Professions techniciennes - Dynamiques plurielles

  • View
    217

  • Download
    2

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Professions techniciennes - Dynamiques plurielles

Text of Professions techniciennes - Dynamiques plurielles

  • Les techniciens de la colreUlysse:cestlenomqueladirectiondelentreprisepubliqueadonnsonprojetderestructurationdelinformatiquevialacrationdunefilialeformantunecoentrepriseavecIbm.BaptiseprovisoirementSncf-B5,elleseraitenchargedelasous-traitanceinformatique.Aveccemontage,laSncfveutobtenirunebaissecompriseentre15et20%delafacturedesesprestataires.

    Technique, technicit, individuLatechnicitest-elleunedesfiguresduneculturetechniqueouunemodalitpartielle,fragmente?Lapremireapprochepousselavalorisationdelaparticipationcrative,lengagementdelapersonnalit,appelleunecapacitcroisedinitiativesindividuelles.Unevisionquirorganiseleconflitentrelindividutechniciensoumisauxexigencesdutravailtechniqueprescritetlindividupsychologiqueagissantpourmatriserlesrelationsquilentretientavecsonenvironnement,professionneletau-del.

    Au pied du mur de la diversitIlexisteunbesoinurgentderedfinirlidentittechnicienneenfonctiondurapportautravail,desafinalitetdesonsens,danslamesureocelaconditionnelargementlafaondontrevendicationsetbesoinsdereconnaissancevontplusoumoinsexprimerunevolontderappropriationdesondestinprofessionnel.

    16 OPTIONS N 558 / JUIN 2010

    dr

    S O M M A I R E

    INFORMATIQUE:REFUSDEDPOSSESSIONPages 17-19

    CULTURESTECHNIQUESENLIGNEDEMIREPages 20-21

    REPRESPage 22

    POINTDEVUEDEMARTINEMBUS:LESFIGURESDUTECHNICIENPage 23

    TECHNIQUE,TECHNICIT:LETOUTETSESPARTIESPages 24-25

    TABLERONDEPages 26-29

    Professions Techniciennes

    pluriellesdynamiques

    Des

    LUgict organise :Etats gnraux des professions techniciennes

    jeudi 23 septembre

    Dbat de 9 h 30 17 h au sige de la Cgt 263, rue de Paris, 93100 Montreuil.Ugict-Cgt : 01 48 18 81 25,

    opt558_016-019.indd 16 13/06/10 18:07

  • Au premier abord, cest le fac-simil gant dun billet Sncf composter qui attire le regard. Nom du voyageur : Ulysse. Classe : deuxime. Destination : New Delhi. A quelques pas de l, des valises ont t dposes ple-mle devant la grille baisse du sige de lentreprise, rue du Commandant-Mouchotte, Paris, prs de la gare Montparnasse. Sur lune delles, cette tiquette : Ulysse-Sncf Ibm-Mumbai, India . En ce 26 mai 2010, jour du conseil dadministration, plusieurs centaines dinformaticiens venus de toute la France sont runis sous une banderole unitaire Cgt, Unsa, Sud-Rail, Cfdt, pour refuser la dloca-lisation des emplois informatiques de la Sncf et le pillage de leur savoir-faire. La quatrime jour-ne daction en cinq mois pour faire chec un projet men encatimini, souligne le titulaire potentiel du billet de deuxime classe.Ulysse : cest le nom que la direction de len-treprise publique a donn son projet de res-

    17OPTIONS N 558 / JUIN 2010

    Informatique:refusdedpossession

    tructuration de linformatique via la cration dune filiale formant une coentreprise avec Ibm. Baptise provisoirement Sncf-B5, elle serait en charge de la sous-traitance informatique. Avec ce montage, lide, pour la Sncf, est dobtenir une baisse comprise entre 15 et 20 % de la facture de ses prestataires grce notamment ce que lon appelle la massification, cest--dire le pas-sage dune myriade de Ssii (socits de services en ingnierie informatique) seulement cinq ou six et la rationalisation des prestations. Mais alors quUlysse, aprs un long voyage, finit par revenir Ithaque, cest de manire inluctable que ces emplois sont perdus pour la Sncf.Sans espoir de retour. Lobjectiftantderaliseruneconomiedelordrede17%,etIbmrecher-chantunemargede13%,ladlocalisationdesemploisdansdespaysbascotsolescondi-tionssocialessontplusfaibles,commelIndeoulaRoumanie,estinvitable.Cestuneanalysequi

    Le 1er avril dernier, la journe sans informaticiens , lappel de lintersyndicale, sest traduite par des taux de grvistes de lordre de 80 %, avec des pics de 100 % dans certaines Asti o il ny a pas un seul prestataire.

    opt558_016-019.indd 17 13/06/10 18:07

  • 18 OPTIONS N 558 / JUIN 2010

    estpartagepartouteslesorganisationssyndi-cales, souligne ainsi Pierre Louvard, informa-ticien cheminot Rouen dans une Asti (agence de services tlcoms et informatique), membre du bureau de lUfcm (Union fdrale des cadres et agents de matrise), Fdration Cgt des che-minots. Dailleurs, aprs plusieurs journes de forte mobilisation, ladirectionafiniparlereconnatreetaffichedsormaissurlerecoursloff shoreundiscourssanscomplexes, affirme Herv Giudici, secrtaire national de lUfcm en charge du dossier. Au total, la Cgt value dans un premier temps mille le nombre demplois de prestataires, techniciens mais aussi ingnieurs informaticiens, menacs de suppression.

