Click here to load reader

Cours économie d'entreprise, L2 AES

  • View
    10.876

  • Download
    3

Embed Size (px)

Text of Cours économie d'entreprise, L2 AES

Economie dentreprise

L2 AES

Chapitre 1 : Lentreprise dans son environnementIUne dfinition de lentreprise1- Reprsentations et dfinition de lentreprise Lentreprise est une organisation complexe, elle peut sanalyser de diffrentes manires. La dfinition de lentreprise a volu au fil du temps. Premire apprhension : lieu o on transforme la matire en vue de la vendre. 2me manire : considrer que lentreprise est une maille dans un rseau de communication. En effet, elle a des relations avec des clients, des fournisseurs, banques 3me manire : considrer que lentreprise est un lment au c ur de diffrents marchs : march du travail, matires premires, financiers, linformation => concept. Le point commun est de constater que lentreprise nest jamais isole et doit rgulirement traiter des biens, des personnes, dune manire des relations. Dfinition : lentreprise est une organisation sociale qui est autonome et provisoire qui se fixe comme but dassurer sa vie et son dveloppement par la commercialisation des produits de son activit. Elle est cre par des importeurs de capitaux, gre par des managers qui vont transformer des facteurs de production en produit ou service vendre sur un march. Toute organisation qui a pour but de revendre les fruits de son activit est une entreprise. 2- Les objectifs de lentreprise Il y a un but majeur : vivre et se dvelopper. Sa vie, son dveloppement dpend en grande partie de sa volont de grandir et de prosprer. Pour cela a dpend de sa volont prendre des risques et de lassumer. Traditionnellement en conomie on considre que lobjectif est de maximiser le profit. Aujourdhui, cest largement remis en cause. La premire raison est que lentreprise en tant que tel na pas dobjectif, ce sont ses membres qui en ont. Parmi ces membres il y a les actionnaires, les managers, les salaris qui poursuivent des objectifs spcifiques et peuvent mme crer des alliances qui maximisent leurs objectifs personnels et non la maximisation du profit. En outre, tous ces participants de lentreprise sont exposs diffremment au risque. Les consquences par rapport aux risques ne sont pas les mme. La taille des entreprises, le type de produit vendu et la manire dont est organise lentreprise peuvent galement contribuer carter lentreprise de la recherche de la maximisation du profit. 3- La remise en cause de lhypothse de maximisation des profits Le profit : indicateur qui permet dapprcier la manire dont le manager a valoris les facteurs de production utiliss. Dans la thorie classique cet entrepreneur est dans un environnement de connaissance parfaite de linformation et prend des dcisions rationnelles et donc choisit les solutions qui maximisent si possible le profit. Dans ce cadre, on ne prend pas en compte le fait quil y a des salaris qui peuvent suivre des objectifs qui leurs sont propres. Page | 1

Economie dentreprise

L2 AES

Trois facteurs remettent en cause cette ide : Lincertitude : il y a une incertitude au niveau de lanticipation : laccs linformation est incomplet. Il est difficile dvaluer laugmentation des salaires, de la concurrence car linformation est incomplte et imparfaite. Elle nest pas accessible pour toutes les entreprises, linformation cote cher. Il y a des asymtries de linformation entre les entreprises. En outre, il peut y avoir une certaine aversion au risque c'est--dire avoir peur de prendre un risque. On a un horizon temporel limit car une dcision court terme permet une plus grande certitude de lenvironnement quune dcision moyen ou long terme. La complexit organisationnelle : elle impact sur le processus dinformation sur lentreprise. Dans une entreprise, il y a plusieurs divisions fonctionnelles, il y a donc une structure hirarchise. En rgle gnrale, linformation se dploie le long de la ligne hirarchique mais plus la ligne est longue, plus il y a des perditions dinformations dans lentreprise. Le risque est de prendre des dcisions incorrectes lies une mauvaise interprtation du message. Cela peut mener une mauvaise interprtation des risques rels et dune manire gnrale une mauvaise interprtation des ordres. Il faut avoir accs linformation, tout le monde ny a pas accs de la mme manire. Cette complexit va permettre aux membres de dvelopper des objectifs diffrents. Les objectifs conflictuels par les parties prenantes : dune manire gnrale il y a une relation inverse entre la proprit des actifs et la recherche de la scurit. En revanche, il y a une forte asymtrie au niveau de la rcompense lorsquune action russie. Si une opration choue, le manager risque de perdre son emploi, lactionnaire perdre de largent. Si elle russit, le manager aura une prime, lactionnaire va gagner de largent. Dune manire gnrale il y a un manager qui a plutt intrt rechercher une position optimale du profit tout en tant sur des indicateurs intressants pour les actionnaires. Tout cela se retrouve dans la thorie de lagence Jensen et Meckling. Ils ont travaills fin 1970 sur des relations principales agents : relation entre actionnaires & dirigeants ; dirigeants & salaris. En fait, une relation dagence est un contrat par lequel une ou plusieurs personnes (le principal) engagent une autre personne (lagent) pour excuter en son nom une tche quelconque qui implique une dlgation de pouvoir, de dcisions. La situation du principal dpend du comportement de lagent. Ce dernier aura une rmunration pour le motiver agir dans le sens du principal. La thorie cherche voir comment on peut constituer des contrats de manire ce que mon agent agisse au mieux pour mon principal. Lune des solutions : agent participe au capital ou au rsultat. Le seul problme est laversion au risque : si un agent veut prendre le moins de risque, il continuera. Asymtrie dinformations

