Apport du microscanner dans l’evaluation du remodelage des voies aeriennes chez le petit animal

  • Published on
    01-Jan-2017

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Dure: 20 minutes

    Modrateurs: Sylvia Neuenschwander,Jean-Pierre Pruvo, Marie-Henriette Loucheux

    Dure: 15 minutes

    Dure: 15 minutes

    16 h 00

    BASES DE LA COMMUNICATION EN IMAGERIEMEDICALEF BoudgheneParis - FranceCorrespondance: frank.boudghene@tnn.aphp.fr

    16 h 15

    L'ETAT DES LIEUX SUIVANT LES DIFFERENTS MODESD'EXERCICELRocher, BAI Mahmoud, HAit Ouarab, B Bessoud,A Lesavre, A Miquel, AS Rangheard, Y MenuLe Kremlin-Bictre - FranceCorrespondance: laurence.rocher@bct.aphp.fr

    Objectifs: Redfinir nos pratiques professionnelles partir de quel-ques rgles communes concernant ce qu'on dit, qui on le dit et dansquelles conditions.Afin de rpondre l'attente des patients, articuler au mieux, devoird'informer et droit d'ignorer: le but tant ni de mentir ni de tout dire.Savoir mettre des mots sur les images ralises, et dmystifier legeste technique: le radiologue peut rassurer sans mentir en disant que l'examen s'est bien pass .Points cls: En mdecine les premiers mots noncs sont fondateursde la relation: il n 'y a pas d'annonce anodine de la maladie.Dans la mesure o l'imagerie devient de plus en plus dterminantedans la prise en charge des patients la place du radiologue dansl'annonce de la maladie, demande tre amnage.Comme tout soignant les radiologues doivent absolument savoir seprvenir du mensonge, de la banalisation, du recours au jargon mdi-cal, de la fuite en avant, ou de l'identification au malade qui peuventtous avoir les effets opposs ceux attendus par le patient.Rsum: Une mauvaise nouvelle doit s'annoncer graduellement etil s'agit d'aider le malade faire face la maladie. Les radiologuesdoivent faire la part d'annonce qui leur revient. Les rgles d'or del'annonce en radiologie sont celles d'un vritable relais de commu-nication avec le patient organis autour d'une communication sincreo il importe de ne rien dire qui ne soit pas vrai, d'une informationqui se fait pas pas en tenant compte de la demande du patient, avecun ajustement permanent, d'un dialogue respectueux des mcanismesde dfense du patient et qui sache ouvrir vers un espoir raliste.

    Mots cls: Communication - Qualit

    une atrophie crbrale qui touche la substance blanche. Une hypoper-fusion et une rduction de la prise de glucose crbrale peu tre dtec-tes par IRM et TEP dans leurs cerveaux. On peut aussi dtecterdirectement les plaques sniles dans leurs cerveaux par IRM ou TEP.

    Mots cls: Cancer, angiogense

    17 h 00

    APPORT DU MICROSCANNER DANS L'EVALUATIONDU REMODELAGE DES VOIES AERIENNESCHEZ LE PETIT ANIMALM Lederlin, M Montaudon, P Berger, A Ozier, FLaurentPessac - FranceCorrespondance: mathieu.lederlin@chu-bordeaux.fr

    Objectifs: Comprendre l'intrt de l'imagerie pulmonaire du petit ani-mal en recherche prclinique.Connatre les diffrents types d'appareillage ncessaires l'imagerie sca-nographique in vivo du poumon de souris synchronis la respiration.Connatre les modalits de post-traitement des images permettantd'apprcier le remodelage bronchique chez la souris asthmatique.Points cls: L'imagerie microCT du petit animal autorise une rsolu-tion spatiale allant jusqu' 23 microns.La synchronisation de l'acquisition la respiration de l'animal permetune imagerie in vivo fiable de l'arbre bronchique de la souris.La mesure de la densit moyenne pribronchique est corrle l'exis-tence d'un remodelage histologique.De par sa capacit suivre de faon longitudinale une cohorte de sourissaines ou asthmatiques, cette technique prsente un intrt potentiel dansl'valuation des nouvelles thrapeutiques de la maladie asthmatique.Rsum: Dans l'asthme en recherche prclinique, il est ncessairede disposer d'outils diagnostiques applicables au petit animal, si pos-sible non invasifs, permettant la quantification de la svrit de lamaladie asthmatique et l'valuation de la rponse aux traitements. Unmatriel spcifique (microscanner, matriel d'intubation, respirateur)est ncessaire pour obtenir une imagerie in vivo fiable de l'arbre bron-chique de la souris. La rsolution spatiale trs leve du microscanner rayons X (jusqu' 23 microns) associe une synchronisation res-piratoire lors de l'acquisition, est susceptible de fournir des imagesdes bronches d'une qualit suffisante pour autoriser l'extraction deparamtres quantitatifs. La densit scanographique pribronchiquechez la souris asthmatique est significativement plus leve (p < 0,01)que chez la souris saine et apparait ainsi corrle aux donnes histo-logiques (fibrose sous-pithliale, hypertrophie des cellules glandu-laires, hyperplasie du muscle lisse ... l'ensemble de ces anomaliesdfinissant le remodelage bronchique). Des logiciels spcifiques per-mettent d'automatiser certaines tapes du post-traitement.

    Mots cls: Ultrasons, imagerie fonctionnelle

    Sance OIganise par le GICA

    Responsables: Liliane Ollivier-Leclre, Alain Roche

    Objectifs: Instaurer ou approfondir une rflexion sur le rle que doitavoir le radiologue dans la pr-annonce du cancer, selon son moded'exercice.Savoir adapter dans sa propre activit les pistes de prise en chargeproposes pour diffrentes situations: tumeur de dcouverte fortuite,aggravation, rcidive ...Points cls: L'organisation d'un service d'imagerie doit mettre enplace un dispositif d'alerte, de faon ce qu'un compte rendu porteurde mauvaises nouvelles ne soit pas rendu au patient sans accom-pagnement mdicalis.Les radiologues peuvent amliorer leur communication en particulieren cancrologie; les formations au dispositf d'annonce les concer-nent.Rsum: En exercice de ville, un court entretien aprs l'examenradiologique quel qu'il soit est habituel. A l'hpital, les habitudes sontplus variables, surtout s'il y a des internes en formation. A la consoledu scanner, ceux-ci se concentrent lgitimement plus sur les lments ne pas manquer, et sur la rdaction du compte rendu que sur le deve-nir du patient. C'est au radiologue senior de lui faire percevoir l'int-rt de l'entretien avec le patient, la ncessit de connatre le devenirdu compte rendu (patient consultant externe en particulier), le respectd'un dispositif d'alerte du clinicien correspondant en cas par exemplede suspicion de tumeur qu'elle soit attendue ou non. Toutefois, les

    Dure: 10 minutes

    Objectifs pdagogiquesApprendre transmettre les informations et apprhenderl'annonce progressive de mauvaises nouvelles.Rflchir une meilleure organisation des services d'imagerie,centre sur les besoins et les prfrences des patients.

    17 h 20

    DISCUSSION GENERALE: LES PLATEFORMESD'IMAGERIE DU PETIT ANIMAL

    La communication avec le patienten imagerie cancrologique

    1517