    Linformatique comme enjeu stratgique

    Il faut remonter 1994 pour reprer les pre-miers signes du malaise. Jusqualors, il ny avait quune seule grande direction informatique. Elle se trouve, depuis, divise en plusieurs acti-vits : le systme dinformation voyageurs, le systme dinformation de linfrastructure, la Dsi (Direction des systmes dinformation) et les Asti qui, dans les rgions, assurent la maintenance et les dploiements informatiques. Une logique

    qui sinscrit dans une politique dclatement de la Sncf en diffrentes branches et participe du processus de privatisation. Cestbiendanscecontextequilfautreplacerlamobilisationdesinformaticiens, souligne Herv Giudici. Onauraittortdesous-estimerceconflit,souslepr-textequilconcerneaujourdhuipeinequelquesmilliersdecheminotssurlescentsoixantemillequecomptelaSncf.Cenestpasundossiercat-goriel,carilouvrepotentiellementlavoielex-ternalisationdautresmtiersdelentreprise. Et menace, terme, la matrise du systme dinfor-mation et la conception des outils informatiques par lEpic (tablissement public industriel et commercial) Sncf, au nom dune logique pure-ment financire, au dtriment des missions de service public. Lenjeu est stratgique : il sagit, ni plus ni moins, de garder en interne le contrle du systme dinformation ferroviaire et de garantir la confidentialit des donnes.

    Front uni contre le projet Ulysse

    Mais aussi de conserver le savoir-faire tech-nique. Aujourdhui, linformatique de lEpic Sncf emploie quelque deux mille deux cents chemi-nots, issus de la formation interne ou recruts comme jeunes diplms, et deux mille presta-taires, la sous-traitance reprsentant dsormais 55 % des emplois dans les directions informa-tiques. Cest dailleurs sous ce prtexte que la coentreprise est actuellement mise en place afin de prendreencharge la sous-traitance infor-

    matique. Unremdepirequelemal, a soulign la Fdration Cgt des cheminots, lors dune confrence de presse. Car, pour lheure, seuls les prestataires sont concerns par la coentre-prise avec Ibm ; officiellement, les cheminots ne le sont pas. Maisnousnenous faisonsaucuneillusion, explique Pierre Louvard. Aterme,cesonttouslesemploisaujourdhuiassursparlescheminots informaticiensquirisquentdtresaspirs.Ce nest pas un hasard si, le 1er avril dernier, la journe sans informaticiens , toujours lappel de lintersyndicale (Cgt, Unsa, Sud-Rail, Cftc), sest tra-duite par des taux de grvistes de lordre de 80 %, avec des pics de 100 % dans certaines Asti o il ny a pas un seul prestataire. Elle est la fois lexpression dune lutte solidaire mene pour lemploi des prestataires et dun malaise grandissant sur les conditions de lvolution des mtiers et la perte de qualit du travail. Robert Rey, secrtaire

    Informatique:refusdedpossession

    Professions Techniciennes

    Au total, la Cgt value dans un premier temps mille le nombre demplois de prestataires, techniciens mais aussi ingnieurs informaticiens, menacs de suppression.

    THOMAS COEX

    / Afp

    opt558_016-019.indd 18 13/06/10 18:07

  • 19OPTIONS N 558 / JUIN 2010

    adjoint du syndicat Cgt de Lyon-Lugdunum, travaille au sein de la Direction des services dinformation. Il tmoigne de cette volution : Aufildesans,nosmtiersontchangversdesmissionsdencadrementetdepilotagedepro-jetsaudtrimentdelatechnique,alorsquelamajeurepartiedudveloppementestdsormaissous-traite. Avec le projet Ulysse, prsent en comit stratgique de la Sncf en dcembre 2009, la crainte est encore plus accentue de voir les cheminots techniciens relgus dans un rle secondaire, cantonns aux vieilles applications et tre peu peu frapps par lobsolescence tech-nique. La Cgt appuie son raisonnement sur des oprations similaires passes o, dans le cadre de joint-ventures crs avec Bnp Paribas en 2003 ou Cma-Cgm (groupe de transport maritime) en 2007, Ibmafaitmainbassesurlesoutilsinformatiques,prenantdefaitlamatrisedessystmes. A cela sajoute lannonce de possibles

    raffectations de cheminots entre les diffrentes directions et, donc, de futures mobilits gogra-phiques contraintes.Celanechangerien : dans ce contexte, les informaticiens napportent aucune crdibilit au discours tenu jusqu prsent par la direc-tion. Dautant que, comme le dit Pierre Louvard, toutesnoscraintes,commelerecoursloff-shore,sontpeupeuconfirmes.Sibien, ajoute-t-il,quelesinformaticienssontlafoisdsabussetrvol-ts,carriennejustifieuntelprojetdecoentreprise,nidunpointdevueconomique,nidunpointdevuedelaqualitdelaproduction. Avec, en premier lieu, la perte de contrle de la localisation des quipes de prestataires. Sont-ils aujourdhui entendus ? Sous la pression des fortes mobili-sations de ces deniers mois, une premire table ronde devait tre convoque le lundi 14 juin. Pour les organisations syndicales Cgt, Unsa, Sud-Rail et Cfdt, il ne sagissait pas dy aller pour ngocier des mesures daccompagnement au projet Ulysse, mais pour en demander labandon. Ensemble, elles devaient y porter plusieurs exigences : le contrle du systme dinformation exerc par lEpic Sncf pour assurer la prennit de lentre-prise intgre, de ses missions de service public et le maintien de lemploi sur le territoire ; la mise en uvre dune vritable politique de lemploi informatique en interne, sur la base notamment dembauches au statut. Nousrefuserons,pr-vient Herv Giudici, lapertedutravailfortevaleuraj