentiel rsum dans cette dfinition incontestable : "Il y a crime contre l'humanit lorsqu'on tue quelqu'un sous pretexte qu'il est n." Alfred Grosser Le Crime et la mmoire Flammarion (1989) Un essai sur les dlits d'oubli des pays qui deviennent trs vite amnsiques sur les exactions de leur pass. Qui sont les criminels? Quand cesse la ncessit de mmoire et commence l'obsession de vengeance? Y a-t-il une culpabilit hrditaire Jean-Pierre Lvy Mmoires d'un Franc-Tireur : itinraire d'un rsistant Complexe (Mars 2000)

Sur le ngationnisme :Alain Finkielkraut L'avenir d'une ngation. Rflxion sur la question du gnocide Le Seuil (Fvrier 1982) Nadine Fresco Fabrication d'un antismite Le Seuil (Janvier 1999) Le ngationnisme, qui voudrait faire croire que le gnocide des juifs perptr par les nazis n'a pas eu lieu, n'est qu'une des formes de l'anti-smitisme aujourd'hui. Mais comment devient-on antismite ?. Personne ne nat antismite. Et c'est dans un contexte historique spcifique qu'on le devient. Nadine Fresco illustre ce processus avec la biographie de Paul Rassinier, reconnu par les ngationnistes, en France et dans le monde, comme leur pre fondateur. N en 1906, ce pacifiste, instituteur dans le Territoire de Belfort, fut successivement un militant communiste, socialiste, anarchiste. Dport en Allemagne pour rsistance, brivement dput aprs la guerre, il mourut en 1967. Pour comprendre comment cet homme est finalement devenu le fondateur du ngationnisme, l'auteur a minutieusement reconstitu sa trajectoire, faonne par des formations politiques, des courants et des vnements dterminants de l'histoire du XIXe sicle en Europe. Extrait de la 4e page de couvertureValrie Igounet Histoire du ngationnisme Le Seuil (Mars 2000) A la suite de Maurice Bardche, Paul Rassinier, Robert Faurisson, des hommes, remettant en cause l'authenticit de la Shoah, se sont prvalus du terme de "rvisionnistes". Les historiens leur ont oppos - leur travail tant rvisionniste par dfinition - le mot "ngationnistes". Cette histoire est l'histoire d'un dlire, mais, comme tout dlire, bti sur une dmarche rationnelle. Cependant, derrire cette apparente folie interprtative, un des buts politiques ne tarde pas se rvler : il s'agit, en France comme dans les autres pays o le ngationnisme s'est rpandu, de nier les fondements historiques de l'Etat isralien. Cet ouvrage retrace avec minutie la gense d'une idologie et ses variations dans le temps et dans l'espace. La soutenance d'une thse d'histoire par l'auteur en est l'origine. -Extrait de la 4e page de couverturePierre Vidal-Naquet Les assassins de la mmoire, "Un Eichmann de papier" Le Seuil (Mars 1995) "Face au "rvisionnisme", plus efficace qu'une lgislation d'exception, qui a aliment en bois le bcher, Pierre Vidal-Naquet a cisel une arme parfaite : Les Assassins de la mmoire. Faites-le lire autour de vous, apprenez-le par coeur, pour le contenu et la mthode." "Le combat que Pierre Vidal-Naquet livre aujourd'hui contre les "assassins de la mmoire" est sans doute le plus difficile de ceux qu'il a eu mener, parce que le plus douloureux. Car la mmoire qu'ils8

assassinent, c'est la mmoire commune de notre XXme sicle et la plus insoutenable. On apprciera d'autant plus la force d'un livre qui ne cde aucun moment aux facilits de la confidence, de l'motion ou de l'invective." -Extrait de la 4e page de couverture-

Sur Vichy :Jean-Pierre Azma De Munich la Libration Le Seuil (Octobre 2002) Jean-Pierre Azma, Franois Bdarida Dictionnaire historique et critique. Les annes de tourmente, de Munich Prague Flammarion (Mars 1995) De Munich Prague - Dictionnaire critique. 1938-1948. Ces annes cumulent sur le mode paroxystique les conflits d'un sicle pourtant riche en violences et en guerres. De la "drle de paix" la guerre froide se droule dans sa nudit et sa brutalit l'affrontement entre fascisme, communisme et dmocratie. 1938 (Munich), c'est la fin du monde issu de 1914-1918, et ce sont les prodromes d'une nouvelle guerre dans une atmosphre de veille d'armes. Quant 1948 (Coup de Prague), c'est la glaciation de l'univers engendr par la Seconde Guerre mondiale, avec le face face entre les Deux Grands, l'installation dans la guerre froide et les balbutiements de ce qui va devenir le Tiers Monde : une configuration appele durer jusqu' la fin des annes 1980. Des retombes de la crise de 1929 l'aube des Trente Glorieuses, d'Auschwitz Hiroshima, de l're des empires la dcolonisation, ce Dictionnaire critique entend rendre compte de l'enfantement douloureux d'un monde, en couvrant les champs les plus reprsentatifs et les plus significatifs. -Extrait de la 4e page de couvertureSous la direction de Jean-Pierre Azma & Franois Bedarida La France des annes noires - Tome 1 : De la dfaite Vichy Le Seuil (Points Histoire) (Novembre 2000) Annes d'preuves ouvertes par la brche de 1940 ; annes de dchirements, qui l'emportent sur les rares moments d'union ; annes disputes entre l'hrosme et la rsignation, entre la rsistance et la soumission : sur ces annes noires, dont la mmoire demeure encore blesse, l'quipe d'historiens rassembls par Jean-Pierre Azma et Franois Bdarida, fait le point. La connaissance des archives - franaises et trangres - lui permet d'en finir avec un certain nombre de reprsentations mythiques et autojustificatives, pour nous donner la synthse la plus complte sur une priode cl de notre histoire contemporaine. Tous les auteurs sont des chercheurs ou des enseignants-chercheurs, dont les travaux antrieurs ont t autant de sources pour cette histoire qui demeure encore un enjeu politique. - Note de l'diteur Sous la direction de Jean-Pierre Azma & Franois Bedarida La France des annes noires - Tome 2 : De l'occupation la Libration Le Seuil (Points Histoire) (Novembre 2000) Annes d'preuves ouvertes par la brche de 1940 ; annes de dchirements, qui l'emportent sur les rares moments d'union ; annes disputes entre l'hrosme et la rsignation, entre la rsistance et la soumission : sur ces annes noires, dont la mmoire demeure encore blesse, l'quipe d'historiens rassembls par Jean-Pierre Azma et Franois Bdarida, fait le point. La connaissance des archives - franaises et trangres - lui permet d'en finir avec un certain nombre de reprsentations mythiques et autojustificatives, pour nous donner la synthse la plus complte sur une priode cl de notre histoire contemporaine. Tous les auteurs sont des chercheurs ou des enseignants-chercheurs, dont les travaux antrieurs ont t autant de sources pour cette histoire qui demeure encore un enjeu politique. - Note de l'diteur Marc-Olivier Baruch Servir lEtat franais. Ladministration en France de 1940 1944, Paris Fayard (Septembre 1997) Baruch traite dans son ouvrage de la responsabilit des forfaits de Vichy qu'il n'attribue pas aux seuls politiques. Lumire sur le corps de la haute fonction publique sans qui le rgime de Vichy et les relations francoallemandes sous l'occupation auraient probablement pris une toute autre tournure. Janine Bourdin, Ren Remond (Dir.) Le gouvernement de Vichy (1940-1942) Presses de la Fondation nationale des sciences politiques (1972) Marc Ferro Ptain Ed : Hachette (1993) Ces heures sombres de Vichy et de l'Occupation ont depuis dix ans fait l'objet de recherches et d'approches nouvelles. Marc Ferro, partir de ces travaux et de ses propres recherches dans des archives indites, entend restituer le rle qui fut celui de Ptain. Jean-Nol Jeanneney Le pass dans le prtoire : lhistorien, le juge et le journaliste Le Seuil (Avril 1998) Le procs de Maurice Papon s'est tenu plus d'un demi-sicle aprs les actes en cause ; il pose la question des relations entre9

