48
© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007 SEMAINE DE L’ARCHITECTURE de Loire-Atlantique 01 MAISON LAVAYSSIÈRE LA BAULE - ESCOUBLAC Programme Maison secondaire de bord de mer Maîtrise d’œuvre Pierre VINCENT architecte - Nantes Maître d’ouvrage Surface 225 m 2 Coût des travaux Non communiqué Réalisation 2002-2003

Semaine de l'architecture 2007

  • Upload
    caue-44

  • View
    218

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Semaine de l'architecture

Citation preview

Page 1: Semaine de l'architecture 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DEL’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

01MAISON LAVAYSSIÈRELA BAULE - ESCOUBLAC

Programme Maison secondaire

de bord de mer

Maîtrise d’œuvre Pierre VINCENT

architecte - Nantes

Maître d’ouvrage

Surface 225 m2

Coût des travaux Non communiqué

Réalisation 2002-2003

Page 2: Semaine de l'architecture 2007

Dans un maillage urbain référencé de La Baule, place des Dryades, les maîtres d’ouvrage ont souhaité s’établir dans une maison qui puisse conjuguer leur amour du lieu et le plaisir architectural.

Passionnés d’architecture des années 30, les maîtres d’ouvrage souhaitent pérenniser un style qui marque en quelque sorte l’histoire de la commune et de la place des Dryades.

Ce nouveau projet très largement ouvert au sud par le biais de nom-breuses ouvertures, semble se refermer au nord par ce grand mur courbe épousant la limite de pro-priété côté place. De fait, ce cintre trouvera sa place dans ce terrain mouvementé par l’intermédiaire d’un jeu de plantations, bambous notamment, et d’arbres existants. L’ensemble de l’ouvrage s’intègre au mieux dans ce contexte difficile où les dénivelés n’ont d’égal que la hauteur des pins.

La plastique de l’ouvrage est mêlée de verre dans les ouvertures, de bois dans le traitement de la terrasse et des chemins d’accès comme des portes d’entrée. Le garage sera de couleur bois.L’extérieur est traité en blanc avec menuiseries aluminium noir.

g Parti architectural

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

MAISON LAVAYSSIÈRE LA BAULE - ESCOUBLAC01

Page 3: Semaine de l'architecture 2007

PLAN DE MASSE

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

MAISON LAVAYSSIÈRE LA BAULE - ESCOUBLAC

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique01

Page 4: Semaine de l'architecture 2007

NIVEAU 1

REZ-DE-CHAUSSÉE

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

MAISON LAVAYSSIÈRE 01 LA BAULE - ESCOUBLAC

Page 5: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: ??

????

????

???

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DEL’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

02ESPACE DES LORIOTS7 rue de la Châtaigneraie à HAUTE-GOULAINE

Programme Centre social et

Maison de l’enfance

Maîtrise d’œuvre MURAIL Architectures

architectes - Nantes

Maître d’ouvrage Commune de Haute-Goulaine

Surface SHON : 1277 m2

Coût des travaux 1 780 000 €HT

Réalisation 2006

Page 6: Semaine de l'architecture 2007

g Intentions du maître d’ouvrage

Cet équipement public devait abriter en tranche condi-tionnelle un Centre Communal d’Action Sociale et un Centre Médico-Social.Une enveloppe budgétaire supplémentaire de 50 000 € TTC est prévue au budget 2006 pour l’ac-quisition du mobilier.

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

ESPACE DES LORIOTS 7 rue de la Chataigneraie à HAUTE-GOULAINE02

Page 7: Semaine de l'architecture 2007

PLAN DE MASSE

g Le parti architectural

Le terrain dévolu à l’implantation de la maison de l’en-fance et du centre médico-social présente des potentiels en termes d’urbanisme et de paysage que le projet vise à mettre en avant dans sa structure générale. Le projet s’organise autour d’une diagonale qui met en relation le petit parc boisé existant et les espaces publics cen-traux qui bordent la mairie. Cette direction offre non seulement l’opportunité d’être le cheminement le plus direct entre les quartiers d’habitation et le centre bourg mais aussi de mettre en scène la vue sur le clocher lors du parcours.Les bâtiments ont une superstructure métal dont la trame suit l’implantation des arbres plantés (les poteaux deve-nant les troncs). Les façades sont à ossature bois desti-née à recevoir un parement extérieur en panneaux de couleur claire. L’ensemble du programme est fédéré, outre par l’allée, par un élément cuivre faisant office de préau, de liaison couverte, de mise en valeur (ou en hauteur) des éléments importants du programme, à savoir les halls, les salles d’activités. Les matériaux s’ac-cordent avec la tonalité de l’environnement construit et végétal sans reprendre ni l’enduit, ni la tuile. Les ouver-tures se déclinent uniquement en hauteur (allège et/ou linteaux) suivant l’usage des petits et des grands.

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

ESPACE DES LORIOTS 7 rue de la Chataigneraie à HAUTE-GOULAINE

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique02

Page 8: Semaine de l'architecture 2007

D - DIVERSLocal Surface

en m2

30- Extension-Ludothèque réalisation en brut +Accueil-Exposition

29,17

31- Local éléctricité et chaufferie env. 6,00

C - MULTI-ACCUEILLocal Surface

en m2

20- Hall/Vestiaires Enfants 15,7421- Salle d’Activités et salle acti-vités calmes + salle à manger

75,23

22- Office 11,3723- Plonge 6,2224- Salle de propreté 13,0725- Salles de repos - Nbre 3 37,2326- Bureau Directrice 14,5927- Rangement Jeux extérieurs 15,0028- Local ménage 3,7029- Local poubelles 2,26

SOUS-TOTAL 194,41

B - CLSHLocal Surface

en m2

7- Grande Salle activité 218,718- Vestiaires des 4-10 ans 41,399- Salle activités 11-14 ans 27,5710- Vestiaires des 11-14 ans 5,1111- Rangement matériel intérieur 10,2812- Rangement chaises 9,7113- Rangement Aides-Maternelles 11,9514- Sanitaires Enfants 37,0715- Salle de repos 16,4316- Office 11,2917- Bureau Directeur et Adjoint 16,8318- Local Ménage 5,7919- Local Poubelles 10,00

