Click here to load reader

SEMIOLOGIE DE LAPPAREIL RESPIRATOIRE Dr k,BENHARRATS medecine interne EHU ORAN 21 octobre 2013

  • View
    112

  • Download
    3

Embed Size (px)

Text of SEMIOLOGIE DE LAPPAREIL RESPIRATOIRE Dr k,BENHARRATS medecine interne EHU ORAN 21 octobre 2013

  • Page 1
  • SEMIOLOGIE DE LAPPAREIL RESPIRATOIRE Dr k,BENHARRATS medecine interne EHU ORAN 21 octobre 2013
  • Page 2
  • LES SYMPTMES FONCTIONNELS DES MALADIES BRONCHO-PULMONAIRES Parmi les signes fonctionnels qui orientent vers lappareil respiratoire il y a : La dyspne La toux Lexpectoration Lhmoptysie La douleur Les sifflements Les troubles de la voix
  • Page 3
  • I. La dyspne 1. Dfinition : cest la difficult ou gne respirer : la respiration devient consciente, volontaire, et pnible.
  • Page 4
  • 2. Analyse smiologique de la dyspne La dyspne doit tre analyse par un interrogatoire soigneux comportant : a/ Le mode de dbut : Dyspne aigue : dbut brutal, la dyspne est demble son maximum Dyspne chronique : dbut progressif
  • Page 5
  • b/ Les circonstances dapparition : Dyspne deffort : dyspne chronique - provoque par des efforts courants et, - qui se prolonge aprs arrt de leffort et - qui va en augmentant dans le temps pour des efforts de plus en plus restreints.
  • Page 6
  • -Il faut faire prciser au malade le type deffort qui la fait apparatre (svrit de la dyspne) :+++ nombre dtages, nombre de marches, nombre de mtres parcourus - Cest la premire manifestation de linsuffisance ventilatoire.
  • Page 7
  • c/ Le mode dvolution : Dyspne paroxystique : crises de dyspne - durant de quelques minutes quelques heures - spares par des intervalles de respiration normale ; exemple : la crise dasthme. Dyspne permanente : ou dyspne de repos, -apparat au terme dune priode plus ou moins longue de dyspne deffort, -se dfinit par un essoufflement en dcubitus dorsal strict, amlior par la position assise : cest lorthopne.
  • Page 8
  • d/ Selon la frquence respiratoire : Polypne : lorsque la frquence respiratoire augmente et devient suprieure 22 mouvements/minute chez ladulte et 30 mouvements/minute chez lenfant. Bradypne : lorsque la frquence respiratoire diminue respectivement au dessous de 14 chez ladulte et 22 chez lenfant.
  • Page 9
  • e/ Selon le temps respiratoire : Bradypne inspiratoire Bradypne inspiratoire : se voit lorsquil y a un obstacle la pntration de lair : obstruction larynge par une inflammation du larynx (laryngite), par des fausses membranes (diphtrie larynge ou croup) ou par un corps tranger. La bradypne inspiratoire qui est une dyspne aigu, saccompagne souvent dun tirage (dpression inspiratoire sus-sternale et intercostale).
  • Page 10
  • Bradypne expiratoire Bradypne expiratoire : se voit lorsquil y a un obstacle la sortie de lair par atteinte des bronches de tous calibres, ce qui est ralis dans la crise dasthme. Cette bradypne expiratoire est une dyspne paroxystique qui saccompagne de sifflements expiratoires (rles sibilants )
  • Page 11
  • 3. Les fausses dyspnes : Ce sont des dyspnes sans substratum anatomique, ne saccompagnent pas de gne respiratoire. La respiration de Kusmaul : cest une hyperventilation ralisant une respiration rgulire et profonde, gale aux deux temps qui sont spars par une pause (respiration en crneau). Elle sobserve dans les tats dacidose mtabolique.
  • Page 12
  • La respiration priodique de cheyne- stokes : elle est le tmoin dun dsordre nerveux central. Cest une irrgularit du rythme respiratoire qui se caractrise par des cycles respiratoires damplitude croissante devenant bruyants, puis damplitude dcroissante aboutissant une pause complte de quelques secondes (apne).
  • Page 13
  • La respiration priodique du syndrome de pickwick : cest galement une irrgularit du rythme respiratoire, elle se voit chez certains obses, elle est alors associe une somnolence diurne. Cette respiration priodique sobserve la nuit, elle est faite de la succession de cycles caractriss par une inspiration lente profonde, suivie de mouvement respiratoires courts et rapides et dune apne expiratoire complte.
  • Page 14
  • II. La toux 1.Dfinition: La toux est une brusque, bruyante et brve expiration travers la glotte rtrcie. - La toux peut tre volontaire, -le plus souvent elle est involontaire. cest un acte rflexe de dfense destin :
  • Page 15
  • empcher la pntration de corps trangers dans les voies respiratoires, expulser les mucosits qui sy trouvent accumules (exemple : hyperscrtion bronchique).
  • Page 16
  • 2. Les diffrents types de toux : a / selon le degr de scheresse ou dhumidit : La toux sche La toux humide ou grasse
  • Page 17
