les cinq facteurs clés et les cinq pièges à éviter pour réussir en affaires

  • Published on
    05-Jan-2017

  • View
    219

  • Download
    1

Embed Size (px)

Transcript

  • LES CINQ FACTEURS CLS ET LES CINQ PIGES VITER POUR RUSSIR EN AFFAIRES Semaine de la PME BDC 2014

    TUDE BDC

  • Rsum ------------------------------------------------------------------------------------- 1

    Introduction ------------------------------------------------------------------------------- 2

    Les cinq facteurs cls pour russir en affaires

    Facteur cl no 1 : Innover ne pas se reposer sur ses lauriers ----------------- 4

    Facteur cl no 2 : Demander des conseils lexterne ---------------------------- 8

    Facteur cl no 3 : Avoir un plan solide et mesurer ses progrs ----------------- 10

    Facteur cl no 4 : Embaucher les meilleurs et savoir les mobiliser largent ne suffit pas --------------------------------------------- 12

    Facteur cl no 5 : Dvelopper des liens solides avec ses principaux fournisseurs ------------------------------------------ 16

    Les cinq piges viter pour russir en affaires

    Pige no 1 : Dpendre dune clientle trop peu diversifie --------------------- 18

    Pige no 2 : Sous-estimer limportance dune gestion des finances efficace ---------------------------------------------------- 20

    Pige no 3 : Attendre quil soit trop tard avant de prparer un plan durgence ------------------------------------------------------ 22

    Pige no 4 : Ignorer les tendances du march ------------------------------------ 24

    Pige no 5 : Tarder demander de laide ----------------------------------------- 26

    Conclusion --------------------------------------------------------------------------------- 28

    Rfrences --------------------------------------------------------------------------------- 29

    Annexe A Mthodologie ------------------------------------------------------------- 30

    Annexe B Questionnaire ------------------------------------------------------------- 31

    La prsente recherche a t produite par lquipe de Recherche et danalyse conomique du service du Marketing et des Affaires publiques. Le lecteur est lunique responsable de lusage quil fait de ces informations.

    2014 Banque de dveloppement du Canada

    1 888 INFO BDC | bdc.ca

  • bdc.ca | BANQUE DE DVELOPPEMENT DU CANADA Semaine de la PME BDC 2014 | PAGE 1

    En quoi les entreprises canadiennes qui russissent le mieux agissentelles diffremment des autres ?

    Pourquoi des entreprises prospres prouventelles des difficults financires qui, si rien nest fait, peuvent les mener la faillite ?

    Lobjectif du prsent rapport est de rpondre ces questions.

    RSUM

    LES CINQ FACTEURS CLSPour comprendre les principaux facteurs de russite des entreprises, un sondage BDC/ Nielsen a t ralis auprs de 1 139 PME canadiennes. Des entreprises appartenant un chantillon reprsentatif de tous les secteurs ont t slectionnes pour viter tout biais dans la reprsentation des secteurs dactivit (entre la haute technologie et la fabrication, par exemple). Les rpondants ont ensuite t diviss en deux groupes.

    Le groupe des entreprises qui russissent le mieux comprenait la tranche de 20 % des entreprises de chaque secteur qui ont affich les meilleurs rsultats pour ce qui est des revenus totaux et de la croissance des revenus, des bnfices et du nombre demploys au cours des trois annes prcdentes. La tranche de 80 % restante constituait le groupe de toutes les autres entreprises .

    la suite de la comparaison des rponses des deux groupes des questions portant sur les pratiques daffaires et la position concurrentielle, une corrlation statistique a t constate entre le succs dune entreprise et ces cinq facteurs cls :

    > Facteur cl no 1 : Innover ne pas se reposer sur ses lauriers

    > Facteur cl no 2 : Demander des conseils lexterne

    > Facteur cl no 3 : Avoir un plan solide et mesurer ses progrs

    > Facteur cl no 4 : Embaucher les meilleurs et savoir les mobiliser largent ne suffit pas

    > Facteur cl no 5 : Dvelopper des liens solides avec ses principaux fournisseurs

    LES CINQ PIGES VITERDe nombreuses entreprises matrisent la gestion de leurs activits quotidiennes, mais finissent quand mme par prouver des difficults financires. Pour comprendre pourquoi, nous avons tudi attentivement 118 entreprises bien tablies faisant partie du portefeuille de BDC qui ont prouv des difficults financires. En moyenne, elles affichaient des revenus annuels de 7,8 millions de dollars, comptaient 56 employs et exeraient leurs activits depuis plus de 20 ans.

    Notre analyse nous a permis de cerner ces cinq piges viter :

    > Pige no 1 : Dpendre dune clientle trop peu diversifie

    > Pige no 2 : Sous-estimer limportance dune gestion des finances efficace

    > Pige no 3 : Attendre quil soit trop tard avant de prparer un plan durgence

    > Pige no 4 : Ignorer les tendances du march

    > Pige no 5 : Tarder demander de laide

    Tous les facteurs cls de succs et tous les piges viter sont illustrs par une tude de cas portant sur une entreprise canadienne prospre. Pour chaque facteur cl et chaque pige, des stratgies labores avec BDC Consultation sont galement suggres pour les PME.