la Justice et l'Histoire - sous le regard de la presse, troisime partenaire.Dans un jeu compliqu, souvent subtil, parfois violent, chacun a sa mission, son rythme, ses exigences. Les logiques se heurtent ou s'allient selon les conjonctures. Celle de l'Etat, entre la purge et l'oubli programm, celle de la science, distancie et toujours en marche, celle des tribunaux fixant l'absolution ou le chtiment dfinitifs, celle enfin des mdias, libres et pourtant dpendant du mouvement des motions collectives.A partir d'exemples multiples, rcents ou anciens, tranges ou familiers, Jean-Nol Jeanneney jette une lumire neuve sur le dialogue d'une nation et de son pass. -Extrait de la 4e page de couvertureRobert. O. Paxton La France de Vichy (1940-1944) Seuil (coll. Points n16) (1999 (rd.)) Est-il aujourd'hui possible d'crire une histoire politique du rgime de Vichy ? Un universitaire amricain, Robert O. Paxton, rpond ici par l'affirmative : refusant de prendre au pied de la lettre la kyrielle des tmoignages pro domo dont la littrature politique s'est enrichie, pass la guerre et la libration, il a appuy toute son tude sur les crits contemporains des vnements et surtout mis profit la richesse des archives allemandes et amricaines qui remettent en question, sur tant de points, les assertions de ceux qui avaient voulu, la faveur d'une dfaite nationale et sous l'oeil de l'occupant, entreprendre une nouvelle restauration. Cet ouvrage iconoclaste est devenu un classique. La prsente dition a t revue, corrige et augmente en fonction des recherches les plus rcentes. - Note de l'diteur Henry Rousso Les Annes noires : vivre sous lOccupation Gallimard (Novembre 1992) Et 1940, un peuple hagard se retrouve sur les routes de l'exode. Et 1944, la joie de la Libration efface la honte de la dfaite. Entretemps, les Franais ont vcu avec l'ennemi. Ils ont acclam un Marchal qui tendant la main l'oppresseur nazi et parlait, les ruines encore fumantes, d'une "France nouvelle". Ils traversent les annes noires, partags entre la rsignation et la resistance, hants par les difficults matrielles. Henry Rousso, historien de la priode, retrace ces vnements dont le souvenir est toujours vif. -Extrait de la 4e page de couvertureHenry Rousso, Eric Conan Vichy, un pass qui ne passe pas Gallimard (Fvrier 1996) Ce livre met en relief les affaires qui ne cessent d'agiter la conscience franaise propos des squelles et de la mmoire de Vichy et en propose une interprtation gnrale. Dominique Veillon Vivre et survivre en France Payot (Mars 1995) Dominique Veillon, chercheur l'Institut d'histoire du temps prsent (CNRS), retrace dans son ouvrage la quotidien d'un peuple qui aimait vivre et qui doit dsormais se rsoudre survivre. C'est de cette dimension de la guerre au quotidienn, mais galement de l'aprs-guerre dont Dominique Veillon veut tmoigner. Au fil des annes, elle dcrit et analyse en dtail les conditions de vie au jour le jour.

Sur la dportation :Jean Amry Par-del le crime et le chtiment Actes Sud (Janvier 1995) Essai publi l'occasion du cinquantime anniversaire de la libration du camp d'Auschwitz, Jean Amry nous apporte une analyse radicale, amre et lucide du pass concentrationnaire qu'il partagea avec plusieurs millions d'autres victimes. Myriam Anissimov Primo Levi ou la tragdie d'un optimiste Jean-Claude Latts (Octobre 1996) De la jeunesse bourgeoise de Turin l'enfer d'Auschwitz o il fut dport en 1943, de la passion scientifique l'criture de la volont de tmoigner au desespoir final, Myriam Anissimov dresse l'itinraire d'un crivain tardivement reconnu comme l'une des grandes consciences morales de l'poque actuelle. Cette premire biographie, nourrie de rencontres et d'entretiens avec ses principaux amis et proches, de textes, d'archives et de correspondances indites, rend justice l'homme et son oeuvre. Robert Antelme L'espce humaine Gallimard (Mars 1978) Quand l'homme en est rduit l'extrme dnuement du besoin, quand il devient "celui qui mange les pluchures", l'on s'aperoit qu'il est rduit lui-mme, et l'homme se dcouvre comme celui qui n'a besoin de rien d'autre que le besoin pour, niant ce qui le nie, maintenir le rapport humain dans sa primaut. Il faut ajouter que le besoin alors change, qu'il se radicalise au sens propre, qu'il n'est plus qu'un besoin aride, sans jouissance, sans contenu, qu'il est rapport nu la vie nue et que le pain que l'on mange rpond immdiatement l'exigence du besoin, de mme que le besoin est immdiatement le besoin de vivre. Levinas, dans diverses analyses, a montr que le besoin tait toujours en mme temps jouissance, c'est--dire qu'en mangeant je ne me nourrissais pas seulement pour vivre, je jouissais dj de la vie, m'affirmant moi-mme,10

m'identifiant moi dans cette premire jouissance. Mais ce que nous rencontrons maintenant dans l'exprience d'Antelme qui fut celle de l'homme rduit l'irrductible, c'est le besoin radical, qui ne me rapporte plus moi-mme, la satisfaction de moi-mme, mais l'existence humaine pure et simple, vcue comme manque au niveau du besoin. Et sans doute s'agit-il encore d'une sorte d'gosme, et mme du plus terrible gosme, mais d'un gosme sans ego, o l'homme, acharn survivre, attach d'une manire qu'il faut dire objecte vivre et toujours vivre, porte cet attachement comme l'attachement impersonnel la vie, et porte ce besoin comme le besoin qui n'est plus le sien propre, mais le besoin vide et neutre en quelque sorte, ainsi virtuellement celui de tous. "Vivre, dit-il peu prs, c'est alors tout le sacr."-Note de l'diteurFranois Bdarida, Laurent Gervereau La dportation, le systme concentrationnaire nazi BDIC (Mai 1995) A l'occasion du cinquantenaire de la libration des camps, le Muse d'histoire contemporaine-BDIC prsente dans ses salles des Invalides une exposition historique. Il publie, cette occasion, un ouvrage retraant les trois tapes chronologiques et thmatiques qui constituent lexposition. De la mise en place des camps jusqu la gnralisation du systme concentrationnaire, en passant par le processus davilissement la mise mort Christopher R. Browning Des hommes ordinaires : le 101e bataillon de rserve de la police allemande et la solution finale en Pologne Belles Lettres (Mars 2002) Une tude approfondie sur le 101e bataillon de police de rserve allemande qui en juillet 1942 fit 1500 victimes juives dans la petite ville polonaise de Josefow. On estime quen deux ans il fut responsable de lexcution de plus de 30.000 juifs et de la dportation de 45.000 dentre eux. On trouve dans cet ouvrage, la postface, indite, en rponse lhistorien Daniel Goldhagen, auteur de lcrit sur les bourreaux volontaires dHitler. Margarete Buber-Neumann Dporte Ravensbrck Le Seuil (Avril 1995) Ne en 1901 Postdam, M. BuberNeumann rejoint le parti communiste allemand en 1926. Elle devient la compagne d'Heinz Neumann, un des leaders, dput au Reichstag. Le couple fuit le nazisme en Suisse, mais Heinz est arrt en 1937 et disparat. Plus tard, Margarete est condamne et dporte en Sibrie. Livre en 1940 la Gestapo, elle est envoye dans le camp de concentration de Ravensbrck. Philippe Burrin Hitler et les Juifs. Gense du Gnocide Seuil (Janvier 1995) Philippe Burin, professeur linstitut universitaire de hautes tudes Genve, tente dans cet ouvrage de dterminer la date exacte laquelle les nazis ont dcid dexterminer physiquement, les juifs dEurope. Plus quun dtail de lhistoire, il sagit l de dterminer un point essentiel du dbat historiographique et politique de ce drame et qui rvle au grand jour le mode de fonctionnement du rgime hitlrien durant la seconde guerre mondiale. Voici la rvaluation indite dune dcision sans prcdent et sans quivalent. Laurent Douzou Voler les Juifs : Lyon, 1940-1944 Hachettes Littratures (janvier 2003) Entre 1940 et 1944, l'antismitisme est encourag par le gouvernement franais, il organise l'aryanisation conomique par la spoliation des biens des Juifs. La population juive de Lyon, capitale de la Rsistance, n'est pas pargne. Une enqute sur les archives du Commissariat gnral aux questions juives de la ville tente d'expliquer le processus d'exclusion mis en place cette poque. Rachel Ertel Le shtetl La bourgade juive en Pologne Payot (1982) De la Baltique la Mer Noire, du Dniepr l'Oder, enracin dans les vastes plaines de Pologne, accroch aux flancs des Carpathes, blotti dans les valles, le shtetl (qui signifie bourgade en yiddish) fut un lieu de vie religieuse, sociale, politique et culturelle foisonnante. Ce milieu traditionnel, cause sans doute de son autonomie et de la solidarit de ses membres, de la diversit de sa vie associative, a permis l'closion et la pntration des idologies modernes : Haskala, sionisme, nationalisme culturel, socialisme dans ses diverses tendances. Malgr la misre, le chmage et la discrimination, sa population - sa jeunesse surtout - multiplia les partis politiques, les coles juives sculires, les bibliothques, les troupes thtrales, les associations ducatives et culturelles. Par son inventivit, par ses tensions et ses contradictions mmes, le shtetl demeure une source d'inspiration que ce livre nous restitue dans ce qu'elle a d'irremplaable. Saul Friedlnder L'Allemagne nazie et les Juifs (vol.1), Les annes de perscution : 1933-1939 Le Seuil (Septembre 1997) "Le dernier ouvrage de Friedlnder (est) consacr la prhistoire du gnocide juif dans l'Allemagne des annes trente, premier volet d'une enqute - dont on attend la suite, concernant la priode cruciale11

