of 69/69
Ressources humaines Emploi François Langot Professeur de Sciences Economiques GAINS – Université du Maine CEPREMAP – ENS Jourdan

Ressources humaines Emploi François Langot Professeur de Sciences Economiques GAINS – Université du Maine CEPREMAP – ENS Jourdan

  • View
    106

  • Download
    0

Embed Size (px)

Text of Ressources humaines Emploi François Langot Professeur de Sciences Economiques GAINS – Université...

  • Page 1
  • Ressources humaines Emploi Franois Langot Professeur de Sciences Economiques GAINS Universit du Maine CEPREMAP ENS Jourdan
  • Page 2
  • Plan du cours Chapitre 1 : Quels rles jouent les institutions sur leffort au travail ? Chapitre 2 : Quels rles jouent le progrs technologique et lorganisation du travail sur leffort au travail ? Chapitre 3 : Assurance individuelle versus mutualisation des risques : comment grer les risques de revenu ?
  • Page 3
  • Motivations : pourquoi ce plan ? Quels ont t les moments forts de notre histoire depuis la 2me guerre mondiale? En Europe, la reconstruction, puis aux USA, la nouvelle rvolution industrielle, celle des NTIC ( Nouvelles Technologies de lInformation et de la Communication ). Les chocs dmographiques perturbent lquilibre politico-conomique : comment grer cette volution ? => Comment nos efforts de travail ont permis/doivent permettre daccompagner ces grands changements historiques?
  • Page 4
  • Chapitre 1 : Quels rles jouent les institutions sur leffort au travail ? Analyse du choix travail-loisir en prsence dinstitution
  • Page 5
  • Introduction / motivation Le travail est au centre des dveloppements rcents de lanalyse conomique moderne Les outils et les mthodes des conomistes se sont rcemment renouvels. L accs de nombreuses donnes permet maintenant de faire de vritables expriences. On dcomposera lanalyse en 2 parties: lvolution de leffort global (section 1), puis lvolution du chmage (section 2).
  • Page 6
  • Section 1 : Comment expliquer lvolution de leffort au travail ? La relle importance de lirrel.
  • Page 7
  • Mesurer leffort de travail dune population On considre uniquement le travail marchand (les erreurs de mesure sont faibles). On ne considre pas le travail la maison, le bnvolat, et autres activits de ce type. Mesuser le travail effectu par chaque personne (mesure type OCDE): H = (Total des heures rmunres) (Population age 15-64)
  • Page 8
  • Les faits dans les pays de lOCDE (heures travailles) / (Population des 15-64) European countries
  • Page 9
  • Question 1 : Pourquoi existe-t-il des diffrences entre ces pays? Pourquoi se poser cette question? Ceux qui travaillent plus (ou moins) le choisissent, donc ils sont heureux de ce choix Les diffrences entre Nations ne sexpliqueraient alors que parce que les trangers sont diffrents. Imaginons au contraire que nous soyons semblables ltranger dans nos prfrences Travailler moins implique alors une sous-utilisation des moyens de production et des connaissances dont on dispose. on se contraint tre moins bien (cot social)
  • Page 10
  • Quelle mthode pour expliquer ces diffrences? Dterminer lvolution historique des heures travailles dans diffrents pays se constituer une table dexprience puisquils nont pas connu, a-priori, les mmes politiques. Se donner un cadre danalyse rigoureux permettant de chiffrer la contribution de chaque candidat lexplication. le modle de lconomiste.
  • Page 11
  • Le modle de lconomiste 1 Hypothse 1 : uniquement deux biens procurent du plaisir, de la satisfaction de lutilit : 1. la consommation C 2. le loisir l=T-h Plus de consommation et/ou plus de loisir donnent plus dutilit u(C,T-h) avec :
  • Page 12
  • Prfrences et courbes dindiffrence loisir consommation Courbes dindiffrence a b.. 2 units 1 unit Le consommateur prfre travailler moins tout en aillant plus de loisir : une courbe dindiffrence situe haut signale plus de plaisir
  • Page 13
  • Dotations et contrainte budgtaire Ensemble de opportunits loisir consommation wT/w = T wT/p = (w/p) T wT = p C + w (T-h)
  • Page 14
  • Comptabilit du consommateur-offreur de travail Financirement, perdre une heure de loisir en plus fait perdre (p/w) units de bien
  • Page 15