SOUS-TOTAL 422,13

A - LOCAUX EN COMMUNS CLSH ET MULTI-ACCUEIL

Local Surface en m2

1- Hall d’accueil + Circulations 93,232- Sas Hall 9,703- Salle Moniteurs et Educateurs 19,124- Vestiaires-Sanitaires Moniteurs 33,655- Infirmerie 13,056- Buanderie 9,59

SOUS-TOTAL 178,34

14

14

9

11108

7

128186

16

13

15

14

2943

5

17

2

1

26

24

20

30

21

25

25

25

2227

29 23

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

ESPACE DES LORIOTS 7 rue de la Chataigneraie à HAUTE-GOULAINE02

Page 9: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

U

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DEL’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

03CENTRE ADMINISTRATIFDU PORT AUTONOMErue de la Pierre Percée à MONTOIR - DE - BRETAGNE

Programme Réalisation d’un immeuble

de bureaux

Maîtrise d’œuvre Agence ROULLEAU, architectes - Nantes

Maître d’ouvrage Port Autonome

Nantes Saint-Nazaire

Surface 1 440 m2

Coût des travaux 1 577 000 €HT

Réalisation 2003

Page 10: Semaine de l'architecture 2007

La croissance importante des acti-vités industrialo-portuaires du site de Montoir conduit aujourd’hui le Port Autonome de Nantes - Saint-Nazaire à prévoir l’implantaion de nouveaux équipements de stockage, d’entités fonctionnelles, d’infrastructures…Ce projet de centre administratif s’inscrit donc dans la cohérence

du site et accompagne le traite-ment paysager de la parcelle, qui accueillera en outre un res-taurant inter-entreprises.Pur, sobre, le volume allongé du bâtiment habillé de cuivre est ancré dans le sable, évocation des paysages ligériens… Cernée plus loin de grandes herbes ani-mées par les vents marins, l’iden-

tité du site se veut sauvage et naturelle…Les volumes intérieurs sont sim-ples et généreux. Baignés de lumière, ils intègrent des bureaux variés, modulables et agréables.

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

UPh

otog

raph

ie :

Stép

hane

CH

ALM

EAU

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

CENTRE ADMINISTRATIF DU PORT AUTONOME rue de la Pierre Percée à MONTOIR - DE - BRETAGNE03

Page 11: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

U

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

U

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

UPh

otog

raph

ie :

Stép

hane

CH

ALM

EAU

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

U

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

CENTRE ADMINISTRATIF DU PORT AUTONOME rue de la Pierre Percée à MONTOIR - DE - BRETAGNE

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique03

Page 12: Semaine de l'architecture 2007

REZ-DE-CHAUSSÉE

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

CENTRE ADMINISTRATIF DU PORT AUTONOME rue de la Pierre Percée à MONTOIR - DE - BRETAGNE03

Page 13: Semaine de l'architecture 2007

SEMAINE DEL’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

04RÉNOVATION DU LYCÉE CLÉMENCEAU 1 rue Georges Clémenceau à NANTES

Programme Rénovation du Lycée

Clémenceau

Maîtrise d’œuvre J.-M. LÉPINAY - G. CHABENÈS

architectes - Nantes

Maître d’ouvrage Région des Pays de la Loire

Surface 26 105 m2 (conservés)

2 927 m2 (extension)

Coût des travaux 15 205 387 € HT

Réalisation 2003

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

Page 14: Semaine de l'architecture 2007

Le Lycée Clémenceau est ins-tallé à l’emplacement de l’an-cien Couvent des Ursulines et du Séminaire à proximité du centre historique de la Ville de Nantes.L’établissement a connu trois reconstructions en 1892, 1970 et la dernière en date menée par la Région des Pays de la Loire, de 1997 à 2002.

Après avoir défini le programme pédagogique, la Maîtrise d’Ou-vrage lance la rénovation lourde avec comme objectif de rénover en cinq ans l’ensemble de 18 bâtiments datant du 19e et du début du 20e siècle.

Le projet a consisté à rétablir les qualités d’origine du lycée et à valoriser les espaces extérieurs, dont l’aménagement des cours d’honneur et de récréation.

Ce à quoi il faut ajouter la cons-truction de nouveaux bâtiments et une réfection complète de toutes les façades en pierres de tuffeau.

Pour tous les locaux, les études techniques ont été menées avec comme objectif d’obtenir une meilleure lumière et une acousti-que optimale. Une salle témoin a été entièrement réalisée et testée avant d’engager les travaux de restructuration dans les autres volumes.

L’ensemble de la démarche archi-tecturale a favorisé les aspects pratiques et fonctionnels de l’établissement pour assurer un meilleur développement péda-gogique et offrir ainsi une réelle qualité d’usage aux utilisateurs.

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

RÉNOVATION DU LYCÉE CLÉMENCEAU 1 rue Georges Clémenceau à NANTES04

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

Page 15: Semaine de l'architecture 2007

RÉNOVATION DU LYCÉE CLÉMENCEAU 1 rue Georges Clémenceau à NANTES

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique04

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

Page 16: Semaine de l'architecture 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

RÉNOVATION DU LYCÉE CLÉMENCEAU 1 rue Georges Clémenceau à NANTES04

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

Page 17: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: Ph

ilipp

e RU

AU

LT

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DEL’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