Principal

AgentAversion au risque : privilgie les solutions les moins risques

Rationalit limite Incertitude

Page | 2

Economie dentreprise

L2 AES

4- Les moyens de lentreprise Le moyen est de commercialiser les produits de son activit, tre capable de crer de la valeur pour rpondre aux besoins de lentreprise et tre capable de durer. Crer de la valeur est li aux ventes, le revenu de ces ventes doit financer les cots de production, les salaires, les rmunrations des importeurs de capitaux et les financements des investissements futurs.

II-

Ltude de lentreprise1- Les disciplines des sciences sociales

Les disciplines juridiques : en droit franais lentreprise est une entit morale c'est-dire a des droits, des devoirs, un nom soumis des lois : droit des socits, sociale, commercial. Les disciplines psycho-sociales : lentreprise est apprhende comme un groupe humain qui communique et cherche assurer une vie commune ensemble. Les sociologues travaillent sur une approche collective, les psychologues travaillent sur les comportements individuels et incitation au travail. Les disciplines conomiques : dans un premier temps lentreprise tait perue comme une sorte de bote noire c'est--dire lentreprise tait l pour combiner des facteurs de production avec pour objectif maximiser le profit. Aujourdhui, on sintresse au fonctionnement de lentreprise et son insertion dans un environnement concurrentiel. Les sciences de gestion : elles ont pour objet de produire les instruments pour analyser les performances de lentreprise et les principales fonctions de cette dernire. Les quatre disciplines sont complmentaires. 2- Les modes danalyse de lentreprise a- Lentreprise : centre de production On est sur un modle de march. On considre lentreprise comme tant productrice de biens et de services donc cest un outil complexe mais qui sert transformer des biens et services en dautres biens et services => centre de production. Mais pour les produire il faut mettre en uvre des facteurs de productions : le capital et le travail. Si on observe lentreprise comme centre de production il faut distinguer loutil et la gestion mme de cet outil. On est sur un modle de marchs c'est--dire combinaisons de facteurs pour crer un bien vendus sur un march, le prix de production conditionn par la demande et loffre. Au final, lactivit de lentreprise va se justifier que si la valeur des produits vendus est suprieur la valeur des produits consomms => valeur ajoute. b- Lentreprise : centre de rpartition Modle plus financier. On considre lentreprise comme un lieu o on rpartit le revenu gnr par la production. Comment va-t-on distribuer le revenu dans lentreprise ? Comment la valeur ajoute est-elle partage ? Cette valeur ajoute est partage entre lEtat et les collectivits (impts), les salaris, les prteurs (banquiers essentiellement). Le reste de la valeur ajoute est le bnfice qui est la disposition des propritaires. Ils peuvent se verser des dividendes ou le laisser dans lentreprise sous forme de rserve. On divise le profit. Ce modle financier dbouche sur un modle de dpense : tout ce qui est mis en rserve Page | 3

Economie dentreprise

L2 AES

permettra un investissement de lentreprise pour se dvelopper. Ces investissements ont un impact sur loffre et la demande. Entreprise : outil de production, marchs Demande Offre Recettes = produits Dpenses courantes

Publicit

inv. Physiques

inv. technologiques

ProfitRessources disponiblesRserves, revenue accumuls

DividendesEvalus sur le march des valeurs

Ressources externes

c- Lentreprise : organisation sociale Lentreprise est considre comme un groupement de personnes, un groupe au sens sociologique du terme. Les membres de lentreprise sont lis par un contrat, ils ont un intrt commun et des rles diffrencis, elles sont organises dune certaine manire. Une organisation qui se fait en gnral sous forme de fonctions rpartit autour dune fonction principale : la direction. Lorganisation de lentreprise est indispensable pour coordonner les individus pour quils agissent dans un but particulier et commun. Il faut en plus faire en sorte q