  • Comme tout nest pas possible financirement, quels sont les choix optimaux? loisir consommation T (w/p) T T = p C + w (T-h). Optimum
  • Page 16
  • Comment prvoir les choix du commateur-offreur de travail ?
  • Page 17
  • Prenons un exemple
  • Page 18
  • Comment expliquer les carts deffort au travail ? Explication 1
  • Page 19
  • Comment expliquer les carts deffort au travail? Explication 2
  • Page 20
  • Groupe 1 : heures travailles < 75% heures travailles aux US
  • Page 21
  • Groupe 2 : 75% US< heures travailles < 85% des heures travailles aux US
  • Page 22
  • Groupe 3 : 85% US< heures travailles < 95% des heures travailles aux US
  • Page 23
  • Groupe 4 : heures travailles > 95% des heures travailles aux US
  • Page 24
  • Les enseignements de ces expriences Dans les annes 50-60, un europen travaille, en moyenne, plus quun amricain. Mais, en Europe, leffort baisse continment. En 1975, le nombre dheures travailles dun europen passe en dessous du nombre dheures travailles dun amricain. Les pays de type US ont un nombre plutt croissant dheures travailles. Comment expliquer SIMPLEMENT ces diffrences ?
  • Page 25
  • Les enseignements de la thorie A la sortie de la guerre, les pays europens se reconstruisent: le rattrapage conomique incite travailler plus quaux USA. Mais, une fois rattrap ce retard, le nombre dheures travailles chute. Pourquoi? Quelle est le facteur, commun tous ces pays europens, permettant dexpliquer la chute du nombre dheures travailles?
  • Page 26
  • Levolution de la pression fiscale (recettes du gouvernement / PIB) Ecart initial Ecart maximal Evolution moyenne
  • Page 27
  • Un scenario Les pays europens ont un Etat dont la taille, mesure par la pression fiscale, est plus grande que celui des pays de type US Cette taille a cru Les impts et charges diminuent lincitation travailler et accroissent le cot du travail, conduisant alors les entreprises utiliser plus de capital. Comment valider ce senario?
  • Page 28
  • Lorsque les impts et charges baissent, les heures travailles augmentent ATTENTION : En rouge, la courbe est inverse BAISSE des HEURES HAUSSE des HEURES
  • Page 29
  • Un autre exemple ATTENTION : En rouge, la courbe est inverse
  • Page 30
  • Heures travailles leves Taxes faibles Heures travailles faibles Taxes leves
  • Page 31
  • Ce scenario est-il robuste? Est-ce si gnral? Il existe un contre-exemple: lEspagne. Cette explication simple nest pas si gnrale Accroissement des taxes sur le travail et le capital La taille du gouvernement Na pas Chang
  • Page 32
  • La thorie est-elle proche des donnes? Ohanian, Raffo et Rogerson
  • Page 33
  • Tester la thorie: construction de lexprience La thorie nous dite que: Construire, partir de ces restrictions les sries thoriques , puis comparer.
  • Page 34
  • Comment volue lcart par rapport lconomie fictive?
  • Page 35
  • Une volution diffrencie par groupe de pays!!!
  • Page 36
  • Une corrlation claire
  • Page 37
  • surtout relativement aux USA
  • Page 38
  • Est-ce lvolution des taxes? Le modle est maintenant:
  • Page 39
  • Test du nouveau modle
  • Page 40
  • Page 41
  • Au-del du nombre moyen dheures travailles : dcomposition heures/taux demploi La statistique que lon a tudie mlange plusieurs dimension du travail: Le nombre dheure par personne en emploi, et le taux demploi On peut dcomposer.
  • Page 42
  • Le cas des USA
  • Page 43
  • Le cas de la France
  • Page 44
  • Bilan de la dcomposition Aux US comme en France, le nombre dheures travailles par chaque employ baisse. En revanche, si cette baisse de leffort individuel est largement compens par la hausse du taux demploi aux US, il nen va pas de mme ne France, o les deux sries chutent. A salaire horaire net quivalant, le diffrentiel de bien-tre des familles se creuse. Lincitation travailler est plus importante, ce qui peut inciter rpartir sur le couple leffort individuel.
  • Page 45
  • Le cas des USA
  • Page 46
  • Le cas de la France
  • Page 47
  • Section 2 : Comment expliquer le chmage de masse ? Lconomie sans tabous.
  • Page 48