05CENTRE DE SECOURSDE GOUZÉ37 rue du Maréchal Joffre à NANTES

Programme Réhabilitation du Centre de

Secours de Gouzé

Maîtrise d’œuvre BARRÉ - LAMBOT

architectes - Nantes

Maître d’ouvrage SDIS de Loire-Atlantique

Surface 5 035 m2

Coût des travaux 8 833 658 €TTC

Réalisation Livraison : février 2006

Page 18: Semaine de l'architecture 2007

« (…) Le feu se déclare dix fois par jour en ville, sur vingt à trente inter-ventions. Et le commandant Poi-rier me rappelle qu’il faut faire vite pour être opérationnel. Je parlerai donc de l’esthétique après avoir développé les astreintes du feu. La situation du centre de sapeurs pom-piers de Nantes Gouzé remonte au XIXe siècle, et les bâtiments anciens qui bordent le quartier font partie intégrante du projet général, dont la programmation sur six ans a donné lieu à quelques débats entre les pouvoirs publics et les princi-paux intéressés, les pompiers et les riverains. La proximité du jardin des plantes, celle de la gare TGV, de l’église St Clément, des lycées Livet et Clémenceau, de l’IUT, d’une maison de retraite et du cimetière de la Bouteillerie confère à ce quar-tier une complexité urbaine à forte activité quotidienne, incitant les casernes militaires à se déplacer en périphérie au fur et à mesure de la densification urbaine. Le choix étayé de demeurer au centre répond à un sens de l’histoire locale. Les architectes lauréats du concours, Philippe Barré et Agnès

Lambot, ont pris la mesure de cette situation en privilégiant quelques points essentiels :

• Intégrer le projet au quartier, aux anciens bâtiments de l’Est et du Nord.

• Constituer un ensemble clair et lisible à partir de la diversité des fonctions.

• Permettre des accès et des départs de véhicules rapides et opération-nels.

• Créer un grand espace horizontal en prolongement du garage, creusé à partir d’un dénivelé de trois mètres de hauteur.

• Constituer un édifice urbain visi-ble à fort caractère

• Utiliser des matériaux rigoureux, durables et homogènes.

Une critique constructive peut reprendre ces points en les développant :

• L’intégration au quartier est parfaitement réussie : le bâtiment

semble avoir toujours existé, malgré sa modernité de masse et de texture. D’autre part il offre le mérite de la transparence par tous ses angles.

• Les fonctions sont diverses : dix véhicules en état d’alerte, cent dix hommes d’astreinte 24 heures sur 24 par roulement, dont trente - six plon-geurs avec matériel de sauvetage. Un gymnase et deux salles de sport spécialisées, des ateliers de remise en état après intervention, une restau-ration, quatre niveaux de chambres d’astreinte individuelles avec dégage-ment rapide par perches, nombreux vestiaires, une cour de manœuvre et des bureaux d’administration. La lisibilité des espaces affectés est l’une des qualités principales du projet. Depuis chaque lieu, on peut avoir une percée visuelle sur l’ensemble.

• Pendant cette prise de notes en fin de matinée, trois alertes ont eu lieu, suivies de départs dans la minute. Un bouton commande même les feux verts du quartier. Huit mille départs par an au même rythme. L’efficacité imprègne la vie quoti-dienne des activités.

Phot

ogra

phie

: Ph

ilipp

e RU

AU

LT

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

CENTRE DE SECOURS DE GOUZÉ 37 rue du Maréchal Joffre à NANTES05

Page 19: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: Ph

ilipp

e RU

AU

LT

• Le pari de construire le vide, l’air du projet a exigé une somme de déblai considérable, mais le résul-tat est exceptionnel : c’est autour de cette grande cour de manœuvre horizontale, prolongée par la halle aux véhicules, que les éléments de l’édifice s’articulent. Utiliser cette nouvelle hauteur d’assise affleu-rant le granit sous - jacent, comme abri pour les voitures de fonction, et comme terrasse belvédère prolon-geant la partie restauration, semble couler de source.

• Le caractère de l’édifice doit beaucoup au choix des matériaux, outre la configuration spatiale. En extérieur, la feuille de zinc en bardage vertical à joints debouts. Très présente, la lumière gris mat du zinc est reprise par des bétons préfabriqués lisses ou sablés en soubassement. Le rapport du sol aux parois devient un rapport de continuité. Des caillebotis d’acier galvanisé à l’Est clignent de l’œil aux volets persiennes des cham-bres, en aluminium, articulés par un rail et perpendiculaires aux façades. Les chambres de dimen-

sion monacale, articulées en trois temps, répondent au principe d’as-treinte. Les sapeurs n’y habitent pas en permanence.

• En intérieur, la grande halle aux véhicules, dite « remise » par les usagers, est impressionnante de clarté, grâce aux grandes fermes treillis en bois kerto de grande portée, et aux parois de verre armé Reglit renforçant la lumière. Les sols sont en béton surfacé teinté dans la masse. Le gymnase restauré, très lumineux, affirme le caractère bois, l’autre très belle salle de sport spé-cialisée plus basse de plafond, pré-sente une tendance grise, ouverte en rythme par des longues portes horizontales en plafond, créant un éclairement oblique selon les heures.

• Pour contraster avec cet ensem-ble étonnant de gris matériels lumi-neux, et de bois contreplaqués, des grands pans de peinture rouge vif inondent certains murs. J’en con-teste cependant la tonalité, lais-sant le vermillon aux magnifiques camions, et suggère que l’ocre

orangé, aux limites du jaune indien, aurait mieux fait la transition entre bois et lumière grise. L’homogénéité d’un édifice complexe est une vertu, difficile à maintenir, mais essentielle pour faire évoluer l’architecture elle-même. La grande halle lumineuse est un lieu magique, ponctué par les véhicules en attente, et respirant au gré des interventions. L’édifice déjà transparent s’ouvre rapidement au gré des alertes (…) ».

