Lénine à Paris - Guide

  • Published on
    03-Jul-2015

  • View
    573

  • Download
    5

Embed Size (px)

Transcript

<ul><li> 1. Les lieux rattachs au nom de Lnine ParisPetit guideEditions de lAgence de presse Novosti. 1976 Vladimir Ilitch LNINE Paris, 1910 Les travaux de rdaction ont t achevs le 11 juin 1976Vladimir Ilitch Lnine, fondateur du Parti communiste de lUnion Sovitique et dupremier Etat socialiste du monde, sjourna Paris en 1895, 1902, 1903, 1904,1905, 1908-1912 et en 1914.Ce petit guide ne fournit que les renseignements les plus succincts sur sa vieet ses activits Paris.Le nom de Lnine est connu dans le monde entier.Il est infiniment cher aux travailleurs de tous les pays. Il est devenu le symbolede la transformation communiste du monde. Le lninisme, sa doctrine, est labannire de notre poque, la boussole du mouvement communiste international,de la classe ouvrire, de tous les opprims et exploits dans leur lutte pour lesocialisme et la libration nationale, pour un avenir radieux de lhumanit.Lnine entra sur la scne de lhistoire la fin du sicle pass. Il dveloppa dunefaon cratrice lenseignement de Karl Marx et de Friedrich Engels qui avaientfait du socialisme, alors utopie, une science. Il leva le marxisme un stadenouveau, suprieur. Il dcouvrit les lois de la transition du capitalisme ausocialisme lchelle mondiale, montra la classe ouvrire et tous les autrestravailleurs le chemin menant la transformation rvolutionnaire de la socit.Le lninisme nest pas une interprtation russe du marxisme, comme leprtendent les idologues bourgeois et les rvisionnistes. Il est une doctrineinternationale qui prend son origine dans lvolution du monde.Lnine fut le premier marxiste, chef et matre de la classe ouvrire, qui dirigea lalutte des masses rvolutionnaires pour la ralisation des ides du communismescientifique; il fut le stratge gnial des grandes batailles de classe et le chef dela Grande Rvolution socialiste doctobre qui inaugura une re nouvelle danslhistoire de lhumanit, re de la transition du capitalisme au socialisme et aucommunisme.Vladimir Ilitch Oulianov (Lnine) naquit le 10 (22) avril 1870 dans la ville deSimbirsk (aujourdhui Oulianovsk) situe sur les rives de la Volga.Ds lge de 17 ans, Lnine sengagea dans la voie de la lutte; il consacra toutesa vie lactivit rvolutionnaire thorique et pratique. Cest sous sa directionque fut fond le Parti ouvrier social-dmocrate de Russie, parti marxiste duntype nouveau qui mena les masses populaires travers les temptes de troisrvolutions pour parvenir, en 1917, la victoire de la Grande Rvolutionsocialiste dOctobre.1</li></ul><p> 2. La fondation du premier Etat socialiste des ouvriers et des paysans du monde,ldification du socialisme, les succs remports par le mouvement communisteet ouvrier international, la formation du systme socialiste mondial,leffondrement du colonialisme et la libration des peuples opprims sontindissolublement lis au nom de Lnine et son enseignement immortel.Limage imprissable de Lnine, matre penser et rvolutionnaire gnial, chefclair du Parti communiste de lUnion Sovitique, homme profondmentHumain, est grav dans les souvenirs de ses contemporains et de sescompagnons de lutte, les lettres et les messages de salutation des travailleurs,les travaux des savants, les uvres des crivains, les toiles des peintres, dansde nombreuses dclarations des personnalits de diffrents pays. -Sous la bannire des ides lninistes, des victoires dune importance historiqueont t remportes en U.R.S.S. et au sein du mouvement rvolutionnairemondial Les peuples des pays socialistes construisent une vie nouvelle en seguidant sur ces ides. De nouvelles couches de la population laborieuse serallient sans cesse ces ides dans les pays capitalistes et dans ceux qui ontsecou le joug