  • Au del des heures travailles pour un individu moyen La statistique du nombre dheures travailles en moyenne par personne cache des ingalits : certains individus ne travaillent pas. Le chmage: comment lexpliquer? Mthode: l encore, partir des donnes pour trouver des faits rcurrents et des facteurs communs permettant de les expliquer.
  • Page 49
  • Lvolution de lcart de chmage entre lEurope et les Etats Unis
  • Page 50
  • Quels sont les candidats potentiels? Les institutions sur les marchs du travail europen sont diffrentes de celles rgulant les marchs des pays de type US. De quelles institutions parle-t-on? Allocations chmage (assurance) Syndicats (Monopolisent la gestion des contrats de travail) Les jours lgaux de cong (+1 semaine => -52 heures de travail sur lanne) Protections de lemploi (contrle des licenciements) Les modles indiquent que ces institutions expliquent, plus que les taxes, la baisse des heures travailles
  • Page 51
  • Comment la thorie moderne explique le chmage? De la valeur du travail son cot Pour accepter un emploi, il est ncessaire que le salaire rmunre le temps consacr au travail le salaire est suprieur la valeur de ce temps. Si le statut de chmeur donne droit une indemnit, le salaire est suprieur ou gal la valeur du temps de travail + cette indemnit. Si les travailleurs sont reprsents par des syndicats lors des ngociations le salaire est suprieur ou gal la valeur du temps de travail + lindemnit chmage + une fraction des recettes de lentreprise. Si lentreprise et le travailleur paient des impts et cotisations, le salaire doit galement les couvrir.
  • Page 52
  • A partir de quel salaire accepte-t-on une offre demploi ? Le salaire de rservation
  • Page 53
  • Impact des allocations chmage sur les salaires : une taxe sur lemploi
  • Page 54
  • Allocation chmage Taux de chmage
  • Page 55
  • Comment se fixent les salaires ? Le cas basic est celui envisag dans la premire section : la concurrence pure et parfaite lunit de production supplmentaire induite par leffort additionnel compense exactement la perte dutilit associe. Mais les employs ont le droit de se runir pour accrotre leur pouvoir lors des ngociations salariales conventions collectives
  • Page 56
  • Syndicat et fixation du salaire : la thorie du monopole applique au march du travail (I)
  • Page 57
  • Syndicat et fixation du salaire : la thorie du monopole applique au march du travail (II)
  • Page 58
  • Illustration graphique de lquilibre avec monopole syndical Salaire Emploi N concurrenceN syndicat W synd W conc G = Courbe dindiffrence du syndicat Demande de travail de lentreprise
  • Page 59
  • Taux de chmage Taux de syndicalisation
  • Page 60
  • Taxation et chmage (introduction des cotisations patronales) Salaire Emploi N concurrenceN syndicat W synd W conc G = Courbe dindiffrence du syndicat Demande de travail de lentreprise
  • Page 61
  • Taux de chmage Taux de Taxation
  • Page 62
  • La lutte contre le chmage: lexemple dune mauvaise solution Laccroissement des rotations sur le march du travail : en France, 10 000 emplois sont crs chaque jour, mais 10 000 sont dtruits Anticiper ces rotations diminuer les dures de chmage par la formation continue (le modle Sudois) Une solution facile: interdire les licenciements
  • Page 63
  • Taux de chmage Cots financiers et administratif lis aux licenciements
  • Page 64
  • OECD. Employment Protection Regulation and Labor Market Performance. OECD Employment Outlook 2004: 61-125. Le march du travail U.S. est moins rgul FRANCE
  • Page 65
  • Des protections de lemploi plus fortes limitent les entres mais aussi les sorties du chmage
  • Page 66
  • De fortes protections de lemploi diminuent le taux demploi et accroissent le taux de chmage
  • Page 67
  • De fortes protections de lemploi accroissent le chmage de long terme
  • Page 68
  • De fortes protections de lemploi accroissent le travail prcaire
  • Page 69
  • Les politiques qui fonctionnent et celles qui ne fonctionnent pas Dispositif suivi en 1999 Proportion des bnficiaires occupant un emploi rgulier en mars 2002 Proportion des non- bnficiaires occupant un emploi rgulier en mars 2002 Secteur priv : Stage dInsertion et de Formation lEmploi (SIFE) 47%44% Secteur priv : Contrat Initiative Emploi (CIE) 71%48% Secteur public : Contrat Emploi Solidarit (CES) 34%42%