Texte : Alain Gunst

Phot

ogra

phie

: Ph

ilipp

e RU

AU

LT

Phot

ogra

phie

: Ph

ilipp

e RU

AU

LTPh

otog

raph

ie :

Phili

ppe

RUA

ULT

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

CENTRE DE SECOURS DE GOUZÉ 37 rue du Maréchal Joffre à NANTES

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique05

Page 20: Semaine de l'architecture 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

CENTRE DE SECOURS DE GOUZÉ 37 rue du Maréchal Joffre à NANTES05

Page 21: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

U

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DEL’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

06L’ATELIERPORNICHET

Programme Construction d’un bâtiment

destiné à des bureaux et à un logement de fonction

Maîtrise d’œuvre Atelier ABSIS

architectes - Pornichet

Maître d’ouvrage Privé

Surface 319 m2

Réalisation 2005-2006

Page 22: Semaine de l'architecture 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

L’ATELIER PORNICHET06

Page 23: Semaine de l'architecture 2007

Construction des bureaux de l’agence d’architecture, avec logement de fonction.

g Techniquement :Structure bois, plancher chauffant avec thermodyna-mie, eau chauffée par tubes solaires, récupération de l’eau de pluie pour sanitaires et jardins…

g Matériaux :Cuivre, zinc, STO, cassettes alu, bois…

g Fonctionnement : Face au rond point : le bureau et le garage. À l’arrière, côté bois : logement. Entre les deux : une partie végétalisée.

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

L’ATELIER PORNICHET

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique06

Page 24: Semaine de l'architecture 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

L’ATELIER PORNICHET06

Page 25: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: Ph

ilipp

e RU

AU

LT

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DEL’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

07MÉDIATHÈQUE,LUDOTHÈQUE, ESPACE JEUNESSEMail de l’Europe à SAINTE-LUCE-SUR-LOIRE

Programme Construction de deux

bâtiments, la médiathèque-ludothèque René-Goscinny

et l’espace jeunesse Le Patio

Maîtrise d’œuvre FORMA 6

architectes - Nantes

Maître d’ouvrage Commune de

Sainte-Luce-sur-Loire

Surface SHON : 2 880 m2

Coût des travaux 3 097 166 €HT

Réalisation Livraison : octobre 2005

Page 26: Semaine de l'architecture 2007

Le bâtiment prend sa forme à partir des arbres conservés sur le site :

• Un pin conservé en son coeur autour duquel se développe un patio courbe, rotule du bâtiment qui sépare en rez-de-chaussée les espa-ces publics des espaces de travail (bureaux, atelier, magasin et locaux techniques) et à l’étage l’espace adulte de l’espace jeunes.

• Deux arbres majestueux en extrémité sud qui induisent le glis-sement entre le corps de bâtiment en rez-de-chaussée (ludothèque et salle polyvalente) et celui en R+1 (médiathèque).

La composition de la médiathèque a été dictée par une volonté de cla-rifier sa lecture et son usage.

L’utilisateur découvre intuitivement l’espace qui correspond à son attente.

L’accès se fait depuis le parvis (en extrémité du mail) par un espace extérieur protégé.

Le hall, entièrement vitré sur le jardin, ouvre également sur un patio. Depuis cet espace, les fonc-tions sont clairement identifiables et accessibles.

Depuis le hall, le public accède directement à la médiathèque par un large escalier qui trouve naturel-lement sa place au centre de l’es-pace.

Une attention toute particulière a été

portée à la gestion des parcours.

L’ensemble des accès techniques est situé, à l’est, à l’arrière des bâti-ments, afin de ne pas créer d’interfé-rences entre les différents flux.

L’ensemble des espaces accueillant le public trouve sa place à l’étage du bâtiment, sur un unique plateau.

Le patio, mettant en scène un pin conservé, est l’élément séparant les espaces tout en permettant la conti-nuité visuelle et physique par glisse-ment le long de sa paroi courbe.

Une excroissance bardée de bois accueille l’alcôve calme de l’« heure du conte ». Cet élément singulier stimule l’imaginaire des petits et anime la façade sur le jardin en accompagnant le regard.

L’ensemble du plateau s’organise très rationnellement, dans la lon-gueur du bâtiment, en lanières suc-cessives du sud au nord :

• La façade sud en béton est très fermée pour protéger les lecteurs et les ouvrages des rayonnements solaires. Des baies très fines offrent des vues vers la toiture végétalisée du bâtiment en rez-de-chaussée.

• Une bande, d’une largeur de 2,50 m, accueille les circulations verticales (escalier principal, ascen-seur), les pièces techniques et une première travée de rayonnages.

• La lanière suivante supporte l’ensemble des rayonnages et les différentes banques d’accueil et de prêt.

• Une allée permet de circuler le long de l’ensemble du plateau et de desservir les différents espaces. Un glissement inter-générations peut donc se faire naturellement, sans rupture. Des failles, en toiture, assu-rent un éclairage naturel indirect, et guident l’utilisateur dans son che-minement.

• Le long de la façade nord, entiè-rement vitrée sur le jardin, se trou-vent les zones de travail, de lecture, d’écoute et de visionnage. Ces espaces sont organisés en une suc-cession de salons.

Phot

ogra

phie

: Ph

ilipp

e RU

AU

LT

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

MÉDIATHÈQUE-LUDOTHÈQUE, ESPACE JEUNESSE Mail de l’Europe à SAINTE-LUCE-SUR-LOIRE07

Page 27: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: Ph

ilipp

e RU

AU

LTPh

otog

raph

ie :

Phili

ppe

RUA

ULT

Phot

ogra

phie

: Ph

ilipp

e RU

AU

LT

Phot

ogra

phie

: Ph

ilipp

e RU

AU

LTPh

otog

raph

ie :

Phili

ppe

RUA

ULT

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

MÉDIATHÈQUE-LUDOTHÈQUE, ESPACE JEUNESSE Mail de l’Europe à SAINTE-LUCE-SUR-LOIRE

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique07

Page 28: Semaine de l'architecture 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

MÉDIATHÈQUE-LUDOTHÈQUE, ESPACE JEUNESSE Mail de l’Europe à SAINTE-LUCE-SUR-LOIRE07

Page 29: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: Ph

ilipp

e RU

AU

LT

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DEL’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