de la guerre et de l'extermination des juifs d'Europe ... Les thses fondamentales de l'auteur au sujet de la nature de l'antismitisme nazi, des tapes de sa radicalisation, de l'attitude des Allemands et des juifs l'gard de la politique nazie sont ainsi prsentes sous un registre narratif qui rend vivants les protagonistes de ce drame. La presse de l'poque, les correspondances prives, les documents d'archives sont utiliss comme les pices d'une mosaque qui, compose selon les rgles d'une rigueur scientifique sans faille, restitue le portrait d'une poque, avec son atmosphre, ses tensions et ses contradictions." La Quinzaine Littraire - Enzo Traverso Bulawko Henry Les jeux de la mort et de lespoir : Auschwitz-Jaworzno Montorgueil (1993) Le rcit des annes de dportation de Henry Bulawko et le combat qu'il a men pour rtablir l'espoir chez les dports. Raul Hilberg La destruction des juifs d'Europe Gallimard (Mai 1988) L'auteur fait un retour sur les vnements qui permettent de comprendre comment un phnomne unique et inou, tel que le gnocide peut se perptrer grce l'application des procdure les plus banales d'une bureaucratie exemplaire, soucieuse de ses bordereaux. Raul Hilberg Excuteurs, victimes, tmoins : la catastrophe juive, 1933-1945 Gallimard (1994) Hilberg dresse, ici, une analyse complte du processus de destruction des juifs d'Europe travers les biographies de grands acteurs comme de dizaines d'anonymes : les excuteurs (officiers, mdecins, anthropologues, juristes, fonctionnaires, etc.); les victimes (les lites communautaires, les hommes, les femmes, les enfants, etc.); les tmoins (les sauveteurs, les allis, les puissances neutres, etc.). Raul Hilberg La politique de la mmoire Gallimard (novembre 1996) La destruction des Juifs d'Europe - qui sert de trame La politique de la mmoire -, est celle de la place qu'occupe dsormais le gnocide dans la culture occidentale : excs d'oubli dans les annes d'aprs-guerre, excs de mmoire depuis les annes quatre-vingt. En 1947, ds sa dmobilisation de l'arme amricaine, l'immigr juif viennois, rfugi en 1939 aux Etats-Unis, dcide d'crire l'histoire du gnocide. Personne alors ne veut en entendre parler : Hilberg ne trouve ni poste universitaire ni diteur. L'ouvrage parat finalement en 1961, dans une petite maison d'dition. Son destin ? L'indiffrence d'abord, puis, l'occasion du procs Eichmann Jrusalem, le scandale : il est amplement pill, largement controvers, au coeur d'un dbat douloureux sur l'attitude des victimes et des tmoins de la catastrophe. - Extrait de la 4me page de couverture Andr Kaspi Les Juifs pendant lOccupation Le Seuil (Octobre 1991) Un rcit qui retrace la vie quotidienne des Juifs sous l'occupation mais qui dresse galement un bilan lourd de la dportation pendant les annes noires. Andr Kaspi (Dir.) Les Juifs de France dans la seconde guerre mondiale Le Cerf (1992) Un numro ddi aux Juifs de France dans la seconde guerre mondiale. Ce volet, dirig par Andr Kaspi, propose entre autres des tudes sur l'engagement des Juifs trangers dans la guerre, sur les milieux socio-professionnels, sur la dportation ou encore sur le sionisme... Serge Klarsfeld La Shoah en France (nouvelle dition) : Coffret de 4 volumes Fayard (octobre 2001) VichyAuschwitz - La solution finale de la question juive en France (Tome1); Le calendrier de la perscution des Juifs de France (juillet 1940-aot 1942)(Tome2); Le calendrier de la perscution des Juifs de France (septembre 1942-aot 1944)(Tome3) et Le Mmorial des enfants juifs dports de France (Tome 4) sont runis ici et reprsentent une somme, jamais rassemble auparavant sur le "solution finale" des juifs de France. Ce coffret est un mmorial et une mine inpuisable de documents pour les historiens de demain.

Claude Lanzmann Shoah Gallimard (0ctobre 1997) Texte intgral des tmoignages sur les camps d'extermination tels qu'ils figurent dans le film. Primo Levi Si c'est un homme Pocket (Octobre 1988) "On est volontiers persuad d'avoir lu beaucoup de choses propos de l'holocauste, on est convaincu d'en savoir au moins autant. Et, convenons-en avec une sincrit gale au sentiment de la honte, quelquefois, devant l'accumulation, on a envie de crier grce. C'est que l'on n'a pas encore entendu Levi analyser la nature complexe de l'tat du malheur. Peu l'ont prouv aussi bien que Levi, qui a l'air de12