  • La toux sche : bruit sonore plus ou moins clatant : elle est soit brve, soit quinteuse (plusieurs secousses de toux), elle nest pas suivie dexpectoration. La toux humide ou grasse : cest une toux dite productive, elle peut tre accompagne dune expectoration. Cette toux doit tre respecte contrairement la toux sche.
  • Page 18
  • b / Selon le timbre de la toux : La toux bitonale : prsente un double timbre aigu et grave li la paralysie dune corde vocale par compression dun nerf rcurrent. La toux rauque : tonalit touffe en cas dinflammation du larynx.
  • Page 19
  • c / Selon le rythme de la toux : La toux moniliforme : 1 2 secousses de toux irrgulirement espacs de temps autre. La toux quinteuse ou spasmodique : survient par accs ou quintes constitues par une srie de secousses expiratoires entrecoupes dune inspiration profonde. d / La toux mtisante : est une toux responsable de vomissement.
  • Page 20
  • III. LEXPECTORATION 1. Dfinition : Lexpectoration est compose de : mucus bronchique, dchets alvolaires, protines (exsudation capillaire) dlments cellulaires. Elle peut tre mlange des scrtions bucco-pharynges.
  • Page 21
  • Cest le satellite de la toux sauf chez les femmes et les enfants au dessous de 12 ans qui toussent sans cracher. Lexpectoration pathologique est la consquence : soit de laugmentation dune des composantes normales ex : expectoration muqueuse de la crise dasthme ou : expectoration sreuse au cours de ldme aigu du poumon, soit dune suppuration bronchique ou pulmonaire.
  • Page 22
  • 2. La valeur smiologique de lexpectoration est fondamentale do limportance de la recueillir dans un verre gradu. On notera : labondance, la couleur, lodeur, la transparence, la consistance, laration lhoraire.
  • Page 23
  • 3. Les diffrents types dexpectorations Lexpectoration muqueuse : est forme de mucus. Les crachats sont : - transparents, - visqueux, - ars. Cette expectoration traduit lhyperscrtion de mucus bronchique non accompagne dinfection. (fin de la crise dasthme).
  • Page 24
  • Lexpectoration purulente : faite de pus franc qui provient dun foyer de suppuration pulmonaire (abcs du poumon), elle est inodore ou putride (abcs anarobies).
  • Page 25
  • Lexpectoration mucopurulente: frquente cest une expectoration muqueuse mle dlots de pus jaune verdtre. suivant son abondance on distingue : lexpectoration mucopurulente de petite abondance, lexpectoration mucopurulente de grande abondance : 150 200 cm par 24/h; cest la bronchorrhe. Elle est caractristique de la dilatation des bronches et de la bronchite chronique.
  • Page 26
  • Lexpectoration sreuse : cest une expectoration liquide, trs fluide, homogne (OAP). Lexpectoration hmoptoque : cest une hmoptysie de petite abondance.
  • Page 27
  • IV. LA VOMIQUE 1.Dfinition Cest le rejet par la bouche dune collection purulente ayant pntr par effraction dans les voies respiratoires. La vomique est dinstallation brutale ce qui la distingue de lexpectoration qui apparat progressivement.
  • Page 28
  • a/ Suivant la qualit du liquide rejet La vomique purulente : cest le rejet de pus. La vomique eau de roche : cest le rejet dun liquide clair, eau de roche, se voit lors de rupture dun kyste hydatique interparenchymateux dans les bronches
  • Page 29
  • b/ Suivant la quantit de liquide rejet La vomique massive La vomique fractionne : cest le rejet de liquide le plus souvent de pus par petites quantits mais de manire rpte. La vomique nummulaire ou masque : elle est rduite de simple crachats purulents rpts et rapprochs.
  • Page 30
  • V. LHEMOPTYSIE 1.Dfinition Cest le rejet par la bouche, dans un effort de toux de sang provenant des voies ariennes sous glottiques.
  • Page 31
  • 2. Les diffrents types dhmoptysie. Suivant labondance on distingue : a / Lhmoptysie de grande abondance (plus de 300cc) : elle est rare. Elle survient brutalement sans avertissement, une brusque quinte de toux est suivie du rejet dune grande quantit de sang qui coule flots.
  • Page 32
  • b / Lhmoptysie de moyenne abondance cest la plus frquente. Elle est prcde de signes annonciateurs ou prodromes (sensation de chaleur rtrosternale, saveur mtallique dans la bouche, angoisse), puis lhmoptysie survient accompagne de dyspne.
  • Page 33
  • c / Lhmoptysie de petite abondance : elle peut revtir plusieurs aspects : Crachats sanglants, isols, expectors en petit nombre entre expectorations mucopurulentes. Parfois un seul crachat homogne, rouge entirement teint de sang. a la mme valeur smiologique que les hmoptysies de grande abondance.
  • Page 34
  • Deux aspects particuliers peuvent tre rencontrs : le crachat hmoptoque de Laennec : expectoration faite de crachats muco sanglants, noirtres, sobserve 24 36 h aprs u

Search related