08LUMIPLAN1 impasse Augustin Fresnel à SAINT-HERBLAIN

Programme Réalisation de bureaux

pour sociétés

Maîtrise d’œuvre Agence ROULLEAU architectes - Nantes

Maître d’ouvrage SARL Daniel Immobilier

Surface 1 839 m2

Coût des travaux 1 360 000 €HT

Réalisation 2003

Page 30: Semaine de l'architecture 2007

Le bâtiment se présente sous la forme d’un «L» enchâssé dans le terrain naturel. Cette organisation s’appuie sur le statut des voiries tel que défini dans le plan de com-position du parc d’activités, la rue Augustin Fresnel étant considérée comme voie structurante du parc ter-tiaire. Cette morphologie permet de générer côté rue Augustin Fresnel un linéaire de façade volontairement affirmé, s’appuyant sur les limites parcellaires, parallèle à la voie. L’entrée du bâtiment se fait par une passerelle-rampe permettant l’accès direct au hall du rez-de-chaussée haut du bâtiment. Cette passerelle prend appui sur un petit parking latéral rectangulaire aligné sur la rue et le bâtiment, traité en parvis et réservé aux visiteurs. Le parking est détaché du bâtiment, se présen-tant dans «un écrin de pelouse». Cette articulation entre l’espace de stationnement et l’espace du hall affirme le contact végétal du bâti-ment et renforce l’image du parc végétal. Traités en placette posée dans l’espace végétal, le parking et la passerelle d’accès articulent par-faitement la transition entre l’espace public et l’espace de l’entreprise.

Phot

ogra

phie

: St

epha

ne C

HA

LMEA

UPh

otog

raph

ie :

Step

hane

CH

ALM

EAU

Phot

ogra

phie

: St

epha

ne C

HA

LMEA

U

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

LUMIPLAN 1 impasse Augustin Fresnel à SAINT-HERBLAIN08

Page 31: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: St

epha

ne C

HA

LMEA

U

Phot

ogra

phie

: St

epha

ne C

HA

LMEA

UPh

otog

raph

ie :

Step

hane

CH

ALM

EAU

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

LUMIPLAN 1 impasse Augustin Fresnel à SAINT-HERBLAIN

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique08

Page 32: Semaine de l'architecture 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

LUMIPLAN 1 impasse Augustin Fresnel à SAINT-HERBLAIN08

Page 33: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: Ph

ilipp

e RU

AU

LT

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DEL’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

09MAISON DES ASSOCIATIONS2 bis, Avenue Albert de Mun à SAINT-NAZAIRE

Programme Conception et construction

de la Maison des Associations à Saint-Nazaire

Maîtrise d’œuvre TOPOS Architecture architectes - Nantes

Maître d’ouvrage Commune de Saint-Nazaire

Surface SHON : 3 200 m2

Coût des travaux 3 400 000 €HT

Réalisation 2005-2006

Page 34: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

UPh

otog

raph

ie :

Stép

hane

CH

ALM

EAU

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

U

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

U

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

MAISON DES ASSOCIATIONS 2 bis, Avenue Albert de Mun à SAINT-NAZAIRE09

Page 35: Semaine de l'architecture 2007

Située sur le square Delzieux, à l’angle des rues Albert de Mun et Henri Gautier destinées à devenir des axes urbains importants, face au site du futur théâtre municipal, la Maison des Associations est un bâtiment très symbolique à Saint-Nazaire ; ceci pour deux raisons :- le tissu associatif nazairien est his-toriquement très dense (550 asso-ciations actuellement) ;- le site de la Maison des Associa-tions est inclus dans le périmètre du grand projet de rénovation urbaine « Ville Port 2 ».

g Un lieu de vie :

Pour répondre à la symbolique des lieux, l’agence Topos a conçu un bâtiment de manière à ce qu’il devienne un véritable lieu de vie urbain :- un parvis public, affecté à la Maison des Associations, surélevé par rapport à la rue et isolé par un petit muret, « institutionnalise » le lieu et met en scène le bâtiment, tout en créant un espace appropriable par les associations pour leurs acti-vités de plein air ;- les arbres, situés aux abords de l’ancien square, ont été conservés pour donner à la rue un statut de boulevard et pour ombrager agréa-blement le parvis.

g Un bâtiment à connotationindustrielle et portuaire :

Le bâtiment, en acier et en béton, est conçu comme un ensemble de boîtes qui coulissent les unes contre les autres. Ces « boîtes », toutes en longueur et décalées entre elles, forment des lanières et dessinent une grande diversité d’espaces. Chacune d’entre elles correspond à un usage spécifique du bâtiment (salle polyvalente, salles de réunion, bureaux des associations...).Ces boîtes sont recouvertes de pan-neaux laqués en acier et aluminium et sont posées sur le soubassement en ciment gris matricé, obtenu en coulant le ciment dans des moules dont le fond est dessiné. Ce procédé imprime au matériau une texture particulière.

L’alliance de ces matériaux, avec les formes découpées du bâtiment, rappelle les empilements de conte-neurs du port.

g Une architecture inspirée par la pluralité des usages :

Le bâtiment a été conçu comme un lieu vivant et animé, à l’image du tissu associatif.Le grand hall d’accueil, d’une sur-face de 170 m2, transversal et entiè-rement vitré, dessert les différents espaces, favorise les rencontres et offre aux visiteurs une vision globale des activités qui se déroulent dans les lieux.Une cafétéria orientée sud-ouest, pouvant accueillir 50 personnes, relie les deux niveaux et s’ouvre sur le parvis extérieur.Autour d’un patio de 100 m2, planté de bambous, le rez-de-chaussée

abrite :- les services de la vie associative de la ville,- une grande salle polyvalente et modulable (300 places),- des locaux techniques,- une salle de réunion indépendante accessible en dehors des heures d’ouverture de la Maison des asso-ciations,- les locaux de l’imprimerie et de la rédaction du journal « L’Estuaire ».L’étage est dédié à une utilisation plus individualisée des lieux : 18 bureaux de 12,5 m2 sont destinés à des associations et 3 sont non affectés. 7 salles de réunion de 26 m2 à 115 m2 complètent l’aména-gement.