nous retenir par les basques au bord du menaant oubli : si la littrature n'est pas crite pour rappeler les morts aux vivants, elle n'est que futilit." -Extrait de la 4e page de couvertureMichal R. Marrus, Robert O. Paxton Vichy et les juifs LE LIVRE DE POCHE (Fvrier 1990) Dsormais ouvrage de rfrence, "Vichy et les Juifs" retrace la politique antismite du gouvernement de Vichy entre le 18 octobre 1940 (date de la publication du statut des juifs) et le 31 juillet 1944 quand le dernier convoi de dports quitte Drancy. Bien plus qu'un document sur une des priodes les plus sombres et les plus controverses de l'histoire de France, c'est aussi une analyse incontournable qui tudie en dtail les tapes d'une politique fonde sur l'exclusion et la haine raciale. Jean-Claude Pressac Les Crmatoires d'Auschwitz : la machinerie du meurtre de masse CNRS Editions (1993) Quatre-vingt mille documents sur la "solution finale" : les centres d'archives russes, enfin accessibles, permettent une avance dcisive de la connaissance historique. S'appuyant ainsi sur les archives de la Direction des constructions SS (Bauleitung). Tombes aux mains des Sovitiques lors de le libration d'Auschwitz en janvier 1945, mais utilisant galement les fonds polonais (Muse d'Oswiecim), allemands (Coblence, Weimar et Berlin) et israliens (Yard Vashem), Jean-Claude Pressac a dlibrment privilgi l'approche technique pour comprendre et faire comprendre la mise en oeuvre de la "solution finale". Plans et photographies l'appui, il dmonte mticuleusement et sans rplique le mcanisme de mort industrielle. Qu'on ne s'y trompe pas, la lecture en est aussi bouleversante que celle des tmoignages les plus poignants ?.Sa dmarche a l'exceptionnel avantage de reculer les limites de l'analyse historienne, seule vraie barrire aux ravages de l'oubli. -Extrait de la 4e page de couvertureLon Poliakov Histoire de lantismitisme Le Seuil (Mars 1999) Lon Poliakov, un des pionniers de l'historiographie de la Shoah, s'est entour de quelques specialistes qui chacun pour une aire gographique, rendent compte de l'volution des mentalits et des vnements qui ont marqu la deuxime partie du XXe sicle. Lon Poliakov Brviaire de la haine Pocket (Mai 1993) Ce livre est la premire grande tude consacre la politique d'extermination des Juifs mene par les nazis. Ds la fin de la guerre, Lon Poliakov se plongea dans les archives allemandes, dpouilla d'innombrables tmoignages, et mit jour, aprs cinq annes d'efforts, les rouages implacables de l'idologie et de la technique qui rendirent possible le gnocide. Il suit le dveloppement de ce processus fatal, des premires lois antijuives la "solution finale", et passe en revue les lments du drame, dtaillant galement toutes les modalits de cette politique. Publi pour la premire fois en 1951, accompagn d'une courageuse prface de Franois Mauriac, "Brviaire de la haine", rgulirement remis jour par son auteur, est devenu un classique. -Extrait de la 4e page de couvertureRene Poznanski Les Juifs en France pendant la Seconde Guerre Mondiale Hachette (Mars 1997) La plupart des tudes consacres aux Juifs de France pendant la Seconde Guerre mondiale privilgient la dimension politique : politique des Allemands, du gouvernement de Vichy ou politique des organisations juives. S'appuyant sur des document indits (correspondances prives, journaux personnels, rapports d'organisations et textes administratifs), ce livre examine la vie quotidienne de la population juive. Soumis l'obligation de recensement, renvoys des professions qu'ils exeraient par le pass, dpouills de leurs biens, les Juifs taient alors condamns la marginalisation sociale et conomique. Puis vint le temps de la traque et pour nombre d'entre eux, celui de la dportation. Comment, dans ces condition, les Juifs subvenaient-ils leurs besoins ? En qui leur destin se distinguait-il irrductiblement de celui des non-Juifs ? Quels furent leurs recours dans la socit franaise et auprs des organisations juives ? Comment vivaient les Juifs interns dans les camps franais ? Qui choisissait, quand et dans quelles conditions, de se cacher sous une fausse identit ? Que savait-on, cette poque, de la "destination inconnue" vers laquelle partaient les trains de la dportation ? Ces questions permettent Rene Poznanski de redonner l'existence des Juifs en France pendant la guerre une dimension humaine et, en cartant les drives anachroniques, d'apporter un clairage nouveau sur cette priode tragique de l'histoire. -Extrait de la 4e page de couvertureJorge Semprun L'criture ou la vie Folio (Septembre 1996) Dport Buchenwald, devenu l'un des dirigeants des communistes espagnols du camp, Jorge Semprun est libr par les troupes de Patton, le 11 avril 1945. Pris dans les tourments de l'criture, ce rcit nous raconte comment avec l'aide d'une femme, il lui aura fallu quinze annes pour accepter de vivre.13

Elie Wiesel LAube Le Seuil (1960) Elisha, un jeune resistant juif, s'apprte vivre l'une des plus longues nuits de son existence. A l'aube il sera contraint d'xcuter un otage, un militaire anglais en reprsaille de l'xcution d'un resistant sioniste. Il se retrouve seul face ses interrogations, ses angoisses et cet homme, qui l'attend dans la cave pour l'ultime rencontre. Annette Wieviorka Dportation et gnocide Hachette Littratures (coll. Pluriel) (1995) Durant l'Occupation, et surtout partir de 1942, environ 140 000 personnes furent dportes de France vers les camps nazis, dont 75 000 Juifs, 2 500 de ces derniers figurent au nombre des 40 000 survivants. Ces terribles statistiques montrent quel point la dportation et le gnocide sont la fois lis et distincts. Pourtant, recouverts par le nom emblmatique d'Auschwitz, camps de concentration et centres d'extermination ont t souvent confondus par la mmoire collective, sans que soit nettement reconnue la spcificit du sort des Juifs. C'est reconstituer ce travail de la mmoire, tiss d'oublis, de strotypes et d'amalgames que s'attache, dans une dmarche pionnire, Annette Wieviorka, utilisant des archives largement inexplores, ainsi que la masse des tmoignages livrs leur retour par les rescaps. Sabine Zlatin Les enfants d'Izieu Le Seuil (1994) Un ouvrage qui comprend le long pome des enfants d'Izieu, le livret d'opra dont la musique est compose par Nguyen-Thie-Dao ainsi qu'un tmoignage de Sabine Zlatin, fondatrice de la maison d'Izieu.

Sur Klaus Barbie:Erhard Dabringhaus Lagent amricain Klaus Barbie Pygmalion (1986) Les rvlations de cet officier permettent de mieux saisir les intentions du contre-espionnage amricain recrutant des criminels de guerre nazis, tel Barbie, dans l'immdiat-aprs-guerre. Une histoire des activits du "boucher de Lyon" au service des Yankees. Andr Frossard Le crime dtre n : tmoignage au procs Barbie Descle de Brouwer (1997) A. Frossard avait repris dans Le crime contre l'humanit (1987) la substance de son intervention au procs Barbie. Ici, ce sont les termes mmes de ce tmoignage qui sont repris. C. Bournazel, prsent au procs, situe la dposition de l'acadmicien en voquant ses souvenirs d'audience. Il montre la force de dmonstration qui consistait distinguer crime de guerre et crime contre l'humanit. Paul Gauthier, Ren Diaz Chroniques du procs Barbie Le Cerf (1998) A l'initiative du Cardinal Decourtray et en collaboration avec le comit de coordination des communauts et organisations juives de Lyon, une chronique rigoureuse du droulement de ce procs dont l'enjeu exigeait une telle attention. Cette chronique est une anthologie des articles de presse, comptes rendus, plaidoiries ou tmoignages mthodiquement ralise pour le service de la mmoire. Bernard-Henry Levy Archives dun procs: Klaus Barbie BIBLIO-ESSAIS N4078 (Novembre 1987) Un dossier exceptionnel sur les archives d'un procs part. Depuis le rappel de ce que furent le nazisme et l'occupation en France, la chronologie des faits et des vnements, jusqu'au suivi du procs lui-mme. De nombreux tmoignages accompagns de textes de Serge Klarsfeld, Emmanuel Lvinas, Claude Lanzmann, Bernard-Henri Levy, Lon Poliakov, Elie Wiesel, Marek Halter, Samuel Pisar et de beaucoup d'autres hommes qui ont tenu intervenir sur le retour de la mmoire. Jean-Martin Mbemba L'autre mmoire du crime contre l'Humanit Prsence africaine (1990) Contre toute ide reue qui considre le "crime contre l'humanit" comme l'ensemble des atrocits commises par les nazis, l'ouvrage de Jean Marie Mbemba nous rappelle que de tels vnements ont continu tre perptrs bien aprs la seconde guerre mondiale. Un travail d'historien qui envisage le crime contre l'humanit dans sa pluralit. Pierre Mrindol Barbie, le procs Manufacture (1987) Suivi par des centaines de journalistes de la presse crite et de l'audiovisuel, ce procs a t film l'intention des gnrations futures. Grand reporter et chroniqueur judiciaire, l'auteur fait revivre les audiences au jour le jour.

14

Guy Morel Barbie pour mmoire FNDIRP (1986) Un ouvrage qui retrace la vie du chef de la Gestapo de Lyon la veile de l'ouverture de son procs. Bertrand Poirot-Delpech Monsieur Barbie n'a rien dire Gallimard (1987) Aprs avoir suivi l'intgralit du procs de Lyon, l'auteur a choisi de tenir son journal dans lequel on trouve ses sensations, ses reflexions et ses souvenirs au fil des audiences. Jacques Verges Je dfends Barbie J. Picollec (1988) La plaidoirie de Me Verges, dfenseur des droits des combats anti-colonialistes et des droits de l'homme mais galement d'une justice respectant le droit et, ce titre, dfenseur de Barbie.