du colonialisme.En 30 ans dactivit politique, thorique et d organisation Lnine crivit descentaines de livres et de brochures, des milliers darticles et de lettres, fit ungrand nombre de rapports des congrs du parti, des confrences descongrs de lInternationale communiste, des runions douvriers, de paysanset dintellectuels.Lexprience de millions de personnes, lhistoire universelle prouvent lajustesse et la vitalit de la doctrine immortelle de Lnine. Les milieux les pluslarges de lopinion progressiste sy intressent chaque jour davantage. Lesouvrages de Lnine sont lus dans le monde entier. Ils ont t dits en 126langues dans 63 pays et, daprs les donnes de lUNESCO, ils occupent lapremire place parmi les traductions.Lnine dut passer prs de 15 ans de sa vie ltranger, en migration. Grceaux membres du parti qui venaient rgulirement de Russie lui rendre visite, iltait au courant de tous les vnements politiques et dirigeait le parti et lemouvement rvo1utionnaire russe.La France est lun des douze pays europens quil visita ou dans lesquels ilsjourna. Lnine sefforait toujours de pntrer lesprit du peuple du pays o ilvivait. Il connaissait bien lhistoire et la culture franaise. Rsidant Paris, ilaimait visiter les faubourgs de cette ville, o il faisait connaissance avec la vieet les murs du peuple. Il tudia fond la lutte rvolutionnaire du proltariatfranais; il apprciait, beaucoup les riches traditions rvolutionnaires destravailleurs de ce pays, suivait attentivement les progrs du mouvement ouvrieret socialiste franais.Dans nombre de ses ouvrages, Lnine donne une analyse trs pousse et trsprcise de lexprience des rvolutions franaises et, surtout, de limportancede la Commune de Paris. Il suivait avec une attention soutenue lvolution duParti communiste franais et laidait de ses conseils.Vivant en France et tudiant la culture et les murs du peuple franais, Lninesintressait beaucoup aux uvres des crivains de ce pays. Il connaissait etapprciait les uvres de Victor Hugo, Henri Barbusse, Romain Rolland,Anatole France, etc. Il estimait sa juste valeur le pass de cette grande2 3. nation, sa grande contribution lhistoire de lhumanit. Aprs la RvolutiondOctobre, il souligna plusieurs reprises la ncessit de la coexistencepacifique et de ltablissement de rapports culturels et commerciaux entre laRussie et la France. Tout rapprochement avec la France est extrmementsouhaitable pour nous , disait-il en octobre 1922.Son nom est largement connu et estim en France.Tout comme les travailleurs dautres pays, des millions de Franais voient en luile symbole de la lutte pour un avenir meilleur, pour la libert et le bonheur delhumanit. De nombreux Franais sont fiers du fait que Lnine ait sjourndans leur pays.Ce petit guide a pour but daider les lecteurs tudier la priode parisienne dela vie et de lactivit de Lnine, mieux connatre les endroits de Paris qui sontrattachs sa mmoire.La premire visite de Lnine Paris date de juin 1895. Il stait rendu ltranger pour tablir une liaison avec le groupe Libration du Travail et sefamiliariser avec le mouvement ouvrier des pays dEurope occidentale. A Paris,il rencontra Paul Lafargue, militant en vue du mouvement ouvrier franais etinternational, gendre de Karl Marx.Dans une lettre sa mre, Lnine fit part de ses premires impressions sur laville: A Paris, je commence peine morienter un tout petit peu: cest uneville immense et fort tendue, si bien que la priphrie (o lon est le plussouvent) ne donne pas une ide du centre. Elle laisse une impression trsagrable: des rues larges et claires, trs souvent des boulevards, beaucoup deverdure; les gens nont pas du tout lair emprunt; cela surprend mme un peuau dbut, pour qui est habitu aux formes guindes et au puritanisme dePtersbourg.Lnine sintressait tout ce qui concerne lhistoire