Texte : TOPOS

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

UPh

otog

raph

ie :

Stép

hane

CH

ALM

EAU

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

MAISON DES ASSOCIATIONS 2 bis, Avenue Albert de Mun à SAINT-NAZAIRE

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique09

Page 36: Semaine de l'architecture 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

MAISON DES ASSOCIATIONS 2 bis, Avenue Albert de Mun à SAINT-NAZAIRE09

Page 37: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

U

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DEL’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

10CLSH & MULTI-ACCUEILRoute de Paimbœuf à SAINT-PÈRE-EN-RETZ

Programme Conception et construction

du multi-accueil « Plumes-Ty » et d’un Centre de Loisirs

Sans Hébergement

Maîtrise d’œuvre ASA GIMBERT

architecte - Pornichet

Maître d’ouvrage Communauté de Communes

Sud Estuaire

Surface 850 m2

Coût des travaux 1 371 400 €HT

Réalisation 2005-2006

Page 38: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

UPh

otog

raph

ie :

Stép

hane

CH

ALM

EAU

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

CLSH & MULTI-ACCUEIL Route de Paimbœuf à SAINT-PÈRE-EN-RETZ10

Page 39: Semaine de l'architecture 2007

La construction sur «pilotis» béton s’est très vite imposée comme rédui-sant l’empreinte écologique de l’as-sise de la construction, prolongée d’une structure « plancher, mur et toiture » en panneaux préfabriqués en bois.La préfabrication à partir de modu-les constructifs intégrés en phase initiale de conception a contribué à alléger la marque du chantier sur le site, et à optimiser la matière en réduisant la production de chutes de matériaux.

Par ailleurs, cette approche cons-tructive autorise une déconstruction soignée prolongée d’une optimisa-tion de la durée de vie des maté-riaux, héritage respectueux laissé aux générations futures.

L’optimisation structurelle nous a permis d’autre part, sur la base d’un programme n’exigeant pas de démarche environnementale et dans l’enveloppe financière initiale, d’intégrer des propositions visant à améliorer la qualité environnemen-tale du bâtiment :

a) isolation en plume de canard générant ainsi une perméabilité à l’humidité des murs de faça-des régulée par le frein vapeur et autorisant du fait de la régulation hygrométrique la temporisation de la ventilation autour des temps d’usage du bâtiment.Cette limitation de la ventilation induit une économie notable des thermies nécessaires au chauffage de l’air extrait,

b) utilisation du linoléum en revê-tement de sol, produit naturel aux propriétés reconnues en terme d’hygiène et d’impact environne-mental,

c) utilisation de peinture sans sol-vant à impact neutre sur la santé des occupants,

d) un bardage de façade en tas-seaux de mélèze avec fixations cachées sur modules préfabriqués sans traitement complémentaire, constituant un écran thermique con-

tribuant au confort d’été ainsi qu’un stockage complémentaire de CO2 du fait de la masse de bois.

Un débat avec la Maîtrise d’Ouvrage a permis de valider, au travers du choix des menuiseries extérieures en bois de moindre coût, le principe d’entretien de ces ouvrages dans le temps, échappant ainsi à l’exigence de pérennité inoxydable largement dominante aujourd’hui, qui repousse toute intervention sur un bâtiment avant dix ans.N’est-ce pas par ailleurs une façon d’engendrer du travail pour demain que de planifier des travaux d’entretien à venir, en adaptant des solutions techniques de coût moindre dont le solde financera ceux-ci ?

Un retour sur expérience nous conduira à l’avenir à mieux anticiper l’in-tervention des ouvrages d’électricité et de plomberie s’incorporant dans les caissons préfabriqués, à mieux organiser les circulations de véhicules autour du bâtiment pour poser les panneaux de bardage préfabriqué, à prendre plus de temps pour expliquer au menuisier extérieur le mariage de ses ouvrages en applique extérieur avec le pare-pluie garantissant l’étan-chéité des façades. (texte Joël GIMBERT)

Phot

ogra

phie

: St

épha

ne C

HA

LMEA

UPh

otog

raph

ie :

Stép

hane

CH

ALM

EAU

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

CLSH & MULTI-ACCUEIL Route de Paimbœuf à SAINT-PÈRE-EN-RETZ

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique10

Page 40: Semaine de l'architecture 2007

PLAN DE L’ACCUEIL PETITE ENFANCE

PLAN CLSH ET ACCUEIL PÉRISCOLAIRE

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

CLSH & MULTI-ACCUEIL Route de Paimbœuf à SAINT-PÈRE-EN-RETZ10

Page 41: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: Ph

ilipp

e RU

AU

LT

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DEL’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

11MÉDIATHÈQUE «LIBRE COUR»Rue Henri Charpentier - VERTOU

Programme Conception et construction

de la médiathèque de Vertou

Maîtrise d’œuvre Xavier MÉNARD

architecte - Châteaubriant

Maître d’ouvrage Commune de Vertou

Surface 1 500 m2

Coût des travaux 2 500 000 €HT

Réalisation 2005-2006

Page 42: Semaine de l'architecture 2007

À l’issue de 18 mois de travaux, la médiathèque de Vertou a été inaugurée début septembre, avec le con-cours de Nantes Métropole.Installée en plein centre, dans l’ancien hôpital de la ville dont l’architecture a été conservée, la médiathèque «Libre cour» s’étend sur 1300 m2 de salles et rayonna-ges. Près de 100 m2 correspondent à la cour originelle. Celle-ci a été investie et aménagée, avec un toit en char-pente métallique et tuyaux apparents et de grandes baies vitrées ouvrant sur la rue. «Nous souhaitions que cette médiathèque incarne un pont entre le passé et l’avenir, avec des matériaux contemporains dans un bâtiment ancien. Que ce lieu historique retrouve une nouvelle jeunesse. » explique Laurent Dejoie, maire de Vertou.Autres matériaux, le bois et l’ardoise se combinent dans un lieu conçu pour une fonctionnalité maximale : une signalétique pour les personnes handicapées et mal-voyantes, un éclairage direct, subtilement atténué grâce à une coursive, pour éviter un rayonnement trop intense sur les livres, des déflecteurs au plafond... Outre un poste multimédia pour les tout petits, plusieurs salles sont destinées à accueillir des réunions, groupes de travail, expositions... Développement durable oblige, la toiture