Filmographie:Lucie Aubrac Claude Berri(Documentaire) FOX PATHE EUROPA (1997) Lyon, mars 1943. Raymond Samuel (alias Aubrac) et sa femme Lucie sont engags dans la rsistance l'occupant nazi. Le 21 juin, Raymond est arrt par la Gestapo, avec Jean Moulin (alias Max) et d'autres camarades, Caluire (dans la banlieue de Lyon), lors d'une runion secrte de la Rsistance. Lucie fera tout pour tenter d'arracher son mari des griffes de la Gestapo. Le film est inspir de l'histoire vraie de Lucie Aubrac, raconte dans Ils partiront dans l' ivresse . Le combat de Serge Klarsfeld Gloria Campana ; Andr Campana(Documentaire) Michkan world productions ; France 2, 1995 (1995) Serge Klarsfeld, avocat, historien et militant, a permis par ses actions et ses recherches, l'identification des criminels de guerre et l'ouverture des procdures judiciaires. Trente ans pour faire aboutir une question occulte en France : la responsabilit du rgime de Vichy dans les crimes contre les juifs entre 1940 et 1944. (Disponible en K7 vido.VHS, 61 minutes.) Voyages Emmanuel Finkiel(Film) Arte video (1999) Riwka, Rgine et Vra... Trois destins de femmes briss par l'Holocauste, dans un rcit la frontire du document. Amen Costa Gavras(Film) Fox Path Europa (Mars 2003) En plein rgime nazi, un officier allemand s'aperoit qu'il est un chanon de la grande barbarie orchestre par le Reich : l'extermination des juifs. Il tente d'alerter les autorits religieuses et plus particulirement le Vatican, mais les intrts des tats sont plus forts que les grands lans humanistes... Costa-Gavras, champion poids lourd du film politique dans les annes 70, s'attaque un sujet aussi pineux que la couronne du Christ : les silences de l'glise catholique et du pape Pie XII au sujet de l'holocauste. Adapt du roman Le Vicaire, de Rolf Hochhuth , ce drame historique vaut aussi pour les interprtations d'Ulrich Tukur et Ulrich Mhe. Au revoir les enfants Louis Malle(Film) Fila Film (1987) Lhistoire dune amiti entre Julien, fils dun industriel de Lille, et Jean Bonnet, juif inscrit sous une fausse identit, dans un collge religieux de la banlieue parisienne en 1944. Jean est dnonc la Gestapo par un cuisinier de lcole, puis arrt avec le directeur de lcole. Shoah Claude Lanzmann(Documentaire) (1976-1985) Pendant une dizaine dannes, Lanzmann a enqut autour des camps dextermination du rgime nazi. Il na pas choisi dutiliser des documents darchives, mais il a retrouv les survivants, les bourreaux, les tmoins et les a interrogs. Leurs interviews constituent ce film. Hotel Terminus Marcel Ophls(Documentaire) TF1 Vido (1988) De l'adolescent rhnan au tortionnaire nazi, de l'espion anticommuniste au trafiquant d'armes sud-amricain: reconstitution des faits et gestes de Klaus Barbie. Le chagrin et la piti Marcel Ophls, Andr Harris(Documentaire) Arcades (1969) Chronique dune ville franaise sous lOccupation. Une vision, jusque-l taboue, de la collaboration et de la rsistance. Archives internationales et tmoignages indits recueillis dans la rgion de Clermont-Ferrand et dans le monde entier Le pianiste Roman Polanski(Film) MGM Home Entertainement (Janvier 2004) Pendant la Seconde Guerre mondiale, Wladyslaw Szpilman, un clbre pianiste juif polonais, russit viter la dportation. Mais il se retrouve tout de mme enferm dans le ghetto de Varsovie o, comme les autres, il va devoir survivre. Un jour, il parvient 15

schapper. Il se rfugie dans des ruines o un officier allemand, qui apprcie sa musique, laide rester en vie. Avec ce film, Roman Polanski revient sur une priode de son enfance sur laquelle il n'est que trs modrment exprim. Raliste et fascinant, Le Pianiste est pur un chef d'oeuvre humain de cinma. De Nuremberg Nuremberg Frdric Rossif(Film) Montparnasse Editions (Juillet 2004) Frdric Rossif et Philippe Meyer retracent la terrible fresque de la seconde guerre mondiale. De la monte en puissance d'Hitler la dfaite Nazie, cette page d'histoire est illustre par un grand nombre de documents indits et de tmoignages boulversants.

Les liensCENTRE DE DOCUMENTATION JUIVE CONTEMPORAINE Le site du Centre de Documentation juive contemporaine prsente les ressources documentaires dont dispose le centre, consultables sur place uniquement, lhistoire du Mmorial, les expositions de qualit quil propose, les diverses activits tout au long de lanne, comme par exemple les cours dt, les colloques, les commmorations, les soires dbats Il est possible de commander les nombreuses publications et CD-Rom partir du site. http://www.memorial-cdjc.org/ MUSE DE LA RESISTANCE NATIONALE Ayant pour but de perptuer la mmoire de la resistance franaise pendant la 2e guerre mondiale, le muse de la Resistance Nationale conserve et expose une collection historique, unique et inalinable, il anime galement de nombreuses initiatives publiques caractre historique et culturel. Le site offre une prsentation globale du muse ainsi que de nombreux dossiers d'histoire issus du centre de conservation. http://www.musee-resistance.com/ FONDATION NATIONALE DES DPORTS ET INTERNS RSISTANTS ET PATRIOTES Cre par les Dports et les Interns, la F.N.D.I.R.P. naquit en octobre 1945, cinq mois aprs la victoire sur le nazisme. Lis par le serment, fait sur les lieux mmes de leur souffrance les survivants tmoignent, au nom des morts afin de veiller sur l'avenir de l'homme et de sa dignit. Le site offre un regard sur les nombreux tmoignages des survivants travers des dossiers historiques poignants et un journal "Le patriote resistant". http://www.fndirp.asso.fr/ FONDATION POUR LA MMOIRE DE LA DPORTATION La Fondation, cre en 1990, a pour but de prenniser la mmoire de la Dportation et de l'internement au-del de la gnration des tmoins et de faire connatre les valeurs qui en sont issues. Le site s'efforce de contribuer par des moyens d'informations(Banque de donnes multimdia, Tmoignages, archives orales, dossier thmatiques...) empcher le retour dans le monde de situations aussi inhumaines qu'ont connus les Dports et interns. http://www.fmd.asso.fr/ INSTITUT DHISTOIRE DU TEMPS PRSENT Hritier d'une histoire qui remonte aux lendemains de la seconde guerre mondiale , sa cration s'inscrit surtout dans le renouveau de l'histoire contemporaine. Il a pour cadre gnral de ses travaux l'histoire de la France et de l'Europe au XXe sicle. Dans une perspective d'approfondir la rflexion sur l'historiographie du pass proche, le site propose une banque de donnes en ligne ainsi que des dossiers thmatiques de grande qualit. http://www.ihtp.cnrs.fr/ MUSE MMORIAL DES ENFANTS D'IZIEU Le Muse Mmorial des Enfants dIzieu perptue la mmoire des 44 enfants et des 4 adultes de la colonie de vacances dIzieu, dports par Klaus Barbie le 13 avril 1944. Le site offre une prsentation du muse, un rappel dtaill des faits ainsi que des outils pdagogiques pour transmettre aux jeunes gnrations lhorreur du pass. http://www.izieu.alma.fr/ LE MMORIAL DE CAEN Le Mmorial de Caen est un lieu consacr l'Histoire du XXme sicle et plus particulirement la seconde guerre mondiale, travers quelques zones de conflits emblmatiques. Le site prsente16

le muse, les dernires actualits et donne toutes les informations ncessaires pour y aller. Mais la rubrique "A dcouvrir", surtout, recle quelques richesses : des "Chemins de la mmoire" qui, tout en cartes, reviennent sur les guerres mondiales ou la guerre d'Espagne ; et puis surtout une agence photographique qui propose de consulter en lignes des dizaines d'images d'archives. http://www.memorial-caen.fr/portail/accueil/hp_4.asp DOSSIER BARBIE DE LA CHANE HISTOIRE Parmi les dossiers thmatiques proposs par le site de la chane Histoire, un support documentaire et pdagogique trs nourri, labor lors de la diffusion en 2001 d'une srie d'missions tlvises tires des rushes du procs : biographie de l'accus, rappels historiques fondamentaux, bibliographie ... http://www.histoire.fr/vert/html/fbarbie.htm