    Nos conclusions font en partie cho celles dune importante tude de Statistique Canada, publie il y a 20 ans, selon laquelle linnovation est le principal facteur de russite des entreprises. Le milieu des affaires a volu au fil du temps, mais la ncessit dinnover demeure.

    Tous les entrepreneurs peuvent mettre en application les facteurs cls de succs et viter les piges que nous avons reprs. Cependant, comme toujours, il faut faire des efforts et surveiller les progrs frquemment pour obtenir des rsultats. La russite en affaires nest pas un sprint ; cest une course dendurance. En mettant en application ces cinq facteurs cls de succs et en vitant ces cinq piges, les entrepreneurs iront loin, une tape la fois.

  • bdc.ca | BANQUE DE DVELOPPEMENT DU CANADA Semaine de la PME BDC 2014 | PAGE 2

    INTRODUCTION

    Quels facteurs font en sorte que les entreprises qui russissent le mieux au Canada se dmarquent des autres ? Que font-elles diffremment ? Possdent-elles des qualits uniques qui leur permettent de gagner des parts de march et daccrotre leur rentabilit ?

    Le prsent rapport tente de rpondre ces questions en sappuyant sur des tudes existantes et en comparant les pratiques adoptes par un groupe dentreprises de premier plan celles dentreprises moins prospres. Il examine galement quelques-uns des facteurs les plus courants qui expliquent pourquoi des entreprises ayant souvent connu du succs par le pass ont pu en arriver prouver des difficults financires.

    Ce rapport sappuie sur deux tudes. Pour dterminer les facteurs qui distinguent les entreprises chefs de file des entreprises moins prospres, un sondage BDC/Nielsen a t ralis 1 auprs de 1 139 petites et moyennes entreprises (PME) de partout au Canada. Les questions poses portaient principalement sur les pratiques daffaires adoptes par les entreprises ayant particip au sondage et la mesure dans laquelle certaines activits ont t effectues. Dans plusieurs cas, les rpondants devaient dterminer o se situait leur entreprise par rapport ses principaux concurrents (par exemple lgard des pratiques de rmunration des employs). Ils ont galement t interrogs sur la performance financire de leur entreprise au cours des trois annes prcdentes.

    Afin de cerner les facteurs de succs tous secteurs dactivit confondus, les rpondants ont t diviss en deux groupes. Le groupe des entreprises qui russissent le mieux inclut le premier cinquime (20 %) des entreprises de chaque secteur dactivit, selon un indice gnral du succs calcul en fonction des revenus totaux et de la croissance des revenus, des bnfices et du nombre demploys au cours des trois dernires annes 2. Les 80 % restants ont constitu le groupe de toutes les autres entreprises . Nous avons ensuite compar les rponses des deux groupes aux questions touchant les pratiques daffaires et la position concurrentielle, et nous avons regroup la plupart des rsultats statistiquement significatifs 3 pour formuler cinq facteurs de succs dapplication gnrale.

    En plus de comparer les entreprises dans la tranche suprieure de 20 % de chacun des secteurs dactivit et celles dans la tranche infrieure de 80 %, nous avons compar les rponses des entreprises dans la tranche infrieure de 20 % de chacun des secteurs avec celles qui se trouvent dans la tranche suprieure de 20 % et la tranche mdiane de 60 %. Comme on pouvait sy attendre, les entreprises dans la tranche infrieure de 20 % ont obtenu les moins bons rsultats sur chacun de nos facteurs cls de succs ou ont donn des rponses qui ntaient pas statistiquement diffrentes de celle des entreprises dans la tranche mdiane de 60 %. Ce rapport ne prsente que les rsultats de la comparaison entre les entreprises de la tranche suprieure de 20 % et celles de la tranche de 80 % restante. Nos rsultats pour les entreprises dans la tranche infrieure de 20 % appuient toutefois lhypothse que chacun des cinq facteurs cls contribue dans une certaine mesure favoriser le succs des entreprises dans tous les secteurs.

    1 Les questions du sondage ont t rdiges la suite dun examen des publications daffaires et conomiques pertinentes, ainsi que de plus dune vingtaine dentretiens dtaills avec des entrepreneurs et des professionnels des affaires, qui ont permis de mieux comprendre certains des facteurs qui contribuent au succs dune entreprise.

    2 Cette tude se fonde exclusivement sur la croissance de lemploi et sur la performance financire (plus particulirement, la part de march et la croissance de la part de march). Elle ne tient pas compte des caractristiques qualitatives qui pourraient raisonnablement tre associes au succs dune entreprise. La performance financire prsente lavantage dtre une mesure facilement identifiable et quantifiable du succs dune entreprise ; il sagit galement de la mesure de succs la plus souvent utilise dans les publications (p. ex., Baldwin et coll. 1994 et Nohria et coll. 2003).

    3 Par statistiquement significatifs, nous entendons un niveau dau moins 5 %, daprs un test t bilatral ou un test X2 de Pearson (selon que la question tait de nature quantitative ou qualitative).

