Inégalités sociales de santé mentale en population au travail et en population générale : résultats de l’enquête nationale « santé et itinéraire professionnel »

  • Published on
    27-Dec-2016

  • View
    212

  • Download
    0

Embed Size (px)

Transcript

  • Conclusion. Les resultats obtenus sont des arguments en faveurdune association robuste de lage et de la categorie sociale avec lesignalement dune souffrance psychique liee au travail. Meme si uneassociation avec le secteur dactivite subsiste apre`s ajustement, ellesemble en grande partie expliquee par les deux premiers facteurs.Une importante part des variations de prevalences selon le secteurdactivite est donc expliquee par une distribution differente de lageet de la categorie sociale dans ces secteurs.http://dx.doi.org/10.1016/j.admp.2013.09.014

    Evolution des facteurs psychosociaux autravail en France entre 2006 et 2010 :resultats de lenquete nationale santeet itineraire professionnelChanges in psychosocial work factors in France between 2006 and2010: Results from the national SIP survey (sante et itineraireprofessionnel)L. Malard, J.-F. Chastang, I. Niedhammer

    Institut national de la sante et de la recherche medicale (Inserm),U1018, Villejuif, France

    Objectif. La plupart des etudes portant sur les facteurs psychosociauxau travail ont evalue leur role en tant que facteurs de risque pour lasante. Mais tre`s peu detudes se sont interessees a` leur evolution.Lobjectif de cette etude etait donc devaluer levolution des facteurspsychosociaux au travail entre 2006 et 2010 en France.Methodes. Cette etude sappuie sur les donnees de lenquete sante etitineraire professionnel (SIP). En 2006, 13 648 individus de 20 a` 74 ansvivant en France metropolitaine ont participe a` lenquete. En 2010, ilsont ete recontactes et 11 221 individus ont ete reinterroges (82 %) ;5600 individus etaient en emploi lors des deux vagues de lenquete. Lesfacteurs psychosociaux au travail etudies comportent des proxies desmode`les du jobstrain et du desequilibre efforts-recompenses, ainsi quedes facteurs emergents tels que la demande emotionnelle, la qualiteempechee, le conflit ethique, les difficultes de conciliation travail-famille, le temps de travail prolonge et linsecurite de lemploi. Lesanalyses, stratifiees selon le genre, ont ete faites a` partir dequationsdestimation generalisees afin de prendre en compte la correlationentre deux mesures dun meme sujet. Des termes dinteraction ontpermis de tester des evolutions differentielles selon la profession et lesecteur public/prive. Les variables dajustement etaient lage, la natio-nalite, la profession, le secteur dactivite, le secteur public/prive et letype de contrat de travail.Resultats. Pour les deux genres, la latitude decisionnelle, le jobstrainainsi que le manque de recompenses se sont degrades. De plus, chezles hommes, la qualite empechee et le desequilibre travail-famille sesont aussi aggraves, alors que pour les femmes ce sont la demandepsychologique et la demande emotionnelle qui ont augmentees. Lesinteractions ont montre que seules les professions intermediaires ontsubi une degradation de la latitude decisionnelle et de la demandepsychologique chez les femmes, et que seul le secteur public a etetouche par une deterioration de la latitude decisionnelle et de lademande emotionnelle pour les femmes, et de la demande psycho-logique pour les deux genres.Conclusion. Cette etude permet de combler un manque dans lalitterature sur levolution des facteurs psychosociaux au travail enFrance en sappuyant sur des donnees longitudinales. Des politiquesde prevention pourraient etre mises en place afin de limiter ladegradation des facteurs psychosociaux au travail en mettant laccentsur des groupes de population tel que le secteur public ou lesprofessions intermediaires.http://dx.doi.org/10.1016/j.admp.2013.09.015

    Inegalites sociales de sante mentale enpopulation au travail et en populationgenerale : resultats de lenquetenationale sante et itineraireprofessionnel Social inequalities in mental health among working population andgeneral population: Results from the French national SIP surveyM. Murciaa,b, J.-F. Chastanga, I. Niedhammeraa Inserm, U1018, equipe 11, Villejuif, Franceb Association paritaire de sante au travail (APST) centre, Blois, France

    Objectifs. Cette etude vise, dune part, a` explorer lassociation entrela position sociale et deux troubles de la sante mentale (depression etanxiete), et, dautre part, a` comparer les resultats observes pour lapopulation au travail et pour la population generale.Methodes. Letude porte sur lechantillon des 8107 travailleurs(3933 hommes et 4174 femmes) et sur lechantillon des 13 648 personnesen population generale (6195 hommes, 7453 femmes), issus delenquete nationale SIP realisee en 2006. Les troubles de la santementale ont ete evalues par lepisode depressif majeur (EDM) et letrouble danxiete generalisee (TAG) de lentretien diagnostique miniinternational neuropsychiatric interview (MINI). Le niveau detudes a eteutilise comme marqueur de la position sociale. Des analyses bivariees etmultivariees sur donnees ponderees apre`s ajustement sur lage ont eterealisees separement pour les hommes et les femmes. Des calculs delIndex Relatif dInegalites (RII) ont egalement ete menes.Resultats. Les prevalences dEDM et de TAG etaient respectivementde 6 % et 5 % pour la population au travail et de 7 % et 6 % pour lapopulation generale, les prevalences etant plus elevees pour les fem-mes que pour les hommes dans les deux populations. Apre`s ajustementsur lage, des differences sociales etaient observees pour lEDM : lesmoins diplomes etaient les plus a` risque dans les deux populations, avecun gradient social plus marque en population generale quen popula-tion au travail. Apre`s ajustement sur lage, aucune association netaitobservee entre position sociale et TAG en population au travail. Enpopulation generale, les moins diplomes etaient les plus a` risquedanxiete. Les calculs des RII confirmaient ces constats.Conclusion. Des inegalites sociales de sante mentale ont ete mises enevidence dans cette etude. Cependant, des differences ont ete obser-vees entre les deux populations. En population au travail, lassociationetait en effet moins marquee pour lEDM et aucune association netaitobservee pour le TAG. Leffet travailleur sain et les differences derepartition des populations en termes de niveau detudes pourraientexpliquer en partie ces constats. Peu detudes en France ont permisdetudier les inegalites sociales de sante mentale via un entretiendiagnostique. De plus, rares sont les etudes ayant tente de comparerces differences sociales entre population au travail et populationgenerale. Les resultats de cette etude peuvent contribuer a` ameliorerles connaissances sur les inegalites sociales de sante mentale enpopulation au travail mais dautres etudes semblent toutefois neces-saires notamment pour lanxiete.http://dx.doi.org/10.1016/j.admp.2013.09.016

    Environnement psychosocial au travailet bien-etre chez les salaries en EuropePsychosocial work environment and well-being among employees inEuropeS. Schuttea, J.-F. Chastanga, L. Malarda,A. Parent-Thirionb, G. Vermeylenb,I. Niedhammera,ba Inserm, CESP-U1018, Villejuif, Franceb EUROFOUND, Dublin, Irlande

    Archives des Maladies Professionnelles et de lEnvironnement 2013;74:663-681

    666

Recommended

View more >