1. Lecture de lacte daccusationEmission du 26 Juillet 2004 - Barbie 1/25 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200407261110.ram Lundi 11 mai 1987. 13 heures. Premire audience. Il entre. Enfin. A soixante quatorze ans, Klaus Barbie a un visage maci, des yeux enfoncs, des lvres minces, et un sourire nigmatique. Matre Vergs, son avocat, lui glisse quelques mots. Ses quarante confrres occupent les bancs des parties civiles. La traductrice est prte, laccus entend sexprimer en allemand bien quil comprenne le franais la perfection. Le prsident Cerdini et ses deux assesseurs sont installs. Pierre Truche, procureur gnral, assist de Jean-Olivier Viout, substitut gnral ont rejoint leurs siges. Les jurs sont tirs au sort, deux sont rcuss, six supplmentaires sont adjoints en cas de dfaillance. Ils prtent serment. Les tmoins, une centaine, sont appels, le plus grand nombre cit par les parties civiles. Il y a ceux qui tmoigneront sur les faits retenus contre Barbie et les autres dits dintrt gnral. Premier incident et premire passe darmes. Laccus se prsente comme "Altmann Klaus" son identit de ressortissant bolivien. Aprs les ultimes demandes de constitutions de parties civiles, cest la lecture de lacte daccusation. La machine judiciaire sest mise en marche, le procs est lanc. Intervenants : Richard Zelmati - Avocat des parties civiles. Inscrit au Barreau de Lyon

2. Interrogatoire de personnalitEmission du 27 Juillet 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200407271110.ram Mardi 12 mai. Deuxime journe daudience. Elle comporte linterrogatoire de personnalit. Aprs lnonc des charges, on coute le CV de Barbie. On droule sa vie jusquau moment de son arrestation et sans tenir compte des faits qui lui sont reprochs. Comment un jeune homme n le 25 octobre 1913 Bad Godesberg est-il devenu nazi ? Sa jeunesse, ses tudes interrompues par la mort prmatur de son pre, son renoncement la carrire de mdecin laquelle il rvait pourraient tre des circonstances attnuantes. En revanche, son ralliement volontaire aux jeunesses hitlriennes, puis sa formation dans une cole rserve aux jeunes SS en disent long sur ses convictions nazies. Il prte serment le 1er octobre 1935, mais il ne sen souvient pas. A lpoque, ses suprieurs louent son comportement irrprochable en tant que SS tant sans sa vie professionnelle que prive. A la demande du prsident, il parle de sa conception affirme du monde nazi. Arriv Amsterdam en 1940 comme officier SS du service de renseignement du parti nazi, le SD, il arrive Lyon en novembre 1942 aprs une affectation Gex la frontire suisse. Puis il est question de son utilisation par les Amricains partir de 1947 dont il est devenu un auxiliaire zl, son dpart avec leur concours vers lAmrique du Sud, ses activits en Bolivie o il demeure en toute quitude jusquau 4 fvrier 1983, jour de son expulsion. Arriv ce moment de sa vie, Klaus Barbie prend la parole pour lire une courte dclaration. Il annonce quil refuse de comparatre devant ses juges et dassister son procs. Cest un vritable coup de thtre... Intervenants :17

Denis Salas - Magistrat, matre de confrence lEcole nationale de magistrature. Il est lauteur de Barbie, Touvier, Papon, des procs pour la mmoire, Autrement, 2002

3. Interrogatoire de personnalitEmission du 28 Juillet 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200407281110.ram Mercredi 13 mai. Troisime journe daudience. Faut-il obliger Klaus Barbie comparatre ou faut-il le juger en son absence ? Barbie se considre comme un otage et non comme un dtenu. Il en a le droit. Tout accus peut refuser la comparution. Les parties civiles ne sont pas daccord. Le procureur Pierre Truche constate que Barbie naccepte pas de voir en face ce quil a fait, et rappelle que ceux qui taient dtenus il y a quarante cinq ans la prison Saint Joseph comme lui ne disposaient pas de ce mme droit. Cest au prsident Cerdini de dcider de la suite. Pas de comparution force. Le procs continue sans Barbie. Le box reste vide. Barbie nest plus l quand les psychiatres sont appels la barre pour brosser son portrait, celui dun homme froid, dnu de tout sentiment et rus. Pour aboutir ses fins, il est prt tout. Jacques Vergs, lavocat de Klaus Barbie essaie de ridiculiser les experts en discrditant la psychanalyse qui ses yeux est dpourvue de toute valeur scientifique. Malgr labsence de laccus, ce troisime jour de procs se droule comme prvu. Intervenants : Richard Zelmati - Avocat des parties civiles. Inscrit au Barreau de Lyon Bertrand Poirot-Delpech - Journaliste, crivain. Membre de lAcadmie Franaise, prsident de lAssociation de la maison dIzieu. Il a notamment publi Barbie na rien dire (Gallimard 1987)

4. Examen des chargesEmission du 29 Juillet 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200407291110.ram Vendredi 15 mai. Cinquime jour daudience. Une audience sans la prsence de Klaus Barbie qui refuse de comparatre. Faute de pouvoir le questionner, le procs doit-il continuer ? Le prsident Andr Cerdini pense que oui et commence alors lexamen des charges portes contre Barbie. Que lui reproche-t-on ? Au moins deux faits tragiques : le 9 fvrier 1943 la rafle lUnion gnrale des Israelites de France rue Sainte Catherine Lyon au cours de laquelle 86 personnes sont arrtes, 2 parviennent senfuir, et 79 sont dportes Auschwitz. Autre opration, celle mene le 6 avril 1944, la maison des enfants dIzieu. 44 enfants de 5 17 ans sont embarqus par les Allemands, transfrs Drancy et gazs leur arrive Auschwitz. Un tlex sign Klaus Barbie signale ses suprieurs le bon droulement de cette opration excute un jeudi saint. Pour la dfense, il sagit dun faux. Serge Klarsfeld, lavocat des familles parties civiles dans laffaire dIzieu sindigne. Ce 15 mai 1987, la salle daudience de la Cour dassises du Rhne est trs agite. Intervenants : Laurent Douzou - Professeur dhistoire contemporaine lIEP de Lyon. Auteur notamment de Voler les Juifs. Lyon 1940-1944. Hachette littratures 2002

5. Examen des chargesEmission du 30 Juillet 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200407301110.ram Lundi 18 mai. Sixime jour daudience. Au cur des dbats, cette question : Klaus Barbie connaissait-il le sort des hommes, des femmes et des enfants quil arrtait et quil envoyait en dportation ? Ignorait-il quil envoyait les Juifs la mort immdiate et les rsistants la mort lente ? La rponse cette question est cruciale : sil est possible de dmontrer que Klaus Barbie a18

consciemment particip un plan concert visant lextermination des personnes arrtes, il est lauteur dun crime contre lhumanit. Or, le 11 aot 1944, le train 14 166 avec 600 personnes dont la moiti peu prs de Juifs quitte la gare de Perrache. Destination Struthof, Ravensbrck et Auschwitz. Pas de tlex sign Barbie, pas de rapport sur lopration, seulement le tmoignage des rescaps. Ceux-l disent que Barbie tait bien prsent ce jour-l. Dabord dans la cour de la prison Montluc o il surveillait lappel et sur le quai de la gare contrlant le dpart des prisonniers. Klaus Barbie connaissait-il la destination du train et le sort de ceux quil y enfermait sans eau et sans nourriture ? Intervenants : Laurent Douzou - Professeur dhistoire contemporaine lIEP de Lyon. Auteur notamment de Voler les Juifs. Lyon 1940-1944. Hachette littratures 2002 Denis Salas - Magistrat, matre de confrence lEcole nationale de magistrature. Il est lauteur de Barbie, Touvier, Papon, des procs pour la mmoire, Autrement, 2002 Jean-Claude Grumberg - Auteur dramatique, scnariste et metteur en scne. Il a publi Mon pre. Inventaire, Seuil, 2004

