Des Metiers Et Des Hommes

  • View
    9

  • Download
    0

Embed Size (px)

DESCRIPTION

activité ancien régime

Text of Des Metiers Et Des Hommes

  • A'lchllleB 7)ptt'ltemehta.leB de Sallole

    Se'lllice ~ucatl~

    Z)es /lttiers et des cf{o111111es

    A'ltlBahB, ..9hdust'llelB et COh1h1e'lahtB au XVIIIe Blde eh Sallole

    ?:>ascale 'l)u/,ols .Novemb 1999

  • z'es /11tiers et des cf{o111111es

    Il'ltiBMB, !JhdUBt'llelB et Comme'lahtB au XVIIIe Bicle eh Savoie

    A'lchives 'l)pa'ltementales de Savoie

    ~(Hl(;tlU 7)u.bols p'lo~esseu.'l d' hlstolu-~o~'ltlphle

    tlu. ll(ce de /ltotle'lS chtl'l~e du. Sewlce 2du.ctltl~

    des A'lchlVeS 7)ptl'ltementtlus de Stlvole

    ,Novembu 1999

    e ent'le 'l)pa'lteme1ttal de 'l)ocumentation

    ~d~o~ique

  • 2

    Avant-propos

    La Savoie devient au XVIIIe sicle, avec Victor-Amde notamment, un Etat "clair", novateur sur le plan politique et institutionnel, montrant l'exemple bien des pays europens. Qu'en est-il dans le domaine conomique? L'autorit royale, ou mme les autorits locales s'en sont-elles proccupes? Le "despotisme clair" dont on parle pour voquer le politique s'est-il galement exerc dans des secteurs comme l'artisanal ou le commerce?

    Il est videmment difficile de rpondre de faon complte ces questions au travers des quelques documents prsents ici, qui n'illustrent pas de faon exhaustive tous les mtiers de l'artisanal ou du commerce. A travers tel ou tel document, on pourra cependant esquisser des rponses etfaire rflchir les lves sur l'volution du rle de l'Etat en matire conomique, ses interventions, son pouvoir de dcision ou d'orientation des diffrents acteurs. Des rapprochements peuvent tre fait avec la France voisine par l'intermdiaire des programmes d'histoire.

    Le dossier est organis selon deux axes directeurs, l'artisanat et ['''industrie'' d'une part, les marchands et commerants de l'autre. Il n'est cependant pas toujours possible, dans la socit d'Ancien Rgime, de distinguer artiSanal et commerce. L'artisan des villes et des bourgs est souvent un commerant qui vend lui-mme ce qu'il fabrique. D'autre part, la hirarchie sociale est trs large. Certains artisans ou commerants, en haut de l'chelle, se confondent avec les notables. Au niveau infrieur, au contraire, d'autres font partie du menu peuple et se distinguent mal des paysans ou des journaliers.

    Il faut noter que le document 1, bien qu'tant en dehors du crneau chronologique retenu, puisqu'il date de 1619, nous a paru avoir sa place ici en raison de la lumire qu 'il apporte sur l'organisation des mtiers, notamment l'imbrication entre vie professionnelle et vie prive des ouvriers.

    Certains documents sembleront longs pour tre utiliss tels quels par des lves. Le parti a t volontairement pris de les transcrire en entier, ou presque, pour une meilleure comprhension et pour leur garder tout leur sens. Aux enseignants de choisir de garder ou de couper tel ou tel passage en fonction de leurs besoins ou du niveau de leurs lves.

    N.B. Les parties soulignes dans certains documents correspondent la restitution des abrviations.

  • 3

    Sommaire

    pages Avant-propos ................................................................................................................................ 2

    Notes pour l'tude des documents ................................................................................................. 4

    Artisans et "industriels"

    Doc. 1. Extraits des statuts pour le mtier d'artisans en soie dans le duch de Savoie en 1619 ........................................................................................................................... 5

    Doc. 2. Extrait des registres du Snat de Savoie, propos des marchands-ciergiers, 18fvrier 1715 ................................................................................................................ 7

    Doc. 3. Avis donn par l'Intendant Gnral de Savoie sur une demande d'tablissement d'une fabrique de savon Chambry, par le Sieur Moiroud, le 20 juillet 1750 ......................... 9

    Doc. 4. Supplique du teinturier Busquet adresse au Roi, 14 aot 1750 ................................... 14

    Doc. 5. Copie de la demande du Sieur Hyacinte Heurteur, vitrier de Chambry, au roi pour l'octroi de lettres patentes, le 17 septembre 1750 ........................................................... 18

    Doc. 6. Lettre de la comtesse de Piolenc l'Intendant Gnral de Savoie, le 9 mai 1773, pour s'opposer au renouvellement des privilges d'une fabrique concurrente de faence, appartenant au sieur Bouchard ........................ .............................................................. 21

    Doc. 7. Extrait de registre de la Chambre des Comptes accordant des privilges une fabrique de bas et bonnets, de Chambry, le 12 avril 1785 ............................................ 23

    Marchands et commerants Doc. 8. Extraits du rglement de police de Chambry par les syndics et le Conseil de Ville, le

    19 aot 1737, au sujet des bouchers .............................................................................. 26 Doc. 9. Extraits du Rglement de Police de Motiers, par les syndics et le Conseil de Ville, le