est végétale, afin de limiter les chocs thermiques, un stockage des eaux pluviales complétant l’installation.Adultes, adolescents et enfants : il y en a pour tous les âges et pour tous les goûts, parmi les 30 000 docu-ments recensés, dont 3000 CD. De plus, une partie de l’ancienne chapelle a été préservée et aménagée pour accueillir des lectures de contes et des concerts. L’objectif est «qu’on y passe du temps», insiste Laurent Dejoie, rappelant la liberté de l’accès, seul l’emprunt étant payant. Un accès favorisé, de plus, par la proxi-mité de transports en commun.Cette transformation de l’ancienne bibliothèque en médiathèque se traduit aussi en termes d’effectifs, qui sont passés de 4 à 11 personnes. Financée à 70% par la mairie, elle aura coûté pas loin de 4,7 millions d’euros (Nantes Métropole y contribue pour 1/6). En fait, la médiathèque est «le premier édifice du renouvellement urbain», a rappelé le maire : en effet, l’aménagement piétonnier autour de Libre Cour, soutenu par Nantes Métropole, sera le deuxième temps fort urbanistique de la ville, fin 2008.

Texte : Mairie de Vertou

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

MÉDIATHÈQUE «LIBRE COUR» Rue Henri Charpentier - VERTOU11

Page 43: Semaine de l'architecture 2007

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

MÉDIATHÈQUE «LIBRE COUR» Rue Henri Charpentier - VERTOU

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique11

Page 44: Semaine de l'architecture 2007

REZ DE CHAUSSÉE

DEMI ÉTAGE

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

MÉDIATHÈQUE «LIBRE COUR» Rue Henri Charpentier - VERTOU11

Page 45: Semaine de l'architecture 2007

Phot

ogra

phie

: C

AU

E 44

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DEL’ARCHITECTURE

de Loire-Atlantique

12LE CHÂTEAU DES DUCS DE BRETAGNE4 Place Marc Elder - NANTES

Programme Restauration du château des

ducs de Bretagne, construit du XV au XVIIIes siècles. Création

du musée d’histoire de Nantes.

Maîtrise d’œuvre Pascal PRUNET, architecte

en chef des Monuments historiques, pour les travaux de

restauration du monument,

Jean-François BODIN, architecte, pour l’aménagement

muséographique,

Sylvie SIEG et Pierre NÈGRE pour la mise en lumière

nocturne.

Maître d’ouvrage Ville de Nantes, avec le

concours de l’État, de l’Union européenne, de la

Région des Pays de la Loire, du Département de Loire-

Atlantique et de Nantes Métropole.

Marie-Hélène JOUZEAU, conservateur en chef du Patrimoine, directrice du

château de Nantes, a piloté l’ensemble du projet

muséographique, avec l’accompagnement d’un

conseil scientifique composé d’historiens et d’experts en

muséologie.

Surfaces Les 32 salles du musée, les salles d’accueil et les salles d’expositions temporaires

représentent plus de 5000 m2 d’espaces ouverts à la visite.

Coût des travaux 51 500 000 € répartis pour

moitié entre le Monument historique (restauration de

l’édifice, aménagement de la cour et mise en

lumière) et l’aménagement muséographique.

Réalisation 1997-2007

Page 46: Semaine de l'architecture 2007

g L’éclat retrouvé du château des DucsEntretien avec Pascal Prunet, architecte en chef des Monuments historiques. Vous avez animé un chantier de près de dix ans, qui s’est accéléré ces cinq derniè-res années. Rappelez-nous : ce château construit par François II, père d’Anne de Bretagne, avait quelle vocation ?Il avait fonction de forteresse militaire. Il était en même temps une résidence magnifique, princière, avant les grands châteaux de la Renaissance.De quel moment date la dégradation de l’édifice Toute l’architecture gothique du château a été abâtardie, détruite, par les militai-res. Ça commence avec le duc de Mer-coeur (à la fin du XVIe siècle, NDLR). Ça continue après l’incendie de 1670 de la partie centrale du Grand Gouvernement et l’explosion de la Tour des Espagnols, en 1800. Dès 1680, on démolit les che-minées gothiques. Le château devient un casernement jusqu’en 1920.Le château est classé aux Monuments historiques en 1862. Mais il ne subira de vraie restauration que beaucoup plus tard ?Avant, nous avions eu, en 1892 ou 1907, des restaurations fragmentaires. En 1970, mon père, Pierre Prunet, res-taure la façade sur ville de François II, découvre le chemin de ronde et restitue les lucarnes et crénelages du Grand Logis.

Le château, avant la récente interven-tion, était-il une ruine, comme on le pré-tend ici ou là ?On ne peut pas dire ça. Mais les bâti-ments étaient très dégradés. L’objectif du chantier a consisté à restaurer l’en-semble ouest (du Vieux Donjon à la Tour du Port), qui va recevoir le musée de l’histoire de la ville de Nantes.Sur quoi a porté l’intervention qui a mobilisé des centaines d’artisans et ouvriers : tailleurs de pierre, sculp-teurs, charpentiers, peintres, couvreurs, doreurs, maçons ?Nous avons travaillé l’ensemble des façades, consolidé et sauvegardé la structure, les charpentes, les murs, les ferronneries, les décors, les loggias...Qu’avez-vous restauré ?Un maximum de parements anciens, notamment en tuffeau, ont été conser-vés. Nous avons substitué des matériaux nouveaux à des matériaux nécrosés par le temps. Les tailleurs de pierre ont beau-coup travaillé.Vous avez révélé des éléments mas-qués ?