6. La rafle de la rue Sainte CatherineEmission du 02 Aot 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200408021110.ram Mercredi 20 mai. 8me journe d'audience. Aprs les experts, viennent tmoigner la barre les victimes de Klaus Barbie. La premire, cest La Katz. Agrippe la barre, elle raconte. Elle avait seize ans le 9 fvrier 1943. Quand elle se rend rue Sainte Catherine au sige de lUGIF, lUnion gnral des Isralites de France, elle se retrouve face face avec la Gestapo. Par miracle, elle chappe la rafle. Et elle se souvient. Avec une prcision incroyable. Michel Cojot-Goldberg lui aussi se souvient de ce jour maudit : la neige recouvrait les trottoirs de Lyon. Ses bottes taient restes chez le cordonnier. Sa mre lui a interdit daccompagner son pre qui travaillait comme bnvole lUGIF. Il na jamais revu son pre. Depuis des annes, il traque Barbie. En 1975, il se fait passer pour un journaliste et russit interview Barbie un revolver dans sa poche. Il ne la pas tu pas. Il navait pas assez de haine en lui. Eva Gottlieb occupe son tour la scne. Elle a soixante quatre ans. Elle non plus na rien oubli de cette journe du 9 fvrier 1943. Ses faux papiers lont sauve. Sa mre neut pas cette chance. Laccusation coute et la dfense se tait. Intervenants : Laurent Douzou - Professeur dhistoire contemporaine lIEP de Lyon. Auteur notamment de Voler les Juifs. Lyon 1940-1944. Hachette littratures 2002

7. Le tmoignage de Victor Sullaper et dElie NahmiasEmission du 03 Aot 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200408031110.ram Jeudi 21 mai. 9me journe d'audience. Une une viennent tmoigner la barre les victimes de Barbie. La Cour dassises du Rhne les coute. Avec motion. En silence. Les jurs, les magistrats, les avocats, les journalistes, les observateurs suivent ces dpositions qui se succdent. Une chaise reste dsesprment vide, celle de laccus, qui nentend pas le rcit de ses souffrances. Victor Sullaper, bien droit la barre, vient parler de cette maudite journe qui endeuille sa vie. Puis cest au tour dElie Nahmias. Arrt par la Gestapo Lyon, il est dport Auschwitz en juillet 1944. Il a dix-sept ans. Il parvient survivre jusquen janvier 1945. A lapproche des Russes, le camp est vacu. Il doit suivre la marche de la mort, avec des milliers dhommes et de femmes, dans le froid et la faim. Un jour, par moins trente degrs, il tombe par terre de fatigue dcid se laisser mourir. Mais un vieil homme loblige se relever et lui dit tout simplement ces mots : Tu es jeune, tu survivras. Alors va et raconte. Au fond ce jeudi vingt et un mai 1987, devant la Cour dAssises du Rhne, Elie Nahmias tient une promesse.

Intervenants :19

Jean-Claude Grumberg - Auteur dramatique, scnariste et metteur en scne. Il a publi Mon pre. Inventaire, Seuil, 2004.

8. Le tmoignage de Lise LesvreEmission du 04 Aot 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200408041110.ram 22 mai 1987. Dixime audience. Elle a quatre vingt six ans. Elle a des cheveux blancs parfaitement mis en plis, elle porte un ensemble soyeux bleu et noir, elle sappuie sur une canne pommeau dargent, mais elle refuse la chaise offerte par lhuissier. Elle veut tmoigner debout. Elle sappelle Lise Lesvre. Et elle raconte. Arrte le 13 mars 1944 par trois sauvages de lquipe Barbie qui trouve sur elle un courrier destin un agent de liaison, elle subit dix-neuf sances de torture : coups de schlague dabord, le supplice de la baignoire ensuite, puis larrestation de son mari et de son fils, g de seize ans et demi pour la convaincre de parler. Elle ne les reverra plus. Son bourreau sappelle Klaus Barbie. Elle est condamne mort au cours dun simulacre de procs. Il lui reste voquer lhorreur de sa dportation Ravensbrck. Et sa frayeur quand elle a vu le visage de Klaus Altmann dans une mission de tlvision. Elle en a trembl. Intervenants : Laurent Douzou - Professeur dhistoire contemporaine lIEP de Lyon. Auteur notamment de Voler les Juifs. Lyon 1940-1944. Hachette littratures 2002 Richard Zelmati - Avocat des parties civiles. Inscrit au Barreau de Lyon

9. Le tmoignage de Simone LagrangeEmission du 05 Aot 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200408051110.ram Vendredi 22 mai. Dixime jour daudience. Simone Kadoshe, pouse Lagrange monte son tour les marches menant la barre. Elle avait treize ans et demi lorsque le 6 juin 1944 elle a t dnonce comme juive par ses voisins. Le jour du dbarquement des Allis en Normandie, elle a t amene avec son pre et sa mre devant Klaus Barbie. Il la torture. Tous les trois ont t dports. A Auschwitz sa mre a t gaze son pre abattu. Par miracle, elle a survcu. Maintenant elle raconte. Intervenants : Laurent Douzou - Professeur dhistoire contemporaine lIEP de Lyon. Auteur notamment de Voler les Juifs. Lyon 1940-1944. Hachette littratures 2002

10. Le tmoignage de Marcel StourdzEmission du 06 Aot 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200408061110.ram Vendredi 22 mai.10me jour daudience. Klaus Barbie refuse toujours de comparatre. Laudition des tmoins se poursuit en son absence. Aprs Lise Lesvre et Simone Lagrange, ces deux femmes tortures par Barbie et qui ont racont leur calvaire, Marcel Stourdz vient raconter son tour ce quil a subi. Il habitait Lyon. Dnonc comme juif, il a t arrt en 1943 sur dnonciation et amen illico presto devant Barbie. Montluc, Drancy, Auschwitz, Mauthausen, Flossembourg, Dachau, voil son priple. Sa famille a t dcime. Sil tmoigne aujourdhui, cest sans esprit de haine ou de vengeance. Les crimes quil dnonce, cest pour lenseignement des jeunes gnrations, dit-il. Intervenants :20

Richard Zelmati - Avocat des parties civiles. Inscrit au Barreau de Lyon Dominique Borne - Inspecteur gnral de lEducation nationale. Doyen des inspecteurs dhistoire et gographie

11. Le tmoignage dAndr FrossardEmission du 09 Aot 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200408091110.ram Lundi 25 mai 1987. 11me audience. Andr Frossard, lditorialiste du Figaro, lacadmicien, le catholique engag est venu tmoigner. Rsistant il a t intern au Fort de Montluc de dcembre 1943 aot 1944. Cest l, dans la baraque aux juifs construite dans la cour de la prison, quAndr Frossard a compris ce qutait le crime contre lhumanit : cest tuer quelquun pour la seule raison quil est n Andr Frossard fait face Jacques Vergs, lavocat de la dfense. Les deux hommes se connaissent bien. Ils se respectent. En 1957, pendant la guerre dAlgrie, Andr Frossard sest battu contre la torture et surtout il a dfendu une jeune patriote algrienne devenue la femme de Jacques Vergs. Entre les deux hommes, un vif dialogue se noue. Intervenants : Richard Zelmati - Avocat des parties civiles. Inscrit au Barreau de Lyon Jean-Claude Grumberg - Auteur dramatique, scnariste et metteur en scne. Il a publi Mon pre. Inventaire, Seuil, 2004

12. Le tmoignage de Sabine ZlatinEmission du 10 Aot 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200408101110.ram Mercredi 27 mai 1987. 13me jour daudience. Au petit matin du 6 avril 1944, dans une grande maison du hameau de Lzinas, prs dIzieu, deux camions et une voiture font irruption. Une dizaine de soldats allemands viennent rafler 44 enfants dont le plus jeune a cinq ans et le plus g 17 ans. Sabine Zlatin, qui avait fond cette maison daccueil, tait absente ce 6 avril. A son retour, tout le monde avait disparu jamais, son mari Miron, comme tous les autres. Intervenants Bertrand Poirot-Delpech - Jounaliste, crivain. Membre de lAcadmie Franaise, prsident de lAssociation de la maison dIzieu. Il a notamment publi Barbie na rien dire (Gallimard 1987) Jean-Claude Grumberg - Auteur dramatique, scnariste et metteur en scne. Il a publi Mon pre. Inventaire, Seuil, 2004