    20 juillet 1779, au sujet des boulangers ................... ...................................................... 29 Doc. 10. Inventaire de la boutique de Peronne Neple, veuve de Nicolas Favre, bourgeoise de

    La Roche en Genevois, habitant Chambry: une maison et boutique, situe faubourg de Montmlian, le 24 novembre 1744, par Me Aretan ................................ .. 32

    Doc. 11. Extraits du livre de comptes du sieur Catagniolle, cabaretier et aubergiste Chambry, commenc le 1er avril 1756 ....................................................................... 35

    Doc. 12. Extraits du Rglement Gnral de police pour la Savoie, du 23 dcembre 1771 : obligations des aubergistes et cabaretiers ................................................................... .37

    Doc. 13. Inventaire des meubles et effets du Sieur Jean-Franois Crey, marchand cafetier et confiseur de Mofltiers, dcd le 13 fvrier 1784, fait par Me Claude Muraz .............. 40

    Orientation bibliographique ....................................................................................................... 44

  • 4

    Notes pour servir l'tude des documents Monnaies, salaires et prix

    Jusqu'en 1717, le florin : il se divise en 12 sols de 12 deniers chacun ; ensuite, la livre de Pimont (ou de Savoie), qui se divise en 20 sols de 12 deniers chacun. (3 florins anciens = 2 livres) A Montmlian, vers 1740,12 oeufs: 6 8 sols

    une corbeille de pommes: 1 livre une brebis: 2 livres

    A Vallorcine, en 1755-60, une vache :41 45 livres une chvre : 4 livres un porc: 10 livres (1)

    Vers 1729, une livre: peu prs le salaire d'une journe de travail d'un ouvrier qualifi, mais les ouvriers agricoles ne peroivent que la moiti de cette somme. Salaire d'un ouvrier chambrien en 1788 : 18 sols par jour. Traitement de l'Intendant Gnral de Savoie (tous frais de fonction sa charge) : 3 000 livres par an. Au XVIIIe sicle, le minimum vital annuel d'une famille, en milieu populaire, se situe aux environs de 200 livres. . 1 000 livres de revenus permettent en Savoie de vivre honorablement, et avec 2 000 livres, on accde au niveau de la bonne aisance bourgeoise. (2)

    (1) Devos R., Grosperrin B., La Savoie de la Rforme la Rvolution franaise, 1985 (2) Nicolas J. et R., La vie quotidienne en Savoie aux XYlIe et XYlIle sicles, 1980

  • DiJuiiiil 1 Extmits des statuts pour le mtier d'artisans en soie dans le duch de Savoie en 1619. (C 600)

    5

    Ce rglement fait suite une supplique de Pierre Richard, de Gex, moulinier en soie, et de Pierre Boqin, d Chamry, por Otnir la prottiOn d d d SaVOi.

    UA SON ALTESSE Supplient tres humblement Pierre Richard de Gez, Molinier soye, Pierre Bocquin de

    Chambery, et leurs assl!ciez ( ... ). Disant que ce tant Noble et important Estat, et fabrique de soye, apporte avec soy de St grande commoditez au pays o il s'exerce: Principalement en ce qu'il occupe une infinit de personnes utilement, lesquelles demeureroient en oysivet. Outre que p!usiell:rs des sukje~ts de V ~tre . ~ ltesse . cherchant le gain, font banqueroute la saincte Foy Catholique, et s'adonnent telle fabrique parmy ies Heretiques: ce quiiis ne feroient sliis pouvoient estre occupez riere vos Estats, vivans la pluspart de ceux qui demeuroient en oysivet, racine de tous maux. Sur quoy les Suppliants desirant d'introduire la fabrique, trafic et negociation de la soye riere sesdits Estats del les Monts, pour le bien public, tant temporel que spirituel: la supplient d'agreer leur dessein, les prendre en sa protection et sauvegarde: tant leurs prsOnns, q ifii:iisons, ins t marliandiss appartnant ia, O aia atts Marhands, tant estrangers qu'autres de ses subjects ( .. .)."

    _i1Ml~~~*J:uQ~~~~2Ml R:E:C.L t M E: i;t:r~ . : :~.' 'r S:.t.A r,rt':s a}, .4TT S ~.P OrR ' i A

    conferullttion & IJugmentAtion de la, ;:"hrjqur ;J Jaye, riere les EjJlfts de S. A. en SIItuoye: pour ej!re ~bfe.ru(z foyulltnt la, volont/'de foditt

    , A. fo:uf "uthDritl de [on Se-nll.f: t: HI

    Premierement que tous ceux qui seront employez la fabrique de soye, en quelle qualit, estai et condition que ce soit: tant Moliniers, Carduis, Veloutiers, Passementiers, Taffetatiers et Teinturiers: tant Maistres, Ouvriers, qu'Apprentis, de quel estat et sexe qu'ils soient, sont tenus de vivre conformement aux Ordonnances, et suyvant la Foy de nostre Mre Saincte Eglise Catholique, Apostolique et Romaine. (. . .)

    III TOs Maistts, OVtits, ApprntiS t atts mployz n ladit fatiq d sOy, qi s

    treuveront avoir jur ou blasphem Dieu, ou sa Creature: seront amendez de l'amende de 25 sols forts pour la premiere fois. ( ... )

    VIl! Et permis aux Veuves de quelques Maistres o