de la lutte de la classeouvrire franaise. Durant son sjour Paris, il prit connaissance, au MuseCarnavalet, des matriaux relatifs lhistoire de la rvolution bourgeoise duXVIIIme sicle et, au Muse de la rvolution de 1848, des documents sur lespremires interventions duproltariat franais en tant que classe. Il visita galement le Muse Grvin, osont exposes les figures de cire de personnages historiques.Il tudia fond des ouvrages consacrs la thorie du socialisme et lhistoiredu mouvement ouvrier. On pouvait le rencontrer dans les librairies du QuartierLatin et devant les ventaires des bouquinistes sur les quais de la Seine. Ilacheta des ouvrages marxistes quil russit rapporter en Russie enseptembre 1895.A lpoque de sa premire migration (1900-1905), Lnine visita plusieurs foisParis.En juin 1902, il y vint de Londres, o tait alors imprime lIskra, et passaquelques jours chez un de ses camarades, collaborateur de ce journal, 3, ruede lEstrapade, dans le Quartier latin.Le 27 juin, il prit la parole une runion dmigrs politiques russes, o ildnona la nature petite bourgeoise de lidologie des socialistes-rvolutionnaires, qui dfendaient les intrts de la bourgeoisie rurale.3 4. En fvrier 1903, il quitte de nouveau Londres pour Paris, pour faire desconfrences lEcole suprieure russe des sciences sociales. Cette cole,fonde lgalement lintention des tudiants russes rsidant en France, taitinstalle dans le btiment de lEcole des Hautes Etudes sociales, 16, rue de laSorbonne, dans le Quartier latin. La direction de lcole ne cacha pas sonhostilit "envers les marxistes rvolutionnaires, tout en sympathisantouvertement avec les populistes et les socialistes-rvolutionnaires. Lesauditeurs, partisans du marxisme, proposrent la direction de lcole dinviterLnine, auteur dun ouvrage remarquable, Le dveloppement du capitalisme enRussie, faire des confrences. Le conseil des professeurs fut contraint defaire droit cette demande. La direction de lcole fut stupfaite et dconcerteen apprenant quI1ine et Lnine tait une seule et mme personne.Elle essaya, en vain, de dcommander ces confrences. Lnine fit quatrecours, chaque fois accueilli par une ovation.En dcembre 1904, Lnine vint de nouveau Paris.Il fit, lors dune runion dmigrs politiques russes, un expos sur la situationdans le parti (sur lopportunisme organisationnel et tactique des menchviks).En mai 1905, revenant de Londres Genve aprs lIIIme Congrs duP.O.S.D.R il sy arrta avec Nadejda Kroupskaa et un groupe de dlgus. Ilmontra ses camarades le Mur des Fdrs, au cimetire du Pre-Lachaiseo avaient t fusills les communards; il visita aussi le Louvre et monta sur laTour Eiffel. A la fin de mai, Lnine retourna encore Paris, o il fit un expossur le III Congrs du P.O.S.D.R. et ses dcisions.La rvolution qui clata en Russie lui permit, en novembre 1905, de rentrer Ptersbourg pour assumer sur place la direction du parti et de la luttervolutionnaire. La premire rvolution populaire en Russie, qui avait dur prsde deux ans et demi, essuya une dfaite. Une sinistre priode de ractioncommena. Des milliers douvriers et de paysans furent torturs mort, fusillset pendus. Lautocratie tsariste porta son coup principal lavant-garde de laclasse ouvrire, son parti. Lnine risquait tout moment dtre arrt.Pour continuer la lutte. il fut nouveau oblig dmigrer Genve, puis Paris(en dcembre 1908), o il vcut trois ans et demi. Cest l galement que futtransfr le sige du parti bolchevik, avec le journal Proltari dont Lnine tait lerdacteur. Paris devint la base de lmigration rvolutionnaire russe.La priode parisienne de lactivit de Lnine est marque par une lutteacharne pour dfendre et renforcer le parti marxiste illgal. Il lutte contre lesmenchviks-liquidateurs qui avaient renonc aux mots dordre rvolutionnaireset capitul devant le tsarisme. Il