13. La rafle de la maison dIzieuEmission du 11 Aot 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200408111110.ram Mercredi 27 mai. 13me jour daudience. Il y a peu de tmoins de la rafle dIzieu. Ils sont trois : Lea Feldblum la monitrice dporte Auschwitz, Julien Favet louvrier agricole un peu simple desprit et Lon Reifman, ltudiant en mdecine qui saute par la fentre du premier tage et se terre dans les buissons. Les autres, les quarante quatre enfants et les six adultes sont pousss dans la cour et embarqus dans les camions. Aujourdhui Lon Reifman raconte ce quil a vu. Laccus est toujours absent. Cest pourtant de son absence ou de sa prsence quil sagit le 6 avril 1944. Etait-il Izieu le jour de la rafle ? Etait-il le civil en gabardine qui donnait des ordres en franais et en allemand ? Lorganisateur de la rafle, cest lui. La preuve crite, cest le tlex. Son absence laudience nenlve rien lintensit des dbats. Mardi 2 juin 1987. 15me audience21

Et Elie Wiesel vint. Cit par Matre Alain Jakubowicz, avocat des parties civiles, Elie Wiesel, dport quinze ans, prix Nobel 1986 explique pourquoi quil faut se souvenir. Pour que les victimes ne soient pas tues une seconde fois par loubli. Intervenants : Laurent Douzou - Professeur dhistoire contemporaine lIEP de Lyon. Auteur notamment de Voler les Juifs. Lyon 1940-1944. Hachette littratures 2002 Jean-Claude Grumberg - Auteur dramatique, scnariste et metteur en scne. Il a publi Mon pre. Inventaire, Seuil, 2004

14. La dportationEmission du 12 Aot 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200408121110.ram On reste avec les enfants dIzieu : deux femmes, deux mres, brises par la douleur viennent tmoigner. Ita Rose Halaunbrenner a quatre-vingt trois ans. Barbie a arrt son mari Jacob et son fils an Lon. Lun a t fusill, lautre a t dport. Et cest encore Barbie qui a ordonn la rafle dIzieu. Izieu o Claudia et Mina, cinq et neuf ans avaient t places labri de la Gestapo. Fortune Benguigui pleure elle aussi. Pire que lhorreur dAuschwitz o elle a t dporte et o elle a servi de cobaye aux mdecins nazis, cest la rvlation brutale son retour du sort rserv ses trois enfants : Jacques, treize ans, Richard, huit ans, Jean-Claude six ans. Elle les croyait en scurit dans la colonie dIzieu. On sait le sort rserv ses enfants. Mercredi 3 juin. 16me audience Aprs Izieu, cest laffaire du convoi du 11 aot qui retient lattention de la Cour. Le train du 11 aot 1944 est le dernier train de dports partir de Lyon. Six cent personnes, juifs et rsistants sont entasss dans le train numro 14166 trois semaines de la libration de Lyon. Leur destination ? Les camps de la mort. Klaus Barbie en fut-il le grand ordonnateur ? Pour Alice Joly-Vansteenberghe, aucun doute nest possible.

15. Le tmoignage de Francine GudefinEmission du 13 Aot 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200408131110.ram Au contraire de la rafle de la rue Sainte Catherine et dIzieu, aucun tlex, ordre ou document na t sign par Klaus Barbie pour la constitution du train 14166 destination des camps de la mort. Restent les tmoins. Le prsident Cerdini pose et repose les mmes questions : Klaus Barbie tait-il prsent lors de lappel des prisonniers dans la cour de Montluc ? Etait-il encore prsent sur le quai dembarquement la gare de Perrache ? Francine Gudefin, dfigure par Barbie et ses sbires jure avoir vu Barbie le 11 aot 1944. Mais pourquoi a-t-elle dit le contraire en 1983 ? Peut-on prendre en compte son tmoignage ? Quand ses souvenirs se brouillent, matre Jacques Vergs, avocat de la dfense passe loffensive. Et au travers du cas de Francine Gudefin, il tente dbranler laccusation.

16. La confrontation avec Klaus BarbieEmission du 16 Aot 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200408161110.ram Vendredi 5 juin 1987. Dix-huitime audience. Pour la premire fois depuis le 26 mai, Klaus Barbie comparat de nouveau, contraint par la force en vertu de larticle 320 du code de procdure pnale. Il est 18H30. Comme le 26 mai, il est confront de nouveau des tmoins qui ne lavaient pas rencontr lors de linstruction. Comme le 26 mai, il na rien dire ceux qui laccusent. Il na rien dire Julie Francine Gudefin. Pas un regard. Pas un mouvement. Pas une parole. En fin daudience, le procureur gnral Truche intervient. Pour faire sortir Barbie de son silence. En vain.22

Mardi 9 juin. 19me audience Les tmoins directs des faits laissent leur place aux tmoins dits dintrt gnral. Pourquoi sont-ils l ? Une fois de plus le procureur Truche a lheureuse initiative de lexpliquer aux jurs : ils nont pas connu Klaus Barbie mais ils ont vcu lOccupation nazie et certains dentre eux ont t dports. Ils viennent expliquer en quoi consiste la politique dhgmonie du III Reich, c'est--dire le cadre gnral dans lequel les crimes dont on accuse Barbie ont t commis. Aprs Lon Poliakov, historien de lantismitisme et Genevive de Gaulle, nice du Gnral, venue parler de sa dportation Ravensbrck, Jacques Delarue, ancien commissaire divisionnaire de la Sret nationale se fait lhistorien de la Gestapo et de ses auxiliaires Intervenants : Laurent Douzou - Professeur dhistoire contemporaine lIEP de Lyon. Auteur notamment de Voler les Juifs. Lyon 1940-1944. Hachette littratures 2002

17. Les tmoins de la dfenseEmission du 17 Aot 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200408171110.ram Lundi 15 juin. 23me audience Aprs une longue semaine consacre laudition des tmoins dintrt gnral, lavocat gnral prend la parole pour une srieuse mise en garde ladresse des jurs sur une drive ventuelle du procs. Les enfants dIzieu sont loin, constate lavocat gnral. Ce jour-l, les tmoins de la dfense sont attendus. Faut-il les entendre ? Cest la question qui domine cette audience... De son ct, un des avocats des parties civiles, Matre Korman, considre quil ny a pas lieu de procder laudition des tmoins de la dfense. Il parle dimposture et dinsulte en voquant larrive des tmoins cits par Jacques Vergs. Il dclenche la colre de ses confrres qui se dsolidarisent. Jacques Vergs, lavocat de Klaus Barbie jubile. La Cour dlibre. Elle rejette les conclusions de Matre Korman. Les tmoins cits par la dfense seront entendus.

18. Le tmoignage de Raymond AubracEmission du 18 Aot 2004 http://www.tv-radio.com/ondemand/france_culture_(aod)/BARBIE/BARBIE200408181110.RAM Lundi 15 juin. 23me audience Premier tmoin cit par la dfense, Raymond Aubrac qui fait demble une mise au point. Je suis ici convoqu par la dfense, non pour la dfense. Cest ce que dit dentre de jeu lancien chef de lArme secrte, arrt le 21 juin 1943 avec Jean Moulin Caluire. Mais il sest vad. Jacques Vergs, lavocat de Klaus veut rallumer la controverse sur larrestation de Jean Moulin. Qui a trahi la Rsistance ? Comment Aubrac a t-il pu svader au nez et la barbe de Klaus Barbie ? Pourquoi Raymond Aubrac a-t-il donn des versions diffrentes de sa rencontre avec le chef de la Gestapo lyonnaise ? Barbie tait-il le grand chef quon a dit ? Etait-il instruit de tout ? On attendait des rvlations fracassantes. Il nen fut rien. Intervenants : Laurent Douzou - Professeur dhistoire contemporaine lIEP de Lyon. Auteur notamment de Voler les Juifs. Lyon 1940-1944. Hachette littratures 2002 Denis Salas - Magistrat, matre de confrence lEcole nationale de magistrature. Il est lauteur de Barbie, Touvier, Papon, des procs pour la mmo