  • bdc.ca | BANQUE DE DVELOPPEMENT DU CANADA Semaine de la PME BDC 2014 | PAGE 3

    Les cinq piges viter ont t tablis par suite dune analyse dtaille des circonstances qui ont amen 118 entreprises prouver des difficults financires et incit BDC les transfrer temporairement, dans certains cas son service des comptes spciaux ou son unit dintervention en restructuration. Des tudes antrieures 4 ont port sur les caractristiques des dirigeants qui ont le plus souvent men les entreprises la faillite. La prsente tude visait plutt cerner les facteurs et les vnements les plus courants expliquant les difficults financires mme temporaires des entreprises. Les entreprises analyses taient pour la plupart bien tablies ; en moyenne, elles avaient des revenus totaux de 7,8 millions de dollars, comptaient 56 employs et leur anne de fondation tait 1990.

    Les conclusions de cette tude sont divises en deux parties. La premire prsente les cinq facteurs cls pour russir en affaires selon les rsultats du sondage. Chacun de ces facteurs cls comprend une tude de cas portant sur une PME canadienne prospre et des suggestions de stratgies lintention des PME, labores en collaboration avec BDC Consultation.

    La deuxime partie prsente les cinq piges tablis viter sur le chemin de la russite. Chacun des piges comprend aussi une tude de cas dune entreprise prospre, ainsi que des recommandations de stratgies pour viter ces cueils.

    4 Par exemple, Baldwin et coll. 1997.

    Les entreprises analyses taient pour la plupart bien tablies ; en moyenne, elles avaient des revenus totaux de

    7,8 M$

    UN SONDAGE BDC/NIELSEN

    a t ralis auprs de

    1 139 PMEde partout au Canada.

  • bdc.ca | BANQUE DE DVELOPPEMENT DU CANADA Semaine de la PME BDC 2014 | PAGE 4

    LES CINQ FACTEURS CLS POUR RUSSIR EN AFFAIRESPARTIE I

    INNOVER NE PAS SE REPOSER SUR SES LAURIERSLinnovation est essentielle. En effet, le sondage BDC/Nielsen rvle quun vaste ventail de facteurs lis linnovation contribue distinguer les entreprises qui russissent le mieux de toutes les autres (tous secteurs dactivit confondus).

    Fait intressant, cette constatation est similaire celle de la dernire tude comparable sur la performance des PME, qui utilisait des donnes des annes 1980 5. Les rsultats combins de ces deux tudes suggrent que, mme si le contexte commercial mondial a radicalement chang au cours de la dernire gnration, la relation positive entre linnovation et la performance financire des entreprises demeure une constante.

    Quels types dinnovation en particulier ont la plus grande incidence sur la performance dune entreprise ? Trois rsultats significatifs sont ressortis dans tous les secteurs. Les entreprises qui russissent le mieux :

    > ont commercialis de nouveaux produits et services plus souvent ;

    > ont adopt les nouvelles technologies plus rapidement ;

    > ont t plus nombreuses que les entreprises de lautre groupe affirmer que les pratiques lies linnovation de lamlioration des processus et de lefficacit internes ladaptation du modle daffaires sont essentielles leur succs.

    Nouveaux produits et services

    Le tiers des entreprises qui russissent le mieux ont dclar que plus de 20 % des produits et services quelles offrent nexistaient pas il y a cinq ans, tandis quune seule entreprise sur 10 na propos aucun nouveau produit ou service.

    En revanche, seulement une entreprise sur cinq parmi toutes les autres entreprises a indiqu que plus de 20 % des produits et services quelle offre nexistaient pas il y a cinq ans, et elles sont aussi nombreuses noffrir aucun nouveau produit ou service (voir le graphique 1).

    5 Voir Baldwin 1995.

    Facteur cl no 1

    Les entreprises qui russissent le mieux sont beaucoup plus susceptibles doffrir les plus rcents produits et services et de le faire au moyen des dernires technologies.

    Elles consacrent aussi plus de temps et de ressources dterminer ce quelles pourraient amliorer pour devancer la concurrence.

  • bdc.ca | BANQUE DE DVELOPPEMENT DU CANADA Semaine de la PME BDC 2014 | PAGE 5

    Nouvelles technologies

    Sept des entreprises qui russissent le mieux sur 10 ont indiqu quelles taient les premires ou parmi les premires adopter de nouvelles technologies, alors que seulement la moiti de toutes les autres entreprises ont rpondu la mme chose (voir le graphique 2). Une tude rcente mene au Royaume-Uni a dailleurs dmontr que lempressement adopter de nouvelles technologies tait une caractristique que lon retrouvait chez les entreprises qui avaient un plan daffaires ; et le fait davoir un plan daffaires tait associ un ventail de caractristiques innovantes prsentes chez les entrepreneurs 6.

    Innovations frquentes

    Interroges au sujet des innovations quelles ont concrtement mises en uvre, les entreprises qui russissent le mieux ont rpondu avoir innov davantage que leurs homologues pour ce qui est de rendre leurs processus internes plus efficaces, de dvelopper de nouveaux produits et services, dadapter leur modle daffaires (p. ex., mise en place de nou...

Recommended

View more >