se dresse contre les otzovistes (du verbe russeotozvat: rvoquer) qui sefforaient de transformer le parti en une secte et de ledtacher des masses. Il dnonce lesprit de compromis et le manque deprincipes de Trotski qui prche la paix entre les rvolutionnaires et lesopportunistes au sein dun seul parti.Arrivs Paris, Lnine et Kroupskaa descendirent dans un htel, BoulevardSaint-Marcel, puis lourent un appartement au 24, rue Beaunier (cette maisonporte actuellement une plaque commmorative rappelant que Lnine y asjourn). La mre de Kroupskaa et Maria Oulianova, sur de Lnine, vinrentsinstaller avec eux4 5. Vladimir Ilitch, relate Kroupskaa dans son livre Souvenirs sur Lnine, suivaitdun regard absent le remue-mnage dont tait accompagne notre installationdans ce nouveau logis: il avait dautres chats fouetter. Lappartement quenous venions de louer se trouvait la limite de Paris, tout prs du murdenceinte de la ville, dans une des rues adjacentes lavenue dOrlans11, rueBeaunier non loin du Parc Montsouris. Lappartement tait vaste et clair, il yavait mme des miroirs au-dessus des chemines (dtail propre desimmeubles de construction rcente). Lappartement comprenait une chambrepour ma mre, une autre pour Maria Ilinitchna, venue alors Paris pour tudierla langue, une autre encore pour Vladimir Ilitch et moi, ainsi quun salon. Maiscet appartement assez chic ntait conforme ni notre mode de vie niameublement que nous avions fait venir de Genve. Il fallait voir avec quelmpris la concierge regardait nos tables blanches, nos chaises et tabouretssans prtention. Notre salon o il ny avait, pour tout ameublement, quunepaire de chaises et une petite table, manquait totalement de confort.Lappartement de la rue Beaunier savra peu commode pour la vie et le travail.Lhiver, les Oulianov y souffraient du froid. Il tait difficile dallumer lnormechemine: les pices ne parvenaient pas se lchauffer. Une fume cre lesremplissait toutes et lorsque le charbon tait consum le vent soufflait traverstout lappartement. Lnine et Kroupskaa, devant limpossibilit de chauffer leurlogis, taient contraints de le quitter pour toute la journe. Jusque trs tarddans la soire, ils restaient dans les bistrots voisins. Au bout du compte, Lninedut changer de logement.En juillet 1909, il sinstalla dans une nouvelle maison 4, rue Marie-Rose, o ilvcut trois ans, jusquen juin 1912.Le Parti communiste franais acheta cet appartement o, le 27 avril 1955, futouvert le Muse Lnine.Les communistes franais et les collaborateurs du Muse central Lnine deMoscou ont fait de gros efforts pour recrer dans cet appartement lambiancequi y rgnait lpoque. On y sent partout une modestie et une simplicitexceptionnelles. De lappartement, on a accs aux pices voisines, o lon peutvoir une petite exposition consacre la vie et lactivit de Lnine.Lappartement est situ au deuxime, porte gauche.Il comprend un corridor, trois pices, dont celle du milieu na pas de fentre, etune cuisine. La pice donnant sur la rue servait Lnine de cabinet de travail.Dans la chambre du milieu, qui est spare du cabinet de travail par une portevitre, il y a deux lits, ceux de Vladimir Ilitch et de Nadejda Constantinovna.Enfin, la meilleure pice, au fond de lappartement, tait occupe par ElizavtaVassilievna, la mre de Kroupskaa.Lappartement est situ non loin du Parc Montsouris, qui devint le lieu de reposprfr de Lnine.Mme pendant les dures annes dmigration, Lnine gardait sa joie de vivre etson optimisme.Les promenades taient ses loisirs prfrs. Souvent, il allait en vlo avecKroupskaa dans les forts et parcs des environs de Paris. Il aimait aussi frquenter les thtres des faubourgs parisiens, o la majorit des spectateurs1Aujourdhui avenue du Gnral-Leclerc5 6. taient des ouvriers. Mais il navait cette poqu...</p>

Recommended

View more >