Nous avons procédé à une remise en valeur générale des éléments existants : les façades telles que léguées par l’his-toire. Nous avons aussi redécouvert des éléments masqués : la texture de la maçonnerie à l’intérieur des bâtiments, les cheminées, plafonds et planchers.Vous avez aussi restitué, à partir d’un état des lieux à la fin du XVIIe siècle, des éléments disparus ?Des flèches n’existaient plus, la zone du campanile était arasée au-dessus de la fenêtre à meneau, des cheminées étaient arasées sous le toit. Nous avons eu le souci de rendre au monument sa verticalité, son éclat, son caractère et sa signification dans la ville.Quel est ce caractère original ?Celui de toitures en ardoises bleues avec des ors dans le ciel, de murs blancs avec découpes noires ciselées. Avec, au pied, une forteresse qui plongeait dans la Loire.

Propos recueillis par Gaspard NORRITO,Ouest-France, mercredi 17 janvier 2007

Explosion de la Tour des Espagnols - dessin de 1800

Vue de la cour en 1816 - dessin de Jean-Lubin Vauzelle (Bibliothèque nationale de France)

Le même endroit aujourd’hui

La cour aujourd’hui. Le Grand Logis a retrouvé son élégance gothique.

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

CHÂTEAU DES DUCS DE BRETAGNE 4 Place Marc Elder - NANTES12

Page 47: Semaine de l'architecture 2007

g QUELQUES DATES

3e siècle : construction d’une muraille ceinturant la ville gallo-romaine (vesti-ges visibles dans les sous-sols du Grand Logis)

13e siècle : les ducs de Bretagne édi-fient un premier château, aujourd’hui détruit.

14e siècle : construction de la Tour dite « du Vieux Donjon » au nord.

15e siècle : reconstruction du château, forteresse en schiste et en granite, par François II, dernier duc de la Bretagne indépendante.

15e siècle : travaux d’embellissement réalisés par Anne de Bretagne, fille de François II et deux fois reine de France. Construction en pierre de tuffeau, dans une architecture gothique inspirée de celle des châteaux de la Loire, du Grand Logis, de la Tour de la Couronne d’Or et du Grand Gouvernement, ainsi que de la Tour du Fer à Cheval et des pavillons de l’entrée vers la ville.

1532 : rattachement de la Bretagne à la France

16e-17e siècles : le château devient résidence des rois de France, puis caserne, arsenal militaire et prison. Au XVIe siècle, transformation de disposi-tifs militaires, comme la contruction du bastion Saint-Pierre côté ville ou de la Tour de la Rivière côté Loire, et édifica-tion du Petit Gouvernement au décor Renaissance.

Fin du 17e siècle : reconstruction partielle du Grand Gouvernement (façade clas-sique sur cour avec escalier à double volée), avec création côté ville du fron-ton et du lanternon sur le campanile surmontant l’entrée du château.18e siècle : construction du bâtiment du Harnachement pour le stockage du matériel d’artillerie.

1800 : l’explosion de la Tour des Espa-gnols, au nord, entraîne la dispari-tion d’une grande partie du Grand Gouvernement. La base de la tour est aujourd’hui visible dans les douves, un mur courbe remplace le rempart détruit.

1862 : le château est classé Monument historique.1915 : la ville de Nantes achète le monument, qui devient en 1924 un musée municipal.

1943 : construction par l’armée alle-mande d’un bunker dans la cour, près de la Tour du Vieux Donjon.

Années 1990 : restauration de la Tour des Jacobins et des façades du Grand Gouvernement et de la Tour de la Couronne d’Or. Réaménagement du bâtiment du Harnachement en lieu d’expositions temporaires.

Années 2000, jusqu’en 2007 : restau-ration du Grand Logis et des pavillons de l’entrée vers la ville. Restitution des toitures et de leur décor, des cheminées, du campanile de l’entrée. Aménagement intérieur de la totalité de la résidence ducale pour l’installa-tion du musée. Celui-ci présente 800 œuvres racontant l’histoire de la ville et de ses rapports avec son territoire, depuis la cité gallo-romaine jusqu’à la métropole contemporaine.Réouverture de la poterne de Loire au sud et du pont de Secours au nord, avec création de deux passerelles. La cour devient un espace public libre d’accès. Les remparts deviennent un lieu de découverte du château et de la ville.Aménagement d’un café-restaurant dans la Tour du Vieux Donjon et la Con-ciergerie, et d’une librairie-boutique dans le logis ducal.

L’entrée du château - dessin de Poictevin, 1715

L’entrée du château photographiée au XIXe siècle L’ entrée du château en 2003 L’entrée du château aujourd’hui

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

CHÂTEAU DES DUCS DE BRETAGNE 4 Place Marc Elder - NANTES

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique12

Page 48: Semaine de l'architecture 2007

Plan schématique du site du château de Nantes en 2007 (la ligne de tramway est en bas, la cathédrale vers le nord et la place de la duchesse Anne à droite). Les bâtiments principaux sont colorés en brun, les éléments de fortifications en beige, les passerelles d’accès en orange. Dans les douves apparaissent les traces de deux tours détruites. Schéma réalisé d’après un document de l’agence d’architecture Prunet.

Le Grand Logis (15e siècle) La Tour de la Couronne d’Or et ses loggias (15e siècle) Le Grand Gouvernement côté cour (15e et 17e siècles)

Le Petit Gouvernement côté cour (16e siècle)

La Tour du Vieux Donjon en granite (14e siècle)

Le bâtiment du Harnachement (18e siècle)

Le puits en granite et ferronnerie (15e siècle) La Tour du Fer à Cheval (15e siècle)

© CAUE DE LOIRE-ATLANTIQUE - CDDP DE LOIRE-ATLANTIQUE - 2007

SEMAINE DE L’ARCHITECTUREde Loire-Atlantique

CHÂTEAU DES DUCS DE BRETAGNE 4 Place Marc Elder - NANTES12